En Allemagne, découverte d’un trésor sur le site d’un des plus grands désastres militaires de Rome


Une découverte en Allemagne d’un conflit entre les germanique et des légions romaines qui fut pour ces derniers un véritable enfer, une humiliation ultime pour la Rome Antique causé par la traîtrise par un gouverneur romain et un chef chérusque
Nuage

 

En Allemagne, découverte d’un trésor sur le site d’un des plus grands désastres militaires de Rome

 

deniers d'argent romains

Deniers d’argent romains du 1er siècle de notre ère découverts sur le site de la bataille de Teutoburg, en Allemagne.

CRÉDITS: VARUSSCHLACHT GGMBH MUSEUM UND PARK KALKRIESE

Bernadette ArnaudSpécialiste archéologie, anthropologie et histoire au magazine Sciences et Avenir

Un trésor monétaire de plus d’une centaine de pièces vient d’être mis au jour sur le site de la plus sévère défaite de Rome, en Germanie. Une catastrophe qui arrêta net la politique d’expansion impériale au-delà du Rhin.

C’est le théâtre d’un des plus grands désastres militaires romain. Là, dans les collines de l’actuelle Kalkriese en Westphalie (Allemagne), trois légions romaines et leurs troupes auxiliaires (25.000 hommes) furent totalement massacrées par des tribus germaniques en l’an 9 après J.-C. Et c’est précisément dans ce sol de Teutoburg, qui recèle encore de nombreux vestiges, que des archéologues allemands de l’université Louis-Maximilien de Munich (LMU) viennent de retrouver un spectaculaire trésor monétaire.

Fin mars 2017, une des monnaies romaines exhumées dans la forêt de Teutoburg. © Varusschlacht gGmbh Museum und Park Kalkriese

« Il s’agit de 102 deniers d’argent. Ce qui porte actuellement nos trouvailles à 220 monnaies du règne de l’empereur Auguste, sans compter les aurei* d’or exhumés l’an dernier », précise Marc Rappe, l’archéologue du musée de Kalkriese responsable des fouilles, contacté par Sciences et Avenir.

Comment ce pactole s’est-il retrouvé enfoui dans le sol ?

« Un légionnaire romain pris au piège aura sans doute voulu dissimuler rapidement sa fortune avec l’espoir de la retrouver à l’issue de la bataille… », imagine-t-il.

Aurei d’or provenant de Teutoburg. © Varusschlacht gGmbh Museum und Park Kalkriese

Cette bataille vit s’affronter les légions de Publius Quinctilius Varus aux hommes d’une puissante coalition de peuples germaniques (Chérusques, Bructères..) conduits par Arminius. Son emplacement a été longtemps discuté. En effet, depuis le XIXe siècle, Teutoburg est outre-Rhin ce qu’Alésia est à la France : un mythe national longtemps manipulé à des fins politiques, assorti de fortes tensions entre localités, plusieurs d’entre elles s’étant disputé l’honneur d’avoir été le lieu de l’antique affrontement. Des discussions finalement closes en Allemagne depuis la fin des années 1980 avec la localisation définitive du site à Kalkriese au nord d’Osnabrück. Plus de 5500 vestiges d’objets romains et d’éléments d’équipements militaires y ont déjà été récoltés : des épées, des poignards, des pointes de javelots, des flèches, des fragments d’armure, des casques, – dont un extraordinaire masque facial en bronze que l’on peut admirer dans le musée de la ville. Sans oublier tout ce que pouvait transporter une armée en campagne : chaudrons, haches, clous, marteaux, amphores, etc.

Les archéologues de l’université Louis-Maximilien de Munich (LMU), en compagnie de Marc Rappe du Museum and Park Kalkriese, le responsable des fouilles, sur le site de Teutoburg (Allemagne), en avril 2017. © Varusschlacht gGmbh Museum und Park Kalkriese

Le dernier livre Histoire des guerres romaines, de l’historien Yann Le Bohec (Taillandier, 2017), permet de revivre ces trois journées terribles qui virent la chute – et le déshonneur –  par la perte de leurs aigles, des légions romaines XVII, XVIII et XIX. Des nombres à jamais bannis ensuite des enseignes de Rome ! Deux hommes sont au cœur de cette tragédie sur fond de trahison : le gouverneur romain Publius Quinctilius Varus, légat consulaire commandant l’armée de Germanie, et Arminius, un chef chérusque. Ce dernier, qui avait obtenu la citoyenneté romaine et le rang de chevalier, s’était en fait secrètement rallié aux révoltés germains. Accompagnant les troupes impériales sur ces terres de Germanie qu’il connaissait bien, il avait ainsi conseillé à Varus d’emprunter un raccourci pour rejoindre ses camps d’hiver sur le Rhin, en traversant la forêt de Teutoburg.

