Au Mexique, un « arbre » artificiel combat la pollution



Un arbre artificiel qui a la faculté de produire de la photosynthèse à tous les jours pour aider a diminuer la pollution aux endroits difficiles a reboiser. Un arbre artificiel peut équivaloir à 368 arbres. C’est triste quand même remplacer la nature par l’artificiel, surtout que ces engins ne peuvent pas donner l’ombre qui aide à baisser la température d’un endroit.
Nuage


Au Mexique, un « arbre » artificiel combat la pollution

PHOTO ALFREDO ESTRELLA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Baptisée « BioUrban », cette structure métallique de 4 mètres, faite de cylindres empilés, reproduit le processus de photosynthèse d’un arbre 365 jours par an.

(Puebla) Au Mexique, pays dont la capitale connaît régulièrement des pics d’ozone et de microparticules, un « arbre » artificiel absorbe la pollution et, grâce à l’action de microalgues situées à l’intérieur, purifie l’air. 

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Ce système inhale la pollution et (fonctionne ensuite avec) un processus biologique à l’image d’un (véritable) arbre », explique à l’AFP Jaime Ferrer, cofondateur de Biomitech, à l’origine de ce projet.

Baptisée « BioUrban », cette structure métallique de 4 mètres, faite de cylindres empilés, reproduit le processus de photosynthèse d’un arbre 365 jours par an.

Cette entreprise créée en 2016 assure que chacun de ces dispositifs équivaut à 368 vrais arbres. 

Les « arbres » métalliques sont un complément à la nature, explique Jaime Ferrer, car ils peuvent être placés dans des zones à forte densité urbaine, difficiles à reboiser.

Ils peuvent être situés « dans des lieux de forte affluence (où se croisent) des piétons, des véhicules, des vélos et des transports en commun et où il n’est pas possible de planter un hectare d’arbres », déclare-t-il.

Le premier « arbre » a été installé à Puebla, une des principales villes du Mexique, dans une zone de ce type, à proximité d’une université.

« C’est intéressant que ce soit la technologie qui vient en aide à l’environnement, car désormais c’est urgent », juge Maria José Negrete, une étudiante de 21 ans.

L’entreprise, dont chaque « Biourban » vaut quelque 50 000 dollars généralement payés par les municipalités, doit en installer prochainement à Monterrey, dans le nord du Mexique, et au cœur de la gigantesque capitale de quelque 20 millions d’habitants, Mexico.

« Ce système ne prétend pas en finir avec la pollution de la ville de Mexico, il vient en soutien, pour remédier au problème de pollution des intersections ou des sites de grande affluence », précise Jaime Ferrer. 

La ville de Mexico est souvent sujette aux pics de pollution, la dissipation des gaz polluants étant compliquée par la chaîne de montagnes qui l’entoure.

Deux de leurs « arbres » artificiels ont déjà été installés en Turquie, un autre en Colombie et au Panama.

En 2015, la start-up allemande Green city solutions avait lancé « City Tree », une solution équivalente : un mur végétal qui purifie l’air à l’aide de mousse végétale.

https://www.lapresse.ca/

Ramassage des déchets le long des routes: les coûts augmentent


Il faut que des personnes ramassent les déchets qui sont abandonnés sur les réseaux routiers, et cela coûte de l’argent qui pourrait aller ailleurs, si les gens étaient responsables. Laisser les déchets finit par ce désagrégé et se transforme en microparticules qui se retrouvent dans la nature. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’aujourd’hui, on parle partout qu’ils faut tenir l’environnement sans déchet et curieusement, les détritus augmentent. Quoiqu’il en soit, l’idée dont on oblige les délinquants qui polluent les routes à nettoyer l’environnement est probablement une très bonne idée. Cela ferait peut-être réfléchir.
Nuage

Ramassage des déchets le long des routes: les coûts augmentent

 

Le coût du ramassage des déchets sauvages qui... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Le coût du ramassage des déchets sauvages qui se trouvent sur le réseau routier provincial a augmenté de 43 % depuis 2011, au Québec.

