Comment profiter de la clim’ sans dangers


Quand il fait très chaud, ceux qui ont un climatiseur, peuvent rendre leur appartement plus agréable. Cependant, il y a quelques précautions qu’il ne faut pas négliger, car cela pourrait causer des problèmes de santé que ce soit en auto ou à la maison
Nuage

 

Comment profiter de la clim’ sans dangers

Comment profiter de la clim’ sans dangers

Comment profiter de la clim’ sans dangers

    Une différence thermique trop importante entre les températures extérieure et intérieure peut entraîner un choc parfois dangereux. Pour limiter ce problème et d’autres encore, suivez nos conseils pour bien utiliser votre climatisation.

    La tentation d’allumer la climatisation pendant une période de canicule est grande, mais l’utilisation de cet appareil n’est pas sans dangers.

    En effet, notre organisme est très sensible aux changements brusques de températures, surtout ceux supérieurs à 10 °C. Un choc thermique peut provoquer un malaise, une perte de connaissance et, dans certains cas, un arrêt respiratoire.

    Sans compter les désagréments liés aux angines, rhinites, allergies, sécheresse oculaire et nez qui coule, ou encore aux risques de légionellose.

    Pour éviter ces problèmes et profiter de l’air frais sans tomber malade, veillez à suivre quelques règles d’entretien et d’utilisation.

    Dans la voiture, la ventilation vise les pieds

  • Pour faire baisser la température rapidement au sein du véhicule, allumez la ventilation sur le pare-brise et vers les pieds.

  • Une fois que l’air est bien rafraîchi, ne gardez la clim’ que sur les pieds. Evitez la projection d’air directement sur le visage, qui fragilise et irrite les muqueuses du système respiratoire.

  • Réglez votre clim à environ 4 °C de moins que la température extérieure et gardez bien toutes les fenêtres fermées.

  • Pour vous réhabituer à la température extérieure, éteignez la clim’ un quart d’heure avant votre arrivée à destination.

  • Pensez à faire réviser votre climatisation et votre système de ventilation au moins une fois par an : il faut éviter de garder des filtres encrassés car ils ne retiennent pas efficacement les pollens, les poussières, les moisissures…

    A la maison, on entretient sa climatisation

    Des filtres encrassés, de l’eau qui stagne, des germes qui prolifèrent… il en faut peu pour provoquer des symptômes respiratoires plus ou moins graves. La seule solution consiste à suivre à la lettre les recommandations d’entretien indiquées dans le mode d’emploi. Un manque d’entretien peut être une cause d’allergie.

  • S’il s’agit d’un appareil mobile de climatisation, pensez à dépousssiérer les grilles toutes les deux à trois semaines (à l’aspirateur)  et à les nettoyer à l’eau tiède savonneuse. Changez de filtre chaque année.

  • S’il s’agit d’un appareil fixe de climatisation, il est essentiel de faire vérifier votre installation au moins une fois par un professionnel agréé : contôle de l’étanchéité du système, de l’absence de fuite au niveau du circuit du fluide réfrigérant, nettoyage complet…

Pas d’écart supérieur à 8 °C entre l’extérieur et l’intérieur

Evitez tout excès dans l’usage de votre clim : pas d’écart supérieur à 8 °C entre l’extérieur et l’intérieur.

Cela protège votre santé, mais également l’environnement. En effet, la consommation d’électricité d’un climatiseur est très haute, cela fait une raison de plus pour ne pas trop faire descendre la température.

http://www.santemagazine.fr

Quels sont les vrais risques de la climatisation ?


    Par temps chaud, la climatisation est bien tentante, par contre, si elle n’est pas bien entretenue, si l’écart de température est grand entre l’intérieur et l’extérieur, elle peut apporter des maux vraiment indésirables
    Nuage

     

    Quels sont les vrais risques de la climatisation ?

    Quels sont les vrais risques de la climatisation ?

    La climatisation, adulée lors des grosses chaleurs, est également accusée de méfaits sur la santé : nez qui coule, allergies et autres maladies respiratoires, maux de tête, champignons ou encore légionellose.

