La mauvaise habitude à perdre immédiatement


 

Il est de plus en plus évident que les écrans que ce soit le mobile, la tablette ou l’ordinateur avant de dormir à des effets sur le sommeil surtout quand une personne est réveillée en plus par les notifications. Si les enfants commencent tôt à posséder une tablette, la génération après nous auront de grande difficulté de sommeil qui pourrait aller jusqu’à la dépression
Nuage

 

La mauvaise habitude à perdre immédiatement

 

© thinkstock.

Jeanne Poma

Les réseaux sociaux génèrent un stress négatif pour notre sommeil. A une époque où certains enfants ont accès à une tablette avant l’âge de 4 ans, les chercheurs s’intéressent aux conséquences de l’utilisation des technologies sur notre santé. Les études révèlent que les écrans ont une influence bien inquiétante.

Une tentation qui pourrait nous mener à la dépression

D’après Brian Primack, directeur du Centre de recherche sur les médias, la technologie et la santé à l’Université de Pittsburgh, au plus on utilise les réseaux sociaux, au plus le risque de développer des angoisses, une dépression ou un sentiment d’isolement grandit. Comme dans un cercle vicieux, une personne déprimée aura d’autant plus envie de consulter son téléphone, ce qui ne fera qu’aggraver encore son état psychique. Les études tiennent pour responsable de ce phénomène la lumière bleue de nos écrans. Celle-ci inhibe nos niveaux de mélatonine, un produit chimique qui nous annonce que l’heure du coucher est arrivée.

Parallèlement à cela, les réseaux sociaux rendent parfois anxieux, ce qui rend notre endormissement difficile. La vie des autres semble plus lumineuse que la nôtre sur les réseaux, ce qui affecte notre confiance en nous.

« Ainsi, les pensées et les sentiments reviennent nous hanter alors que nous essayons de nous endormir », ajoute Brian Primack.

Avant de dormir, 30 minutes sans technologies

Les médias sociaux nous obligent à rester statiques. Ils réduisent notre activité physique, qui nous aide à bien dormir. Au moins le week-end, il est recommandé de chercher des choses à faire loin des écrans. Un adulte passe en moyenne plus de temps devant un écran que dans son lit. Il se penche environ 3h par jour sur les réseaux, quand les jeunes générations y passent en moyenne 6 à 8h. Parmi les indicateurs menant à une mauvaise nuit de sommeil, l’utilisation des réseaux durant les 30 minutes avant le coucher figure parmi les indicateurs les plus forts, indépendamment de la durée totale d’utilisation dans la journée.

Les jeunes générations sont les plus touchées par le manque de sommeil. Les parents peuvent fixer des lieux et des périodes durant lesquelles les appareils peuvent ou ne peuvent pas être utilisés. Il n’est pas pour autant nécessaire d’arrêter de consulter les réseaux sociaux, nous ne pouvons pas rivaliser, selon Brian Primack. Mais la modération est la clé. Si vous êtes un peu fatigués aujourd’hui, allez-vous couchez tôt ce soir et laissez votre téléphone en dehors de la chambre. Vous l’utilisez pour le réveil? Achetez un réveil vintage. Vous vous sentirez déjà mieux demain.

http://www.7sur7.be/

La santé cardiaque commence à décliner dès l’enfance


C’est dès le jeune âge qu’il est important d’habituer l’enfant à préférer une bonne alimentation et de bouger suffisamment pour qu’en grandissant, ils puissent profiter de leur santé. L’industrie alimentaire qui veut nous faciliter la vie, fait d’un autre côté plus de mal que de bien sans compter que nous sommes de plus en plus sédentaires.
Nuage

 

La santé cardiaque commence à décliner dès l’enfance

 

La santé cardiaque commence à décliner dès l'enfance en raison de mauvaises... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne
MONTRÉAL

La santé cardiaque commence à décliner dès l’enfance en raison de mauvaises habitudes de vie acquises très jeune, affirment des chercheurs américains.

