Le réchauffement climatique pourrait bientôt détruire internet


Il est difficile de sensibiliser tout le monde des changements climatiques, mais a cause de l’élévation de la mer, on risque de perdre Internet car la fibre optique n’est pas fait pour ce surplus d’eau. Des villes américaines sont plus susceptible d’êtres inondées, peut-être que Donald Trump, ne pouvant plus twitter va finir de croire les scientifiques de l’environnement.
Nuage

 

Le réchauffement climatique pourrait bientôt détruire internet

 Une inondation à Bloomington dans l'Indiana | Jeff Greenegend via Flickr CC License by

Une inondation à Bloomington dans l’Indiana | Jeff Greenegend via Flickr CC License by

Repéré par Victor Métais

Un moyen d’enfin sensibiliser la population à cette cause?

Repéré sur Fast Company

Dans une étude récente, des scientifiques de l’université du Wisconsin et de l’université de l’Oregon affirment que des milliers de kilomètres de fibre optique enterrés sous terre risquent d’être submergés par la montée des eaux. Et ce phénomène risque de se produire bien plus vite qu’on ne le pense.

Leur étude combine des données de l’Atlas d’internet, une carte complète des structures physiques d’internet, et la projection du niveau de la mer de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique.

Une situation précoce qui inquiète

Le rapport estime que cette élévation inquiétante du niveau de la mer devrait intervenir d’ici une quinzaine d’années. Même les chercheurs et chercheuses ont été ahuries par cette nouvelle:

«Cela nous a surpris. Nous nous attendions à avoir une cinquantaine d’années pour apprivoiser ce phénomène. Nous n’en aurons pas cinquante», affirme Paul Barford, professeur dans le département Informatique de l’Université du Wisconsin.

Cette étude suggère que d’ici 2033, plus de 6.440 kilomètres de fibre optique souterraine seront immergés. Les villes américaines les plus susceptibles d’être touchées sont New York, Miami et Seattle mais les effets de cette catastrophe ne se limiteraient pas à ces zones géographiques et pourraient affecter la couverture internet mondiale.

Le problème de ces infrastructures est que, selon Barford, «quand elles ont été construites il y a une vingtaine d’années, personne n’a pensé au réchauffement climatique».

Cette situation est d’autant plus urgente que de nombreux conduits de fibre optique sont déjà très proches du niveau de la mer en raison de la fonte des glaces et de la dilatation thermique. Une simple goutte d’eau pourrait donc faire déborder le vase.

Bien que les câbles souterrains de la fibre optique soient conçus pour résister à l’eau, ils ne sont pas étanches. Cela signifie de potentiels troubles pour les populations des côtes américaines qui utilisent internet, soit un peu moins de 90% en 2014.

L’influence des facteurs de modération de ce phénomène, telle que la construction de digues, est difficile à prédire.

«La première chose sera de renforcer les infrastructures. Mais éviter la montée des risques d’être complexe. On peut probablement gagner un peu de temps mais à long terme ces légères modifications ne seront pas efficace», déclare Barford.

http://www.slate.fr/

Un cachalot échoué en Espagne avait 29 kilos de plastique dans son estomac


Les conséquences du plastique retrouvé dans les mers et océans peuvent être fatales pour les animaux marins. Dernièrement, les scientifiques alarmaient le monde avec 79 000 tonnes de débris de plastique dans une zone de l’océan Pacifique environ trois fois plus grandes que la France, ce qui équivaut a toute la province du Québec. Un exemple de conséquences est ce cachalot qui est morte après avoir 29 kg de plastique. Combien faut-il d’exemple pour agir face à cette pollution ?
Nuage

 

Un cachalot échoué en Espagne avait 29 kilos de plastique dans son estomac

 

Crédits : EspaciosNaturalesMur via Twitter

par Brice Louvet

Un cachalot retrouvé mort, échoué il y a quelques semaines sur une plage de Cabo de Palos, en Espagne, avait ingurgité 29 kg de plastique, ont révélé les autorités de la région.