    Qu’en est-il et peut-on continuer à apprécier la fraîcheur ventilée qui sort de nos climatiseurs ?

      La climatisation est responsable d’infections respiratoires plus ou moins graves

      La climatisation est liée à certaines pathologies, des plus bénignes comme le nez qui coule, aux plus graves comme la légionellose.

      • Les affections les plus bénignes sont généralement dues aux grandes variations de températures entre l’extérieur et l’endroit climatisé, ce qui peut entraîner des infections respiratoires.

      • Mais l’air est également plus sec, ce qui peut provoquer des irritations oculaires et particulièrement chez les personnes qui portent des lentilles.

      • Plus gênant encore est l’aggravation des allergies, car l’air recyclé tend à concentrer les allergènes.

      • La climatisation est aussi accusée de provoquer le syndrome des bâtiments malsains ou « sick building syndrome ».Il s’agit d’un ensemble de symptômes très divers (ORL, respiratoires, oculaires, cutanés, sensoriels, neuropsychiques), qui disparaissent dès que la personne quitte le bâtiment en question.

      • Mais bien plus grave est le risque de pénétration d’agents infectieux dans le système de climatisation et particulièrement la bactérie responsable de la légionellose.Celle-ci prolifère facilement à l’intérieur des conduits des tours réfrigérantes fonctionnant à l’eau.

      • La diffusion est alors particulièrement rapide et large, provoquant des infections pulmonaires, voire une insuffisance respiratoire et une pneumopathie chez les sujets les plus fragiles.

          L’entretien des installations offre une climatisation sans danger

          Mais le point de départ des effets néfastes sur la santé est le mauvais entretien des installations.

          • Une façon simple et efficace de se prémunir des infections respiratoires liées à la climatisation, des plus bénignes aux plus sévères, est de respecter une maintenance rigoureuse des installations, filtres et autres (surveillance, entretien et désinfection par un professionnel).

          • Il est également nécessaire de vérifier régulièrement l’absence d’eau stagnante dans le système.

            De cette façon, les risques de contamination sont écartés.

            Si cette recommandation vaut pour tous les établissements de santé et autres institutions, elle s’applique aussi aux particuliers.

            Toute climatisation possède un mode d’emploi sur lequel figurent les recommandations d’entretien. Il faut en prendre connaissance et les respecter.

            Climatisation : pas trop froid !

            Un autre risque de la climatisation est le choc thermique.

            Les grandes variations de températures (supérieurs à 10°C) sont susceptibles de provoquer une perte de connaissance, voire un arrêt respiratoire.

            Avant d’en arriver là, mieux vaut être raisonnable et régler judicieusement la température demandée afin qu’il n’y ait pas un écart supérieur à 8°C entre l’extérieur et la pièce climatisée.

            Pas trop fort, la climatisation !

            Dans un local et particulièrement en voiture, on peut être tenté(e) de régler la climatisation sur une température très basse afin de profiter plus rapidement de la fraîcheur diffusée ou de pouvoir garder une fenêtre ouverte. Ce genre de comportement est fortement déconseillé pour notre environnement.

            En effet, la consommation d’énergie électrique d’un climatiseur est très importante. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), des pics de consommations électriques records ont déjà été enregistrés durant l’été 2003. Si l’équipement en climatiseurs se poursuit, l’approvisionnement en électricité, fournie par des réacteurs nucléaires, pourrait devenir insuffisant.

            par Isabelle Eustache

            Sources : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe),http://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/habitation/renover/chauffage-climatisation/climatisation.

            http://www.e-sante.fr/

            LÉGIONELLOSE | QUÉBEC Tueuse difficile à démasquer


            La ville de Québec a vécu des moments difficile du a la contamination de la légionellose. Une bactérie qui a fait plusieurs victimes dont certaines en sont mortes Reste a savoir si la désinfection des tours de refroidissement des édifices de cette ville a pu arrêter cette contamination
            Nuage

             

            LÉGIONELLOSE | QUÉBEC

            Tueuse difficile à démasquer

             

             

            Légionellose | Québec - Tueuse difficile à démasquer

            Le directeur de la santé publique de Québec, le Dr François Desbiens, fait le point sur les derniers cas connus.

