Santé Pour mieux dormir, oubliez le téléphone et l’ordi au lit


L’évolution de la technologie pour tout le monde a changé notre rythme de vie et de sommeil. Nous sommes de plus en plus nombreux a pouvoir transporter cette technologie dans la chambre a coucher et qui a des répercussions sur la qualité du sommeil et sur la santé en générale
Nuage

 

Santé

Pour mieux dormir, oubliez le téléphone et l’ordi au lit

 

Santé - Pour mieux dormir, oubliez le téléphone et l'ordi au lit

Photo Fotolia

Si vous voulez mieux dormir, il faut éteindre votre tablette bien avant de vous coucher, selon un nouvel article publié récemment dans le journal Nature.

L’exposition nocturne aux rayons des DEL – qui illuminent les tablettes, les ordinateurs, les TV et les téléphones – peut perturber les rythmes naturels du corps. Ce type de rayons peut non seulement augmenter les risques de perte du sommeil, mais aussi des problèmes de santé, explique l’article.

La lumière artificielle peut empêcher le sommeil de qualité en ralentissant l’activité des neurones qui déclenchent le sommeil et en activant ceux de l’éveil, réprimant la mélatonine, l’hormone du sommeil.

«La technologie nous a en effet détachés de la journée de 24 heures avec laquelle nos corps ont évolués, nous incitant à nous coucher plus tard», écrit l’auteur, le Dr. Charles Czeisler de la Harvard Medical School. «Et nous prenons de la caféine le matin pour pouvoir nous lever aussi tôt qu’avant, réduisant ainsi le temps de sommeil».

«Beaucoup de gens regardent encore leurs courriels, font leurs devoirs ou regardent la télé à minuit, sans penser une seconde que c’est le milieu de la nuit», ajoute-t-il.

Czeisler affirme qu’un raccourcissement du nombre d’heures de sommeil par nuit apporte un risque de problèmes de santé, tels que l’obésité, le diabète, la dépression et les problèmes cardiaques, ainsi que les problèmes de concentration chez les enfants.

Une étude américaine du Lighting Research Centre au Rensselaer Polytechnic Institute a révélé que de regarder un écran rétro-éclairé, comme ceux des iPad et autres tablettes, pouvait causer la perte du sommeil.

Les résultats ont été publiés en septembre dernier dans une édition du journal Applied Ergonomics.

http://fr.canoe.ca

Docteur, je ne dors plus…


Dormir c’est quoi ca .. ??? Pour dormir il faut se mettre dans une situation pour appeler le sommeil .. prendre un moment loin de l’ordinateur, de la télévision .. pour que l’hormone du sommeil puisse rentré en action
Nuage

 

Docteur, je ne dors plus…

 

Une fois couché, si vous ne vous endormez... (Photo : archives La Presse)

Une fois couché, si vous ne vous endormez pas en 30 minutes, il est important de vous lever.

PHOTO : ARCHIVES LA PRESSE

CHANTAL GUIMONT, COLLABORATION SPÉCIALE
L’auteure est urgentologue et chercheuse en médecine d’urgence pédiatrique

La Presse

Les nuits sont plus longues en automne, mais de nombreuses personnes se plaignent tout de même de difficulté à dormir. Or, le recours à la médication devrait être retardé le plus longtemps possible à cause du risque d’accoutumance et de dépendance associé à ces traitements. Dans plusieurs cas, l’application de mesures simples peut prévenir les problèmes de sommeil et même les guérir! C’est ce qu’on appelle l’hygiène du sommeil.

En soirée, il faut éviter les excitants comme le café, le thé, le coca, le tabac et l’exercice physique intense, qui stimulent le cerveau et préparent bien mal à l’endormissement. L’alcool peut sembler favoriser le sommeil, mais celui-ci est moins réparateur. Le repas du soir devrait être léger et pris quelques heures avant d’aller au lit. Une légère collation avant le coucher ne nuira pas au sommeil si vous en avez l’habitude.

La mélatonine est l’hormone du sommeil. Elle est sécrétée lorsque la lumière ambiante est réduite. C’est pourquoi, bien installé dans le lit avec un bon livre et une lumière tamisée, vous échapperez votre livre lors d’un endormissement subit! La mélatonine a fait son oeuvre. Par contre, si vous travaillez devant un ordinateur ou si vous regardez la télévision, la lumière de ces appareils supprimera la sécrétion de l’hormone. Il faut plutôt favoriser la détente: un bon bain chaud, une discussion devant une chandelle, une période de relaxation en famille dans le salon ou une marche de quelques minutes dehors pour admirer les décorations de Noël.

