Le Saviez-Vous ► 129 astuces pour trouver un mari dans le années 50


En 1958, un magazine américain pour femme : McCall’s. Des experts ont donné des recommandations aux femmes pour se trouver un mari .. Mensonges, manipulations sont au menu ! En tout cas, je suis bien contente que les femmes ont évolué depuis, même s’il y a encore des choses à améliorer.
Nuage

 

129 astuces pour trouver un mari dans le années 50

 

© getty.

 

    Les vieux magazines féminins recèlent parfois des trésors. Là, une Américaine a déniché un « McCall’s » de 1958. Une belle année. Un très bon cru pour la misogynie.

    Kim Marx-Kuczynski est une habitante de l’État du Wisconsin aux États-Unis. Dans une brocante début octobre, elle tombe sur un vieux magazine nommé McCall’s datant de 1958, âge d’or de la parfaite femme au foyer obéissante.

    Kim explique l’avoir acheté parce qu’un titre sur la couverture l’a intriguée : « 129 façons d’obtenir un mari ». Pliée de rire par ce qu’elle a trouvé à l’intérieur, elle a partagé les précieuses pages du dossier sur Facebook. Elle n’a « pas été déçue » et ce numéro lui a « provoqué des crises de rire pendant trois jours ».

    L’« idée de génie » de l’article, c’est d’avoir fait plancher seize « experts » sur « des techniques qui ont inspiré des milliers d’idées brillantes d’entreprises, et de les essayer avec l’amour et le mariage ». Ils et elles en sont venues à ces 129 recommandations.

    Ce magazine incite les lectrices à mentir, à faire semblant de pleurer, à faire la plante verte, à être vénale et manipulatrice. Que de bonnes techniques pour construire une relation sur des bases de confiance et d’écoute !

    On notera dans la dernière section, réservée aux suggestions improbables, que de « se faire enfermer dans un sous-marin » va de pair avec « entrer dans une université prestigieuse ».

    En plus d’être perclus de stéréotypes sur la femme voulant absolument s’accomplir en couple (et qui ne s’intéresse qu’au shopping ou à la cuisine), cet article est également une bonne claque pour les hommes. Car ils souffrent aussi d’un sacré paquet de stéréotypes.

    Nous vous en avons traduit la plupart, voici les plus douteuses :

    Comment le trouver

  • Se procurer un chien et aller le promener.

  • Casser sa voiture dans des lieux stratégiques.

  • Rejoindre un club de randonnée.

  • Lire les rubriques nécrologiques pour trouver des veufs potentiels.

  • Se mettre au golf et aller sur les différents cours de golf.

  • Prendre plusieurs petites vacances à différents endroits plutôt qu’une seule à un seul endroit.

  • S’asseoir sur un banc dans un parc et nourrir les pigeons.

  • Trouver un job dans une école médicale, dentaire ou de droit.

  • Devenir une infirmière ou une hôtesse de l’air – elles ont un taux élevé de mariage.

  • Être gentille avec tout le monde – Ils peuvent avoir des frères ou des fils potentiels.

  • Se porter volontaire pour un jury dans un procès.

  • Dites à vos amies que vous êtes intéressée par un projet de mariage. Ne le gardez pas secret.

  • Allez vous perdre dans des matchs de football.

  • N’acceptez pas de travail dans une entreprise tenue largement pas des femmes.

  • Prenez un job de démonstratrice d’hameçons dans un magasin d’articles de sport.

  • Dans un avion, un train ou un bus, ne vous asseyez pas à côté d’une femme – asseyez-vous à côté d’un homme.

  • Allez à toutes les réunions de lycées ou de fac, il pourrait y avoir des veufs.

  • N’ayez pas peur de fréquenter des jolies filles : il pourrait bien y avoir des restes.

  • Ne vous mettez pas dans la même chambre qu’une fille qui est rabat-joie, elle pourrait vous tirer vers le bas.

  • Quand vous voyagez, prenez des petits hôtels, on y rencontre plus facilement des étrangers.