Un conseil « d’ami » qui s’est révélé être en fait « une véritable souricière », écrit Yann Le Bohec.

Un des plus célèbres vestiges de la bataille de Teutoburg: un masque facial de cavalerie romaine. © Varusschlacht gGmbh Museum und Park Kalkriese

Les soldats de Rome se sont en effet retrouvés acculés dans une épaisse forêt. Parti en éclaireur, Arminius a en fait rejoint les Germains qui décident alors de passer à l’attaque. Lorsque les premiers bruits de combats parviennent aux oreilles du chef romain, Varus entraine son armée au cœur de la forêt pour porter secours à l’avant-garde… Le piège se referme : réparties en cohortes habituées à combattre en formation, les légions ne peuvent se déployer. Au milieu des arbres, cuirasses et boucliers gênent les légionnaires. En outre, impossible de manœuvrer les machines de guerre ! De leur côté, les Germains, dont Arminius a pris la tête, mènent des embuscades. Pris entre marais et collines d’où dévalent les combattants germains en flots continus, les soldats romains sont mis en pièces. Plus tard, les descriptions de l’historien romain Dion Cassius (155-235) raconteront que ceux qui étaient à l’arrière, ignorant les massacres à l’avant, continuaient à se jeter dans la gueule du loup. Le désastre est tel que Varus préfèrera se suicider plutôt que de tomber aux mains de ses ennemis. Et son nom sera à jamais associé au clades Variana, le « désastre de Varus ».

Le suicide de Varus, dans une illustration du XIXe siècle. © Leemage/AFP

« Vae victis… Malheur aux vaincus » !

Vécu comme un traumatisme, le désastre de Teutoburg porte un coup d’arrêt à la politique d’expansion impériale romaine. La légende raconte que l’empereur Auguste se réveillait la nuit en hurlant :

« Varus, rends-moi mes légions ! ».

 A la mort de celui-ci, le nouvel empereur Tibère envoya un nouveau corps expéditionnaire en Germanie. En l’an 15, revenant sur les lieux de la bataille, les légionnaires romains dont les croyances voulaient que les défunts connaissent une vie dans la tombe après la mort, découvriront horrifiés que pour les humilier un peu plus, les vainqueurs Germains avaient laissé les corps des 25.000 soldats pourrir sans sépulture…

« Vae Victis… Malheur aux vaincus » !

Germanicus, célèbre général romain envoyé par Tibère à la tête de huit légions fit inhumer sur place ce qui restait des dépouilles, dont beaucoup avaient été crucifiées et mutilées. Quant à Arminius, qui avait infligé à Rome l’une de ses pires défaites, il mourra assassiné en l’an 21… trahi à son tour par un proche!

*Aureus : (pluriel aurei ) ou denier d’or est une monnaie romaine. Son émission date de la République romaine, et sera régulière sous le règne de Jules César, puis d’Auguste (fin 1er siècle av.J-C.). Elle sera ensuite frappée pendant tout l’Empire romain. Un aureus d’or équivalait à 25 deniers d’argent, soit 100 sesterces. 

https://www.sciencesetavenir.fr

Porter un masque pour se protéger de la pollution, c’est efficace?


     

    La pollution atmosphérique est un gros problème pour notre santé. Lors d’avertissement d’un pic de pollution, ce n’est pas le temps de faire du sport extérieur. Les masques peuvent-ils vraiment nous aider a affronter cette pollution ? On fait des recherches en Chine, car beaucoup en porte
    Nuage

    Porter un masque pour se protéger de la pollution, c’est efficace?

    Le HuffPost  |  Par Sandra Lorenzo

Ne pas faire de sport et éviter de prendre sa voiture, les conseils des autorités en cas de pic de pollution atmosphérique sont bien connus. Mais, pour ne pas complètement arrêter votre vie, vous faites avec. Ainsi, sur votre vélo, sur le trottoir ou même dans votre voiture, l’idée d’acheter un masque antipollution a peut-être fait son chemin.

Mais vers quel modèle se tourner et sont-ils vraiment efficaces?

