Le Saviez-Vous ► Malaise vagal : définition, symptômes, traitement


Un malaise vagal ou choc vagal n’est pas très intéressant à vivre. Les symptômes avant ce malaise sont quand même assez faciles à reconnaître. Il y a des choses à faire si jamais nous en sommes témoin. Généralement, le malaise vagal n’est pas dangereux, mais cela arrive souvent mieux vaut en parler à son médecin.
Nuage

 

Malaise vagal : définition, symptômes, traitement

 

Malaise vagal

Victime d’un malaise, une femme est aidée par des passants qui lui relèvent les jambes pour favoriser la circulation du sang.

©GOGO LOBATO / AFP

Par Lise Loumé

S’il peut inquiéter, le malaise vagal n’est généralement pas grave. Il est surtout très fréquent puisqu’il concerne près de deux tiers des pertes de conscience brève. Mais à quoi est-il dû et quels sont les gestes à adopter ?

Qu’est-ce qu’un malaise vagal ?

Un malaise vagal désigne le fait de perdre connaissance à la suite d’une chute brutale de la tension artérielle. Il se produit lors d’une stimulation excessive du nerf vague, un nerf très long puisqu’il parcourt l’estomac et arrive jusqu’au cerveau, en passant par le cœur (voir schéma ci-dessous).

Le nerf vague est le plus important du système nerveux parasympathique. Ce système, avec son antagoniste appelé système nerveux sympathique (ou orthosympathique), constitue le système nerveux autonome, responsable des fonctions automatiques de l’organisme (sans dépendre d’un ordre particulier du cerveau). Le système nerveux autonome commande toutes les fonctions vitales : la respiration, les battements du cœur mais aussi tous les organes de la digestion.

Le système nerveux parasympathique est chargé de ralentir les fonctions de l’organisme : par exemple, il abaisse le rythme cardiaque et la tension artérielle. A l’inverse, le système nerveux sympathique augmente le rythme cardiaque et la tension artérielle. Ces deux systèmes sont donc essentiels pour que notre cœur ne batte ni trop vite, ni trop lentement, en fonction de l’activité du corps.

Quelles sont les causes du malaise vagal ?

Certains facteurs physiques (douleur violente, chaleur incommodante, effort intense, station debout prolongé) et/ou psychologiques (stress important, émotion forte) vont perturber cet équilibre : la fréquence cardiaque diminue, la tension artérielle chute. Le transport du sang et de l’oxygène au cerveau et aux autres organes vitaux s’en trouvent perturbés, entrainant potentiellement des nausées, des vertiges, des sueurs, une pâleur, une perte de tonus et, dans certains cas, l’évanouissement (très souvent bref). En cas de perte de connaissance plus longue, on ne parle plus de malaise vagal mais de « syncope ».

Comment réagir ?

Une personne qui fait un malaise vagal voit son visage devenir rapidement pâle (il n’est plus assez irrigué) et sa vue se trouble (voile noir devant les yeux). En cas de malaise vagal, il est important – en plus d’appeler les secours – d’inciter la personne à s’allonger et à surélever les jambes pendant au moins dix minutes, afin de faire remonter le sang et d’éviter la perte de connaissance. Si vous assistez à un malaise avec perte de connaissance, appelez immédiatement les secours. Même s’il est impressionnant, le malaise vagal n’est pas dangereux pour la santé. En revanche, si les malaises deviennent fréquents (plus d’une fois par mois), mieux vaut consulter un médecin.

https://www.sciencesetavenir.fr

Le Saviez-Vous ► 5 choses que vous ne saviez pas sur le pipi


L’urine peut être une mine d’information sur notre santé et notre alimentation. Il y a aussi certains troubles qui peuvent être vraiment handicapants s’ils ne sont pas pris en charge
Nuage

 

5 choses que vous ne saviez pas sur le pipi

 

La couleur peut virer au bleu, elle n’a pas de vertus antibactériennes, elle peut provoquer des malaises… découvrez des détails surprenants à propos de l’urine.