Il est également important – surtout pour les tout-petits ou ceux qui ont de la difficulté à s’endormir – d’adopter une routine et de s’y tenir. La préparation au coucher devrait être similaire d’un soir à l’autre (pyjama, détente, hygiène, etc.). Par contre, il faut ressentir la somnolence avant de se mettre au lit. Inutile d’y aller uniquement parce que vous avez le goût ou parce qu’il est l’heure de dormir. Il est essentiel d’apprendre à reconnaître les signes de la somnolence: baisse d’entrain, de vigilance, yeux qui piquent, etc. Chaque personne est unique, mais les signes sont similaires chez une même personne d’une journée à l’autre.

Une fois couché, si vous ne vous endormez pas en 30 minutes, il est important de vous lever. Vous devez alors faire quelque chose de plutôt monotone. Le bon roman policier plein d’action devrait être mis de côté au profit d’une revue sans grand intérêt, d’une grille de sudoku ou de mots mystères! Il est primordial de tenter de vous détendre et de ne pas angoisser sur le fait que le sommeil ne vient pas. Dès l’apparition des signes de somnolence, retournez au lit. Cette boucle peut être répétée plus d’une fois!

En ce qui concerne le lit, il ne devrait être utilisé que pour dormir ou pour les activités sexuelles. La chambre devrait être fraîche (environ 18°C), calme et confortable.

Finalement, vous devez vous lever à la même heure chaque jour! C’est très difficile, mais essentiel pour les gens qui ont de la difficulté à dormir. Le sommeil du matin nuit au prochain endormissement. Dès le lever, ouvrez les rideaux pour faire entrer la lumière du jour afin de stimuler l’hormone de l’éveil (le cortisol). Si la fatigue vous rattrape dans la journée, la sieste est permise si elle est de courte durée et avant le milieu de l’après-midi.

Bonnes nuits!

http://www.lapresse.ca

Survivre à l’automne: la luminothérapie à la rescousse


Certaines personnes ont plus de difficultés a survivre à l’automne et en hiver a cause du manque de lumière. Leur humeur, leur état général peuvent ressentir une dépression pendant cette période .. heureusement, il est possible de recréer une lumière qui aidera a passer ces longs mois
Nuage

 

Survivre à l’automne: la luminothérapie à la rescousse

 

Survivre à l'automne: la luminothérapie à la rescousse

Photo: Fotolia

La luminothérapie à la rescousse des gens qui sont aux prises avec des problèmes de dépression ou de fatigue saisonnières.

Si vous êtes de ceux et celles qui ressentent férocement les effets de l’automne et du manque progressif de lumière qui s’ensuit, c’est peut-être le moment de découvrir la luminothérapie.

Vous en avez entendu parler, mais cela ne vous semble pas utile? Sachez que si vous faites partie du 5 % qui se dit victime de dépression saisonnière, il s’agit sûrement de votre meilleure solution.

D’abord, il faut comprendre que les fatigues, somnolences et impressions de ralenti que vous ressentez en automne et en hiver sont souvent dues au fait que le corps sécrète de la mélatonine lorsque l’on ferme les yeux ou que la lumière est très basse. Le corps entre alors en mode « veille ».

Certaines personnes sont plus sensibles à ce phénomène, et c’est pourquoi ces cas sont tout indiqués pour une séance de luminothérapie.

D’abord, il vous faudra vous procurer une lumière spéciale, blanche, qui filtre les ultraviolets. Les infrarouges sont aussi bénéfiques.

Pour un effet maximal, topsante.com parle d’une séance quotidienne de 30 minutes par jour, tout au long des saisons froides. Les spécialistes ajoutent que d’effectuer le traitement le matin serait plus efficace que de le faire le soir.

http://fr.canoe.ca

Des remèdes naturels contre l’insomnie


Tout le monde connait a un moment donné des insomnies, une période difficile vue que la fatigue s’accumule. Au lieu d’aller systématiquement vers des médicaments pourquoi ne pas essayer des moyens naturelles
Nuage

 

 

Des remèdes naturels contre l’insomnie

 

 

Photo stefanolunardi – Fotolia.com

Il existe des moyens naturels de vaincre l’insomnie tout en évitant les effets secondaires indésirables.