 

JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ
La Presse

Le coût du ramassage des déchets sauvages qui se trouvent sur le réseau routier provincial a augmenté de 43 % depuis 2011, au Québec, tandis que les contraventions pour ce type d’infraction sont restées stables, a appris La Presse. Des défenseurs de l’environnement déplorent un « manque de civisme » lourd de conséquences.

Ramasser les déchets qui jonchent les routes et autoroutes sous la responsabilité du ministère des Transports du Québec a coûté 783 696 $ au Trésor public, en 2017.

C’est 43 % de plus que les 549 068 $ déboursés en 2011, révèlent des données obtenues par La Presse en invoquant la loi sur l’accès à l’information du Québec.

À l’exception du sommet de 902 791 $ atteint en 2016, il s’agit d’une progression constante.

Le Ministère ignore cependant la quantité de déchets ramassés, puisqu’il ne possède « aucune statistique spécifique » à ce sujet, a indiqué à La Presse sa porte-parole Mila Roy.

Pendant ce temps, les policières et policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont remis en moyenne 386 constats d’infraction par année à des gens ayant jeté ou laissé tomber des objets sur la voie publique, révèlent d’autres données obtenues aussi en vertu de la loi sur l’accès à l’information.

Ces chiffres, qui ne tiennent pas compte des constats qui pourraient avoir été annulés par un tribunal à la suite d’une contestation, concernent uniquement les contraventions remises en vertu de l’article 498 du Code de la sécurité routière (CSR), qui interdit de « jeter, déposer ou abandonner des objets ou matières quelconques sur un chemin public ».

Or, les contraventions pour ce type d’infraction sont souvent données en vertu de règlements municipaux, a indiqué à La Presse une source policière.

La Sûreté du Québec dit ignorer le nombre de constats d’infraction remis par ses policiers en vertu de règlements municipaux.

« Il n’est pas possible d’extraire ces données au niveau national » puisqu’elles proviennent des municipalités, a indiqué le bureau de la sécurité routière du corps policier.

L’amende pour une infraction à l’article 498 du CSR est de 60 $, auxquels il faut ajouter les frais administratifs de 27 $ et la contribution de 10 $ au Fonds d’indemnisation des victimes d’accidents d’automobile, pour un total de 97 $ ; il n’y a aucun point d’inaptitude.

« Il faut que l’infraction soit vue par nos policiers ou relatée par quelqu’un qui est prêt à témoigner » pour qu’elle puisse être punie par une contravention, a expliqué à La Presse le sergent Daniel Thibaudeau, porte-parole de la SQ.

Manque de « civisme »

« C’est un manque de savoir-vivre et de civisme, je trouve ça inacceptable ! », s’indigne Karel Ménard, directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets.

Ces déchets, une fois désagrégés en « microparticules », vont en effet se retrouver « dans la nature, les ruisseaux, les rivières, le fleuve, et ce sera éventuellement ingéré par la faune », s’inquiète-t-il.

Le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, partage la même indignation et parle de « pratiques un peu sauvages ».

« C’est une problématique qui s’apparente à ce qu’on voit dans les cours d’eau et les océans : des matières plastiques et jetables qui ne se décomposent pas. » – Christian Simard, Nature Québec

Il serait selon lui « intéressant que le ministère des Transports caractérise les déchets qu’il ramasse pour [en] identifier les générateurs », ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle.

« Ni le Ministère ni les contractants qui ramassent les détritus n’effectuent la caractérisation des vidanges ramassées », a indiqué à La Presse la porte-parole Mila Roy.

L’organisme de Karel Ménard, lui, avait mené une étude il y a quelques années, à Laval, pour caractériser les déchets trouvés au bord des autoroutes :

« C’était principalement des bouteilles d’eau et des gobelets de café du Tim Hortons », raconte-t-il.

Pistes de solution

« On a un problème de société de gaspillage éhonté, regrette Christian Simard. Tout est à jeter, les biens ne sont pas durables. »

Il faudrait à son avis instaurer des mesures incitatives « à la réutilisation », comme un système de consigne élargi, une idée que partage Karel Ménard

« S’il y avait une consigne sur les bouteilles d’eau, je suis pas mal sûr que les gens garderaient ça dans l’auto. » Karel Ménard, Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets

Les deux défenseurs de l’environnement estiment qu’il devrait y avoir des campagnes de sensibilisation sur la question, au même titre que celles incitant les camions à ne pas rouler en surcharge de poids.

