Les chiens de traîneaux sont-ils maltraités ?


Les chiens au travail ou pour le sport, sont-ils maltraités ? Que penser des chiens de traîneau lors des courses ? Ce n’est pas tous les chiens qui peuvent avoir la force et l’endurance de tirer un traineaux avec d’autres chiens. Ceux qui le peuvent sont généralement choyés et ils ont un bon rapport avec leur maitre.
Nuage

 

Les chiens de traîneaux sont-ils maltraités ?

 

grande odyssée chiens

Régulièrement sous le feu des projecteurs, les chiens de traîneaux fascinent autant qu’ils intriguent. Mais la question que tout le monde se pose est de savoir si oui ou non ces toutous sont heureux de leur quotidien ou s’ils se contentent d’obéir à des ordres.

Depuis très longtemps – sans doute 6000 ans av. J.-C – les chiens sont utilisés pour les attelages. C’est ensuite en 1908 que la première édition de la course All Alaska Sweepstakes a été lancée avec succès et a démocratisé les courses de traîneaux. Au fil des années, ces courses sont devenues de plus en plus populaires en Amérique du Nord et en Europe. C’est ainsi que depuis 2005, dans les Alpes franco-suisses, se déroule la Grande Odyssée, une des plus grandes courses de chiens de traineau au monde.

Quelles races de chiens pour les courses de traîneaux ?

Evidemment, tous les chiens ne sont pas en mesure de participer à de tels événements sportifs qui demandent un état de santé irréprochable et des capacités physiques certaines. Lors des courses de traîneaux, ce sont principalement des chiens des races suivantes qui courent :

Malamute de l’Alaska,
Chien du Groenland,
Husky sibérien,
Samoyède

Ces chiens doivent aussi avoir de fortes capacités d’endurance et de vitesse. Ce n’est donc pas un sport à la portée de tous.

Les chiens de traîneaux sont-ils bien traités ?

Voilà une question qui fait régulièrement l’actualité : les chiens de traîneaux sont-ils bien traités ou non ? On se souvient par exemple de la polémique autour des chiens de Nicolas Vanier qui avait fait beaucoup de bruit à l’époque.

S’il est impossible de répondre de façon générale à cette question, il est possible d’y répondre en ce qui concerne la course de la Grande Odyssée lors de laquelle les chiens sont considérés comme des sportifs à part entière et son bichonnés afin d’être le mieux dans leurs pattes possible.

Pour cela, ce sont huit vétérinaires qui sont présents 24 heures / 24 pour répondre aux besoins des chiens et des mushers. Ainsi, les toutous ont tous les jours un suivi ostéopathique afin de vérifier qu’ils sont bel et bien aptes à se lancer dans la course ou non.

Il y a un pool de 14 chiens afin de pouvoir faire tourner les chiens qui participent pour que les autres puissent se reposer.

La priorité est évidemment aussi de prendre soin des pattes des chiens qui sont bottinées (afin d’être protégées du froid), et reçoivent régulièrement de la crème. Enfin, les toutous ont aussi le droit à des massages après la course pour détendre les muscles et se remettre de cet effort intense qui a été produit.

Mais la santé n’est pas le seul point essentiel au bonheur de ces chiens de traîneaux qui partagent aussi une grande complicité avec leurs mushers. Ce sont des membres de la famille au même titre que les enfants. Pour qu’un véritable lien de confiance s’instaure entre un musher et ses chiens, il faut qu’ils passent tout leur temps ensemble et qu’ils partagent tout : aussi bien l’entraînement que d’autres moments.

Il ne s’agit pas d’une relation de maître à chien, mais bien d’une belle amitié. Et ça fait toute la différence.

Bien-être animal et chien de travail ?

