Le fossile d’un des plus grands mammifères carnivores du monde découvert au Kenya


Une nouvelle espèce éteinte qui aurait vécu, il y a 23 millions d’années. Heureusement, car ce lion était un super carnivore et son physique était assez impressionnant
Nuage

 

Le fossile d’un des plus grands mammifères carnivores du monde découvert au Kenya

Vue d'artiste de Simbakubwa kutokaafrika, ou « grand lion d'Afrique » en swahili. L'animal vivait durant le Miocène, il y a 23 millions d'années. C'est un des plus grands mammifères carnivores connus. © Mauricio Anton

Vue d’artiste de Simbakubwa kutokaafrika, ou « grand lion d’Afrique » en swahili. L’animal vivait durant le Miocène, il y a 23 millions d’années. C’est un des plus grands mammifères carnivores connus. © Mauricio Anton

Floriane Boyer
Rédactrice

Des paléontologues ont identifié au Kenya des restes fossiles datés de 23 millions d’années appartenant à l’unique spécimen d’une nouvelle espèce, baptisée Simbakubwa kutokaafrika, ou « grand lion d’Afrique » en swahili.

On peut affirmer que le roi des animaux ne regrettera certainement pas sa disparition, car S. kutokaafrika est un digne représentant d’un groupe éteint d’hypercarnivores appelés Hyaenodonta.

D’après ses impressionnantes canines longues de 10 cm, ses grosses molaires de 6 cm et son imposante mâchoire, ainsi qu’un os du talon et plusieurs phalanges, l’animal était l’un des plus grands mammifères carnivores connus au monde. De son vivant, il devait mesurer 2,4 mètres de long du museau à la queue, pour une hauteur de 1,2 mètres et un poids pouvant atteindre 280 kgou jusqu’à 1,5 tonne, selon les méthodes d’estimation. Les chercheurs pensent qu’il s’agissait d’un jeune adulte. Le spécimen a été redécouvert dans les collections du Muséum national de Nairobi, capitale du Kenya, où il se terrait au nez et à la barbe de tous depuis qu’il avait été sorti de terredès les années 1980. L’espèce est décrite dans un article paru dans le Journal of Vertebrate Paleontology.

https://www.futura-sciences.

e

Un homme soupçonné de braconnage tué par un éléphant et mangé par des lions


Braconner des animaux qui sont dans un parc national est interdit et cruel. Cela comporte aussi des risques pour eux. Un braconnier a goûté à sa propre médecine en se faisant piétiné par les éléphants et mangé par des lions.
Nuage

 

Un homme soupçonné de braconnage tué par un éléphant et mangé par des lions

 

(Photo

BRUCE WILLIAMS VIA GETTY IMAGES(Photo prétexte)

Dans le parc Kruger en Afrique du Sud, un homme soupçonné d’être un braconnier a été piétiné par des éléphants.

  • Par Claire Tervé, HuffPost France

ANIMAUX – Tout comme les braconniers, la nature peut être sans pitié. Il ne restait que le crâne humain et le pantalon d’un homme soupçonné de braconnage dans le parc national Kruger en Afrique du Sud. Il aurait été piétiné par un éléphant, puis mangé par des lions, selon plusieurs sources.

Ce dimanche 7 avril, plusieurs médias anglophones, dont la BBC, ont rapporté la mort brutale de cet homme, d’abord annoncée dans un communiqué du parc Kruger. Selon ce dernier, l’homme et plusieurs complices auraient pénétré sur les lieux pour braconner des rhinocéros le 2 avril. Le lendemain, la famille de la victime, ne la voyant pas revenir, a contacté les rangers du parc pour la trouver. Quatre hommes ont été arrêtés, mais le cinquième homme recherché manquait à l’appel.

Il aura fallu attendre jusqu’au jeudi 4 avril pour que la dépouille, ou ce qu’il en restait, soit retrouvée grâce aux recherches et aux indications des complices présumés. Ces derniers ont expliqué que l’homme avait été tué, piétiné par un éléphant.

« Au cours de cette perquisition … les restes d’un corps ont été découverts », a déclaré le parc national sud-africain dans un communiqué. « Les indications trouvées sur les lieux suggèrent qu’une meute de lions avait dévoré les restes, ne laissant qu’un crâne humain et un pantalon ».

Le parc national Kruger, l’une des plus grandes réserves de gibier d’Afrique, est réputé pour sa grande densité d’animaux sauvages, notamment les lions, les léopards, les rhinocéros et les éléphants.

Ce n’est pas la première fois qu’un homme est tué par les animaux sauvages dans cette configuration. En 2018, un braconnier avait également été mangé par des lions, ces derniers ne laissant que « la tête et quelques restes ».

