Le Saviez-Vous ► Top 10 des douleurs les plus intenses


Les douleurs, certains sont plus douillets que d’autres, mais certaines douleurs sont pires et difficile à tolérer
Nuage

 

Top 10 des douleurs les plus intenses

 

Par Antoine Besse, Futura

 

Brûlantes, insupportables, intolérables… voici les pires douleurs qu’il est possible de ressentir. Aïe !

L’université de McGill (États-Unis) ( je crois qu’il y ai une erreur, cette université est à Montréal au Canada nldr ) a établi une échelle des douleurs en recoupant des questionnaires soumis à des malades. Voici donc le classement des douleurs les plus intenses ; elles sont ici classées de la plus tolérable à la plus insupportable.

10. Névralgie du trijumeau

Cette maladie appelée aussi « tic douloureux » se caractérise par des crises brutales et inattendues d’intenses douleurs sur la moitié du visage entre la paupière et la lèvre supérieure qui provoquent des contractions involontaires. Cela est souvent dû à une compression d’une partie du nerftrijumeau qui part de l’arrière du crâne pour innerver le visage.

9. Migraine

Les crises migraineuses sont dues à une inflammation des vaisseaux sanguins de la dure-mère provoquée par un dysfonctionnement du système nerveux central. Cette maladie héréditaire se caractérise par des douleurs intenses dans la moitié du crâne, des vomissements, une hypersensibilité à la lumière

8. Colique néphrétique

L’obstruction d’un canal d’excrétion urinaire par un calcul rénal provoque le gonflement du rein et des douleurs unilatérales très intenses et brutales qui partent des lombaires et rayonnent vers l’aine. Aucune position ne soulage, ce qui fait dire en faculté de médecine : « colique néphrétique, patient frénétique ».

7. Fibromyalgie

Cette maladie entraîne des douleurs diffuses tant au niveau articulaire que musculaire. Comme aucune lésion ou inflammation ne sont détectables, les médecins ont mis longtemps à reconnaître la réalité de la fibromyalgie pourtant très incapacitante. Ses causes sont encore mal connues. 

6. Polyarthrite rhumatoïde

Le système immunitaire du malade s’attaque à la membrane des articulations qui, en réponse, gonfle et fabrique des enzymes inflammatoires provoquant de vives douleurs qui sont encore ravivées par le contact (celui d’un vêtement suffit…). L’inflammation continue finit par endommager tendons, cartilages et os…

5. Maladie de Crohn

Cette inflammation, probablement auto-immune, du tube digestif entraine des crises de douleurs aiguës semblables à une crise d’appendicite qui ne pourrait être traitée. Les causes semblent être génétiques et environnementales.

4. Amputation d’un doigt

Le doigt étant la partie du corps la plus richement innervée, son amputation sans anesthésie provoque une douleur très intense. D’autant que la victime souffre souvent ensuite des douleurs dites du « membre fantôme ».

3. Accouchement

Un premier accouchement est souvent décrit comme une expérience non seulement douloureuse, mais également très longue (parfois plus de 6 h) avec des douleurs dues aux contractions brutales du muscle utérin puis par l’extension du périnée au moment du passage de la tête du bébé.

2. Piqure de Paraponera

Cette fourmi vivant en Amazonie délivre par son dard un venin neurotoxique extrêmement douloureux. Une sensation d’intense brûlure irradie dans tout le membre touché et provoque des contractions involontaires des muscles pendant plusieurs heures.

 

La piqure de Paraponera est considérée comme la plus douloureuse du règne animal. © Didier Descouens, CC sa 4.0

La piqure de Paraponera est considérée comme la plus douloureuse du règne animal. © Didier Descouens, CC sa 4.0

1. Syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

 

Ce syndrome se déclare le plus souvent après une lésion (fracture, opération bénigne) qui lèse un nerf et entraînerait son dysfonctionnement. Le malade ressent alors des douleurs cuisantes avec une hypersensibilité, des œdèmes… Une crise peut durer plusieurs mois et il n’existe pas de traitement du SDRC…

https://www.futura-sciences.com/

Publicités

Le piment le plus fort du monde pour des migraines d’anthologie


Ce n’est pas moi qui vais oser essayer juste pour voir le piment le plus fort au monde. Je ne sais pas si ma fille qui mange très épicée serait capable, mais pas moi ! En plus, le Carolina Reaper est reconnu pour donner des problèmes cardiaques et dernièrement un homme a eu une migraine qu’il appelle la migraine d’anthologie (syndrome de vasoconstriction cérébrale réversible) Heureusement, l’homme a pu guérir. Cela ne vaut pas la peine de courir les concours pour prouver quelque chose
Nuage