            Photo Capture d’écran / Agence QMI

            JOHANNE ROY

            JOURNAL DE QUÉBEC,

             

            Malgré tous les moyens déployés, rien n’assure qu’on parviendra à démasquer la bactérie Legionella responsable des dizaines de gens malades et des décès survenus à Québec

            « Nous n’avons pas encore identifié la source de la contamination. La Legionella a de nombreux visages. Notre défi est de trouver le Charlie (en référence au populaire jeu Où est Charlie) dans une mer de micro-organismes », a mis en évidence, hier, la Dre Isabelle Goupil-Somany, médecin-expert à la santé publique de Québec.

            Les analyses se révèlent donc complexes et ne seront pas terminées avant deux à trois semaines.

            « Un travail minutieux nous attend toujours. Dans ce type de recherche, on a souvent manqué la cible », a reconnu la Dre Goupil-Somany.

            Signe encourageant, néanmoins, l’éclosion de légionellose est actuellement sous contrôle, a du même souffle confirmé la santé publique.

            Depuis le 29 août, personne n’a présenté de nouveaux symptômes, ce qui montre bien la portée des actions prises, a fait état le directeur de la santé publique de Québec, le Dr François Desbiens.

            Le bilan est maintenant de 176 cas et onze décès. Certains combattent encore la redoutable bactérie aux soins intensifs.

            État lamentable

            Chez les dernières personnes touchées, leur exposition remonte au 17 ou 18 août, soit trois jours avant qu’on ait entrepris la désinfection systématique des tours de refroidissement du centre-ville.

            Les inspecteurs de la ville de Québec, de la santé publique et de la Régie du bâtiment ont visité au total 127 tours de 79 édifices.

            « Après avoir constaté l’état particulièrement lamentable, voire insalubre, de certaines installations, on a demandé aux propriétaires d’y voir. Dans certains cas, on a fait une deuxième, une troisième et même une quatrième visite », a signalé, Chantale Giguère, directrice générale adjointe à la sécurité civile de Québec.

            Hôtel de ville

            Par acquit de conscience, la Ville a de nouveau inspecté ses propres installations. C’est ainsi qu’on a remarqué que la tour de refroidissement de l’hôtel de ville, installée en 2007, présentait un vieillissement prématuré.

            « On a vu des traces de rouille, mais aucune bactérie », a assuré Mme Giguère.

            Cette crise de la légionellose mobilise une quarantaine d’employés à la ville de Québec.

            Des équipes ont même examiné les camions qui font le nettoyage des rues et l’arrosage des plantes extérieures.

            Patience

            La patience est par ailleurs de mise, car ce n’est pas avant la mi-octobre que le Dr François Desbiens rendra publiques toutes les données sur les tours inspectées, au moment du dépôt de son rapport d’enquête.

            Dans l’intervalle, il remettra au début de la semaine prochaine les coordonnées des onze victimes à la coroner en chef Louise Nolet, aux fins de l’enquête publique.

            http://www.journaldequebec.com

            La maladie du légionnaire en perspective


            Dans la ville de Québec, la légionellose fait rage d’ailleurs depuis la mi-juillet  a touché 107 personnes et fait huit morts. Cette bactérie est difficile a éliminer quand elle s’installe dans les tours de refroidissement dans édifices et toute le monde se lance la balle même les partis politique en mode électorale se lance la balle chaude ..
            Nuage

             

            La maladie du légionnaire en perspective

             

            La bactérie responsable de la légionellose

            La bactérie responsable de la légionellose  Photo :  PC/AP / Janice Haney Car

            Maladie à déclaration obligatoire, la légionel,lose, aussi appelée maladie du légionnaire, est une forme de pneumonie sévère qui se manifeste notamment par de la toux, de la fièvre et une difficulté à respirer.

            La bactérie à l’origine de la maladie, Legionella pneumophilia, se trouve naturellement dans l’environnement. Elle prolifère dans les eaux tièdes et les endroits tempérés et humides, et est fréquente notamment dans les lacs, les rivières et les ruisseaux.

