Le Saviez-Vous ► Top 10 des civilisations qui ont mystérieusement disparu


    Des civilisations ont disparu souvent a l’apogée de leur savoir, de leur pouvoir politique, économique. Ils ont laissé des traces, mais les indices de leur disparition ne sont pas tous clairs. Je crois que chaque civilisation finie par disparaître que ce soit par des causes naturelles ou causé par l’homme Un jour, probablement que notre propre peuple finira ou du moins évoluera pour être complètement différent de ce que l’on connait aujourd’hui
    Nuage

     

    Top 10 des civilisations qui ont mystérieusement disparu

    L’Histoire de l’homme est pleine de civilisations éphémères, de peuples mystérieux disparus suite à des catastrophes naturelles, des guerres, des épidémies etc. Mais parfois c’est un peu plus flou et les historiens se démènent tant bien que mal pour essayer de comprendre comment une société prospère disparaît de la carte en un (long) clin d’oeil.

    Les exemples sont très nombreux mais on vous a choisi 10 sociétés, 10 civilisations avec leur architecture, leur langue, 10 cultures qui se sont bizarrement éteintes sans qu’on ne sache trop pourquoi.

  1. Les Anasazis

    1

    Crédits photo (creative commons) : Andreas F. Borchert

    Les Anasazis étaient un peuple amérindien qui occupait le sud-ouest des États-Unis. Faute de témoignage écrit, il est très difficile de dater précisément cette communauté même si on estime qu’elle atteint son apogée vers 1200 avant Jésus-Christ. Chasseurs, cueilleurs, les Anasazis avaient développé un système élaboré d’agriculture, de routes et de villes, qu’ils taillaient directement dans d’immenses falaises. Et pourtant, quand Christophe Colomb est arrivé, les Anasazis avaient disparu. On pense qu’une surpopulation et des conflits internes violents sont à l’origine de l’effondrement de cette civilisation dont subsistent encore des vestiges architecturaux impressionnants.

    L’Empire Khmer

  2. 2

    Crédits photo (creative commons) : Bjørn Christian Tørrissen

    On connait tous l’immense temple d’Angkor Vat au Cambodge, mais ce qu’on sait moins c’est qu’il ne représente qu’une infime partie d’un gigantesque empire qui domina l’Indochine du IXe au XIIIe siècle. On pense que la cité d’Angkor aurait pu accueillir jusqu’à 1 million d’habitants. Le déclin de cet empire ne s’est pas fait en 2 jours et ses causes peuvent être multiples mais les historiens avancent 2 hypothèses non exclusives : d’une part une remise en cause du « Dieu-Roi » par son peuple, de l’autre des attaques d’envahisseurs facilitées par le réseau routier élaboré des Khmer

     

  3. Les Mayas

    3

    Source photo : globalsherpa

    La civilisation Maya est une des civilisations mésoaméricaines les plus connues, notamment de par son étendue géographique et culturelle. Pendant de nombreux siècles, les Maya dominèrent la région, innovant dans tous les domaines et notamment en architecture, en mathématiques et en astronomie. On suppose que des luttes intestines et des changements climatiques au Yucatán vers l’an 900 de notre ère ont fragilisé les récoltes et créé une famine menant à l’abandon des grandes villes.

     

  4. Les habitants de l’Île de Pâques

    4

    Crédits photo (creative commons) : Makemake

    Il ne reste pas grand-chose des premiers habitants de l’Île de Pâques, arrivés entre l’an 700 et 1200 de notre ère, si ce n’est un lot impressionnant d’immenses statues de pierres, les Moai. Après des siècles passés à construire plus de 900 mégalithes, à naviguer d’île en île sur plusieurs semaines pour s’approvisionner, on se demande comment les colons polynésiens ont pu disparaître sans laisser de traces. La théorie la plus répandue affirme que le mode de vie des autochtones n’était pas en phase avec les ressources de l’îles, qu’ils finirent par épuiser totalement. C’est con mais c’est comme ça.