Il existe des cas de maltraitance avérés dans de nombreuses situations d’exploitation du chien (que ce soit la chasse, le sport canin, le chien d’assistance ou les expositions…). Cependant, dans la majorité des relations avec des chiens de travail, le chien éprouve un réel plaisir à coopérer avec l’humain. En respectant les besoins fondamentaux du chien, lui proposer des tâches variées pour stimuler sa cognition et son besoin d’activité sont un excellent moyen d’obtenir une relation épanouie avec son chien.
Il est donc important de surveiller dans quel contexte le chien de travail est exploité : quelle est sa charge de travail, quelles sont ses conditions de vie en dehors des exercices ? Il s’avère que le chien de traineau est un sport canin que les chiens ont tendance à adorer : difficile de le retenir au moment du départ tant il est excité et joyeux !

Mais il faut rester vigilant : l’équipe encadrant cet évènement, consitué au niveau santé de 8 vétérinaires, s’assure également que le chien ne pousse pas l’effort au point de se blesser. Comme pour les sportifs, l’adrénaline et le plaisir procuré par l’exercice peuvent masquer la souffrance du corps dans l’intensité. Ainsi, les chiens ont l’assurance de ne pas dépasser leur limites, au détriment de leur santé ou de leur bien-être.

Dr Stéphane Tardif
Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

https://wamiz.com/

Nouvelle loi : En Pennsylvanie, vous pouvez maintenant être emprisonné pour avoir laissé votre chien dehors dans le froid


C’est une très belle initiative de protéger les animaux domestiques par temps froid ou trop chaud. Ce qui par contre m’agace, est que ceux qui laissent leur chien a ces températures risque 1 an de prison, alors qu’on laisse des humains dans des mêmes conditions, mais il n’y a pas de loi pour les protéger  …
Nuage

 

Nouvelle loi : En Pennsylvanie, vous pouvez maintenant être emprisonné pour avoir laissé votre chien dehors dans le froid

 

Public Domain Pictures / George Hodan

Maintenant, l’état de Pennsylvanie a introduit une nouvelle loi stipulant qu’il est illégal de laisser un chien dehors pendant plus de 30 minutes si la température est de 0 ou moins.

À l’autre extrémité de l’échelle, il sera également illégal de laisser votre chien à l’extérieur si la température atteint plus de 32 degrés.

La loi a été faite en dédicace à Libre, un chien qui a souffert dans des conditions terribles. En tant que chiot, il a finalement été sauvé par un amoureux des animaux qui s’est alarmé de sa terrible condition. Libre a été l’un des chanceux ; sauvé avant qu’il ne puisse devenir une autre statistique de la maltraitance et de la négligence.

Peines encourues

Il a été rapporté que quiconque viole la loi de Libre peut être condamné à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an.

« Cela ne mettra pas fin aux mauvais traitements infligés aux animaux, mais soulignera l’importance de la justice pour la souffrance des animaux « , a déclaré Jennifer Nields, qui travaille à la Lancaster County Animal Coalition.

La Pennsylvania Veterinary Medical Association s’est également félicitée de la nouvelle loi, la surnommant ainsi : « une victoire sans précédent pour tous les animaux. »

La Pennsylvanie est le premier État à prendre position en matière de protection des animaux contre les conditions climatiques extrêmes.

La loi de Libre s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le gouverneur Tom Wolf pour renforcer les lois qui protègent les animaux dans le but de faire baisser les chiffres sur la maltraitance des animaux.

Public Domain Pictures / George Hodan

Les chiens dans le froid

Beaucoup de propriétaires d’animaux font l’erreur de croire que les chiens sont éternellement chauds à cause de leur pelage, mais ils peuvent aussi être sensibles au froid.

Si vous possédez un chien, assurez-vous toujours qu’il est bien équipé lorsque la température baisse. Leurs pattes sont souvent une indication lorsque le sol est trop froid, alors surveillez attentivement votre ami à quatre pattes.