Il faudrait également davantage de mesures coercitives, croient-ils ; Karel Ménard estime d’ailleurs qu’une amende de 60 $, « ce n’est pas énorme ».

« Pourquoi pas des corvées ? se demande-t-il. Au lieu que les gens paient des amendes, pourquoi ne pas les convier à une corvée de nettoyage ? »

– Avec la collaboration de William Leclerc, La Presse

https://www.lapresse.ca/

Du plastique retrouvé dans les entrailles de la Terre


La pollution plastique qui flotte sur la surface de l’eau est immense. Avec le temps, il se décompose et avec des bactéries qui s’y accrochent, le plastique coule dans les profondeurs de la mer. Ils ont trouvé du plastique dans le tube digestif des crevettes vivent dans la fosse océanique la plus profonde sur terre( 6 milles et 11 mille mètres de profondeurs). Il y a des substances polluantes qui sont interdites depuis quelques années, mais ces substances peuvent subsister pendant 2000.
Nuage

 

Du plastique retrouvé dans les entrailles de la Terre

 

Les particules microplastiques sont soit déversées directement dans les mers via les égouts et les rivières, soit se forment lorsque de gros morceaux de plastique s'écoulent.

Les particules microplastiques sont soit déversées directement dans les mers par les égouts et les rivières, soit se forment lorsque de gros morceaux de plastique se décomposent avec le temps.

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Des créatures évoluant dans les grandes profondeurs ont été retrouvées avec du plastique dans leurs intestins, révèle une étude publiée la revue Royal Society Open Science.

La pollution plastique se retrouve partout, même dans les zones plus isolées. Si la grande majorité des recherches sur la pollution par le plastique en milieu océanique s’est concentrée sur les eaux de surface, une récente étude, elle, s’est concentrée sur les profondeurs marines. Et les entrailles de la Terre ne semblent pas épargnées. Une équipe de chercheurs britanniques affirme en effet avoir découvert des cas d’ingestion de plastique chez de petites crevettes à l’intérieur de six des plus profondes fosses océaniques de la planète.

Nos poubelles dans les abysses

Dans la fosse des Mariannes – la fosse océanique la plus profonde de la planète – 100 % des crevettes étudiées, vivant entre 6 000 et 11 000 mètres de profondeur, présentaient des fibres plastiques dans leur tube digestif. Autres exemples avec la fosse du Pérou-Chili, dans le sud-est du Pacifique, la fosse du Japon, ou dans la fosse des Nouvelles-Hébrides. Sur les 90 créatures disséquées au total, 65 – soit plus de 72 % – contenaient au moins une microparticule de plastique dans leurs intestins.

« Une partie de moi s’attendait à trouver quelque chose, mais pas au point d’avoir 100 % des individus du lieu le plus profond du monde avec des fibres dans leurs entrailles. C’est énorme », explique à l’AFP Alan Jamieson, chercheur en écologie marine à l’Université britannique de Newcastle, et principal auteur de l’étude.

fosse mariannes

La fosse des Mariannes, qui pointe à plus de 11 000 mètres de profondeur. Crédits : Wikipédia

Des contaminants vieux de plusieurs années

Il ressort également de cette étude, après analyses des fibres – du nylon, principalement – que les liaisons atomiques de chaque particule n’étaient plus les mêmes comparées à un matériau neuf. Pour les chercheurs, cela suggère que ces morceaux de plastique ont été ingérés il y a plusieurs années. Ces microparticules se forment lorsque de plus gros morceaux de plastique se décomposent avec le temps en surface. À mesure que le temps passe, et que les bactéries s’y accrochent, ces particules deviennent alors de plus en plus lourdes et finissent par couler. Elles sont ensuite ingérées par des organismes évoluant en profondeur.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle pollution d’origine anthropique est constatée en grandes profondeurs. Une étude publiée en 2017 dans la revue Nature Ecology & Evolution avait en effet relevé des niveaux « extraordinaires » de pollution à 10 km de profondeur dans la fosse des Mariannes. Les chercheurs avaient notamment décelé la présence, en abondance, de PCB, des polluants industriels hautement toxiques. Ces substances polluantes sont pourtant interdites depuis de nombreuses années dans beaucoup de pays. Certaines de ces particules, en revanche, peuvent “tenir” dans la nature pendant plus de 2 000 ans.

