Une technique dangereuse pour repulper les lèvres


Cette manie de vouloir changer quelque chose à notre apparence physique. Des publicités promettent mers et mondes et pourtant, cela peut être très dangereux. L’une d’entre-elles promet des lèvres pulpeuses sans aiguilles et sans douleurs. Il semble que ce soit très douloureux et peut provoquer des conséquences irréversibles.
Nuage


Une technique dangereuse pour repulper les lèvres

Annick Laplante, victime

Annick Laplante a eu recours à l’hyaluropen car elle trouvait ses  trop minces.

Esther Normand

L’hyaluropen est un nouveau dispositif offert par certaines esthéticiennes pour augmenter le volume des lèvres. Il n’est toutefois pas autorisé par Santé Canada et il fait l’objet d’une enquête de la part du Collège des médecins du Québec.

Il y a quelques mois, Annick Laplante tombe sur une annonce en ligne. La publicité est alléchante : elle promet de belles lèvres pulpeuses à l’aide d’un traitement sans aiguilles et sans douleur.

Ayant toujours trouvé ses lèvres trop minces, Mme Laplante est très intéressée. Voilà une occasion en or d’avoir les lèvres de ses rêves pour 125 $, alors que cela coûte habituellement 500 $.

L’Académie Permakolor cherche des modèles pour enseigner cette nouvelle technique qui permet d’augmenter le volume des lèvres grâce à l’hyaluropen.

Il s’agit d’un genre de stylo qui propulse de l’acide hyaluronique à très haute vitesse pour le faire pénétrer dans la peau sans aiguilles. Une technique qu’on dit sans douleur.

Ils disent sans douleur, je m’excuse, mais ça fait très mal, s’exclame Annick Laplante.

C’est la propriétaire de l’Académie Permakolor, Annie Lamontagne, qui lui prodigue le soin.

Dès le début de l’intervention, les choses tournent mal.

Tout d’abord, Annick Laplante ressent une forte douleur, puis ses lèvres se mettent à enfler démesurément.

Hématome au-dessus de la lèvre supérieure.

L’hématome apparu au-dessus de la lèvre supérieure d’Annick Laplante après l’injection au moyen de l’hyaluropen.

PHOTO : COURTOISIE ANNICK LAPLANTE

Elle m’a donné le miroir et j’ai vu que j’avais la lèvre déjà tout enflée. Ça enflait à vue d’oeil, c’était vraiment intense. Annick Laplante

Ses lèvres deviennent si grosses qu’Annick Laplante quittera la clinique d’esthétique en ambulance. Elle passera la nuit à l’hôpital.

Pour la Dre Michèle Ohayon, une dermatologue spécialisée en esthétisme, Mme Laplante a eu de la chance.

L’injection semble avoir transpercé une veine. Mais si elle avait été faite dans l’artère, les conséquences auraient été beaucoup plus dramatiques.

Si le produit atterrit dans une artère, on peut avoir une occlusion de cette artère-là, avec une nécrose et une mort des tissus, soutient la Dre Ohayon.

La propriétaire de Permakolor précise qu’elle a élaboré sa formation avec une infirmière pour qu’elle soit sécuritaire.

De plus, elle croyait la technique sûre car son assureur l’approuvait. Elle a remboursé à Annick Laplante le soin prodigué et le transfert en ambulance.

Aujourd’hui, elle n’utilise plus l’hyaluropen.

Le Collège des médecins interpellé

Plusieurs esthéticiens et esthéticiennes s’inquiètent des nouveautés qui inondent leur univers ces jours-ci.

Lisanne Daoust et Maxime Ouimet sont de ceux-là.

Ce dernier a lancé une page Facebook, SOS Esthétique Québec (Nouvelle fenêtre), et a reçu un grand nombre de messages de personnes qui se disent victimes de l’hyaluropen.

M. Ouimet a transféré ces messages au Collège des médecins du Québec, qui a mené une enquête.

Après avoir donné des avertissements, le Collège s’apprête à poursuivre les esthéticiennes qui ont causé un préjudice à leur clientèle en utilisant l’hyaluropen.

L’organisme confirme qu’il y a deux dossiers où l’enquête est terminée et que la procédure d’accusation est entamée

. Le Collège invoque la pratique illégale de la médecine.