« C’est une question délicate », assure Christian George, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la pollution atmosphérique et des nanoparticules. « Une chose est sûre, si les particules fines sont difficiles à filtrer, ce n’est pas impossible. C’est en Chine que la recherche sur le sujet est la plus performante ».

Porter un simple foulard, c’est inutile?

Les particules fines ont des tailles très différentes. Les plus grandes mesurent jusqu’à 2,5 micromètres et les plus petites peuvent être jusqu’à 1000 fois plus fines.

« Dans les épisodes de pollution, assure Véronique Riffault, Professeure en sciences de l’atmosphère à l’École nationale supérieure des Mines de Douai, la majeure partie n’excède pas la taille d’un micromètre. » Les particules fines ne sont donc pas du tout filtrées avec un simple foulard. Cette méthode parce qu’elle limite les odeurs donne l’impression qu’elle est efficace, mais les mailles des tissus sont beaucoup trop épaisses ».

Pour vous en convaincre, voici la taille des particules par rapport au diamètre moyen d’un cheveu ou à la taille d’un grain de sable, selon une infographie en anglais de l’agence de protection environnementale des États-Unis.

Puis-je porter un masque de chirurgien?

Ces masques grand public peuvent être achetés en pharmacie et en magasin de bricolage.

« Ce sont les masques médicaux, comme ceux portés par les chirurgiens », détaille Véronique Riffault. Mais leur rôle se résume « à réduire l’émission de gouttelettes vers les personnes qui vous entourent et non de vous protéger de l’extérieur ».

Un masque qui filtre les particules, ça existe ?

Pour les autres masques, il faut s’intéresser à ceux dits « FFP ». Ils sont siglés FFP1, FFP2 et FFP3. Les masques FFP ou « filtering facepiece particles » (littéralement « pièce faciale filtrante contre les particules ») couvrent le nez, la bouche et le menton et répondent aux exigences de la norme EN149.

« Les masques FFP3 sont les plus filtrants. Ils filtrent 98% des particules. Attention cependant, impossible de les porter longtemps. Au bout de quelques dizaines de secondes, on accumule la respiration et la chaleur donc la transpiration. Ce n’est vraiment pas agréable », explique Véronique Riffault qui en porte en laboratoire.

Denis Charpin, chef du service des maladies respiratoires au CHU de Marseille interrogé sur Le Plus confirme:

« Ils sont difficilement supportables, au bout de quelques dizaines de secondes on transpire beaucoup. Il est impossible de les porter toute une journée. »

Mais attention, si leur pouvoir filtrant est réel, ils peuvent parfois être totalement inutiles.

« La forme du visage, la présence ou non d’une barbe, tout cela pose des problèmes d’étanchéité », rappelle encore Véronique Riffault. Et leur coût peut être assez élevé surtout qu’ils sont jetables.

Un avis que ne partage visiblement pas le médecin généraliste Jean-Luc Saladin au Havre. Lui-même cycliste porte un « confortable » masque FFP3. Il l’explique sur le blogue Vélib de la ville de Paris:

 « Ceux qui le souhaitent peuvent comme moi investir dans un masque filtrant professionnel (norme FFP3). Confortable, il protège des particules polluantes, mais pas des gaz et notamment des nitreuses qui relèvent d’une question plus globale de santé publique. »

Attention, ces masques ne filtrent pas les particules plus fines, celles qui sont capables de passer dans le sang.

Existe-t-il de mauvais masques?

Si certains masques ne protègent pas contre les particules fines, « ils sont au pire inefficaces », assure Véronique Riffault.

Ainsi donc difficile de conseiller le port d’un masque.

« Pour prendre soin de notre système respiratoire et cardio-vasculaire, mieux vaut éviter au maximum les efforts. L’activité physique augmente les inspirations et donc l’ingestion de particules fines dans tous les cas. Il faut fonctionner à bas régime en période de pic », préconise donc la spécialiste. « Si vous tenez vraiment à porter un masque et que vous trouvez un FFP3, mieux vaut également l’essayer hors des pics de pollution pour ne pas prendre de risques ».

Christian George précise aussi que ce n’est pas pendant les pics qu’il faut seulement s’inquiéter de cette pollution.

« L’exposition aux particules fines à faible dose et en continu pose de vrais problèmes ».

Les particules fines ne posent pas seulement problème pour notre système respiratoire, mais pour tout notre corps. Les plus fines d’entre elles parviennent en effet à passer dans le sang.