Source

https://sciencepost.fr/

Des microparticules de plastique dans l’eau embouteillée


Le plastique est partout en différents formats. Quand ils sont en microparticule, il s’infiltre partout même dans l’eau embouteillée. Est-ce alarmant ? Il semble que même en petite quantité cela pourrait devenir une inquiétude
Nuage

 

Des microparticules de plastique dans l’eau embouteillée

 

Photo : iStock

Des tests menés sur 250 bouteilles de 11 marques provenant des cinq continents montrent la présence de microparticules de plastique dans l’eau embouteillée.

Des échantillons d’eau vendue sous l’appellation « pure » ont été testés par un laboratoire indépendant mandaté par l’organisation internationale de journalisme Orb Media.

Les contaminations, souvent invisibles à l’oeil nu, sont : du polypropylène (54 %), des fibres de nylon (16 %), du polystyrène (11 %) et du polytéréphtalate d’éthylène (10 %).

Des microplastiques vus sous la loupe d'un microscope.

Des microplastiques vus sous la loupe d’un microscope.  Photo : Joshua Kurek

Les chercheurs estiment que la majeure partie de ce plastique provient du contenant lui-même et de son capuchon. Le reste proviendrait de la source d’eau elle-même.

Les microparticules – voire nanoparticules – proviennent souvent de produits qui se sont désintégrés dans l’eau avec le temps.

« Ils sont tellement petits qu’on ne peut les voir qu’au microscope », explique la chimiste Sherri Mason, de l’Université d’État de New York à Fredonia.

La chimiste Sherri Mason de l’Université d’État de New York à Fredonia.

La chimiste Sherri Mason de l’Université d’État de New York à Fredonia.  Photo : Radio-Canada

On a trouvé du plastique dans tous les plans d’eau qu’on a étudiés, et même dans la glace de l’Arctique. C’est un produit extrêmement envahissant. La chimiste Sherri Mason

La chimiste et son équipe en ont donc trouvé dans l’eau douce, dans l’eau salée, dans l’eau du robinet, mais aussi dans l’eau embouteillée de grandes compagnies comme Evian, Aquafina, Dasani, Nestlé, achetée dans neuf pays différents.

Leur étude révèle que :

  • Pas moins de 93 % des bouteilles étaient contaminées par des microbilles de plastique;
  • Il y a en moyenne 315 microparticules par litre d’eau embouteillée;
  • Quelques-unes des bouteilles en contenaient même entre 5000 et 10 000.

Dans ces travaux, une microparticule était considérée comme telle lorsqu’elle mesurait de 0,1 à 5 micromètres.

Leur présence été confirmée à l’aide de microscopes infrarouges utilisés dans cette industrie.

Lorsqu’elles ont été contactées pour commenter ces résultats, deux grandes marques ont confirmé que leurs produits contenaient du microplastique, mais elles ont déclaré que l’étude d’Orb en surestimait considérablement la quantité.

Un danger pour les humains?

Ces résultats posent aussi la question de leur dangerosité pour la santé humaine.

Le plastique, c’est un contaminant dans l’environnement, il peut avoir des effets de, donc déranger le fonctionnement normal des hormones chez les animaux, y compris chez l’homme. Louise Hénault-Éthier, Fondation David Suzuki

Selon elle, le problème est bien réel, même s’il s’agit de microdoses de contaminants.

« Même une très petite quantité de plastique dans nos bouteilles d’eau, ça pourrait s’avérer être une inquiétude du point de vue toxicologique », poursuit-elle, particulièrement « si on prend en considération le cocktail de produits chimiques auquel on est exposé au quotidien ».