 

Le piment le plus fort du monde pour des migraines d’anthologie

 

Le piment le plus fort du monde pour des migraines d'anthologie

Le piment le plus fort du monde pour des migraines d’anthologie © AFP/Archives / SAEED KHAN

Des médecins ont averti mardi des effets dévastateurs du piment le plus puissant du monde, qui a provoqué des migraines d’anthologie chez un Américain qui l’avait mangé à l’occasion d’un concours.

Le cas, rapporté par la revue BMJ Case Reports, est celui d’un homme de 34 ans « après sa participation à un concours de piment où il a ingéré un Carolina Reaper » en 2016.

Ce piment dont le nom signifie Faucheuse de la Caroline, spécialement sélectionné pour être le plus agressif possible, est reconnu par le Guinness des records comme le plus haut sur l' »échelle de Scoville ».

L’homme a d’abord fait des convulsions pour vomir. Puis « dans les jours suivants », il a ressenti des douleurs à la tête et au cou, en particulier des épisodes de migraine fulgurante, extrêmement douloureuse de quelques secondes.

S’étant rendu aux urgences, il a subi des tests neurologiques qui n’ont montré aucune pathologie. Pas d’anévrisme notamment.

Plus tard a été diagnostiqué un syndrome de vasoconstriction cérébrale réversible, consistant en un rétrécissement temporaire des vaisseaux sanguins de la tête.

C’est la première fois qu’un piment a eu cet effet, d’après les auteurs. Ce syndrome, souvent à l’origine de migraines terribles, survient d’habitude après la prise de certains médicaments ou de drogues.

« Ç’a été une grande surprise pour tout le monde », a commenté l’un des auteurs de l’article, Kulothungan Gunasekaran médecin à l’hôpital Henry Ford de Détroit.

Les symptômes se sont résorbés d’eux-mêmes, et une radio de contrôle cinq semaines après le concours a montré que les artères avaient repris leur taille normale.

Un Carolina Reaper atteint en moyenne plus de 1,6 million sur l’échelle de Scoville, selon des tests réalisés par l’université de Winthrop en Caroline du Sud (États-Unis). Le piment d’Espelette par exemple n’est qu’aux alentours de 2.000.

Le record du monde, réalisé à l’Arizona Sauce Expo de 2016, est de 120 grammes de Carolina Reaper en une minute. Le BMJ Case Reports ne précise pas si c’est son détenteur qui a eu ces problèmes.

Un effet connu jusque-là des piments forts était le risque d’attaque cardiaque, ont rappelé les auteurs.

http://www.lepoint.fr/

Le Saviez-Vous ► 7 signes d’AVC à reconnaître


Si une chose qu’on veut éviter, c’est bien un AVC, un ami qui probablement se reconnaitra a fait un AVC qui m’avait beaucoup inquiété étant donné qu’il était l’autre côté de l’océan, mais il s’en est bien tiré, alors que mon voisin lui a perdu ses mots. L’autre jour, il me disait quelque chose, j’ai eu des problèmes a le comprendre jusqu’à temps qu’il a dit les filles, il voulait avoir des nouvelles de mes petites filles que je m’occupe quand papa et maman travaillent. Il y a des signes qui peuvent nous prévenir que quelque chose cloche .. Il faut agir très vite, car plus on attend, le cerveau perd plus d’un million de cellules à la minute
Nuage

 

7 signes d’AVC à reconnaître

 

Les signes d’un AVC sont souvent confondus avec d’autres problèmes de santé, ce qui retarde le traitement. Pourtant, en agissant rapidement, on peut diminuer le risque de lésions au cerveau.

