Pieds : 8 douleurs qui doivent vous inquiéter


Les pieds supportent notre poids et nous permettent d’aller ou bon nous semble. Quand une partie du pied a mal, c’est tout le corps qui souffre
Nuage

 

Pieds : 8 douleurs qui doivent vous inquiéter

 

Avec 26 os, 16 articulations, 20 muscles et 107 ligaments, les pieds peuvent être le siège de diverses douleurs. En voici huit qui doivent tout particulièrement attirer votre attention, et leurs causes.

Douleurs avec déformation des orteils : un oignon ?

Les orteils (plutôt les 2e et 3e) peuvent se recroqueviller « en griffe » ou « en marteau » occasionnant des douleurs.

Mais, comme le rappelle le Dr Jean-Pierre Mortier, orthopédiste « la déformation la plus fréquente est l’Hallux Valgus ou « oignon » (80% des motifs de consultation). Le gros orteil se dévie vers les autres orteils ce qui forme une bosse sur le bord interne de l’avant-pied. La personne ressent des douleurs à la marche et a du mal à enfiler ses chaussures. »

Quels examens ? Radiographie.

Quels traitements ? Semelles (ou orthèse).

« La chirurgie en dernier recours lorsque tous les autres traitements ont échoué, mais jamais pour des raisons esthétiques. »

Douleur dans le gros orteil : arthrose ou goutte ?

« Lorsque le gros orteil devient douloureux et raide, il peut s’agir d’un Hallux rigidus, une arthrose touchant l’articulation entre la première phalange et le métatarse (avant pied) », explique le Dr Jean-Pierre Mortier.

« Il ne doit pas être confondu avec la goutte qui est plus rare (1 cas sur 100), apparaît brutalement, rend l’articulatin rouge, gonflée très douloureuse. La goutte, due à un excès d’acide urique dans le sang, est héréditaire. »

Quels examens ? Radiographie.

Quels traitements ? Semelles et kinésithérapie, dans le cas de l’Hallus rigidus. Dans le cas de gouttes : régime alimentaire et traitement médicamenteux.

Douleur de la plante des pieds : l’aponévrosite plantaire

« Egalement appelée « fascite », c’est une inflammation de la membrane élastique qui sous-tend la voûte plantaire et garantit son élasticité à la marche. Elle est due à un excès de poids, une hyperactivité ou le port de chaussures inadaptées. Elle peut entraîner un arrachement de petits fragments osseux au niveau de l’os du talon, voire la formation d’une épine calcanéenne (on parle alors d’Epine de Lenoir) », décrit le Dr Jean-Pierre Mortier.

Quels examens ? IRM.

Quels traitements ? Massages, ultrasons et chocs électriques pour détendre la zone et ôter les adhérences.

Douleur du talon : la tendinite achilléenne

« Signalée par une douleur remontant dans le mollet, la tendinite du tendon d’Achille peut avoir plusieurs causes : hyper sollicitation par une pratique sportive intensive surtout sans échauffement, ce qui peut même occasionner une rupture, calcifications intraendineuses ou prise de certains médicaments notamment antibiotiques », souligne le Dr Jean-Pierre Mortier.

Quels examens ? IRM.

Quels traitements ? Repos, kinésithérapie. Les infiltrations sont à éviter car elles peuvent fragiliser le tendon et entraîner une rupture.

 Douleur de l’arrière pied : déformation de la voûte plantaire

« Les déformations du pied comme le pied creux, plat ou valgus, parfois liées à un tendon d’Achille trop court, peuvent entraîner une surcharge sur tout l’arrière pied et, donc un phénomène douloureux d’usure des articulations astragaleocalcanéennes, sous la cheville », explique le Dr Jean-Pierre Mortier.

Quels examens ? Scanner.

Quels traitements ? Semelles et kiné avec élongations.

Douleur en dessous des orteils : la métatarsalgie

Cette douleur du métatarse (partie charnue à la base des orteils, au dessous du pied) se révèle à l’appui.

