Hypertension : la générosité, c’est bon pour la santé !


Une belle façon de baisser sa tension artérielle est d’être généreuse, d’offrir des cadeaux aux proches. Même si une personne magasine toute une journée dans le but de faire plaisir a quelqu’un cela équivaut une méditation pleine conscience … Bref, la bonté, la générosité ne fait pas de mal au contraire, elle est un atout pour la santé
Nuage

 

Hypertension : la générosité, c’est bon pour la santé !

 

Hypertension : la générosité, c'est bon pour la santé !

© Thinkstock

par Apolline Henry

Faire des cadeaux à nos proches, c’est bon pour notre santé ! Une étude canadienne vient de montrer que cela faisait baisser la pression artérielle. Une bonne résolution santé pour 2016 ?

C’est incroyable, et pourtant : si l’on en croit une étude de la University of British Columbia (Canada), les personnes généreuses souffriraient moins d’hypertension artérielle que les autres. La générosité serait-elle « le » traitement-miracle de demain ?

L’étude – publiée dans la revue spécialisée Health Psychology – a été menée sur 128 volontaires américains (des hommes et des femmes âgés de 65 à 85 ans) auxquels les chercheurs ont confié une enveloppe de 40 $ (soit environ 37 €). Ces personnes ont ensuite été réparties dans deux groupes : les participants du groupe 1 devaient dépenser leur argent pour eux-mêmes, tandis que les participants du groupe 2 devaient l’utiliser pour faire des cadeaux à leurs proches.

Des effets comparables à la méditation de pleine conscience

Les chercheurs ont mesuré la pression sanguine des volontaires avant puis après l’expérience (qui a duré une journée entière).

Résultat ? Les volontaires du groupe « cadeaux » avaient une pression sanguine légèrement inférieure à la fin de leur journée shopping – et ceux qui souffraient d’hypertension au début de l’expérience montraient une évolution tout à fait positive de leur état de santé. A ce titre, leur générosité avait eu le même impact qu’une séance de sport ou de méditation de pleine conscience. A l’inverse, les volontaires du groupe 1 avaient une pression sanguine inchangée à la fin de la journée : leur comportement n’avait eu aucune conséquence sur leur santé.

« Des études antérieures avaient déjà montré que la générosité financière avait un impact positif sur la santé mentale des individus, analysent les chercheurs canadiens. Désormais, nous savons que le fait de faire des cadeaux à autrui a également un effet positif sur la santé physique, notamment sur le plan cardiovasculaire. »

En ce début d’année 2016, et si on prenait la bonne résolution d’être plus généreux avec nos proches pour préserver notre santé ?

http://www.topsante.com/

Contre la douleur physique, méditez !


La méditation est reconnue pour apporter beaucoup de points positifs dans la vie d’une personne. Depuis un certain temps, on parle beaucoup de la méditation pleine conscience, une méditation qui se fait partout et n’importe quand. Il semblerait que là aussi, elle aide à diminuer la douleur et le stress
Nuage

 

Contre la douleur physique, méditez !

 

Contre la douleur physique, méditez !

    Méditer en pleine conscience agit sur le stress, sur l’inflammation. On sait aujourd’hui, que la méditation permet aussi de diminuer la douleur

    Une étude du Wake Forest Baptist Medical Center, en Caroline du Nord, aux Etats-Unis, s’est intéressée à la réduction de la douleur par l’intermédiaire de la méditation de pleine conscience.

    La douleur est réduite de 27 %

    L’étude a montré que la pratique de la méditation en pleine conscience permet de réduire la douleur physique de 27 % et son retentissement émotionnel de 44 %.

    Ceci s’explique par l’activation de certaines zones du cerveau : le cortex orbitofrontal, situé au-dessus des ortibes, et le cortex cingulaire antérieur, qui sont tous deux impliqués dans l’autocontrôle de la douleur.

    Le thalamus, une zone du cerveau située entre le cortex et le tronc cérébral, est, elle, désactivée par la méditation. Or, c’est elle qui fait passer les informations sensorielles au cerveau.

    Comment méditer ?

    La méditation de pleine conscience consiste à prendre conscience du moment présent, à centrer son attention sur ce que l’on est, ce que l’on ressent afin d’ignorer les pensées qui envahissent en permanence notre cerveau.

    Pour méditer en pleine conscience, on peut :

  • se focaliser sur sa respiration en sentant l’air entrer dans les narines, les poumons…

  • se centrer sur son corps, sur les points d’appui si l’on est assis ou allongé et sur les sensations que l’on ressent.

