Ces deux types de cancer de la peau sont en hausse


Si une chose qui doit être primordiale pour un enfant, c’est de le protéger des rayons UV pour éviter que plus tard, il puisse souffrir du cancer de la peau. Même les adultes devraient se prémunir des rayons UV en tout temps, et de laisser tomber les salons de bronzage, car ces cancers sont en augmentation
Nuage

 

Ces deux types de cancer de la peau sont en hausse

 

HuffPost Canada  |  Par Joy D’Souza

Selon les chercheurs, deux types de cancer de la peau soit le carcinome épidermoïde (SCC) et carcinome basocellulaire (BCC) – ont considérablement augmenté entre 2000 et 2010.

Les diagnostics de carcinome épidermoïde ont augmenté de plus de 260 % au cours des 10 dernières années. Le cancer de la peau sans présence de mélanome se produit dans les cellules de la peau, explique la Société canadienne du cancer. Il peut se développer et détruire les tissus à proximité.

Le carcinome basocellulaire représente 75% à 80% des types de cancer de la peau tandis que le carcinome épidermoïde représente environ 20% de tous les cancers de la peau. Les deux types ont tendance à se développer lentement et peuvent être détectés assez tôt.

« Nous savons que le soleil et certaines sources de lumière solaire artificielle [comme les lits de bronzage] émettent des rayons ultraviolets ou UV, qui endommagent la peau », a déclaré Christian Baum, dermatologue et auteur principal de l’étude. « Ces dommages cutanés s’accumulent avec le temps et peuvent souvent conduire à un cancer de la peau. »

Les résultats de l’étude de Baum sont appuyés par Statistiques Canada et la Société canadienne du cancer, qui affirment que 41 % des Canadiens ne prêtaient pas attention à l’indice UV quotidien, ce qui pose un risque plus élevé de mélanome, rapporte Global News.

« Il n’y a aucun moyen sûr d’obtenir un bronzage. La peau bronzée est une peau endommagée », ont-ils réitéré. « Éventuellement, les coups de soleil de votre jeunesse peuvent devenir plus tard un ou plusieurs cancers de la peau », a déclaré Baum.

Alors, que pouvez-vous faire pour protéger votre peau? Utilisez un écran solaire, insiste Baum.

« Les rayons UV peuvent pénétrer dans les fenêtres des voitures et la peau est exposée aux rayons UV, même lorsque le soleil ne brille pas. Les rayons UV rebondissent sous les nuages, hors de la neige, des bâtiments, et même pendant les jours gris.

Selon la Fondation canadienne du cancer de la peau, il y a plus de 80 000 diagnostics de cancer de la peau chaque année. On estime qu’un Canadien sur six sera diagnostiqué avec un cancer de la peau au cours de sa vie.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Hommes: 13 symptômes de cancer à ne jamais ignorer


Les hommes ont moins tendance à aller consulter quand certains symptômes qui peuvent apparaitre et pourtant, ils devraient être conscients que cela pourrait leur sauver la vie.
Nuage

 

Hommes: 13 symptômes de cancer à ne jamais ignorer

Plusieurs cancers fréquents chez les hommes ont les mêmes symptômes que d’autres maladies ou conditions médicales. Les hommes sont aussi reconnus pour avoir tendance à retarder les visites chez le médecin… Il est donc important de consulter un professionnel de la santé lorsque vous remarquez ces symptômes ou toute autre douleur ou changement inhabituels. 

PAR ALYSSA JUNG

1. De la difficulté à uriner peut indiquer un cancer chez les hommes

Si vous éprouvez fréquemment de la difficulté à uriner ou remarquez du sang dans vos urines, consultez votre médecin. Il faut également voir un médecin si vous remarquez du sang dans votre sperme ou éprouvez une dysfonction érectile. Ces symptômes pourraient en effet être des signes de cancer de la prostate.

« Malheureusement, il n’existe aucun symptôme du cancer de la prostate avant que la maladie soit rendue au stade agressif », explique le docteur Moshe Shike, gastroentérologue au Memorial Sloan Kattering Cancer Center, à New York.

Docteur Shike mentionne qu’il voit fréquemment des patients qui ignorent ces symptômes parfois jusqu’à 6 mois avant d’aller consulter. Or, plus tôt vous prenez votre santé en main, plus vous avez de chance de traiter la maladie à temps.