Selon le dernier rapport de l’Agence Européenne de l’Environnement publié en novembre 2016, 10% des citoyens européens en zones urbaines sont exposés à des concentrations supérieures aux valeurs limites.

« Selon les recommandations de l’OMS, c’est environ 80% de la population urbaine qui subit des concentrations trop importantes », rappelle Véronique Riffault.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le mystère des crânes aztèques est enfin élucidé


Qui étaient les crânes qui servent de masques aux Aztèques. Les sacrifices, étêtement, immolation, démembrement étaient chose courante a l’époque précolombienne
Nuage

 

Le mystère des crânes aztèques est enfin élucidé

 

Un masque-crâne aztèque découvert sur le site du Templo Mayor à Mexico, l'antique Tenochtitlan. CREDIT: Corey S.Ragsdale

Un masque-crâne aztèque découvert sur le site du Templo Mayor à Mexico, l’antique Tenochtitlan. CREDIT: Corey S.Ragsdale

Par Bernadette Arnaud

30 ans après leur découverte, des archéologues pensent avoir percé l’énigme des masques-crânes aztèques

OFFRANDES. Des têtes à faire peur ! Mises au jour dans les ruines du célèbre Templo Mayor de Mexico – le principal complexe cérémoniel de l’antique Tenochtitlan – une série de huit crânes aux faces perforées, uniques au Mexique, intriguait depuis des années les chercheurs. Qui pouvaient bien être les victimes transformées ainsi en morbides offrandes sacrificielles, dont certaines étaient portées en masque chez les Aztèques ? Dans quel but s’était-on donné la peine de transformer ces têtes en leur retirant des parties osseuses, en les transperçant au niveau des cavités nasales par des lames de silex taillé, et en remplaçant les yeux par des incrustations de coquillage et de pyrite ? D’autant qu’à leur côté figuraient une trentaine d’autres crânes décapités, sans la moindre altération. S’agissait-il de personnages particuliers ?

La réponse figure dans une récente publication de la revue Current Anthropology dans laquelle Corey S. Ragsdale, anthropologue à l’université du Montana, à Missoula (Etats-Unis), présente les résultats de nouvelles analyses. Ces poignantes reliques, exhumées au niveau du temple de Huitzilopochtli (divinité de la guerre et du soleil), seraient en fait celles de guerriers vaincus, capturés lors des multiples « guerres fleuries auxquelles se livraient les Aztèques (lire encadré) pour faire leurs sacrifices.Le Templo mayor contenait en effet deux sanctuaires majeurs, l’un consacré à Tlaloc, le dieu de la pluie et des orages, et le second à Huizilopochtli, le dieu sanguinaire. C’est au sommet de ce dernier qu’étaient pratiqués les sacrifices rituels, avant que les corps des victimes ne soient jetés au bas des escaliers du monument. L’examen des 8 masques-crânes a ainsi permis d’établir que les victimes avaient été immolées au cours du règne du souverain aztèque Axayacatl (1469-1481). Leur comparaison avec plus de 127 crânes non modifiés a en outre démontré qu’ils appartenaient à des guerriers de haut rang (élite), ce qui n’étaient pas le cas des autres reliques.

L’âge de l’ensemble des victimes (crânes remaniés ou non) a pu être établi entre 30 ans et 45 ans,  tous étant majoritairement de sexe masculin. L’étude de leur état dentaire a aussi permis de retracer leur origine géographique.

« Elles venaient de l’ouest du Mexique, de la côte du Golfe et de la vallée de Mexico », précise Corey Ragsdale, joint par Sciences et Avenir.

Mais ce sont les pathologies détectées qui ont surtout permis d’établir la différence de statut social.

« Seuls les crânes non modifiés comportaient d’importantes traces de pathologies, d’usure dentaire et de carences dues à un stress nutritionnel élevé, et non les masques-crâne », confirmant une origine sociale précaire pour les uns, privilégiée pour les autres.

Sacrifices humains au Templo Mayor

Illustration de sacrifice provenant du codex Magliabechiano, un codex aztèque datant du milieu du XVIe siècle

Les sacrifices humains constituaient une large part de l’idéologie religieuse des Aztèques, autant qu’un moyen de soumettre les populations vaincues. Il était courant de procéder à des décapitations, des extractions de cœur (cardiectomie) ou des démembrements. Bien que le nombre des victimes de Tenochtitlan soit inconnu, les estimations avancées à partir des données ethnohistoriques évoquent souvent des milliers de cas. Un chiffre de 20 000 tués en une seule année apparaît même de temps à autre dans la documentation. Pour Eric Taladoire, professeur émérite d’archéologie précolombienne à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, il s’agirait de chiffres fantaisistes dont les sources ont été mal interprétées, et qui n’ont rien à voir avec la réalité.

