Percée majeure : un vaccin qui freine la progression de l’Alzheimer


Les tests ont été fait sur des patients qui était au tout début de la maladie d’Alzheimer avec un vaccin qui permettrait de ralentir la progression. Les résultats sont encourageants, mais il faudrait quelque temps pour en faire profiter les victimes de cette maladie.
Nuage


Percée majeure : un vaccin qui freine la progression de l’Alzheimer

Représentation du cerveau montant la progression de la maladie d'Alzheimer.

Des médecins de Québec se réjouissent de la découverte d’un vaccin qui ralentit la progression de la maladie d’Alzheimer

PHOTO : RADIO-CANADA

Carl Marchand

Une entreprise pharmaceutique américaine estime avoir trouvé un vaccin qui freine la progression de la maladie d’Alzheimer. L’avancée engendre une bonne dose d’espoir selon des médecins de Québec qui ont participé à l’étude avec leurs patients.

L’entreprise Biogen a présenté les résultats de ses travaux jeudi dans le cadre d’un congrès à San Diego. Le vaccin, l’Aducanumab, agit sur l’amyloïde dans le cerveau.

C’est un peu comme la rouille qui s’accumule dans le cerveau des patients et qui, à la longue, cause l’Alzheimer, explique le neurologue Louis Verret, qui a participé à cette recherche avec une dizaine de patients à Québec.

Une première étude avait été suspendue en mars devant des résultats mitigés. Une autre phase de test a été reprise avec de plus fortes doses du vaccin.

Les patients qui y participaient étaient au au tout début de la maladie, quand l’amyloïde est encore peu présente dans le cerveau.

C’est une avancée majeure. C’est la première fois qu’on a une étude qui démontre autant de résultats positifs. Dr Louis Verret, codirecteur de la Clinique interdisciplinaire de Mémoire de Québec

La mémoire s’améliore chez les patients dans les tests objectifs, l’impression des évaluateurs est positive pour les patients qui ont été traités. Au niveau fonctionnel, ces patients-là s’améliorent dans la vie de tous les jours, précise le Dr Verret.

C’est une journée extraordinaire, ajoute pour sa part le Dr Robert Jr Laforce.

Ça fait 30 ans qu’il ne se passe pas grand-chose dans la maladie d’Alzheimer, ça fait des milliards de dollars qui sont investis sur des études pour mieux traiter cette maladie.

C’est clair que ça ravive la lueur d’espoir. Dr Robert Jr Laforce

La pharmaceutique Biogen entend maintenant faire approuver son vaccin par la Food and Drug Administration aux États-Unis. Le Dr Verret croit que les mêmes démarches seront rapidement amorcées auprès de Santé Canada.

Il faudra cependant encore plusieurs années selon lui pour que le médicament soit accessible aux patients.

Avec les informations de Bruno Savard

https://ici.radio-canada.ca/

Quel est le lien entre pollution et maladie d’Alzheimer ?


Les fines particules qui polluent l’atmosphère qui proviennent des gaz d’échappement de la circulation, de la fumée et de la poussière pourraient avoir une influence sur le déclin cognitif
Nuage


Quel est le lien entre pollution et maladie d’Alzheimer ?

pollution alzheimer

| Johannes Eisele

Thomas Boisson

Au cours des dernières années, de nombreux progrès ont été réalisés concernant la maladie d’Alzheimer. Les neuroscientifiques ont notamment mis en évidence divers facteurs contribuant à l’apparition et l’évolution de la maladie.

Récemment, une nouvelle étude a découvert un nouveau facteur associé au déclin cognitif et à la perte de mémoire : la pollution aux particules fines. Celle-ci entraînerait des modifications cérébrales à long terme, altérant les fonctions cognitives.

Selon les chercheurs de l’USC, les femmes de 70 et 80 ans qui ont été exposées à des niveaux plus élevés de pollution atmosphérique ont connu des baisses plus importantes de la mémoire et une atrophie cérébrale semblable à celle d’Alzheimer, comparées à leurs homologues qui respiraient de l’air plus pur. L’étude a été publiée dans la revue Brain.

« C’est la première étude qui montre réellement, dans un modèle statistique, que la pollution atmosphérique était associée à des changements dans le cerveau des personnes, et que ces changements étaient alors liés à une diminution des performances de la mémoire » déclare Andrew Petkus, neurologue à la Keck School of Medicine à l’USC.

« Nous espérons que, grâce à une meilleure compréhension des changements cérébraux sous-jacents causés par la pollution atmosphérique, les chercheurs seront en mesure de développer des interventions pour aider les personnes présentant un déclin cognitif ou risquant d’en développer un ».