2. Des changements testiculaires peuvent aussi constituer un symptôme de cancer chez l’homme

Tout comme les femmes sont conscientes de la forme et de la sensation de leurs seins au toucher, les hommes devraient porter une attention toute particulière à leurs testicules. Si vous remarquez des changements au niveau de la taille d’un ou des deux testicules, consultez un médecin. En outre, si les testicules semblent enflés ou plus lourds qu’à l’habitude, ou si vous sentez une bosse, cela pourrait indiquer un cancer testiculaire, indique Maurie Markman, docteur et oncologue au Cancer Treatment Centers of America.

Le cancer testiculaire est surtout commun chez les jeunes hommes ou les hommes d’âge moyen.

3. Des changements visibles à la peau

Les hommes de 50 ans et plus ont 2 fois plus de chances que les femmes de développer ou mourir d’un cancer de la peau.

Les hommes sont ciblés par 40 % des cas de mélanomes, mais de 60 % des cas mortels, selon la Fondation du cancer de la peau. Pourquoi? Une étude menée par le National Sun Protection Advisory Council a montré que les hommes passent davantage de temps au soleil que les femmes et qu’ils ont moins tendance à protéger leur peau avec un écran solaire. Les hommes ont aussi moins de cheveux pour couvrir leur cuir chevelu et leurs oreilles, deux zones du corps où le cancer peut prendre forme. Enfin, les hommes consultent moins leur médecin que les femmes. Les cancers ne sont donc pas détectés aussi rapidement.

« Il est facile de passer à côté des premiers signes de cancer, déplore Rich Wender, directeur de la Société du cancer américain. Plusieurs personnes pensent que les grains de beauté, les acrochordons ou les taches sur la peau ne sont pas inhabituels ».

Si vous remarquez un grain de beauté qui change de couleur, de taille ou qui se soulève de la peau, consultez un médecin. Lorsqu’il s’agit d’un mélanome, les grains de beauté sont de formes irrégulières et plus foncées. Ils peuvent même contenir plusieurs couleurs.

« Les mélanomes sont beaucoup moins communs que d’autres cancers de la peau, mais ils sont plus graves et peuvent être mortels, explique le docteur Wender. Par contre, plusieurs mélanomes sont lents à se développer et sont relativement faciles à traiter s’ils sont découverts suffisamment tôt. »

4. Une douleur dans la bouche

Un feu sauvage qui guérit ou un léger mal de dents temporaire, après une visite chez le dentiste, n’est probablement rien d’alarmant. Par contre, si vous ressentez une douleur qui ne part pas, un feu sauvage qui ne semble pas vouloir guérir, des taches rouges ou blanches sur la langue ou sur les gencives, ou encore une enflure ou un engourdissement de la mâchoire, il pourrait s’agir de signes précurseurs d’un cancer de la bouche.

Les hommes qui fument ou qui mâchent du tabac sont plus susceptibles de développer un cancer de la bouche, dit le docteur Markman.

« Il y a davantage d’hommes que de femmes qui fument. Les fumeurs et les personnes qui mâchent du tabac doivent être beaucoup plus vigilants lorsqu’il est question des douleurs ou des lésions qui ne guérissent pas dans la bouche ou sur les lèvres », dit-il.

5. Une toux chronique peut être un symptôme de cancer

Une toux qui dure plus de trois semaines, sans autre symptôme comme un rhume ou des allergies, peut être une indication précoce de cancer du poumon. La leucémie peut aussi d’abord s’annoncer comme une bronchite.

« Si la toux n’est pas habituelle et qu’elle persiste, ou si vous remarquez la présence ou le goût du sang, il est très important de consulter un professionnel de la santé », affirme le docteur Markman.

Certains patients atteints du cancer du poumon ont aussi mentionné souffrir de douleurs à la poitrine qui s’étendent jusqu’à l’épaule, voire au bras.

6. Du sang dans les selles

Il ne pourrait s’agir que d’hémorroïdes, mais il pourrait aussi s’agir d’un cancer du côlon. Les examens pour ce type de cancer commencent habituellement autour de 50 ans, mais de plus en plus de cas apparaissent chez les plus jeunes. Voilà pourquoi il faut consulter un médecin aussitôt que vous remarquez quelque chose d’anormal.