Pour nous, ce n’est pas légal parce que ce n’est pas conforme, c’est une intervention invasive et donc qui correspond à un acte médical réservé.le Dr Yves Robert, secrétaire du Collège des médecins du Québec

Le Collège des médecins dit avoir reçu une cinquantaine de signalements dénonçant les traitements utilisant l’hyaluropen.

50 signalements pour un nouveau produit dans un domaine particulier, c’est beaucoup dans une année, confirme le Dr Robert.

Le 13 septembre dernier, Santé Canada a rappelé qu’il n’a autorisé la vente d’aucun dispositif de comblement dermique sans aiguilles et confirme que ces dispositifs peuvent poser des risques pour la santé.

Santé Canada souligne avoir vu une augmentation du nombre de déclarations relatives à l’hyaluropen cette année. Trente-neuf plaintes ont été reçues depuis mars 2019.

Mi-septembre, l’Association des professionnels en électrolyse et en soins esthétiques du Québec, l’APESEQ, a envoyé à ses membres un communiqué pour les mettre en garde contre l’hyaluropen.

Mais cette association ne représente que 620 des 16 000 travailleurs en esthétique du Québec.

Lisanne Daoust, nommée esthéticienne de l’année au Canada par ses pairs, réclame un ordre professionnel pour mieux protéger la population.

Ça ferait un bon ménage. Ça encadrerait justement la profession tout en protégeant la population. Lisanne Daoust, esthéticienne

Maxime Ouimet, spécialisé en micropigmentation capillaire, abonde dans le même sens.

Sans ordre, sans personne qui vient donner de vraies règles, des normes que tout le monde respecte […], ça va rester le free for all comme ça.

Annick Laplante regrette d’avoir eu recours à l’hyaluropen et invite les gens à être vigilants face à ces nouvelles techniques.

Le reportage d’Esther Normand et de Stéphanie Allaire

https://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Le top 5 des produits de beauté auxquels on pourrait devenir accro


Curieusement, ce qui normalement pourrait nous aider a mieux contrôler les petits bobos de tous les jours, que ce soit les lèvres gercées, l’acné, la mauvaise haleine, etc, pourrait devenir une dépendance
Nuage

 

Le top 5 des produits de beauté auxquels on pourrait devenir accro

 

Nous avons tous des produits de beauté qu’on adore, mais saviez-vous que certains d’entre eux nous rendent réellement accros, dans le mauvais sens du terme? Certains produits de beauté contiennent des substances qui sont efficaces pour traiter certains petits soucis, mais qui peuvent entraîner une dépendance.

1. Le baume à lèvres

Vous avez sans doute déjà eu cette impression que plus vous mettez de baume à lèvres, plus vous avez besoin d’en mettre souvent. Eh! bien plusieurs études se sont précisément penchées sur cette question: les propriétés chimiques des baumes à lèvres leur sont initialement bénéfiques, mais les dérobent de leur hydratation naturelle après un certain temps, ce qui vous donne l’impression d’en avoir toujours besoin encore et encore plus.

2. Agents blanchissants pour les dents

Assurez-vous d’être bien renseignée avant de faire votre choix de technique de blanchiment des dents! Le blanchiment au laser rend vos dents d’un blanc éclatant, mais il est problématique, car il dilate les pores de vos dents pour y parvenir, et cela entraîne une sensibilité temporaire et vos dents seront également plus prônes aux tâches pendant quelques jours. En d’autres mots, vous ne blanchissez pas seulement vos dents, vous les affaiblissez aussi, et cela pourrait signifier la nécessité de la blanchir de nouveau peu de temps après.

3. Nettoyants pour le visage anti-acné

Les nettoyants pour le visage qui contiennent du peroxyde de benzoyle sont efficaces pour bien nettoyer votre peau, principalement parce que votre s’accroche à ce produit chimique. Si vous avez déjà utilisé un de ces nettoyants, vous avez probablement remarqué que les éruptions cutanées reprenaient de plus belle dès que vous arrêtiez de vous en servir ne serait-ce que quelques jours. Essentiellement, c’est que votre peau a carrément développé une dépendance au peroxyde de benzoyle.

4. Le rince-bouche

Les gens utilisent le rince-bouche pour une multitude de raisons, notamment pour nettoyer des zones de leur bouche qui ne sont pas vraiment accessibles à l’aide d’une brosse à dents, mais aussi pour avoir une haleine fraîche. Attention, toutefois! Les rince-bouche qui contiennent de l’alcool peuvent avoir l’effet contraire! L’alcool dans certains rince-bouche élimine la couche de mucus qui enduit l’intérieur de votre bouche (une défense naturelle), ce qui rend vos dents et vos gencives plus vulnérables aux attaques bactériennes. De plus, en asséchant votre bouche, vous aurez mauvaise haleine plus rapidement que si vous ne vous étiez pas gargarisé au rince-bouche. Alors, choisissez judicieusement votre rince-bouche et prenez-en un qui ne contienne pas d’alcool; ça fera toute la différence.