Un lien entre pollution aux particules fines et maladie d’Alzheimer

Les particules fines, également appelées particules PM2.5, ont environ 1/30 de la largeur d’un cheveu humain. Elles proviennent des gaz d’échappement de la circulation, de la fumée et de la poussière. Leur petite taille leur permet de rester en suspension dans l’air, de pénétrer dans les bâtiments, de se faire inhaler facilement, et de s’accumuler dans le cerveau. La pollution par les particules fines est associée à l’asthme, aux maladies cardiovasculaires, aux maladies du poumon et aux décès prématurés.

Des recherches antérieures ont suggéré que l’exposition à la pollution par des particules fines augmente le risque de maladie d’Alzheimer et de démences associées. Toutefois, les scientifiques ne savaient pas si les PM2.5 altèrent la structure du cerveau et accélèrent le déclin de la mémoire.

Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé les données de 998 femmes âgées de 73 à 87 ans, ayant subi jusqu’à deux examens du cerveau à cinq ans d’intervalle, dans le cadre de la Women’s Health Initiative. La Women’s Health Initiative a été lancée en 1993 par les Instituts nationaux de la santé. Plus de 160’000 femmes ont été recrutées pour traiter des questions relatives aux maladies cardiaques, au cancer et à l’ostéoporose.

https://trustmyscience.com/e

Maladie d’Alzheimer : comment améliorer le diagnostic ?


Aujourd’hui, le 21 septembre, c’est la journée internationale de la maladie d’Alzheimer. Actuellement, cette maladie ne se guérit pas, mais si on le sait assez tôt, il est possible de ralentir sa progression et du même coup amélioré la qualité de vie. Il est donc important d’être détecté plus tôt possible.
Nuage


Maladie d’Alzheimer : comment améliorer le diagnostic ?


stockce/shutterstock.com

Le 21 septembre marque la Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer. Une pathologie incurable qui, avec le vieillissement de la population, risque de concerner de plus en plus de patients. Il est donc important de la diagnostiquer le plus précocement possible.

La maladie d’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative complexe qui entraîne un dysfonctionnement des connexions entre les neurones. Elle affecte progressivement les fonctions cognitives (mémoire, langage, raisonnement, apprentissage, résolution de problèmes, prise de décision, perception, attention…).

A l’heure actuelle, la pathologie – qui aboutit à une perte d’autonomie – touche 900 000 personnes en France. Mais avec le vieillissement de la population, le nombre de nouveaux cas risque d’exploser dans les années à venir.

Prendre la maladie à temps

La maladie d’Alzheimer ne se guérit pas, mais une prise en charge adaptée peut ralentir sa progression et améliorer la vie du patient et de son entourage. Encore faut-il agir à temps…

Des oublis répétés interférant avec la vie quotidienne doivent alerter et vous pousser à consulter.

« Il est en effet essentiel de réaliser un diagnostic le plus tôt possible », insiste l’Inserm. « Celui-ci repose tout d’abord sur l’histoire des troubles, puis sur des tests des fonctions cognitives. »

L’imagerie cérébrale contribue également au diagnostic, y compris à un stade précoce. L’analyse anatomique du cortex cérébral par IRM, permet en effet d’appuyer le diagnostic de la maladie dans 80% des cas.

L’espoir d’un nouveau test

Et si l’analyse d’une autre zone cérébrale pouvait donner de meilleurs résultats ? C’est en tout cas ce que suggèrent des chercheurs de l’Inserm (Université – CHU de Lille).

Selon eux, l’analyse « des sillons corticaux par IRM fait mieux. » En fait, « ces sillons sont des circonvolutions du cerveau qui ont tendance, au cours du vieillissement, à s’élargir. »

En clair, plus ils sont larges et plus la maladie est avancée.

« Cette technique permettrait de reconnaître la maladie d’Alzheimer dans 91 % des cas (contre 80% avec les techniques actuelles). Elle possède donc un grand intérêt sur le plan clinique », notent les chercheurs.

  • Source : Inserm, 20 septembre 2019

  • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

https://destinationsante.com/

Des chiens Mira pour aider des personnes atteintes d’Alzheimer


Les chiens d’assistances sont un moyen pour aider les personnes à sortir de l’isolement. Un projet pilote des chiens Mira pour aider des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le chien aide de plusieurs façons. Soit pour éviter de se perdre lors des sorties, de quémander des câlins quand son maitre est parti trop longtemps dans ses pensées, de japper la nuit en cas d’errance etc .. Le but est de savoir si l’aide d’un chien peut retarder la personne d’être placée, si cela peut ralentir la maladie, et aussi de la rendre heureuse malgré la maladie. Il semble pour le moment que ce soit très positif.
Nuage


Des chiens Mira pour aider des personnes atteintes d’Alzheimer

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Le chien Braque s’assure que Roger Lupien ne tombe jamais trop longtemps dans sa bulle, que ce soit en demandant de se faire caresser ou en le poussant doucement du bout de son nez.