« Il est facile de négliger du sang dans les selles en pensant qu’il s’agit de quelque chose de bénin, par exemple d’hémorroïdes ou de constipation, et ce, surtout quand le problème part et revient. Les gens ont donc tendance à se rassurer, et surtout les plus jeunes, explique le docteur Wender. Mais la présence de sang dans les selles n’est jamais normale. Il faut consulter un médecin dans les plus brefs délais. »

7. Des douleurs à l’estomac ou des nausées

Les petits maux d’estomac quotidiens sont rarement des signes avant-coureurs de cancer. Vous devriez cependant consulter un médecin si la douleur est persistante ou si vous vous sentez nauséeux très souvent. Cela pourrait indiquer un simple ulcère, mais il pourrait aussi s’agir de signes annonçant une leucémie. Il pourrait aussi s’agir d’un cancer de l’oesophage, du foie, du pancréas ou un cancer colorectal.

8. Une fièvre et des infections fréquentes peuvent également indiquer un cancer

Si vous êtes normalement en santé, mais que vous vous sentez malade et faites de la fièvre plus souvent qu’à l’habitude, cela pourrait être un symptôme de la leucémie. Ce cancer pousse le corps à produire un niveau anormal de globules blancs. Ceci a pour effet d’affaiblir le mécanisme de protection contre les infections et vous rend malade plus souvent. Soyez donc à l’affût des symptômes de grippe qui persistent.

9. De la difficulté à avaler pourrait cacher un cancer de la gorge

Un mal de gorge persistant pendant plusieurs semaines pourrait indiquer que vous souffrez d’un cancer de la gorge. Ces symptômes pourraient aussi indiquer un cancer du poumon ou de l’estomac.

10. Des ecchymoses fréquentes

Un petit bleu par-ci et par-là n’a rien d’inquiétant. Par contre, si vous remarquez que des ecchymoses apparaissent sans raison apparente et souvent, particulièrement dans des endroits où vous ne devriez pas vous cogner – une main ou un doigt, par exemple-, consultez un médecin.

Des ecchymoses inhabituelles peuvent être un signe de leucémie, selon le Cancer Treatment Centers of America. Avec le temps, la leucémie nuit à l’alimentation du sang en oxygène, ce qui cause des caillots.

11. Une perte de poids inexpliquée

Une perte de poids est une bonne nouvelle pour la plupart des gens. Mais si vous avez moins d’appétit et perdez du poids sans raison, vous devriez consulter un médecin, selon le docteur Markman.

Perdre du poids peut être un effet de certains types de cancers. Parmi ceux-ci, les cancers de l’oesophage, du pancréas, du foie ou du côlon. La perte de poids peut aussi être un symptôme fréquent de leucémie et de lymphome, ajoute le docteur Wender.

12. Une fatigue persistante

Tout le monde peut manquer d’énergie un jour ou l’autre. Mais si vous êtes toujours fatigué ou vous sentez essoufflé sans raison pendant plus d’un mois, consultez un médecin. La leucémie et le lymphome sont en effet des causes de fatigue persistante.

« La plupart du temps, il ne s’agit pas de cancer. Mais il faut tout de même surveiller ces symptômes de près », dit le docteur Wender.

http://selection.readersdigest.ca/

La peau de banane révèle les stades du mélanome cutané


C’est quoi le rapport avec la banane et le mélanome ? Grâce à la banane, cela permet de mieux comprendre le cancer de peau
Nuage

La peau de banane révèle les stades du mélanome cutané

Lorsqu'elles sont agressées par le soleil, la peau humaine et celle de la... (Photos.com)

PHOTOS.COM

Agence France-Presse

Paris

Lorsqu’elles sont agressées par le soleil, la peau humaine et celle de la banane produisent la même enzyme, dont la présence et la distribution permettent de déterminer le stade de développement du mélanome cutané, selon une étude publiée lundi.

«En vieillissant, les bananes se couvrent de taches noires causées par la présence d’une enzyme, la tyrosinase. Il s’agit d’un processus naturel de brunissement de certains organismes, comme la nourriture. Cette même enzyme joue également un rôle dans le cancer de la peau de type mélanome», expliquent dans un communiqué les chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Lorsqu’un dysfonctionnement se produit dans la régulation de cette enzyme qui produit le bronzage, le mélanome -tache très foncée- apparaît.

À partir de cette analogie -présence de tyrosinase dans les fruits mûrs et le mélanome humain-, la chimiste Tzu-En Lin a développé une technique d’imagerie permettant de mesurer la présence de tyrosinase et sa distribution dans la peau.