5. Pilules minceur

Ces comprimés semblent le remède miracle à vos soucis de poids, mais sachez qu’ils sont loin d’être inoffensifs. Certains contiennent de la phentermine, une molécule dont les effets sont très près de ceux de la cocaïne et qui fonctionne en supprimant votre appétit tout en vous donnant impression d’énergie accrue et une légère euphorie. Lorsque vous cessez d’en prendre, vous vivrez également des symptômes de manque similaires à ceux de la cocaïne. Ça, c’est moins tentant. Disons qu’une alimentation équilibrée et de l’exercice sont un choix beaucoup plus intelligent.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

PERLÈCHE: UNE INFECTION AU COIN DES LÈVRES


Vous connaissez les petits bobos que de temps a autres certaines personnes ont sur le coin des lèvres … et bien cela porte un nom précis et généralement anodin,.. Cependant, il est important de soignés cette petite infection
Nuage

 

PERLÈCHE: UNE INFECTION AU COIN DES LÈVRES

 

 

Des gerçures, rougeurs, plaies aux commissures des lèvres?

La perlèche est une invasion de ces petits plis par des champignons ou des bactéries.

Causes, conséquences et solutions à la perlèche, en hiver ou toute l’année

La perlèche, c’est quoi?

La perlèche est le signe d’une colonisation des commissures des lèvres, petits plis au coin de la bouche, par des champignons ou bactéries.

Le résultat est inesthétique et souvent douloureux: la perlèche cause rougeurs, douleur, crevasses, gerçures, croûtes, voire ulcères dans les cas les plus sérieux.

Les germes les plus souvent incriminés sont:

  • Un champignon nommé candida (c’est pourquoi on dit souvent que la perlèche est une candidose).
  • Le staphylocoque doré, une bactérie.
La perlèche, un problème de peau

Pour que les microbes envahissent la peau des commissures des lèvres, il faut en général que l’épiderme soit fragilisé par un ou plusieurs facteurs:

  • Une sécheresse excessive de la peau, naturelle ou provoquée par des médicaments.
  • Au contraire, une humidité permanente liée à la présence de salive – chez les nourrissons qui ont une tétine en bouche toute la journée, ou les personnes qui se lèchent très fréquemment les lèvres.
  • Un affaissement des plis de la bouche, qui entraîne des frottements de la peau.
    Cet affaissement peut notamment être dû à l’âge, ou à une prothèse dentaire inadaptée.
  • Une acidité excessive de la salive, en cas de reflux gastro-oesophagien.
  • La présence de crevasses ou gerçures dues au froid.

Des visites chez le dentiste à répétition, qui se traduisent par de longues périodes où la bouche est grande ouverte, peuvent aussi agresser les commissures des lèvres. Et donc favoriser laperlèche!

La perlèche, des microbes au rendez-vous

Une peau fragile ne suffit pas à entraîner la perlèche.

Il faut aussi la présence de microbes, en grand nombre. Ce phénomène a lui aussi ses explications:

  • Mauvaise hygiène de la bouche par exemple.
  • Faiblesse du système immunitaire (la perlèche accompagne fréquemment la prise de médicaments immunomodulateurs ou les carences en vitamine, par exemple).
Comment traiter la perlèche?

Le traitement de la perlèche est généralement simple.

  • Dans les cas de perlèche débutante et sans gravité, des conseils d’hygiène peuvent suffire: hydrater la peau et adopter une hygiène buccale impeccable.
  • Si le problème est déjà bien installé, un médecin peut donner des médicaments contre la perlèche: crèmes antibiotiques, également hydratantes, ou antimycotique selon le germe en cause.
  • Sur le plus long terme, naturellement, il faut veiller à éliminer les facteurs de perlèche pour qu’elle ne réapparaisse pas.

Il peut être très difficile de se débarrasser d’une perlèche si le système immunitaire est très diminué, dans les cas de SIDA ou de syphilis par exemple.

Les traitements doivent alors être beaucoup plus agressifs.

http://www.e-sante.be