Si vous apercevez un chien qui semble souffrir du froid, ou si vous connaissez quelqu’un qui ignore les besoins fondamentaux de ses animaux domestiques, n’hésitez pas à contacter les autorités compétentes pour demander conseil et/ou aide.

https://fr.newsner.com/

France: une mère jugée pour avoir séquestré deux ans son enfant dans le coffre de sa voiture


Je peux croire qu’un mari ne se rend pas nécessairement compte de la grossesse de la femme. Ce qui me trouble, comment il se fait que personne n’a entendu cette enfant qui a habité 2 ans dans la valise d’une automobile. Le déni de grossesse, peut-il vraiment aller jusqu’à séquestrer un enfant pendant 2 ans ? Cela aurait été plus longtemps, si ce n’aurait pas été le garagiste.
Nuage

 

France: une mère jugée pour avoir séquestré deux ans son enfant dans le coffre de sa voiture

 

Getty Images/iStockphoto

Un procès hors norme s’est ouvert lundi en France, celui d’une mère qui a caché aux yeux de tous, mari et enfants inclus, l’existence de son bébé qu’elle a dissimulé pendant près de deux ans dans le coffre de sa voiture.

«Pas un bébé mais une chose (…), une chose qui devait être découverte pour vivre», une enfant «à qui elle a commencé à parler à 18 mois, car elle (lui) avait souri».

Le rappel des déclarations de la mère aux enquêteurs, au début du procès, a d’emblée souligné l’étrangeté de ce cas aux confluents troubles du déni de grossesse, de la dissimulation et de la maltraitance.

Révélé fin octobre 2013, le cas de «Séréna» — le prénom donné par la mère — «défie l’imagination», avait souligné le procureur de Brive (sud-ouest) à l’époque.

Rosa Maria da Cruz, la mère âgée de 50 ans, qui comparaît libre, est poursuivie pour violences suivies de mutilation ou infirmité permanente sur mineur de 15 ans par ascendant, privation de soins ou d’aliments compromettant la santé d’un enfant par ascendant, et dissimulation ayant entraîné atteinte à l’état-civil d’un enfant.

Elle qui n’a pas fait de détention, encourt 20 ans de réclusion.

L’affaire est jugée aux assises en raison du caractère «permanent» des séquelles de l’enfant, révélé par les expertises.

Un «déficit fonctionnel à 80%», un «syndrome autistique vraisemblablement irréversible», a souligné une expertise mi-2016. Et un «lien de causalité» avec les traitements subis.

Cet isolement a été révélé fin octobre 2013, lorsqu’un garagiste de Terrasson-Lavilledieu (sud-ouest) intrigué par des couinements, découvrait l’enfant dans une poussette dans le coffre de la Peugeot 307 d’une cliente, qui attendait sur place.

Au début du procès, la lecture de l’état de l’enfant, lors de sa découverte, a glacé le public. Nue, extrêmement sale, déshydratée, désarticulée, semblant chercher de l’air, les yeux se révulsant, entourée d’excréments, mais aussi de larves, d’asticots, de jouets, peluches, le tout dans une odeur «nauséabonde». Il faudra laver quatre fois l’enfant à l’hôpital avant de l’en défaire.

«C’est très dur d’être confrontée à la réalité, au mal que je lui ai fait», a déclaré dans ses premiers mots à la barre Rosa Maria da Cruz, qui s’était départie d’une expression triste et digne pour écraser des larmes, en entendant le rappel des faits.

Séréna, qui aura 7 ans fin novembre, vit à présent en famille d’accueil. Ses trois frères et soeurs, âgés de 9 à 15 ans, ont été rendus au couple après avoir été un temps placés.

Le mari a bénéficié d’un non-lieu. Rien, estime la justice, ne permet d’infirmer ce qu’il a toujours soutenu: il n’a jamais rien su ou vu de la grossesse, puis de l’existence de l’enfant.

