Les plantes et les animaux qui survivront au réchauffement climatique


Bien que la Terre a connu des épisodes de changements climatiques, jamais elle n’a connu comme celle que nous vivons présentement et qui n’ira pas en s’améliorant, surtout si nous n’agissons pas immédiatement pour atténuer les effets. Cependant, la nature est capable de s’adapter, mais pas nécessairement ce que l’on voudrait protéger et perpétuer dans les années à venir. Certains animaux, les insectes comme la blatte (coquerelle), les mauvaises herbes et bien sûr, les microbes pourront survivre.
Nuage


Les plantes et les animaux qui survivront au réchauffement climatique

Un million d'espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la terre ou du fond des océans. | JooJoo41 via Pixabay

Un million d’espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la terre ou du fond des océans. | JooJoo41 via Pixabay

Repéré par Robin Lemoine

Repéré sur BBC

«Les gagnants seront de très petite taille, très adaptables, omnivores et capables de vivre dans des conditions extrêmes.»

Le lundi 6 mai, à Paris, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a publié un rapport présentant un chiffre qui a choqué: un million d’espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la terre ou du fond des océans.

Mais lorsque les effets du réchauffement climatique auront rendu la terre et les océans presque invivables, que restera-t-il? Il est difficile de répondre à cette question tant les conditions actuelles sont différentes des précédents réchauffements.

Pour Julie Grant, biologiste moléculaire végétale à l’Université de Sheffield, certaines espèces animales seront cependant plus à même de résister à la catastrophe climatique que d’autres et ce ne sera probablement pas l’espèce humaine. Sauf si nous décidons de changer rapidement nos comportements.

Des plantes tenaces

Les plantes résistantes à la chaleur et à la sécheresse, comme celles dans les déserts, réussiront probablement à survivre. Il en va de même pour les espèces dont les graines se dispersent facilement et sur de longues distances grâce au vent ou aux courants marins (comme les cocotiers).

On parle également des plantes pouvant ajuster leur temps de floraison. De quoi donner un avantage aux espèces non-indigènes qui se développent dans plusieurs régions du monde. Les mauvaises herbes, que l’on trouve généralement le long des routes, pourraient ainsi se montrer très résistantes face aux changements de température.

Des petits animaux

Les principaux résistants devraient être des animaux de petite taille voire microscopiques.

Les blattes, par exemple, ont prouvé leur ténacité. Ces créatures généralement mal-aimées ont jusqu’à présent survécu à toutes les extinctions massives de l’histoire pour quatre raisons: une capacité à se protéger, une résistance à la chaleur, une alimentation variée et une présence dans de nombreuses régions du monde. Des caractéristiques essentielles pour qu’une espèce animale survive.

Les animaux vivant dans des zones relativement protégées, dans les canyons des grands fonds marins ou dans des cavernes isolées (comme le poisson des cavernes), devraient résister.

Enfin, les mieux protégés seront probablement les microbes.

Le biogéochimiste des sols Asmeret Asefaw Berhe explique que l’archaea, l’un des principaux types de microbes, «a trouvé le moyen de vivre dans les environnements les plus extrêmes».

Robert Nasi, chercheur au CIFOR, résume la situation. «Les gagnants seront de très petite taille, très adaptables, omnivores et capables de vivre dans des conditions extrêmes.»

http://www.slate.fr/


Le Saviez-Vous ► Quelle plante est la plus “intelligente” ?


 

Les plantes, sont-elles intelligentes, moi, j’ai tendance à dire oui, elles ont une forme d’intelligence, d’ailleurs des études auraient prouvé qu’elles peuvent même communiquer entre elles en cas d’urgence. Les scientifiques ont des gagnants comme la plante attrape-mouche, le chiendent, une mauvaise herbe difficile à se débarrassé et enfin le blé.
Nuage

 

Quelle plante est la plus “intelligente” ?

Dionaea muscipula. Crédits : Wikipedia

par Brice Louvet

Le monde végétal est intelligent. Non pas au sens cognitif du terme, mains on notera d’étonnantes capacités d’apprentissage, d’anticipation et d’adaptation. Mais si l’on part du postulat que les plantes sont douées de ces capacités, une question se pose alors : laquelle est la plus intelligente ?

Dans sa rubrique Giz Ask, le site Gizmodo a récemment interrogé plusieurs experts en botanique dans le but de trouver une réponse à cette question. Tout le monde n’est pas d’accord, mais chaque point de vue est intéressant par la manière dont il est justifié. Katie Field, de l’Université de Leeds (Royaume-Uni), évoque par exemple une célèbre plante carnivore.

