Des preuves de décapitations de masse découvertes à Jérusalem


La politique du passé et du présent, elle a beaucoup de sang sur les mains. À Jérusalem, le roi de Judée Alexandre Jannée qui a vécu avant JC, a fait mourir beaucoup de personnes par crucifixion et d’autres par décapitation qu’il jugeait des opposant a sa politique. Peu importe l’âge et le sexe des victimes
Nuage

 

Des preuves de décapitations de masse découvertes à Jérusalem

 

crânes squelette

 

Crédits : iStock

par Brice Louvet

Une équipe d’anthropologues annonce avoir découvert à Jérusalem, dans une citerne à eau, les restes décapités d’hommes, de femmes et d’enfants. Tous ont vraisemblablement été massacrés il y a environ 2 000 ans.

Le règne du roi de Judée Alexandre Jannée (103–76 av. J.-C.) – particulièrement sanglant – fut le théâtre d’une guerre civile brutale qui aura duré près de six ans. Le roi aurait alors ordonné la crucifixion de quelque 800 opposants politiques, selon des interprétations de textes tirés des manuscrits de la mer Morte. Plusieurs centaines d’autres auraient également été décapités. Les restes ici découverts semblent ainsi concorder avec les récits. Une équipe d’anthropologues explique en effet avoir découvert dans une ancienne citerne les restes de 125 hommes, femmes et enfants, tous visiblement décapités il y a environ 2 000 ans. Des os d’embryons retrouvés suggèrent que les femmes enceintes n’ont pas été épargnées. Des ossements carbonisés auraient également été découverts.

« Nous avons retiré de la fosse plus de 20 vertèbres cervicales, qui ont été coupées par une épée, a déclaré l’anthropologue de l’Autorité israélienne des Antiquités, Yossi Nagar. Nous avons découvert dans les fosses des corps et des parties de corps de nourrissons et d’adultes, femmes et hommes, probablement victimes d’un massacre brutal ».

« Il est dit, dans les récits historiques, que le roi a capturé et tué un grand nombre de ses opposants juifs – ainsi que leurs fils et leurs épouses, sous leurs yeux, poursuit Kfir Arbiv, anthropologue à l’Autorité israélienne des Antiquités et principal instigateur de ces recherches. Sur les os qui ont été déchargés dans la citerne ont été retrouvées d’innombrables traces de coupures à l’épée, non seulement au niveau du cou mais aussi à la mâchoire inférieure, et même parfois à la base du crâne, ce qui indique une décapitation ».

La découverte, macabre, a été présentée lors de la 12e conférence annuelle sur les nouvelles études en archéologie de Jérusalem et sa région, tenue il y a quelques jours à l’Université hébraïque de la ville.

Source

https://sciencepost.fr/

Comment Stephen Paddock a-t-il pu acquérir plus de 40 armes à feu?


Le massacre des Las Vegas a été la pire tuerie des États-Unis fait par un seul tireur. Personne ne comprend ce qui a pu se passer dans sa tête, même si l’organisation Etat islamique a revendiqué cette tuerie, il peut probable, car rien ne relie le tireur à eux. Reste à savoir pourquoi et comment un seul homme a pu avoir autant d’armement en sa possession
Nuage

 

Comment Stephen Paddock a-t-il pu acquérir plus de 40 armes à feu?

 

© AP Boston25/Twitter.

Stephen Paddock, le « malade » ayant commis le massacre de Las Vegas, selon les mots de Donald Trump, restait mardi une énigme nationale aux Etats-Unis où enquêteurs et médias s’employaient à comprendre ce qui a pu faire basculer ce discret retraité, jusque-là sans histoire.

Agé de 64 ans, ce comptable à la retraite était un joueur invétéré, habitué des hôtels-casinos où il pariait des sommes très importantes et où il pouvait vivre pendant des mois consécutifs, selon son frère. Etrange et reclus, selon ses voisins, il était devenu millionnaire grâce à des investissements immobiliers, a dit son frère Eric. Il était propriétaire de plusieurs maisons, dans plusieurs Etats.