Le procès, d’une durée prévue de cinq à sept jours, devrait donner lieu à de nombreux débats d’experts, notamment autour de la question de déni de grossesse et de sa portée.

http://journalmetro.com/

Vieux-Montréal: un cheval de calèche s’effondre et meurt


Il est clair que se promener en calèche dans le vieux Montréal doit être féérique, cependant avec la circulation, le bruit, c’est un gros stress pour un cheval. En plus si le cheval se remet d’une maladie ou qu’il est maltraité n’a pas à subir les rues de la ville. Ce que je ne comprends pas, la mairesse parle d’interdire les calèches en ville en 2020, mais pourquoi pas cette année ou l’an prochain
Nuage

 

Vieux-Montréal: un cheval de calèche s’effondre et meurt

 

Le cheval Zeus appartenait à Luc Desparois, propriétaire... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

 

Le cheval Zeus appartenait à Luc Desparois, propriétaire de Services de calèches et traîneaux Lucky Luc. Cette entreprise, qui a le monopole des calèches à Montréal, a maintes fois été dénoncée par les organismes de défense des animaux.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

ISABELLE HACHEY
La Presse

Un cheval de calèche s’est écroulé dimanche après-midi dans le Vieux-Montréal. L’animal est mort après avoir été secoué de convulsions, un triste incident qui risque de relancer le débat sur l’éthique dans l’industrie des calèches.

Encore sous le choc, la cochère Shanna Lalonde a raconté que le cheval, Zeus, s’était mis à tousser sans pouvoir s’arrêter, rue Saint-Jean, à l’angle de la rue du Saint-Sacrement.

« J’ai débarqué mes clients, je l’ai détaché de la calèche, j’ai essayé de l’aider à passer sa toux. Ça n’a pas passé et il s’est effondré par terre. »

Zeus appartenait à Luc Desparois, propriétaire de Services de calèches et traîneaux Lucky Luc. Cette entreprise, qui a le monopole des calèches à Montréal, a maintes fois été dénoncée par les organismes de défense des animaux, qui jugent la pratique cruelle et les chevaux, maltraités.

En septembre 2017, un autre cheval s’était d’ailleurs effondré dans le Vieux-Montréal. Cocotte était restée près de huit minutes au sol, inerte, avant de se relever. Des images filmées par des passants avaient alors soulevé l’indignation des citoyens. M. Desparois s’était défendu en affirmant que la jument s’était « simplement endormie ».

Celui que l’on surnomme le « King des calèches » semblait catastrophé devant son cheval mort, dimanche après-midi. « Voir si on a besoin de ça », a-t-il maugréé. L’incident risque en effet d’apporter de l’eau au moulin de l’administration de Valérie Plante, qui a annoncé la disparition des calèches à Montréal à partir de 2020.

M. Desparois compte s’adresser aux tribunaux pour faire reculer la Ville dans ce dossier.

« Des chevaux, il y en a qui meurent partout. Nous, à Montréal, on les garde souvent vieux parce qu’on se fait des relations avec eux, on travaille avec eux. Il y a des cochers qui restent sur la job pour le cheval, pas pour la job. C’est des amis, des partenaires de travail », a-t-il fait valoir.

Selon la cochère Shanna Lalonde, Zeus avait « un petit restant de grippe » dimanche matin, mais rien de grave. Le gros cheval alezan avait eu droit à « presque deux semaines de vacances » pour s’en remettre.

« On travaille dans le public avec des animaux, on est habitués de soigner des animaux, a dit M. Desparois. Ça ne serait pas à notre avantage de ne pas en prendre soin. Ce ne sont pas des machines. »

En avril 2016, un rapport du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation a constaté l’insalubrité de l’écurie de M. Desparois. L’entreprise a été condamnée à une amende de 600 $. Selon le rapport, les chevaux étaient forcés de se coucher dans leur crottin.

À la même époque, un cheval avait été blessé après avoir été percuté par un véhicule dans le Vieux-Montréal. L’incident avait poussé l’ancien maire Denis Coderre à imposer un moratoire sur les calèches. Un juge avait ensuite forcé le maire à reculer, décrétant qu’il n’avait pas le droit de suspendre les permis de tous les cochers.

