Personne ne veut commander ce taco… à 25.000 dollars


Comment peut-on offrir de tels mets aux gens ? Cette extravagance me dégoûte ! Au moins personne ne semble vouloir payer une telle somme
Nuage

 

Personne ne veut commander ce taco… à 25.000 dollars

 

© afp.

Langouste, caviar, truffe et feuilles d’or ne sont pas les ingrédients habituels des populaires « tacos » mexicains. Néanmoins, le chef Juan Licerio Alcala les a utilisés pour créer le « taco » le plus cher du monde, d’une valeur de 25.000 dollars… qui n’a toutefois pas encore trouvé de client.

© afp

.

© afp.

Cette tortilla garnie d’ingrédients simples est un plat populaire et bon marché au Mexique, qui se mange avec les doigts, souvent au coin de la rue. Mais Licerio, chef au sein de l’hôtel Grand Velas, dans la luxueuse station balnéaire de Los Cabos (nord-ouest), a choisi de rompre avec les habitudes.

« Les gens sont émus et un peu surpris de voir qu’on peut arriver à manger un taco valant 25.000 dollars, quand tu peux en trouver dans la rue à 10 pesos (0,5 dollar). Alors je leur explique la délicatesse, la technique et l’harmonie que nous donnons à ce plat, et que cela les vaut », explique-t-il à l’AFP.

Le plat est composé de langouste, de boeuf de kobe, de caviar Beluga, de truffe noire et blanche, servie sur une tortilla de maïs contenant des feuilles d’or 24 carats. Le tout est agrémenté d’une sauce à base de chile morita et de café de civette, le café le plus cher au monde, produit à partir des graines de café recueillies dans les excréments de ce petit mammifère en Asie.

Néanmoins, une semaine après avoir l’inscrit à son menu, le taco n’a encore été commandé par aucun client, reconnaît le chef.

Beaucoup d’entre eux ont cependant manifesté leur intérêt pour cette extravagante tortilla, surtout des Américains qui aiment « aller aux extrêmes », assure le chef.

Commander le taco le plus cher au monde n’est toutefois pas une simple formalité. Il faut au préalable faire un dépôt de 12.500 dollars à l’hôtel. Ensuite, le client décidera où l’on doit lui servir le plat, dans la suite présidentielle, au milieu du désert ou au moment de faire une demande en mariage par exemple.

« Nous nous adaptons au client », affirme Licerio.

Pour ceux qui souhaiteraient dépenser encore un peu plus, le chef propose d’accompagner le taco d’une boisson adaptée: la tequila « Passion Aztèque », dont le prix atteint les 150.000 dollars la bouteille.

http://www.7sur7.be/

Un biologiste pêche une langouste géante de 70 ans!


Le plus beau de cette histoire, est que ce crustacée a pu retourner dans son environnement. Le biologiste ne l’a pas gardé dans un aquarium, sauf pour le montrer à son entourage
Nuage

 

Un biologiste pêche une langouste géante de 70 ans!

 

 

En Californie, le biologiste Forrest Galante faisait de la plongée à la recherche de langoustes quand il est tombé sur un spécimen vieux de 70 ans!

L’animal pesait 11,9 livres!

Forrest l’a apporté à la maison pour le montrer à sa famille et est revenu le porter dans l’océan ensuite.

http://www.insoliteqc.com/

Un couple paie 640 $ pour faire libérer des homards


Cela est une drole de situation pour le restaurant mais parait-il le client a toujours raison ou presque !!! Je ne crois pas que ce restaurant va cesser de servir au menu des crustacés … après un tel sauvetage
Nuage

 

Un couple paie 640 $ pour faire libérer des homards

 

PHOTO: ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Agence France-Presse
Rome

Un couple de touristes allemands a commandé à souper des crustacés pour un montant de 500 euros (environ 640 $) dans le seul but de les libérer et de les remettre en mer, a rapporté mardi le quotidien sarde L’Unione Sarda.

La soirée romantique des deux vacanciers dans le restaurant «Mama Latina» à Cala di Volpe, sur les bords de la Costa Smeralda, dans le nord-est de la Sardaigne, s’est transformée en opération sauvetage de crustacés.

En voyant les langoustes et les homards vivants dans la vitrine du restaurant, la jeune femme a demandé à son mari de les acheter pour les jeter en mer.

«Quand la femme est entrée dans le restaurant, elle a tout de suite observé les crustacés», raconte l’un des responsables du lieu. «Puis elle est ressortie fumer une cigarette. Quand elle est revenue, elle m’a demandé s’ils étaient encore vivants et si elle pouvait les acheter», a-t-il ajouté.

Un des clients a d’abord tenté d’expliquer aux deux Allemands que ces animaux risqueraient de ne pas survivre ou d’être de toute manière repêchés. L’un des responsables du restaurant a ensuite négocié la libération des crustacés contre 500 euros, sous le regard curieux des clients.

«Cela fait 10 ans que suis ici et je n’ai jamais vu une chose pareille», a commenté le patron de «Mama Latina», selon plusieurs sites internet.

http://www.lapresse.ca