Le Saviez-Vous ► Les 9 choses que la sueur dévoile sur vous et votre santé


La sueur peut signifier beaucoup de choses qu’à part avoir chaud. Il semble même, que la transpiration aurait une odeur particulière dans certaines situations, comme la peur, la maladie, les ondes positives ….
Nuage

 

Les 9 choses que la sueur dévoile sur vous et votre santé

 

Votre transpiration peut notamment démontrer que vous avez peur, que votre alimentation n’est pas équilibrée ou que vous vous sentez déprimé. Découvrez les 9 choses étonnantes que votre sueur peut révéler sur vous et votre santé.

PAR JULIANA LABIANCA

Vous manquez de sodium

La sueur peut en dire long sur votre forme physique et sur votre humeur. En outre, une transpiration salée peut signaler une carence en sodium de l’organisme. Votre sueur vous pique les yeux? Elle a un effet abrasif sur une écorchure? Votre sueur vous laisse-t-elle une sensation de brûlure sur la peau ou des marques blanches sur le visage ou les vêtements? Si vous répondez oui à l’une de ces questions, vous devriez augmenter la teneur en sodium de votre alimentation. Au besoin, salez légèrement vos aliments – œufs, légumes, viandes – et buvez des boissons énergisantes plutôt que de l’eau plate quand vous vous entraînez.

Vous devriez peut-être laisser tomber le café

Trop de java peut être responsable d’une transpiration abondante lorsque vous allez au travail le matin.

« Le café stimule la transpiration de deux façons », explique la Dre Liz Lyster du groupe médical Holtorf (Foster City, Californie) dans le Huffington Post. « La caféine stimule le système nerveux central et active les glandes sudoripares, de sorte que plus vous en prenez, plus vous transpirez. De plus, la chaleur qui se dégage du liquide peut vous réchauffer au point de vous faire transpirer. »

Si vous n’arrivez pas à vous libérer de votre dépendance au café, passez au décaféiné ou au café glacé

Vous appliquez votre antisudorifique au mauvais moment

« Un antisudorifique est plus efficace sur une peau bien sèche », explique le Dr David Pariser, fondateur et secrétaire de la société internationale d’hyperhidrose (International Hyperhidrosis Society). « Si vous l’utilisez le matin juste avant de partir ou tout de suite après la douche, vous aurez déjà commencé à transpirer ou vos aisselles pourraient être encore humides. Si la surface de la peau n’est pas sèche, la réaction chimique de l’aluminium que contient l’antisudorifique se produira en surface plutôt que dans les pores. Cela peut empêcher les glandes sudoripares de se boucher. »

Même si vous prenez votre douche le matin, appliquez de l’antisudorifique la veille avant de vous coucher. Sur une peau bien sèche, l’effet du produit peut durer quelques jours. Après la douche, appliquez un déodorant légèrement parfumé et le tour sera joué. Avez-vous déjà essayé ces façons inhabituelles de porter un déodorant ?

La sueur de la peur

Une analyse menée par l’armée américaine parle de l’odeur de la peur au sens littéral. Pour cette étude, les chercheurs ont prélevé des échantillons de transpiration sur 20 parachutistes novices avant et pendant leur premier saut en tandem, ainsi que pendant un exercice sur tapis roulant pendant la même durée de temps. On a fait humer chacun des deux échantillons à des volontaires dont on observait le cerveau au scanneur. Les régions du cerveau associées à la peur étaient plus actives quand ils ont senti les échantillons pris dans l’avion qu’avec ceux du tapis roulant. Ces résultats se basent sur l’évolution des espèces : chez nos ancêtres, les phéromones associées à la peur pouvaient avertir les autres de l’imminence d’un danger

Vous combattez la maladie

Vous trouvez que votre voisine de cubicule ne sent pas la rose cette semaine ? Elle peut être malade. Une étude publiée dans Psychological Science a démontré que les personnes en bonne santé peuvent détecter le processus accéléré du système immunitaire chez celles qui combattent une infection. Selon l’étude, l’odeur joue un rôle important comme moyen d’alerte aux maladies contagieuses.

