L’in­ven­teur de la Xbox fait du pain avec une levure vieille de 4500 ans


Sur le site anglais (que j’ai fait traduire par Google traduction) Seamus Blackley à quand même pris des précautions pour s’est assuré que la levure n’était pas contaminée et stérilisée. Il semble que le pain ait un goût plus sucré.
Nuage


L’in­ven­teur de la Xbox fait du pain avec une levure vieille de 4500 ans


Crédits : Seamus Black­ley

par  Nicolas Pujos

Comme l’in­diquait l’Evening Stan­dard le 6 août, Seamus Black­ley a réussi à faire cuire du pain avec une levure vieille de plus de 4500 ans.

Aidé d’un égyp­to­logue et d’un micro­bio­lo­giste, l’in­ven­teur de la Xbox a eu l’idée de recueillir de la levure dans de la pote­rie égyp­tienne ancienne. Une fois les échan­tillons préle­vés, il a tenté de repro­duire les tech­niques anciennes utili­sées par les Égyp­tiens pour la cuis­son du pain.

« Ce projet est né de mon amour pour l’égyp­to­lo­gie et la boulan­ge­rie. J’ai réalisé que je pouvais éven­tuel­le­ment recréer le pain que les Égyp­tiens aimaient tant. »

À force de recherche et de patience, le père de la Xbox a utilisé les mêmes ingré­dients que les anciens Égyp­tiens pour la cuis­son du pain.

« L’arôme et la saveur sont incroyables. Je suis ému. C’est vrai­ment diffé­rent de tout ce que j’ai fait avant, ce que tout le monde peut comprendre sans être un geek. C’est incroyable que cela ait fonc­tionné », s’en­thou­siasme Black­ley.

« Le proces­sus est très compliqué car nous devons garder ces précieux échan­tillons non conta­mi­nés. Cela signi­fie beau­coup de stéri­li­sa­tion, de pasteu­ri­sa­tion », indique-t-il.

Après une semaine d’at­tente, la prépa­ra­tion est enfour­née. Le résul­tat sera à la hauteur des attentes. Le pain est aéré et tota­le­ment comes­tible.

Source : Evening Stan­dard

https://www.ulyces.co/

Un joueur de cornemuse tué par son instrument


C’est rare, mais il est quand même nécessaire de nettoyer soigneusement les instruments à vent pour éviter des contaminations qui attaqueraient les poumons
Nuage

 

Un joueur de cornemuse tué par son instrument

 

Une cornemuse...

Une cornemuse

Agence France-Presse
Londres

 

Musiciens, n’oubliez pas de nettoyer vos instruments à vent: un homme de 61 ans est mort au Royaume-Uni après avoir inhalé, probablement pendant des années, des champignons qui avaient poussé dans sa cornemuse.

Le défunt jouait quotidiennement de son instrument et souffrait de toux sèche et d’essoufflement, explique une étude publiée lundi dans le journal médical Thorax.

Son état s’était toutefois inopinément amélioré lors d’un séjour de trois mois en Australie, où il était parti sans son instrument, donnant à ses médecins l’idée d’examiner de plus près la cornemuse.

Des analyses avaient alors montré la présence de plusieurs types de champignons dans différentes parties de l’instrument. Malgré un traitement, le musicien est mort en octobre 2014, et son examen post-mortem avait révélé d’importantes lésions pulmonaires.

Il s’agirait du tout premier cas répertorié de pneumopathie d’hypersensibilité vraisemblablement déclenchée par des champignons inhalés par un joueur de cornemuse, selon l’étude.

«Les joueurs d’instruments à vent doivent comprendre l’importance de les nettoyer régulièrement», souligne l’étude en mettant en garde contre la présence de moisissures et autres levures.

L’idéal, «c’est de passer un bon coup de coton après chaque utilisation», afin d’éviter que l’humidité ne s’installe, a conseillé Andrew Bova, un responsable du Centre national de la Cornemuse de Glasgow, sur la BBC.

http://www.lapresse.ca/

Mais d’où vient cette odeur de chien mouillé ?


Qui n’a pas déjà senti l’odeur du chien mouillé ? C’est une odeur très désagréable causée par des bactéries et des levures. On peut éviter cette odeur avec des bains et le séchage
Nuage

 

Mais d’où vient cette odeur de chien mouillé ?

 

Par Louise Horvath

C’est bien connu, un chien mouillé ne sent pas la rose. D’où vient cette odeur ? Comment lutter ? Pour vous, nous levons le voile sur ce mystère.

ODEURS. Que ce soit parce qu’il aime l’eau ou parce que vous lui avez fait goûter aux joies du bain, vous avez sans doute déjà senti l’odeur que dégage votre chien une fois mouillé. Un parfum dont beaucoup d’entre nous se passeraient volontiers ! Mais d’où proviennent ces effluves incommodantes ? Une vidéo de la Société Américaine de Chimie explique le phénomène qui a plusieurs origines. L’une d’elle vient de la peau même de notre animal. Comme la nôtre, celle du chien est recouverte d’une couche imperméabilisante grasse, le sébum. Or, de par sa nature huileuse, il retient bactéries (notamment des staphylocoques) et levures. Ajoutez à cela des saletés diverses, empêtrées dans les poils de votre animal au cours des balades, roulades… et vous aurez un véritable écosystème. Et certaines maladies de peau dues à des proliférations bactériennes n’arrangent rien. C’est alors que vient s’ajouter l’élément de la discorde, qui pousse la pestilence au niveau supérieur : l’eau.

En présence d’eau, certaines molécules odorantes (des acides organiques volatiles) qui ne pouvaient être perçues par notre nez se dissolvent et deviennent alors perceptibles. C’est le cas de celles que dégagent les rejets nauséabonds des bactéries et levures qui colonisent le pelage de votre animal. Une situation analogue à celle qui a lieu lorsque l’on sue.

Un bain toutes les 2-3 semaines

De plus, l’eau imprégnant les poils de votre chien s’évapore, humidifiant l’air ambiant, ce qui amplifie la chose. Un monde d’odeur se dévoile alors à nous, pour notre plus grand déplaisir ! La meilleure solution pour lutter contre cela reste le bain, à raison d’un toutes les 2-3 semaines. Oubliez les parfums, ils risqueraient d’irriter la peau de votre compagnon. Si malgré cela l’odeur de votre chien reste forte, même quand il est sec, c’est peut-être signe d’une prolifération anormale de bactéries et mieux vaut consulter un vétérinaire. Faites particulièrement attention aux races à plis (Shar Pei, Carlin…) dont les fronces, si elles ne sont pas séchées, peuvent devenir des nids à bactéries et champignons, générant des infections. Vous l’aurez compris, rien de tel après un bon bain que d’oublier cet épisode par un bon séchage.

http://www.sciencesetavenir.fr/