Au Japon, une IA arrête les voleurs avant même qu’ils ne passent à l’acte


Je suis d’accord pour la prévention, mais avec l’intelligence artificielle, jusqu’où, peut-on vraiment se fier. L’IA pourrait-il se tromper sur le langage corporel, cela pourrait-il engendrer une discrimination quelconque ?
Nuage

 

Au Japon, une IA arrête les voleurs avant même qu’ils ne passent à l’acte

 

Crédits : Vaak

par  Laura Boudoux

 

Comme dans le film Mino­rity Report, cette start-up japo­naise affirme pouvoir arrê­ter les voleurs avant même qu’ils ne volent quoi que ce soit.

L’en­tre­prise japo­naise Vaak a ainsi déve­loppé une intel­li­gence arti­fi­cielle (IA) nommée VaakEye, qui analyse les enre­gis­tre­ments des camé­ras de surveillance des boutiques en temps réel pour détec­ter les compor­te­ments suspects, rapporte Bloom­berg Quint.

C’est en se basant sur le langage corpo­rel des personnes filmées que l’IA serait capable de dénon­cer un voleur présumé auprès des proprié­taires du maga­sin. L’objec­tif serait de faire de la préven­tion, en envoyant un employé auprès du suspect pour lui deman­der s’il a besoin d’aide. Une inter­ven­tion qui empê­che­rait le passage à l’acte dans la majo­rité des cas, promet l’en­tre­prise.

« Nous nous rappro­chons vrai­ment d’une société dans laquelle le crime peut être évité grâce à l’IA », assure Ryo Tanaka, le créa­teur de Vaak.

Le système aurait déjà inté­ressé plusieurs entre­prises de prêt-à-porter. Pour éviter que les 34 milliards de dollars de pertes enre­gis­trées en 2017 ne se repro­duisent à l’ave­nir, les indus­triels du textile pour­raient ainsi inves­tir jusqu’à 200 milliards de dollars dans les nouvelles tech­no­lo­gies dès 2019.

Sources : VaakEye / Bloom­berg Quint

 

https://www.ulyces.co/

Puis-je couper les moustaches de mon chat ?


À vrai dire, la question m’a fait sursauter ! Comment peut-on penser de couper les poils de moustache (vibrisse) à un chat ? Ils sont très importants pour le matou, c’est une mine d’information pour le félin
Nuage

 

Puis-je couper les moustaches de mon chat ?

 

chat moustaches

Les moutaches, ou vibrisses, sont indispensables au chat. Mais à quoi lui servent-elles, et peut-on les lui couper ?

La Dr Hélène Gateau, vétérinaire, chroniqueuse animalière et animatrice télé, répond à ces questions dans cet extrait de son livre Tout sur votre chat !

Les moustaches de votre chat sont vitales et incroyablement fonctionnelles. Le nom scientifique pour les moustaches du chat est « vibrisses ». Ce sont des poils longs, durs, trois fois plus épais que les autres poils, et que l’on retrouve à différents endroits du corps de l’animal : autour du museau, au-dessus des yeux, sur le menton, mais également à l’arrière des pattes antérieures, juste au-dessus des coussinets.

Les moustaches permettent au chat d’éviter les obstacles

Comme pour les autres poils, chaque vibrisse prend naissance dans un follicule pileux présent dans l’épaisseur de la peau, plus gros, et aussi beaucoup plus innervé et vascularisé que les autres follicules. C’est ce qui confère aux moustaches une sensibilité exceptionnelle aux objets ou obstacles qui entourent le chat, aux variations de pression atmosphérique et aux vibrations. Ce sont en quelque sorte des antennes dont il va se servir pour mieux se repérer dans l’espace, surtout dans l’obscurité.

Ainsi, lorsque le chat a besoin de se faufiler quelque part, les vibrisses vont lui indiquer s’il peut s’y risquer, la largeur des moustaches correspondant à la largeur du corps du chat. Attention, ceci n’est pas valable si votre matou est en surpoids ! Les vibrisses sur les sourcils capteront la présence d’un obstacle (une branche d’arbre par exemple) et le chat fermera ses yeux pour ne pas se blesser. Ces antennes sont donc très utiles pour un chasseur, nocturne de surcroît, qui a besoin de rester le plus discret possible.

Les vibrisses situées à l’arrière des pattes sont caractéristiques des animaux grimpeurs et sauteurs. Le chat ayant une vision de près assez mauvaise, elles servent aussi à mieux juger de l’état d’une proie  : est-elle morte ? Cherche-t-elle à s’enfuir ? Faut-il la mordre à nouveau dans le cou ?