Votre entraînement va bien

Si vous constatez que vous transpirez plus tôt que d’habitude durant l’entraînement, cela ne veut pas dire que vous perdez de l’endurance. Au contraire. Dans une étude parue en 2010, les chercheurs ont noté que les personnes les plus en forme transpiraient plus abondamment et plus rapidement que les autres.

« Une grande forme physique vous permet de vous entraîner avec plus d’intensité ce qui génère plus de chaleur, et donc plus de transpiration », explique le Dr Craig Crandall, professeur en médecine interne au Centre médical de l’Université Texas Southwestern.

.

Vous êtes déprimée

Chez les gens en bonne santé, les changements environnementaux qui causent de la peur, du stress, de la joie intense ou de la nervosité influent à la fois sur le volume de leur transpiration et sur l’odeur de celle-ci. Cependant, chez les personnes déprimées, la réaction aux stimuli serait moins soutenue. Une étude germano-suédoise a repéré cette réaction modérée chez 97 % de sujets déprimés qui se sont par la suite suicidés.

« C’est probablement le signe que certaines des cellules nerveuses de leur hippocampe avaient été altérées par la dépression et le stress négatif », écrit dans un communiqué de presse Lars-Hakan Thorelle, un des auteurs de l’étude. « Une personne déprimée fait preuve d’inaptitude biologique à réagir à son environnement, alors qu’une personne en bonne santé y est toujours prête. »

Vous émettez des ondes positives

Si vous souriez quand vous transpirez, les gens autour de vous vont se mettre à sourire aussi. C’est du moins ce qu’une étude néerlandaise suggère. Pour le prouver, les chercheurs ont fait sentir à 36 femmes des échantillons de sueur provenant de 12 hommes qui avaient regardé des vidéos épeurantes ou réconfortantes. La sueur devant l’horreur a provoqué chez les femmes une réaction qui mimait la peur, alors que celle de la bonne humeur donnait un sourire.

Vous êtes enceinte

Les futures mamans se plaignent de beaucoup transpirer pendant la grossesse. C’est la conséquence d’une augmentation de l’activité hormonale, du flux sanguin et du métabolisme, explique la Dre Mary L. Rosser. Les sueurs nocturnes se produisent pendant les trois premiers mois de la grossesse. Les bouffées de chaleur de la ménopause proviennent d’un même déséquilibre hormonal.

http://selection.readersdigest.ca/

Publicités

Les six dégoûts essentiels aux humains


Le dégout que ce soit une mauvaise hygiène, de certains animaux, de lésion, d’insecte sert à diminuer les risques de maladies. Probablement une intuition en rapport à leur environnement et l’évolution des maladies
Nuage

 

Les six dégoûts essentiels aux humains

 

Deux pommes pourries.

Le dégoût est une réponse innée pour éviter, ou du moins diminuer, les risques d’infection et de transmission de maladies. Photo : iStock

Le dégoût est reconnu depuis longtemps comme une émotion dont l’évolution au cours des siècles a permis à nos ancêtres d’éviter les infections de toutes sortes. Des chercheurs britanniques montrent aujourd’hui qu’il se structure autour de six thèmes différents liés à l’évitement d’animaux ou de personnes, et à des habitudes.

Un texte d’Alain Labelle

C’est la première fois que des chercheurs utilisent la perspective de la maladie pour analyser la nature du dégoût, ce qui leur a permis d’établir six catégories qui le déclenchent :

  • De la nourriture pourrie;
  • Une mauvaise hygiène;
  • Des animaux et des insectes;
  • La sexualité;
  • Les difformités physiques;
  • Les lésions et blessures.

Le dégoût est ainsi une réponse du corps pour éviter, ou du moins diminuer, les risques d’infection et de transmission de maladies.

Les chercheurs de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres (LSHTM) affirment que l’établissement de ces catégories peut aider à mieux cibler les messages de santé publique, par exemple pour encourager le lavage des mains ou contrer la stigmatisation associée à certaines maladies.

Des rats fouillent dans des sacs de poubelle.