« La célèbre dionée attrape-mouche (Dionaea muscipula) qui semble compter le nombre de fois où un poil sensitif est provoqué à la surface de son piège avant de décider de  se fermer sur l’insecte malchanceux qui se trouve à l’intérieur, pourrait constituer un exemple classique de “d’intelligence des plantes”, dit-elle. Ce comportement “intelligent” garantit qu’elle ne gaspille pas d’énergie en fermant son piège sur une proie non-insecte (comme des feuilles mortes, par exemple) ».

David Wees, conférencier et directeur associé du programme de gestion et des technologies agricoles de l’Université McGill (Canada), évoque de son côté “les mauvaises herbes” :

« Malgré les meilleurs efforts des agriculteurs ou des jardiniers, les mauvaises herbes semblent toujours tirer parti de tous les espaces possibles pour se développer et se multiplier », explique le chercheur, qui note que la plus “intelligente” mauvaise herbe serait peut-être le chiendent (Elymus repens).

« Une fois installé, il est presque impossible de l’éliminer »

« Non seulement il se reproduit par graines, mais il se propage également par les rhizomes, de longues tiges souterraines minces, dit-il. Chaque morceau de rhizome peut produire une nouvelle plante de chiendent, en fait un clone naturel. Si vous labourez un champ avec du chiendent, vous couperez par inadvertance des morceaux de rhizomes qui germeront et donneront lieu à davantage de chiendent (…) Une fois établi dans une zone, il est presque impossible de l’éliminer complètement ».

Enfin Philippa Borrill, maître de conférences en biologie végétale à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni), évoque de son côté les plantes cultivées, et notamment la plus célèbre d’entre elles : le blé.

« Si ce n’est pas une plante intelligente, je ne sais pas ce que c’est »

« Nous pensons souvent que les cultures sont domestiquées par l’Homme, mais je dirais que l’inverse est également vrai. Les cultures dont nous dépendons nous ont domestiqués (ou peut-être même asservis) pour y planter leurs semences, arroser et entretenir les plantes en croissance, puis récolter les semences et s’assurer qu’elles seront plantées l’année suivante », explique la chercheuse.

Prenant le blé pour exemple, Philippa Borrill note également que « les êtres humains sèment désormais du blé sur cinq continents », ajoutant que la plante s’est « adaptée pour se développer dans une vaste gamme d’environnements, du climat chaud et sec de l’Australie au climat frais et humide du Royaume-Uni ». Aujourd’hui, « le blé nourrit plus de 2,5 milliards de personnes chaque jour. Si ce n’est pas une plante intelligente, je ne sais pas ce que c’est ».

Alors, les plantes sont-elles réellement intelligentes ? Tout dépend de la définition que l’on prête à ce terme. Mais si l’on considère la capacité à résoudre des problèmes comme une forme d’intelligence, alors nous pourrions être tentés de considérer toutes les formes de vie (dont les plantes) comme intelligentes. Mais celles-ci ont tout de même « quelque chose » en plus : contrairement à toute autre forme de vie, ces dernières sont capables de résoudre leurs problèmes sans pouvoir se mouvoir. Et ça, ce n’est pas rien.

Source

https://sciencepost.fr/

Mauvaise herbe


La mauvaise herbe est un bel exemple pour ceux qui ne veulent pas être des moutons, qui veulent se raffermir pour prendre leur propre essor.
Nuage

 

Mauvaise herbe

 

Une mauvaise herbe est une plante qui a maitrisé toutes les techniques de survie, excepté celle de s’aligner dans les rangs

Christian D Larson

La guerre aux pissenlits est une mauvaise idée


Avoir une belle pelouse devant la porte parait bien, quoique pour avoir un tapis vert naturel intact, on utilise des produits chimiques pour les mauvaises herbes donc pour les pissenlits. Sauf que les pissenlits ne sont pas si inutiles qu’on veut bien nous faire croire, autant pour le sol que pour les abeilles
Nuage

 

La guerre aux pissenlits est une mauvaise idée

 

Les pissenlits figurent sur la liste des fleurs les plus détestées depuis plusieurs décennies. Cette mauvaise réputation a longtemps été alimentée par les fabricants de produits chimiques destinés à les éradiquer. Pourtant, cette plante n’est pas aussi menaçante et néfaste qu’on tente de le faire croire.