«Les recherches ont été effectuées d’abord sur des fruits mûrs, puis sur des échantillons de tissus cancéreux», précisent les chercheurs. «Elles ont prouvé que le niveau de présence et la distribution de l’enzyme tyrosinase renseignent sur le stade de la maladie.»

Au stade 1, l’enzyme apparaît peu. Au stade 2, elle est présente en grande quantité et de façon homogène. Au stade 3, elle est distribuée de façon hétérogène.

«Travailler sur les fruits nous a permis de mettre au point un outil de diagnostic que nous avons pu tester avant de le faire sur des biopsies humaines», indique Hubert Girault, responsable de l’équipe ayant mené cette étude, dont les résultats ont été publiés lundi dans la revue allemande Angewandte Chemie.

L’outil, un mini scanneur doté de huit microélectrodes souples vient caresser la surface de la peau tout en mesurant la réactivité de l’enzyme.

Plus un mélanome est diagnostiqué tôt, plus les chances de guérison sont élevées. Cette technique pourrait ainsi être un outil pour les dermatologues permettant de confirmer ce qu’ils détectent avec un oeil averti. Elle serait aussi une alternative à des tests invasifs comme la biopsie.

«La prochaine étape sera d’utiliser ce même scanneur afin de visualiser les tumeurs et les éliminer», poursuivent les chercheurs. «Nos premiers essais en laboratoire nous ont montré que les cellules pouvaient être détruites à l’aide de notre outil», souligne Hubert Girault.

Quand les mélanomes sont diagnostiqués tôt, le taux de survie à cinq ans atteint 86% pour les hommes et jusqu’à 92% pour les femmes, selon des données des autorités sanitaires françaises.

http://www.lapresse.ca/

Plus de 10 grains de beauté sur le bras droit? Vous risquez un mélanome


Curieux que le nombre de grains de beauté sur le bras droit pourrait être un indice pour un mélanome. Bien sur,en cas de doute, et ce, même s’il y a moins ou pas de grain de beauté, on peut toujours en parler au médecin
Nuage

 

Plus de 10 grains de beauté sur le bras droit? Vous risquez un mélanome

 

La présence de plus de 11 grains de beauté sur le bras droit permet de déduire... (Photothèque La Presse)

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Agence France-Presse
Londres

 

La présence de plus de 11 grains de beauté sur le bras droit permet de déduire un risque accru de développer un mélanome, un type de cancer de la peau, indique lundi une étude du King’s College à Londres.

Selon cette étude publiée dans le British Journal of Dermatology, même si seulement entre 20% et 40% des mélanomes proviennent de l’évolution d’un grain de beauté, il est essentiel de parvenir à décompter le nombre total de grains de beauté sur le corps pour établir les risques de cancers de la peau.

Au total, 3694 femmes blanches ont participé à cette étude réalisée sur une période de huit ans au Royaume-Uni. Le nombre de grains de beauté de chacune a été décompté sur 17 zones différentes du corps. L’exercice a ensuite été reproduit sur 400 hommes et femmes ayant un mélanome.

«Nous avons démontré que compter plus de 11 grains de beauté sur le bras droit était associé avec un risque significatif d’avoir au total plus de 100 grains de beautés ce qui, en soi, est un indicateur fort du risque de mélanome», conclut cette étude.

«Cette évaluation clinique rapide doit être utilisée pour effectuer une estimation rapide du risque de mélanome», ajoute ce rapport qui invite les médecins généralistes à l’adopter afin que davantage de patients à risque soient suivis.

Le mélanome est un cancer très agressif dont la fréquence augmente très rapidement en Europe, notamment du fait de la mode du bronzage et qui touche plus de 13 000 personnes chaque année au Royaume-Uni.

En 2011, l’institut français de veille sanitaire (InVs) estimait que le nombre de mélanomes avait triplé entre 1980 et 2005 en France.

Les dernières statistiques publiées par l’Institut national français du Cancer (INCa) font état de 11 176 nouveaux cas estimés et 1672 décès en 2012.

Les personnes à peau claire ou aux nombreuses tâches de rousseur ont davantage de risques de cancer cutané lors de l’exposition au soleil.

