Le monde à l’envers


Avec le temps, nos valeurs ont changé. Il arrive que nous avons l’impression que la technologie a pris trop de place. Alors on essaie tant bien que mal à remettre le monde à l’endroit.
Nuage

 

Le monde à l’envers

 

L’être humain et né pour être aimé et les biens matériels, fabriqués pour être utilisés. Si le monde est à l’envers, c’est parce que les biens matériels sont aimés et les humains, utilisés.

Inconnu

L’être humain


Nous avons des émotions, des sentiments à partager, malheureusement certains croient qu’ils seront plus heureux, plus aimés avec les biens matériels et l’argent.
Nuage

 

L’être humain

 

 

L’être humain est né pour être aimé et les biens matériels, fabriqués pour être utilisés.
Si le monde est à l’envers, c’est parce que les biens matériels sont aimés et les humains, utilisés

Inconnu

L’erreur de notre temps


Imaginez si Victor Hugo mort en 1885 parlait de bien-être matériel empêchait l’être humain de s’épanouir, de prendre conscience de la vie, de la beauté, de la vérité …. Que dirait-il aujourd’hui. Le bien matériel a pris beaucoup de place dans nos vies et souvent confondu avec le bonheur
Nuage

 

L’erreur de notre temps

 

 

 » La grande erreur de notre temps, cela a été de pencher, je dis même de courber, l’esprit des hommes vers la recherche du bien être matériel.
Il faut relever l’esprit de l’homme, le tourner vers la conscience, vers le beau, le juste et le vrai, le désintéressé et le grand.
C’est là et seulement là, que vous trouverez la paix de l’homme avec lui même et par conséquent avec la société. « 

Victor Hugo

Soyez inspiré, ayez un idéal


Travailler pour gagner sa croûte est nécessaire, travailler pour se payer un certain confort et souvent plus que le nécessaire est sans doute intéressant,. mais après il se passe quoi ? Combien de gens qui ont tout mais sont malheureux ..? Nous avons tous besoin de se sentir vivant, utile, c’est pourquoi qu’il faut trouver un cheval de bataille que nous pourrions nous épanouir intérieurement
Nuage

 

Soyez inspiré, ayez un idéal

« Le sens de la vie est de donner un sens à la vie. »
Ken Hudgins

La vie moderne nous incite à focaliser sur l’aspect matériel de choses. Tous ceux qui ont « réussi matériellement » finissent un jour ou l’autre par être déçus, s’ils n’ont pas de vie intérieure active. Et c’est normal, car ils vivent en surface. Ils négligent l’essentiel. La satisfaction matérielle abusive est un cul-de-sac. Il n’est donc pas étonnant de voir autant des gens « réussir dans la vie » et ne pas être heureux, car il leur manque un élément essentiel, un idéal élevé.

Les plaisirs physiques ne sont pas mauvais en soi. Ils le deviennent lorsqu’on en fait notre objectif de vie, c’est-à-dire lorsque l’on nourrit l’illusion que le succès matériel est nécessaire pour être heureux. On n’obtient pas le bonheur en sur satisfaisant nos besoins physiques, mais plutôt en se vouant à un but louable.

« Rien n’est plus important que d’avoir un haut idéal. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les personnes heureuses travaillent pour une idée inspirante et c’est cette idée qui les inspire. Si vous travaillez pour un idéal élevé auquel vous croyez vraiment, même si vous n’êtes pas payé, vous vous sentirez quand même grandement récompensé. Mettez un idéal noble dans votre tête, travaillez pour cet idéal, et vous verrez ce que ce dernier fera pour vous : il améliorera toute votre existence.

« Vous ne trouverez le sens de la vie
qu’en vous mettant au service d’un idéal sublime. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Exemple :

Pierre considère que ses objectifs de vie sont atteints. Il a un travail stable qui lui procure une existence confortable. Mais il fait un peu tout par automatisme, sans grande motivation ni passion. Il est essentiellement comblé matériellement et il se demande pourquoi il n’est pas heureux.

Pierre décide de donner un sens à sa vie en se vouant à un idéal. Il choisit la défense des droits de l’homme. Au début, il a un intérêt passif pour cette cause, c’est-à-dire que ce n’est pas une passion.

Alors, il fait en sorte de développer davantage cet intérêt. Il s’impose dans un premier temps de lire un peu sur ce sujet tous les jours. Puis, il devient membre d’un groupe qui milite pour cette cause : Amnistie internationale. Ceci a entre autres pour effet de parfaire ses connaissances. De plus, il peut voir clairement le résultat des actions de ce groupe de militants. Plus il apprend sur ce sujet, plus son intérêt grandit. Finalement, l’appartenance à Amnistie internationale fait en sorte qu’il est en contact régulièrement avec des gens passionnés par la cause des droits de l’homme. La passion étant contagieuse, la participation assidue à Amnistie internationale développe en lui avec le temps un intérêt vif pour ce sujet. Après toutes ces étapes de transformation, Pierre voit la vie différemment. Son idéal, dont l’objectif est d’aider des gens dans le besoin, a donné un sens profond à sa vie.

