La vie


Chacun a une définition de la vie, mais ce chef amérindien avait une très belle façon poétique pour décrire la vie
Nuage

La vie

 

 

La Vie: C’est l’éclat d’une luciole dans la nuit, le souffle d’un bison en hiver, la petite ombre qui court dans l’herbe et se perd au coucher du soleil.

Crow Foot Chef-Indien Siksika

Le saviez-vous ? ► Les animaux les plus tricheurs


Quand l’être humain sait tricher et il triche dans n’importe quel domaine et cela est souvent pour paraitre mieux que les autres .. Chez les animaux aussi, certaines espèces trichent mais c’est dans leur nature, ce qui leur permet au contraire de l’homme de survivre
Nuage

 

Les animaux les plus tricheurs

 

Dans le règne animal, l’objectif premier est la survie, Pour se reproduire et se nourrir, certaines espèces se soucient peut des règles d’éthique et du bon voisinage. Voici des animaux qui ont trouvé le moyen de changer les règles du jeu à leur avantage dans le monde sauvage

1. Le coucou

La femelle de cette espèce d’oiseau n’est pas intéressée par la construction d’un nid et la chasse aux insectes pour nourrir ses petits. Elle a trouvé un moyen simple afin d’assurer la survie de sa progéniture, elle pond dans le nid d’un oiseau dont les oeufs, par leur taille et la couleur de leur coquille ressemblent au sien.

Les parent ne s’en rendent pas compte et couvent l’oeuf de l’intrus jusqu’à l’éclosion.

Comme il est le premier du nid à sortir de sa coquille, l’oisillon du coucou éjecte les autres oeufs du nid gardant celui-ci seulement pour lui.

Les deux parents le nourrissent avec une énergie admirable. Au point que trois semaine plus tard, le petit coucou est devenu deux fois plus gros que ses nourriciers.

2. L’orang-outan

Certains scientifiques affirment que ce primate est la deuxième espèce la plus intelligente du monde après l’humain Et comme nos ancêtres, l’orang-outan utilise son cerveau afin de créer des outils pour l’aider à se nourrir. Ce qui est, avouons-le, injuste pour ses proies potentielles comme les termites se croyant à l’abri dans le creux d’un arbre.

L’orang-outan y enfonce une branche pour les sortir de là.  Dans les jardins zoologiques, l’orang-outan est bien connu comme étant un expert pour déverrouiller la porte de sa cage ou de son enclos.

Certains zoos vont même utiliser l’orang-outan pour tester la capacité des cages à retenir les animaux que l’on compte y placer.

3. La luciole

Lors de la saison des amours, les lucioles femelles envoient des signaux lumineux, la nuit, afin d’attirer les mâles.

Mais certaines lucioles n’ont aucune intention amoureuse en clignotant ainsi. La luciole femelle des Photinus cherche à attirer des lucioles mâles venant d,autres familles pour les manger.

Elle use de ses talents d’imitatrice pour envoyer des signaux trompeurs aux mâles, qui ne se doutent de rien. Ceux-ci croient, à tort, qu’une femelle les appelle afin d’échanger des moments de douceur… Parce que la Photinus est plus grosse que les autres lucioles, elle n’a pas de mal à maîtriser sa proie.

4. Le caméléon

Dans plusieurs langues, le mot «caméléon» veut dire «menteur». Le caméléon ment sur deux de ses aspects: la longueur de sa langue et la couleur de sa peau. Par son apparence et sa manière très lente à se déplacer, ce lézard carnivore se fond parfaitement dans les feuilles d’une branche, ce qui laisse peu de chance aux insectes de l’apercevoir.

Dès que le criquet se rend compte de la présence du prédateur camouflé, il est déjà trop tard.

Le caméléon sort sa langue comme une fléchette pour l’attraper. Cette langue peut atteindre le double de la longueur du corps du caméléon et elle bouge rapidement lors de l’attaque. (une détente de 1/25 de secondes, un retour d’environ une demi-seconde) que l’oeil humain ne peut pas la suivre.

5. Le renard

«Rusé comme un renard» voilà une expression fondée sur la réalité. Partout où il se trouve dans le monde, peut importe son environnement, le renard utilise son extraordinaire capacité d’adaptation pour survivre.

Plus d’un fermier s’est vu soutirer des poules  par un renard s’étant faufilé le poulailler.

Dans les montagnes d’Amérique du Sud, le petit renard a trouvé un moyen ingénieux pour manger les oeufs du réa, une espèce d’oiseau proche de l’autruche. Parce que l’oeuf du réa est beaucoup plus grand que sa gueule, le renard e fait rouler jusqu’à le faire craquer contre une pierre ou un arbre. Il réussit ainsi à l’ouvrir et en lécher le contenu.

La Semaine/Top 5/ Paul Therrien/  décembre 2012