Père braqueur de banques

Inconnu des services de police, il a accumulé dans la plus grande discrétion un arsenal de 42 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions, et assassiné 59 personnes dimanche soir, plus qu’aucun tireur dans l’histoire des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont aussi été blessées. Il avait une petite amie, Marilou Danley, une Australienne de 62 ans d’origine philippine, ancienne employée de casinos, qui se trouvait lundi à Tokyo. Son père était un braqueur de banques qui s’est évadé de prison dans les années 1960 avant d’être rattrapé.

La police de Las Vegas l’a qualifié de « loup solitaire », martelant qu’il a agi seul. L’organisation Etat islamique a affirmé qu’il était l’un de ses « soldats », converti à l’islam, mais le FBI a dit lundi n’avoir absolument rien trouvé liant Stephen Paddock au groupe djihadiste.

« Nous fouillons tout son passé et explorons chaque indice », a déclaré le shérif adjoint de Las Vegas Todd Fasulo lundi soir aux journalistes. « S’il vous plaît, soyez patients », a-t-il imploré.

Le président américain, lui, s’est gardé d’utiliser le terme de terroriste.

« C’est un malade, un fou », a déclaré Donald Trump mardi matin, avant de s’envoler pour Porto Rico, sinistré par l’ouragan Maria. « Nous avons affaire à un individu très très malade ».

Stephen Paddock était arrivé à l’hôtel Mandalay Bay jeudi dernier, où il avait réservé une suite au 32e étage, surplombant le grand festival de musique country en plein air Route 91 Harvest, à quelques centaines de mètres de distance.

Il y a discrètement apporté 23 armes à feu, dont l’inventaire n’a pas été détaillé par les forces de l’ordre mais dont on sait qu’elles incluaient des fusils d’assaut, dont certains probablement automatiques. Les armes automatiques, de type militaire, permettent de tirer des rafales en gardant le doigt sur la détente, à la différence des semi-automatiques, où il faut constamment réappuyer. Les policiers ont également découvert 19 armes à feu à son domicile de Mesquite, ainsi que des explosifs et des milliers de balles. Dans son véhicule, ils ont trouvé du nitrate d’ammonium, un engrais qui peut servir à fabriquer des explosifs.

Commerce réglementé des armes automatiques

Une autre propriété, à Reno, toujours dans le Nevada, a été perquisitionnée par les forces de l’ordre, avec l’aide de démineurs par précaution. On ne savait pas encore mardi en fin de matinée ce qui y a été trouvé. Les conclusions des investigations sur la personnalité et le mobile du tueur auront des conséquences très politiques. Comme lors de précédentes fusillades, mais avec une intensité accentuée par l’horreur du bilan humain, le débat sur la législation sur les ventes d’armes a été relancé par les démocrates.

Comment un homme peut-il acquérir en toute légalité plus de 40 armes à feu? Comment a-t-il pu obtenir des fusils automatiques, interdits à la vente sauf pour ceux datant d’avant 1986, dont le commerce est extrêmement réglementé? Au Congrès, les chefs de la majorité républicaine ont rejeté l’appel des démocrates. Mais ils ont annoncé mardi qu’une proposition de loi devant faciliter l’achat de silencieux, et qui devait être bientôt examinée à la Chambre des représentants, était repoussée sine die.

http://www.7sur7.be

Le Saviez-Vous ►Le christianisme est la religion la plus criminelle de l’Histoire


    Si je mets ce billet, ce n’est pas pour calomnier le christianisme, mais simplement pour démontrer que des personnes utilisent leur religion pour des causes qui n’ont pas rapport avec la moralité de fond. C’est l’Histoire, on ne peut pas revenir en arrière, malgré tout des personnes utilisent encore à tort leur religion pour de mauvaises causes, pour de mauvais prétextes, les chrétiens comme les autres
    Nuage

     

    Le christianisme est la religion la plus criminelle de l’Histoire

    Normand Rousseau

    Humaniste

    On fait rarement la liste des crimes commis par le christianisme au cours des 20 derniers siècles. La voici très succincte.

    1. L’antisémitisme. Les évangiles sont antisémites et le christianisme a été antisémite jusqu’au concile Vatican II à la suite de la Shoah. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    2. L’esclavage. Le christianisme s’est appuyé sur la Bible pour justifier et pratiquer l’esclavage jusqu’à la condamnation du pape Grégoire XVI en 1839. Des millions de victimes. Durée: 19 siècles.