Les scientifiques de l’université Northwestern, à Chicago, ont étudié un peu moins de 9000 enfants âgés de 2 à 11 ans.

Au niveau de l’alimentation, ils ont constaté que moins de 1 % des enfants présentaient quatre ou cinq des cinq composantes d’une alimentation saine (à savoir une faible consommation de sel et de boissons sucrées, et une forte consommation de grains entiers, de poisson, et de fruits et légumes).

Moins de 10 % des enfants consommaient les quantités quotidiennes recommandées de fruits et légumes, de poisson et de grains entiers, tandis que 90 % consommaient trop de sel ou de calories provenant de boissons sucrées.

Environ 30 % des enfants souffraient d’embonpoint ou d’obésité, contre 40 % qui présentaient des taux de cholestérol jugés acceptables ou pauvres.

En revanche, 88 % des enfants avaient une pression artérielle normale.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes, qui est publié par l’American Heart Association.

http://www.lapresse.ca/

7 habitudes dangereuses avec vos médicaments


Les médicaments ne peuvent pas se prendre avec n’importe quoi, n’importe comment et n’importe quand. Beaucoup d’entre eux ont des spécificités qu’il faut suivre
Nuage

 

7 habitudes dangereuses avec vos médicaments

 

Spontanément, vous écrasez votre médicament pour le prendre ou l’avalez avec un verre de soda. Attention ! Certaines mauvaises habitudes avec vos traitements peuvent altérer leur efficacité et entraîner des complications.

Ecraser un comprimé pour l’avaler

En avril 2014, la revue Prescrire mettait en garde contre le fait d’écraser un cachet pour l’avaler.

« Cela dépend de la forme du médicament. En écraser certains peut avoir des incidences sur les effets » confirme Carine Wolf, pharmacienne.

Les médicaments enrobés :

« L’enrobage d’un médicament est adapté à son mode de digestion souhaité. Parfois il doit passer dans l’estomac et parfois non. Il joue donc sur les bénéfices du médicament. »

L’écraser peut causer des effets secondaires allant de simples problèmes d’estomac en passant par l’ulcère jusqu’à une inefficacité du traitement.

A savoir : Si vous avez du mal à avaler les cachets, il existe des machines disponibles dans les pharmacies pour les couper en morceaux. Et pour les enfants de moins de 6 ans, il existe généralement une alternative en sirop. Demandez à votre médecin

Prendre un médicament en dehors des repas

Si le médecin prescrit un médicament à prendre pendant le repas, il y a une raison : limiter les risques d’effets secondaires.

« Lorsqu’on prend un médicament, il peut adhérer à la muqueuse de l’estomac et provoquer des lésions. Dans ce cas il vaut mieux le prendre au milieu du repas pour qu’il se mélange au bol alimentaire avec la nourriture ingérée » explique Carine Wolf.

A savoir : Certains médicaments ont des recommandations particulières qui seront communiquées au moment de la prescription. Les anti-acides, par exemple, doivent être pris après les repas « pour couvrir l’estomac et éviter les remontées acides« .

Ouvrir une gélule pour l’avaler 

Ouvrir une gélule et diluer la poudre dans l’eau n’est pas recommandé.

« La forme gélatineuse qui enferme le traitement a joue un rôle dans son mode de libération dans l’organisme. Elle est gastro-résistante », explique Carine Wolf. Sans la gélule, la poudre va passer directement dans l’estomac où elle risque d’être altérée par les sucs gastriques. Les effets du médicament peuvent être diminués » explique notre interlocutrice.

Prendre un médicament à n’importe quelle heure 

D’après des chercheurs anglais, l’heure à laquelle nous prenons nos médicaments influence leur niveau de présence dans le sang. Pour analyser la concentration sanguine de certaines molécules, ils ont comparé le métabolisme d’un groupe d’hommes après une nuit de sommeil normale et après une nuit blanche. Résultat ? 27 produits chimiques avaient un niveau plus élevé dans le sang des volontaires n’ayant pas dormi. L’horloge biologique devrait alors être prise en compte quand on est sous traitement.