Les animaux et insectes inspirent le dégoût. Photo : iStock/Chanawat Phadwichit

Ce type de comportement d’évitement de la maladie est très répandu chez les animaux, ce qui nous porte à croire qu’il est très ancien du point de vue de l’évolution. Le professeur Val Curtis, LSHTM

Le professeur Val Curtis et son équipe ont interrogé plus de 2500 personnes sur Internet, énumérant 75 scénarios potentiellement dégoûtants auxquels elles pourraient devoir faire face, comme des personnes présentant des signes évidents d’infection, des lésions cutanées purulentes, ou encore des objets grouillant d’insectes.

Les participants devaient évaluer la force de leur réaction de dégoût pour chaque scénario sur une échelle allant de « pas de dégoût » à « dégoût extrême ».

Parmi tous les scénarios présentés, les plaies purulentes ont été jugées les plus dégoûtantes. Le manquement aux normes d’hygiène de base, comme le fait d’avoir une mauvaise odeur corporelle, a également été jugé particulièrement dégoûtant.

Une plaie ouverte avec du pus.

Les infections purulentes inspirent aussi le dégoût. Photo : iStock

Le dégoût d’hier à aujourd’hui

C’est en analysant les réponses des participants que les chercheurs ont été en mesure de déterminer les six catégories communes de dégoût. Elles se rapportent toutes à divers types de menaces de maladies infectieuses rencontrées chez nos ancêtres.

Par exemple, le fait de manger de la nourriture pourrie menait à des maladies comme le choléra. Un contact intime avec des personnes malpropres risquait de transmettre la lèpre, des pratiques sexuelles exposaient un individu à la syphilis et le contact avec des plaies ouvertes pouvait conduire à la peste ou à l’infection par la variole.

Éviter les parasites

Ces résultats confirment la « théorie de l’évitement parasitaire », selon laquelle la notion du dégoût a évolué chez les animaux, ce qui les encourage à adopter des comportements visant à réduire le risque d’infection.

Un comportement qui est reproduit par l’humain, le dégoût incitant celui-ci à agir de manière particulière, ce qui minimise chez lui le risque d’être exposé aux maladies.

Une meilleure compréhension du dégoût nous permet de mieux comprendre les mécanismes du comportement d’évitement des maladies et nous aidera à mettre au point de nouvelles méthodes pour garder notre environnement, les animaux et nous-mêmes en bonne santé. Le professeur Val Curtis, LSHTM

Différences entre hommes et femmes

Ces travaux montrent qu’il existe des différences entre les sexes dans leurs réactions aux différents scénarios dégoûtants qui leur ont été présentés. Par exemple, les femmes évaluent les scénarios plus intensément que les hommes.

Une réalité qui concorde avec le fait que les hommes sont connus pour se livrer à des comportements plus risqués que les femmes.

Les catégories les plus dégoûtantes pour les participantes étaient liées aux comportements sexuels à risque et aux animaux porteurs de maladies.

Avant cette étude, l’équipe avait prédit que les types de dégoût correspondraient directement aux catégories de menaces potentielles de maladies.

Cependant, ce travail a permis de constater que les types de dégoût étaient plus étroitement liés aux mesures que les gens doivent prendre pour éviter les maladies, par exemple en ne touchant pas les lésions cutanées ou en ne s’approchant pas des personnes ayant une mauvaise odeur corporelle.

Il est certain, d’après ces résultats, que les gens ont un sens intuitif de ce qu’ils doivent éviter dans leur environnement, et notre coévolution avec les maladies n’y serait pas étrangère.

Micheal de Barra, Université Brunel de Londres

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Biological Sciences.

https://ici.radio-canada.ca/

Le nombre de maladies transmises par les insectes a triplé aux Etats-Unis


Les maladies transmissibles par des insectes piqueurs aux États-Unis augmentent encore, et comme ce sont nos voisins, le Canada aussi voit des victimes de ces insectes. La cause serait la hausse de température, mais on refuse de parler que ce soit causé par les changements climatiques, pourtant les hausses de températures ne sont t’ils pas une des conséquences ? Il y a aussi des insectes qui ont voyagé a bord des bateaux, avions etc, qui sont aussi une conséquence de cette augmentation des maladies.
Nuage

 

Le nombre de maladies transmises par les insectes a triplé aux Etats-Unis

Image informatique d'un moustique transmettant une maladie

Image informatique d’un moustique transmettant une maladie

©FERNANDO DA CUNHA / BSIP / AFP

Par Sciences et Avenir avec AFP

Les cas de maladies transmises par les moustiques, tiques et autres insectes piqueurs ont triplé aux Etats-Unis entre 2004 et 2016, des experts faisant le lien avec la hausse mondiale des températures et une société de plus en plus interconnectée.

