Le père de Lin Jun sera présent tout au long du procès


Je ne sais pas si en temps que parents, j’aurais voulu assister à un procès d’un crime aussi atroce que celui de Magnotta. Regarder les vidéos qui montrent les détailles du démembrement de la Lin Jun sera sûrement quelque chose d’émotionnellement difficile à vivre. Je ne sais pas pourquoi, que cela a pris tant de temps à mettre ce procès à l’ordre du jour. Mais, ce que j’espère, c’est que la sentence sera lourde pour que plus jamais Magnotta voit le jour de la liberté
Nuage

 

Le père de Lin Jun sera présent tout au long du procès

Le père de Lin Jun se présente au... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Le père de Lin Jun se présente au palais de justice de Montréal, accompagné de sa traductrice.

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Sidhartha Banerjee
La Presse Canadienne
Montréal

Le père de Lin Jun, l’étudiant chinois tué et démembré en 2012, a traversé la moitié du globe pour assister au procès du suspect numéro un, Luka Rocco Magnotta, et obtenir réponse à ses questions.

«Certaines personnes ne comprennent tout simplement pas pourquoi un père veut regarder des preuves comme celles-là, mais c’est son choix, c’est son fils, a déclaré, lundi après-midi, l’avocat de Diran Lin, Daniel Urbas. Il a un intérêt personnel, il veut savoir ce qui est arrivé à son fils, comment c’est arrivé (…) et une question qui pourrait ne jamais être répondue: pourquoi?».

«Cela n’améliorera pas les choses, il obtiendra quelques réponses, mais je ne pense pas que cela effacera comment il se sent chaque jour», a-t-il expliqué devant les médias, M. Lin à ses côtés.

M. Magnotta a de nouveau plaidé non coupable aux cinq accusations qui pèsent contre lui, dont une de meurtre au premier degré. Son avocat, Luc Leclair, a déclaré aux jurés du procès pour meurtre prémédité qu’il va présenter une défense d’aliénation mentale et que l’état d’esprit de Magnotta sera l’élément central de cette cause.

Diran Lin a passé l’avant-midi dans la salle d’audience. Un traducteur était assis avec lui alors que les avocats présentaient leurs arguments. Il pourra regarder la majeure partie du procès depuis une pièce privée aménagée pour lui, adjacente à la salle, pour lui permettre de recevoir les explications des traducteurs et des avocats.

«M. Lin sera ici pratiquement tous les jours, tout dépendant de la nature de la preuve, a précisé M. Urbas. Il sera là pour voir par lui-même.»

Le père de la victime est le seul membre de la famille à s’être déplacé au Canada pour le procès. M. Urbas a affirmé que la mère et la soeur de Lin Jun ne pouvaient pas même s’approcher du palais de justice pour l’enquête préliminaire en 2013. Elles ont donc choisi de rester en Chine.

Les deux femmes n’ont pas encore recommencé à travailler depuis le drame. M. Lin a quant à lui quitté son emploi pour assister au procès.

«Chaque jour, nous tentons d’en parler à la mère, c’est comme si c’était arrivé hier, a raconté M. Urbas. Si elles doivent souffrir, si elles doivent être malheureuses, aussi bien être à la maison.»

Le juge du procès, Guy Cournoyer, a accepté en partie une requête de la famille de ne pas permettre la publication de certaines images et vidéos.

M. Urbas a expliqué lundi qu’ils ont passé de nombreuses heures à discuter de comment la justice canadienne fonctionne, mais le père ne veut pas commenter lui-même, jusqu’au verdict.

M. Lin restera à Montréal jusqu’à ce qu’une décision soit prononcée.

«Il veut être présent. C’est le moins qu’il puisse faire», a affirmé l’avocat.

http://www.lapresse.ca/

Luka Rocco Magnotta, l’objet de leur obsession


Je suis étonné que des gens puissent devenir fans d’un tueur ayant fait un crime des plus odieux ou Comme Luka Magnotta qui du jour au lendemain est devenu célèbre pour son meurtre d’une rare violence. C’est un problème qui je pense qu’il est important de consulter quand cette attirance mine la vie d’une personne ainsi que son entourage
Nuage

 

Luka Rocco Magnotta, l’objet de leur obsession

 

Luka Rocco Magnotta, à son arrivée à Montréal, le 18 juin 2012. REUTERS/SPVM –

 

La justice canadienne a beau l’accuser d’un des pires crimes de l’histoire du pays, des centaines de fans l’adulent et des admiratrices rêvent de le rencontrer. Confessions de femmes éprises de «Luka».