Le corps produit entre deux litres et deux litres et demi d’urine par jour à partir de ce que nous buvons, mais également de notre alimentation, en particulier des fruits et des légumes. En passant par les reins, une sorte de filtre naturel de l’organisme, le pipi nous aide à nous débarrasser de toutes les toxines et des déchets qui se trouvent dans notre sang. C’est pourquoi il peut en dire long sur notre état de santé… et sur beaucoup d’autres détails surprenants.

Inutile sur les méduses

Un ami s’est fait piquer par une méduse et, en bon samaritain, vous proposez de lui uriner dessus ? Ca ne sert à rien, à part faire rire votre entourage lorsque vous racontez cette histoire. En effet, le pipi n’a aucune vertu antibactérienne ni guérisseuse. Le fait qu’il apaise une piqûre de méduse n’est qu’un mythe, explique le site Reader’s digest.

Une phobie bien réelle

Ne vous moquez pas des personnes qui n’osent pas uriner en public, car elles souffrent peut-être de parurésie, un trouble d’anxiété sociale également appelée « syndrome de la vessie timide« . Ceux qui en sont atteints ne peuvent pas utiliser les toilettes en proximité d’autres personnes, ce qui peut devenir vite handicapant pour les sorties. Heureusement, des techniques de thérapie cognitivo-comportementale aident à en venir à bout.

Une cause d’évanouissement

Certaines personnes peuvent souffrir du syncope de la miction, un trouble qui provoque un malaise vagal pendant ou immédiatement après avoir uriné. Les médecins n’en connaissent toujours pas la raison exacte, mais ont observé une baisse de la pression artérielle, probablement liée à l’ouverture de des vaisseaux sanguins qui se produit lorsqu’on vide la vessie, précisent les experts interrogés par le site Reader’s digest.

Trop ou trop peu

Vous faites pipi toutes les heures alors que vous ne buvez pas plus que d’habitude ? Vous n’arrivez pas à uriner ? Ces deux problèmes peuvent être liés à des troubles de santé comme le diabète, la vessie hyperactive, une infection, des problèmes de prostate ou la rétention urinaire aiguë, qui nécessite une assistance médicale urgente.

Des couleurs et des odeurs

L’aspect de l’urine peut donner des informations importantes sur sa santé. Une odeur plus forte que d’habitude est peut-être liée à une mycose vaginale ou à une déshydratation. Certains aliments comme les asperges ou les épices peuvent d’ailleurs la modifier, mais c’est sans danger. Et si la couleur normale varie du jaune pâle au jaune ambré, les pigments des aliments et des médicaments peuvent également donner à l’urine des teintes inhabituelles, allant du violet à l’orange, en passant par le bleu et le vert.

http://www.santemagazine.fr/

Vertiges, malaise vagal, vision trouble : quand s’inquiéter ?


Voici trois maux qui peuvent être bénins ou graves. En cas de doute, comme toujours, ce n’est que le médecin ou spécialiste qui peuvent apposer un diagnostic
Nuage

 

Vertiges, malaise vagal, vision trouble : quand s’inquiéter ?

 

Les vertiges : sont-ils alarmants ?

 

Les vertiges : sont-ils alarmants ?

    Les pieds qui s’enfoncent dans le sol, l’environnement qui tourne autour de soi, le tournis, la sensation de s’écrouler, la vue qui se brouille, les vomissements, les nausées : il s’agit d’un vertige, provenant d’un trouble de l’équilibre.

    Qui gère notre équilibre ?

    C’est le cerveau, via le cervelet, qui gère notre équilibre, adapte notre position et ordonne nos mouvements. Pour cela, il va s’aider de l’ensemble des informations que lui envoient :

  • L’oreille interne : il s’agit véritablement du siège de l’équilibre. Dans le système vestibulaire, les cristaux qui passent par les canaux semi-circulaires, sous forme liquide, stimulent les nerfs vestibulaires pour envoyer les informations de positions directement au cerveau, qui adapte alors les mouvements du corps à l’espace.

  • La vue : les globes oculaires transmettent les images très claires de l’ensemble de l’environnement spatial.

  • Les muscles : les muscles et les récepteurs situés au niveau de la plante des pieds indiquent la position et les mouvements de corps sans faire appel à la vue.

    Quelles sont les causes du vertige ?