    Comment attirer son attention

  • Trébuchez en entrant dans une pièce où il se trouve.

  • Oubliez la discrétion de temps en temps et appelez-le.

  • Transportez une boîte à chapeau.

  • Portez un pansement, les gens demandent toujours ce qu’il s’est passé.

  • Gagnez beaucoup d’argent.

  • Apprenez plusieurs histoires drôles et racontez-les bien – mais faites attention de ne pas les lui dire plus d’une fois.

  • Marchez vers lui et dites-lui que vous avez besoin d’un conseil.

  • Faire tomber son mouchoir fonctionne toujours.

  • Faites acheter des billets de théâtre à votre père dont on doit se débarrasser.

  • Tenez-vous dans un coin et pleurez doucement, il y a de grandes chances pour qu’il arrive et demande ce qui ne va pas.

  • Achetez une décapotable, les hommes adorent faire des tours dedans.

  • Apprenez à faire des tartes aux pommes goûteuses. Amenez-en une au bureau et laissez les potentiels prétendants la goûter.

  • Riez à ses blagues.

  • Faites tomber le contenu de votre sac à main « accidentellement » dans la rue.

    Comment être belle pour lui

  • Les hommes aiment à penser qu’ils sont des autorités à propos des parfums. Demandez son avis sur lequel vous devriez porter.

  • Ayez des lunettes qui ont meilleure allure – les hommes aiment passer devant les filles qui portent des lunettes- ou essayez les lentilles de contacts.

  • Portez des talons hauts la plupart du temps – ils sont plus sexy !

  • Dites-lui qu’il est beau.

  • Prenez bien soin de votre santé, les hommes détestent les femmes malades.

  • Attrapez un coup de soleil.

  • Mettez-vous au régime si c’est nécessaire.

  • Ne lui parlez pas de vos allergies.

  • Les femmes européennes utilisent leurs yeux à leurs avantage. Pratiquez devant un miroir.

  • Ne soyez pas trop difficile.

  • Accrochez-vous à vos standards moraux.

  • Ne pleurnichez pas.

    Comment l’attraper

  • Montrez-lui que vous pouvez vous amuser pendant un rendez-vous pas cher – mais ne le faites pas trop !

  • Demandez à vos parents de disparaître quand vous vous amusez.

  • Organisez un double rencard avec un couple marié gai et heureux – faites-lui voir ce que c’est !

  • Envoyez à sa mère une carte d’anniversaire.

  • Demandez à sa mère ses recettes de cuisine.

  • Parlez avec son père à propos des affaires et soyez d’accord sur le fait que les taxes sont trop élevées !

  • Pendant le premier rendez-vous, dites-lui que vous n’êtes pas intéressée par vous marier !

  • Ne parlez pas du nombre d’enfants que vous voulez.

  • Si c’est un pêcheur, apprenez à écailler et à nettoyer un poisson.

  • Quand vous flânez avec lui, n’insistez pas pour vous arrêter devant chaque vitrine.

  • Ne lui dites pas combien vos vêtements coûtent.

  • Dès le début de votre relation, pourquoi ne pas avoir une chanson favorite que tous les deux voyez comme la vôtre ?

  • Découvrez les filles avec qui il ne s’est pas marié et pourquoi. Ne répétez pas les mêmes erreurs.

  • Ne parlez pas de votre ancien petit copain.

  • Soyez souple. S’il décide d’oublier la danse pour aller ramer sur un lac, allez-y ! Même si vous portez votre plus belle robe de bal.

  • Restez innocente mais pas ignorante.

  • Apprenez à jouer au poker.

  • S’il est riche, dites-lui que vous aimez son argent – l’honnêteté l’intriguera !

  • Ne le laissez jamais croire que votre carrière est plus importante que votre mariage.

  • Ne racontez jamais d’histoires salaces.

  • Faites-lui remarquer que le taux de mortalité pour les hommes célibataires est deux fois plus élevé que celui des hommes mariés.

    Idées folles

  • Allez à Yale.