Prendre un médicament avec de l’eau gazeuse

Il ne faut pas prendre un médicament avec n’importe quelle boisson.

« Le mieux reste l’eau car c’est une boisson neutre » conseille notre pharmacienne.

Les sodas :

« Les sodas sont des boissons gazeuses. Diluer un médicament effervescent dedans pourrait augmenter son acidité. Ils contiennent aussi beaucoup de sucre ce qui n’est pas recommandé aux personnes qui souffrent de diabète.« 

L’eau gazeuse :

« C’est déconseillé chez les personnes qui font de l’hypertension. Les comprimés contiennent déjà beaucoup de sel, les prendre avec de l’eau gazeuse risque de faire trop. »

L’alcool : Il est à bannir avec les médicaments.

« Il modifie la métabolisation du médicament ce qui peut soit considérablement augmenter son effet, soit le diminuer » indique Carine Wolf.

Prendre un médicament qui reste dans sa pharmacie

Décidez soi-même de piocher dans les restes de sa pharmacie demande de la vigilance.

Les médicaments sans ordonnance :

« On peut généralement en prendre sans grand risque » rassure Carine Wolf, pharmacienne.

Le mieux est toujours de passer voir son pharmacien pour lui demander conseil.

Les autres médicaments :

« Prendre un antibiotique qui reste dans sa pharmacie sans consulter un médecin n’est pas du tout recommandé », met en garde notre interlocutrice.

 Pourquoi ? Parce que la raison de vos maux est peut être une bactérie. Du coup, non seulement la bactérie peut avoir développé une résistance à l’antibiotique qui ne sera pas efficace. Mais aussi, parce que même si les symptômes sont les mêmes que la dernière fois, la bactérie peut être différente.

« Seul le médecin peut savoir si c’est bactérien et quel médicament est vraiment adapté », ajoute Carine Wolf

Arrêter un traitement avant la fin

Rhume, angine, sinusite… On peut parfois se sentir mieux, avant même d’arriver avant la fin du traitement prescrit par le médecin. Dans ce cas, peut-on arrêter les prises ? Tout dépend des cas.

Ceux que l’on peut arrêter :

« Tous ceux qui sont destinés à soulager des symptômes comme un mal de tête, faire baisser la fièvre ou les anti-inflammatoires » explique notre pharmacienne.

Ce que l’on ne peut pas arrêter : 

« Les antibiotiques. Ce sont vraiment LES médicaments qu’il ne faut pas arrêter avant la fin », met-elle en garde.

Ce sont des agents anti-infectieux, leur but est d’éradiquer une bactérie.

« Si jamais elle n’est pas complètement supprimée, elle risque de développer une résistance qui lui permettra de se défendre contre cet antibiotique si vous devez le ré-utiliser » prévient la spécialiste. Du coup, le médicament risque de ne plus faire effet.

par Bénédicte Demmer, rédactrice santé

http://www.medisite.fr

Santé: 10 habitudes nuisibles


Nous avons tous des mauvaises habitudes qui nuisent à notre santé, certains sont connu car on en parle beaucoup, alors que d’autres sont fait souvent inconsciemment … mais pour chaque mauvaises habitudes il y a des solutions … qu’il suffit de trouver celle qui pourrait nous aider
Nuage

 

Santé: 10 habitudes nuisibles

 

habitudes nuisibles sante

Photo :istockphoto.com

 

Amberly McAteer et Andrée-Anne Guénette ,

Pas besoin d’attendre la nouvelle année pour prendre des nouvelles résolutions en matière de santé. Voici 10 mauvaises habitudes et comment s’en débarrasser.

Fumer, se nourrir de fast-food et faire tout son exercice sur le sofa… On sait toutes que ces mauvaises habitudes peuvent nous causer des problèmes de santé assez rapidement. Mais il en est d’autres, plus sournoises, en apparence anodines, qui peuvent aussi nous nuire à moyen ou à long terme. Les voici, avec des conseils pour s’en débarrasser.

