Internet: Les enfants manquent d’encadrement, révèle un sondage


C’est drôle que des parents ont si peur des conséquences d’internet mais avouent en même temps de ne pas discuter avec leur enfants et ne pas prendre les moyens pour contrôler et s’interressé a ce qu’ils font sur le net .. Avec tout les cybercriminels, les cyberprédateurs, les intimidateurs il me semble qu’ils faut enseigner dès le jeune âge a faire attention et a être prudent
Nuage

 

Internet: Les enfants manquent d’encadrement, révèle un sondage

Seulement un parent sur deux parle des dangers... (Archives La Presse)

Seulement un parent sur deux parle des dangers d’internet avec son enfant. – Archives La Presse

 

Silvia Galipeau, La Presse (Montréal)

 

Tous les parents s’entendent: Internet représente une importante source de danger pour les enfants. Paradoxalement, la moitié d’entre eux ne font pourtant rien pour les protéger.

C’est ce qui ressort du tout premier sondage jamais réalisé au Québec sur la question, rendu public hier par la Fondation Marie-Vincent, cyberaide.ca, en présence du Service de police de la Ville de Montréal, de la Sûreté du Québec et de la Gendarmerie royale du Canada.

«Les enfants manquent d’accompagnement sur Internet, c’est clairement ce qui ressort»,

a commenté René Morin, porte-parole de cyberaide.ca, un organisme relevant du Centre canadien de protection de l’enfance, qui reçoit par ailleurs 700 signalements par mois de cas d’exploitation sexuelle d’enfants sur Internet.

Ainsi, 80% des parents d’enfants de 3 à 12 ans estiment qu’Internet peut être une source de danger en matière d’exploitation sexuelle des enfants, révèle le sondage, réalisé cet été (du 22 juin au 10 juillet) par la firme Cefrio. Pire: la moitié des parents sondés estime aussi que leurs enfants ont déjà eu accès à des images sexuelles ou violentes; et un parent sur cinq pense que son enfant pourrait être la cible d’un cyberprédateur, ou encore victime d’intimidation par ses pairs.

Et que font les parents pour les protéger? Pas grand-chose: 50% des parents avouent ne pas discuter des dangers associés à Internet avec leurs enfants, et les trois quarts affirment ne pas utiliser davantage de logiciels de contrôle parental.

http://technaute.cyberpresse.ca

Des millions de connexions cérébrales en 3D


Une autre belle avancée médicale, le cerveau en 3 D pour permettre de mieux opéré les tumeurs au cerveau, sans qu’il y ai trop de séquelles par la suite. C’est un plus pour  les recherches en technologie médicale
Nuage

Des millions de connexions cérébrales en 3D

Des millions de connexions cérébrales en 3D

Une étude suggère que les régions du cerveau traitant les sons complexes sont moins sensibles chez les autistes, tandis que les régions analysant les sons simples sont plus sollicitées.

Geneviève Martel
Agence Science Presse

Cartographier les milliards de fibres connectant les neurones du cerveau entre eux, c’est maintenant possible grâce à un logiciel développé au Québec.

Cet outil informatique permet aux chirurgiens de savoir précisément les conséquences de chacun de leurs gestes quand vient le temps d’enlever le maximum d’une tumeur sans affecter les fonctions neurologiques du patient.

«Bien connaître le câblage cérébral est l’un des grands défis du XXIe siècle. Nos recherches en imagerie médicale tendent à visualiser ces connexions pour mieux les comprendre», explique l’un des étudiants à l’origine du logiciel pour la planification neurochirurgicale, Gabriel Girard.

Le réseau de connexions du cerveau est encore mal connu parce qu’il s’adapte rapidement et est propre à chacun. Lorsqu’on enlève une tumeur, de nouvelles connexions se créent. À la suite d’une opération, un patient peut par exemple perdre la mobilité de sa main et la retrouver quelques semaines plus tard.

L’équipe dirigée par Maxime Descôteaux, professeur d’informatique à la faculté de science de l’Université de Sherbrooke, utilise les informations recueillies grâce à l’imagerie par résonnance magnétique (IRM de diffusion). À partir de calculs de données, les chercheurs offrent au neurochirurgien David Fortin une reconstitution en trois dimensions des connexions du cerveau d’un individu.