Coupable ou non, Luka Rocco Magnotta a gagné: il est devenu célèbre. Le visage du Canadien de 29 ans à l’allure androgyne a fait le tour du monde. La justice canadienne l’accuse du meurtre sordide d’un étudiant chinois à Montréal, à la fin du mois de mai; un des pires crimes de l’histoire du pays. Pourtant, des centaines de fans l’adulent et des admiratrices rêvent de le rencontrer. Confessions de femmes éprises de «Luka».

Alison (nom fictif) a honte de ce qu’elle ressent. Elle pourrait être fan d’un chanteur, d’un sportif ou d’un acteur, mais son obsession à elle, c’est Luka Rocco Magnotta. Cette Canadienne de 29 ans, qui vit en Ontario, n’en a rien dit à son mari, sa famille et ses amis. Tout juste sont-ils au courant qu’elle est très intéressée par l’affaire du «dépeceur de Montréal». Mais pas à ce point…

«A chaque fois que je découvre quelque chose de nouveau à propos de lui, mon obsession augmente encore et encore.»

Alison a tout vu, tout lu à propos de Magnotta. Elle estime lui consacrer 12 heures par jour, à un point tel que cette passion a un impact sur sa productivité au travail.

«A l’origine, c’était seulement de la curiosité mais au fur et à mesure, c’est devenu une véritable obsession. On peut dire que je suis devenue extrêmement attirée par Luka.»

Elle lui adresse même des poèmes sur un blog écrit en anglais.

«Je ne peux détourner le regard de ton visage hypnotisant / Un spécimen unique du genre humain / Mes pensées pour toi font battre mon cœur / Tes yeux sont mystérieux et froids /Tu as l’air si fort et en même temps si doux / Ta beauté pour moi, c’est tout ce qui compte »

Alison ne croit pas être amoureuse de Luka Rocco Magnotta, elle se définit plutôt comme une «supporter»:

« Je ne suis pas fan du crime qu’il est présumé avoir commis mais plutôt de l’image qu’il s’est créée sur le Net.»

Toute sa vie, Luka Rocco Magnotta a essayé en vain de devenir célèbre. Recalé des castings de téléréalité, incapable de décrocher un rôle dans un vrai film, il tente même la chirurgie pour ressembler à James Dean.

Mais rien n’y fait. Il se rabat alors sur le porno, Internet et ses quelque 70 pages Facebook pour donner libre cours à son narcissisme. Il publie des centaines de photos de lui dans des poses de mannequin.

Alison reconnaît que si elle ne le trouvait pas beau, elle n’aurait pas la même obsession.

«Je veux le connaître… mais je ne sais pas encore si je voudrais qu’il se passe autre chose entre nous.»

Magnotta, innocent jusqu’à preuve du contraire, fait face à 5 chefs d’accusation dont celui de meurtre prémédité, outrage à un cadavre, corruption des mœurs (pour avoir posté la vidéo du meurtre sur Internet) et harcèlement criminel envers le Premier ministre canadien (pour avoir adressé au parti conservateur un pied de la victime par la poste).

Des centaines de fans

Alison n’est pas seule dans son cas. Sur un forum de discussion français consacré à la psychologie, une jeune fille de 18 ans écrit:

«Je suis malencontreusement attirée par cet homme depuis le premier jour où l’on m’en a parlé. Je le trouve en quelque sorte parfait sans pour autant concevoir ce qu’il a fait. (…) Je suis et j’étudie son histoire à la lettre chaque jour, par curiosité, par attirance. (…) Mais c’est mal! Je dois passer pour une folle dingue et j’en suis bien consciente. Mais je n’arrive vraiment pas à l’oublier. Je ne sais pas quoi faire… Je vais jusqu’à me renseigner si les visites sont autorisés aux prisonniers à perpétuité. Parce que oui, j’aimerais un jour faire sa rencontre. Voir en face de moi qui est réellement cet homme dont j’ai pourtant essayé de me dégoûter, que ce soit en regardant la vidéo ou en cherchant des horribles commentaires et histoires sur lui. C’est malsain, ignoble et malade de ressentir ça.»