Plus de 642.000 cas de maladies transmises par des insectes piqueurs ont été signalés entre 2004 et 2016. Et entre ils ont triplé entre le début et la fin de la période examinée dans le rapport Vital Signs rédigé par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Maladie de Lyme, fièvre pourprée des montagnes Rocheuses (FPMR), virus du Nil occidental ou Zika représentaient plus de 27.000 cas en 2004 mais dépassaient les 96.000 en 2016, selon ce rapport qui souligne que de nombreux cas n’étant pas signalés, ces chiffres sont probablement « considérablement » inférieurs à la réalité. 

Ces maladies posent « un risque croissant » et le « pays doit être mieux préparé pour faire face à cette menace de santé publique », a-t-il mis en garde.

« Zika, Nil occidental, Lyme et chikungunya –une liste croissante de maladies causées par la piqûre d’un moustique, d’une tique ou d’une puce infectés– ont représenté un défi pour les Etats-Unis ces dernières années, rendant malades de nombreuses personnes », a relevé Robert Redfield, directeur des CDC. 

La maladie la plus fréquemment véhiculée actuellement aux Etats-Unis par les tiques est la maladie de Lyme, qui peut provoquer de nombreux troubles invalidants et douloureux mais dont le diagnostic est difficile.

Les virus les plus transmis par les moustiques sont celui du Nil occidental, de la dengue et du Zika tandis que la maladie la plus communément inoculée par les puces est la peste. Lyle Petersen, directeur du département des maladies transmises par un vecteur au sein des CDC, a souligné que la hausse continue de la température de la planète pouvait favoriser la propagation de ces maladies tout en refusant de dire que le changement climatique en était responsable. 

« Nombre de ces maladies sont sensibles à la hausse des températures », a-t-il simplement précisé lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Des températures plus élevées vont avoir tendance à augmenter le périmètre de ces tiques vers le nord ainsi qu’à prolonger la saison » où elles sont actives, a-t-il poursuivi.

 Selon les CDC, d’autres facteurs entrent en jeu dans la propagation des maladies transportées par les moustiques, comme les voyages internationaux.

« Neuf nouveaux microbes –dont sept transportés par des tiques– ont été introduits ou découverts aux Etats-Unis depuis 2004 », a précisé M. Redfield.

https://www.sciencesetavenir.fr

Autour de la Méditerranée, les agrumes risquent de disparaître


C’est le tour des citrus qui ont de sérieux problème avec la maladie du dragon jaune propager par un insecte appelé psylle. Il a causé de grande perte en Floride, en Californie et au Brésil. La Réunion est arrivée à l’arrêter en arrachant tout les arbres et replantant à une altitude plus haute que l’insecte n’aime pas du tout.. Sauf qu’il serait difficile de faire la même chose ailleurs et cela risque de s’étendre tout autour de la Méditerranée
Nuage

 

Autour de la Méditerranée, les agrumes risquent de disparaître

 

Sur cette photo, des agrumes atteints de la maladie... (Helene Valenzuela, archives AFP)

Sur cette photo, des agrumes atteints de la maladie du Dragon Jaune.

HELENE VALENZUELA, ARCHIVES AFP

 

ISABEL MALSANG
Agence France-Presse
Paris

La planète pourrait-elle se retrouver un jour sans oranges ni citrons, des fruits aussi bénéfiques à la santé qu’ils sont accessibles à toutes les bourses ?

Après avoir décimé la quasi-totalité des orangers de Floride, affecté la Californie et le Brésil, la maladie du Dragon jaune, mortelle pour les agrumes et sans traitement existant, menace aujourd’hui le pourtour méditerranéen, estiment des chercheurs.