« C’est une douleur mécanique dûe à une mauvaise répartition des appuis à la suite d’un hallux valgus ou hallux rigidus. En effet, à la marche, le gros orteil supporte 2/5 du poids du corps. En cas de douleur importante, la charge se transfère sur les autres orteils, déséquilibrant tous les appuis du pied. Des fractures de fatigues peuvent même survenir », constate le Dr Jean-Pierre Mortier.

Quels examens ? Radiologie.

Quels traitements ? Port de chaussures et semelle adaptées, orthèse et rééducation.

Douleur des pieds avec gonflement : la phlébite et l’arthérite

« Certaines douleurs peuvent être liées à des maladies veineuses ou artérielles. Si les deux pieds sont gonflées, il peut s’agir de stases lymphatiques, si seulement l’un des deux pieds est gonflé ainsi que cheville et la jambe, une phlébite peut en être la cause. Si des douleurs dans les pieds et les jambes obligent à s’arrêter à la marche, il peut s’agir d’une artérite » liste le Dr Jean-Pierre Mortier.

Quels examens ? Doppler.

Quels traitements ? Médicamenteux.

Douleurs de l’avant pied : le névrome de Morton

Ce gonflement des fibres nerveuses provoque « des douleurs brutales et invalidantes au niveau des 2e et 3e espaces entre les orteils pouvant irradier tout l’avant du pied, obligeant parfois à se déchausser » remarque le Dr Jean-Pierre Mortier.

Quels examens ? L’échographie ou l’IRM.

Quels traitements ?  Anti-inflammatoires, port de semelles, kinésithérapie et, dans les cas extrêmes infiltration. 

http://www.medisite.fr/

Douleurs au dos et aux pieds. Attention aux gougounes!


Si vous êtes comme moi, l’été a la saison chaude, j’aime bien avoir les pieds a l’air .. et comme je marche beaucoup, les gougounes ou sandales semblable ne sont vraiment pas adapter pour faire de longues promenades. Voici quelques conseils qui peut-être pour les adeptes des tongs, vont comprendre d’ou viennent certains malaises aux pieds et aussi le reste du corps
Nuage

 

Douleurs au dos et aux pieds. Attention aux gougounes!

 

 

attention gougounes

© iStockphoto

Les gougounes semblent inoffensives, mais elles ont un effet nocif sur les articulations, les muscles et les tendons.

Par Dre Geneviève Fournier , chiropraticienne, B.Sc, M.Sc, D.C. , Lavaltrie, Canada

Les gougounes, ou tongs, qu’on s’empresse de sortir dès que le soleil pointe son nez, peuvent être aussi dommageables pour les pieds et le dos que les souliers à talons hauts.

Quelles chaussures sont aussi dommageables pour les pieds et le dos que celles à talons hauts? Les gougounes, ou tongs! À première vue, elles semblent inoffensives, mais elles ont un effet nocif sur la santé musculosquelettique, c’est-à-dire les articulations, les muscles, les tendons et les ligaments. Il ne faudrait donc pas porter ce type de sandales toutes les journées ensoleillées, au risque de voir notre dos et nos pieds en souffrir.

Problème de pieds… c’est le talon qui souffre!

Les gougounes et les talons hauts entraînent le même type de problème, mais celui-ci touche des parties différentes du pied. La hauteur du talon fait en sorte que les orteils supportent le poids du corps. À l’inverse, la semelle trop plate et trop basse de la gougoune occasionne des souffrances au talon.

Lorsqu’on marche, le pied se dépose au sol par l’entremise du talon, qui encaisse la plus grande part des chocs. Il est donc important de le protéger au moyen d’une bonne semelle, certes assez plate, mais aussi suffisamment coussinée. Ce qu’on retrouve rarement sur les gougounes! De plus, celles-ci n’offrent aucun soutien au pied et à la cheville. Quand on les porte, les ligaments (petites cordes qui relient les os ensemble) de la cambrure du pied subissent une tension constante, ce qui peut provoquer des tendinites (inflammation du tendon), de même que des douleurs au bas du dos, aux hanches, aux genoux et aux chevilles.