Autre page web consacrée à Magnotta, autre confession. Cette fois de Florentine, 49 ans:

«Ma vie est plate et inintéressante. Je suis frustrée contre les hommes de mon âge (…). Mon obsession pour Luka a commencé quand j’ai vu ses yeux bleus rayonnants et son corps sexy. J’ai commencé à imaginer des choses, à avoir des fantasmes. L’obsession est devenue tellement forte jour après jour que je n’arrive plus à bien dormir.»

Elle parle de ses rêves, elle imagine sa relation avec Magnotta comme celle d’amis proches, «comme Liz Taylor et Michael Jackson». Elle aussi voudrait le rencontrer en prison, le réconforter, le tenir dans ses bras.

La plupart de ces témoignages semblent rationnaliser leur obsession.

«C’est la première fois de ma vie que je ressens ça. Je suis bien consciente que ce n’est pas une obsession normale, reconnaît Alison.Je suis tiraillée entre mon côté rationnel qui me dit d’arrêter de m’intéresser à lui et mon côté obsessif, qui me dit le contraire.»

Plusieurs psychiatres recommandent de ne pas regarder la vidéo du meurtre de l’étudiant chinois Lin Jun, qui circule sur Internet. Pourtant, loin d’être dégoûtée, la créatrice de la page Facebook à la gloire de Magnotta, Destiney Danille St Denis, 21 ans, se vante d’avoir vu la vidéo du crime plus de 20 fois. Sa page rassemble plus de 1.500 fans de Magnotta.

Hybristophilie

Ce trouble qui toucherait surtout les femmes a un nom: l’hybristophilie, aussi connue sous le nom de «Syndrome Bonnie et Clyde». Il s’agit d’une fascination, voire d’une excitation sexuelle pour des personnes qui ont commis des crimes, spécialement les crimes violents et cruels.

Pour le psychiatre Louis Bérard, directeur des services professionnels à l’Institut Philippe Pinel de Montréal, le phénomène n’est pas nouveau.

«Si l’industrie du polar et du cinéma rapporte des millions en mettant en scène si souvent des meurtriers en série, c’est que la fascination des êtres humains pour ce genre de crime sordide est manifestement assez répandue.»

Plusieurs criminels célèbres, particulièrement ceux ayant commis des crimes affreux, ont engendré leur lot d’admirateurs. Un des plus vieux cas connus demeure le tueur en série Français Henri-Désiré Landru, coupable du meurtre de 11 personnes dont 10 femmes. De son incarcération en 1919 jusqu’à son exécution en1922, il aurait reçu plus de 4.000 lettres d’admiratrices dont 800 demandes en mariage. Les assassins américains Charles Manson et Ted Bundy ont eux aussi été inondés de lettres enflammées de femmes qui n’hésitent pas à aller les rencontrer en prison.

Certaines admiratrices vont même jusqu’à épouser ces hommes qu’elle ne connaissent que par échange épistolaire. Le tueur en série américain Richard Ramirez a par exemple épousé une journaliste devenue groupie. L’Allemand Jurgen Bartsch, qui a violé et démembré 4 enfants, a épousé son infirmière en soins psychiatriques. Et c’est sans parler du cas de Monique Fourniret qui ira jusqu’à commettre des crimes avec son mari rencontré grâce à des lettres lors d’un précédent séjour en prison.

Sur Internet, les autographes ou les lettres de tueurs se collectionnent et se vendent. On peut même trouver des morceaux de pierre tombale ou de motte de terre du jardin où le tueur a enterré ses victimes. Dans le cas de Magnotta, la chaise du cyber-café de Berlin où il a été arrêté a fait une courte apparition sur eBay avant d’être retirée. Les enchères dépassaient les 1.000 euros. (1 400 $)

Pour le psychiatre Louis Bérard, tout est question de maîtrise de ses limites.