Ce mâle de 10 mètres de long avait dans son estomac des sacs en plastique, un jerrican et plusieurs morceaux de corde et de filet. Après un examen complet, les experts expliquent avoir convenu que le cachalot était mort parce qu’il ne pouvait plus expulser le plastique qu’il avait avalé. Un blocage dans le système digestif de la baleine aurait alors provoqué une infection de l’abdomen, appelée péritonite, entraînant finalement la mort du mammifère.

« Il y avait des sacs poubelles, des sacs en raphia, des cordes, des morceaux de filet, un bidon », précise le communiqué. « Les experts estiment que ces matériaux ont pu provoquer la mort de l’animal, par péritonite ou par compactage de l’estomac », poursuivent-elles.

Depuis les résultats de l’autopsie, la mort de la baleine a poussé les autorités de Murcie (Espagne), à lancer une campagne de sensibilisation sur les dangers des plastiques à usage unique.

« La présence de plastiques dans les mers et les océans est l’une des plus grandes menaces pour la conservation de la faune à travers le monde, de nombreux animaux sont piégés dans les déchets ou ingèrent de grandes quantités de plastique qui finissent par les tuer », rappelle Consuelo Rosauro, directeur général de l’environnement naturel du gouvernement local. « La région de Murcie n’est pas étrangère à ce problème, auquel nous devons nous attaquer par des actions de nettoyage et, surtout, par la sensibilisation des citoyens ».

Rappelons qu’il y a à peine un mois, une équipe scientifique signalait que 79 000 tonnes de débris de plastique occupaient maintenant une zone de l’océan Pacifique environ trois fois plus grande que la France. D’ici 2050, on prévoit qu’il y aura plus de plastique que de poisson dans nos océans.

Source

http://sciencepost.fr/

Du plastique, plastique, plastique et encore du plastique


Rich Horner a voulu montrer la réalité qui se passe dans la mer. Il a plongé à Bali à Nusa Penida, en Indonésie. C’est « dégueulasse » Il était entourer de plastique, sacs, bouteilles, gobelet … C’est quoi qui est compliqué à comprendre ? Il y a des poubelles, du recyclage qui se fait ? Il n’y en pas sur place ? Alors on le garde jusqu’à temps qu’on puisse se débarrasser proprement de nos déchets. Encore mieux, on essaie de trouver des alternatives avec des choses réutilisables. Ce n’est pas compliqué, et cela ne prend pas un diplôme dans une grande école Cela doit se faire partout, sur les plages, les routes, trottoirs, forêts ….
Nuage

 

Du plastique, plastique, plastique et encore du plastique

Mettre les voiles


Comment de fois qu’on s’est empêché d’aller de l’avant souvent pour des raisons surmontables ? À ne pas prendre des risques, on ne peut avancer, conclure un projet ou simplement vivre notre vie
Nuage

 

Mettre les voiles

 

Celui qui attend que tout danger soit écarté pour mettre les voiles, ne prendra jamais la mer.

Thomas Fuller

"Il n’est pas nécessaire de créer des monstres, la nature l’a déjà fait"


En haut mer, dans les profondeurs de la mer, ou la lumière n’arrive pas du tout a fendre les vagues pour étendre sa lueur, des animaux hors du commun nagent dans cette noirceur. Un pêcheur russe prend toutes les photos des poissons étranges qui se font prendre dans ses filets
Nuage

 

« Il n’est pas nécessaire de créer des monstres, la nature l’a déjà fait »

 

Roman Fedortsov se sert des réseaux sociaux (Instagram et Twitter) pour partager des photos de créatures sous-marines étranges qui se promènent dans ses filets. © (Twitter)

Sur Instagram et Twitter, il existe deux comptes consacrés aux étranges monstres marins (photos sous l’article).

Roman Fedortsov est un pêcheur de haute mer à Mourmansk. La ville russe surplombe la mer de Barents, relativement peu profonde qui débouche dans l’océan Arctique. Il se sert des réseaux sociaux (Instagram et Twitter) pour partager des photos de créatures sous-marines étranges qui se promènent dans ses filets.

Plus aucun rayon de soleil

« Il n’est pas nécessaire de créer des monstres, la nature l’a déjà fait », assure le pêcheur russe.