PAR ALYSSA JUNG

N’ignorez jamais ces signes d’un AVC

À chaque minute qui passe lors d’un AVC, votre cerveau perd quelque 1,9 million de cellules. Chaque heure sans traitement le fait vieillir d’environ trois ans et demi. Plus un accident vasculaire cérébral dure ou plus le patient reste non traité, plus il court le risque d’avoir des difficultés d’élocution, des pertes de mémoire ou des changements de comportement. Plus l’intervention est rapide, meilleur est le choix des traitements : on limite ainsi les lésions cérébrales et on améliore les chances d’une récupération plus complète.

« Un accident vasculaire cérébral fait toujours peur. L’ignorer retarde la prise en charge. À l’urgence, quand je demande aux victimes d’un AVC pourquoi ils ont attendu pour appeler le 911, la réponse la plus courante est qu’ils ont voulu voir si ça s’en irait, » dit Carolyn Brockington, MD, directrice du centre des AVC du Mount Sinai à New York.

Il y a deux types d’AVC. Dans l’AVC ischémique, des vaisseaux bloqués entraînent une diminution du flux sanguin au cerveau. Dans l’AVC hémorragique, il y a rupture d’une artère et le sang se répand dans les tissus cérébraux. Les symptômes peuvent être les mêmes pour les deux types. Il est important d’appeler le 911 dès que vous remarquez des signes potentiels.

Vous voyez double, vous pensez que c’est de l’épuisement

Des problèmes de vision – voir double, vision floue ou perte de la vision d’un œil – peuvent être le signe d’un AVC, mais beaucoup de gens mettent cela sur le compte de la vieillesse ou de la fatigue.

« Voir deux images est très inhabituel pour quelqu’un qui est fatigué ou qui a lu trop longtemps », explique la Dre Brockington.

Un vaisseau sanguin bloqué pourrait réduire la quantité d’oxygène à l’œil, ce qui entraînerait des problèmes de vision sans autre signe d’AVC.

Votre bras est engourdi : vous croyez que c’est parce que vous avez pris une mauvaise position

Si vous vous réveillez d’une sieste, le bras ou la jambe engourdie, il est facile de supposer que cela est dû à un nerf comprimé.

« Ne vous dites pas que vous êtes hypocondriaque. Si vous sentez votre bras soudainement ankylosé ou faible, et que la sensation ne disparaît pas en quelques minutes, composez le 911 », dit Ralph Sacco, MD, professeur de neurologie à la faculté de médecine de l’Université de Miami.

Si votre flux sanguin diminuait dans les artères qui courent de votre colonne vertébrale à l’arrière de votre tête, vous ressentiriez un engourdissement ou une faiblesse sur tout un côté du corps.

Vous avez des difficultés à articuler : vous pensez que c’est dû à vos médicaments

« Les analgésiques, par exemple, peuvent provoquer des troubles de l’élocution. C’est pourquoi les gens pensent d’abord à leurs médicaments plutôt qu’à un accident vasculaire cérébral, » dit le Dr Sacco.

Mais si ce n’est pas un effet secondaire que vous avez habituellement, il peut s’agir d’un AVC et il vous faut immédiatement demander de l’aide, recommande-t-il.

Vous titubez : vous assumez que c’est l’alcool

« Les gens pensent qu’ils ont des problèmes d’équilibre, parce qu’ils ont bu de l’alcool, mais cela n’a pas de sens, dit le Dr Brockington. Vous n’allez pas trébucher à cause d’un verre pris plus tôt dans la journée. Mais une diminution du débit sanguin au cerveau pourrait avoir cet effet. »

Si tout à coup, vous vous mettez à tituber, à ne plus pouvoir marcher droit ou à avoir un étourdissement soudain, n’attendez pas que ça passe : faites immédiatement le 911.

Vous l’avez « au bout de la langue » : c’est sûrement la fatigue

Quand les personnes ont du mal à trouver le mot juste ou perdent le fil de leur pensée, ils s’imaginent qu’ils sont fatigués, raconte le Dr Brockington. Mais les déficits cognitifs soudains sont un signe courant d’AVC.

« Vous pouvez chercher un mot de temps à autre, mais si cela vous arrive pendant un long moment, que vous ne trouvez rien à dire ou que vous êtes incapable de parler, ce n’est plus normal », dit-il.

Dans certains cas, la personne qui fait un AVC ne se rend pas compte que quelque chose cloche, c’est donc aux proches de déclencher l’alarme.

« La partie du cerveau qui ne fonctionne pas bien altère la perception du patient et sa capacité de raisonner, » ajoute le Dr Sacco.