    Dans la plupart des cas, les vertiges sont liés à un dysfonctionnement des signaux d’informations et sont bénins. Ainsi, ils peuvent résulter d’un problème locomoteur, de vue ou de l’oreille interne.

  • Le système vestibulaire est placé à proximité de l’appareil auditif. Un problème d’audition, une otite ou un bouchon dans l’oreille peuvent venir perturber le système vestibulaire et entraîner des vertiges.

  • Dans d’autres cas, les vertiges sont dits « de position » : les cristaux du système vestibulaire censés informer le cerveau de notre placement et de nos mouvements, se déplacent vers l’appareil auditif, le cerveau gère alors de mauvaises informations concernant notre disposition dans l’espace, ce qui créé un déséquilibre et des vertiges.

  • La névrite vestibulaire se caractérise par une inflammation des nerfs vestibulaires. Elle fait généralement suite à une maladie virale. Elle provoque des vomissements ou des nausées liées à de gros vertiges. La névrite vestibulaire est passagère, elle ne dure pas plus de 15 jours.

  • Certaines personnes sont atteintes de la maladie de Ménière. Cette maladie touche plus les femmes que les hommes et apparaît entre 40 et 60 ans. Elle se manifeste par des périodes d’importants vertiges accompagnés d’acouphènes. Certains symptômes précèdent ces crises de vertiges comme la perte de l’audition, des maux de tête ou l’impression d’avoir l’oreille bouchée. Pour traiter et prévenir cette maladie qui peut être handicapante, il vaut mieux s’orienter vers un ORL spécialiste des vertiges.

    Vertiges : faut-il s’inquiéter ?

    En général, les vertiges ne sont pas les conséquences d’un état de santé critique mais ils sont à surveiller et à diagnostiquer car les causes peuvent être, dans certains cas, graves :

    Il peut s’agir d’un AVC (accident vasculaire cérébral), d’une tumeur cérébrale, d’un cas d’épilepsie ou d’une sclérose en plaque.

    Chez les personnes âgées, le système vestibulaire et les muscles vieillissent. La vue baisse ou se dégrade par exemple lorsque la tension artérielle est élevée. Le vertige doit être surveillé de près, pouvant être la conséquence des effets secondaires d’un traitement médical mais également de troubles cardio-vasculaires ou de la circulation sanguine, comme l’hypertension artérielle. Les vertiges entraînent des chutes qui ne sont pas sans danger, causant parfois de grosses fractures ou d’importants traumatismes.

    Le diagnostic d’un vertige n’est pas une chose aisée, il y a tellement de symptômes qu’il faut passer par différentes tests cliniques pour éliminer chaque hypothèse émise par le professionnel de santé. Pouvant s’agir de causes plus graves, un vertige doit faire l’objet d’une consultation médicale, surtout s’il se répète.

    Malaise vagal : un symptôme inquiétant ?

    Malaise vagal :  un symptôme inquiétant ?

    A quoi est du le malaise vagal ?

    Le malaise vagal se traduit par la perte de connaissance durant quelques secondes.

    Il est du à la baisse soudaine de la tension artérielle. Le terme « vagal » vient du nerf vague qui traverse l’organisme du cerveau jusqu’à l’estomac, il est chargé de ralentir l’activité cardiaque lorsque celle-ci s’accélère. Au ralenti, le cœur amène moins de sang aux artères, le cerveau est alors moins oxygéné, ce qui entraîne une perte de connaissance.

    Malaise vagal, que doit-on faire ?

    Nausées, vertiges, visage pâle, vision trouble, suées, assèchement de la bouche, bouffées de chaleurs, bourdonnement auditif, affaiblissement général… Lorsqu’une personne est victime d’un malaise vagal, il est important de surélever ses jambes afin d’oxygéner le cerveau pour rétablir l’équilibre du système cardiaque.

    Si la personne s’évanouit, il faut la placer en position latérale de sécurité (PLS). Ce geste de premiers secours sert à libérer les voies aériennes de l’organisme.

    Si la personne n’a pas repris rapidement ses esprits, il faut alerter immédiatement les secours.

    Lorsque vous sentez que vous êtes entrain de faire ce genre de malaise, essayez de vous allonger ou de vous accroupir, si vous êtes assis, il est préférable de le rester et de ne pas se lever.