     

  5. La culture de Cucuteni-Trypillia

    5

    Source photo : toptenz

    Cette culture néolithique tardive est apparue en Europe de l’est entre 5500 et 2750 avant JC. À son apogée, cette société est responsable des plus grandes villes du néolithique, rassemblant près de 15 000 personnes. Étrangement, cette civilisation matriarcale avait pour habitude de cramer tous leurs villages tous les 70 ans avant de tout reconstruire. Leur disparition est sans doute liée à une invasion même si des découvertes archéologiques récentes semblent indiquer un changement climatique brutal fatal pour l’agriculture.

  6. Civilisation minoenne

    6

    Crédits photo (creative commons) : cavorite

    Cette civilisation nommée après le grand Roi Minos s’est baladée dans toute la Crète entre 3000 et 1000 avant JC. Il nous reste encore aujourd’hui quelques traces de la culture minoenne, notamment grâce aux objets trouvés dans les vestiges de leurs cités. Il semblerait que les minoens aient pris très cher lors d’une éruption volcanique. Même s’ils y survécurent, on pense que l’éruption endommagea gravement leur flotte (handicapant le commerce), ajoutez à ça une ou deux invasions et bim, plus de Minoens.

     

  7. Les Mycéniens

    7

    Crédits photo (creative commons) : David Monniaux

    Sud de la Grèce, 1600 avant JC. Les Mycéniens s’inscrivent dans la suite directe des Minoens. Ils vivaient sur plusieurs îles et n’hésitaient pas s’en procurer d’autres par la force. Comme ils manquaient de ressources naturelles, ils instaurèrent un conséquent système d’importation. On ne sait pas vraiment pourquoi les Mycéniens s’éteignirent du coup les historiens ont tout balancé : tremblement de terre, invasions et même révolte paysanne ont été évoqués mais ça pourrait très bien être une invasion Alien ou une épidémie de grippe.

  8. Le Royaume d’Aksoum

    8

    Crédits photo (creative commons) : Pzbinden7

    Ethiopie, Ie siècle de notre ère. Le Royaume d’Askoum est le centre névralgique du commerce de la région et tout ce qui passe par la Mer Rouge passe par lui. Convertis au christianisme en 323 par leur roi Ezana II, les Aksoumites se seraient fait péter leur petite mouille par la reine juive Yodit, qui aurait tout brûlé, et surtout les églises. Une autre théorie serait qu’une autre reine, païenne celle-ci, serait venu tout cramer. Une dernière théorie affirme enfin, vous allez voir c’est original, qu’un changement climatique a foutu le pays de travers et que les mecs sont morts de faim. Vous choisissez.

     

  9. Les Olmèques

    9

    Crédits photo (creative commons) : Bott

    1400 avant notre seigneur Jésus, dans le sud du Mexique. Réputés pour leurs talents de bâtisseurs, les Olmèques construisirent plusieurs cités ainsi que de larges monuments et des têtes géantes en pierre, leur marque de fabrique. Ils sont considérés comme les pères de toutes les autres cultures mésoaméricaines, ce qui ne les a pas empêchés de totalement disparaître, notamment à cause de changements climatiques, pour être original. Une théorie évoque une invasion mais on ne sait pas par qui donc on n’en parle pas trop.

  10. Les Nabatéens

    10

    Crédits photo (creative commons) : Bernard Gagnon

    Au VIe siècle avant Djeezus, en Jordanie, on pouvait trouver une civilisation sémite assez folle qui taillait ses villes directement dans la roche : les Nabatéens. Le commerce était leur point fort et leur culture fortement influencée par la Grèce, Rome et les royaumes arabes. Leur ville principale, Petra, fut abandonnée au IVe siècle sans que l’on sache vraiment pourquoi. Les fouilles archéologiques prouvent qu’ils sont partis de manière organisée, ce qui exclut le cataclysme climatique ou une invasion. La réponse serait bien plus simple : le commerce ne fournissant plus assez de ressources, ils seraient tous simplement partis.