1. Se coucher sans se brosser les dents
La journée s’achève, on tombe de fatigue. Le lit nous tend les bras et on se dit que ça peut bien attendre à demain matin.

Le problème. Quelle idée de donner aux bactéries toute une nuit pour s’attaquer à nos dents! De manière plus générale, l’accumulation de plaque dentaire peut causer des maladies des gencives, qui peuvent elles-mêmes mener à des problèmes plus graves comme le diabète et l’ACV, selon Santé Canada.

La solution. Se brosser les dents tout de suite après le souper. Ce sera fait, et on sera moins tentée de grignoter dans la soirée.

2. Ne pas déjeuner le matin
Bousculée le matin, on prend le strict nécessaire: un bon café pour se remettre les yeux vis-à-vis des trous.

Le problème. Lorsqu’on ne déjeune pas, notre organisme se met au ralenti afin de conserver son énergie et un maximum de calories, dont il prévoit qu’il va bientôt manquer. Résultat: notre métabolisme est plus lent qu’il ne devrait et on risque d’avoir du mal à se concentrer, selon Gloria Tsang, diététiste. De plus, pour compenser, il y a de bonnes chances qu’on s’empiffre au dîner… On n’est donc pas surprise de lire que, selon plusieurs études publiées dans le American Journal of Epidemiology, les gens qui sautent le petit-déjeuner ont tendance à être non seulement gros, mais carrément obèses.

La solution. On mange dans les deux heures suivant notre réveil. Le secret d’un petit-déjeuner efficace: un bon équilibre entre les protéines, les matières grasses et les glucides. Quelques exemples: du pain de grains entiers avec du fromage faible en gras, des céréales de grains entiers ou encore des gaufres à l’avoine.

3. Se peser tous les jours
Tentant, n’est-ce pas? Surtout si on cherche à perdre
du poids.

Le problème. Associer un chiffre à notre bien-être est une attitude qui n’est ni saine ni pratique.

«Ça vire facilement à l’obsession, prévient Marie Breton, diététiste. Le mieux: bien s’alimenter et ne pas se soucier du pèse-personne.»

Au lieu de vérifier constamment notre poids, on réfléchit à comment on se sent et on se fie à l’ajustement de nos vêtements (c’est un bon indicateur).

La solution. On range le pèse-personne, et on le sort au plus une fois par semaine. Si on perd du poids de façon saine (en coupant un maximum de 500 calories par jour), on se rassure en se disant qu’on perd environ 1 kilo par deux semaines – et on oublie la balance!

4. S’endormir sur le sofa
Après une journée fatigante et une soirée de devoirs, il ne faut pas grand-chose pour s’endormir sur un sofa bien moelleux.

Le problème. Pour être réparateur, selon le Conseil canadien pour un meilleur sommeil, ce dernier doit durer de sept à huit heures, sans interruption et dans un endroit sombre. Autrement dit, somnoler devant la télé allumée, puis se lever pour aller au lit, ce n’est pas s’offrir du bon sommeil. De plus, ce sommeil interrompu peut déranger notre métabolisme et notre production hormonale, ce qui peut mener à une prise de poids et à un affaiblissement du système immunitaire. Une étude réalisée à l’Université Laval a révélé en effet que les gens qui ne dorment pas sept à huit heures par nuit ont un niveau réduit de leptine, une hormone qui régule l’appétit et transmet le signal de satiété.

La solution. Pour du sommeil de qualité, on éteint la télé (et l’ordi) au moins une heure avant d’aller au lit. On profite de ce moment de calme pour se raconter notre journée, écouter de la musique ou sortir se promener avec notre conjoint.

5. Se laisser distraire au volant
Un petit appel sur la route pour avertir chéri qu’on sera en retard? L’appel ne dure que 20 secondes, où est le danger? On est plusieurs à penser que c’est inoffensif, visiblement. L’an dernier seulement, la SAAQ a relevé plus de 56 000 infractions en lien avec l’utilisation du cellulaire au volant.