Selon Science Alert, les créatures de Roman Fedortsov vivent dans la « zone crépusculaire » (la zone aphotique) de l’océan qui s’étend d’une profondeur de 200 à 1.000 mètres sous la surface. En-dessous de cette zone (de 1.000 à 4.000 mètres), il n’y a plus aucun rayon de soleil. On comprend mieux pourquoi ces espèces méconnues de la science sont majoritairement noires ou rouges, ce qui leur permet de rester invisibles dans leur habitat naturel face aux éventuels prédateurs marins.

Un album photo original

« Les animaux noirs absorbent toutes les couleurs de la lumière disponible, et les animaux rouges apparaissent noirs aussi: il n’y a pas de lumière rouge à refléter et leurs corps absorbent toutes les autres longueurs d’ondes de lumière disponibles, donc les animaux rouges et noirs prédominent », explique la NOAA (National Ocean and Atmospheric Administration).

Dans l’album photo original de Roman Fedortsov, on épinglera les démons marins barbus, les requins fantômes, les poissons cyclopes et toutes sortes de crustacés assez exceptionnels.

 

Crédit photos ;  Роман Федорцов @rfedortsov

http://www.7sur7.be

Comme la mer


 

Nous passons tous des moments difficiles, des vagues partent et reviennent des fois plus fortes que d’autres, mais au fond il y a  de belles choses qui peuvent arriver
Nuage

 

Comme la mer

 

 

Le coeur de l’homme est comme la mer, il a ses tempêtes, il a ses marées et dans ses profondeurs il a aussi ses perles

Vincent Van Gogh

Les parcs éoliens en pleine mer pourraient fournir le monde entier en énergie


On sait que les éoliennes terrestres apportent un lot de problèmes, comme il a déjà été question dans différents médias, les éoliens sont un danger pour les oiseaux en plus l’énergie est disponible est quand même limité En pleine mer, elles seraient beaucoup plus productives à une plus grande surface, et peut-être moins destructrices pour les oiseaux
Nuage

 

Les parcs éoliens en pleine mer pourraient fournir le monde entier en énergie

 

Dans certaines régions, en particulier dans l'Atlantique nord,... (PHOTO REUTERS)

Dans certaines régions, en particulier dans l’Atlantique nord, les parcs éoliens pourraient être beaucoup plus puissants parce que la résistance des pales de leurs turbines ne ralentirait pas autant les vents qu’elle le ferait sur terre.

PHOTO REUTERS

 

Agence France-Presse
Miami

Les parcs éoliens en pleine mer pourraient générer bien plus d’énergie renouvelable que ceux installés sur la terre ferme, possiblement assez pour fournir le monde entier, selon une étude publiée lundi aux États-Unis.

Des chercheurs de la Carnegie Institution for Science ont découvert que les vents plus forts rencontrés en pleine mer pouvaient produire cinq fois plus d’énergie que les turbines installées sur la terre ferme.

Bien qu’il n’existe actuellement aucun parc éolien à grande échelle en eaux profondes, les résultats de l’étude suggèrent que cette technologie vaut la peine d’être étudiée, et ce même si la puissance de telles fermes varierait en fonction des saisons.

«En hiver, les parcs éoliens de l’Atlantique nord pourraient fournir une énergie suffisante pour répondre à tous les besoins actuels de la civilisation», selon cette étude publiée dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

En été, en revanche, «de tels parcs éoliens pourraient seulement générer assez de courant pour couvrir les besoins en électricité de l’Europe, ou éventuellement des États-Unis», selon l’étude.

Celle-ci s’appuie sur des modèles informatiques comparant la productivité des grands parcs éoliens du Kansas, à des fermes éoliennes imaginaires géantes installées en pleine mer.

Dans certaines régions, en particulier dans l’Atlantique nord, les parcs éoliens pourraient être beaucoup plus puissants parce que la résistance des pales de leurs turbines ne ralentirait pas autant les vents qu’elle le ferait sur terre.

En outre, les parcs éoliens en pleine mer sont plus à même de  capturer l’énergie provenant du haut de l’atmosphère pour la transporter vers la surface.