  • Faites l’acquisition d’un permis de chasse.

  • Cachez-vous dans un cuirassé.

  • Louez un panneau publicitaire et postez votre photo et votre numéro dessus.

  • Prenez le bus qui va à l’aéroport en faisant plein d’allers-retours

https://www.msn.com/

Les enfants voient 25 Millions de pubs d’aliments par année


Avec la publicité numérique, les enfants de 2 a 11 ans voit en 1 an 25 millions des publicités ciblées pour eux et 90 % concernent la malbouffe. Ils sont visés partout, sur les sites pour enfants, les jeux vidéos, film … Il est temps que la publicité ciblée pour nos jeunes soient réglementé plus sévèrement
Nuage

 

Les enfants voient 25 Millions de pubs d’aliments par année

 

FUSE

L’utilisation des jeux vidéo promotionnels étant répandue, les enfants sont exposés à la publicité pendant des heures sans que ni eux ni leurs parents ne s’en rendent compte.

Il est clair que les taux d’obésité sont influencés par la masse de publicité à laquelle sont exposés les enfants

 

Chers parents,

Vous ignorez peut-être la masse de publicité que voient vos jeunes sur des aliments et boissons à faible valeur nutritive.

Ce n’est pas de votre faute. C’est le monde dans lequel nous vivons. Nous devons nous rendre à l’évidence : les entreprises de produits alimentaires et de boissons exercent leur emprise sur nos enfants.

Il y a vingt-cinq ans, les parents pouvaient s’attendre à voir et contrôler la plupart des publicités auxquelles leurs enfants étaient exposés. Aujourd’hui, même les parents les plus consciencieux ne sont pas en mesure de le faire.

Les enfants sont ciblés par la publicité d’aliments et de boissons à faible valeur nutritive à la télévision, à la radio, dans les magazines, les jeux vidéo et les films, sur les panneaux publicitaires, par le placement de produits, et par le parrainage d’événements et d’équipes. L’industrie fait régulièrement appel aux célébrités et aux personnages pour capter leur attention. Des publicités les attendent aussi où ils se rassemblent, comme dans les arénas, les centres récréatifs et les écoles.

La situation a empiré au fil des ans.

Les nouvelles formes de publicité numérique permettent aux entreprises de cibler à bas prix les jeunes avec leurs propres sites Web, ainsi que par des bandeaux, fenêtres et vidéos publicitaires sur d’autres sites, ou encore au moyen d’applications, d’alertes ou d’annonces commerciales et de textos. La publicité alimentaire est aussi intégrée aux publications des blogueurs sur YouTube.

L’utilisation des jeux vidéo promotionnels étant répandue, les enfants sont exposés à la publicité pendant des heures sans que ni eux ni leurs parents ne s’en rendent compte.

La plupart de ces entreprises sont très présentes sur les médias sociaux, ce qui leur permet d’interagir avec vos jeunes. L’utilisation des jeux vidéo promotionnels étant répandue, les enfants sont exposés à la publicité pendant des heures sans que ni eux ni leurs parents ne s’en rendent compte. En transmettant le lien à leurs amis, ils deviennent annonceurs à leur tour.

Les techniques publicitaires ont bien évolué.

Le marketing en ligne est très différent du traditionnel. Dans bien des cas, il permet aux enfants d’interagir avec le produit, et fait appel au ciblage publicitaire basé sur leur comportement et au ciblage géographique.

 

Le Code de la publicité radiotélévisée destinée aux enfants limite cette dernière à quatre minutes par émission de 30 minutes pour enfants. Toutefois, la publicité d’aliments et de boissons sous forme numérique ne fait l’objet d’aucune restriction.

En un an, à l’échelle du pays, les enfants de 2 à 11 ans ont vu 25 millions de ces publicités – dont 90 % concernent des produits à faible valeur nutritive – sur leurs dix sites Web préférés.