La Guerre fleurie

La guerre fleurie est le nom traduit du nahuatl Xochiyaoyotl qui était attribué aux batailles opposant des Aztèques (c’est à dire des Mexicas, et leurs alliés de la Triple Alliance -Alcolhuas et Tépanèques), aux habitants de Tlaxcala ou des cités voisines dans la vallée de Mexico. Très codifiées, ces guerres servaient essentiellement à s’emparer de prisonniers pour les sacrifier aux dieux.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Des photos terrifiants du passé


Des photos d’un lointain passé qui montre le côté obscur de la vie du temps de nos grands-parents ou arrière-grands-parents
Nuage

 

Des photos terrifiants du passé

Les photos que vous allez voir sont toutes issues du passé, de faits réels et n’ont en aucun cas été truquées. Une fois qu’on sait ça, ce n’est pas très rassurant, bien au contraire.

1. En 1930, après un incendie au musée de cire de Madame Tussauds à Londres, des mannequins fondus sont entreposés à l’extérieur du bâtiment.

2. Des candidates à un concours de beauté portent un masque afin de n’être évaluées que sur la beauté de leur corps.

3. La direction du Café de l’Enfer de Paris (situé juste à côté du Moulin Rouge) au grand complet, connu pour ses spectacles de folie et ses serveurs déguisés en diables. Il a fermé ses portes au milieu du 20ème siècle.

4. Un costume d’Halloween terrifiant datant de 1910.

5. Deux ingénieurs de chez Disney en pleine réparation d’un animatronique.

6. En 1930, une femme reçoit un traitement anti taches de rousseur au dioxyde de carbone.

7. En 1868, la jeune américaine Myrtle Corbin naît avec un bassin et deux jambes supplémentaires. Sa particularité unique lui vaudra de passer ses premières années dans un cirque.

8. Un masque à gaz Mickey Mouse utilisé par une infirmière pour ne pas effrayer les enfants, en 1942.

9. Le premier exemple connu de « horsemanning », cette pose terrifiante est très à la mode dans les années 1920.

10. Deux parents posent aux côtés de leur fille décédée. À l’ère victorienne, une photo était obligatoire à la naissance, au mariage et au décès.

11. Une photo de famille qui fait froid dans le dos. 

12. En 1948, une jeune fille ayant grandi dans un camp de concentration et qui a ensuite vécu dans une résidence pour enfants « perturbés », dessine « sa maison ».

13. Katharina Detzel, une femme instable psychologiquement, a construit un homme avec la paille de son lit. C’était en 1910 en Allemagne.

14. En 1950, le père Noël accompagné de deux clowns rend visite à une fille malade dans sa chambre d’hôpital.

15. En 1925, voici l’isolateur, un casque qui coupe de tous les sons, alimenté en oxygène par un tuyau. De plus, les fentes au niveau des yeux sont faites de telle sorte qu’on ne puisse lire qu’une seule ligne de texte à la fois.

16. En 1917, des troupes militaires américaines et leurs armures de Brewster (du nom de leur inventeur), l’ancêtre du gilet pare-balles.

17. En 1930 en Floride, des participantes à un concours des plus beaux yeux. Ces dernières portent des masques afin que le jury ne soit pas influencé par leur visage.

18. En 1940, une aide-soignante et un bébé sont photographiés avec leurs masques à gaz.

19. Dans une tranchée en 1917, un soldat en état de choc fixe l’objectif d’un regard terrifiant.

20. Ella Harper, alias la « Fille Chameau », doit son surnom à un grave trouble affaiblissant les ligaments de ses genoux.

21. Le célèbre ventriloque anglais Jules Vernon entouré de son effrayante famille de marionnettes, en 1934.

22. En 1936, des jeunes hommes reviennent de leur initiation dans le Poro, une société secrète présente dans plusieurs zones d’Afrique centrale, dont le rôle est de faire passer les garçons de l’état d’animalité à celui d’homme.