«Nous avons constaté que les parcs éoliens océaniques géants sont capables de profiter de l’énergie des vents d’une grande partie de l’atmosphère, tandis que les parcs éoliens à terre restent limités aux ressources éoliennes proches de la surface», a déclaré la coauteure de l’étude Anna Possner.

http://www.lapresse.ca/

Mettre les voiles


Il faut oser pour avancer, aller au-delà de nos peurs, de nos craintes, c’est le premier pas qui est plus difficile, mais quand il est fait, c’est déjà une victoire pour continuer à avancer. Et souvent, nous avions tort d’avoir hésité de faire le pas
Nuage

 

Mettre les voiles

 

 

Celui qui attend que tout danger soit écarté pour mettre les voiles ne prendra jamais la mer

Thomas Fuller

Le Saviez-Vous ► Mer, océan, lac, étang : quelles différences ?


     

    Si vous êtes déjà demandé la différence entre la mer et l’océan ? Qu’est-ce qui qualifie une mare, un lac ou un étang ?
    Nuage

    Mer, océan, lac, étang : quelles différences ?

    Nathalie Mayer

    Journaliste

    Il n’est pas toujours aisé de différencier mer, océan, lac et étang. Même les scientifiques montrent parfois des désaccords quant à ces classifications. Quelques caractéristiques simples de chacune de ces étendues d’eau permettent d’y voir un peu plus clair.

    « Vaste étendue d’eau salée qui couvre une grande partie de la surface du Globe ».

    Les dictionnaires ne font pas toujours la différence entre une mer et un océan. Pourtant, comme il existe des différences entre un fleuve et une rivière, mer et océan présentent des caractéristiques bien définies.

    Les océans et les mers sont de vastes étendues d’eaux salées. © BrunoBordderr, Pixabay, CC0 Public Domain

    Les océans et les mers sont de vastes étendues d’eaux salées. © BrunoBordderr, Pixabay, CC0 Public Domain

      Quelles différences entre un océan, une mer et un lac ?

      Les mers et les océans sont tous les deux de vastes étendues d’eaux salées. Ils peuvent aussi bien être froids que chauds. Et tous les deux peuvent également subir le phénomène de marée. Même s’il est plus marqué du côté des océans.

      Mais trois critères essentiels permettent de distinguer une mer d’un océan :

  • Un océan est plus vaste qu’une mer. Le plus grand des océans de la planète s’étend sur une superficie de près de 180 millions de km2. Le plus petit océan couvre quelque 14 millions de km2. La plus grande mer, la mer d’Arabie, quant à elle, ne mesure qu’environ 3.600.000 km2.

  • Un océan est également nettement plus profond qu’une mer.

  • Un océan entoure un continent et repose sur un plancher basaltique. Une mer, quant à elle, repose sur de la croûte continentale.

      Les lacs, quant à eux, se différencient des océans et des mers essentiellement par le fait qu’ils sont remplis d’eau douce. Ils sont isolés de la mer, alimentés par un cours d’eau et comportent également un cours d’eau émissaire. Pour mériter la désignation de lac, il faut qu’une étendue d’eau soit suffisamment grande et profonde — supérieure à 20 mètres — pour permettre le dépôt de sédiments sur son fond et/ou la stratification thermique des eaux.

      Un étang est généralement moins grand et moins profond qu’un lac et plus grand et plus profond qu’une mare. © Zaimful, Pixabay, CC0 Public Domain

      Un étang est généralement moins grand et moins profond qu’un lac et plus grand et plus profond qu’une mare. © Zaimful, Pixabay, CC0 Public Domain

      Quelles différences entre un lac, un étang et une mare ?

      Contrairement au lac, l’étang est une étendue d’eau, douce ou salée, et surtout peu profonde (entre 5 et 10 mètres). Un étang se forme par accumulation d’une eau non absorbée par un sol trop imperméable. Son alimentation se fait par des sources de faible débit (eaux de pluies, ruissellements, ruisseaux, nappes phréatiques, etc.). L’eau d’un étang est donc stagnante. Et son écosystème est, de fait, bien différent de celui d’un lac.

      Une mare enfin, est de petite taille. Et sa profondeur est inférieure à 2 mètres. Elle peut être naturelle (mare forestière, mare de prairie, etc.) ou anthropique (mare de régulation de collecte d’eau, mare de réserve d’eau pour l’usage domestique, etc.) et elle n’est pas nécessairement pérenne.

      http://www.futura-sciences.com

    Le développement de l’aquaculture permettrait-il de nourrir l’humanité ?