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Un Tchèque est tué par un lion qu’il élevait sans autorisation


C’est malheureux pour la famille de la victime qui a été attaquer par un lion. Cependant, un animal sauvage ne pas vivre domestiqué. Un jour ou l’autre, son instinct prend le dessus. Comme de raison, le lion instinct ou pas, il a été tué ainsi que la lionne qui vivait avec lui. C’est de la pure injustice.
Nuage

 

Un Tchèque est tué par un lion qu’il élevait sans autorisation

 

Un Tchèque est tué par un lion qu’il élevait sans autorisation

Photo: iStock

Un Tchèque, qui élevait deux lions sans autorisation, a été attaqué et tué mardi matin par l’un d’entre eux, un mâle de neuf ans, à Zdechov, un village de l’est de la République tchèque, a annoncé la police.

«Je peux confirmer la mort de l’éleveur», a déclaré à l’AFP la porte-parole de la police régionale, Lenka Javorkova.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l’accident.

La victime, un homme de 34 ans, gardait les deux félins, le mâle et une femelle de deux ans, sans autorisation des services vétérinaires locaux, dans un enclos bâti sans permis de construction.

«La police a été obligée de tuer les deux lions par balles», a expliqué la porte-parole.

La police avait été alertée par le père de la victime, qui a vu vers 07H00 locales (06H00 GMT) sur une caméra de surveillance le corps de son fils gisant à l’intérieur de l’enclos.

Un médecin dépêché sur les lieux «a constaté la mort du propriétaire» des deux fauves, selon la porte-parole de la police.

«Aucun des deux animaux ne s’est retrouvé hors de l’enclos à la suite de l’accident, il n’y a pas de danger pour la population», a assuré Mme Javorkova.

L’homme élevait le mâle depuis 2016 et la femelle depuis l’année dernière. La présence des deux animaux suscitait une vive inquiétude à Zdechov, un village d’environ 600 habitants.

En juin dernier, la lionne promenée en laisse par son propriétaire à l’extérieur de l’enclos avait attaqué et blessé un cycliste.

https://journalmetro.com/

La réaction incroyable de ce chiot devant la célèbre scène du film "Le Roi Lion"


Luna a 4 mois. Quand Mufasa dans le film le Roi Lion de Disney est tombé de la falaise, ce chien a regarder la télévision et il s’est mis  à pleurer en se couchant comme Simba. On dirait vraiment qu’il a été touché par la tragédie de l’histoire.
Nuage

 

La réaction incroyable de ce chiot devant la célèbre scène du film « Le Roi Lion »

 

Les lions de Namibie s’attaquent désormais aux créatures marines


Les lions de Namibie avaient été exterminés du a un problème de cohabitation avec l’humain, car ils chassaient le bétail. Quelques années plus tard, il fut réintroduit dans une région désertique du pays. Les lions ont réussi à s’adapter en changeant leur mode d’alimentation en attaquant des animaux marins.
Nuage

 

Les lions de Namibie s’attaquent désormais aux créatures marines

 

lion

Une lionne qui vient de chasser un cormoran. Crédits : P Stander/Journal namibien de l’environnement

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Les lions de la Côte des Squelettes, une région désertique de Namibie, s’attaquent désormais régulièrement aux phoques et oiseaux marins pour se nourrir. Pour certains spécimens, ces sources de nourriture constitueraient près de 80 % de leur régime alimentaire.

Les années 1980 ont vu disparaître les lions de Namibie. Problèmes de cohabitation. Les fauves s’attaquaient au bétail et les paysans ripostaient en tirant dessus, ou en les empoisonnant. Résultat : en 1990, tous les lions de la côte avaient été exterminés. Quelques années plus tard, une loi de conservation fut néanmoins instaurée, et en 1997, une petite population de lions spécialement adaptés pour vivre dans des conditions désertiques est revenue s’installer. Les Hommes ne pouvant (légalement) plus s’attaquer aux lions, les populations de fauves se sont peu à peu rétablies. Et elles continuent de s’adapter, en se nourrissant désormais de phoques, cormorans et autres oiseaux marins.

Une traque de plus en plus régulière

La première fois, c’était en 2006 : un chercheur vit alors une lionne attaquer, tuer et manger un phoque à fourrure. Jusqu’en 2016, ce comportement a été observé neuf fois. Il s’agissait plus d’une traque opportuniste : les lions ne chassaient pas délibérément les phoques. Cependant, cela a changé il y a environ trois ans. Les précipitations se sont faites de plus en plus rares. Plutôt que de brûler de l’énergie à suivre les proies vers des zones plus humides, les lions ont commencé à se servir sur place. La chasse aux phoques (mais pas que) est alors devenue de plus en plus régulière.

Près de 80 % de leur régime alimentaire

Philip Stander, qui suit les populations de lions dans la région depuis de nombreuses années, a récemment rapporté le cas de trois jeunes lionnes, âgées d’un an. En mars 2017, orphelines, les trois sœurs ont commencé à chasser les cormorans, explique-t-il dans le dans le Namibian Journal of Environment.

