Le Saviez-Vous ► Dallol, le seul endroit sur Terre où la vie n’existe pas


Nous savons pour que la vie puisse s’épanouir sur une planète, il faut des ingrédients soient présents. Sur la Terre, nous avons une multitude organismes vivants aussi grand que la girafe, aussi grosse que la baleine bleue, aussi petit que des micro-organismes invisibles à l’oeil nue, cela grouille de partout. Partout ? Non, il existe des endroits stériles même si l’eau est présente.
Nuage


Dallol, le seul endroit sur Terre où la vie n’existe pas


Nous ne nous attendrions pas à trouver de la vie dans des environnements similaires sur d’autres planètes. Alors, pourquoi penser en trouver sur Terre, dans la région aux conditions multi-extrêmes de Dallol, en Éthiopie ? Des chercheurs ont passé la zone au crible. Et ils n’y ont en effet trouvé aucune trace de vie.

En mai dernier, une équipe de chercheurs annonçaient avoir découvert des organismes nanoscopiques dans la zone volcanique de Dallol (Éthiopie), une région aux conditions multi-extrêmes, peu favorable au développement de la vie. Mais de nouveaux travaux menés par une équipe franco-espagnole viennent aujourd’hui semer le doute sur ces conclusions.

« Après avoir analysé beaucoup plus d’échantillons que lors des travaux précédents — à l’aide de nombreuses techniques complémentaires –, avec des contrôles adéquats pour ne pas les contaminer et une méthodologie bien calibrée, nous avons vérifié qu’il n’y avait pas de vie microbienne dans ces eaux salées, chaudes et hyperacides ou dans les lacs de saumure riches en magnésium voisins », assure Purificacion Lopez Garcia, chercheur en biologie évolutive au CNRS.

De nouvelles limites à la vie

« Et ceci malgré la grande diversité d’archées halophiles— un type de micro-organisme primitif adorant le sel — que l’on trouve dans le désert et les canyons environnants et l’intense dispersion microbienne dans cette zone, due d’une part au vent et d’autre part aux touristes », poursuit Purificacion Lopez Garcia.

Pour expliquer les précédents résultats discordants, les chercheurs signalent aussi que certains précipités minéraux de Dallol, riches en silice, ressemblent à s’y méprendre à des cellules microbiennes. Ils appellent ainsi à la prudence lors de l’interprétation à venir de candidats de biosignatures sur d’autres planètes. Et, compte tenu du fait qu’il existe bien des régions sur Terre complètement stériles, malgré la présence d’eau, ils estiment que ce critère devrait être considéré avec retenue lorsqu’il s’agit d’établir l’habitabilité d’une exoplanète.

https://www.futura-sciences.com/

Le Saviez-Vous ► A Quoi Ressemblait le Climat Sur Terre Auparavant


La Terre a connu différent climat pouvant aller d’un extrême à l’autre, C’est changements de climat a permis à des espèces d’animaux et de végétaux de disparaitre ou bien d’apparaitre. Ces processus depuis l’apparition de notre planète ont pris des millions d’années entre les différents climats. Cependant, notre époque accélère les changements climatiques par l’activité humaine
Nuage


A Quoi Ressemblait le Climat Sur Terre Auparavant


Quel climat merveilleux – du tropical au polaire, de l’aride à l’humide, et tout ce qui se trouve “juste entre les deux”. Il change constamment et apporte énormément de variations, et ce, depuis la naissance de notre planète Terre. Jusqu’à présent, tout ce que je sais, c’est que tout était complètement différent auparavant. Par exemple, il y a 4,5 milliards d’années, il faisait super chaud et tout était en fusion. Tu pouvais voir des océans de magma partout. Et il a fallu près d’un milliard d’années à la Terre pour prendre sa forme solide…

SOMMAIRE :



Cela s’est fait il y a 3,8 milliards d’années ! La pluie est venue de ces nuages-là, les premiers de l’histoire de la Terre. Ils se sont formés parce que la planète a commencé à se refroidir, permettant à l’eau de passer de l’état gazeux à l’état liquide !


– L’atmosphère était extrêmement toxique il y a 3,5 milliards d’années. Au moins, ces micro-organismes précoces vont remplir l’atmosphère d’oxygène au cours des 2 milliards d’années à venir.


