Élections au Congrès américain: femme, réfugiée, voilée, musulmane et élue


Pourquoi des élections mi-mandat aux États-Unis, je ne comprends rien de rien, mais bon, on ne peut qu’être heureux pour les Américains que les démocrates puissent prendre le contrôle du Congrès Américain. Mais ce qui doit être plus énervant pour Donald Trump, c’est que parmi les députés élues, il y a deux musulmanes, deux femmes dont une en plus est une personne de couleur puisse entrer fièrement en politique au Congrès.
Nuage

 

Élections au Congrès américain: femme, réfugiée, voilée, musulmane et élue

Ilhan Omar juste après sa victoire dans le Minnesota, le 6 novembre 2018 | Tephen Maturen / Getty images North America / AFP

Ilhan Omar juste après sa victoire dans le Minnesota, le 6 novembre 2018 | Tephen Maturen / Getty images North America / AFP

Aymann Ismail

Ilhan Omar a commencé son discours de victoire en disant «salam aleykoum.» Et c’est plus qu’un symbole.

Lorsqu’Ilhan Omar, nouvelle élue du Minnesota à la chambre des représentants, est montée sur scène ce mardi soir en tant qu’une des deux premières femmes musulmanes à accéder au Congrès américain –l’autre, Rashida Tlaib, est devenue représentante du Michigan– elle a commencé par lancer: «Salam aleykoum» [que la paix soit sur vous]. Puis: «Al hamdulilah» [loué soit Allah]. Je suis transporté de joie. Je ne m’attendais pas du tout à un discours de victoire comme ça. Dans un contexte récemment qualifié «d’élections les plus islamophobes de l’histoire», le simple fait d’entendre les salutations musulmanes de base sur une scène a un goût concret de réussite.

Dans son discours, la future députée Ilhan Omar –qui a écrasé son adversaire à plate couture lors de la course pour le siège de Keith Ellison, lui-même le premier homme musulman élu au Congrès américain– a décrit une Amérique que moi aussi, j’ai reconnue. Elle ne s’est pas retenue d’émettre des critiques.

Elle a dit que les immigrants qui venaient en Amérique en quête d’une vie meilleure «rencontrent trop souvent l’intolérance et la haine.» Les Amérindiens, a-t-elle souligné, «vivent dans des tentes comme des réfugiés sur leurs propres terres».

Le public l’a acclamée, ravi d’entendre, pour une fois, une politicienne évoquer des sujets essentiels sans se chercher d’excuses.

Elle s’est présentée, a-t-elle affirmé, parce qu’elle «ne pouvai[t] pas rester sur le banc de touche à regarder ces promesses ne pas être tenues».

De nombreuses personnes musulmanes, certaines pour la première fois, vont désormais avoir l’impression d’être vraiment représentées dans notre gouvernement.

Un rejet brutal de l’islamophobie

L’élue, visiblement émue, debout devant des militants exubérants lors d’un rassemblement à la simplicité charmante, a clairement marqué le coup.

«Je me tiens devant vous ce soir» a-t-elle déclaré, «en tant que votre députée élue au Congrès, toute une série de premières fois accolée à mon nom.» Tandis que ses yeux se mettaient à briller, elle a poursuivi: «La première femme de couleur à représenter notre État au Congrès. La première femme à porter un hijab. La première réfugiée à être élue au Congrès. Et une des premières musulmanes à être élues au Congrès.»

Ces réussites ne sont pas que symboliques. En tant que fils d’immigrants musulmans, cela fait des années qu’à chaque fois que je vote pour un candidat national, en réalité j’ai plutôt l’impression de m’exprimer contre celui ou celle qui à mon avis est le ou la plus susceptible d’attiser la haine contre les Américains comme moi. Dans Ilhan Omar, je vois une députée qui non seulement a la même vision du monde que moi, mais dont la seule présence va rappeler au Congrès que moi aussi, je suis américain, comme tous les autres citoyens musulmans de ce pays. La présence d’une réfugiée voilée va rendre d’autant plus difficile à ses collègues de céder à la tentation d’ignorer son vécu ou de prétendre que les gens comme elle n’existent pas.