Le syndicat national français des dermatologues (SNDV) recommande d’éviter le soleil entre 12 et 16h et de se protéger à l’aide de vêtements et d’un chapeau, et de crème solaire haute protection, en pensant à couvrir plus particulièrement les jeunes enfants. Il déconseille, en outre, les cabines de bronzage.

Le cancer de la peau le plus fréquent n’est toutefois pas le mélanome mais le carcinome, généralement moins grave, qui survient plus souvent sur des zones découvertes du corps (tête et cou) et après 50 ans.

http://www.lapresse.ca/

Allergies alimentaires, vaccins, groupe sanguin… 13 choses à savoir sur votre santé à l’âge adulte


Un petit aperçu des choses que nous devons savoir pour mieux gérer notre santé et répondre aux questions des médecins
Nuage

 

Allergies alimentaires, vaccins, groupe sanguin… 13 choses à savoir sur votre santé à l’âge adulte

 

 

Par Lindsay Holmes

 

Quand vous êtes enfant, la vie est simple. Vous devez faire la sieste à certaines heures. Vous pouvez manger des cochonneries sans qu’on vous en fasse le reproche. Sans oublier l’un des avantages les plus sous-estimés : ceux qui s’occupent de vous vous conduiront à vos rendez-vous.

Mais maintenant que vous êtes devenu adulte (même si vous n’avez pas encore l’impression de l’être), vous avez laissé derrière vous l’époque où vous ne vous souciiez pas de savoir quand vous aviez pris une douche ou vous vous étiez lavé les dents pour la dernière fois.Voici 13 choses que vous devez savoir sur votre santé maintenant que vous êtes sorti de l’enfance.

1. Votre groupe sanguin.

Vous êtes du groupe A? O? Le savoir vous permet d’appréhender votre état de santé. Comme le rapporte le Reader’s Digest, des études suggèrent qu’il existe un lien entre certains groupes sanguins et une légère augmentation des risques de maladies cardiaques, par exemple. Il est en outre important de garder ce type d’informations essentielles dans un coin de votre tête au cas où un médecin vous le demanderait.

2. L’activité physique que vous pratiquez.

Vous pratiquez la méthode Pilates? Du vélo dans une salle de sport? Du yoga? Le type de sport importe peu, du moment que vous faites de l’exercice. Cela permet non seulement de se maintenir en bonne santé physique, mais c’est également bon pour le moral. Selon des études, le sport (ne serait-ce qu’une petite balade) aurait une influence positive sur notre humeur, réduirait les risques de maladies cardiovasculaires et bien plus encore.

3. Vos antécédents familiaux.

Votre bagage génétique est une information cruciale pour mieux vous connaître et ainsi savoir à quels signes porter une attention particulière. Votre grand-mère a eu un cancer du sein? Votre oncle était toxicomane? Toute information est bonne à prendre, notamment si vous êtes à la recherche d’un nouveau médecin. Lors d’une première consultation, un professionnel de la santé vous demandera sans doute s’il y a eu des cancers, des maladies cardiaques ou des problèmes psychologiques dans votre famille. Alors, autant vous y préparer.

4. La détection des grains de beauté et les problèmes de peau.

On estime qu’environ 73 000 nouveaux cas de mélanomes, le plus grave des cancers de la peau, seront diagnostiqués en 2015. Les individus concernés sont de plus en plus nombreux chez les moins de 40 ans. Un dermatologue peut vous faire un bilan complet afin de vérifier qu’il n’y a aucun souci. Mieux vous connaîtrez votre corps, plus vous serez capable de remarquer un quelconque changement et de tirer le signal d’alarme.

5. La surveillance de votre tissu mammaire.

L’autopalpation est le meilleur moyen de dépister de manière précoce un cancer du sein. Selon l’American Cancer Society, il est conseillé de surveiller toute grosseur ou anomalie mammaire dès l’âge de 20 ans (précisons que les hommes doivent également faire attention à ces signes précurseurs, le cancer du sein pouvant toucher les deux sexes.)

6. Vos allergies.

Cela ne concerne pas uniquement les personnes victimes d’allergies sévères au printemps ou quand elles goûtent un nouveau plat. Il existe plusieurs niveaux de gravité. Qui plus est, certaines allergies apparaissent avec l’âge. La meilleure façon d’agir est de consulter de temps à autre un médecin afin de vérifier que votre système immunitaire supporte toujours le chat de votre colocataire ou le pollen dans l’air. Pour vous prémunir des allergies, mieux vaut être au fait des traitements disponibles et rester attentif à la nourriture ou tout ce qui peut provoquer chez vous une réaction allergique.

