Crash avion Malaysia Airlines : Il échappe à la mort deux fois


Un homme a échappé deux catastrophes aériennes de la Malaysia Airlines en quelques mois. Quand ce n’est pas ton heure, il y a des événements qui arrivent sans que l’on comprend pourquoi. Ce n’était pas sa destinée de mourir à ces deux avions
Nuage

 

Crash avion Malaysia Airlines : Il échappe à la mort deux fois

Il échappe aux deux crashs de la Malaysia Airlines

Le site du crash du vol MH17 et le miraculé Maarten de Jonge.

Photo : NEWSCOM/SIPA

MIRACULÉ – Un Néerlandais a frôlé la mort à deux reprises en cinq mois. Il aurait dû prendre place dans les deux avions de la Malaysia Airlines qui se sont crashés en Ukraine et dans l’Océan Indien. Mais des échanges de billets de dernière minute lui ont sauvé la vie.

Maarten de Jonge est un cycliste professionnel au palmarès modeste. Mais face à la mort, ce Néerlandais de 29 ans mène deux victoires à rien. Il a en effet la particularité d’avoir échappé aux deux catastrophes aériennes qui ont récemment frappé la Malaysia Airlines : le crash du vol MH17 en Ukraine jeudi, et la disparition du vol MH370, en mars dernier dans l’Océan indien.

La semaine dernière, ce coureur de l’équipe malaisienne Terengganu Cycling Team devait embarquer à bord du Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, afin de rejoindre le continent asiatique où il dispute la grande majorité de ses compétitions. Mais jeudi, au dernier moment, Marteen décide de bouleverser ses plans pour des raisons financières.

« J’ai préféré prendre un vol le dimanche car il était 300 euros moins cher. Il ne restait qu’une seule place… », confie le chanceux dans les médias néerlandais.

Une volte-face salutaire puisque l’avion s’écrasera quelques heures plus tard au milieu d’un champ ukrainien, abattu par un missile probablement tiré par les séparatistes pro russes. Une tragédie dans laquelle 298 passagers et membres d’équipage, dont au moins 189 citoyens néerlandais, ont trouvé la mort.

Il frôle la mort cinq mois plus tôt

Mais ce qui rend l’histoire de ce Néerlandais encore plus incroyable, c’est cet autre revirement de dernière minute qui lui avait déjà sauvé la vie en mars dernier. A l’époque, il devait se rendre à Pékin depuis la capitale malaisienne. Une fois de plus, l’homme échange son billet « afin de prendre un avion 50 minutes plus tôt ». Le vol MH377 décollera donc sans lui et disparaîtra des écrans radars, au large du Vietnam, deux heures plus tard avec 239 personnes à bord. Près de cinq mois plus tard, le mystère reste entier.

Si son histoire passionne les médias de son pays, Maarten de Jonge aimerait aujourd’hui retrouver l’anonymat.

 Dans un communiqué publié sur son site officiel, le cycliste explique ne plus vouloir « répondre aux très nombreuses sollicitations des radios et des télévisions ».

« Ce qui s’est passé est terrible. Par respect pour les victimes et leurs familles, je ne pense pas qu’il soit approprié de s’attarder sur mon histoire », écrit-il.

Et quand on lui demande s’il serait prêt à remonter à bord d’un avion de la Malaysia Airlines, le miraculé répond par l’affirmative :

« J’ai eu de la chance deux fois, pourquoi pas une troisième… »

http://www.meltybuzz.fr

Écrasement de la Malaysia Airlines Que s’est-il passé depuis?


Une tragédie qui n’aurait dû jamais arriver. Des victimes qui un jour ont pris l’avion pour ne jamais arriver à destination à cause d’un missile qui aurait touché en plein vol leur avion. Des questions, des doutes, des accusations sont lancés, mais l’enquête continue
Nuage

 

Écrasement de la Malaysia Airlines

Que s’est-il passé depuis?

 

    Après avoir offert son aide vendredi matin, Interpol a annoncé vendredi soir qu’il s’apprêtait à envoyer d’ici 48 heures une cellule de crise

    Principaux événements depuis le crash d’un avion de la Malaysia Airlines, avec à bord près de 300 personnes, jeudi dans l’est de l’Ukraine, région ravagée par le conflit entre séparatistes prorusses et forces loyalistes ukrainiennes.

    L’appareil, assurant le vol MH17 et détruit en vol, a été probablement abattu par un missile.

    JEUDI 17 JUILLET

  • Un Boeing 777 de la compagnie nationale malaisienne qui effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, avec 298 personnes à bord, s’écrase près du village de Grabove, aux environs de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk. L’appareil avait disparu des écrans des radars vers 16H20 locales (13H20 GMT), à 10.000 mètres d’altitude.

  • Au moins 189 personnes étaient des Néerlandais. Une centaine de spécialistes du sida étaient en route vers l’Australie, via Kuala Lumpur, pour participer à une conférence internationale.

  • Le président ukrainien Petro Porochenko déclare «ne pas exclure» que l’avion ait été «abattu». Le crash est «un acte terroriste», estime-t-il. De leur côté, les séparatistes affirment qu’il a été abattu par un appareil ukrainien.

  • Le président russe Vladimir Poutine accuse l’Ukraine de «porter la responsabilité» du crash en ayant repris ses opérations militaires dans l’Est.

  • L’avion a été abattu par un missile sol-air, mais l’origine reste encore incertaine, indiquent des responsables américains. Les analystes du renseignement américain «croient fortement» qu’un missile sol-air a abattu le Boeing et ils sont en train d’examiner les données, selon un de ces responsables.

  • La communauté internationale réclame une enquête «indépendante, complète et transparente» afin de faire la lumière sur le crash. Washington appelle à «un cessez-le-feu immédiat» pour permettre aux enquêteurs internationaux «un accès sûr» au site du crash.

    VENDREDI 18

  • Une boîte noire de l’avion a été retrouvée, indiquent des secouristes.

  • Une trentaine d’inspecteurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) arrivent sur les lieux de la chute de l’avion.

  • La chancelière allemande Angela Merkel appelle à un cessez-le-feu immédiat en Ukraine, enjoignant la Russie à contribuer à une «solution politique» au conflit.

  • Le président Barack Obama, évoquant une «tragédie atroce», souligne que l’avion a été touché par un missile tiré d’une zone contrôlée par les séparatistes et «à cause du soutien de la Russie». Pour l’Europe, c’est un «signal d’alarme» dans ses relations avec Moscou, estime-t-il.

  • Un premier rapport du renseignement américain indique que l’avion a probablement été abattu par des séparatistes ukrainiens, déclare un responsable américain, tout en indiquant que Washington n’en a pas la certitude.

  • Le Conseil de sécurité de l’ONU demande une «enquête internationale complète, minutieuse et indépendante» et réclame «un accès immédiat à l’endroit du crash pour les enquêteurs».

  • L’ambassadrice américaine Samantha Power affirme que l’avion a été «probablement abattu par un missile sol-air» Bouk de type SA-11 tiré d’une «zone tenue par les séparatistes» prorusses.

  • Le Premier ministre malaisien Najib Razak demande que les responsables du crash soient traduits en justice s’il était prouvé que l’appareil a été abattu.



http://tvanouvelles.ca