L’ex­plo­sion de ce météore au-dessus de la Russie a été dix fois plus puis­sante qu’Hi­ro­shima


Vous vous souvenez du météorite qui a explosé en Russie en décembre dernier ? Heureusement qu’elle a explosé dans l’atmosphère et vers un lieu isolée, car son énergie était d’une grande puissance, plus puissante que la bombe Hiroshima.
Nuage

 

L’ex­plo­sion de ce météore au-dessus de la Russie a été dix fois plus puis­sante qu’Hi­ro­shima

 

Crédits : NASA/Victor Tanger­mann

par  Malaurie Chokoualé

 

L’ex­plo­sion s’est produite au-dessus de la mer de Béring, en Russie. Le Jet Propul­sion Lab (JPL) de la NASA révé­lait le 15 mars que le 18 décembre dernier, un météore a explosé dans l’at­mo­sphère terrestre, libé­rant plus de dix fois plus d’éner­gie que la bombe atomique larguée sur Hiro­shima en 1945.

Le phéno­mène était passé inaperçu jusqu’à présent à cause de son isole­ment, mais il a fina­le­ment été repéré par le satel­lite japo­nais Hima­wari. La boule de feu a péné­tré dans l’at­mo­sphère terrestre à une vitesse de 32 km/s. Elle a explosé à 25,6 km au-dessus de la surface de la Terre, libé­rant 173 kilo­tonnes d’éner­gie. La bombe Little Boy d’Hi­ro­shima était d’une puis­sance de 15 kilo­tonnes.

On est encore loin du météore de Tche­lia­binsk, malgré tout. Le 15 février 2013, cette boule de feu avait traversé le ciel du sud de l’Ou­ral, avant de se frag­men­ter dans l’at­mo­sphère, libé­rant 440 kilo­tonnes d’éner­gie et créant une violente onde de choc. C’est à ce jour l’ex­plo­sion de météore la plus puis­sante jamais enre­gis­trée par le JPL. À se deman­der s’il est vrai­ment possible de prévoir les trajec­toires de météores pour s’en proté­ger

Source : NASA

https://www.ulyces.co

Prisonniers des glaces Une centaine de bélugas en danger de mort


Les eaux arctiques entourent souvent des victimes par les glaces, et donne un en pâturage aux prédateurs, mais cette fois-ci des bélugas pourraient être sauver grâce a des brise-glaces
Nuage

 

Prisonniers des glaces

Une centaine de bélugas en danger de mort

 

Une centaine de bélugas en danger de mort

Crédit photo : archives AFP

TVA Nouvelles et Agence QMI

Pris dans un étau de glace, une centaine de bélugas risquent la mort s’ils ne sont pas libérés bientôt, en Russie.

Le troupeau de petites baleines s’est trouvé coincé entre les glaces dans un détroit à proximité de la mer de Bering, dans le district autonome de Tchoukotka, comme l’ont confirmé les autorités.

Des pêcheurs ont rapporté que les baleines étaient rassemblées dans deux cuves relativement petites qui se sont formées dans la glace. Pour le moment, elles parviennent toujours à respirer, mais les chances qu’elles arrivent à retrouver la mer sont minces étant donné les vastes étendues de glace qui bloquent le détroit.

Ours et épaulards aux aguets

La bande de bélugas n’a que peu de nourriture à sa disposition et la glace s’accumule, si bien que les baleines blanches risquent de s’épuiser rapidement et, éventuellement, de mourir affamées ou asphyxiées. Prisonnières, elles sont aussi davantage susceptibles d’être attaquées par des prédateurs tels que les ours polaires ou les épaulards.

Les autorités du district ont demandé l’aide du gouvernement fédéral afin qu’un brise-glace soit envoyé pour secourir les pauvres bêtes. Un bateau remorqueur se trouve déjà à proximité pour aider un cargo coréen, mais il lui faudrait une journée et demie pour atteindre le troupeau, et le temps presse.

La Tchoutotka fait partie des nombreux habitats naturels des canaris des mers, et il n’est pas rare que certains d’entre eux se trouvent emprisonnés dans ces eaux arctiques. Souvent, les bêtes captives ne sont pas localisées et passent inaperçues.

Le dernier sauvetage à s’être déroulé dans cette région a eu lieu en 1986. Un brise-glace était alors venu à la rescousse des petites baleines, qui ont repris le chemin vers les eaux claires de la mer.

http://tvanouvelles.ca