Les personnes qui marchent trop souvent avec des tongs risquent de se retrouver avec des douleurs chroniques au talon et même des problèmes plus graves, comme la fasciite plantaire ou l’épine de Lenoir

La fasciite plantaire est une inflammation du fascia de la plante du pied (couche de tissu en soutenant la cambrure) qui peut occasionner des d’importantes douleurs à la cambrure ou au talon. Quant à l’épine de Lenoir, indolore en soi, elle survient souvent en présence d’une fasciite plantaire chronique. Il s’agit d’une excroissance osseuse qui apparaît à l’intérieur du pied au niveau du talon. Malgré les multiples possibilités thérapeutiques pour traiter la fasciite plantaire, les personnes qui en ont souffert risquent de connaître des récidives. Surtout si elles ne changent pas leurs habitudes de vie nuisibles pour la santé des pieds comme le port de chaussures inadéquates.

 

L’orteil en marteau, un problème… d’orteil!

Étant donné que les gougounes offrent un support inadéquat aux pieds, ceux-ci et les jambes doivent compenser. Les orteils se contractent, ce qui force les muscles du devant de la jambe à travailler alors qu’ils devraient être au repos. Ce mouvement trop souvent répété peut causer la formation d’orteils en marteau. Il s’agit d’une déformation du deuxième, troisième ou quatrième orteil qui se recourbe au niveau de l’articulation vers l’intérieur du pied, ce qui lui donne l’apparence de l’outil duquel il tient son nom.

Risque de blessures en tout genre

L’absence de support au pied et à la cheville peut également avoir une incidence plus élevée quant au risque d’entorses, de foulures et de fractures. C’est pourquoi il est déconseillé de faire du sport en gougounes.

Problèmes de dos

Le port de tongs entraîne de mauvaises postures et peut être à l’origine de divers problèmes de dos. Lorsqu’on marche avec ce type de chaussures, toute la démarche est modifiée, puisque les orteils sont la plupart du temps recroquevillés pour empêcher les pieds de sortir. De plus, on a tendance à faire de plus petits pas, ce qui a pour effet de changer l’angle de la cheville lors de l’attaque du talon au sol. Les risques de se retrouver avec des problèmes aux hanches ou au dos sont alors considérablement accrus.

Que faire pour réduire les risques?

Malgré ces mises en garde, les gougounes restent une chaussure de choix pour les chaudes journées d’été. Heureusement, on n’est pas obligé de s’en passer complètement. Il est toutefois important d’alterner le port de tongs avec celui d’autres chaussures mieux adaptées à notre corps. On fait cependant attention aux ballerines, qui possèdent plusieurs lacunes similaires à celles des gougounes, comme le manque de support et une semelle trop mince. Il est préférable d’opter pour un soulier de sport ou de marche.

Impensable pour vous de laisser les gougounes dans la garde-robe? Voici quelques conseils pour vous aider à trouver les sandales qui seront les moins dommageables possible pour vos pieds!

Une semelle légère qui procure du support

L’avant de la sandale doit être relevé et plus souple que le reste de la chaussure. De plus, la semelle devrait être légère et offrir un bon soutien, ce qui permet d’absorber les chocs occasionnés par la pose du pied au sol.

Une semelle pas trop flexible

Si l’avant de la semelle est relevé, les deux tiers arrière doivent être rigides. Le pied bénéficie d’un meilleur support lorsque la surface sur laquelle il repose n’est pas trop flexible, car la torsion est alors contrôlée.

Un intérieur coussiné

Une doublure spongieuse permet d’éviter que les pieds soient stressés, puisqu’une infime fraction des chocs est transmise au talon.

Un effet antipronation

Des sandales antipronation (dotées de renforts pour limiter la pronation excessive, le mouvement qui permet d’atténuer le choc du contact entre le pied et le sol) corrigeront l’effondrement du pied. Une bosse au centre de la semelle intérieure permet d’en supporter la cambrure.

Un petit talon

De quelle hauteur doit-il être? Celle qu’on recommande est de deux à quatre centimètres. Et on choisit un modèle pourvu d’un support autour du talon afin de réduire le risque de foulure.

Des sandales bien attachées

On essaie de trouver des chaussures qui ont des attaches robustes. On opte pour des modèles à bande velcro ou, dans le cas des sandales de sport, pour un système de fermeture à lacets qui contribue à bien maintenir le pied.

http://www.servicevie.com