Le problème. Conduire tout en faisant une autre activité (écouter nos messages téléphoniques, par exemple) augmente considérablement notre niveau de stress. Sans compter qu’une toute petite distraction suffit pour avoir un accident.

«À mon avis, la plupart des Canadiens surestiment leur habileté à conduire, dit Cam Woolley, expert en circulation. Une seconde suffit. Quitter la route des yeux même un instant pour répondre au téléphone ou retirer les mains du volant pour prendre ou manger quelque chose peut vous coûter la vie.»

La solution. Éviter de faire autre chose en conduisant. Et surtout ne jamais composer de numéro de téléphone ou rédiger de textos. De toute façon, la loi l’interdit depuis 2008.

6. Finir l’assiette des enfants
On n’a pas le coeur de voir toute cette bonne nourriture se perdre. Et puis, il n’y en a pas tant que ça!

Le problème. Même si l’assiette ne contient, disons, que 100 calories (l’équivalent d’une demi-tasse de macaroni au fromage), après sept semaines de ce régime, on aura pris une livre de gras!

La solution. On se contente de ce qu’il y a dans notre assiette, on ne sert pas de trop grosses portions, ni pour nous ni pour les enfants, et on apprend à reconnaître nos signaux de satiété. Oui, mais les restes? On en fait des lunchs ou on suit le bon exemple de Marie Breton, qui rassemble les restes des soupers de la semaine et les sert, façon buffet, le vendredi soir. Chacun choisit ce qui lui tente et en plus, on obtient congé de cuisine!

7. Prendre des extras avec son café
Un peu de crème fouettée, un trait de sirop, une lampée d’alcool… et voilà notre café transformé en un dessert riche de plusieurs centaines de calories.

Le problème. Une cuillerée de crème fouettée ajoute environ 140 calories et chaque trait de sirop, environ 20, estime Marie Breton. Rien qu’en omettant ces petits extras, c’est quelque 41 600 calories par année qu’on supprime – ce qui représente plus de 5 kilos!

La solution. On boit notre café sans tout le tralala et avec du lait écrémé ou faible en gras. À titre comparatif, une tasse de café avec un trait de lait faible en gras n’apporte qu’un maigre petit 10 calories, environ.

8. Manger trop rapidement
Pressée par le temps, on gobe notre repas à la vitesse de l’éclair.

Le problème. Cela cause du reflux gastrique, des ballonnements et des flatulences. Sans compter qu’on risque de trop manger.

La solution. On se donne le temps et on fait l’effort mental de goûter et d’apprécier ce qu’on est en train de manger. On mange dans un autre endroit que notre bureau et on s’accorde au moins 20 minutes pour le faire. On prend le temps de bien mastiquer la nourriture et on fait des pauses entre les bouchées, en déposant notre fourchette.

«Surtout, on évite de manger devant la télé, conseille Marie Breton. L’idéal, c’est de manger à la table de cuisine, en bonne compagnie dans un environnement convivial et détendu.»

9. Se ronger les ongles
Le faire de façon compulsive est un signe de stress, une façon inconsciente de donner à notre cerveau «un os» à gruger.

Le problème. En transportant les microbes de notre bouche à nos ongles, on risque de causer des inflammations et d’infecter nos ongles. Dans les cas extrêmes, le lit de l’ongle peut se voir endommagé de façon permanente. Ce n’est pas tout: ronger ses ongles peut aussi causer des problèmes de dentition. Une étude publiée dans la revue américaine General Dentistry a montré que les gens qui le font courent un risque plus élevé de faire du bruxisme, ce réflexe de grincer des dents pouvant causer des douleurs faciales, des maux de tête, une hypersensibilité des dents, la parodontite et même la perte de dents.

La solution. Garder une lime à ongles à portée de la main (dans notre sac, sur la table de chevet, dans la voiture et au bureau). Chaque fois qu’on est tentée de ronger nos ongles, on la sort et on les lime.