Couché sur le dos, les quatre pattes en l’air, Braque, un chien St-Pierre de 68 livres, regarde son maître dans l’espoir de se faire caresser le ventre. Il se tortille sur le plancher de la cuisine. Assis au-dessus de lui, Roger Lupien éclate de rire et cède à la demande.

    ARIANE LACOURSIÈRE

    LA PRESSE

    Atteint de la maladie d’Alzheimer, l’homme de 72 ans a reçu Braque en juin dernier dans le cadre d’un projet pilote mené par la Fondation Mira. L’objectif est de déterminer si, un peu comme pour les enfants autistes, un chien d’assistance peut aider les personnes atteintes d’Alzheimer à mieux composer avec la maladie et à retarder leur entrée en centre d’hébergement.

    Pour les Lupien, les résultats sont jusqu’à présent plus que positifs. « Je ne m’en passerais plus », affirme M. Lupien. Assise à ses côtés à la table de cuisine de leur bungalow de Vaudreuil, sa femme Fleurette Lyonnais-Lupien n’a elle aussi que de bons mots pour son nouveau protégé.

    Il nous fait vraiment beaucoup de bien. Il aide à diminuer notre stress. Il fait bouger Roger. Il ne le laisse jamais seul. Fleurette Lyonnais-Lupien, conjointe de Roger Lupien, à propos de Braque

    Briser l’isolement

    Autrefois retraité actif, Roger Lupien a eu tout un choc en novembre 2016 quand il a reçu son diagnostic d’alzheimer.

    « Je me doutais que quelque chose clochait. Je ne me souvenais plus de routes pour aller à certains endroits », raconte-t-il.

    Lors d’une sortie à son camp de chasse dans la forêt, près de La Macaza, Roger s’est perdu.

     « Il y avait de la neige. Il n’a jamais pensé à revenir sur ses pas… On savait que quelque chose n’allait plus », ajoute Mme Lyonnais-Lupien.

    Son mari s’est peu à peu refermé sur lui-même. Il a vendu sa moto. Sa voiture décapotable.

    « Il sortait moins. Il s’isolait. Il pouvait faire cinq heures de sudoku par jour à la maison », indique Mme Lyonnais-Lupien.

    En juin, à la suggestion d’une amie, ils ont accepté de participer au projet pilote de Mira. « Ça a changé notre vie », affirme Mme Lyonnais-Lupien.

    PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

    Le chien Braque peut aider Roger Lupien, atteint d’Alzheimer, à retrouver son chemin s’il s’égare.

    Désormais, M. Lupien fait chaque jour une longue promenade avec Braque. Il suffit qu’il empoigne le harnais pour que le chien se lève et marche joyeusement vers lui. Braque peut aider M. Lupien à retrouver son chemin s’il s’égare. Il marche au pas. Il jappe la nuit si son maître fait de l’errance. Il s’assure que M. Lupien ne tombe jamais trop longtemps dans sa bulle, que ce soit en demandant de se faire caresser ou en le poussant doucement du bout de son nez.

    « Il me change les idées. Il me permet de ne pas penser juste à la maladie », témoigne M. Lupien. « Il est dressé pour tenir compagnie. C’est un pot de colle. Il est vraiment affectueux », ajoute sa conjointe.

    Étude inédite

    Président de la Fondation Mira, Nicolas St-Pierre voulait depuis longtemps vérifier si des chiens d’assistance pouvaient aider les personnes vivant avec l’alzheimer. Il y a un an, le projet pilote a été lancé, avec la complicité de Jude Poirier, directeur du Centre d’études sur la prévention de la maladie d’Alzheimer à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas.

    Cinq familles se sont fait confier un chien. 

    On voit déjà de beaux résultats. Les aidants nous disent surtout qu’ils voient des sourires apparaître. Nicolas St-Pierre, président de la Fondation Mira

    M. Poirier explique que des études ont déjà démontré que le fait d’introduire des animaux de compagnie dans des unités de soins destinées aux personnes atteintes d’alzheimer avait des effets bénéfiques sur plusieurs. Mais pour la première fois, les effets d’un chien d’assistance seront mesurés.

    M. Poirier veut entre autres vérifier si le stress et l’anxiété de la personne atteinte, mais aussi de l’aidant naturel, diminueront. Il regardera aussi si le chien pourrait ralentir la progression de la maladie et ainsi retarder l’entrée en CHSLD des personnes atteintes.

    Le chercheur explique que des dizaines d’études ont démontré que l’apathie accélère la maladie d’Alzheimer.

    « Le fait qu’un chien d’assistance pousse à l’action pourrait donc aider en ce sens », note M. Poirier.