«Quand on opère en ce moment, on se concentre beaucoup sur l’imagerie anatomique qui nous permet de voir les structures du cerveau», explique le neurochirurgien. Ces images ne permettent pas d’interpréter la fonction des différents câbles du cerveau. C’est un vide que comble en partie le logiciel.

«Avec ce logiciel, on est capable de voir s’il y a des câbles fonctionnels qui passent à travers la lésion. Si c’est le cas, on limite notre réfection pour ne pas abîmer la fonction du patient. Par contre, si on est dans un vide fonctionnel, on est plus agressif chirurgicalement», poursuit-il.

Au bout de la ligne, le médecin peut prendre une meilleure décision pour son intervention.

«Plus on maximise la réfection, meilleure sera le devenir du patient et sa réponse au traitement»,assure le chercheur et directeur du service de neurochirurgie du Centre hospitalier de l’Université de Sherbrooke (CHUS).

À ce jour, le logiciel a été utilisé sur une dizaine de patients. Le CHUS a investi 1,2 m$ pour moderniser son IRM.

http://www.cyberpresse.ca/

Cracher sur son téléphone pour avoir un diagnostic, vous le feriez?


Euh! Pas sur que je sois intéressé par ce genre de test, Franchement ils pourraient faire la même chose avec un bidule qui seraient vendu a la pharmacie comme pour les tests de grossesses .. Une chose de sur c’est que les gens seront plus réticent a emprunter les cellulaires des autres
Nuage

Cracher sur son téléphone pour avoir un diagnostic, vous le feriez?

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/branchezvous/smartphone.jpg

Vous êtes malade ou pensez l’être? Si vous n’avez pas le temps de vous rendre dans un hôpital ou chez le docteur, quoi de mieux que de cracher sur son téléphone intelligent pour avoir un diagnostic instantané.

Des scientifiques du Korea Advanced Institute for Science and Technology pensent que les téléphones intelligents pourraient remplacer certains tests sanguins et d’échantillons d’urine.

L’idée est d’utiliser l’écran tactile du téléphone pour analyser la salive. Les chercheurs coréens ont donc effectué quelques expériences avec des bactéries Chlamydia responsables de la chlamydiose. Ils ont utilisé un écran tactile multipoint de 3,5 pouces et ont réussi à déterminer la concentration de cette bactérie. Ils travaillent désormais à élargir la technique à d’autres bactéries.

Ces recherches, si elles aboutissent, pourraient permettre de faire des économies substantielles aux systèmes de santé de nombreux pays. De plus, cela permettrait de vérifier son sang ou son urine de chez soi, ou encore de disposer rapidement de diagnostic dans des écoles, des dispensaires mobiles, etc.

La technologie est encore au stade de développement et le logiciel conçu pour éliminer les faux signaux de touché par des gouttes d’humidité ou de sueur aurait besoin d’être changé avant qu’il puisse fonctionner de manière fiable. Et puis, il ne faut pas non plus négliger l’aspect de devoir cracher ou uriner sur son téléphone… de quoi ne plus prêter son téléphone! Vous voulez le mien?

http://www.branchez-vous.com

Sécurité Internet: les 25 pires mots de passe


Ceux qui doutent que ne pas changer leur mots de passe ne comporte aucun risque sachez que des hackers quand ils veulent savoir nos mots de passe ils ont un logiciel pour les trouver Donc changer souvent et avoir des mots de passes différents pour chacun des comptes
Nuage

Sécurité Internet: les 25 pires mots de passe

 

 

Photo: iShutterstock

Par Stéphanie Perron

Le mot de passe le plus utilisé pour les comptes de courriel et autres accès Web? «Password».

 Si le vôtre est aussi banal, il met en danger la sécurité de vos données.

L’éditeur américain de logiciels de sécurité SplashData a dressé le palmarès 2011 des mots de passe les plus utilisés sur Internet. Sans grande surprise, on y retrouve des séquences comme «123456 et «abc123».

Si l’un de vos mots de passe figure dans cette liste (voir ci-dessous), il est grand temps de le changer. Rappelons que les cyberpirates utilisent des logiciels conçus pour essayer des milliers de mots de passe à la seconde, y compris, en priorité, les formules les plus populaires ainsi que les mots figurant dans le dictionnaire.