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, sa nouvelle collègue au Congrès, représentent les éléments qui ont le mieux réussi dans une nouvelle vague de candidatures musulmanes dont un nombre record a intégré des courses électorales pour combattre l’intolérance religieuse en voie de généralisation. Leur victoire est un rejet brutal de l’islamophobie qui domine notre politique depuis le début de ma vie adulte. Dans son discours, Ilhan Omar a dit:

«Mon grand-père m’a appris que lorsque l’on voyait une injustice, il fallait la combattre.»

Dans une telle élection, il n’y avait vraiment pas de moyen plus puissant de le faire qu’en commençant un discours de victoire par «salam aleykoum».

http://www.slate.fr/

Dans le Minnesota, les oiseaux sont bourrés après avoir mangé des baies fermentées


Des oiseaux aux États-Unis, ce comportement bizarre, comme s’ils sont en état d’ivresse. Cependant, les scientifiques croient que c’est trop tôt pour des fruits fermetés (même, la sève des arbres peut être fermentée) cela pourrait aussi être une migration de masse.
Nuage

 

Dans le Minnesota, les oiseaux sont bourrés après avoir mangé des baies fermentées

 

Crédits : Menke Dave, USFWS

par  Dylan Kuperblum

Des oiseaux qui trébuchent de leurs branches d’arbre, qui s’écrasent contre des pare-brises ou qui ne s’envolent pas quand vous vous en approchez, c’est possible. 

À Gilbert, un village de 1 800 personnes dans le Minnesota, le chef de la police, M. Techar a dû publier un message sur Facebook afin de rassurer les habitants :

 « Pas la peine d’appeler la police si vous croisez le chemin d’oiseaux en état d’ébriété. Il semblerait qu’ils aient mangé des baies fermentées à la suite d’une gelée précoce ».

Certaines seraient devenues un peu plus « corsées » que la normale, comme l’expliquait le New York Times, le 7 octobre dernier.

Néanmoins des scientifiques, comme Laura Erickson, restent sceptiques quant au fait que cette « débauche » soit le pure le produit de l’ivresse. Selon eux, il est trop tôt pour que les baies aient déjà fermenté. Si les oiseaux s’écrasent sur des vitres, c’est plutôt en raison d’une importante migration saisonnière dans la région. Après de nombreuses réaction de la part des villageois, le chef Techar a déclaré que ces derniers auraient peut-être pris son post Facebook un peu trop au sérieux et s’est donc empressé d’ ajouter :

« Il n’existe aucune preuve réelle que ces oiseaux sont saouls », et de plaisanter : « Je n’ai pas eu l’occasion de leur faire subir un alcootest ».

Kenn Kaufman, qui écrit pour Audubon, une revue qui lutte pour la protection des volatiles, s’est dit plus convaincu par l’explication selon laquelle le nombre d’oiseaux s’écrasant sur les fenêtre est en augmentation, car une migration de masse a fait grossir leurs rangs. Il soutient tout de même que le phénomène des « oiseaux bourrés » existe. En mangeant des baies peut-être, mais surtout en se nourrissant de la sève des arbres, fermentée elle aussi. Pour Erickson, si ces oiseaux se révèlent en effet éméchés, la solution serait de les emmener dans un centre de réhabilitation de la faune, où ils recevraient de la nourriture et de l’eau pour les aider à « se dégriser. » 

Contrairement aux résidents du village, les scientifiques ne se bidonnent pas de cette situation et comparent même l’état de ces pauvres oiseaux à l’état d’un enfant qui sortirait d’une opération dentaire. Pas cool.

https://www.ulyces.co/

Ce raton laveur a escaladé un immeuble de 25 étages


Ce raton-laveur a décidé de remplacer les arbres par des bulding de la ville dans Minnesota. Il a réussi à se rendre au toit et n’a pas voulu par être secouru, il a voulu escalader l’immeuble voisin.
Nuage

 

Ce raton laveur a escaladé un immeuble de 25 étages

 

par  Mehdi Karam

Crédits : BenJohnson88 via Twitter

Petit être intrépide. À Saint Paul, dans le Minnesota, le bâtiment UBS est le plus haut de la ville.