Connue sous le sigle HLB, pour Huanglongbing -maladie du Dragon Jaune en chinois- elle s’est « propagée depuis le milieu des années 2000 avec un impact et une rapidité phénoménales », dit à l’AFP Eric Imbert, chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) à Montpellier (sud de la France).

Seul bassin de production encore préservé de cette maladie identifiée au début du XXe siècle en Asie, « la Méditerranée n’est pas à l’abri du « Citrus Greening » » dit-il, en utilisant son nom anglais. « On a déjà repéré l’insecte vecteur, le psylle asiatique, dans la péninsule arabique ».

Cet insecte suceur se nourrit de sève. En piquant un arbre, il transmet la bactérie, qui en retour bloque le canal par où transite la sève. Les feuilles jaunissent, les fruits se déforment. L’arbre s’étouffe. Et meurt plus ou moins vite, selon les pays et les conditions climatiques.

Le psylle africain transmet une forme moins forte de la maladie. Il a été détecté au nord de l’Espagne, et au Portugal, où des arrachages ont déjà eu lieu.

« Sans vouloir affoler, (…) si nous ne faisons rien en termes de prévention, nous pouvons avoir une catastrophe majeure, avec des prix qui doublent ou triplent » prévient le chercheur.

Pour preuve, le cas de la Floride : entre 2005 et 2017, la production d’oranges y a chuté de près de 60 %. Le prix de gros du jus d’orange concentré a plus que doublé à 2500 dollars la tonne, car les coûts de production se sont envolés.

« Nous ne sommes pas à l’abri d’un phénomène de même ampleur sur le marché des petits agrumes frais en Méditerranée » dit M. Imbert.

Selon la revue spécialisée FruitTrop, 21 % des oranges, clémentines et citrons consommés dans le monde viennent des vergers qui s’étendent du Maroc à l’Égypte et du Portugal à la Turquie, en passant par l’Italie ou la Grèce. Cette région du monde contrôle 70 % des exportations mondiales d’agrumes.

« Le cri d’alarme, ça fait longtemps que les chercheurs le poussent, auprès des autorités européennes notamment, mais on a l’impression de hurler dans le désert » dit M. Imbert.

Suivant les pays, les réactions ont été différentes. Le Brésil, gros exportateur de jus d’orange, a eu massivement recours aux insecticides. La Californie arrache, replante et surveille son verger. Mais cela coûte très cher.

Pas de solution miracle

La Floride n’a pas pu utiliser trop d’insecticides, car ses plantations sont trop proches de zones urbanisées.

Son verger a dépéri d’autant plus rapidement que les arbres ont été fragilisés par plusieurs cyclones. Et un arbre d’ornement très populaire, le Muraya, y agit comme un « réservoir à psylles » sans contracter la maladie. « 99 % du verger floridien est contaminé » selon Eric Imbert.

Si l’insecte arrive en Méditerranée, le chercheur craint une propagation rapide, de type « floridienne », car « il est difficile d’utiliser les insecticides » : « Il y a beaucoup de petites exploitations avec un tissu habité autour ».

Les chercheurs travaillent tous azimuts. Sur la génétique notamment. Mais la bactérie est difficile à étudier, car « on ne peut pas la cultiver en labo » dit Raphaël Morillon, chercheur au Cirad en Guadeloupe, dans les Antilles françaises.

Un congrès HLB a lieu tous les deux ans à Orlando (Floride).

« Les Américains se vantaient d’avoir des solutions, mais l’an dernier tout le monde est resté sobre, plus personne ne parle de solution miracle », dit M. Morillon.

L’Académie nationale des sciences américaine a publié le 10 avril une étude selon laquelle la maladie était devenue chronique dans toute la Floride et aucune solution miracle n’existait.

Seul endroit où l’on a pu la contraindre, La Réunion. On a arraché les arbres, et replanté plus haut à une altitude où les psylles ne survivent pas.

En Corse, où se trouve l’un des plus beaux conservatoires d’agrumes du monde, avec près d’un millier d’espèces en pleine terre, on prie pour que la Méditerranée fasse tampon encore longtemps.