    3. Les déicides. Le christianisme a tué tous les dieux des autres religions sur toute la planète. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    4. La guerre aux hérétiques. Dès Constantin, l’Église a éliminé tous les soi-disant hérétiques. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    5. Les croisades. Des papes ont lancé les croisades, des agressions contre les musulmans. Des milliers de victimes. Durée: 2 siècles.

    6. Les guerres dites saintes. Le christianisme a fait de soi-disant guerres saintes aux Cathares, aux Albigeois, aux Vaudois. Des milliers de victimes. Durée: 1 siècle.

    7. L’Inquisition. Des papes ont institué l’Inquisition et la torture. Des dominicains ont été les inquisiteurs. Le christianisme a torturé et brûlé vif des milliers d’innocents. Durée: 6 siècles.

    8. La chasse aux sorcières. Le christianisme a torturé et brûlé vives environ 100 000 femmes. Durée: 2 siècles.

    9. Les guerres de religion. Les catholiques et les protestants se sont entretués par milliers, Durée: 2 siècles.

    10. La Grande Excommunication. Le pape et le patriarche ont excommunié tous les chrétiens de la planète pendant 911 ans. Le pape Paul 6 et le patriarche Athénagoras ont mis fin à cette horreur en 1965. Des millions de victimes. Durée: 9 siècles.

    11. Les deux colonialismes. Des Européens chrétiens sont responsables d’un colonialisme barbare en Amérique et d’un autre en Afrique. Des millions de victimes. Durée: 4 siècles.

    12. Les deux guerres mondiales. Des protestants et des catholiques ont été responsables de ces deux guerres barbares. 60 millions de victimes. Durée: un demi-siècle.

    13. Le massacre des Serbes. En 1941, des Croates catholiques ont exterminé sauvagement 400 000 Serbes orthodoxes.

    14. Le génocide du Rwanda. Des catholiques se sont entretués sauvagement. Un million de victimes. Durée: trois mois.

    15. Les menaces de l’enfer. Le christianisme a terrorisé des millions de chrétiens, surtout des enfants, avec ses menaces de l’enfer. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    16. La misogynie. Le christianisme a méprisé et maltraité les femmes. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    17. La pédophilie. Des prêtres ont violé des enfants et l’Église a protégé ces prêtres. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    18. La persécution envers les homosexuels. Le christianisme a torturé et tué les homosexuels. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    19. La canonisation d’assassins. Le christianisme a canonisé des centaines d’assassins. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

      Les crimes actuels du christianisme

    20. 26 pays chrétiens pratiquent encore l’esclavage, surtout celui des enfants.

    21. L’Église protège toujours des prêtres accusés de pédophilie. Les papes Jean-Paul 2, Benoît 16 et François peuvent être accusés de crime contre l’humanité parce que la pédophilie est reconnue comme telle par l’ONU.

    22. L’interdiction du condom. Des milliers de femmes et d’enfants meurent du sida répandu par cette interdiction.

    23. L’interdiction de la contraception. Des milliers d’enfants sont mis au monde alors que les parents sont incapables de les nourrir, de les soigner, de les faire instruire. Certains d’entre eux finissent esclaves.

      On pourrait encore allonger cette liste déjà suffisamment accablante. Ce sont des faits historiques indiscutables qui sont le prolongement criminel de la Bible.

      http://quebec.huffingtonpost.ca/

      Témoignage d’un massacre préhistorique Découverte de 26 squelettes humains


      Des tas de squelettes dans une fosse au temps les plus reculés de l’Histoire de l’homme, démontrent que dans les massacres, nous n’avons guère évolué
      Nuage

       

      Témoignage d’un massacre préhistorique

      Découverte de 26 squelettes humains

       

      Découverte de 26 squelettes humains

      Crédit photo : capture d’écran «Spiegel»

      Une fosse contenant au moins 26 squelettes humains, dont ceux de dix jeunes enfants, découverte en Allemagne, constitue le dernier témoignage d’un massacre de masse il y a 7000 ans en Europe Centrale, selon une étude publiée lundi.