    D’autres études ont également montré que plus une personne socialise, moins la maladie d’Alzheimer progresse vite.

    « Et avec un chien d’assistance, on augmente les occasions de socialiser, dit M. Poirier. […] Si on pouvait ralentir l’entrée en CHSLD de un, deux ou trois ans, ce serait fabuleux. Au-delà des économies pour l’État, repousser l’institutionnalisation entraîne un gain en qualité de vie qui est non quantifiable. Et permettre aux aidants de moins souffrir, c’est majeur. »

    Sept couples recherchés

    La Fondation Mira est maintenant à la recherche de sept autres couples qui accepteraient de participer à la deuxième phase du projet pilote.

    https://www.lapresse.ca/

    e

    Les appareils auditifs contre la démence, la dépression et les chutes !


    Avoir une perte auditive, c’est frustrant ! La plupart des problèmes auditifs peuvent se corriger grâce à une prothèse. Plus qu’on prend de l’âge cette prothèse est un gain pour diminuer certaines maladies comme la démence, la dépression et aussi les chutes
    Nuage


    Les appareils auditifs contre la démence, la dépression et les chutes !


    Erica-Smit/Shutterstock.com

    Corriger une perte auditive n’impacte pas seulement l’ouïe mais la santé en générale. Selon des chercheurs américains, s’appareiller contre une surdité nouvellement diagnostiquée réduit les risques de démence, de dépression, d’anxiété et de chutes au cours des 3 années suivantes !

    Ce n’est pas la première fois que des scientifiques s’intéressent à la pertinence d’un appareillage auditif. Récemment, des chercheurs britanniques avaient montré que les prothèses réduisaient considérablement le risque de développer une démence. Mais les vertus iraient bien plus loin.

    Une équipe de l’Université du Michigan a examiné les données de près de 115 000 personnes âgées de plus de 66 ans souffrant d’une perte auditive. En examinant les parcours de santé suivis par les patients au cours des 3 années suivant le diagnostic, ils ont constaté des différences significatives.

    Ainsi, le risque d’être diagnostiqué d’une démence, y compris la maladie d’Alzheimer, dans les trois ans était inférieur de 18% pour les utilisateurs d’appareils auditifs. Le risque de dépression était réduit de 11%, tout comme le risque de chute (-13%).

    Côté explications, les auteurs avancent le fait que la surdité favorise « le manque d’interactions sociales, la perte d’autonomie, d’équilibre et le manque de stimulation cérébrale. ».

    • Source : Journal of the American Geriatrics Society, 5 septembre 2019

    • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

    https://destinationsante.com/

    Un lien possible entre l’alimentation et le développement de l’Alzheimer


    De plus en plus on découvre l’impact de la flore intestinale a un impact sur la santé. Même si l’étude n’est pas très représentative, il serait plus  probable qu’une bonne alimentation équilibrée peut aider à diminuer les signes de démence comme la maladie d’Alzheimer
    Nuage


    Un lien possible entre l’alimentation et le développement de l’Alzheimer


    Un lien possible entre l'alimentation et le développement de

    IGPHOTOGRAPHY VIA GETTY IMAGES

    Une alimentation qui modifierait la composition de la flore intestinale pourrait réduire le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer, croient des chercheurs de l’Université américaine Wake Forest.


    Lors d’une étude de petite envergure, les chercheurs ont détecté chez des patients souffrant d’un léger déclin cognitif la signature chimique de certaines bactéries intestinales qui étaient absentes chez des patients en santé.

    Ils ont ensuite mesuré une corrélation entre ces signatures bactériennes et des marqueurs élevés de la maladie d’Alzheimer dans le liquide céphalorachidien des participants présentant un léger déclin cognitif.

    Les chercheurs ont enfin constaté qu’une alimentation méditerranéenne cétogène modifiée altérait la flore intestinale d’une manière qui était ensuite associée à des niveaux réduits de marqueurs de la maladie d’Alzheimer dans les deux groupes.

    Un des auteurs de l’étude, le docteur Hariom Yadav, a expliqué dans un communiqué que «cette étude laisse entendre que la maladie d’Alzheimer est associée à des changements spécifiques de la flore intestinale et qu’un type de régime méditerranéen cétogène pourrait modifier le microbiome d’une manière qui pourrait avoir un impact sur le développement de la démence».

    Seulement 17 aînés, dont onze présentaient un léger déclin cognitif, ont participé à cette étude. Certains ont adopté l’alimentation méditerranéenne cétogène modifiée, d’autres un régime faible en gras et riche en glucide pendant six semaines. Les alimentations ont été inversées après une pause de six semaines.

    Les conclusions de cette étude ont été dévoilées par le journal médical EBioMedicine, qui est publié par The Lancet.

    https://quebec.huffingtonpost.ca/