    Malaise vagal, doit-on s’inquiéter ?

    Dans la plupart des cas le malaise vagal est sans gravité, cependant la chute qu’il provoque n’est pas sans danger.

    Les causes sont diverses, liées à une hypersensibilité du nerf vagal ou à d’autres facteurs externes :

  • période de stress intense

  • surmenage

  • sensibilité, anxiété

  • choc émotionnel

  • fortes chaleurs

  • sensation de cloisonnement

  • phobies (sang, foule, etc)

  • après une anesthésie locale 

    Dans d’autres cas, les causes du malaise vagal ne sont pas sans gravité. Il peut survenir des troubles neurobiologiques ou cardio-vasculaires.

    Quoiqu’il en soit, une personne sujette à un ou plusieurs malaises vagaux doit consulter un professionnel de santé. Un diagnostic et une évaluation du cas clinique permettront de préciser la cause du malaise. Le professionnel de santé s’intéressera particulièrement aux antécédents du patient, à son hygiène de vie et à son contexte social (situation familiale et professionnelle, etc).

    Comment prévenir le malaise vagal ?

    Pour prévenir le malaise vagal, il vaut mieux avoir une alimentation saine et équilibrée, dormir en quantité suffisante et pratiquer une activité physique régulièrement.

    Si vous êtes fatigué, stressé, anxieux ou angoissé, il est important de penser à se reposer en s’octroyant par exemple des week-ends thérapeutiques en campagne ou dans des instituts de bien-être. La réflexologie et la méditation sont des moyens utiles pour évacuer les mauvaises tensions et profiter des bénéfices de l’énergie positive.

    Une vision trouble doit-elle nous inrterpeller ?

    Une vision trouble doit-elle nous inrterpeller ?

    L’œil est composé de différentes parties : la cornée, l’iris, la pupille, la rétine , le cristallin, le corps vitrée et le nerf optique qui ont toutes une fonction bien spécifique visant à protéger l’œil, traiter l’image et à informer le cerveau.

    Bien plus qu’un sens, les yeux donnent à voir le monde qui nous entoure et nous permettent de le comprendre. Quand la vision se trouble, ce peut être le signe d’un problème oculaire bénin ou d’une pathologie plus grave. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le nombre de personnes atteintes d’incapacité visuelle est estimé à 180 millions.

    Vision trouble : quels symptômes pour quels problèmes oculaires ou quelles pathologies ? Doit-on s’inquiéter ?

  • Vous avez tendance à voir flou, vous avez du mal à saisir une image ou à lire de près ou de loin. Ce flou peut être contextuel, lié à la fin de journée, à la fatigue ou à certaines habitudes (écran d’ordinateur ou de télévision). Mais, ce peut être du à une presbytie (= difficulté à voir de près) ou à une myopie (= difficulté à voir de loin), qui nécessitent un suivi auprès d’un ophtalmologiste pour prévenir de leurs conséquences.

    Il faut savoir qu’après 45 ans, la plupart des personnes sont atteintes de presbytie.

  • Une vision trouble associée parfois à d’autres symptômes tels que les nausées, vomissements, douleur oculaire, peut être liée à un glaucome qui nécessite un suivi ophtalmologique car ce dernier s’attaque directement à la vue.

  • Une vision embrouillée, trouble, sensible à la lumière avec la présence d’un voile sur les yeux,  voici quelques symptômes qui définissent la cataracte. La cataracte touche en majorité les personnes âgées à partir de 65 ans en baissant considérablement la qualité de leur vue. Si vous observez certains signes, il est important d’aller consulter rapidement votre spécialiste.

    Au Canada, la cataracte est en 3ème position sur le classement des causes de cécité !

  • L’hypertension artérielle, le diabète, les troubles cardio-vasculaires ou neurobiologiques peuvent être les causes d’une vision trouble. Renseignez-vous auprès d’un professionnel de santé. 

  • Certaines pathologies ou troubles oculaires peuvent entraîner le décollement de la rétine dont la conséquence est la cécité, d’où l’importance du dépistage.