            La Legionella est résistante à la chloration des eaux municipales et peut donc s’infiltrer dans la tuyauterie des maisons et des édifices publics et industriels. La température (entre 25 et 40 degrés Celcius), la stagnation de l’eau, la présence de sédiments, de biofilms et de corrosion, sont des facteurs propices à la prolifération de la bactérie.

            Un biofilm, c’est une fine couche de micro-organismes contenus dans une matrice solide et qui se forme sur n’importe quelle surface en contact avec de l’eau. La présence de certains organismes dans les biofilms a un effet protecteur contre l’action des désinfectants ou des hautes températures visant à détruire les bactéries. Les biofilms rendent donc difficile et coûteuse l’élimination de la Legionella, notamment dans les tours de refroidissement des grands édifices.

            C’est par l’inhalation de fines gouttelettes d’eau contaminée circulant dans l’air que les personnes entrent en contact avec la bactérie et peuvent développer la maladie.

            Dans notre environnement quotidien, les sources de vaporisation d’eau contaminée par laLegionella sont partout : les tours de refroidissement de gros bâtiments, les chauffe-eau (douche), les baignoires à remous, les spas et les jacuzzis ou encore les humidificateurs.

            En ce moment, il n’existe aucun vaccin contre la légionellose.

            http://www.radio-canada.ca

            QUELS SONT LES VRAIS RISQUES DE LA CLIMATISATION?


            Nous avons connus plusieurs semaines de grande chaleur et en France c’est a leur tour d’avoir chaud .. A chaque année, je me promet d’avoir un climatiseur mais j’hésite a cause des inconvénients …
            Nuage

             

            QUELS SONT LES VRAIS RISQUES DE LA CLIMATISATION?

             

            La climatisation, adulée lors des grosses chaleurs, est également accusée de méfaits sur la santé: nez qui coule, allergies et autres maladies respiratoires, maux de tête, champignons ou encore légionellose. Qu’en est-il et peut-on continuer à apprécier la fraîcheur ventilée qui sort de nos climatiseurs?

            La climatisation est responsable d’infections respiratoires plus ou moins graves

             

            La climatisation est liée à certaines pathologies, des plus bénignes comme le nez qui coule, aux plus graves comme la légionellose.
            Les premières sont généralement dues aux grandes variations de températures entre l’extérieur et l’endroit climatisé, ce qui peut entraîner des infections respiratoires. Mais l’air est également plus sec, ce qui peut provoquer des irritations oculaires et particulièrement chez les personnes qui portent des lentilles.

            Plus gênant encore est l’aggravation des allergies car l’air recyclé tend à concentrer les allergènes.

            La climatisation est aussi accusée de provoquer le syndrome des bâtiments malsains ou « sick building syndrome ». Il s’agit d’un ensemble de symptômes très divers (ORL, respiratoires, oculaires, cutanés, sensoriels, neuropsychiques…), qui disparaissent dès que la personne quitte le bâtiment en question.

            Mais bien plus grave est le risque de pénétration d’agents infectieux dans le système de climatisation et particulièrement la bactérie responsable de la légionellose. Celle-ci prolifère facilement à l’intérieur des conduits des tours réfrigérantes fonctionnant à l’eau. La diffusion est alors particulièrement rapide et large, provoquant des infections pulmonaires, voire une insuffisance respiratoire et une pneumopathie chez les sujets les plus fragiles.

            L’entretien des installations offre une climatisation sans danger

             

            Mais le point de départ des effets néfastes sur la santé est le mauvais entretien des installations. Une facon simple et efficace de se prémunir des infections respiratoires, des plus bénignes aux plus sévères, est de respecter une maintenance rigoureuse des installations, des filtres et autres (surveillance, entretien et désinfection par un professionnel). Il est également nécessaire de vérifier régulièrement l’absence d’eau stagnante dans le système. De cette façon, les risques de contamination sont écartés. Si cette recommandation vaut pour tous les établissements de santé et autres institutions, elle s’applique aussi aux particuliers. Toute climatisation possède un mode d’emploi sur lequel figurent les recommandations d’entretien. Il faut en prendre connaissance et les respecter.

            Pas trop froid, pas trop fort!