«Je pense que ce genre de crimes réveille quelque chose chez les gens, une sorte de fascination pour ceux qui transgressent les limites qu’on nous a appris à ne pas dépasser dans notre éducation. Il faut accepter de faire le deuil de ces choses que la loi ou la moralité nous interdisent de faire.»

Sans surprise, il recommande à toute personne qui serait envahie par ce genre de fascination au point de négliger des aspects plus importants de sa vie, comme sa relation avec ses proches ou son travail, de consulter. C’est justement ce que s’apprête à faire Alison:

«Je veux comprendre pourquoi quelqu’un que je n’ai jamais rencontré peut avoir une emprise si forte sur mes émotions et sur ma vie.»

Thomas Gerbet

http://www.slate.fr

Mark Marek retrouvé et arrêté


Ne cherchez plus …  Grâce a un citoyen qui a reconnu Mark Marek grâce a une photo diffusé a la télévision, les policiers ont procédé a son arrestation
Nuage

 

Affaire Magnotta : Mark Marek retrouvé et arrêté

 

La police d'Edmonton a lancé un mandat d'arrêt contre Mark Marek.

La police d’Edmonton a lancé un mandat d’arrêt contre Mark Marek. Photo :  Service de police d’Edmonton

 

Mark Marek, accusé de corruption de mœurs pour avoir publié une vidéo qui montrerait le meurtre de l’étudiant chinois Lin Jun, est à nouveau entre les mains de la police, au lendemain du lancement d’un mandat d’arrêt contre lui.

L’homme de 38 ans était recherché pour non-respect d’une des conditions de sa libération, après une précédente arrestation, le 16 juillet.

Selon le ministère de la Justice, il n’a pas informé son agent de libération conditionnelle d’un changement d’adresse et la police n’était pas en mesure de le localiser.

Les enquêteurs de l’unité des homicides expliquent qu’ils ont reçu jeudi un signalement d’un citoyen affirmant avoir reconnu Mark Marek à Leduc, car il avait vu sa photo en regardant les nouvelles à la télévision.

Des policiers ont ensuite été envoyés dans un secteur d’entreposage de Leduc où ils ont effectivement repéré le suspect. Ils l’ont ensuite suivi à une station d’essence avant de procéder à son arrestation, vendredi après-midi.

Le suspect comparaît vendredi après-midi pour s’expliquer sur sa disparition, quelques jours après avoir obtenu la libération sous conditions.

Il doit par ailleurs rester en Alberta jusqu’à sa comparution en cour le 1er août pour répondre à l’accusation de corruption de moeurs qui pèse déjà contre lui.

http://www.radio-canada.ca

Affaire Magnotta: Mark Marek recherché par la police


La saga de l’affaire Magnotta se poursuit. D’abord, la justice est longue à juger Luka Rocco Magnotta, et que maintenant, l’homme qui avait mis en ligne, en toute connaissance de cause la teneur d’une vidéo, s’est probablement enfui, car la police le recherche avec un mandat d’arrêt
Nuage

 

Affaire Magnotta: Mark Marek recherché par la police

 

La police a fait savoir qu'elle avait émis... (PHOTO POLICE D'EDMONTON, LA PRESSE CANADIENNE)

La police a fait savoir qu’elle avait émis un mandat d’arrestation à l’endroit de Mark Marek pour avoir enfreint ses conditions de remise en liberté.

PHOTO POLICE D’EDMONTON, LA PRESSE CANADIENNE

La Presse Canadienne
Edmonton

Les autorités policières d’Edmonton sont à la recherche du propriétaire d’un site internet qui fait face à des accusations en lien avec une macabre vidéo liée au meurtre dont est accusé Luka Rocco Magnotta.

La police a fait savoir qu’elle avait émis un mandat d’arrestation à l’endroit de Mark Marek pour avoir enfreint ses conditions de remise en liberté.