Toute importation d’arbres du continent est interdite. L’Institut national de la recherche agronomique a commencé à mettre sous serre anti-insectes une partie de sa collection, et se lance dans la cryogénie pour protéger le patrimoine génétique, les pépins.

http://www.lapresse.ca/

La science pourrait-elle rendre l’humain immortel tout en étant en santé?


La quête de l’immortalité est utopique et je ne crois pas que cela serait une bonne chose, par contre vieillir en meilleure forme et éviter les maladies reliées avec l’âge prolongerait la vie. Une nouvelle science est donc née, la géroscience et ils s’attardent à une cellule sénescente, ces cellules refusant de mourir et avec l’âge s’accumulent et finissent par atteindre les cellules saines
Nuage

 

La science pourrait-elle rendre l’humain immortel tout en étant en santé?

 

Un homme âgé assis sur une chaise dans un corridor d'hôpital.

Un aîné à l’hôpital Photo : Radio-Canada

Au 20e siècle, l’augmentation spectaculaire de l’espérance de vie a principalement été attribuable à la diminution de la mortalité infantile. Aujourd’hui, les chercheurs essaient de ralentir le processus de vieillissement. Retarder l’apparition de maladies afin de prolonger la vie, c’est le nouveau Saint-Graal.

Par Danny Lemieux de Découverte

Repousser les effets du vieillissement représente un vieux fantasme scientifique. Et si la quête ultime était tout autre? Une quête plus réaliste, plus accessible. C’est de cette façon que le gérontologue de réputation mondiale James Kirkland aborde la question.

« On veut prolonger la période durant laquelle on ne développe aucune maladie chronique. Et si on augmente l’espérance de vie au passage, ce serait intéressant. »

Son objectif ne consiste pas à prévenir séparément les maladies liées au vieillissement. Avec son équipe à la clinique Mayo, il veut s’attaquer au processus biologique du vieillissement. L’idée est simple, mais l’approche est révolutionnaire. Elle a d’ailleurs donné naissance à une nouvelle discipline : la géroscience.

En ciblant les fondements du vieillissement, on s’attaque à toutes les maladies en même temps. On veut éviter de soigner une maladie X et que le patient meure finalement de la maladie d’Alzheimer.

James Kirkland, gérontologue

Pour contrer le vieillissement ou ralentir son processus, le Dr James Kirkland concentre ses énergies sur une cellule particulière, la cellule sénescente. Présente surtout dans les tissus capables de se régénérer, la cellule sénescente est une cellule en fin de vie, mais qui refuse de mourir. Elle devient si résistante que le système immunitaire peine à s’en débarrasser.

La conséquence? Les cellules sénescentes s’accumulent dans les tissus. Et cette accumulation produit de l’inflammation. Or, on sait que l’inflammation chronique endommage les cellules saines. De plus, les produits libérés par les cellules sénescentes bloquent les connexions entre les cellules saines et les empêchent de bien fonctionner.

« Les cellules sénescentes s’accumulent là où commencent les principales maladies chroniques liées à l’âge comme le diabète, l’arthrite, l’ostéoporose, la démence, les maladies rénales, etc. », explique le Dr James Kirkland.

Et si on pouvait se débarrasser des cellules sénescentes avant qu’elles ne produisent de l’inflammation, pourrions-nous vieillir en santé, sans maladie chronique?

L’équipe américaine du Dr Kirkland a pu identifier une demi-douzaine de mécanismes – des raisons pour lesquelles les cellules sénescentes refusent de mourir. Ces mécanismes sont des cibles potentielles pour attaquer la cellule sénescente à l’aide de médicaments.

Or, grâce à la bio-informatique, on a constaté qu’une quinzaine de médicaments tueurs de cellules sénescentes existent déjà. Ils sont utilisés et commercialisés pour d’autres raisons médicales, mais ils peuvent agir directement sur la cellule sénescente.

Le concept est prometteur. On l’a expérimenté chez les souris et les résultats sont plus que positifs.

« Une dose mensuelle retarde ou même inverse l’ostéoporose. Les souris plus âgées marchent sur un tapis roulant, comme le font les plus jeunes. Et cet effet persiste deux ans. »

Les résultats exposés sont si intéressants que la Food and Drug Administration, l’équivalent américain de Santé Canada, a autorisé la mise sur pied d’essais cliniques. Ils ont lieu en ce moment à la clinique Mayo.