Plus tôt cette année, mon équipe de recherche et moi-même avons entrepris de mesurer l’ampleur de la publicité numérique d’aliments et de boissons destinée aux enfants. Nous nous attendions à de gros chiffres, mais les résultats nous ont renversés. En un an, à l’échelle du pays, les enfants de 2 à 11 ans ont vu 25 millions de ces publicités – dont 90 % concernent des produits à faible valeur nutritive – sur leurs dix sites Web préférés.

Ce marketing est bon pour la santé des entreprises, mais pas pour celle de nos jeunes.

Il est clair que les taux d’obésité sont influencés par la masse de publicité à laquelle sont exposés les enfants. L’obésité expose ces derniers à un risque beaucoup plus élevé d’en souffrir à l’âge adulte, de même qu’à de nombreux problèmes de santé susceptibles de raccourcir leur vie, dont les maladies du cœur, l’AVC et le diabète.

L’industrie alimentaire s’est dotée d’un système volontaire censé limiter la publicité destinée aux enfants sur des aliments et boissons à faible valeur nutritive. Ce système ne fonctionne pas. J’ai mené plusieurs études pour évaluer l’influence de l’autorégulation en matière de publicité alimentaire, et les résultats indiquent de manière convaincante qu’il s’agit d’un échec.

Heureusement, nous avons un modèle qui fonctionne au pays. Depuis 1980, le Québec interdit la publicité commerciale de tous biens et services destinée aux enfants de moins de 13 ans. Il est temps que le reste du Canada emboîte le pas. Par ailleurs, la restriction devrait aussi englober les adolescents, et la loi devrait encadrer toute l’étendue de la publicité.

Tous les parents veulent que leurs enfants soient élevés dans la santé, mais ils ont besoin d’aide pour y arriver. Une réglementation fédérale de la publicité d’aliments et de boissons serait un bon moyen de les épauler. Les preuves à cet effet ne manquent pas.

Donnons aux parents le coup de main dont ils ont besoin pour que leurs enfants grandissent en santé.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le coup de gueule d’une maman contre les magazines pour adolescents


On veut donner à nos enfants un héritage d’équité entre les filles et les garçons, mais qu’en est-il vraiment quand toute une société semble endormie vers les stéréotypes qui circulent juste sur notre nez ?
Nuage

 

Le coup de gueule d’une maman contre les magazines pour adolescents

 

D’un côté, des astuces de coiffure et des confessions sur le premier baiser. De l’autre, un avion, un microscope, un ordinateur et une invitation à explorer le futur. Vous l’avez peut-être deviné, dans le premier cas il s’agit d’un magazine pour filles et dans le second pour garçons. Et cela n’a vraiment pas plu à cette mère de cinq enfants.

Shoshanna Keats-Jaskoll, maman de trois garçons et deux filles, a voulu écrire une lettre ouverte sur son compte Facebook pour dénoncer cette différence de traitement entre ces deux magazines (qui ne sont pas liés malgré les noms similaires), Girl’s Lifeet Boy’s Life (La vie des filles et La vie des garçons, en français).

«Parmi tout ce qui est bon, que voulez-vous vraiment apprendre aux filles? Est-ce que c’est le message que vous voulez envoyer à votre fille?», s’insurge-t-elle.

Cette maman décrit précisément les deux couvertures des magazines et s’interroge sur ce que ces magazines veulent enseigner aux enfants et adolescents.

Aux filles, on apprend à «se réveiller en étant magnifique, glaner des secrets, faire rire dès le premier jour, s’amuser, se faire des amis, embrasser…». Aux garçons, poursuit-elle, on apprend à «être ce que vous voulez être, et voici certaines possibilités géniales!»

En s’adressant directement au mannequin posant pour la couverture, elle ajoute :

 «Je sais que vous n’êtes qu’un parmi de nombreux magazines qui contribuent à cette culture, mais je crois que vous pouvez prendre part au changement de tout ce qui ne va pas ici».

Le sexisme ordinaire, tel qu’illustré par ces deux couvertures, ne se retrouve pas que dans les magazines. Il opère dès le plus jeune âge, que ce soit à la maternelle ou dans les catalogues de jouets.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les régimes des magazines forcément inefficaces?