Les autorités policières demandent l’aide de la population pour retracer Marek, qui a été libéré du Edmonton Remand Centre le 25 juillet.

Il fait face à un chef d’accusation de corruption des moeurs, pour avoir prétendument mis en ligne une vidéo de Magnotta tout en sachant qu’elle illustrait un vrai meurtre.

La vidéo montrait, supposément, l’assassinat et le démembrement de Jun Lin, un étudiant d’origine chinoise inscrit à l’Université Concordia à Montréal.

Magnotta a présenté un plaidoyer de non-culpabilité et doit subir son procès en septembre 2014.

Lors de l’audience sur la libération sous cautionnement de Marek, la Couronne s’était opposée à sa remise en liberté, soulignant le fait qu’il n’avait aucune adresse à Edmonton et qu’il avait clairement déclaré à la police qu’il envisageait retourner dans sa Slovaquie natale. Selon la police, Marek vivait dans son véhicule depuis son retour à Edmonton.

Selon la défense, Marek avait planifié rendre visite à sa famille dans le pays d’Europe de l’est en septembre, mais qu’il n’avait nullement l’intention d’échapper à ses problèmes juridiques.

Marek avait déclaré au juge que son passeport avait été saisi.

http://www.lapresse.ca

Il faut plus d’argent pour expertiser Magnotta


J’ai comme l’impression que l’affaire Magnotta va prendre du temps a se régler … Je comprend que les accusés ont droit a l’aide juridique s’ils n’ont pas les moyens a payer de leur poches, cependant, Magnotta a quand même, malgré qu’il était sur l’aide sociale, a voyager dans plusieurs pays et ce n’est pas avec un chèque de BS qu’on peut se payer de tel voyage, juste l’avion est relativement cher ..
Nuage

 

Il faut plus d’argent pour expertiser Magnotta

 

Luka Rocco Magnotta... (Image La Presse Canadienne)

Luka Rocco Magnotta

IMAGE LA PRESSE CANADIENNE

CHRISTIANE DESJARDINS
La Presse

Les avocats de Luka Rocco Magnotta demandent au Procureur général de délier les cordons de sa bourse, afin d’augmenter les sommes pour l’évaluation psychiatrique de leur client.

Les montants offerts par l’Aide juridique pour les expertises seraient nettement insuffisants pour un dossier de cette complexité, selon l’avocat de l’accusé, Me Luc Leclair. L’avocat a présenté une requête en ce sens à la Cour supérieure, vendredi, en demandant que celle-ci soit couverte par une ordonnance de non-publication, ce que le juge Michael Stober a refusé.

Les expertises s’attarderont à l’état d’esprit de M. Magnotta, notamment pour voir s’il y a ouverture à une défense de non-responsabilité pour troubles mentaux.

Ce genre d’expertise n’est pas inhabituel. Il est normal que la défense veuille examiner toutes les avenues, a relevé le juge.

«Cela veut juste dire que l’avocat fait ses devoirs», a ajouté le magistrat.

Aide sociale

Magnotta est accusé du meurtre prémédité de l’étudiant chinois Lin Jun, et d’outrage à son cadavre. Les événements sont survenus en mai dernier. L’homme de 30 ans a été arrêté à Berlin dans les semaines suivantes après une chasse à l’homme internationale.

M. Magnotta était bénéficiaire de l’aide sociale. Étant dans l’indigence, il est admissible à l’aide juridique. C’est d’ailleurs avec un mandat d’aide juridique, que Me Leclair, un avocat d’Ontario, et Me Pierre Panaccio, de Montréal, assurent sa défense. Dans le cadre de cette défense, les avocats veulent faire évaluer leur client par des psychiatres spécialisés dans le domaine médico-légal. Mais les experts ne se bousculent pas au portillon, apparemment.

L’aide juridique offrait d’abord 1200 $, pour l’évaluation par un psychiatre et la rédaction du rapport. Devant l’insistance de Me Leclair, la somme a été augmentée à 1500 $, puis 2000 $ et enfin 3000 $. Me Leclair dit avoir trouvé deux psychiatres qui, à contrecoeur, ont accepté ces émoluments. Ils auraient travaillé 60 heures chacun dans le dossier à venir jusqu’ici, et leur travail est loin d’être terminé, selon Me Leclair.