7. Ce qui vous détend quand vous êtes stressé.

Pour les uns, c’est un long jogging. Pour les autres, un coup de fil à leur mère. Ce qui vous soulage lorsque vous êtes stressé est aussi ce qui vous permet de vous sentir bien. Des études ont démontré que l’excès de stress pouvait entraîner des problèmes cardiaques ou d’autres soucis de santé. En panne d’idées? Jetez un œil à cette liste de conseils pour déstresser.

8. Vos carences en vitamines.

Vous pouvez vous sentir bien, même si votre corps est en manque de quelque chose. Des carences peuvent avoir des conséquences sérieuses. Un manque de fer, par exemple, peut être un signe d’anémie et les carences en vitamine D sont associées à des problèmes psychologiques. Consultez votre médecin pour vous assurer que vous ingurgitez suffisamment de vitamines, dans l’idéal au cours des repas. Dans le cas contraire, un complément alimentaire pourra vous être prescrit.

9. Le bon médecin.

L’attitude d’un médecin au chevet du patient est un élément clé dans le choix d’une personne de confiance. Si vous n’êtes pas détendu, il vaudra mieux trouver quelqu’un qui vous corresponde davantage et qui vous mettra à l’aise (au final, l’objectif est d’aller voir le médecin et non pas de l’éviter). Cela ne s’applique pas uniquement aux généralistes, mais également aux thérapeutes, gynécologues, dentistes, etc.

10. Vos allergies alimentaires.

Que la caféine ait des effets négatifs sur vous peut avoir l’air de la pire des injustices. Mais il est indispensable de savoir quelle est l’influence de ce genre de substances sur votre bien-être ou votre comportement. Il en va de même pour l’alcool. La vie d’étudiant n’a (malheureusement) qu’un temps. Le moment est venu pour vous de connaître vos limites.

11. Une connaissance de base de l’assurance maladie.

CPAM, franchise, déduction: à elle seule, cette terminologie peut vous donner mal à la tête. Prenez le temps de vous documenter afin de mieux comprendre le fonctionnement de votre assurance maladie. Ce sera d’autant plus facile quand vous chercherez un spécialiste et d’autant moins étonnant au moment de mettre la main au portefeuille à la fin d’une consultation.

12. Les vaccins pour lesquels vous êtes à jour.

J’espère que la réponse est « tous ». Savoir contre quoi vous avez été vacciné vous sera utile, mais cela aidera aussi votre médecin à savoir quelle dose ou rappel vous prescrire. Des maladies comme la méningite sont mortelles, alors qu’elles peuvent tout à fait être évitées grâce à un vaccin.

13. La quantité de sommeil nécessaire à votre corps.

Il est recommandé de dormir au moins sept à neuf heures par nuit. Cela dit, chaque organisme réagit différemment. Et l’heure à laquelle vous allez vous coucher doit aussi être prise en compte. Vous devez aller au lit à 22h pour être sûr d’être dans les bras de Morphée à 23h? Faites ce qui est bon pour vous.

En fin de compte, vous savez mieux que quiconque comment fonctionne votre organisme. Être en accord avec votre corps et votre esprit? C’est cela, devenir adulte.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Opération chirurgicale inusitée L’homme au nez magnétique


On n’arrête pas le progrès, une prothèse de nez tenus par des aimants. Avec un tel nez, on peut enlever le nez et le remettre à volonté
Nuage

 

Opération chirurgicale inusitée

L’homme au nez magnétique

 

L'homme au nez magnétique

Crédit photo : The Mirror

TVA Nouvelles

Un homme à qui l’on a dû amputer le nez en raison de la présence d’un mélanome, a pu faire remplacer la partie enlevée grâce à une opération sophistiquée.

Richard Curry a été diagnostiqué avec un mélanome malin à l’intérieur de son septum (la mince bande de cartilage située entre les narines). Pour arrêter la tumeur de s’étendre, son nez a dû être amputé, rapporte le Mirror.

(Mirror)

Malgré ce cancer inquiétant, l’homme de 71 ans a eu de la chance. C’est que la prothèse qui remplace la partie enlevée de son nez est aimantée. Richard peut ainsi retirer ou remettre son nez comme bon lui semble grâce aux aimants.