Nous ne sommes pas égaux face à la nourriture. Notre taux de sucre peut être différent d’une personne à une autre pour un même aliment. Alors, méfiance aux régimes alimentaires qui promettent mer et monde pour retrouver une belle silhouette
Nuage

 

Les régimes des magazines forcément inefficaces?

 

Les régimes des magazines forcément inefficaces?

Les participants ont contrôlé leur sucre pendant une semaine.Photo Fotolia

 

Pourquoi les régimes minceur proposés par les magazines à l’approche de l’été ne marcheront-ils jamais? Parce que les humains réagissent différemment à la consommation d’une nourriture saine, qui permet à certains de perdre du poids quand d’autres à l’inverse en gagnent, selon une étude publiée jeudi.

Une femme dans cette étude a présenté une hausse de son taux de sucre dans le sang à chaque fois qu’elle mangeait une tomate, aliment considéré pourtant comme faible en sucre et en graisses, selon cette étude qui a porté sur 800 personnes en Israël, et qui est publiée dans le journal Cell Press.

«La première très grande surprise et découverte frappante que nous avons eue c’est la grande variabilité de réactions des gens à des plats identiques», a résumé Eran Segal chercheur au Weizmann Institute of Science in Israel.

Les participants ont contrôlé leur sucre pendant une semaine et ont fourni des échantillons de selles afin d’analyser leur microbiome, tout en surveillant étroitement leur consommation alimentaire.

Aucun participant n’était diabétique, mais certains étaient obèses et avaient des conditions de santé proches de celles d’avant-diabète.

Au lieu de suivre des régimes alimentaires standard, les chercheurs suggèrent une approche beaucoup plus personnalisée, en mettant la personne au centre du régime et non l’inverse, ce qui permettrait non seulement de les aider à contrôler leur taux de sucre mais aussi à améliorer leur santé, explique Eran Elinav, co-auteur de l’étude.

http://fr.canoe.ca/

Le «parfait bébé aryen» du IIIe Reich était une petite fille juive


Si Hitler avait su que le bébé parfait était en réalité une Juive, il aurait surement mis au pilori le photographe, le ministre de la propagande Joseph Goebbels. Preuve que la race n’a pas d’importance ! Dommage, par contre, avec les actualités d’aujourd’hui, l’histoire n’aura pas donné de leçon autant d’un côté comme de l’autre
Nuage

 

Le «parfait bébé aryen» du IIIe Reich était une petite fille juive

 

Hessy Taft, née Levinsons, en couverture d’un magazine nazi. Capture d’écran d’une vidéo Youtube.

Hessy Taft a récemment fait don au mémorial de Yad Vashem de Jérusalem d’une couverture de magazine sur laquelle elle apparaît. Une image d’elle bébé qu’un photographe professionnel avait fait exprès d’envoyer aux nazis dans le cadre d’un concours pour trouver «le plus beau bébé aryen».

«Maintenant, je peux en rire. Mais si les nazis avaient su qui j’étais vraiment à l’époque, je ne serais pas en vie aujourd’hui».

Hessy Taft et ses proches ont gardé le secret pendant des années. Mais son don le mois dernier au Mémorial de Yad Vashem de Jérusalem, raconté ce mardi dans la presse israélienne et anglosaxonne, met en lumière son étonnante histoire.

Il y a quelques jours, Hessa Taft a en effet offert au mémorial des victimes juives de la Shoah une copie d’une couverture de magazine nazi, représentant un bébé aux joues rondes et aux yeux grand ouverts. Ce bébé, c’est elle, en 1935. A l’époque, comme le raconte le site du Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington, Hessy Levinsons, née en 1934 en Allemagne de parents juifs originaires de Lettonie, est photographiée par un professionnel à la demande de sa mère, qui veut garder un simple souvenir des jeunes années de son enfant. Quelques mois plus tard, elle se rend compte avec effroi que la photo de sa fille figure en une du magazine nazi «Sonne ins Haus» (Du soleil dans la maison) daté du 24 janvier 1935, un des rares journaux à être autorisés à l’époque.