« Ce n’est pas une situation catastrophique, mais elle est préoccupante », explique Sherri Mason, qui estime que ces travaux devraient nous forcer à réévaluer notre utilisation des plastiques.

Le groupe Orb Media a fait parvenir les résultats de son enquête aux 11 compagnies testés. Il est possible de consulter leurs réponses et d’obtenir d’autres informations sur l’enquête à l’adresse OrbMedia.org.

Au Canada, on interdit maintenant la vente de produits de beauté qui contiennent des microbilles. Le gouvernement fédéral reconnaît aussi, depuis 2016, que les microbilles de plastique sont une substance toxique.

http://ici.radio-canada.ca/

Les océans pollués par des particules invisibles de plastique


La pollution est un enjeu sérieux pour les océans. Nombre de produits, comme les pneus, les vêtements synthétiques, la poussière de villes, microbilles dans les cosmétiques font des microparticules qui entre dans la chaine de l’alimentation, du poisson à notre assiette
Nuage

 

Les océans pollués par des particules invisibles de plastique

 

Ces polluants se trouvent notamment dans les enduits... (ARCHIVES AP)

Ces polluants se trouvent notamment dans les enduits de bateau, les marquages routiers, mais aussi dans les microbilles des cosmétiques et dans la poussière urbaine.

ARCHIVES AP

Agence France-Presse
Genève

 

Les océans ne sont pas seulement pollués par les amas de déchets flottants mais aussi par des microparticules invisibles de plastique, présentes dans les pneus et les vêtements synthétiques, qui affectent les écosystèmes et la santé, avertit mercredi l’IUCN.

Elles représentent une part importante de la «soupe plastique» qui encrasse les eaux, soit entre 15 et 31% des quelque 9,5 millions de tonnes de plastique déversées chaque année dans les océans, indique l’Union internationale pour la conservation de la nature, dans un rapport.

L’IUCN, institution de référence dans de nombreux domaines environnementaux, a découvert que dans beaucoup de pays développés d’Amérique du Nord et d’Europe, la pollution de ces particules a dépassé celles des déchets plastique, qui eux font l’objet d’une gestion efficace.

«Nos activités quotidiennes, telles que laver du linge et conduire, contribuent de façon importante à la pollution qui étouffe nos océans, avec des effets potentiels désastreux sur la riche diversité de la vie sous-marine et sur la santé humaine», avertit la responsable de l’IUCN, Inger Andersen, dans un communiqué.

Ces particules se trouvent aussi dans les enduits de bateau, les marquages routiers, mais aussi dans les microbilles des cosmétiques et dans la poussière urbaine.

«Nous devons regarder plus loin que la gestion des déchets si nous voulons traiter la pollution des océans dans son ensemble», estime Mme Andesern.

Karl Gustaf Lundin, qui dirige le Programme marin et polaire au sein de l’IUCN, reconnaît que peu d’études ont été effectuées sur l’impact sur la santé de ces minuscules particules qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire ou des ressources en eau.

Mais, explique-t-il à l’AFP, elles sont suffisamment petites pour s’infiltrer dans les membranes, «et donc nous devons supposer qu’il y aura probablement un impact considérable».

L’IUCN demande donc aux fabricants de pneus et de vêtements d’innover pour rendre leurs produits moins polluants.

M. Lundin suggère également que le caoutchouc soit à nouveau plus largement utilisé dans la fabrication des pneus, que les enduits plastiques soient bannis dans l’industrie textile et que les fabricants de lave-linge installent des filtres à micro, voire, nanoparticules de plastique.

La situation est particulièrement inquiétante dans l’Arctique, la plus grande source de produits de la mer pour l’Europe et l’Amérique du Nord, note M. Lundin.

«Il semble que les microplastiques soient congelés dans la glace et comme leur présence abaisse le point de fusion de la glace, vous constatez une disparition plus rapide de la glace de mer», at-il expliqué.

Quand la glace fond, elle relâche du plancton qui attire les poissons, ce qui permet aux particules de plastique «de pénétrer directement dans notre chaîne alimentaire».

http://www.lapresse.ca/