– Il y a environ 2,5 milliards d’années, la période de glaciation huronienne a commencé. Alors que l’oxygène remplit l’atmosphère et remplace le méthane, il ne peut pas retenir la chaleur comme il faut.


– Il y a 2 milliards d’années, la couche d’ozone a commencé à se former. Non seulement elle protège la planète des mauvais rayons du soleil, mais elle la réchauffe aussi un peu !


– Il y a environ 200 millions d’années, ces reptiles géants sont apparus, et ils ont imposé leur loi sur la planète pour les 175 millions d’années à venir.


De 100 à 65 millions d’années auparavant, la planète subit de nombreux changements. La masse Terrestre se divise en plusieurs continents, tels que nous les connaissons aujourd’hui.


Il y a 55 millions d’années, quelque chose de similaire au réchauffement climatique que nous connaissons aujourd’hui a eu lieu.


Au cours des 2 millions d’années qui suivent, la vie sur Terre est comme un manège à sensation avec des températures qui montent et qui descendent dans les extrêmes.


– Ah, nous voici à l’Âge de Glace qui a commencé il y a 2,5 millions d’années. La température est d’environ 12 degrés de moins que celle d’aujourd’hui.


– Dans la période entre 120 et 30 000 ans auparavant, il pleuvait des cordes ! Même le Sahara était humide et fertile – regarde un peu ces lacs, ces marécages et ces fleuves.


– Il y a environ 26 000 ans, la glace a commencé à se répandre à nouveau. C’est ce que l’on appelle le dernier maximum glaciaire.


– C’est une période chaude et humide avant le début de l’Holocène.


  Entre 7 500 et 3 500 avant J.-C., la dernière période humide africaine prend fin.


– Il ne fait pas plus chaud à l’époque de l’Âge de Fer, qui dure de 900 à 300 avant J.-C.


– L’Âge de Glace se profile aux alentours de 1300 jusqu’à 1850. Il n’est pas aussi extrême que les précédents cependant. Mais tout de même, certains intervalles sont plutôt rudes !

HORODATAGE :

Des océans de magma 0:17

Pourquoi est-il si difficile de respirer ? 0:56

La glaciation huronienne 1:56

Des dinosaures ! 2:42 

Le réchauffement climatique 3:29

Eeet… l’Âge de Glace ! 4:33

Que se passe-t-il en Afrique ? 6:33

Et en Amérique ? 6:54

Explosion du Vésuve 7:12

Le Petit Âge de Glace 8:46

Réchauffement climatique : cessons d’ignorer les microbes, la majorité invisible


Avec le réchauffement climatique on entend parler de disparitions d’animaux et de plantes, de sécheresses, pluies, inondations, des températures extrêmes, réchauffement des océans etc, mais rare qu’on parle des micro-organismes tels que virus, microbes, bactéries car eux aussi, il faut prévoir de gros changements. Ne pas en tenir compte dans les scénarios futurs risque de fausser les analyses

Nuage


Réchauffement climatique : cessons d’ignorer les microbes, la majorité invisible



Nathalie Mayer
Journaliste


 

C’est un véritable « avertissement à l’humanité » que des chercheurs viennent de publier dans la revue Nature. Ils appellent le monde à cesser d’ignorer « la majorité invisible » que constituent les microbes. Arguant que l’impact du réchauffement climatique dépendra dans une large mesure de leurs réactions.

Rares sont ceux qui le contestent aujourd’hui. Le réchauffement climatique a un impact sur la plupart des formes de vie sur Terre. Or, les micro-organismes soutiennent l’existence même de la vie évoluée sur notre planète. Ainsi, pour comprendre comment les êtres humains ainsi que toutes les autres formes de vies — y compris celles qui n’ont pas encore été découvertes — peuvent résister au réchauffement climatique, il est essentiel d’intégrer à l’équation, des connaissances sur cette « majorité invisible ».

Voilà qui résume la déclaration récente qu’un groupe international de microbiologistes vient de publier dans la revue Nature. Ils espèrent ainsi sensibiliser l’opinion à la fois sur l’influence des microbes — y compris les virus et les bactéries — sur le changement climatique et sur les conséquences du réchauffement climatique sur les microbes.

Rappelons, en effet, que dans les océans, le phytoplancton (une forme de vie microbienne) utilise l’énergie du soleil pour éliminer le CO2 de l’atmosphère de manière aussi efficace que les plantes terrestres. Et il constitue la base de la chaîne alimentaire marine. Mais, à l’ère du réchauffement climatique, le phytoplancton pourrait subir un déclin important. Une menace pour la stabilité d’un réseau alimentaire qui s’étend jusqu’à l’Homme.