             

            Un autre risque de la climatisation est le choc thermique. Les grandes variations de températures (supérieures à 10°C) sont susceptibles de provoquer une perte de connaissance, voire un arrêt respiratoire. Avant d’en arriver là, mieux vaut être raisonnable et régler judicieusement la température demandée afin qu’il n’y ait pas un écart supérieur à 8°C entre l’extérieur et la pièce climatisée.

            Dans un local et particulièrement en voiture, on peut être tenté de régler la climatisation sur une température très basse afin de profiter plus rapidement de la fraîcheur diffusée ou de pouvoir garder une fenêtre ouverte. Ce genre de comportement est fortement déconseillé pour notre environnement. En effet, la consommation d’énergie électrique d’un climatiseur est très importante.


            En conclusion, les climatiseurs ne sont pas en cause. C’est leur entretien souvent défectueux qui peut les rendre dangereux pour la santé…

            Mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/07/2011
            Créé initialement par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 01/08/2006
            Sources : Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), juin 2006.

            http://www.e-sante.be

            Les climatisations pointées du doigt 13 cas de légionellose à Québec


            Avec ces chaleurs que nous connaissons cet été, les climatiseurs fonctionnent a plein régime. Ceux qui travaillent dans de grands édifices ont besoin de climatiseurs pour ne pas cuire sur place. Il est possible de prévenir la  légionellose
            Nuage

             

            Les climatisations pointées du doigt 13 cas de légionellose à Québec

             

            Vue de la basse-ville de Québec

            (Photo: TVA Nouvelles)

            Les responsables de la santé publique sont sur le qui-vive : on recense 13 cas de légionellose à Québec, depuis le 19 juillet. C’est six fois plus que la moyenne annuelle.

            «À ce temps-ci de l’année c’est quelque chose qui nous préoccupe beaucoup, parce qu’annuellement, on reçoit de deux à trois déclarations pour 12 mois et là, en trois semaines, on vient d’avoir 13 déclarations de légionellose», explique le Dr François Desbiens, directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale

            On parle de cas sérieux, de personnes qui souffrent d’une toux sévère, de fièvre et qui éprouvent de la difficulté à respirer.

            À la Santé publique on conseille aux personnes qui éprouvent ces symptômes de consulter Info-Santé ou de contacter leur médecin de famille. La maladie se traite bien avec des antibiotiques, explique-t-on.

            La légionellose ne s’attaque pas aux personnes en bonne santé. Les victimes sont des personnes âgées de 44 à 73 ans dont la santé est minée par des maladies chroniques ou dont le système immunitaire est affaibli. On parle aussi de cas de gros fumeurs et de gros consommateurs d’alcool.

            Précisons que la légionellose se propage par les voies respiratoires mais qu’elle n’est pas contagieuse.

            La faute aux climatiseurs

             

            Jusqu’ici, la Direction de la santé publique n’a pas été en mesure d’identifier une source unique à cette éclosion de salmonellose. Les malades sont répartis dans un vaste périmètre d’environ 1,5 km de rayon, qui couvre les quartiers Saint-Jean-Baptiste et Saint-Roch, ainsi que le Vieux-Limoilou.

            On pointe cependant du doigt les tours de refroidissement des systèmes de climatisation des grands édifices, qui fonctionnent à plein régime ces temps-ci.

            «L’eau qui s’accumule dans leurs réservoirs inférieurs est chaude et, si l’entretien n’a pas été fait régulièrement, il peut y avoir multiplication de la bactérie. Celle-ci de déplace avec les gouttelettes d’eau qui dont propulsées par les ventilateurs et ça peut être inspiré par quelqu’un qui va développer la maladie.»

            édifices en hauteur

            (Photo: TVA Nouvelles)

            La DSP demande donc aux propriétaires de grands édifices du centre-ville de Québec de vérifier leurs systèmes de climatisation et, au besoin, de procéder à leur nettoyage et à leur désinfection pour éviter que l’éclosion prenne encore plus d’ampleur.

            Entretemps, elle poursuit son enquête en vue de cibler la ou les sources de la maladie.

            http://tvanouvelles.ca