La vue est un sens précieux qu’il faut savoir préserver et protéger. Si vous observez des signes tels qu’une vision trouble, une baisse de vos capacités visuelles, des douleurs oculaires ou autres, il est très important de se rendre chez votre spécialiste afin de diagnostiquer le problème oculaire ou la pathologie.

Il est préconisé d’effectuer un bilan annuel de la vue et de changer ses verres en moyenne tous les deux ans. Pour certains cas, selon la prescription médicale, le problème oculaire ou la pathologie, la moyenne peut être inférieure.

http://www.passeportsante.net/

Malaise vagal: quels sont les symptômes?


Ca peut arriver a tout le monde d’avoir un malaise vagal. Savoir reconnaitre les premiers signes, cela peut aider, mais si cela arrive souvent ou qu’il y a évanouissement, mieux vaut voir le médecin
Nuage

 

Malaise vagal: quels sont les symptômes?

Fréquent, le malaise vagal peut toucher n’importe qui et se manifester à tout moment.

Mais de quoi s’agit-il exactement? Quels sont ses symptômes? Est-ce grave? Faut-il consulter? Réponses et conseils de Medisite avec le Dr Michel Guilbert, médecin généraliste.

Un voile devant les yeux

‘En cas de malaise vagal, on peut avoir un voile devant les yeux’, indique le Dr Michel Guilbert, médecin généraliste.

Pourquoi? Parce que ce type de malaise est associé à une hyperstimulation du nerf vague (nerf allant du cerveau à l’abdomen en passant notamment par le cœur). Cela ralentit le cœur qui a moins de force pour envoyer le sang vers les organes.

Résultat: ces derniers sont moins oxygénés. Au niveau de la vue, cela se manifeste par un voile, une vision trouble.

Que faire? En cas de malaise vagal, s’allonger et surélever les jambes pendant au moins dix minutes pour faire remonter le sang et éviter la perte de connaissance. Si vous êtes seul, appeler les secours.

A noter: les troubles visuels ne se manifestent pas seuls. Il s’associe à une faiblesse général de l’organisme. Parlez-en à votre médecin.

Nausées, c’est fréquent!

nausée malaise vagal

Le malaise vagal est souvent associé à des nausées. Le nerf vagal est aussi appelé ‘pneumogastrique’ car il joue sur la motricité de l’appareil digestif. Dans notre corps, il traverse l’estomac, les intestins, l’abdomen. Sa stimulation excessive peut ainsi se répercuter sur la sphère digestive. On ressent une nausée juste avant ou juste après le malaise, voire on vomit (mais ce n’est pas obligatoire).

Que faire? Les nausées ne se manifestent pas seules mais sont associées à d’autres symptômes comme pâleur, sueur, bouffées de chaleur… Si vous observez ces signes, asseyez-vous, voire allongez-vous si vous le pouvez et relevez les jambes pendant au moins dix minutes.

Une impression de mourir

faiblesse organisme mourir malaise vagal

Comme son nom l’indique, un malaise vagal est avant tout un malaise. Il se manifeste donc par un affaiblissement général de l’organisme résultant d’un défaut d’oxygène.

 ‘On observe une faiblesse musculaire, on a une impression très désagréable, parfois même l’impression que l’on va mourir’, explique le Dr Michel Guilbert, médecin généraliste. Mais pas de panique, ‘le malaise vagal n’est généralement pas grave’, rassure le spécialiste.

Que faire? S’asseoir ou s’allonger le plus rapidement possible et surélever les jambes au moins dix minutes pour faciliter le retour du sang à la tête.

En cas de doute, parlez-en à votre médecin.

Pâleur, sueur: les premiers signes d’alerte

paleur sueur malaise vagal

Pâleur extrême et sueurs font partie des premiers symptômes du malaise vagal. C’est un réflexe physiologique. Quand le nerf vagal est stimulé anormalement, les vaisseaux de la peau se contractent et moins de sang arrive dans le visage. La personne devient toute pâle et présente des sueurs.

Que faire? Ces symptômes s’ensuivent généralement de nausées, de vertiges. Le mieux est de s’asseoir, voire de s’allonger et de surélever les jambes pour éviter la perte de connaissance.