Terrorisée à l’idée des conséquences que cette publication peut avoir si les nazis se rend compte que le bébé en «une» est juif, elle se précipite chez le photographe. Ce dernier lui explique que le régime lui a demandé d’envoyer des photos de bébés pour un concours destiner à trouver celui représentant le parfait exemple de la race aryenne. Le professionnel avoue qu’il savait pertinemment que Hessy était juive et qu’il a envoyé cette photo pour ridiculiser le régime hitlérien. L’histoire, selon le journal allemand Bild, raconte même que le ministre de la propagande Joseph Goebbels aurait personnellement choisi la photo de l’enfant.

«Une petite revanche»

A cette époque, l’image a un tel succès que des cartes postales sont même créées à son effigie. La photo figure même sur les devantures de certains magasins de vêtements pour enfants. Mais Hessy est loin de profiter de cette popularité inattendue. Ses parents, qui ont trop peur qu’on la reconnaisse et qu’on la questionne sur son identité, font en sorte qu’elle reste le plus possible à la maison. En 1936, son père est arrêté pendant quelques jours par la gestapo. La famille décide ensuite de quitter l’Allemagne. Elle se réfugie en Lettonie, puis en France avant de partir pour Cuba et de s’installer finalement aux États-Unis, à la fin des années 1940.

Hessy Taft, aujourd’hui âgée de 80 ans, est professeur de chimie à New York. En remettant au mémorial de Yad Vashem une copie de cette couverture de magazine, elle a fait part de son émotion au journal Bild en se rémémorant cette histoire:

«C’est pour moi une petite revanche. Une satisfaction, en quelque sorte».

http://www.lefigaro.fr

5 trucs à faire avec les livres et magazines


Avec le temps, des livres, des revues, s’accumulent un peu partout dans la maison. Avec le ménage du printemps, un tri doit se faire. Doit-on jeter toutes cette littérature ?
Nuage

 

5 trucs à faire avec les livres et magazines

 

Est-ce que les magazines s’accumulent dans tous les coins de votre maison? Voyez comment vous pouvez garder la forme de vos vêtements et même occuper les enfants.

Tiré de Produits ordinaires, usages extraordinaires, Sélection du Reader’s Digest, 2007

Crédits photo: Thinkstock

Ne jetez pas vos vieux magazines.

Essayez plutôt les trucs suivants, puis donnez-les à un centre d’alphabétisation ou à un organisme de bienfaisance.

Papier d’emballage et enveloppes colorés

Découpez les pages de publicité dans des magazines et servez-vous-en pour emballer de petits objets ou confectionner des enveloppes originales.

Formes pour les bottes

Lorsque vos bottes en cuir ont pris la pluie, roulez quelques vieux magazines et placez-les à l’intérieur. Ils aideront vos bottes à sécher tout en gardant leur forme.

Occuper les enfants

Gardez les vieux magazines pour occuper vos enfants par temps de pluie. Ils y trouveront des photos et des mots à découper pour agrémenter leurs collages et autres créations.

 

Garnir des tiroirs

Garnissez vos tiroirs de bureau ou de coiffeuse avec les pages des grands magazines en papier couché résistant. Découpez de préférence des publicités ou des photos colorées, puis placez-les à l’intérieur des tiroirs et ajustez-les à la taille de ceux-ci.

Billes de papier

Faites des billes de papier colorés avec de vieux magazines. Découpez une page en grands triangles. Mettez face contre terre le côté de la page que vous voulez au-dessus. Étendez une fine couche de colle sur le triangle. Prenez une grosse aiguille ou une paille et enroulez le triangle jusqu’à la pointe. Appuyez doucement dessus pour vous assurez qu’elle colle. Enlevez l’aiguille ou la paille. Laissez-les sécher pendant une journée avant de les utiliser. Vous obtiendrez entre 20 et 30 billes.

http://selection.readersdigest.ca