      Cette découverte tend à confirmer que ces tueries étaient assez communes au début du Néolithique parmi les populations de la culture dite de la Céramique Linéaire (Linearbulandkeramik), des agriculteurs et éleveurs, dans le centre de l’Europe, selon ces travaux publiés lundi dans les Comptes rendus de l’Académie nationale américaine des sciences (PNAS).

      Plusieurs autres sites archéologiques mis au jour avant cette dernière découverte témoignaient déjà de tels massacres à cette époque en Europe. Mais pour certains scientifiques leur nombre est trop limité pour en conclure qu’ils étaient fréquents au début du Néolithique en Europe.

      Cette dernière tombe a été mise au jour en 2006 à Schöneck-Kilianstädten en Allemagne à l’occasion de la construction d’une route et les restes humains et autres objets retrouvés ont été analysés par des archéologues de l’université de Mayence en Allemagne conduits par Christian Meyer.

      La disposition des restes des vingt-six personnes au moins retrouvées dans cette fosse indique que les victimes n’ont pas eu de sépulture avec les rites funéraires habituels de cette époque dans la culture de ces peuples de la préhistoire, soulignent les chercheurs.

      Comme observé dans les deux autres sites déjà connus de tueries parmi ces mêmes peuplades, à Talheimen en Allemagne et Asparn/Schletzde en Autriche, la plupart des crânes étaient fracassés sous des coups violents. La présence de pointes de flèche suggère aussi des blessures avec ces projectiles.

      Toutefois, ce nouveau site de massacre collectif est unique par rapport aux autres par le fait que certaines des victimes ont eu les os de la partie inférieure des jambes, brisés, indiquant qu’elles ont été soient torturées ou mutilées après leur mort, précisent les chercheurs.

      Les attaquants s’en prenaient surtout aux jeunes enfants, aux hommes adultes et femmes plus âgées. Aucun ossement de jeunes femmes ou de filles n’a été retrouvé dans ces tombes laissant penser qu’elles ont été kidnappées par les assaillants.

      Les chercheurs ont notamment répertorié des impacts contondants... (PHOTO AP)

      Les chercheurs ont notamment répertorié des impacts contondants sur des crânes et des blessures causées par des flèches sur d’autres os.

      PHOTO AP

      Ils expliquent également que les populations de la Culture de la Céramique Linéaire, en référence au style de leurs poteries, ont connu une forte expansion à cette époque-là qui a pu provoquer des conflits chez ces agriculteurs-éleveurs pour le partage des ressources devenues plus rares.

      Une situation qui a aussi pu être exacerbée par une possible période de sécheresse, supputent ces scientifiques.

      http://tvanouvelles.ca/

      «Crocogate»: le boucher des vanités


      C’est rageant ! Ceux qui achètent des sacs à main, montre bracelet de luxe en autres accessoires luxueux en peau de crocodiles ou d’alligators, savent-ils de quelle manière, on s’y prend pour obtenir ces peaux ? Cela vaut-il vraiment la peine de se pavaner avec de tels accessoires ?
      Nuage

       

      «Crocogate»: le boucher des vanités

       

      Grégory Pons

      Journaliste, analyste et stratégiste spécialisé dans les industries du luxe

      Peut-on torturer et massacrer des animaux pour leur faire la peau, qu’on transformera en sacs à main ostentatoires et en bracelets de montres statutaires? La maison de luxe Hermès est prise au piège.

      Certes, l’espèce crocodilienne est loin d’être la plus sympathique au sein d’un ordre de reptiles aquatiques généralement pas très séduisants. Ce sont néanmoins des animaux sociaux, intelligents et territoriaux. En dépit de leur aspect farouche et rugueux, ils sont sensibles et dévoués à leur progéniture.

      Ils accompagnent en tout cas les cultures humaines depuis des millénaires: les anciens Égyptiens les momifiaient. Une seule culture semble les mépriser, sinon les haïr, au point de les massacrer pour le seul plaisir de se parer de leur peau: la nôtre. Manque de chance pour cette espèce: son cuir dessine des «écailles» qui donnent un goût de luxe aux bracelets de montres et aux sacs à main des industries de la mode.