10. Avoir une mauvaise posture
Bien des gens adoptent inconsciemment une position voûtée. Il est vrai que ça demande moins d’effort que de se tenir droit… mais il y a un prix à payer.

Le problème. Être assise le corps penché et la tête en avant peut causer des tensions cervicales, une surchage aux trapèzes et même des douleurs et troubles musculo-squelettiques dans les bras, explique Marie-Pierre Dufort, ergothérapeute et consultante en santé au travail. Le problème, c’est que c’est souvent cette position qu’on adopte inconsciemment en position assise au travail, puisqu’on s’avance pour mieux voir notre écran ou notre document.

La solution. Prendre conscience de notre posture et ajuster au besoin notre poste de travail, selon Marie-Pierre Dufort.

«Je suggère d’incliner l’assise de notre chaise de 5 à 10 degrés vers l’arrière, ce qui nous encourage à être droite. On prend la peine de s’asseoir bien au fond de sa chaise, en s’appuyant au dossier.»

On s’assure également que nos pieds sont à plat au sol ou sur un repose-pieds. Idéalement, celui-ci serait légèrement incliné de manière que les orteils soient un peu plus hauts que les talons. On change de position souvent, en favorisant l’alternance des tâches (marcher vers le photocopieur, prendre nos courriels, faire des appels téléphoniques).

http://www.coupdepouce.com

Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût


Ceux qui ont diminué le sel et le sucre s’aperçoivent comment leur gout a été si longtemps altéré. Ils y a quelques facteurs qui peuvent donc cacher les saveurs des aliments
Nuage

 

Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

 

Les aliments sont trop bons pour qu’on se prive du plaisir de les goûter pleinement. Défaites-vous de ces mauvaises habitudes pour être capable de les savourer jusqu’à la dernière bouchée.

Prenez soin de vos papilles gustatives

 

Prenez soin de vos papilles gustatives - Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

Crédit photos: iStock

George Bernard Shaw a frappé juste lorsqu’il a dit:

«Il n’y a pas d’amour plus sincère que l’amour des aliments.»

Il existe assurément peu d’aliments supérieurs à une pizza sortie d’un four à bois, à du chocolat noir bien crémeux, à un cari à la noix de coco judicieusement assaisonné et à des légumes frais en saison.

Mais que se passe-t-il si vos aliments, de savoureux qu’ils étaient, deviennent tout à coup insipides? Si vous n’êtes pas prudent, les comportements qui suivent pourraient atténuer votre sens du goût.

Fumer

 

Fumer - Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

Crédit photos: iStock

Cette mauvaise habitude n’est pas seulement une cause de cancer, d’emphysème et de toutes sortes de maladies, elle réduit le nombre et l’efficacité des papilles gustatives.

«Fumer provoque des rhinites et des obstructions. C’est une source d’irritations» déclare Lawrence Savoy, responsable des tests chimiosensoriels au Centre des goûts et des odeurs de l’Université du Connecticut.

Mais il y a plus;  selon une étude publiée dans BMC Ear, Nose and Throat Disorders, «Le tabac est un important facteur qui peut mener à une perte de sensibilité gustative.

Trop manger

 

Trop manger - Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

Crédit photos: iStock

Une étude publiée en 2012 dans Archives of Disease in Childhood montrait que les enfants obèses sont incapables d’identifier les principales saveurs (le sucré, le salé, l’acide, l’amer) avec autant d’acuité qu’un enfant de poids normal.

«Les enfants obèses et ceux qui ne le sont pas diffèrent dans leur perception des goûts. Les sujets obèses identifient les qualités gustatives avec moins de précision que les enfants et les adolescents de poids normal,» écrivaient les auteurs de cette étude.

Manger (ou boire) trop de sucre

 

Manger (ou boire) trop de sucre - Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

Crédit photos: iStock

Non seulement le fait de boire deux boissons sucrées par jour durant seulement quatre semaines amoindrit votre sens du goût, il réduit votre capacité à apprécier le sucre tout en augmentant votre besoin d’en consommer, si l’on en croit les recherches menées par l’Université de Bangor en Galles du Nord.