Me Leclair a aussi soulevé le fait que Magnotta est unilingue anglophone. Les experts doivent donc parler anglais et être capables de rédiger leur rapport en anglais, ce qui restreint le bassin d’experts, à son avis.

Me Leclair signale que l’aide juridique d’Ontario paie les experts en psychiatrie et psychologie médico-légale à un tarif horaire de 200 $ l’heure, sans limites d’heures. Le nombre d’heures doit cependant être préapprouvé, mais il est possible de négocier un surplus au besoin.

Rappelons que Magnotta a commencé à subir son enquête préliminaire le 11 mars. L’exercice est interrompu depuis jeudi, car il n’y avait plus de témoins disponibles à ce moment. 

L’enquête reprendra le 8 avril, pour environ une semaine. Au terme de l’exercice, la juge Lori Renée Weitzman devra décider s’il y a suffisamment de preuves pour citer l’accusé à procès. Si c’est le cas, le procès de Magnotta ne se tiendra pas avant janvier 2014, au mieux, car l’agenda du procureur de la Couronne, Louis Bouthillier, est plein pour 2013.  C’est ce que Me Bouthillier a fait valoir devant le juge Stober, vendredi.

http://www.lapresse.ca

Magnotta : Pourquoi a-t-il du souffrir autant?


Je n’ose imaginer la douleur des parents de Lin Jun et je suis d’accord que ceux qui regardent encore la vidéo du meurtre de cet étudiant chinois c’est comme le tuer encore et encore. Cette vidéo n’est ni un jeu, ni virtuel ce fut une réalité macabre Le Canada est reconnu pour être pacifique mais comme dans tout pays il y a des mauvaises personnes et de très mauvaises personnes
Nuage

 

Magnotta : «Pourquoi a-t-il dû souffrir autant?»

 

Le père de Lin Jun, photographié à son arrivée au palais de justice de Montréal, lors de la comparution en personne de Rocco Luka Magnotta, en juin dernier.

PHOTO: IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Émilie Bilodeau
La Presse

Les parents de Lin Jun, l’étudiant chinois qui a été froidement assassiné puis démembré, n’arrivent toujours pas à croire que leur fils a perdu la vie aussi violemment.

Dans une entrevue accordée à la CBC, le père et la mère de la victime racontent que leur fils était un garçon intelligent, calme et curieux. Ils croient qu’il s’est présenté chez son présumé tueur pour réparer son ordinateur, et non pas parce qu’il avait une relation intime avec lui.

«Nous croyons que Magnotta a exploité la gentillesse de notre fils en lui faisant croire qu’il avait besoin d’aide, a expliqué Zhigui Du, mère de Lin Jun. Je ne crois pas qu’il avait une relation avec le tueur. Je suis assez confiante pour vous l’assurer. Si vous ne me croyez pas, attendons de voir ce que le tueur aura à dire lors de son procès.»

La vidéo du meurtre, publiée sur l’internet, a fait vivre une «douleur insupportable» à la famille.

«Les gens la regardent encore et encore. C’est comme si mon fils était tué encore et encore», a raconté Mme Du.

«Pourquoi sa vie a-t-elle dû s’achever si abruptement? Pourquoi a-t-il dû souffrir autant? Pourquoi cette vidéo violente a-t-elle été mise sur l’internet? Quel désastre et quelle grande douleur pour notre famille. Mon garçon d’amour, tellement vivant, tué de cette manière», enchaîne-t-elle, entre deux sanglots.

Lin Jun était enthousiaste à l’idée d’étudier au Canada et rassurait ses parents en leur disant que c’était un pays pacifique et sécuritaire pour les immigrants. À son arrivée à Montréal, l’étudiant avait tourné une vidéo pour ses proches en Chine, dans laquelle il montrait son appartement, sa rue et le métro.

M. Lin et Mme Du veulent rester à Montréal pendant toutes les procédures judiciaires concernant Luka Rocco Magnotta, le présumé tueur de leur fils. Ils ont remercié les Canadiens pour leur gentillesse et le soutien qui leur a été apporté. En revanche, leur opinion du Canada a changé depuis le meurtre de leur fils.