« Poussées par la faim et le désespoir, les jeunes lionnes ont réussi à se frayer un chemin sur les dunes et à nager sur une île près d’une source d’eau douce non loin de la côte, peut-on lire. Elles ont commencé à tuer des cormorans qui dorment sur l’île la nuit, et ont ensuite appris à chasser un plus large éventail d’oiseaux, notamment les flamants roses et les sarcelles d’hiver ».

 Cette chasse aux oiseaux est tellement devenue régulière que ces espèces marines constituaient désormais 79 % de leur régime alimentaire.

« [Les lions] ont trouvé une ressource marine riche et fiable pouvant fournir une source d’énergie importante lorsque leurs ressources alimentaires terrestres traditionnelles sont rares », explique le chercheur. Et les fauves pourraient continuer de s’adapter. « Les observations préliminaires laissent également à penser qu’ils pourraient apprendre à s’attaquer à d’autres organismes marins, note le chercheur, tels que les crustacés, les crabes ou les tortues de mer ».

Source

https://sciencepost.fr/

Votre chat est prêt à vous tuer, selon la science


Ben oui, si les chats étaient plus gros, ils pourraient être aussi dangereux que les lions ! Ce n’est vraiment pas le cas !! Il y a des s conclusions d’études qui fait sourire.
Nuage

 

Votre chat est prêt à vous tuer, selon la science

Les chats présentent une personnalité similaire aux lions d’Afrique, selon une étude. [PATRICK PLEUL / DPA / AFP]

Les chats ne seraient pas que de gentilles boules de poils qui vous réchauffent lors des longues soirées d’hiver. Derrière cette apparence rassurante se cache un animal sauvage, expliquent les scientifiques. 

Une étude menée par les chercheurs de l’Université d’Edimbourg(Ecosse) et le zoo du Bronx à New York avance ainsi que la personnalité des chats domestiques est similaire à celle des chats sauvages et autres félins.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont utilisé le test de personnalité intitulé « modèle des big five« , utilisé fréquemment en psychologie. Celui-ci permet d’établir un type de personnalité en fonction de cinq critères : l’extraversion, le caractère consciencieux, l’ouverture à l’expérience, l’agréabilité et le névrotisme.

LES CHATS PROCHES DES LIONS D’AFRIQUE

En appliquant ce test aux chats et à différents animaux sauvages, les chercheurs ont ainsi établi qu’il n’existait aucune différence entre la personnalité des chats et celle des lions d’Afrique : ils aiment dominer, sont impulsifs, anxieux et colériques.

Pour résumer, s’ils étaient plus grands, ils n’hésiteraient sans doute pas à tuer leur maître. Mais rassurez-vous, les chats peuvent aussi être affectueux, joueurs et sociables… comme peuvent l’être les lions.

Maintenant que vous connaissez les intentions de votre chat, voici une infographie pleine d’humour issue du site oatmil.com qui pourrait vous aider à anticiper d’éventuels mauvais coups.

capture_decran_2015-11-02_a_15.56.43.png

https://www.cnews.fr/

Un lion tue une jeune stagiaire dans un zoo


Un zoo n’est pas vraiment un endroit pour un animal sauvage tel qu’un lion, mieux vaut des refuges, même s’il est plus difficile de les protéger des braconniers. C’est vraiment triste pour cette perte humaine, alors que le lion n’a agi que par instinct.
Nuage

 

Un lion tue une jeune stagiaire dans un zoo

 

Le zoo demeurera fermé jusqu'à nouvel ordre.... (Photo d'archives)

Le zoo demeurera fermé jusqu’à nouvel ordre.

PHOTO D’ARCHIVES

 

Agence France-Presse
Washington

Un lion a attaqué et tué une jeune Américaine qui travaillait dans un parc zoologique de Caroline du Nord, aux États-Unis, a annoncé dimanche le Conservators Center.

Alexandra Black, 22 ans, était passionnée d’animaux sauvages et travaillait depuis 10 jours comme stagiaire au sein du Conservators Center à Burlington, en Caroline du nord. 

« Le Conservators Center est dévasté par la perte d’une vie humaine aujourd’hui. Alors qu’une équipe guidée par un gardien professionnel procédait au nettoyage habituel d’un enclos, un des lions a réussi à s’échapper de l’endroit où il était enfermé et a pénétré l’espace où se trouvaient les humains et a rapidement tué une personne », a expliqué le Centre dans un communiqué. 

« La manière dont le lion a pu quitter l’enclos fermé reste inconnue pour le moment. Le lion n’est à aucun moment sorti du périmètre clôturé du parc », a ajouté le Centre, qui a présenté ses condoléances à la famille de la victime et annoncé que le parc resterait fermé temporairement. 

Le lion a été abattu pour que le corps de la jeune femme puisse être récupéré, a-t-il précisé. 

Alexandra Black était une jeune diplômée de l’Université de l’Indiana. Le parc zoologique où elle avait commencé à travailler abrite des dizaines d’animaux et 21 espèces différentes.

https://www.lapresse.ca