«Nous nous dirigeons vers des problèmes de santé graves à plusieurs niveaux, sans oublier l’incidence croissante des cas d’obésité et dudiabète de type 2, déclare Hans-Peter Kubis dans un communiqué de presse émis par la School of Sport, Health & Exercise Sciences de cette université. Nos recherches nous font voir comment cette situation a pu engendrer un cycle de consommation de mets et de boissons sucrés. À mesure que son plaisir diminue, le sujet tend à consommer plus de mets sucrés, ce qui contribue à intensifier le problème.» 

En d’autres termes, plus vous mangez de sucre, moins vous le goûtez et plus vous en voulez

Vous exposer à des pesticides

 

Vous exposer à des pesticides - Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

Crédit photos: iStock

Le docteur Norman M. Mann, ancien directeur de la clinique de l’odorat et du goût au University of Connecticut Health Center, écrit que des toxines environnementales comme l’arsenic ou le benzène peuvent nuire gravement au système olfactif. Chose intéressante, il parle également des pesticides — ces produits chimiques qu’on vaporise sur les aliments — comme ayant des effets semblables. 



«Les pesticides comme les composés organochlorés et organophosphatés et les pesticides au carbamate sont largement utilisés et peuvent atteindre les récepteurs du goût par l’intermédiaire de l’air, de l’eau et des aliments, a écrit le docteur Mann. Les ouvriers chargés de vaporiser ces pesticides y sont directement exposés; le public en général peut aussi y être exposé à la maison ou au travail en absorbant de l’eau ou des aliments contaminés par ces pesticides.» (Consultez cette liste de produits ayant les plus forts taux de pesticides pour vous aider à décider quels produits organiques acheter.)

Consommer trop de sel ou d’aliments traités

 

Consommer trop de sel ou d

Crédit photos: iStock

«Le goût et l’odorat sont adaptables. Si vous entrez dans une pièce où règne une très forte odeur, il viendra un moment où vous ne la percevrez plus,» déclare Lawrence Savoy.

Si vous ajoutez toujours beaucoup de sel à vos plats (ou si vous mangez des aliments transformés qui sont déjà fortement salés), vos papilles gustatives s’y adapteront et avec le temps, vous aurez besoin de saler davantage vos aliments pour retrouver la même saveur. Ajoutez plutôt des succédanés du sel, comme des herbes fines et des épices, à vos plats.

Cela étant dit, le sel peut atténuer l’amertume de certains légumes comme le chou frisé et la bette à carde qui sont par ailleurs très bons pour la santé.

«Si vous avez un goût amer dans la bouche, léchez un peu de sel et cette amertume sera jugulée,» suggère Lawrence Savoy.

Abuser des médicaments sur ordonnance ou en vente libre

 

Abuser des médicaments sur ordonnance ou en vente libre - Les mauvaises habitudes qui altèrent votre sens du goût

Crédit photos: iStock

«Goûts et odeurs font la paire et de 65 à 75% des goûts ne sont en réalité que des odeurs,» affirme Lawrence Savoy. 

Comme certains médicaments peuvent modifier les réactions de l’odorat, ils peuvent également affecter le sens du goût.

 «On a remarqué que des médicaments, dans plusieurs groupes thérapeutiques importants, peuvent nuire à l’odorat,» déclare le docteur Mann.


Parmi ceux-ci se trouve de tout, depuis des antihistaminiques et des antidépresseurs jusqu’à des relaxants musculaires et des hypolipémiants.

http://www.plaisirssante.ca

4 COMPORTEMENTS ÉTRANGES DU CHAT EXPLIQUÉS


Il est clair qu’un chat ne s’éduque pas comme un chien, mais certaines mauvaises habitudes peuvent entrainer du stress pour son maitre .. Il est important pour une bonne harmonie entre le maitre et le chat d’apprendre la nature du chat et aider a changer certains comportement
comme Fripouille avait l’habitude de me réveillée a n’importe quel heure de la nuit .. après 3 nuits .. elle viens vers 5 h 30 am l’heure que je me réveille normalement et reste tout près pour percevoir mes signes de réveil
Nuage

 

4 COMPORTEMENTS ÉTRANGES DU CHAT EXPLIQUÉS

 

Votre chat se lamente tôt le matin, roule sur le dos comme un chien, ou ignore sa litière? Voici 4 comportements bizarres, tantôt drôles, tantôt frustrants, qui en disent long sur la personnalité de minou!