On estime que le tiers des adultes souffrent d’insomnie à un moment ou à un autre de leur vie. Chaque année, ce sont des milliers et des milliers de médicaments puissants pour vaincre ce trouble du sommeil qui sont prescrits, mais ils viennent souvent avec leur lot d’effets secondaires.

Le Daily Mail rappelle qu’il existe des moyens naturels, sans effets secondaires, pour tenter d’avoir un sommeil réparateur.

C’est le cas des cerises, par exemple. Une étude passée avait révélé que de boire un verre de jus de cerises non sucré le matin et le soir pouvait améliorer le sommeil. Ce petit fruit contient de la mélatonine qui régule le cycle du sommeil.

La valériane est également reconnue depuis la Grèce antique comme plante médicinale pour traiter l’anxiété, les tensions musculaires et soulager l’insomnie légère.

Même chose pour les fleurs de la passion, qui ont un effet apaisant sur le niveau d’anxiété, ce qui peut aider à faciliter le sommeil.

http://sante.canoe.ca

Dix vérités sur le sommeil


Le sommeil, il me semble que c’est un beau mot … mais difficile a réaliser dans la réalité du moins pour certains points. Plus nous avançons sur la recherche sur le sommeil, plus il y a des liaisons avec la santé. L’idéale serait de suivre son horloge interne mais cela est impossible a cause de notre mode de vie Pourtant, il faut éliminer ce qui peut nuire a notre sommeil …
Nuage

 

Dix vérités sur le sommeil

 

La fatigue est la raison de près de 10% des consultations chez le médecin.

PHOTOS.COM

Sophie Allard
La Presse

La plupart des Québécois dorment deux heures de moins par nuit que ce dont ils ont besoin. Les conséquences peuvent être graves, fait remarquer le Dr Pierre Mayer, directeur de la Clinique du sommeil de l’Hôtel-Dieu du CHUM.

Dans son nouveau livre Dormir – le sommeil raconté, il prend soin de donner des conseils pour adopter et maintenir de bonnes habitudes de sommeil, gage d’une meilleure santé globale.

«Les gens se soucient de leur alimentation, de leur forme physique, mais très peu sont sensibilisés à l’importance du sommeil, explique-t-il C’est le seul temps compressible. On coupe dans le sommeil, sans soupçonner à quel point les conséquences peuvent être graves.»

Selon le Dr Mayer, les gens prennent le sommeil à la légère.

«On en est à l’âge de pierre. Comme où l’on se trouvait par rapport à l’alimentation il y a 20 ans. Aujourd’hui, les gens mangent bio. Je souhaite qu’ils vivent bio, au rythme de leur horloge interne.»

Voici quelques vérités extraites de son livre, lancé la semaine dernière.

1. L’absence de sommeil tue plus rapidement que le manque de nourriture.

Chez le rat, la privation de sommeil peut tuer en moins de 10 jours, nous apprend le Dr Mayer. Chez l’humain, les conséquences du manque de sommeil sont dramatiques.

«Une étude réalisée à Chicago chez des jeunes hommes de 20 ans a montré que dormir quatre heures par nuit pendant six nuits consécutives entraînait des perturbations métaboliques semblables à celles causées par le diabète», écrit le Dr Mayer.

D’autre part, environ le quart des adultes de 25 à 59 ans qui dorment cinq heures ou moins sont hypertendus. C’est 12% chez les gens qui dorment sept-huit heures quotidiennement.

2. Le manque de sommeil est le premier responsable de l’épidémie d’obésité.

«Pendant que la proportion de gens obèses a plus que doublé, passant de 10 à 25%, nous avons diminué de plus de deux heures et demie (30%) en moyenne notre temps de sommeil par nuit. Une corrélation parfaite qui n’est pas le fruit du hasard statistique», écrit le Dr Mayer.

Selon plusieurs chercheurs, la carence de sommeil est le principal facteur d’obésité. Moins on dort, moins on sécrète de leptine, hormone qui freine notre appétit. Ça crée un cercle vicieux.

«Quand on coupe sur notre sommeil, on a plus faim, on prend du poids et on développe de l’apnée du sommeil», résume l’expert en entrevue.

3. La fatigue est la raison de près de 10% des consultations chez le médecin.

Dans 50% des cas, les causes de fatigue sont inconnues.

«La plupart du temps, la fatigue est un grand mystère. Les gens sont souvent frustrés. Quand finalement on ne trouve pas de cause physique, il faut travailler sur le mental. Le yoga, le tai-chi, l’exercice physique peuvent être bénéfiques pour contrer la fatigue cérébrale.»