23. En 1922, l’acteur allemand Max Schreck fait une pause entre deux prises du film d’horreur « Nosferatu, le vampire ».

http://www.demotivateur.fr/

Pourquoi tant de personnes ont peur des clowns?


Il y a des enfants mais aussi des adultes qui ont vraiment peur des clowns, c’est une angoisse réelle et ce même si le clown  semble gentil
Nuage

 

Pourquoi tant de personnes ont peur des clowns?

Les clowns vous effraient plus qu’ils ne vous font rire? La peur des clowns est en effet un phénomène bien répandu. Il existe même une phobie des clowns, lacoulrophobie. Les personnes qui en sont atteintes peuvent se mettre à pleurer, ressentir un épisode de stress et même avoir des difficultés respiratoires à la simple vue d’un clown…

Une expérience traumatisante

Mais pas besoin d’avoir une phobie pour ne pas trembler devant un clown qui n’a pas l’air sympathique. L’an dernier, en France et aux États-Unis, toutes sortes de clowns menaçants faisaient leur apparition, ont terrorisé la population sous prétexte de  »faire des blagues », qui se terminaient parfois en poursuites judiciaires.

Les causes

D’où provient la crainte de ce personnage initialement créé pour nous faire rire? Disons que la fiction a largement contribué à détourner son image pour en faire de redoutables psychopathes.

Comme l’explique David Kiser au magazine The Smithsonian, « dans un sens, le clown a toujours été doté d’un esprit espiègle,… bien qu’il soit un personnage lié au plaisir, il est un adulte en quelque sorte. Ce plaisir a donc une part de malice. »

Il faut aussi savoir que la figure du clown maléfique, comme le clown de l’adaptation cinématographique du roman Ça (It) de Stephen King, ou encore le  »Joker » de Batman ont profondément marqué l’imaginaire. D’autres avant eux avaient également tracé la voie pour le clown triste, ou désillusionné, comme Grimaldi, le clown à l’origine du maquillage noir et rouge, et qui a sombré dans l’alcool et la dépression.

Pour d’autres experts, comme Emmanuelle Lecomte, le masque de clown peut également symboliser la peur.

« Avoir le visage caché peut désinhiber les actes. Derrière ce déguisement, on ne sait pas de quoi la personne est capable, c’est un facteur inconnu qui peut faire ressortir des peurs et créer une angoisse. »

Maquillé, parfois jusqu’à l’extrême et affichant un sourire exagéré, immuable, le visage du clown peut inspirer le danger  »ce visage étrange, dont on ne peut lire les intentions et qui ressemble en partie à un animal peut constituer un signe de danger pour un enfant », indique Antoine Pelissolo, professeur de psychiatrie, au Nouvel Observateur.

La phobie des clowns serait d’ailleurs souvent liée à une peur des masques, du maquillage, des déguisements et même de certains animaux, reflétant des peurs envers les inconnus et les prédateurs potentiels…

Le clown comique n’a toutefois pas dit son dernier mot. Une étude publiée en janvier 2013 démontrait que les clowns apportent un soutien psychologique important aux enfants qui doivent subir des opérations, les aidant à mieux gérer leur angoisse

http://www.sympatico.ca/

Restaurer le masque de Toutânkhamon, un défi de taille


Il y a plus d’un an la barbe de Toutankhamon, lors d’un nettoyage a été brisée et recollée avec de la colle époxy. Ce fut un vrai scandale. Maintenant, on cherche à réparer les dégâts sans trop savoir quelle est la meilleure méthode
Nuage

 

Restaurer le masque de Toutânkhamon, un défi de taille

 

Le directeur de l'équipe de restauration, Christian Eckman,... (Photo AP)

Le directeur de l’équipe de restauration, Christian Eckman, a dit que ce travail nécessiterait une période d’un à deux mois, en fonction du temps que l’équipe mettra à décoller la barbe.

PHOTO AP

BRIAN ROHAN
Associated Press
LE CAIRE

L’équipe qui tentera de restaurer le célèbre masque funéraire du pharaon Toutankhamon a expliqué comment elle entendait procéder, mardi.

Il y a un an, la barbe dorée du masque est tombée. Quelqu’un a tenté de réparer le bris en recollant maladroitement la barbe avec de la résine époxyde.

Une équipe germano-égyptienne d’experts a indiqué comme elle allait retirer la résine époxyde et décoller prudemment la barbe. Celle-ci sera replacée selon une méthode qui n’a pas encore été déterminée.