Les chercheurs espèrent que leur déclaration sensibilisera au rôle et à la vulnérabilité des microbes, mais ils appellent également à l’intégration de la recherche microbienne dans les modèles climatiques établis pour mieux lutter contre le réchauffement. Ici, une couche brune de micro-organismes végétaux formant la base de nombreux réseaux alimentaires et mis en danger par la fonte des glaces. © Ricardo Cavicchioli, UNSW Sydney

Les chercheurs espèrent que leur déclaration sensibilisera au rôle et à la vulnérabilité des microbes, mais ils appellent également à l’intégration de la recherche microbienne dans les modèles climatiques établis pour mieux lutter contre le réchauffement. Ici, une couche brune de micro-organismes végétaux formant la base de nombreux réseaux alimentaires et mis en danger par la fonte des glaces. © Ricardo Cavicchioli, UNSW Sydney

    Intégrer les microbes aux modèles

    Sur la terre ferme, l’élevage de ruminants, notamment, libère de grandes quantités de méthane — un puissant gaz à effet de serre — à partir des microbes vivant dans leur rumen.

    Les changements climatiques influent aussi sur l’impact des microbes pathogènes sur les plantes, les animaux et les Hommes. Car le réchauffement est synonyme de stress pour des individus qui deviennent plus sensibles aux agents pathogènes. Et les évolutions du climat augmentent aussi le nombre et la portée des vecteurs de ces microbes comme les moustiques ou les petits mammifères.

    S’ils ne tiennent pas compte des microbes, les modèles ne peuvent pas être justes

    « Notre déclaration souligne la nécessité d’étudier les réponses microbiennes au changement climatique et d’inclure la recherche basée sur les microbes lors de l’élaboration des décisions en matière de politique et de gestion. Si les microorganismes ne sont pas pris en compte de manière efficace, cela signifie que lesmodèles climatiques ne peuvent pas être générés correctement et que les prévisions peuvent être inexactes », conclut le professeur Ricardo Cavicchioli, de l’École de biotechnologie et de sciences biomoléculaires (BABS), à l’université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie). 

    Les microbiologistes qui le souhaitent sont invités à signer en ligne cet « avertissement à l’humanité ».

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Des microbiologistes ont publié dans la revue Nature, un « avertissement à l’humanité ».

  • Le rôle et la vulnérabilité des microbes en matière de réchauffement climatique doivent être mieux considérés.

  • Sans quoi, les modèles générés ne pourront pas être exacts.


https://www.futura-sciences.com

Nous pourrions bientôt fabriquer du plastique de manière durable


Le plastique fut une révolution, mais malheureusement, nous sommes aux prises avec un énorme problème de pollution. Enfin, il est possible de fabriquer du bio plastique sans pétrole, ni d’eau douce.
Nuage

 

Nous pourrions bientôt fabriquer du plastique de manière durable

 

Plastique

Crédit: CC0 Public Domain

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Une équipe de chercheurs de l’Université de Tel Aviv, en Israël, explique dans une récente étude être parvenue à produire un bio-polymère à partir de micro-organismes et d’algues cultivés dans de l’eau de mer.

En d’autres termes : pas de pétrole, pas de sols fertiles, et pas d’eau douce. Un procédé qui devrait à terme avoir le pouvoir de révolutionner l’industrie du plastique, hautement polluante.

«Les plastiques mettent des centaines d’années à se décomposer (…) Ils mettent en danger les animaux et polluent l’environnement, explique le docteur Golberg, de la Porter School of Environmental Sciences de l’Université de Tel Aviv. Le plastique est également produit à partir de produits pétroliers, dont le processus industriel libère des contaminants chimiques en tant que sous-produit».

Produire du plastique sans terres et sans eau douce

Le problème des bioplastiques “sans pétrole” – généralement présentés comme une alternative – est que le processus de création implique de cultiver des plantes ou des bactéries pour fabriquer ces plastiques. Des ressources en terres et en eau sont alors nécessaires. Mais tout le monde ne dispose pas de ces ressources, et l’eau douce commence à se faire très rare dans certaines régions. Ce nouveau procédé implique ici de fabriquer du “plastique” (polyhydroxyalcanoate) à partir de micro-organismes marins (eau de mer), qui se recyclent complètement en déchets organiques.