Conclusion :
Certains considèrent les idéaux comme des abstractions sans importance ni conséquences concrètes. Au contraire, ceux-ci ont un effet jusque dans les profondeurs de notre être. Observez votre passé et vous verrez combien certaines grandes orientations de vie ont pu contribuer à votre mieux-être ou à l’inverse. Il est donc très important de développer un idéal élevé, car il sera la nourriture de votre âme.

Denis St-Pierre

Content de son sort et mécontent de soi


Savoir se contenter ce que l’on a sans toujours envier ce que les autre ont de plus que nous, car cela n’est que du matériel sans plus .. il y a quelque chose de beaucoup plus grand et plus intense a vivre, mais elle se découvre avec les années pour ceux qui y prête attention …
Nuage

 

Content de son sort et mécontent de soi

« La déception que l’on ressent parfois par rapport au monde matériel n’est pas mauvaise, car c’est elle qui nous pousse vers une réalité plus profonde. »

La vie est rarement telle qu’on la voudrait. I1 y a des tas de choses que nous aimerions changer : notre position sociale, notre salaire, notre maison… Vouloir que ce monde soit à la hauteur de nos désirs prosaïques est une cause perdue d’avance. Mieux vaut décider tout de suite d’avoir une attitude adéquate face à cette insuffisance apparente de notre condition matérielle. Sinon, nous nous épuisons à poursuivre une cause illusoire.

Dans l’âme humaine, il y a le désir de se développer pleinement, bien au-delà du monde physique. Ce désir est la cause de ce sentiment de manque et d’insatisfaction que nous éprouvons parfois lorsque nous sommes comblés matériellement, en fait surtout lorsque nous sommes comblés matériellement. Ceux qui n’ont pas accepté cette réalité ont tendance à sur satisfaire leurs désirs prosaïques. Ils cherchent constamment le bonheur dans le monde physique, mais en bout de pistes ils sont toujours déçues et désappointés. En réalité, cette déception n’est pas si mauvaise, car elle pousse les gens à se dépasser et à percevoir le bonheur d’une autre façon. Tôt ou tard, chaque en viennent à comprendre que le bonheur ne réside pas dans nos possessions matérielles, il est plutôt dans notre façon d’être. Cette nouvelle perspective du bonheur peut produire une grande motivation envers le cheminement intérieur. Et cette motivation a la capacité de provoquer des changements extraordinaires.

Est-ce possible d’être comblé matériellement et malheureux ? Oui ? Est-ce possible d’être heureux sans un certain équilibre intérieur ? Non. La meilleure attitude est donc d’être satisfait des biens que nous possédons déjà, en sachant que notre bonheur réside ailleurs. En d’autres termes, mis à part certaines exceptions, il faut reconnaître que nous avons déjà suffisamment de biens matériels. Il n’est pas en soi mauvais de travailler à améliorer sa situation matérielle. Il suffit seulement de garder un bon équilibre ; c’est-à-dire qu’il est très important de bien doser l’attention que nous portons à notre réussite matérielle par rapport à notre développement intérieur.

 

Denis St-Pierre

Avoir une bonne définition de la réussite


Réussir ! Tout le monde veut réussir sa vie, mais qu’est-ce que la réussite ? Y’a t-il autre chose que le travail, être premier de classe, avoir une profession de haut niveau, être riche, avoir une auto de l’année, avoir sa maison … ?  Cela donne t’il le bonheur ?
Nuage

 

Avoir une bonne définition de la réussite

 

« Il n’y a de réussite qu’à partir de la vérité. »  Charles de Gaulle, extrait de ses Mémoires

Si vous demandez à quelqu’un de vous donner des exemples de réussites, vous obtiendrez des réponses telles que : être riche, être président d’une entreprise, être célèbre, avoir une belle voiture, avoir une maison luxueuse, etc. En général, l’accent est mis sur la réussite matérielle et professionnelle. Le travail économique est effectivement nécessaire, mais il est insuffisant, c’est-à-dire qu’il ne peut combler tous nos besoins.

Il est si facile de se laisser emporter dans la course au « succès ». Certains passent leur vie à rechercher la réussite extérieure, tellement qu’ils finissent par perdre de vue l’essentiel. En fait, l’atteinte d’objectifs matériels n’apporte que de courts instants de bonheur. Le vrai bonheur durable se trouve dans les possessions de l’âme et de l’esprit et pas ailleurs.

Quelle est votre définition de la réussite ? Est-ce que la sérénité et l’amour font partie de cette définition ? Plutôt que de succomber aux tentations de la réussite extérieure, essayez de vous recentrer sur l’essentiel. Quand vous aurez redéfini pour vous ce qu’est la vraie réussite, il sera beaucoup plus facile d’atteindre un bonheur durable.

« A la fin de sa vie,
être fier de ce qu’on l’on est devenu
est une grande réussite. »

Denis St-Pierre