      Une documentaire filmé par la PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux: une ONG de trois millions d’adhérents en lutte contre la souffrance animale) démontre que les «fermes à crocodile» – lieux d’élevage et d’abattage qui alimentent les tanneries et les maroquineries de luxe – ont des pratiques d’une cruauté et d’une barbarie sans nom

      En Afrique comme aux États-Unis, certains animaux sont dépouillés de leur peau sans avoir perdu conscience. D’autres sont proprement torturés avant de mourir découpés à la scie électrique et décervelés à la barre de fer. Les images sont insupportables. Certaines scènes sont insoutenables.

      En fonction de leur taille en arrivant à l’abattoir, les alligators et les crocodiles ne sont plus des animaux, mais de simples «bracelets» ou des «Birkin» (sacs à main Hermès). Cette vidéo ne s’est pas attardée sur une autre procédure d’élevage, tout aussi choquante: on rend les bébés alligators volontairement obèses, dès leur naissance, pour élargir de quelques centimètres carrés leur précieuse peau et ainsi créer des écailles plus larges, mieux valorisées!

      Au centre de ces pratiques révoltantes, la maison de luxe Hermès, dont les tanneries sont directement alimentées par ces «fermes». Il faut massacrer trois crocodiles pour confectionner un seul sac à main (on ne prélève guère que la peau du ventre). Il faut mettre à mort un bébé alligator pour créer quatre jeux de bracelets pour des montres de luxe. C’est toute l’industrie horlogère qui se trouve piégée dans ce «Crocogate» fatal: les cuirs de reptiles représentent à peu près un tiers des volumes actuels de bracelets horlogers, soit de quoi équiper une dizaine de millions de montres par an.

      Avec des peaux de croco ainsi gorgées de souffrances indicibles, les sacs à main réalisés par Hermès, mais aussi par tous les autres grands maroquiniers de luxe (Louis Vuitton, Gucci, etc.), se trouvent éclaboussés de sang et de honte. Ils puent la mort. Si ostentation il y a, c’est celle du mépris du la vie et de la dignité que toute être vivant doit au vivant.

      Hermès botte en touche en s’abritant derrière son respect (sans doute sincère) des réglementations internationales, mais le reportage est accablant sur la boucherie innommable que sont devenues les fermes de son réseau d’approvisionnement. On ne peut se réclamer de valeurs éthiques et ne pas renoncer aussitôt à ces pratiques d’élevage et d’abattage. Difficile, après avoir vu un tel film, de ne pas changer le regard que chacun pouvait porter, en toute innocence, sur ses propres bracelets de montre en croco…

      Aucun goût de la parure sociale, aucun fétiche de nos vanités, aucun objet de parade ostentatoire ne sauraient justifier qu’on inflige de tels sévices à des animaux, tout au long de leur vie et jusque dans leur mort. On enrage à la pensée qu’une grande marque, respectée pour l’exigence et l’excellence dont elle fait preuve dans ses métiers traditionnels, puisse se laisser ainsi embarquer dans des pratiques aussi douteuses.

      Hermès, nouveau «boucher des vanités», peut-il brûler ses sacs à main iconiques sur un nouveau bûcher des vanités ?

      http://quebec.huffingtonpost.ca/

      Festival de Yulin : le massacre de chiens et chats a bien eu lieu


      Comme je le dis souvent, il y a des coutumes qui sont longues à effacer ! Dans notre vision manger un chat où un chien est impensable. Tout comme Peta condamne tous ceux qui mangent un animal. Mais pour les animaux domestiques en Chine, on peut penser que tranquillement les mentalités changent, que les chiens et les chats sont de plus en plus acceptés dans les foyers comme un animal vivant avec eux
      Nuage

       

      Festival de Yulin : le massacre de chiens et chats a bien eu lieu

       

      Les vendeurs de chiens attendent les clients, tandis que les animaux, entassés dans une cage trop petite, souffrent de la faim et de la soif. © STR / AFP

      Les vendeurs de chiens attendent les clients, tandis que les animaux, entassés dans une cage trop petite, souffrent de la faim et de la soif. © STR / AFP

      Personnalités influentes, associations et internautes s’étaient mobilisés pour empêcher le festival de Yulin d’avoir lieu. Cela n’aura pas suffit.