«Nous utilisons comme matière première des algues multicellulaires, cultivées en mer, explique en effet le docteur Golberg. Ces algues sont consommées par des micro-organismes mono-cellulaires, qui se développent également dans de l’eau très salée et produisent un polymère pouvant être utilisé pour la fabrication de bio-plastique. Il existe déjà des usines qui produisent ce type de bioplastique en quantités commerciales, mais elles utilisent des plantes qui nécessitent des terres agricoles et de l’eau douce, rappelle en effet le chercheur. Le processus que nous proposons permettra aux pays qui manquent d’eau douce, tels qu’Israël, la Chine et l’Inde, de passer de plastiques dérivés du pétrole à des plastiques biodégradables».

recolte plastique Plastic Odyssey

Récolte de plastique à Concarneau, peut avant le test d’Ulysse. Crédits : LUCAS SANTUCCI / ZEPPELIN NETWORK

Fabriquer des plastiques aux propriétés différentes

Ces recherches, qui permettraient à terme de se passer de terres arables et d’eau douce, se poursuivent.

«Pour le moment nous essayons de comprendre comment différentes souches de bactéries provoquent une fermentation différente parmi les espèces d’algues diverses, note le chercheur. Chaque algue produisant un sucre différent, le produit plastique final est également différent. Nous menons donc actuellement des recherches pour trouver les bactéries et algues les plus adaptées à la production de polymères pour fabriquer des plastiques présentant des propriétés différentes».

On rappelle que 8,3 milliards de tonnes de plastique auraient été produites entre 1950 et 2015, révélait il y a quelques semaines une étude publiée dans Sciences Advances. Sur ces 8,3 milliards de tonnes, 6,3 milliards (soit 79 %) se présentent aujourd’hui sous forme de déchets non recyclés.

Source

https://sciencepost.fr/

Les entrailles de la Terre grouillent de vie «intraterrestre»


Si on ne trouve pas d’extraterrestre dans l’espace, nous ne manquons pas de découverte avec les intra terrestres. En effet, la vie existe dans les profondeurs de la terre. Des micro-organismes à profusions dans des conditions inouïes arrivent à survivre.
Nuage

 

Les entrailles de la Terre grouillent de vie «intra terrestre»

 

 

KERRY SHERIDAN, IVAN COURONNE
Agence France-Presse
Washington

Environ 70 % des microbes de la Terre vivent dans ses profondeurs, dans des roches autrefois considérées stériles, mais où bactéries et autres organismes unicellulaires abondent. Pour la première fois, des chercheurs ont estimé l’ampleur de cette vie profonde ou « intraterrestre ».

Des centaines de chercheurs internationaux membres du Deep Carbon Observatory – observatoire du carbone en profondeur – ont publié lundi à l’occasion du sommet américain de géophysique à Washington la somme de leurs travaux estimant que la vie profonde représentait une masse de 15 à 23 milliards de tonnes de carbone, soit 245 à 385 plus que celle des sept milliards d’humains.

Cela n’avait jamais été quantifié. Auparavant, la communauté scientifique ne disposait que d’observations ponctuelles.

Les chercheurs de cette collaboration internationale de 10 ans ont réalisé des centaines de forages, sous les continents et les océans.

Un bateau japonais a foré 2,5 kilomètres sous le plancher océanique, lui-même à 1,2 kilomètre sous la surface, capturant dans ses carottes des microbes jamais observés auparavant et vivant dans une couche de sédiments vieille de 20 millions d’années.

« Les microbes vivent partout dans les sédiments », dit à l’AFP Fumio Inagaki, de l’agence japonaise pour les sciences marines et de la terre. « Ils sont là et attendent… On ne comprend pas encore le mécanisme de la survie à long terme ».

Ces organismes vivent des kilomètres sous la surface, dans la croûte terrestre, et ont apparemment évolué séparément de la vie en surface.

« Ce sont de nouvelles branches dans l’arbre de la vie qui existent sur Terre depuis des milliards d’années, sans qu’on ne les ait jamais remarquées », dit à l’AFP Karen Lloyd, de l’Université du Tennessee. « C’est comme si vous veniez de découvrir soudain un collègue de bureau en vous retournant ».