Ce mal de tête lancinant doit être une migraine, vous dites-vous

C’est peut-être une migraine, mais si vous n’êtes pas migraineux, ce pourrait être un AVC.

« Une migraine peut masquer un AVC parce que les symptômes neurologiques sont les mêmes, dit le Dr Sacco. Je recommande aux gens de considérer qu’il s’agit d’un accident vasculaire cérébral et d’appeler à l’aide. Nous nous occuperons de faire la différence. »

http://selection.readersdigest.ca/

Le Saviez-Vous ► Migraine et mal de tête: deux maux à ne pas confondre


On a tous un jour ou l’autre souffert de maux de tête, c’est désagréable mais tolérable. Les migraines, c’est tout autre chose, ces douleurs et autres maux qui les accompagnent fait beaucoup torts lors d’une crise. Pour éviter les migraines, il faut revoir son hygiène de vie, diminuer son stress et sa fatigue
Nuage

 

Migraine et mal de tête: deux maux à ne pas confondre

 

© thinkstock.

Charlotte Costenoble

Connaissez-vous la différence entre une migraine et un mal de tête?

On distingue une migraine d’un mal de tête « banal » selon des critères particuliers.

Une migraine est une céphalée qui:

– Persiste de 4 à 72h

– Correspond à au moins deux critères :

1) Douleur unilatérale (hémicranie)

2) Lancinante ou pulsatile

3) Douleur modérée à sévère

4) Exagérée par l’effort ou les activités habituelles

– Est accompagnée d’au moins un des symptômes suivants:

1) Nausées

2) Vomissements

3) Intolérance aux bruits et à la lumière

La migraine est un désordre neurologique chronique qui se manifeste par des épisodes de maux de tête sévères et qui touche 10-20% de la population.

Une migraine se manifeste en plusieurs phases:

1) Les prodromes

Chez une majorité des patients (60%) des symptômes non spécifiques (fatigue, envie de nourriture particulière, changement d’humeur, troubles gastro-intestinaux, bâillements répétitifs, hypersensibilité sensorielle,…) se manifestent.

2) L’aura

Chez 20% des patients, il y a apparition de signes neurologiques visuels (décharge lumineuse), sensoriels (paresthésie) et/ou moteurs (troubles du langage). C’est ce qu’on appelle « la phase d’aura « . Ces manifestations durent entre 5 minutes et une heure.

3) Les phases douloureuses

La douleur apparaît: elle est pulsatile, couvre une partie du crâne (hémicrânie) et dure de quelques heures à plusieurs jours.

4) La résolution

La douleur s’atténue jusqu’à disparaître.

5) Les postdromes

La personne se sent fatiguée, a des difficultés à se concentrer, se sent plus irritable, plus excitée,…

Qualité de vie

La migraine est une forme particulière de mal de tête. Elle se manifeste par crise et à un impact sur la qualité de vie. Souvent la personne s’isole. Les activités de la vie quotidienne sont modifiées, altérées,… Les crises migraineuses peuvent devenir très invalidantes.

Eléments déclencheurs

Chez certaines personnes, les crises de migraine sont déclenchées par l’un ou l’autre facteur comme le stress, la fatigue, les modifications du rythme de vie (sommeil, repas) ,… Certains aliments ou odeurs peuvent aussi être l’élément favorisant le déclenchement d’une crise migraineuse. Chaque personne souffrant de migraine doit apprendre à reconnaître ce qui lui déclenche la crise et essayer autant que possible de l’éviter.

Traitement

Le traitement de la migraine consiste en une prise en charge globale. Il faut agir sur l’hygiène de vie et si ce n’est pas suffisant, il faut consulter et voir avec le médecin pour le traitement médicamenteux le plus approprié. Certaines thérapies alternatives complémentaires (acupuncture, hypnose, osthéopathie,…) peuvent aussi être envisagées.

http://www.7sur7.be

Migraine : tenir un agenda des crises, c’est utile


Pour aider un médecin a donner un meilleur traitement pour ceux qui souffre de migraine, un agenda est tout indiqué pour mieux cerner les causes et la fréquence et l’intensité. Remarquer que ce genre d’agenda pourrait servir aussi pour d’autres maux
Nuage

 

Migraine : tenir un agenda des crises, c’est utile

 

wavebreakmedia/shutterstock.com

Il n’existe aucun traitement capable de faire disparaître un terrain migraineux. Mais quand les crises reviennent régulièrement, un traitement de fond peut être prescrit pour limiter leur fréquence. Pour permettre au médecin de déterminer la meilleure prise en charge possible, il est essentiel d’établir un calendrier de la survenue de ces épisodes douloureux.