Même si les causes sont inconnues, mieux vaut en glisser un mot à son médecin.

4. Le sommeil est plus réparateur avant minuit.

«Certaines réactions physiologiques essentielles à la vie ne se produisent que pendant le sommeil. C’est le cas de la sécrétion de plusieurs hormones, dont l’hormone de croissance, qui est produite principalement au début de la nuit pendant le sommeil lent profond», écrit-il.

Chez l’enfant, cette hormone est liée à la croissance. Chez l’adulte, elle favorise le développement de la masse et de la force musculaires.

5. Il y a huit fois plus d’accidents de la route vers 5h du matin et quatre fois plus d’accidents vers 14h.

«C’est le reflet de notre horloge interne qui nous ouvre des fenêtres sur le sommeil, dit Dr Mayer. Si on manque de sommeil, on ressent donc à ces moments une forte somnolence. Mieux vaut prendre une pause si on est volant.»

Il écrit que la somnolence est la cause de 57% des décès chez les camionneurs et elle est ainsi la principale cause de mortalité au travail. Plusieurs camionneurs s’arrêtent lors des fenêtres de vulnérabilité.

6. Le manque de sommeil est lié à plusieurs catastrophes.

La fatigue ou la somnolence auraient été en cause dans l’accident de l’Exxon Valdez en 1989, l’explosion du réacteur nucléaire de Tcherbobyl en 1986 et l’explosion de la navette Challenger en 1986, selon les commissions d’enquête.

«Quand on gruge dans son sommeil, ça équivaut rapidement à une nuit blanche. C’est plus sournois parce qu’on ne se méfie pas de notre manque de vigilance. Pourtant, c’est comme être en état d’ébriété», dit le Dr Mayer.

7. Twitter et Facebook comptent parmi les ennemis du sommeil.

«Tout ce qui favorise l’éveil est un ennemi du sommeil. L’explosion des médias sociaux et des progrès technologiques nuisent au sommeil selon l’usage qu’on en fait, dit le Dr Pierre Mayer. Si on va sur Twitter, où les messages sont parfois provocants, avant de dormir ou si on traîne la tablette électronique dans son lit pour naviguer sur le web, on stimule notre système nerveux central, on active les centres de l’éveil. Replonger dans le sommeil est plus compliqué.»

Peu d’études ont été menées sur les tablettes, mais certaines (sans rétro-éclairage) seraient plus recommandables.

«La stimulation directe au niveau de la rétine est susceptible d’entraîner l’inhibition de sécrétion de la mélatonine, l’hormone du sommeil. Je suis d’avis que c’est surtout l’activité qu’on en fait qui est importante. Lire un livre qui nous apaise, peu importe le médium, peut être bon pour l’un et mauvais pour l’autre. Il n’y a pas une seule et unique recommandation.»

8. À la puberté, l’horloge biologique se retarde de deux heures.

«L’ado se couche plus tard et se lève plus tard naturellement. L’obligation de se lever tôt pour aller à l’école et la difficulté de s’endormir tôt entraînent d’importants manques de sommeil chez les jeunes. En fait, seulement 15% des adolescents dorment les neuf heures dont ils ont besoin en moyenne et un sur quatre dort six heures ou moins. Fatigués, il se reprennent la fin de semaine en se levant très tard, ce qui perpétue ou aggrave le retard de phase…»

Se coucher tôt n’est pas la solution. L’Association américaine de médecine du sommeil recommande d’ailleurs que les cours débutent plus tard au secondaire.

9. Plus de 10% de la population est atteinte d’apnée obstructive du sommeil.

«L’apnée du sommeil est un gros problème de santé publique. C’est plus qu’un arrêt respiratoire. De plus en plus d’études montrent que l’apnée du sommeil est un facteur de risque de maladie cardiaque, d’accident de la route et d’AVC. Ça peut aussi mener à la dépression.»

De meilleurs outils diagnostics et l’épidémie d’obésité sont liés à la forte prévalence de cas. Les apnéiques sont aussi nombreux que les asthmatiques.

10. Les femmes sont plus affectées par le travail de nuit.

«Il est plus difficile pour une femme de s’adapter au travail de nuit. Cela est sans doute en lien avec des caractéristiques physiologiques, comme le fait que l’horloge interne des femmes tourne un peu plus vite et qu’elles sont plus sujettes à l’insomnie», écrit le Dr Mayer.

Le corps réagit fortement.