Une chute de tension

chute de tension malaise vagal

‘Le malaise vagal s’exprime par une chute de tension’, explique un médecin de SOS Médecins.

Explication: dans notre système nerveux, nous avons un système dit ‘sympathique’ qui augmente la pression artérielle et les battements du cœur, et un système dit ‘parasympathique’ ou ‘vagal’ qui a l’effet inverse. Pour différentes causes (un fort stress par exemple), il peut y avoir une stimulation excessive de ce dernier, entraînant alors un ralentissement du rythme cardiaque, une diminution du sang dans les artères… et du coup une baisse de tension!

Que faire? Dès les premières sensations de malaise, s’allonger et surélever les jambes au moins dix minutes pour faire remonter le sang et éviter la perte de connaissance. Si vous êtes seul, appeler les secours.

A noter: la chute de tension est associée à d’autres signes comme une faiblesse de l’organisme. Parlez-en à votre médecin.

La perte de connaissance est-elle systématique?

perte de connaissance malaise vagal

Un malaise vagal n’entraîne pas systématiquement un évanouissement. Quand cela arrive, on assiste une perte de ‘tonus postural’ (chute de la tension musculaire qui permet de tenir la posture). La perte de connaissance est le signe que le cerveau a été insuffisamment irrigué (en sang) pendant un temps très bref et que les cellules n’ont plus reçu assez d’oxygène. Cela ne dure que quelques secondes à quelques minutes, seulement.

Que faire? Dès l’apparition des premières sensations d’évanouissement, s’allonger et surélever les jambes, pendant au moins dix minutes. Aérer le lieu. Dans 30 à 40% des cas, il y aurait un risque de traumatisme par chute suite à la perte de connaissance. Si vous assistez à un malaise avec perte de connaissance, appelez immédiatement les secours.

A savoir: en cas d’évanouissement, il faut toujours être examiné par un médecin.

Malaise vagal: faut-il consulter?

consulter médecin malaise vagal

Un malaise vagal peut être très impressionnant… surtout pour les gens qui y assistent. Faut-il consulter?

‘Oui, si les malaises se répètent souvent, une fois par mois par exemple ou qu’on en fait cinq à six dans l’année’, répond le Dr Michel Guilbert, médecin généraliste.

En cas de doute, comme toujours, parlez-en à votre médecin.

Malaise vagal: est-ce grave?

malaise vagal grave

Faire un malaise n’est pas normal donc ça inquiète! Néanmoins, sachez que ‘le malaise vagal simple n’est pas grave du tout’, rassure le Dr Michel Guilbert, médecin généraliste.

C’est un type de malaise fréquent qui peut toucher tout le monde (homme, femme). Inutile donc de s’inquiéter s’il se manifeste une fois parce que vous étiez dans un endroit confiné et qu’il faisait chaud ou parce que vous venez d’avoir une émotion forte ou de subir une grosse anxiété!

En dehors de ces cas là, le malaise vagal peut être plus sérieux et cacher une maladie cardiaque (un infarctus du myocarde par exemple).

Malaise vagal: comment l’éviter?

éviter le malaise vagal

Pour prévenir le malaise vagal, il faut connaître ses causes.

En pratique:

– Ne pas rester en station debout et immobile trop longtemps.

– Eviter les endroits chauds et confinés.

– Ne pas stopper brutalement un effort.

– Bien s’hydrater au cours d’un effort.

– Eviter les repas trop riches.

– Ne pas être en hypoglycémie.

– Eviter les émotions fortes.

– Ne pas stresser.

– Dormir suffisamment.

– Surveiller sa tension.

– Ne pas être confronter à un risque de douleur violente (coup de poing dans le ventre par exemple).

A noter: les femmes enceintes, celles ayant des règles douloureuses, les personnes souffrant d’hypertension et les sujets jeunes sont plus à risque de faire un malaise vagal.

Au moindre doute, parlez-en à votre médecin.

Aurélie Blaize, journaliste santé- Validé par Dr Michel Guilbert, médecin généraliste

J’ai mal, j’ai quoi ? Dr Jean-Louis Peytavin, Prat Editions, 2005

Guide pratique des premiers secours, Croix-Rouge Française, Selection Reader’s Digest, 2008

http://sante.planet.fr