À l’été 2015, d’anciens cochers avaient dénoncé les conditions de vie des chevaux du « King des calèches » au Journal de Montréal. Le quotidien avait alors fait état de journées de 16 heures et d’injection de puissants anti-inflammatoire aux chevaux boiteux pour les forcer à travailler malgré leurs blessures.

https://www.lapresse.ca/

Ce chat a été utilisé comme un ballon de foot avant de finir dans un four à 200 degrés


Un chaton est pris pour un ballon et brûler dans le four à 200 degrés par des jeunes durant une soirée, il a pu sortir de justesse, mais a été sévèrement blessé et brûlé. Heureusement, il va s’en sortir.
Nuage

 

Ce chat a été utilisé comme un ballon de foot avant de finir dans un four à 200 degrés

 

chat maltraité

Dans son malheur, Sprotje a eu beaucoup de chance.

Il y a quelques jours de cela, dans la ville de Courtrai, un chat a été fortement maltraité par des jeunes lors d’une soirée.

Des actes d’une grande cruauté

Agé de dix mois, le chaton prénommé Sprotje a d’abord été utilisé comme un ballon de foot par plusieurs personnes assistant à la soirée. Mais le pire était encore à venir puisqu’ensuite le pauvre matou a été placé dans un four chauffé à 200 degrés. Et cela durant plusieurs longues minutes.

C’est finalement un autre invité qui entendra les grattements désespérés du chat dans le four qui ira lui ouvrir la porte pour le sauver.

Un petit miraculé

Placé pendant deux jours dans une cabine de douche pour soigner ses brûlures avant d’être emmené dans un cabinet vétérinaire, Sprotje était dans un état très grave avec d’importantes brûlures sur tout le corps et des saignements internes.

Par chance, les chances de survie de Sprotje sont aujourd’hui très bonnes mais ses soins coûtent très cher. Une cagnotte a donc été mise en place pour pouvoir lui venir en aide et continuer à le soigner correctement.

Le vétérinaire a évidemment déposé une plainte pour acte de cruauté envers un animal, tout comme le propriétaire de l’animal.

https://wamiz.com/

Un ours tue son petit sous les yeux d’un visiteur


    Une maman ourse à battue à mort son petit, devant un visiteur qui n’a pu rien faire pour le sauver dans un parc animalier. Bien que cela soit rare chez les ours femelles, il arrive qu’un mère n’ait pas l’instinct maternelle.  Sauf, que l’ourson avait déjà été maltraité en janvier, les responsables auraient pu le séparer de la mère à ce moment là.
    Nuage
      Un ours tue son petit sous les yeux d’un visiteur

     

    Juraparc © reuters.

    Un ourson a succombé aux coups de sa mère vendredi dernier dans un parc animalier. Un visiteur a été témoin de cette scène tragique.

    Le petit « Nuage » a été tué par sa propre mère Zoé à Juraparc, un parc animalier suisse situé près de Vallorbe, à quelques kilomètres de la frontière française. Le témoin a raconté le déroulement des faits à 20min.ch.

    Ce qui ressemblait au départ à un jeu n’en était en réalité pas un. Les premiers assauts ont rapidement viré à la « correction » avant que « cela dégénère en un pugilat » pour l’ourson.

    Bien que le petit ait réussi plusieurs fois à se dégager des griffes de sa mère, cette dernière finira par l’achever. Sous le choc mais impuissant, le témoin a bien tenté d’alerter la direction du parc mais il était déjà trop tard.

    Selon le vétérinaire en chef du parc, il existe aussi dans le monde animal des mères « privées d’instinct maternel » mais le cas de cette ourse reste extrêmement rare. En effet, généralement, c’est le mâle qui se montre parfois violent à l’égard de son ourson.

    L’ourson avait déjà été malmené par sa mère en janvier.

    http://www.7sur7.be/

    Il promène son chien en le trainant depuis sa voiture,


    Cela se passe à Puebla au Mexique. Sur la route dans une voie rapide sous la pluie, le passager à côté du conducteur tiens en laisse son chien qui court pour suivre la voiture. On voit bien que le chien a dû mal à suivre. Grâce aux autres automobilistes qui ont réagi et le chauffeur fini par arrêter. Il n’a pas voulu que le chien rentre de sa Toyota alors le maitre et se résoudre de revenir sous la pluie avec le chien.
    Nuage

    Il promène son chien en le trainant depuis sa voiture