Pourtant, c’est celui-ci que ce raton laveur a entrepris d’escalader, avec succès, rapporte MPR News. Cette affaire étant vite devenue virale, un suivi en temps réel de l’épopée de l’animal s’est organisé sur Twitter, sous le hashtag #mprraccoon.

Crédits : MPR News

Malgré la présence des pompiers, envoyer un humain à la rescousse de la petite bête était trop risqué. Ils l’ont donc attendu patiemment sur le toit du building. Seulement, lorsqu’il est arrivé, le raton laveur s’est directement enfui, avant d’entreprendre d’escalader le gratte-ciel voisin. Badass jusqu’au bout. Pourquoi ? On ne sait pas.

Crédits : MPR News

http://www.ulyces.co/

Des faons siamois morts-nés découverts dans une forêt américaine


En mai 2016 aux États-Unis, un cueilleur de champignons a trouver des faons morts, il avait la particularité d’être des siamois. Les scientifiques en profiter pour l’étudier car c’est le seul cas connu de cerfs de Virginie né à terme. En plus de la physionomie de ces siamois, ils ont constaté que la biche avait pris soin de ses bébés malgré qu’ils fussent mort-nés
Nuage

 

Des faons siamois morts-nés découverts dans une forêt américaine

 

Faons siamois

Faons siamois découverts aux Etats-Unis en mai 2016.

© UNIVERSITY OF GEORGIA

Par Anne-Sophie Tassart

Des chercheurs américains ont pu étudier des faons siamois dont la gestation était arrivée à son terme : une première.

Seulement deux cas de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) siamois avaient jusque là été rapportés dans la littérature scientifique. Grâce à un cueilleur de champignons, un de plus vient d’être étudié et pas n’importe lequel : le premier cas connu de faons Odocoileus virginianus dont la gestation a été menée à son terme. Ces animaux ont été découverts dans le sud-est du Minnesota (Etats-Unis) en mai 2016. Le cadavre était propre et sec : les faons siamois étaient morts au maximum 4 jours auparavant.

Deux coeurs, un seul sac péricardique

À la suite de cette découverte, le cueilleur a appelé le département des ressources naturelles de l’Etat. Des chercheurs ont ainsi pu congeler le spécimen afin de le maintenir en état jusqu’à ce qu’ils puissent l’autopsier. Ils ont également fait passer à ces animaux un scanner et une IRM. Comme ils le rapportent dans le numéro d’avril 2018 de la revue The American Midland Naturalist, ces animaux avaient des corps joints mais des cous et des têtes distinctes. Selon les techniques d’imagerie, le crâne ainsi que les vertèbres cervicales, plusieurs côtes et la plupart des vertèbres thoraciques ont été dupliquées. De mêmes, les chercheurs ont observé deux tractus intestinaux distincts. L’un complet, allant de l’oesophage à l’anus et l’autre composé de segments discontinus. Le foie était partagé et malformé et les biologistes ont noté la présence de « deux coeurs séparés partageant un seul sac péricardique ». Placés dans l’eau, les poumons ont coulé « ce qui indique que les faons sont morts-nés » poursuit l’étude : ils n’ont jamais été remplis d’air.

© University of Georgia

« La biche a tenté de prendre soin d’eux après l’accouchement« 

« Leur anatomie indique que ces faons n’ont jamais été viables, explique dans un communiqué Gino D’Angelo, co-auteur de l’étude. Pourtant, ils ont été découverts propres et dans une position naturelle ce qui suggère que la biche a tenté de prendre soin d’eux après l’accouchement. L’instinct maternel est quelque chose de très fort », s’émerveille le chercheur.

