L’abus de cocaïne entraîne le vieillissement du cerveau


Es-ce surprenant que la cocaïne a des effets négatifs sur le cerveau?  Mais maintenant on peut comprendre ce que cette drogue peut faire et provoquer un vieillissement du cerveau plus rapidement
Nuage

 

L’abus de cocaïne entraîne le vieillissement du cerveau

 

© Shutterstock

Agence QMI

Une équipe de scientifiques de l’Université Cambridge a constaté que la perte de matière grise dans le cerveau est plus importante chez les personnes qui sont dépendantes à la cocaïne, comparativement à celles qui n’en consomment pas.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont examiné l’activité cérébrale de 120 participants, du même sexe, du même âge et au QI identique. La moitié d’entre eux étaient dépendants à la cocaïne alors que l’autre moitié n’en consommait pas.

Les consommateurs de cocaïne affichaient une perte de volume de leur cerveau de 3,08 ml par an, soit près du double que celle constatée chez les participants qui ne prennent pas de drogue (1,69 ml). Ce déclin accéléré relié au vieillissement prématuré du cerveau est plus important dans le lobe temporal et le lobe frontal, deux zones cruciales en matière d’attention, de prise de décision et de mémorisation.

«Le vieillissement engendre une perte de matière grise dans le cerveau. Toutefois, cette perte est accélérée chez les consommateurs de cocaïne, ce qui peut causer un vieillissement prématuré», explique la chercheuse Karen Ersche.

Elle ajoute que cette découverte permet de comprendre pourquoi les individus dépendants à la drogue présentent des difficultés cognitives identiques à celles que l’on remarque chez les personnes âgées.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique Molecular Psychiatry.

http://sante.canoe.ca

Neurologie – Faire entendre sa voie intérieure


Vous imaginez comment cela pourrait allégé les conversations si ces neuroscientifiques réussiraient a faire entendre des mots, des phrases d’une personnes ayant perdue la parole après une maladie ou un accident ou quelconque traumatisme ? Combien de frustrations seraient amoindris si le patient pouvait vraiment communiquer
Nuage

Neurologie – Faire entendre sa voie intérieure

Neurologie - Faire entendre sa voie intérieure

Le jour où les médecins arriveront à entendre la voie intérieure d’un patient incapable de parler à la suite d’une paralysie ou d’un accident vasculaire cérébral est peut-être à nos portes

Le jour où les médecins arriveront à entendre la voie intérieure d’un patient incapable de parler à la suite d’une paralysie ou d’un accident vasculaire cérébral est peut-être à nos portes.

Des neuroscientifiques de l’Université de la Californie à Berkeley ont enregistré l’activité électrique dans le lobe temporal du cerveau, le centre de traitement de l’information auditive, et ont établi un modèle qui interprète le son.

Les chercheurs ont ainsi été capables d’établir les mots qu’une personne avait entendus uniquement en analysant l’activité de son lobe temporal.

Selon le Dr Brian Pasley, si les conversations « intérieures » activent des régions semblables du cerveau, il sera éventuellement possible de se servir de la technologie afin d’interpréter les pensées des gens.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PLoS Biology

http://techno.ca.msn.com