«Le travail de nuit augmente de 50% les risques de cancer du sein chez la femme et de 70% chez les agentes de bord soumises en plus au décalage horaire.»

__________________________________________

Dr Pierre Mayer

Dormir – Le sommeil raconté Apprivoiser son sommeil pour être en meilleure santé

Éditions Pierre Tisseyre, 256 pages, 26,95$.

http://www.lapresse.ca

Des boissons relaxantes pour trouver le sommeil


D’un côté on veut plus d’énergie pour faire nos journées et de l’autre le besoin criant de sommeil nous interpelle. Les ventes vont bon trains pour les relaxants et stimulants mais malheureusement ce sont les boissons énergisantes qui font la côte
Nuage

Des boissons relaxantes pour trouver le sommeil

 

Des boissons relaxantes pour trouver le sommeil

© Shutterstock

Il n’y a rien d’héroïque à dormir quatre à cinq heures par nuit, d’après les experts en sommeil qui estiment que la privation de sommeil est une épidémie qui a des conséquences graves sur la santé publique.

C’est pourquoi le marché des boissons relaxantes est appelé à se développer rapidement au cours des prochaines années: en Amérique du Nord, les consommateurs davantage sensibilisés aux problèmes liés au manque de sommeil devraient se tourner vers des produits relaxants, d’après une étude publiée à la fin décembre par le groupe IBISWorld.

Les marques de boissons comme Marley’s Mellow Mood, Mary Jane Soda, Mini Chill, Vacation in a Bottle (ViB) et Koma Unwind, qui contiennent toutes de la mélatonine ou de la théanine et sont présentées comme des boissons relaxantes capables de réduire le stress, se sont engouffrées dans la brèche.

D’après l’étude, il existait 390 types de boissons relaxantes différentes sur le marché en 2011. Entre 2010 et 2011, les revenus du secteur ont augmenté de 50%, pour atteindre un total de $73,7 millions. Au cours des cinq prochaines années, le groupe prévoit une croissance annuelle d’environ 25% pour atteindre $223,5 millions.

Émergence

L’émergence du marché des boissons relaxantes offre une alternative à celui des boissons énergisantes riches en caféines, de plus en plus saturé, même s’il n’a pas la même ampleur: les boissons relaxantes ne représentaient que 0,3% du marché des boissons fruitées et fonctionnelles en 2011.

Les Centers for Disease Control and Prevention américains qualifient le manque de sommeil d’épidémie publique: il serait une cause d’accidents de la route, de catastrophes industrielles et d’erreurs médicales et professionnelles, mais aussi d’une foule de maladies chroniques dont l’hypertension, le diabète, la dépression, l’obésité, le cancer. Il entraînerait également une hausse de la mortalité et une baisse de la qualité de vie.

En 2011, le quotidien canadien The Globe and Mail avait également désigné le manque de sommeil chronique comme une épidémie nationale.

En 2012, le secteur des boissons énergisantes devrait délaisser les jeunes générations pour appâter les seniors désirant rester actifs dans leur retraite.

C’est ce qui a poussé la marque 5-Hour Energy à s’attacher les services de l’acteur américain John Ratzenberger (qui jouait Cliff Clavin dans la série Cheers) pour vanter les mérites de son produit.

http://fr.canoe.ca

Vivre avec les caprices du sommeil


Dormir jusqu’à se sentir frais et dispos au matin, c’est le rêve de tous ceux qui dorme mal. Certains vont se tourner vers des prescriptions ou des médicaments en vente libre, mais la plupart du temps il y a des inconvénients qui ne feront qu’empirer le problème. Alors il faut trouver ce qui peut perturber notre sommeil et trouver des trucs comme moi, je lis toujours avant de fermer la lumière et m’endors presque toujours aussitôt
Nuage

Vivre avec les caprices du sommeil

Vivre avec les caprices du sommeil

© Shutterstock

S’il y a un dénominateur commun aux 7 milliards d’habitants sur Terre, c’est bien la nécessité pour tous de dormir. Or, malgré cette évidence, il nous faut constater une grande iniquité planétaire.

Par Diane Lamarre, pharmacienne, présidente de l’Ordre des Pharmaciens du Québec

 Pour certaines personnes, une bonne nuit de sommeil semble si facile et bienfaisante alors que pour tant d’autres, ce moment de douce extase semble impossible et le sommeil tant attendu, se transforme en moment de vie frustrant et exténuant.