Ces microbes sont principalement des bactéries et des archées, des micro-organismes unicellulaires. Certains sont zombies : ils utilisent toute leur énergie à survivre, sans aucune activité, dans des poches isolées de la surface depuis des temps immémoriaux – des dizaines de millions d’années, ou plus. Soumis à une pression extraordinaire et privés de nutriments, ils ne se reproduisent pas et n’ont aucune activité métabolique pour se réparer, par exemple.

D’autres bactéries ont une activité et fascinent les biologistes, car elles fonctionnent dans un système qui n’a rien à voir avec la surface, où toute la chaîne alimentaire dépend de la photosynthèse, qui fait pousser les plantes et permet à un ensemble d’organismes de se nourrir.

« Leur source d’énergie n’est pas le Soleil et la photosynthèse », dit à l’AFP Bénédicte Menez, responsable de l’équipe géomicrobiologie à l’Institut de Physique du Globe de Paris. « Ici, ce qui fait démarrer les communautés, c’est la chimiosynthèse : elles tirent leur énergie des roches, quand des roches s’altèrent ».

À quoi cela sert-il ?

Le record observé appartient à un organisme unicellulaire baptisé Geogemma barossii, trouvé dans des sources hydrothermales sur les fonds des océans. Il vit, croît et se réplique à 121 °C.

La vie profonde reste un formidable mystère scientifique. Comment les microbes se répandent-ils en sous-sol ? Sont-ils descendus de la surface, ou venus de l’intérieur de la Terre ? Jusqu’à quelle profondeur trouve-t-on du vivant ? Quelles sont les sources d’énergie principales des microbes : le méthane, l’hydrogène, les radiations naturelles… ?

Ces questions nous concernent, insistent les chercheurs.

« Par exemple, les scientifiques ne savent pas encore la manière dont la vie souterraine touche la vie en surface, et vice versa », dit Rick Colwell, de l’université d’État de l’Oregon.

Les humains accumulent les projets d’exploitation du sous-sol profond, par exemple, pour stocker du CO2 ou enfouir des déchets nucléaires. Jusqu’à présent, ces projets considéraient que les profondeurs étaient « globalement stériles », dit Bénédicte Menez. Mais, les interactions sont sans doute sous-estimées.

« Il y a une vraie prise de conscience de ces répercussions du vivant très profond dans la Terre », dit-elle.

La découverte change aussi notre regard sur les autres planètes – sur Mars, Par exemple, où l’on sait depuis cette année qu’il y a de l’eau liquide, mais où l’on cherche toujours une trace de vie.

Savoir que des microbes peuvent vivre à des niveaux de pression et de température extrêmes « peut nous aider à mieux chercher sur d’autres planètes », dit Rick Colwell, qui enseigne la discipline d’astrobiologie.

https://www.lapresse.ca/

Surprise : de la vie retrouvée sous terre, à 600 mètres de profondeur


Des cyanobactéries ont été trouvées a plus de 600 mètres de profondeur dans un site en Espagne que le sol est riche en fer et qui ressemble à des paysages de Mars. Ce qui a de particulier, c’est jusqu’à maintenant on croyait que ces microbes ne pouvaient vivre en air libre alors que sous-terre, ni eau, ni lumière, elles peuvent vivre aisément dans des conditions extrêmes
Nuage

 

Surprise : de la vie retrouvée sous terre, à 600 mètres de profondeur

 

cyanobactéries vie Espagne terre 600 mètres mars

Un échantillon de roche foré depuis les profondeurs de la Terre avec à l’intérieur des millions de bactéries. Crédits : CAB / IPBSL

par Brice Louvet

Une équipe de chercheurs annonce la découverte de millions de cyanobactéries évoluant sous la surface de la Terre, à 613 mètres de profondeur. Une observation qui étonne : les cyanobactéries ont normalement besoin de lumière pour survivre.

En Espagne, la région de Rio Tinto présente un paysage atypique et riche en fer, qui rappelle étrangement certains paysages retrouvés sur Mars. Autre particularité : la présence de micro-organismes à plus de 600 mètres de profondeur, normalement dépendants de la lumière du Soleil. En témoignent des opérations de forage faites il y a quelques semaines au fond d’une mine abandonnée. Les tronçons échantillonnés par une équipe de chercheurs du Centre espagnol d’astrobiologie de Madrid ont en effet révélé la présence de cyanobactéries dans le creux des roches. Or, aucun photon ne peut atteindre une telle profondeur.

