Des employés d’Amazon menacés après des revendications pour le climat


Amazon a une empreinte de carbone équivalent à un petit pays. Si vraiment les employés ont reçus des menaces de licenciement pour avoir dénoncé la lenteur des changements pour l’environnement, il faudra y penser 2 fois avant de commander par Amazon. Puis pourquoi faire des changements dans 10 ans, alors que c’est maintenant qu’il faut agir ? Amazon a été fondé en 1994, ils ont pris de l’expansion les années suivantes et ils ne sont pas adaptés aux changements climatiques.
Nuage


Des employés d’Amazon menacés après des revendications pour le climat

PHOTO INA FASSBENDER, ARCHIVES AFP

« Ce n’est pas le moment de tirer sur les messagers », a dit Maren Costa, employée d’Amazon, dans le texte d’une déclaration. « Ce n’est pas le moment de faire taire ceux qui s’expriment. »

(New York) Des employés d’Amazon affirment que le détaillant en ligne menace de licencier des travailleurs pour avoir publiquement poussé l’entreprise à en faire plus pour lutter contre le changement climatique.

JOSEPH PISANI 
ASSOCIATED PRESS

Amazon Employees For Climate Justice, un groupe militant pour la protection de l’environnement fondé par des travailleurs d’Amazon, a déclaré jeudi que la société avait envoyé des lettres aux membres leur disant qu’ils pourraient être licenciés s’ils continuaient à parler aux médias.

« Ce n’est pas le moment de tirer sur les messagers », a dit Maren Costa, employée d’Amazon, dans le texte d’une déclaration. « Ce n’est pas le moment de faire taire ceux qui s’expriment. »

Amazon, qui s’appuie sur les combustibles fossiles pour alimenter les avions, camions et camionnettes qui expédient des colis dans le monde entier, a une énorme empreinte carbone. Et des travailleurs d’Amazon ont vivement critiqué certaines des pratiques de leur employeur.

L’année dernière, plus de 8000 employés ont signé une lettre ouverte au chef de la direction et fondateur Jeff Bezos, demandant à Amazon de réduire ses émissions de carbone, de mettre fin à son utilisation de combustibles fossiles et de cesser son travail avec les sociétés pétrolières qui utilisent la technologie d’Amazon pour localiser les gisements de combustibles fossiles.

Le géant des achats en ligne a fait valoir jeudi que les employés pouvaient suggérer des améliorations au sein de l’entreprise.

« Notre politique concernant les communications externes n’est pas nouvelle et nous pensons qu’elle est similaire à celle d’autres grandes entreprises », a déclaré Amazon.

En septembre, la société a publié pour la première fois des détails sur son empreinte carbone, dans la foulée d’une campagne menée par des employés. Elle peut se comparer aux émissions d’un petit pays.

De grandes entreprises technologiques se sont penchées sur la façon de traiter avec les employés qui parlent de plus en plus publiquement des politiques et pratiques de ces sociétés.

Cinq travailleurs licenciés de Google à la fin de l’année dernière ont déposé des plaintes fédérales contre l’entreprise en matière de pratiques de travail, affirmant qu’ils avaient perdu leur emploi parce qu’ils étaient impliqués dans l’organisation de certaines activités pour les employés. Google conteste ces allégations, affirmant que ces employés ont été licenciés pour avoir violé la politique de sécurité des données de l’entreprise. Les employés de Google ont protesté contre un large éventail de problèmes au sein de l’entreprise, notamment sa gestion des plaintes pour inconduite sexuelle.

Amazon a récemment agi dans l’objectif de réduire son empreinte carbone. Elle a promis de se procurer toute son énergie à partir de panneaux solaires et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030. Une entité peut devenir carboneutre en équilibrant les émissions restantes avec un retrait équivalent des gaz à effet de serre produits par ses activités.

Le dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre provoquent le réchauffement climatique, ce qui peut entraîner une élévation du niveau de la mer et des événements météorologiques plus destructeurs.

https://www.lapresse.ca/

Amazon procède au licenciement d’employés à l’aide d’un système automatisé


Rapidité et productivité, est-ce vraiment cela le progrès ? Est-ce si important pour la plupart d’entre-nous de vouloir absolument recevoir une commande via Internet en un ou deux jours à la maison ? Un système d’automatisation est capable d’analyser chaque employé pour la rapidité d’assembler les colis et peut donner des avertissements voir même congédié un employé sans l’avis d’un superviseur. C’est comme cela qu’on veut que cela fonctionne ?
Nuage

 

Amazon procède au licenciement d’employés à l’aide d’un système automatisé

 

Gros plan sur un colis livré par Amazon Prime.

Amazon se fonde sur un système automatisé pour licencier des employés. Photo: Radio-Canada / Marie-Eve Lapointe

Radio-Canada

Des documents juridiques obtenus par le média américain The Verge lèvent le voile sur les pratiques de licenciement de l’entreprise Amazon, fondées sur un système automatisé analysant les moindres faits et gestes de ses employés.