    C’est peut-être une solution à évaluer dans le futur, mais je suis inquiète sur l’impact de l’écosystème des mers et des océans. Si l’agriculture a changé l’environnement pas toujours dans le bon sens de l’environnement, alors que penser de cultiver 13 millions de km2 dans l’eau
    Nuage

     

    Le développement de l’aquaculture permettrait-il de nourrir l’humanité ?

     

    Aquaculture

    Selon ces chercheurs, jusqu’à 11,4 millions de km2 d’océans pourraient être utilisés pour l’aquaculture.

    Par Sciences et Avenir avec AFP l

    Une équipe de chercheurs estime que le développement de millions de km2 d’aquaculture dans les océans permettrait de réduire l’insécurité alimentaire dans les années à venir.

    Et si la clé pour assurer la sécurité alimentaire de milliards d’humains ne se trouverait pas sur la terre ferme ? Selon une étude publiée le 14 août 2017 dans la revue Nature Ecology & Evolution, les mers et océans de la planète pourraient en effet héberger près de 13 millions de km2 consacrés à l’aquaculture. D’après une équipe de chercheurs américains et chinois dirigée par Rebecca Gentry de l’université de Californie à Santa Barbara aux États-Unis, 11,4 millions de km2 d’océans pourraient être dédiés à l’élevage de poissons et 1,5 million de km2 à celui des coquillages, que le climat soit tempéré ou tropical. À elles seules, ces zones destinées à l’aquaculture pourraient produire 100 fois plus de produits de la mer que la population mondiale n’en consomme aujourd’hui. De quoi produire 15 milliards de tonnes par an.

    Une étude pour déduire la concentration maximale d’animaux marins dans chaque zone

    Pour arriver à ces chiffres, les chercheurs ont exclu les zones des océans inadaptées à l’aquaculture, car, par exemple, trop profondes ou déjà affectées à d’autres activités comme l’extraction du pétrole, la navigation ou la protection de la faune et la flore. À partir de l’observation de 120 espèces de poissons et 60 crustacés, ils ont pu définir leur taux de croissance, les températures qu’ils peuvent supporter, la concentration en oxygène ou encore la densité de phytoplancton nécessaires, pour en déduire la concentration maximale d’animaux marins que les eaux littorales peuvent abriter.

    a) Production mondiale actuelle de poissons en aquaculture b) Production potentielle si 1% des zones disponibles de chaque pays étaient développées pour l’aquaculture © Nature Ecology and Evolution / Rebecca Gentry

    « La part de poissons sauvages actuellement pêchés représente le lac Michigan »

    Selon les Nations unies, la population mondiale va passer d’environ 7,6 milliards de personnes actuellement à 11,2 milliards d’ici à 2100, augmentant leurs besoins alimentaires, notamment en protéines animales. 

    Or « la totalité des poissons sauvages actuellement pêchés dans le monde pourrait être produite sur une zone d’aquaculture de la taille du lac Michigan », notent les chercheurs. « Presque tous les pays côtiers possèdent un grand potentiel d’aquaculture marine et pourraient répondre à leur propre demande en poisson », déclarent les auteurs de l’étude.

    Quel impact sur les écosystèmes ?

    Certes, l’étude met en évidence le potentiel de l’aquaculture (qui fournit déjà près de 50 % du poisson consommé dans le monde) mais « les facteurs sociaux, économiques ou encore environnementaux devront être pris en considération », notent les chercheurs qui citent en exemple les problèmes liés à l’alimentation des poissons d’élevages ou encore les coûts du transport des denrées produites.

    Dans un commentaire accompagnant l’article, des scientifiques précisent que « même si ces résultats montrent que l’exploitation d’une petite portion des océans permettrait de résoudre partiellement notre défi alimentaire, nous devons examiner attentivement l’impact de la production d’aliments aquatiques sur les écosystèmes et les ressources aquatiques et terrestres ».

    A.S.T. avec AFP

    https://www.sciencesetavenir.fr/