« C’est en fait le marketing qui a convaincu le monde que le pissenlit n’était pas bon. Imaginez, on a créé une hantise, on fait la guerre aux fleurs. Est-ce qu’il y a des choses plus importantes aujourd’hui?… C’est quand même un peu fou! », fait valoir Edith Smeesters, biologiste et auteure.

Officiellement, cette plante est considérée comme étant nuisible selon le guide du Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et dl’Alimentation du Québec. Pourtant, mis à part le fait qu’elle est jaune et sa facilité à se propager, il est difficile de lui reprocher de nuire à l’environnement. Mme Smeesters croit au contraire que cette fleur a un impact plus positif que négatif.

« Ce sont les premières fleurs que les abeilles peuvent aller butiner alors nos pauvres abeilles, faut les aider un peu », ajoute-t-elle.

La biologiste ajoute que les pissenlits sont surtout victimes d’une mauvaise perception de la population en général. C’est aussi une valeur ajoutée sur votre pelouse.

« En fait, il vient améliorer le sol, car la racine du pissenlit est comme un pivot qui entre dans le sol. Ça va faire comme un clou qui entre profondément et qui va chercher les minéraux en profondeur et qui les ramène à la surface et quand le pissenlit meurt, ça fait une bulle d’aération donc la nature nous aide, mais on ne veut pas l’écouter… On suit des standards de beauté qui nous sont imposés » conclut-elle.

Alors, les pissenlits et vous, êtes-vous devenus des amis?

D’après un reportage de Mireille Roberge, journaliste à MétéoMédia.

https://www.meteomedia.com

Les excréments des poulets pourraient valoir de l’or, selon ces scientifiques


Voilà rendre quelque chose nuisible pour la rendre utile tout en améliorant l’environnement
Nuage

 

Les excréments des poulets pourraient valoir de l’or, selon ces scientifiques

 

Le HuffPost  |  Par Annabel Benhaiem

Les regards sont souvent tournés vers les bouses de vache, rarement vers les excréments de poulet. Pourtant, ils posent aussi des questions en matière d’environnement. Des chercheurs de l’université Landmark au Nigéria ont réussi à créer du carburant à partir d’une mauvaise herbe ajoutée aux déjections de volailles.

Pour le moment, l’essence en question ne semble pouvoir servir qu’à alimenter des générateurs. Ils ont publié leurs résultats dans la section « Energie et carburant«  de la revue de la Société de chimie américaine.

D’autres études devront confirmer le véritable potentiel de cette mixture, d’autant qu’elle permettrait de résoudre deux enjeux environnementaux. Le premier concerne les cacas de poulet. En 2014, la France était le deuxième producteur européen de volailles, avec plus de 1,8 million de tonnes. Imaginez le nombre de mini colombins.

D’une pierre deux coups

Comme pour tout animal d’élevage, les crottes de poulet contiennent des traces d’antibiotiques et des métaux lourds qui contaminent le sol des exploitations et les eaux de surface. Ramassées et réutilisées, ces fientes dégageraient les nappes phréatiques.

Le second enjeu est lié à la mauvaise herbe dite « tournesol mexicain ». Introduite au Nigéria voilà plusieurs décennies en tant que plante ornementale, elle est aujourd’hui qualifiée de mauvaise herbe et « menace la production agricole sur le continent africain », peut-on lire dans la présentation de l’étude. La transformation de ce tournesol proliférant en biogaz, grâce à l’association avec les excréments de poulets, permettrait de désherber à moindres frais.

D’après les chercheurs agrégés autour de cette étude, il faut huit kilos du mélange fèces et tournesol pour produire trois kilos de biogaz, dont une bonne partie pourrait servir à faire tourner un générateur plusieurs heures.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Mauvaise herbe


On fait de la salade avec des feuilles de pissenlit qui s’achète à l’épicerie alors que cette mauvaise herbe poussent partout. On fait des manteaux très chauds avec la soie de l’Amérique : asclépiade cette plante qu’on croyait à tort inutile alors qu’elle est capitale pour la survie des papillons monarque et maintenant à des propriétés vraiment intéressantes pour des vêtements.
Nuage

 

Mauvaise herbe

 

Une mauvaise herbe est une plante dont on n’a pas encore trouvé les vertus.