La semaine dernière, on citait dans leJournal de Montréal une étude dans laquelle un chercheur tentait de mieux comprendre les facteurs qui régularisent le sommeil, entre autres, en bloquant une enzyme pour améliorer le sommeil. Il faut admettre que l’on a encore beaucoup à apprendre sur le sommeil. Mais d’ici là, on peut tout de même appliquer quelques mesures simples qui pourront aider.

Des mesures simples

Il est recommandé d’avoir un horaire de sommeil régulier. Il faut aussi prendre le temps d’identifier et, si possible, de diminuer les facteurs dérangeants comme une chambre trop chaude ou trop éclairée tôt le matin.

Il faut aussi contrôler des facteurs reliés à certaines maladies qui perturbent le sommeil comme la douleur, une difficulté à respirer à cause de maladies respiratoires ou d’insuffisance cardiaque, de l’angine, des difficultés à digérer, etc. Des ajustements à votre médication peuvent faire toute une différence. L’insomnie peut aussi être le résultat d’anxiété, de dépression, de démence, de désordres neurologiques comme le Parkinson qu’il faut traiter.

L’incontinence urinaire occasionne également de nombreux réveils nocturnes. On peut la diminuer, par exemple en évitant de boire au moins cinq heures avant le coucher. Si vous ressentez le besoin de boire, un verre de lait pourra assouvir votre soif sans augmenter le volume de liquide dans votre vessie, car le lait se transforme en résidus solides et ne vous fait donc pas uriner davantage. Éviter cependant des repas copieux juste avant de vous coucher.

Beaucoup de personnes essaient de s’endormir sous l’effet de l’alcool, mais l’alcool donne une fausse illusion. Il donne envie de dormir, mais a été démontré comme responsable de réveils précoces le matin.

Il faut éviter la nicotine et la caféine. La caféine se retrouve aussi dans le thé et dans certains médicaments en vente libre comme le Tylenol Ultra ® qui contiennent environ 65 mg de caféine, soit autant que dans une tasse de café filtre.

Faire de l’exercice durant le jour, même une simple marche de 20 minutes, est bénéfique. Certaines méthodes de relaxation peuvent aussi vous aider.

Les médicaments pour dormir

Jusqu’à 60 % des personnes de 65 ans et plus souffrent d’insomnie et jusqu’à 1/3 des personnes âgées en Amérique du Nord prennent un médicament de la famille des benzodiazépines pour dormir, par exemple le lorazépam (Ativan ®),l’oxazepam ou le témazépam. Il faut traiter 13 personnes pour que l’une d’entre elles en ressente les avantages.

Ces médicaments sont censés améliorer la qualité du sommeil, mais une revue de la littérature indique qu’ils ont des bénéfices limités. Ils prolongent le sommeil en moyenne de 30 minutes seulement sur une nuit complète. Le nombre moyen de réveils nocturnes est diminué en moyenne de moins d’un réveil (0,6 réveil) par nuit.

Avec ces avantages surviennent des risques. Une personne sur six ressentira des inconvénients à leur usage comme une fatigue durant le jour, des cauchemars, une moins bonne concentration, des chutes et des blessures.

D’autres médicaments que les benzodiazépines peuvent être plus appropriés pour les personnes âgées. Il faut aussi se rappeler que l’arrêt soudain des benzodiazépines peut causer un sevrage avec des tremblements et des cauchemars. Une diminution très progressive, à raison d’un quart de comprimé aux semaines ou aux deux semaines, est donc nécessaire et le sevrage doit se faire sur 8 à 12 semaines.

Les médicaments en vente libre

Les médicaments pour dormir en vente libre comme le Sominex ® ou Unisom ®contiennent en fait des antihistaminiques utilisés contre les allergies comme la diphenhydramine, retrouvée dans le Benadryl ® par exemple. Ces médicaments peuvent causer de la somnolence jusqu’au lendemain durant la journée et peuvent aussi causer une rétention urinaire chez certaines personnes.

Produits de santé naturels

La mélatonine peut être tentée pour une brève période. La valériane peut être utilisée, mais son début d’action peut prendre quelques nuits. Certains autres produits naturels peuvent être utiles, mais peuvent aussi comporter certaines interactions avec d’autres médicaments que vous prenez. La prise d’une tisane en soirée peut toutefois augmenter le besoin d’uriner la nuit.

La recherche nous aidera peut-être à mieux comprendre le sommeil et à apprivoiser ses caprices.

http://fr.canoe.ca