Et vous, vous avez disparu à cause d’un bouleversement climatique ?

http://www.topito.com

Les Mayas célèbrent la fin d’une ère, mais pas la fin du monde


Non la fin du monde n’est pas pour le 21 décembre 2012 mais pour les mayas cela sera une nouvelle ère qui commencera .. Il est temps que les gens puissent se raisonner et arrêter d’avoir peur pour ce qui a commencer par une mauvaise traduction du calendrier Mayas
Nuage

 

Les Mayas célèbrent la fin d’une ère, mais pas la fin du monde

 

Prêtre maya au Mexique... (PHOTO LUIS PEREZ, AFP)

Prêtre maya au Mexique

PHOTO LUIS PEREZ, AFP

Associated Press
Mexico

Les prêtres mayas du Mexique ont commencé cette semaine les cérémonies marquant la fin de l’ère actuelle prévue autour du 21 décembre, selon leur calendrier, avec des danses, des rituels et de l’encens pour remercier les dieux.

Une cérémonie du «Nouveau Feu» a notamment été organisée dans un parc de Mexico. Une solution de repli, car les Mayas n’ont pas été autorisés à pratiquer leurs rituels dans les temples de leurs ancêtres.

Selon la culture maya, le temps est organisé en période de 394 ans appelées «baktuns». Le 13e baktun s’achève aux environs du 21 décembre, et le chiffre 13 est sacré chez les Mayas.

«C’est la fin d’une ère pour les Mayas, une ère qui a été très intense pour nous, et au cours de laquelle nous avons connu la souffrance et la douleur», affirme José Manrique Esquivel, un prêtre maya âgé de 52 ans.

Les 800 000 Mayas du Mexique espèrent que l’ère qui s’ouvre soit plus clémente, après celle qui a commencé au début du 17e siècle, avec les conséquences dramatiques de la colonisation espagnole. José Manrique Esquivel, comme de nombreux archéologues et astronomes, ne pense pas que les anciens Mayas avaient prédit la fin du monde le 21 décembre 2012. Mais il aurait voulu célébrer le passage au nouveau «baktun» dignement.

L’accès aux sites archéologiques de Chichen Itza, Coban et Tulum a été interdit aux prêtres mayas.

«Cela nous met en colère, mais c’est comme ça», se résigne José Manrique Esquivel. «Nous pratiquons nos rituels dans des champs, des endroits vides, partout où nous le pouvons.»

Francisco de Anda, responsable des communications à l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique, explique que l’interdiction a été décrétée pour préserver la sécurité des visiteurs et pour épargner les lieux historiques, «surtout aux dates où il y a un grand nombre de visiteurs».

À l’équinoxe du printemps en 2011, le site de Chichen Itza avait accueilli environ 35 000 visiteurs en un jour. Une telle affluence rend l’organisation de cérémonies dangereuse, selon M. De Anda.

«De nombreux groupes qui veulent organiser des cérémonies apportent des brasiers et veulent brûler de l’encens, et ce n’est tout simplement pas autorisé», ajoute Francisco de Anda.

Par ailleurs, les plateformes des temples sont fragiles et leur structure pourrait se détériorer sous le poids des fidèles.

«Pour des raisons de protection du patrimoine, l’escalade d’environ 80% des structures de Chichen Itza est interdite», précise M. De Anda.

Le 21 décembre, environ 250 Mayas doivent présenter une cérémonie baptisée «Moments sacrés des Mayas» dans la ville de Valladolid, dans le Yucatan, a indiqué Saul Ancona, secrétaire au tourisme de l’État. Le monde ne s’arrêtera pas de tourner, précise-t-il, en soulignant qu’un festival de la culture maya est déjà prévu en 2013 dans la région.

http://www.lapresse.ca