Ces licenciements concernent exclusivement les employés des entrepôts d’Amazon où les colis sont assemblés et organisés avant d’être livrés partout dans le monde.

Afin de respecter les quotas de productivité imposés par l’entreprise, les employés doivent parfois assembler des centaines de colis par heure, souligne le site spécialisé en technologie The Verge.

De plus, dans de récents documents obtenus en vertu de la loi fédérale américaine d’accès à l’information, le site web dévoile la pratique automatisée de suivi de la productivité des employés et de leur congédiement dans certains cas.

« Le système d’Amazon mesure les quotas de productivité de chaque employé, indique une lettre d’avocats de la firme américaine obtenue par The Verge. Il génère automatiquement des avertissements ou des avis de fin d’emploi en lien avec la qualité et la productivité sans même avoir besoin de l’avis des superviseurs. »

Cette lettre provient de documents légaux déposés dans le cadre d’une poursuite intentée par un ancien employé d’un entrepôt de Baltimore contre Amazon. Cet employé a depuis retiré sa plainte. Ce centre compte actuellement 2500 employés à temps plein.

Selon ces mêmes documents légaux, Amazon aurait procédé au renvoi de près de 300 employés entre août 2017 et septembre 2018 dans un seul entrepôt pour avoir manqué des cibles de productivité.

Des données confirmées par le géant du commerce électronique.

« En général, le nombre d’employés dont l’emploi s’est terminé a diminué au cours des deux dernières années à ce centre de distribution, de même que dans l’ensemble de l’Amérique du Nord », a indiqué un porte-parole d’Amazon.

Livraison en une journée

Cette pression à respecter certains critères de productivité devrait aller en s’accentuant étant donné que l’entreprise a annoncé cette semaine que ses clients abonnés au service supérieur Amazon Prime pourront compter sur la livraison en une journée de plusieurs biens vendus sur la plateforme.

Depuis quelques années, l’entreprise procède elle-même à certaines livraisons de colis sans avoir à passer par des distributeurs comme Postes Canada. Le géant américain prévoit également ouvrir des centres de tri de colis dans deux aéroports en plus de multiplier ses entrepôts et ses avions.

Les clients d’Amazon Prime peuvent déjà compter sur un service de livraison en deux jours sur plusieurs produits vendus sur le site web.

https://ici.radio-canada.ca

Le chat du Premier ministre britannique a été… licencié !


Ouf l’honneur est sauve pour la race féline au Royaume Uni !!! Et c’est grâce a une chatte comme de raison qui va faire tout le travail pour chasser les souris .. au Downing Street… S’il aurait connu mon Fripon, ce n’est pas juste les souris qui seraient chassé
Nuage

Le chat du Premier ministre britannique a été… licencié !

 

Pauvre Larry ! Chasseur officiel de souris du Premier ministre britannique depuis février 2011, il vient de perdre son travail !

Larry avait pourtant tué une souris !

Le mois dernier pourtant, Downing Street, la résidence du ministre, avait fièrement annoncé la grande nouvelle: le chat venait d’attraper une souris. Presque un miracle pour ce matou réputé pour sa flemmardise ! Mais il semble que cet exploit n’ait pas suffi…

11ème souricier officiel de la résidence du Premier ministre, Larry se la coulait douce depuis son arrivée. Mais David Cameron affirmait jusqu’alors qu’il ne priverait pas le chat de sa fonction.

 Larry « apporte une grande joie à beaucoup de gens«  déclarait il y a quelques mois un porte-parole de Downing Street.

Mais le Premier ministre a visiblement changé d’avis puisqu’il a décidé de trouver un remplaçant pour le matou fainéant…

La goutte d’eau…

C’est jeudi dernier que Larry a achevé de désespérer les résidents de Downing Street. Après avoir déjà contraint le Premier ministre à tuer une souris à sa place, le chat a été découvert en pleine sieste sur un fauteuil de bureau alors qu’un rongeur gambadait juste devant ses yeux !

David Cameron a bien tenté de réveiller Larry, mais le matou n’a pas bougé d’un poil ! Et c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase…


Larry, le chat du Premier ministre britannique, va pouvoir continuer à dormir !

Une remplaçante pour Larry

La chatte Freya, du Chancelier de l’Echiquier George Osborne, a alors été appellée à la rescousse. Réputée pour ses talents de la chasseuse, c’est à elle que reviendra désormais la mission de débarrasser Downing Street des indésirables rats et souris.

Mais rassurez-vous, Larry ne sera pas mis à la porte. Un « travail partagé » est évoqué, sans doute pour ne pas blesser l’honneur du chat !

En bref, Larry pourra continuer de se prélasser tandis que Freya fera tout le travail !

http://wamiz.com