      MASSACRE. Malgré la forte mobilisation des internautes, le festival de Yulin (Chine) où sont consommés plusieurs milliers de chiens et chats a bien eu lieu, le 21 juin 2015. Les défenseurs des animaux avaient pourtant tout mis en œuvre pour empêcher l’événement. Les pétitions totalisaient plus de 4 millions de signatures et la Humane Society, une association américaine de protection des animaux, avait tenté un ultime recours pour son annulation en écrivant un communiqué s’appuyant sur les règlements sanitaires et administratifs existants, puisque rien n’interdit de manger du chien ni du chat. 

      « La plupart de ces animaux sont des animaux de compagnie volés, et la majorité des camions qui acheminent jusque ici la viande de chien le font en violation des lois très explicites de la Chine sur les animaux destinés à la consommation humaine », a déclaré Adam Parascandola, porte-parole de Humane Society.

      Espoirs balayés et manifestations dispersées

      Peine perdue, les autorités se sont bornées à évoquer une « habitude locale » de « certains habitants » mais assurent que la ville n’a « jamais organisé de festival de la viande canine ». Les défenseurs des animaux ont tout de même continué leurs actions.

      Une dizaine d’entre eux a brandi des banderoles « Luttez contre le commerce illégal de viande de chien », « Punissez le transport illégal de chiens », devant le siège du gouvernement local de Yulin.

      Ils se sont violemment fait chasser par une vingtaine d’hommes qui les ont aussitôt déchirées. 

      Yang Xiaoyun a parcouru plus de 1.000 km et dépensé 900 euros pour sauver 100 chiens.  © STR/AFP

      Les Chinois, bientôt anti-Yulin ?

      Mais si à l’étranger les détracteurs du festival se multiplient, il en est de même au sein du pays. Les foyers de l’Empire du Milieu comptent aujourd’hui plus de 30 millions de chiens –dont seuls 8% sont gardés à des fins de consommation–, preuve d’un attachement grandissant des Chinois pour ces animaux. Le geste de Yang Xiaoyun, 65 ans, l’illustre bien. Elle a dépensé environ 900 euros pour sauver une centaine de chiens. Un sauvetage qu’elle avait aussi entrepris lors de l’édition précédente du festival, en 2014. Sur les réseaux sociaux, le mécontentement se fait également sentir.

      « Bien sûr qu’on peut manger du chien, il faut juste s’abstenir de voler les animaux de compagnie des autres » jugeait un internaute du Twitter chinois, Sina Weibo.

      L’espoir d’annuler cette fête macabre serait-il permis ? 

      http://www.sciencesetavenir.fr/

      En Tanzanie, un ministre suggère que les braconniers soient exécutés


      Une solution drastique ? Oui, mais il semble difficile de protéger les animaux et ce même dans des zones protéger L’appât du gain est plus fort que la disparation certaine de ces animaux si ces massacres n’arrêtent pas
      Nuage

       

      En Tanzanie, un ministre suggère que les braconniers soient exécutés

       

      Nous nous faisons souvent l’écho des massacres d’animaux protégés en Afrique. Parmi eux figurent les éléphants et les rhinocéros, ces derniers ayant récemment totalement disparu au Mozambique, en raison du braconnage.

      C’est un ministre en charge de l’environnement en Tanzanie qui fait cette fois parler de lui avec sa proposition pour le moins radicale : il faudrait selon lui réserver le même sort aux braconniers qui tuent des éléphants que le sort qui est réservé aux éléphants eux mêmes, c’est à dire les abattre. Cette proposition, dont on voit difficilement comment elle pourrait être adoptée, témoigne du désarroi des autorités et des associations de protection des animaux et de l’environnement dans ce pays, et plus largement sur le continent africain.

      On se rappelle du massacre qui avait eu lieu en mars dernier, où 86 éléphants, dont 33 femelles enceintes, avaient été abattus en une nuit par des braconniers à la frontière du Tchad et du Cameroun. La montée semble-t-il inexorable du cours de l’ivoire, notamment sur les marchés asiatiques, ne fait qu’encourager les braconniers, avides d’argent, à prendre de plus en plus de risques, quitte à abattre des innocents qui se trouveraient sur leur passage. 30.000 éléphants on été abattus en 2012 pour l’appât du gain. Si rien n’est fait, l’espèce pourrait totalement disparaître à horizon d’une douzaine d’années.

      http://www.zegreenweb.com/