Les aimants ont été placés à l’intérieur de ses pommettes et de sa cavité nasale.

«Perdre mon nez a été un véritable choc, mais je n’avais pas le choix, parce que ce cancer est certainement l’un des plus dangereux que vous puissiez avoir», a commenté le patient.

«Je suis reconnaissant que le cancer ait été trouvé à temps et retiré. Quand les médecins m’ont dit que je pouvais faire tenir mon nez avec des aimants, j’ai pensé que c’était extraordinaire.»

(Mirror)

«C’est confortable, et ça parait plutôt bien, et en plus, je suis encore capable de sentir les odeurs», ajoute-t-il.

L’homme qui réside en Grande-Bretagne porte son nez toute la journée, mais l’enlève lorsqu’il est temps d’aller au lit.

Des examens récents ont permis de confirmer que le cancer n’a pas refait surface chez Richard Curry. Pour le médecin qu’il l’a traité la procédure médicale était toute nouvelle, et inhabituelle.

«Les aimants sont utilisés fréquemment pour ceux qui portent par exemple des prothèses aux oreilles, mais c’était une première pour le nez», a indiqué le docteur Paddy Morar.

Les autorités médicales ont voulu parler de ce cas afin de montrer au public qu’il est possible d’avoir une vie normale après ce type de chirurgie.

http://tvanouvelles.ca/

Trois conseils pour bien surveiller ses grains de beauté


Pour éviter les mauvaises surprises avec les grains de beauté, il faut savoir les reconnaitre, et prévenir tout changements qui pourraient finir en mélanome
Nuage

Trois conseils pour bien surveiller ses grains de beauté

 

Pour les surveiller, appliquez la règle ABCDE. Photo : DURAND FLORENCE/SIPA

1. Apprenez à reconnaître

S’ils peuvent parfois se transformer en mélanome – en cancer de la peau – tous grains de beauté n’est pas forcément suspects. Un « poireau » ne comporte par exemple aucun risque de se transformer en cancer, même s’il est régulièrement frotté par le rasoir par exemple. Apprenez à les reconnaître. Il s’agit de petites lésions cutanées, les naevus pigmentaires, constituées d’amas de cellules mélanocytes qui produisent un pigment foncé appelé mélanine. Les cellules responsables du bronzage. Les grains de beauté ont donc souvent une coloration foncée. Certains peuvent être aussi plus nuancés sur une palette du brun clair au foncé. Ils apparaissent généralement après la naissance, entre 6 mois et 1 an, puis se multiplient selon les peaux durant l’enfance et l’adolescence. En moyenne, un adulte à la peau blanche présente 20 à 30 grains de beauté.

2. Evitez le soleil

Là encore, toujours la même règle : évitez le soleil, notamment durant les heures les plus chaudes de la journée. Surtout pour les enfants. Les expositions solaires pendant l’enfance et l’adolescence influenceraient grandement le nombre et la taille des grains de beauté. Chapeau, t-shirt, crème… Tel est le triptyque recommandé pour toutes sorties ensoleillées. Même s’ils peuvent être présents à la naissance, la plupart des naevus viennent à l’adolescence pour atteindre 20 à 30 une fois adulte. Les personnes qui ont en plus de 100, doivent se faire suivre régulièrement par un dermatologue, car ils ont plus de risque de développer un mélanome (cancer de la peau). Risque accru par les expositions excessives au soleil. En bref, sortez couvert, surtout si vous avez la peau claire, beaucoup de grains de beauté et une mauvaise hérédité.

3. Respectez la règle « ABCDE »

Pour reconnaître un grain de beauté à risque de dégénérescence, appliquez la règle ABCDE.

A pour asymétrie.

B pour bords irréguliers. 

C comme couleur non uniforme.

D pour diamètre supérieur à 6mm

E comme Evolution (changement d’aspect).

Toutes lésions fragmentées qui se modifient – taille, couleur, relief, forme – doit être montrées à un dermatologue, qui étudiera sa nature avec un dermatoscope, une sorte de grosse loupe, pour en évaluer les risques.

Si un grain de beauté grandit rapidement, change de couleur, devient granuleux, irritant, saigne ou démange, filez consulter, il faudra peut-être l’enlever. Dans les cas mineurs, l’opération se fait généralement sous anesthésie locale. Bref, reluquez bien vos grains de beauté pour peaufiner votre bonne santé.

http://www.metronews.fr