Trucs Express ► Dépannage dans la cuisine


Des petits trucs simples pour éviter que certains aliments se retrouvent à la poubelle avant même d’avoir été consommés
Nuage

 

Dépannage dans la cuisine

 

Déposez les biscuits frais dans une jarre ou dans une boîte. Glissez-y un morceau de pain. Les galettes sécheront beaucoup moins vite.

Placez la farine dans un endroit frais, sombre et sec. A l’achat d’un nouveau sac, ne mélangez pas le contenu avec de la farine plus ancienne. Elle pourrait dégager une odeur rance très rapidement.

Avant de mesurer la mélasse, badigeonnez le récipient d’un peu d’huile. La mélasse glissera plus facilement et vous n’en perdrez pas une goutte.

Votre recette demande l’ajout d’un bouquet garni que vous devez préparer et nouer avec une ficelle. Enfermez plutôt les herbes dans une boule de thé. Les herbes seront plus faciles à récupérer dans la préparation et vous ne trouverez pas dans l’assiette des brindilles qui auraient pu se détacher du bouquet.

Rafraîchissez vos biscuits, biscuits soda, croustilles amollis en les déposant dans une assiette dans le four à micro-ondes pendant 45 secondes à 1 minute à température élevée. Laissez reposer 1 minute avant de les servir.

Récupérez le miel cristallisé en glissant le contenant dans un plat d’eau chaude ou en le déposant quelques secondes dans le four à micro-ondes pour liquéfier le contenu. Vous devez dévisser le couvercle et laissez ensuite le miel refroidir à découvert.

Vous avez besoin de babeurre pour une recette…mélangez 30 ml (2 c. à soupe) de vinaigre à 250 ml (1 tasse) de lait. Le tour est joué!

http://www.madamechassetaches.com/

Le Saviez-Vous ► Une inondation de mélasse tragique


J’avais déjà entendu parler de cette inondation, mais j’étais loin de me douter que ce fût une vraie catastrophe qui à coûter des millions de dollars en plus de pertes humaines et de chevaux en 1919
Nuage

Une inondation de mélasse tragique


(Source)

 

Saviez-vous que le 15 janvier 1919, juste après la Première Guerre Mondiale, la ville de Boston a connu une bien étrange tragédie? Le secteur nord de la ville fut en effet frappé par une immense vague de mélasse, qui provoqua la mort de 21 personnes et entraîna conséquemment une importante enquête légale… À l’aide des journaux de l’époque, intéressons-nous à cette tragédie inusitée.

Une citerne de mélasse?

(Source)

La mélasse est obtenue par le raffinage de la sève de la canne à sucre et ce produit était très pratique au début du 20ème siècle dans les procédés de distillation d’alcool, et plus particulièrement dans celui du rhum. 


Photo: La citerne de mélasse du secteur Nord de Boston

Voilà pourquoi la Purity Distilling Company avait fait construire en 1915 une immense citerne de mélasse à Boston; pour avoir le précieux produit sous la main en grande quantité pour la fabrication d’alcool. La citerne en question était gigantesque! Elle mesurait 15 mètres de hauteur et avait 27 mètres de diamètre. Le jour de la tragédie, elle était remplie à pleine capacité avec quelques 2.3 millions de gallons de mélasse de Puerto Rico.

Une inondation impressionnante et… collante!


(Source)

Un peu après midi le 15 janvier 1919, les habitants du secteur ont rapporté avoir entendu un immense vacarme, comme des coups de feu… Il s’agissait en réalité des boulons de la citerne qui étaient en train de céder et la citerne s’éventra, déversant son contenu dans ce coin de la ville de Boston.


(Source)

Une immense vague estimée entre 2.5 et 4 mètres de hauteur a déferlé dans le quartier à une vitesse et une pression suffisante pour soulever un train et endommager des rails de chemin de fer! Les journaux ont rapidement rapporté les histoires des personnes blessées et des 21 personnes décédées des suites de cet accident.


(Source)

Des journaux comme le Boston Post et le Boston Globe rapportèrent entre autres la mort du jeune Pasquale Lantosca, seulement âgé de 10 ans et qui a péri en étant atteint par un wagon de train… ou l’histoire de Walter Merrithew, un employé de chemin de fer soulevé de plus d’un mètre par la vague et projeté contre un mur. Les quotidiens de l’époque rapportèrent aussi la noyade de plusieurs personnes et selon les témoins, de quelques chevaux.

Des morts et plusieurs questionnements 


(Source)

21 morts, 150 blessés et plus de 100 millions de dollars en dommage estimés, il n’en fallait pas plus pour qu’une longue enquête s’amorce afin d’élucider les circonstances de cette étrange tragédie.

La citerne n’avait que trois ans et son effondrement était surprenant. L’enquête révéla qu’aucun test, notamment avec de l’eau, n’avait été effectué au préalable, puisqu’un chargement de mélasse arrivait éminemment. L’acier n’était probablement pas de bonne qualité, ce qui, jumelé au fait que la citerne était à pleine capacité, explique en partie l’accident. La construction de la citerne en général s’était de plus réalisée dans la hâte.


(Source)

Nettoyer la mélasse fut aussi une tâche colossale et les gens chargés de dégager la masse gluante des rues et des bâtiments réalisèrent que l’eau salée était relativement efficace pour décoller cette mélasse séchée un peu partout.

Les habitants de ce secteur de Boston ont par ailleurs longtemps affirmé que lors des journées de grandes chaleurs, une odeur de mélasse flottait encore dans l’air quelques décennies après la tragédie…

 

Spécialiste en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com/

Le Saviez-Vous ► Quand mélasse rime avec désastre


Une rivière de mélasse s’est déversée à Boston, dans les débuts du XXe siècle. Le nettoyage à du être long et pénible des rues et matériels , qui ont été engloutis dans cette mixture sucrée. Et cet incident a fait quelques malheureuses victimes
Nuage

 
Quand mélasse rime avec désastre

 

En janvier 1919, la loi sur la prohibition est sur le point d’être adoptée. Cette loi prévoyait, à partir du jour de son adoption, un an de grâce pour les marchands d’alcool. Comme bien d’autres distilleries, la compagnie Purity Distilling de Boston anticipe une hausse des ventes et remplit à ras bord son réservoir de mélasse. Le 15 janvier, à l’heure du dîner, son énorme citerne se brise et déverse 12 000 tonnes du liquide.

La masse brune et visqueuse, haute comme trois personnes, se propage à 55 km/h. Tramway, chevaux, écoliers, la vague dévastatrice engloutit tout sur son passage. En plus d’avoir causé 21 morts et 150 blessés, l’onde brune a coûté des millions de dollars en dommages matériels. Après avoir interrogé 921 témoins durant un procès qui a duré quatre ans, le juge Hugh Ogden en vient à la conclusion que la citerne métallique était loin d’être assez robuste pour contenir autant de mélasse.

http://ici.radio-canada.ca/