Le directeur de l’équipe de restauration, Christian Eckman, a dit que ce travail nécessiterait une période d’un à deux mois, en fonction du temps que l’équipe mettra à décoller la barbe. L’équipe tentera ensuite de comprendre comment celle-ci avait initialement été rattachée au masque.

M. Eckman a reconnu que l’équipe devait composer avec certaines incertitudes pour le moment. Elle ne sait pas à quelle profondeur la colle a pénétré l’intérieur de la barbe et ne peut déterminer avec précision le temps qui sera nécessaire au retrait de la pièce.

Il a aussi indiqué que tout le travail serait fait avec des moyens mécaniques. L’équipe utilise des bâtons de bois, une technique qui semble bien fonctionner pour le moment. M. Eckman a ajouté qu’elle pourrait employer une autre stratégie en réchauffant la colle.

«Malheureusement, la réside époxyde n’est pas soluble», a-t-il souligné.

Le masque aurait été fabriqué il y a 3300 années. Il fut découvert dans la tombe de Toutânkhamon, avec d’autres objets, par des archéologues britanniques en 1922. Cette découverte avait soulevé l’intérêt des égyptologues de partout sur la planète. Il est incontestablement l’une des pièces de choix de la collection du Musée égyptien du Caire, inauguré en 1902, qui abrite plusieurs objets et momies datant de l’Antiquité égyptienne.

M. Eckman a dit que des experts profiteraient de la restauration pour étudier les anciennes techniques de fabrication de l’époque des pharaons afin de déterminer quels matériaux avaient été utilisés.

«Nous avons la chance d’obtenir de nouvelles informations au sujet de la fabrication», a-t-il mentionné.

http://www.lapresse.ca/

La barbe de Toutankhamon engluée dans un scandale


Je n’aimerais pas être dans les souliers de ou, des personnes qui ont eu cette mauvaise aventure avec la barbe de Toutankhamon. Même étant une fan de l’archéologie et je comprends très bien le désastre que cela occasion à un trésor de l’histoire de l’Égypte ancienne, et si cela a été un simple accident, alors il faut le prendre comme tel. Juste qu’il est dommage que le ou les personnes n’ont pas pris la responsabilité d’avertir des personnes compétentes pour réparer le masque du Pharaon
Nuage

 

La barbe de Toutankhamon engluée dans un scandale

 

 

Toutankhamon, avant qu'on lui titille la barbe. © HEATON / ONLY WORLD / ONLY FRANCE / AFP

Toutankhamon, avant qu’on lui titille la barbe. © HEATON / ONLY WORLD / ONLY FRANCE / AFP

Par Bernadette Arnaud

Lors d’un banal nettoyage, le postiche bleu et or du masque du pharaon s’est détaché, puis a été recollé sans précaution aucune par le (ou les) employé(s) maladroit(s)…

STUPIDE. Un des trésors les plus précieux de l’Égypte ancienne, et sans doute l’un des plus connus au monde, a été victime d’un accident aussi stupide qu’irréparable. Lors d’une banale opération de dépoussiérage du célèbre masque de Toutankhamon — l’illustre pharaon du Nouvel Empire (18e dynastie) —, sa barbe postiche bleu et or se serait… détachée ! Et elle serait restée dans les mains de (des ?) (l’)employé(s) du Musée égyptien du Caire où cette merveille, découverte par l’archéologue Howard Carter en 1922, est exposée. Paniqué, celui-ci (ou ceux-ci) aurai(en)t, en toute hâte, utilisé de la colle époxy pour la souder à nouveau au visage. Or, la réfection est totalement ratée… et l’adhésif irréversible. Sur les photos du masque prises récemment, on aperçoit en effet très nettement la couche de gel utilisé pour recoller les morceaux. Le masque aurait aussi été légèrement éraflé lors d’une tentative de retrait d’une coulée de colle par l’utilisation d’une spatule.

La procédure de restauration n’a pas été suivie, c’est le moins que l’on puisse dire ! 

Cet accident, qui se serait produit au mois d’octobre dernier, a été révélé très récemment et relayé par le site Al Araby Al Jadeed le 22 janvier 2015, repris par Associated Press et la presse britannique, en particulier la BBC (voir aussi, en gros plan, à cette adresse). Une journaliste a pu aussitôt se rendre sur place et constater les dégâts. Ces dommages ont ensuite été confirmés par le directeur du Musée égyptien, Mahmoud Al Hawagi. Par crainte de représailles, les conservateurs égyptiens s’expriment sous le couvert d’anonymat et il est donc difficile de savoir pour l’instant ce qui s’est réellement passé. Une chose est certaine, la procédure de restauration n’a pas été suivie, c’est le moins que l’on puisse dire ! Après l’accident, le masque aurait dû en effet être transporté dans le laboratoire de conservation du musée, pour recevoir un traitement adapté. Une enquête interne est en cours.