Comme le rappelle la Société française d’Etudes des Migraines et Céphalées, consigner les crises migraineuses a plusieurs fonctions. Ce calendrier permet au médecin de préciser la fréquence et la sévérité des épisodes, de déterminer les meilleurs traitements, d’évaluer la consommation médicamenteuse… Pour les patients, même si tenir ce type de journal de bord peut paraître fastidieux, surtout les premières fois, cela les aide à reprendre la main sur la maladie, à se sentir moins démunis.

Peu importe l’outil choisi, l’essentiel est d’être à l’aise avec et surtout de pouvoir présenter au médecin un document facile à lire le jour de la consultation. Il peut s’agir d’une application spécifique type Migraine Buddy (gratuite et disponible sous iOS et Android), d’un tableau sur ordinateur, d’un agenda papier… Il faut y noter toutes les crises quelque soit leur intensité, même celles ressenties comme légères à modérées. De même, il est important de noter à la fois les céphalées migraineuses et non migraineuses. Enfin, il est essentiel de le faire pendant au moins 2 ou 3 mois afin d’avoir une bonne vision d’ensemble.

Les éléments indispensables à consigner

La date et le jour de survenue de la crise de migraine. Cet élément permet de voir si les crises surviennent de manière régulière, par exemple plutôt le week-end ;
L’horaire de survenue. C’est intéressant car il peut être récurrent, par exemple s’il s’agit de crises nocturnes ;
L’intensité de la crise. Elle peut être légère, moyenne ou sévère ;
Les facteurs déclencheurs. Il peut s’agir des règles mais aussi de l’activité sexuelle, des efforts physiques, des stress importants, certains aliments… ;
La durée de la crise, en heures ;
La prise de médicaments, en précisant quel type, combien et à quelle heure.

https://destinationsante.com/

Comment atténuer la migraine ?


On peut avoir des maux de tête qui peut durer quelques heures ou plus, mais des migraines, il parait que c’est vraiment intolérable. D’ailleurs les symptômes pour les personnes qui le vivent sans savoir ce qu’ils ont doit être assez paniquant. Il y a des moyens pour atténuer ces migraines, mais pas de recettes miracles que le repos, un lieu sombre, la relaxation et peut-être du Tylénol, mieux vaut en parler au médecin
Nuage

 

Comment atténuer la migraine ?

 

BlurryMe/Shutterstock.com

La migraine touche 15% de la population (aussi bien enfants qu’adultes). Multifactorielle, elle est un calvaire pour ceux qui en souffrent. En effet, pour un migraineux sur quatre, la sévérité des crises entraîne un retentissement socioprofessionnel important. Il est donc urgent d’atténuer les crises…

Une crise de migraine se caractérise par des céphalées qui se répètent et qui durent plusieurs heures voire plusieurs jours. Elle associe un mal de tête – souvent unilatéral – avec des nausées, des vomissements, une sensibilité à la lumière (photophobie) et/ou au bruit. Ce qui, bien évidemment provoque des gênes quotidiennes, que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle.

D’après l’Inserm, « des facteurs internes ou externes favorisent le déclenchement de la crise de migraine. Il peut s’agir de variations émotionnelles, physiques (surmenage ou relâchement, effort physique inhabituellement intense), du volume du sommeil (dette ou excès), hormonales (chute des taux d’œstrogènes en période menstruelle), climatiques (chaleur ou froid, vent violent), sensorielles (lumière ou odeurs fortes) ou alimentaires (sauter un repas, repas lourd, alcool). »

Quel traitement ?

Selon les rédacteurs de la Revue Prescrire, « le repos dans un environnement sombre, silencieux et à une température fraîche, l’application de glace sur la tête, quelques heures de sommeil, suffisent parfois pour soulager la douleur. »

Côté traitement médicamenteux, à ce jour, il n’existe pas de traitement curatif de la migraine.