 

1. Pourquoi votre chat agit-il comme un réveille-matin?

Les lamentations matinales du chat peuvent être attribuées à deux choses : la saison et… vous. Le rythme circadien du chat est exactement comme le nôtre. Lorsque l’été approche et que les oiseaux se lèvent plus tôt, votre chat aussi. Il n’a qu’une idée, c’est exercer son rôle inné de prédateur : chasser. Tous les propriétaires d’animaux ne peuvent pas laisser aller leur chat à l’extérieur, donc, si votre chat d’intérieur vous réveille inopinément pour de la nourriture, vous devez prendre des mesures.

Nourrir votre chat quand il miaule renforce l’habitude de se plaindre. Si vous attendez qu’il cesse de se lamenter, ou que vous ne répondez pas instantanément à son comportement avec de la nourriture, vous lui enseignez qu’il n’y aura pas de récompense pour le réveille-matin. Établissez une heure pour le repas et tenez-vous-y.


2. Pourquoi le chat se roule-t-il sur le plancher?

Êtes-vous mystifié par l’étrange roulé-boulé de votre chat? Les propriétaires de chat sont régulièrement témoins de ce manège, mais beaucoup ne savent pas pourquoi cela se produit ou ce que ça signifie. Le site About.com suggère de regarder l’heure et l’emplacement du roulement pour avoir un indice, en ajoutant que c’est certainement une manœuvre destinée à attirer votre attention.

Est-ce que ça se produit quand vous travaillez à l’ordinateur? Au moment de lacer vos souliers avant de quitter la maison? Peu importe où et quand cela arrive, si votre réponse aux roulades est une affectueuse caresse ou un grattement sur la tête, sachez que vous lui donner exactement ce qu’il veut : de l’attention.

Bien que les chiens se roulent pour se faire flatter le ventre, votre chat s’arrange pour être caressé selon ses félines conditions (notez bien : si vous frottez le ventre de votre chat, vous pourriez en retirer une ou deux égratignures!).

3. Pourquoi certains chats miaulent-ils sans cesse?

Un miaulement incessant peut être lié à de nombreux facteurs. D’une part, certaines races de chat sont tout simplement plus expressives que d’autres. Si vous avez un chat de race orientale comme le siamois, on ne vous apprend rien. Si votre chat est plus vieux, son audition est peut-être affaiblie. Miauler peut aussi être un signe de maladie, alors suivez votre instinct et appelez le vétérinaire pour voir si un examen serait justifié. Sur une note moins alarmiste, votre chat peut avoir faim ou encore il sait que ses lamentations lui procureront votre attention ou une collation

4. Pourquoi les chats utilisent-ils mal leur litière?

Votre chat est-il en santé? Un chat qui a une infection urinaire peut avoir de la difficulté à rejoindre la litière à temps. Si l’infection est hors de cause, le problème peut être la litière elle-même. Les chats aiment qu’elle soit profonde et propre. Votre chat souhaite pouvoir creuser et bien enterrer ses selles lorsqu’il a terminé. Pour en savoir plus sur les questions d’entraînement à la litière, consultez la SPA ou votre vétérinaire.

Domptez votre animal

Votre relation avec votre chat reflète votre capacité à être un bon maître. Lui offrir ce dont il a besoin pour être heureux et en santé est une chose, mais tout comme les enfants, les animaux peuvent développer de mauvaises habitudes. Prévenir et corriger les problèmes de comportement contribuera à rendre la vie moins stressante pour vous et votre animal.

http://selection.readersdigest.ca