«Nous croyons toujours que la plupart des gens ici sont très gentils, mais ce crime haineux est arrivé au Canada. Ça m’a fait reconsidérer le genre d’endroit que c’est. Des fois, lorsque je marche dans la rue, en regardant les gens, j’ai l’impression que tout le monde ressemble à Magnotta. Je vis avec beaucoup de peur.»

Les parents de Lin Jun n’ont toujours pas décidé s’ils enterreraient leur fils à Montréal ou en Chine.

http://www.lapresse.ca

Magnotta était recherché avant l’affaire Lin Jun


Il semblerait que ceux qui font des meurtres aussi crapuleux ou des tueurs en séries s’exercent souvent  sur les animaux .. en tout cas Magnotta ne semble pas déroger a cette règle. Il est juste dommage, que la police torontoise ne l’ai pas trouvé a temps …mais probablement que de toute facon c’était une bombe a retardement
Nuage

 

Magnotta était recherché avant l’affaire Lin Jun

 

L’ancien propriétaire de Magnotta a raconté qu’un enquêteur lui avait téléphoné pour le questionner. Sur notre photo, Luka Rocco Magnotta.

AP

Andy Blatchford
La Presse Canadienne

La police était déjà sur la piste de Luka Rocco Magnotta quelques semaines avant le meurtre et le démembrement de l’étudiant chinois Lin Jun, a soutenu l’ancien propriétaire d’un logis où aurait habité le présumé meurtrier.

L’homme, qui souhaite conserver l’anonymat, a expliqué que les autorités policières avaient retracé l’acteur porno et strip-teaseur de 29 ans dans un immeuble à logements du quartier Pointe-Saint-Charles, à Montréal, en mars.

Il a raconté qu’un enquêteur lui avait téléphoné pour le questionner sur Magnotta, mais que ce dernier avait déménagé deux semaines plus tôt.

Même si le propriétaire n’a jamais su pourquoi il avait reçu cet appel, la police de Toronto a déclaré qu’elle enquêtait sur le jeune homme depuis plus d’un an parce qu’il était soupçonné de cruauté envers les animaux.

D’après l’homme, les policiers torontois ont presque réussi à retrouver Magnotta.

«Je crois qu’ils étaient sur sa piste», a-t-il déclaré alors qu’il se tenait devant son immeuble. «Je me suis dit que j’étais content qu’il soit parti puisque la police le recherchait.»

Le coup de fil a été donné environ deux mois avant la mort de Lin Jun, survenue à la fin du mois de mai. Luka Rocco Magnotta a plaidé non coupable à l’accusation de meurtre prémédité qui a été déposée contre lui en lien avec ce crime sordide.

Son ancien propriétaire a indiqué qu’il avait quitté son appartement meublé du second étage en février après y avoir emménagé deux mois plus tôt. Cela semblait être une décision de dernière minute puisqu’il n’a annoncé son départ qu’une semaine avant.

Magnotta a affirmé qu’il retournait vivre à Toronto, mais il est plutôt resté à Montréal. Il a loué un autre logement meublé dans le quartier Côte-des-Neiges, où les autorités croient que Lin Jun aurait été tué et démembré.

«La police a appelé et je leur ai dit qu’il était parti à Toronto», a relaté le propriétaire de l’édifice à Pointe-Saint-Charles, précisant que son interlocuteur faisait partie d’un corps policier ontarien mais qu’il ne se rappelait plus lequel. «Ils ont simplement demandé où il se trouvait.»

Les forces de l’ordre torontoises ont confirmé avoir ouvert une enquête sur Magnotta en février 2011 en raison d’allégations de cruauté envers les animaux.

Une porte-parole de la police de Toronto, Wendy Drummond, a révélé que le service avait reçu une plainte au sujet d’une vidéo disponible sur le Web de la part de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l’Ontario.

Mme Drummond a toutefois refusé de dire si les agents avaient failli mettre la main sur le jeune homme ou même si leur intention avait été de l’interroger.