Aux dires de la Revue Prescrire, « Le médicament à essayer en première intention dans le cas d’une crise de migraine chez un adulte est le paracétamol. Il soulage environ la moitié des patients et expose à moins d’effets indésirables et à moins d’interactions médicamenteuses que les autres molécules utilisées dans la migraine. »

Selon la Société française d’étude des migraines et céphalées, « le traitement de la crise sans aura repose essentiellement sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens qui diminuent l’inflammation des vaisseaux méningés ou les triptans qui sont des médicaments vasoconstricteurs qui réduisent le calibre de ces vaisseaux dilatés au cours de la crise ».

Est-il possible de prévenir la migraine ?

« Plusieurs médicaments appartenant à des classes thérapeutiques très différentes ont une efficacité démontrée par des essais thérapeutiques contrôlés contre placebo », répond l’Inserm. « C’est le cas de certains bêta-bloquants ou d’autres molécules utilisées dans le traitement de l’hypertension artérielle, de certains antidépresseurs, de certains médicaments agissant sur les récepteurs à la sérotonine ou encore d’antiépileptiques. L’utilisation de la toxine botulique peut être une alternative chez des patients lourdement handicapés par une migraine chronique. La stimulation magnétique transcrânienne ou la stimulation du grand nerf occipital font également leurs preuves chez certains patients. »

Enfin, certaines thérapeutiques non médicamenteuses sont indiquées même si les preuves scientifiques de leur efficacité sont limitées. Les meilleurs travaux ont eu lieu sur la relaxation qui est recommandée chez l’enfant, et chez tous les patients qui font un lien entre la survenue de crise de migraine et un état de stress, de tension physique ou psychique. L’acupuncture semble avoir un effet chez certaines personnes.

http://destinationsante.com/

Le Saviez-Vous ► 10 trucs au sujet des chiens qui vont vous épater !


Comme les chats, les chiens aussi ont des particularités intéressantes comme ceux capable de détecter des maladies ..
Nuage

 

10 trucs au sujet des chiens qui vont vous épater !

 

chien tire langue

Vous saviez par exemple que votre toutou était un bien meilleur docteur que vous ?

Comme nous, les chiens peuvent rêver, et ça a l’air plutôt chouette !

Pendant le sommeil REM, le chien peut rêver et produire des mouvements involontaires. Tous les chiens ne rêvent pas de la même façon et il semblerait que les chiens rêvent de trucs de chiens !

    Les chiens peuvent flairer certaines maladies

    Avec 220 millions de récepteurs olfactifs, les chiens ont un odorat très développé. Selon une récente étude, ils peuvent détecter pas moins de 6 maladies, dont les migraines, l’hypoglycémie, certains cancers…

    Le chien a une moins bonne vision que nous, mais voit mieux dans le noir

    Contrairement à ce qui est souvent dit, le chien ne voit pas en noir et blanc. Par contre, sa vision est bien meilleure que la nôtre dans le noir grâce à une structure de l’oeil différente.

    Le Labrador est la race la plus populaire aux Etats-Unis

    Et cela depuis 26 ans.

    L’empreinte de la truffe du chien est unique, comme celle de nos doigts

      truffe de chien

      Aucun chien n’a la même truffe contrairement à ce que l’on pourrait croire !

      Si le chien ADORE se rouler dans des saletés (ou pire), c’est que pour lui ça sent divinement bon

      Le chien a donc un odorat plus développé que nous, et qui fonctionne sans doute un peu différemment !

      Si le chien dort en boule, c’est à cause de son instinct

        chien en boule

        Cela leur permet de protéger leurs organes les plus fragiles en cas d’attaque. Et ça protège aussi du froid.

        La race Saluki serait la plus ancienne encore en vie

          race saluki chien

          Certains historiens identifient le Saluki comme existant en tant que race dès 329 avant notre ère en Egypte.

          Les chiens peuvent distinguer les émotions dans la voix

          Tout comme les Hommes, les chiens peuvent comprendre grâce aux variations d’intonation si l’on est content, en colère…

          Si vous avez plus de 30 ans, vous étiez vivant avant chaque chien actuellement sur terre

          Evident si l’on sait que le chien le plus vieux a vécu 29 ans.

        Par Elise Petter

        Crédits photo : Shutterstock

        https://wamiz.com