Pour le moment, aucune explication n’est privilégiée pour expliquer la naissance de ces siamois.

« Même pour les humains nous ne savons pas, rappelle D’Angelo. Nous pensons que c’est dû à une division anormale des cellules durant les premières étapes du développement de l’embryon ».

Mais les mécanismes précis qui régissent ce processus restent encore à élucider.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?


On a fini l’année et commencé la nouvelle année par des froids extrême d’une part, et des chaleur extrême à d’autres endroits dans le monde. Neige au Sahara, froid aux États-Unis, tempête en Europe, chaleur extrême en Australie avec des incendies incontrôlables. Au Québec, nous avons connu des froids polaires et un redoux avec des averses de pluies et on prévoit un froid extrême par la suite. Si ce n’est pas les changements climatiques qui cause ces désordres météorologiques, alors ce serait quoi ?
Nuage

 

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?

 

 

 

Xavier Demeersman
Journaliste

2018 vient à peine de commencer et l’année est déjà marquée par plusieurs épisodes météorologiques extrêmes dans divers endroits du monde.

Que ce soit dans l’hémisphère nord, où l’hiver qui vient de commencer sévit durement en Amérique du Nord ; ou dans l’hémisphère sud, particulièrement en Australie où l’été commence sous une chaleur écrasante (47,3 °C près de Sydney). Caprices de la météo ou conséquences du dérèglement climatique ?

La France a essuyé une redoutable tempête les premiers jours de 2018. Eleanor a fait au moins sept victimes et laissé dans son sillage des inondations et d’importants dégâts matériels causés par des rafales de vent à plus de 100 km/h. Plusieurs de nos voisins européens ont aussi été frappés.

Ces derniers jours, il est tombé dans les Alpes jusqu’à 1,90 mètre de neige fraîche en quelques heures près de la frontière italienne. En Savoie, la neige arrivait jusqu’aux épaules, avec une couche atteignant 1,60 mètre. Les photos et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux sont impressionnantes.

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige du Sahara

De la neige, il en est tombé dans un endroit où l’on n’a pas l’habitude d’en voir…, un environnement connu pour son aridité : le Sahara. Bien sûr, il n’a pas neigé partout dans le plus grand désert de sable du monde, ce weekend, mais en particulier dans le Sahara algérien. C’est toujours avec étonnement et un certain émerveillement que l’on découvre ces images de dunes de sable rouge orangé qui ondulent à perte de vue, et recouvertes, une fois n’est pas coutume, d’un léger manteau blanc.

Quoique ce ne serait pas si exceptionnel dans cette région située au pied de l’Atlas. La neige n’y aurait tenu qu’une journée. La dernière fois que les habitants de la région ont vu de la neige, c’était il y a un peu plus d’un an, en décembre 2016. Faut-il s’attendre à davantage de précipitations et de neige dans le Sahara avec le changement climatique ? Ce ne serait pas impossible selon une étude de 2016. Le désert pourrait reverdir.

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

Un froid extrême dans l’est de l’Amérique du Nord

Ce début d’hiver 2017-2018 se montre féroce et même meurtrier dans la moitié est de l’Amérique du Nord où une vague de grand froid sévit depuis le 28 décembre dernier. Le Canada a plusieurs fois lancé des alertes au froid extrême. Aux États-Unis, le Minnesota a enregistré des -45 °C ! Le 2 janvier, à Sioux City dans l’Iowa, la température est descendue jusqu’à -33 °C. New York a battu des records : -15 °C ; Chicago aussi pour le Nouvel An : -17 °C. Heureusement, un redoux est annoncé dans les prochains jours.