Ralph Waldo Emerson

Fabriquer des vaccins contre la grippe avec des mauvaises herbes


On commence à découvrir de plus en plus les plantes qu’on appelle mauvaises herbes. Comme l’asclépiade aide à la survie du papillon monarque, les feuilles de pissenlit, et même les boutons de cette fleur qui se mangent bien en salade, d’autres mauvaises herbes qui font d’excellentes tisanes. Voilà, qu’on veut les utiliser pour le vaccin d’influenza. Une méthode plus rapide, efficace et moins couteux.
Nuage

 

Fabriquer des vaccins contre la grippe avec des mauvaises herbes

 

MAUVAISES HERBES

Radio-Canada/Découverte

Un texte de Dominique Forget

La société québécoise Medicago fabrique des vaccins et des médicaments à partir de plantes. Cette nouvelle biotechnologie pourrait rendre les vaccins contre la grippe plus efficaces.

Dans le quartier D’Estimauville, à Québec, on s’affaire à construire une serre de 9000 mètres carrés qui, dès 2019, abritera des milliers de plants d’une mauvaise herbe venue d’Australie, une cousine du tabac qu’on appelle Nicotiana benthamiana. À partir de ces plants, la biopharmaceutique compte produire de 40 à 50 millions de doses de vaccins contre l’influenza chaque année.

Medicago, qui exploite déjà une serre plus modeste à Québec et une autre en Caroline du Nord, est actuellement en phase II des essais cliniques de son vaccin cultivé dans les plantes. Elle souhaite obtenir le feu vert des autorités de la santé pour le commercialiser, avant l’ouverture de sa nouvelle usine.

Plus besoin d’oeufs

Les vaccins contre la grippe sont traditionnellement fabriqués dans les œufs de poule. Le procédé est fastidieux. Il faut d’abord isoler le virus qui circule dans la population, le mélanger avec un second virus afin de former un hybride, puis injecter cet hybride dans des œufs de poule fécondés.

Dans le blanc d’œuf, les virus se multiplient par millions. Il faut les extraire, puis les inactiver, avant de les injecter à la population. Au total, il faut compter de cinq à six mois de travail.

Tout ce dont l’équipe de Medicago a besoin, c’est la composition de l’hémagglutinine, une protéine qu’on retrouve à la surface du virus de l’influenza et dont la forme varie d’une souche virale à l’autre. Grâce à cette information, l’équipe synthétise dans ses laboratoires un gène capable de fabriquer l’hémagglutinine en question.

Ce gène est inséré dans les feuilles de Nicotiana benthamiana. La mauvaise herbe se met aussitôt à fabriquer d’innombrables copies d’hémagglutinines, qui se regroupent dans les feuilles de la plante pour former des capsules qui ressemblent à s’y méprendre au virus de la grippe. Ces particules sont isolées, puis purifiées. C’est grâce à elles qu’on fabrique le vaccin.

Nicotiana benthamiana

Un OGM?

Le gène de l’hémagglutinine ne s’intègre pas de façon permanente dans le génome de Nicotiana benthamiana et il n’est pas transmis dans ses graines. Il ne s’agit donc pas d’un organisme génétiquement modifié au sens strict.

10 millions de vaccins en 19 jours

En 2011, Medicago a répondu à une demande du gouvernement américain pour tester la capacité de la moléculture à répondre rapidement à la demande de vaccins contre une grippe pandémique. La commande : produire à toute vitesse 10 millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1. Medicago a relevé le défi, en seulement 19 jours.

Cette rapidité pourrait non seulement réduire les coûts de production des vaccins, mais aussi rendre ces derniers plus efficaces. En effet, chaque année, l’Organisation mondiale de la santé doit identifier dès le mois de février les souches de la grippe qui risquent de circuler dans l’hémisphère nord à l’hiver suivant. Elle donne ainsi aux fabricants tout le temps nécessaire pour produire un vaccin dans les œufs.

Or, certaines années, les souches qui infectent la population ne sont pas celles qu’on avait prévues. Le vaccin s’avère alors inefficace, comme ce fut le cas en 2014. En produisant un vaccin plus rapidement, on pourrait retarder le choix des souches, et augmenter les chances de taper dans le mille.

La biotechnologie de Medicago ne servira pas qu’à produire des vaccins contre l’influenza. Les feuilles de Nicotiana benthamiana peuvent produire toute une variété de molécules thérapeutiques. Medicago est déjà engagée dans la production d’anticorps contre deux souches du virus Ebola, à la demande des gouvernements américain et canadien.

http://quebec.huffingtonpost.ca/