La barbe, un attribut royal

Dans l’Égypte antique, la barbe postiche était un des attributs royaux du pharaon et des divinités. Celle-ci était portée au menton, attachée aux oreilles par un fil. Un symbole de pouvoir tel, que la reine Hatchepsout devenue pharaon s’était fait représenter portant cette barbe postiche

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-vous ► Pourquoi les médecins avaient-ils des masques en forme de becs d’oiseau ?


Me semble qu’à l’époque ou la peste était en pleine puissance, voir un  »médecin bec » devait faire aussi peur que la peste elle-même
Nuage

 

Pourquoi les médecins avaient-ils des masques en forme de becs d’oiseau ?

 

Pendant les épidémies de peste au XIVe et XVIIe siècle, les médecins étaient nommés « médecins bec » lorsqu’ils portaient le « costume du médecin de peste ».

Celui-ci se composait d’une tunique descendant jusqu’aux chevilles et d’un masque en forme de long bec d’oiseau. Il avait cette forme pour contenir herbes, fleurs et vinaigre, censés prémunir des mauvaises odeurs et donc de la peste selon les théories de l’époque.

http://secouchermoinsbete.fr

Le saviez-vous ? De quoi s’inspire le masque des Anonymous?


Dans l’histoire Anonymous n’a pas toujours été une protestation pacifique mais l’origine est beaucoup plus funeste. Ce qui a inspiré aussi pour le film V pour vendetta. Aujourd’hui, ceux qui porte le masque Anonymous est toujours symbole de protestation mais a majoritairement pour de bonnes causes et qui par leur actions ont réussit a faire réagir
Nuage

De quoi s’inspire le masque des Anonymous?

 

Angleterre - De quoi s'inspire le masque des Anonymous?

Des manifestants à Nice (France) portent le masque des Anonymous.

© AFP

PARIS – Le masque noir et blanc, doté d’une fine moustache et d’un bouc surplombant un sourire ironique et des joues roses, devenu le symbole des «Anonymous», s’inspire d’un célèbre conspirateur anglais du XVIe siècle, Guy Fawkes.

Ce masque a été porté samedi à Paris par de nombreux participants à une manifestation dénonçant les atteintes aux libertés sur internet, en particulier l’accord européen Acta sur la contrefaçon.

Le personnage de Guy Fawkes, également connu sous le nom de Guido Falxius ou John Johnson, est un catholique anglais né à New York en 1570 et mort à Londres en 1606, connu comme principal instigateur de la «conspiration des poudres» contre la politique du roi protestant Jacques 1er en matière de religion.

Cette conspiration, qui échoua, visait à assassiner le roi, sa famille et la plupart des membres de l’aristocratie d’un seul coup, lors de la session d’ouverture du Parlement le 5 novembre 1605, en faisant exploser le bâtiment de la chambre des lords au palais de Westminster.

Ce fait historique est célébré chaque année en Angleterre le 5 novembre au cours d’une nuit baptisée Fawkes Night, Bonfire Night ou Fireworks Night par des feux de joie ou feux d’artifice. Traditionnellement, une effigie de Guy Fawkes, qui peut représenter un personnage célèbre ou symboliser un événement annuel négatif, est brûlée après avoir été promenée de porte en porte tout au long de la journée en réclamant «a penny for the Guy».

Les Anonymous, portent ce masque lorsqu’ils manifestent ou interviennent dans l’espace public à travers la planète.

Alan Moore et David Lloyd, les auteurs de la célèbre Bande dessinée «V pour Vendetta», («V for Vendetta») écrite entre 1982 et 1990 avaient déjà emprunté le visage de Guy Fawkes pour leur héros «V», un combattant de la liberté qui cherche à mettre en place un changement politique et social en menant une violente vendetta personnelle contre le gouvernement fasciste en place.

La BD a donné lieu en 2006 à un film éponyme de James McTeigue (avec Hugo Weaving, Natalie Portman, John Hurt, Stephen Rea et Stephen Fry).

http://fr.canoe.ca