Les imprimantes 3D, bien plus que des gadgets


Je me souviens des débuts de l’imprimante 3D, il y avait une inquiétude par le fait que des gens l’utilisaient pour faire des armes, mais aujourd’hui, les possibilités sont à l’infini et probablement bientôt à la portée de tous. Autant en médecine, que dans un garage automobile que dans notre propre maison
Nuage

 

Les imprimantes 3D, bien plus que des gadgets

 

Les imprimantes 3D, bien plus que des gadgets

Une imprimante 3D en action. Photo Ina Fassbender / Reuters

Stéphanie Godbout

 

L’invention du professeur Tournesol permettant de reproduire les objets à volonté dans Tintin et le lac aux requins vous semblait totalement saugrenue? Si la réalité peut parfois dépasser la fiction, les imprimantes 3D sont bel et bien réelles et s’apprêtent à révolutionner le monde.

Notamment utilisée pour concevoir des pièces automobiles, des reproductions d’œuvres d’art, les imprimantes 3D sont même envoyées dans l’espace par la NASA pour aider les astronautes à créer eux-mêmes des outils de rechange.

Voici notre petite liste de choses que les imprimantes 3D peuvent faire pour vous personnellement!

Sauver des vies

 

Kaiba GionfriddoLes imprimantes 3D peuvent sauver des vies. À sa naissance, Kaiba Gionfriddo souffrait d’une malformation de la trachée l’empêchant de respirer normalement.

Afin de remédier aux problèmes respiratoires dont il souffrait, les docteurs Glenn Green et Scott Hollister ont conçu, à l’aide d’une imprimante 3D, une prothèse biorésorbable en 3 ans sans intervention chirurgicale et parfaitement adaptée à la trachée de Kaiba.

Si, selon les dires de sa mère April Giofriddo, peu de médecins prévoyaient que son fils sortirait de l’hôpital en vie, à peine trois semaines après l’opération, l’enfant n’avait plus aucun problème respiratoire.

Parions que Kaiba est le premier de nombreux êtres humains à bénéficier d’un tel procédé.

Modeler une figurine à son effigie

 

Les imprimantes 3D, bien plus que des gadgets

Un figurine imprimé à l’aide de Shapify. Photo Shapify

Si, depuis l’arrivée des imprimantes 3D, il est possible de réaliser des modèles réduits de la voiture de ses rêves ou de soi-même, Shapify.me propose d’amener le concept un peu plus loin, non seulement en facilitant l’exécution, mais également en combinant l’impression 3D et l’univers vidéoludique.

Tirant profit de la technologie de numérisation 3D du capteur Kinect, le service permet, du confort de son foyer, de soumettre ses formes et d’obtenir pour une soixantaine de dollars, une figurine 3D couleur d’une hauteur de 7 à 10 cm de vous-même… ou de tout autre objet non brillant et à surface opaque qui vous tient à cœur.

Allumez votre Kinect, prenez la pose et suivez le guide sur Shapify.me !

Imprimer de la viande

 

Les imprimantes 3D, bien plus que des gadgets

Photo Fotolia

Préoccupée par les enjeux environnementaux, l’entreprise en démarrage Modern Meadow a élaboré une imprimante 3D capable d’imprimer de la viande.

Ainsi, pour imprimer un faux-filet de bœuf, il suffit de récupérer, à l’aide d’une biopsie, les cellules souches de l’animal, de les développer et les multiplier avant de les insérer dans une cartouche d’encre.

Déposées couche par couche, ces cellules fusionnent alors naturellement pour former un tissu vivant comme une entrecôte.

Ce procédé étonnant permettra notamment d’éviter l’abattage des animaux, de réduire de manière significative la consommation d’énergie, de produits chimiques et d’eau.

Si l’imprimante n’est pas encore commercialisée à grande échelle, Modern Meadow vient néanmoins de lever plus de 2 millions de dollars pour le projet.

Créer des plâtres sur mesure

 

Les imprimantes 3D, bien plus que des gadgets

Le plâtre imprimé Cortex. Photo Jake Evill

 

L’impression 3D est la solution aux plâtres inconfortables qui provoquent des démangeaisons parce qu’ils empêchent la peau de respirer.

Jake Evill, un étudiant de l’Université Victoria de Wellington, a relevé le défi de trouver une alternative plus intéressante pour immobiliser les membres cassés.

Cortex, un plâtre nouveau genre fabriqué à l’aide d’une imprimante 3D, est conçu de polyamide pouvant être recyclé, est léger, lavable et bien aéré.

Non seulement plus confortable pour le patient, il permettrait également d’immobiliser les membres dans des positions très précises pour un rétablissement plus rapide mais aussi, de soigner des fractures qui nécessitent aujourd’hui des interventions chirurgicales.

Encore au stade de prototype, le Cortex nécessiterait de 24 à 72 heures de conception comparativement aux plâtres traditionnels qui demanderaient une dizaine de minutes… et s’autographie plus difficilement!

Cuisiner pour vous

 

L’imprimante 3D Foodini. Photo Natural Machines

L’entreprise espagnole Natural Machines a mis au point Foodini, une imprimante 3D qui allie aliments, art et conception afin de vous faciliter la vie dans la cuisine.

Devant être commercialisée au courant de l’année au coût approximatif de 1300$, l’imprimante 3D permettra d’insérer des ingrédients, de choisir les modèles désirés à l’aide de l’écran tactile et de laisser Foodini imprimer pizzas, raviolis, chocolats ou autres mets susceptibles de faire saliver la petite famille.

Si pour l’instant Foodini n’est pas un appareil de cuisson, elle dispose néanmoins d’un système de chauffage pouvant maintenir la nourriture à une température donnée.

http://fr.canoe.ca