« Vous allez dans le désert, vous avez des cyanobactéries, vous allez à la mer, vous trouvez des cyanobactéries, vous allez dans la Station spatiale internationale, vous pourriez retrouver ces microbes, les faire descendre, et ils survivront, explique Fernando Puente-Sánchez, principal auteur de l’étude publiée dans les Actes de l’Académie nationale des sciences. Le dernier habitat que nous n’avions jamais analysé était le sous-sol ».

Mais alors, comment ces micro-organismes normalement dépendants de la lumière du Soleil peuvent-ils survivre sans photons ? Réponse : en tirant l’énergie nécessaire de l’hydrogène.

Si leurs congénères – même dans les endroits les plus sombres – arrivent à capturer l’énergie photonique pour diviser l’eau et générer des électrons pendant la photosynthèse, ces cyanobactéries, privées de lumière, ont quant à elles évolué pour se nourrir d’hydrogène, dont elles tirent leur énergie. Il y avait en effet moins d’hydrogène aux endroits où ont été retrouvés les microbes, comparés aux endroits où ils étaient absents.

Une preuve de plus que les micro-organismes sont ultra-résistants et parfaitement capables de s’adapter aux environnements extrêmes. C’est aussi une bonne nouvelle pour les recherches futures de vie microbienne dans les sous-sols de Mars, qui ne présentent ni eau ni lumière du Soleil.

Source

https://sciencepost.fr/

Il y a plus d’espèces de microbes sur Terre que d’étoiles dans toute la Galaxie


Pourrait-on croire qu’il y a plus de bactérie, protiste, champignons, archées sur terre que d’étoile dans notre galaxie ? Si c’est vraiment le cas, il en reste énormément à découvrir
Nuage

 

Il y a plus d’espèces de microbes sur Terre que d’étoiles dans toute la Galaxie

 

Ciel étoile astronomie

Crédits : Adrian Pelletier / Pixnio

par Brice Louvet

Notre planète est habitée par près de 10 millions d’espèces animales. Mais qu’en est-il des formes de vie qui nous sont invisibles ? Combien d’espèces de bactéries, d’archées, de protistes ou autres champignons peuplent la Terre ?

Réponse : beaucoup. Plus que d’étoiles dans toute notre Galaxie.

Et il y en a des étoiles, dans notre Galaxie : environ 200 milliards, au bas mot. Mais ce n’est rien à côté des 1000 milliards d’espèces de micro-organismes (10 puissance 12 espèces). C’est du moins ce que suggèrent des estimations faites en 2016 par des biologistes de l’Université d’Indiana (États-Unis). Si tel est le cas, nous n’aurions connaissance que d’un millième de 1 % de toutes les espèces de la planète, et ce malgré tous nos efforts déployés pour documenter le catalogue du vivant. Si la compréhension de la biodiversité microbienne s’est transformée au cours de la dernière décennie (grâce au séquençage à haut débit et bio-informatique), il y a encore du chemin.

« Estimer le nombre d’espèces présentes sur Terre est un des plus grands défis de la biologie », déclarait en effet il y a quelques mois Jay T. Lennon, de l’Université de l’Indiana et principal auteur de l’étude.

Les chercheurs expliquent ici avoir recensé pas moins de 5,6 millions d’espèces de 35 000 endroits différents à travers le monde. Des modèles permettant de prévoir le développement de la biodiversité ont alors permis d’estimer le nombre d’espèces à plus de mille milliards. On ne parle pas ici du nombre de micro-organismes, mais bien du nombre d’espèces. Le nombre total d’organismes vivants sur Terre – un nonillion (10 puissance 30) dépasserait ainsi de loin le nombre total d’étoiles dans l’Univers.

Et qui dit espèces inconnues, dit également organismes inexploités. Connaître le nombre d’espèces microbiennes sur Terre – outre le fait de satisfaire la curiosité intrinsèque propre à Homo Sapiens – pourrait en effet avoir des implications bénéfiques à notre espèce. La perspective d’une biodiversité encore à exploiter pourrait en effet stimuler le développement de carburants alternatifs ou de traitements médicamenteux. De telles découvertes permettraient peut-être le développement de nouvelles cultures pour nourrir notre population en croissance rapide, malgré la pauvreté des terres, par exemple.

Source

https://sciencepost.fr/