Ces médicaments ont le potentiel de prolonger la qualité de vie. Mais à eux seuls, ils ne pourront offrir l’immortalité; les causes du vieillissement étant trop nombreuses.

http://ici.radio-canada.ca

La santé


On veut bien des choses, sauf que souvent, il faut faire des sacrifices pour réussir à améliorer notre condition
Nuage

 

La santé

 

Si quelqu’un désire la santé, il faut d’abord lui demander s’il set prêt à supprimer les causes de sa maladie, alors seulement il est possible de l’aider

Hippocrate

Êtes-vous capable de repérer une personne malade ?


En regardant une personne, voir les traits du visage, nous serions capables de constater si une personne est malade ou non deux heures seulement après qu’une personne a été contaminée
Nuage

 

Êtes-vous capable de repérer une personne malade ?

 

Par Futura avec l’AFP-Relaxnews

 

La capacité à distinguer, sur le visage d’une personne, des signes de maladie, même subtils, constituerait une aptitude essentielle à la survie. Pour la première fois, une étude semble démontrer cette disposition naturelle.

Les êtres humains sont-ils capables de repérer une personne malade sur une simple photo ? Probablement, répondaient les scientifiques. Maintenant, ils sont plus affirmatifs. En effet, une étude parue dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B montre, pour la première fois, que les humains sont capables de détecter une personne malade, deux heures seulement après que celle-ci a été infectée.

 

« Cette capacité à détecter les malades permettrait aux gens d’éviter d’être proches des malades, et donc de minimiser le risque de tomber malade si la personne est porteuse d’une maladie contagieuse », a ainsi déclaré à l’AFP John Axelsson, chercheur à l’université de Stockholm (Suède) et coauteur de l’étude.

L’équipe de recherche a conduit son expérimentation avec 16 volontaires sains, tous blancs, et un groupe de personnes qui devaient déterminer qui était sain ou malade parmi eux. Chacun des 16 volontaires a reçu une dose de lipopolysaccharides (LPS), des molécules prélevées sur des bactéries. Ces molécules stériles entraînent une forte réaction immunitaire et des symptômes pseudo-grippaux durant quelques heures. De quoi imiter quelqu’un atteint d’une maladie aiguë dont l’organisme lutte contre l’infection.

D’autres études devront compléter celle menée à l’université de Stockholm (Suède) afin, notamment, de déterminer si les niveaux de détection des infections sont similaires pour différentes maladies et différents groupes ethniques. © Kurhan, Fotolia

D’autres études devront compléter celle menée à l’université de Stockholm (Suède) afin, notamment, de déterminer si les niveaux de détection des infections sont similaires pour différentes maladies et différents groupes ethniques. © Kurhan, Fotolia

Les malades trahis par leur visage

Cette méthode est couramment utilisée sur des humains à des fins d’expérimentations dans le domaine des maladies infectieuses. Chaque participant a également reçu une injection factice (placebo).

Après l’injection de LPS, certains « se sentaient très malades et d’autres pas malades du tout » quand leur photo a été prise, a expliqué John Axelsson.

Les volontaires ont pris leur photo environ deux heures après chaque injection, une fois en bonne santé après le placebo et une fois « malades ». Des recherches antérieures avaient utilisé des photos de gens « manifestement malades », mais, dans cette nouvelle étude, les sujets ont été photographiés avec des expressions neutres et très peu de temps après l’infection.

Les deux images des participants, sains et malades, ont été montrées à un groupe d’évaluateurs. Ceux-ci se sont basés sur des signes comme des lèvres et une peau plus pâles, un visage plus enflé, des paupières plus flasques, des yeux plus rouges et une peau plus terne pour considérer que la personne sur la photo était malade. Et, selon les chercheurs suédois, ces évaluateurs ont pu correctement repérer la grande majorité des sujets malades, soit 13 sur 16. Un taux de bonnes réponses qui dépasse celui du simple hasard.

https://www.futura-sciences.com