«Pour être franche, je ne peux pas aborder ces détails parce que le dossier est toujours actif», a-t-elle affirmé. «Un enquêteur… poursuivait l’enquête mais aucune accusation n’avait été déposée jusqu’à présent.»

La SPCA de l’Ontario a expliqué qu’elle avait porté plainte auprès de la police de Toronto au début de 2011 après que des groupes de défense des animaux et le public lui eurent rapporté l’existence d’une vidéo montrant un homme en train de tuer des chatons.

Luka Rocco Magnotta a nié être la vedette de cette vidéo où l’on peut voir des chatons être étouffés dans des sacs de plastique ou même livrés en pâture à un serpent affamé.

Un gars ordinaire

L’immeuble de Pointe-Saint-Charles où Magnotta aurait brièvement résidé cet hiver se trouve à moins d’un kilomètre du dépanneur où Lin Jun travaillait à temps partiel.

La police a indiqué que les deux hommes se connaissaient, mais n’ont pas précisé s’ils s’étaient rencontrés dans ce quartier.

L’ancien propriétaire a dit n’avoir jamais vu Lin Jun, un Chinois de 33 ans qui étudiait en informatique à Concordia.

Il a décrit Luka Rocco Magnotta comme un «gars ordinaire» qui a loué le logement pour 550 $ par mois tout compris.

«Il n’avait pas l’air d’un pouilleux. Par le passé, j’ai accepté des personnes qui ont saccagé mes appartements, alors je faisais attention à qui je choisissais», a expliqué l’homme avant d’ajouter que Magnotta était un locataire tranquille qui parlait avec ce qui semblait être un accent de l’Europe de l’Est.

«Il était éloquent. Il s’exprimait bien.»

Le propriétaire a même dit au jeune homme, qui est plutôt frêle sur le plan physique, qu’il était impressionné par sa voix grave et lui a suggéré à la blague de faire carrière à la radio et à la télévision, suggestion qui a fait rire Magnotta.

http://www.lapresse.ca/

Magnotta en route vers le Canada


Voilà que l’escapade du Magnotta tire a sa fin, car il revient au bercail, pour y être jugé dans une cour de Montréal. Ce que j’espère est que la justice ne trainera pas en longueur pour émettre son verdict surtout avec les preuves qu’ils ont en main
Nuage

Magnotta en route vers le Canada

 

Luka Rocco Magnotta a passé des années à travailler comme danseur nu dans des bars gais, comme acteur porno et comme prostitué.

SPVM

Vincent Larouche
La Presse

Luka Rocco Magnotta a quitté l’Allemagne lundi à bord d’un avion militaire canadien pour revenir à Montréal, où il doit être jugé pour le meurtre et le démembrement de l’étudiant chinois Lin Jun.

Le suspect arrêté dans un café internet de Berlin, le 4 juin, ne s’est pas opposé à la demande d’extradition du Canada, qui le réclamait afin qu’il soit jugé pour meurtre prémédité.

«Luka Rocco Magnotta a quitté l’Allemagne par transport militaire canadien sous escorte du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)», a confirmé le ministre de la Justice du Canada, Rob Nicholson dans un communiqué émis ce matin.

«Notre gouvernement a travaillé en étroite collaboration avec le SPVM, le Service des poursuites pénales du Québec et les autorités allemandes afin d’obtenir l’extradition de M. Magnotta de l’Allemagne de même que son renvoi rapide vers le Canada», a ajouté le ministre.

L’endroit exact où atterrira l’avion militaire n’a pas été précisé, mais c’est à Montréal que doit comparaître le suspect en cour.

Luka Rocco Magnotta, âgé de 29 ans et originaire de l’Ontario, est le principal suspect dans une histoire de meurtre crapuleux qui a ébranlé la communauté montréalaise et le monde entier. Il se serait filmé en train de tuer et démembrer sa victime avant d’envoyer des morceaux de corps par la poste à des écoles et des partis politiques, selon la thèse de la police.

Le gouvernement du Canada a remercié l’Allemagne d’avoir agi rapidement dans cette affaire.

http://www.lapresse.ca