Le froid a touché aussi la Floride où il a neigé pour la première fois depuis 30 ans. Des iguanes sont tombés des arbres, gelés. D’autres animaux ont souffert, comme des requins retrouvés sur des plages de Cape Cod, dans le Massachusetts, saisis par le froid. Des scientifiques ont pu sauver des tortues marines, également surprises par les basses températures dans cette région. Une vidéo devenue virale montre comment des alligators survivent dans les eaux gelées d’un étang en Caroline du Nord. Ils ne sont pas morts mais dans un état de « brumation ».

Les équipes du Shallotte River Swamp Park craignaient que les alligators soient morts. Mais non, ils respirent à travers la glace et se sont mis en mode hibernation. © Swamp Park, Youtube

Une énorme tempête hivernale surnommée bomb cyclone par les Américains s’est abattue sur l’est des États-Unis le 4 janvier. Sur le littoral, des vagues géantes ont provoqué des inondations historiques dans la région de Boston où le froid n’a rien arrangé à la situation. Le froid fut ressenti jusque dans les Caraïbes. Certes pas avec la même intensité qu’au Québec.

Pendant ce temps, l’Arizona, au contraire, connaissait son plus doux début d’année. La Californie, qui a fait face en décembre 2017 au plus terrible incendie de son histoire, vient d’être frappée par des coulées de boue dévastatrices qui ont fait 17 morts et détruit des centaines de maisons.

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

    Une chaleur extrême en Australie

    Dans l’hémisphère sud, c’est plutôt l’été qui fait parler de lui et fait des victimes. En particulier en Australie où le 7 janvier, des records historiques ont été enregistrés près de Sidney : 47,3 °C. Une vague de chaleur brutale qui a déjà provoqué la mort par hyperthermie de centaines de chauves-souris. 

    « Leur cerveau frit et elles deviennent incohérentes » a déclaré Cate Ryan, présente sur place dans le parc de Saint Helens et interrogée par la presse locale.

    De nombreux volontaires ont avec elle essayé d’en sauver en les hydratant. 90 % des victimes recensées étaient de jeunes sujets.

    Une catastrophe écologique à laquelle s’ajoutent des incendies. Malheureusement, ce n’est pas la première fois qu’une canicule frappe l’Australie. Le 10 janvier, on apprenait que 2017 fut sa troisième année la plus chaude jamais recensée. Et ce n’est pas près de s’arrêter car les températures continuent d’augmenter. Les animaux et aussi les plantes sont en première ligne du dérèglement climatique en cours.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Plusieurs évènements météorologiques extrêmes se sont produits entre décembre 2017 et début janvier 2018.

  • Ils concernent les deux hémisphères, avec des niveaux exceptionnels de chaleur, de froid et de précipitations.

 

https://www.futura-sciences.com

Elle rencontre l’homme qui a reçu le visage de son mari


2 suicides, un qui réussit son geste de nom retour laissant une femme enceinte de 8 mois, et l’autre, il a manqué son coup et c’est défiguré complètement le visage. Grâce à la veuve, l’homme a eu droit a une seconde chance pour reprendre goût à la vie
Nuage

 

Elle rencontre l’homme qui a reçu le visage de son mari

 

Un « incroyable cadeau ».

Défiguré par une tentative de suicide en 2006, Andy Sandness a bénéficié d’une greffe du visage il y a un an et demi. Une opération spectaculaire qui a duré 56 heures, dont nous vous parlions ici. Grâce à l’équipe de la Mayo Clinic de Rochester (Minnesota), Andy, 31 ans, a aujourd’hui retrouvé une vie normale, et il y a quelques jours, il a rencontré la femme qui a rendu cette transformation possible.

Après le suicide de son mari Rudy en 2016, Lilly Ross, enceinte de huit mois, a fait don de ses organes. C’est le visage de Rudy qu’Andy a reçu.

« Je suis terrifiée mais aussi excitée », confie la jeune femme avant la fameuse rencontre.

Très ému, Andy a pris Lilly dans ses bras et l’a longuement remerciée.

« C’est un incroyable cadeau, je ne pourrai jamais lui dire assez merci. » 

http://www.7sur7.be/