Au fnal, 4 séances quotidiennes de 10 minutes améliorent la prise en charge de la douleur, beaucoup mieux qu’une crème anti douleur par exemple. Il faut juste le temps d’apprendre à méditer.

http://www.santemagazine.fr/

"La méditation déstructure et transforme le rapport au temps"


On sait que la méditation est un atout pour lutter contre le stress, la dépression … Depuis un certain temps, on entend parler de méditation de pleine conscience qui peut se pratiquer en tout temps, n’importe où, sans de temps limite, c’est-à-dire cela peut prendre 1 minute comme 20 minutes.
Nuage

 

« La méditation déstructure et transforme le rapport au temps »

 

 

Si elle présente de nombreux atouts, la pratique de la méditation pourrait aussi favoriser la création de faux souvenirs. ©ALEJANDRO PAGNI / AFP

Si elle présente de nombreux atouts, la pratique de la méditation pourrait aussi favoriser la création de faux souvenirs. ©ALEJANDRO PAGNI / AFP

Par Elena Sender

La méditation de pleine conscience pourrait favoriser la création de faux souvenirs et avoir un effet négatif sur des tests de mémoire.

La psychiatre Yasmine Lienard décrypte pour Sciences et Avenir ces résultats étonnants.

MÉDITATION. Elle soulage l’anxiété, le stress, la dépression, elle améliore notre sommeil et protègerait même notre cerveau du déclin, la méditation de pleine conscience est une pratique mentale puissante qui ne cesse de prouver ses bienfaits scientifiquement et fait de plus en plus d’émules. Elle ne présente a priori que des bénéfices et pourtant…

« Nos résultats mettent en lumière une conséquence inattendue de la méditation de pleine conscience, rapporte Brent Wilson de l’université de Californie à San Diego (Etats-Unis), premier auteur d’une étude publiée dans Psychological Science.

L’équipe révèle, en effet, que la pratique méditative semble favoriser la constitution de faux-souvenirs.

39% des participants ont inventé un mot

Dans deux expériences, près de trois cents participants ont été divisés en deux groupes. Le premier a été invité à pratiquer quinze minutes de méditation guidée où les sujets devaient se concentrer sur leur souffle. Le second a eu pour consigne de seulement rester au calme et penser à ce qui lui venait à l’esprit. Puis tous ont été soumis à un test de mémorisation classique. On leur a fait lire une même liste de quinze mots ayant un lien sémantique. Ici c’était autour du concept « d’ordures », avec par exemple comme mots « poubelle », « déchets », « eaux usées », etc. sans pour autant que le mot clé « ordures » n’apparaisse. Ensuite, on leur a demandé de restituer autant de mots que possible. Et là, surprise ! Si tous se sont souvenus d’autant de mots, 39% des participants du groupe « méditation » se sont rappelés avoir lu le mot « ordures » dans la liste – qui n’y était pas –  contre 20%  seulement dans le groupe témoin!

« Ces résultats démontrent une conséquence potentielle inattendue de la méditation de pleine conscience pour laquelle les souvenirs deviennent moins fiables », concluent les auteurs.

La méditation déstructure les repères habituels et transforme le rapport au temps » – Dr Yasmine Lienard, psychiatre et spécialiste de la méditation de pleine conscience

Devant ces conclusions étonnantes de prime abord, Sciences et Avenir a demandé quelques éclaircissements au Dr Yasmine Lienard, psychiatre et spécialiste des thérapies fondées sur la méditation de pleine conscience. Nous lui avons demandé si ces résultats la surprenaient, voici sa réponse :

« Non je ne suis pas surprise. Lorsqu’on médite, il y a comme un état de sidération. On apprend a oublier qui on est, où l’on est selon nos concepts habituels et cela peut créer une désorganisation cognitive secondaire. La meditation déstructure les repères habituels et transforme le rapport au temps. Les personnes vont mieux mais le rapport au monde est transformé. Cela doit être accompagné et pour qu’il n’y ait pas de conséquences sur la vie quotidienne iI faut trouver des ressources pour rester stable. Toutefois cela n’arrive que rarement, il faut méditer régulièrement et longtemps. Pour ma part je peux témoigner que ma mémoire à long terme est moins bonne après 10 ans de méditation. En revanche j’ai décuplé des facultés de mémoire immédiate. Normal vu que je m’entraîne à oublier le passé chaque jour ! »

http://www.sciencesetavenir.fr/