Sachez aussi que vous facilitez grandement la tâche des fraudeurs qui souhaitent emprunter votre identité virtuelle si vous utilisez le même code pour tous vos comptes. Ainsi, des cyberpirates qui découvrent la clé d’accès de votre compte Hotmail tenteront probablement de l’utiliser pour se connecter à vos comptes bancaires et de placement, ainsi qu’à vos comptes auprès de divers détaillants (Amazon, eBay, etc.).

Les mauvaises habitudes sont tenaces
La société SplashData offre à ses clients le logiciel SplashID, justement destiné à gérer et sécuriser les mots de passe. Son palmarès n’en est pas moins crédible, puisqu’il est très similaire à celui
publié en 2010 par Imperva, une autre société de sécurité informatique.

Comme quoi les internautes ne perdent pas rapidement leurs mauvaises habitudes!

Conseils pour un mot de passe solide
Utilisez une formule comportant des lettres minuscules et majuscules ainsi que des chiffres et des caractères spéciaux
(tels !*&). Pour créer une formule unique mais facile à retenir, composez une phrase et conservez seulement la première lettre de chaque mot. Par exemple,

«Mon petit ourson Rico a quatre pattes!» donnerait ce mot de passe: «MpoRa4p!».

Les 25 mots de passe les plus populaires en 2011

password
123456
12345678
qwerty
(la première séquence des lettres sur le clavier)
abc123
monkey
1234567
letmein
(qui veut dire: laissez-moi entrer)
trustno1 (qui veut dire: ne faites confiance à personne)
dragon
baseball
111111
iloveyou
master
sunshine
ashley
bailey
passw0rd
shadow
123123
654321
superman
qazwsx
(une séquences de lettres placées en diagonale sur le clavier)
michael
football

Source: The Telegraph

http://www.protegez-vous.ca

Pornographie juvénile – Lutte à la pornographie en France : Une compagnie de Gatineau en appui


Je pense que si plusieurs pays peuvent mettre ensemble leur force pour lutter contre la pédophilie sur Internet, cela aidera j’espère a diminuer l’impact que cela a présentement a travers le monde … Déjà que cela doit être pénible pour les enquêteurs de voir autant d’atrocité et de perversion si leur travail est facilité cela serait moins dure pour eux
Nuage

Pornographie juvénile – Lutte à la pornographie en France : Une compagnie de Gatineau en appui

Un logiciel gatinois à la tête du combat

Le logiciel LACE, développé par BlueBear LES, a permis d’analyser 2,5 millions d’images en 40 heures, un travail qui aurait nécessité entre 9 et 12 mois manuellement.

Archives, La Presse

La lutte à la pornographie juvénile en France sera facilitée grâce à une compagnie de Gatineau.

L’entreprise Blue Bear a vendu aux forces policières françaises une dizaine de ses logiciels permettant de trier et d’accélérer le traitement du matériel de pornographie saisi dans une enquête.

Le matériel de Blue Bear permet d’évaluer en un temps record des centaines de milliers de photos saisies sur Internet, ce qui évite aux policiers d’être soumis pendant des jours à du contenu dégradant.

Le président de Blue Bear, Antoine Normand, est fier que son produit soit maintenant utilisé partout en France.

BlueBear est une entreprise privée canadienne dont la mission est d’élaborer des solutions criminalistiques dans la lutte contre l’exploitation des enfants en ligne.

http://actualites.ca.msn.com

 

Ce nouvel outil informatique permet d’analyser, dans un temps record, les milliers d’images numériques contenues dans les ordinateurs des pédophiles appréhendés par les corps policiers. Dans la dernière année, des corps policiers du Québec, de l’Ontario, de Winnipeg au Manitoba, mais aussi des États-Unis, de la Suisse, de la Belgique et du Royaume-Uni se sont dotés du logiciel LACE.

 « Nous avons eu un cas de 2,5 millions d’images il y a trois semaines, toutes plus épouvantables les unes que les autres, raconte M. Normand. L’analyse de ces images a pris moins de 40 heures grâce au logiciel, alors que manuellement il y avait du travail pour 9 à 12 mois. »

http://www.cyberpresse.ca