Les moustaches ont également un rôle dans le langage corporel. Si votre matou les plaque en arrière, il est sur la défensive ou inquiet ; s’il les dirige vers l’avant, le petit félin manifeste de la curiosité, il est en mode exploratoire. 

Il ne faut donc absolument pas couper les moustaches de votre chat, même si elles repousseront. Elles lui sont indispensables pour bien évoluer sans se blesser dans son environnement.

Le saviez-vous ?

Les vibrisses du chat tombent naturellement car, comme les poils, elles se renouvellent ; le cycle de pousse et de repousse est cependant plus long, car leur taille et leur diamètre sont supérieurs. Un chat qui n’est pas en bonne santé perd ses poils, mais aussi ses vibrisses. Inquiétez-vous si votre chat n’a plus ses belles moustaches autour de sa bouche et de son museau.

Dr Hélène Gateau
Vétérinaire

https://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ►Voici 20 signes qui vous permettront de reconnaître un menteur –


J’ajouterais que devant un menteur, il est bien de répéter ses dires à d’autres moments pour voir si l’histoire se tient ou de répéter dans un autre ordre ce qu’il a dit, n’empêche que ce soit parfois difficile de démêler le vrai au faux, mais tout fini par se savoir un jour ou l’autre
Nuage

Voici 20 signes qui vous permettront de reconnaître un menteur

Nous vous présentons les signes qui indiquent si la personne est en train de vous dire la vérité ou des mensonges. Ces indices sont une combinaison entre le langage corporel et les signes comportementaux que des spécialistes ont étudié méticuleusement.Voici 20 signes qui vous permettront de reconnaître un menteur

1. Se toucher le visage de façon récurrente

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-1

Selon le célèbre psychologue américain Philip Calvin, plus connu sous le nom de Dr. Phil. Les gens qui mentent ont plutôt tendance à se toucher le visage à plusieurs reprises, surtout le nez.

2. Faire un faux sourire

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-2

Savez-vous reconnaître un vrai sourire d’un faux ? Lorsque le sourire d’une personne est sincère, les coins des yeux se froissent automatiquement de façon à changer l’expression du visage. Toutefois, lorsque le sourire n’est pas sincère, l’expression des yeux ne change pas.

3. Hausser les épaules

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-3

Chaque fois qu’une personne vous ment, elle aura tendance à hausser les épaules à moitié. Un haussement des épaules sincère implique tout le corps, tandis qu’un faux est un mouvement un peu forcé.

4. Faire bouger les pieds

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-4

Remuer ses pieds en parlant est un signe que la personne se sent mal à l’aise. C’est une façon de dire qu’elle souhaite tourner la page aussi vite que possible.

5. Faire des mouvements brusques avec la tête

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-5

Si vous posez des questions à une personne et qu’elle a tendance à diriger sa tête vers l’arrière, la baisser ou l’incliner d’un côté, cela implique qu’elle est en train de vous mentir.

6.Signes qui vous permettront de reconnaître un menteur :

Regarder de façon persistante

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-6

Certaines personnes pensent que les menteurs ont tendance avoir des regards fuyants. Pour contrer cette idée, les menteurs maintiennent le contact visuel tout en racontant des mensonges.

7. Pointer du doigt

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-7

Les menteurs sont souvent sur la défensive et hostiles. En pleine discussion, ils ont tendance à pointer du doigt et à rejeter les accusations avec colère et mépris pour vous culpabiliser.

8. Transpirer de manière excessive

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-8

Certaines personnes transpirent de façon excessive lorsqu’elles disent des mensonges. Ceci arrive car le mensonge implique le stress, une augmentation de la température corporelle et par conséquent, de la transpiration.

9. Bouger les bras de façon aléatoire

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-9

Certaines personnes ont tendance à bouger leur bras de façon aléatoire et au hasard. C’est une astuce que les menteurs utilisent pour distraire leurs interlocuteurs.

10. Faire le « bec de canard »

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-10

Selon le Dr. Phil, les menteurs ont inconsciemment une envie d’avoir l’air adorable en se pinçant les lèvres, en écarquillant les yeux et en faisant le fameux « bec de canard ».

11. Signes qui vous permettront de reconnaître un menteur :

Le bégaiement et l’hésitation

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-11

Plusieurs personnes ont tendance à bégayer ou à hésiter en racontant leur histoire car elles ont une envie d’impressionner. D’autre part, il est difficile de penser clairement quand on veut raconter quelque chose de crédible.

12. Donner des informations supplémentaires

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-12

Les menteurs présentent souvent plus d’informations que nécessaire. Selon le Dr. Phil, ceci est une façon de cacher quelque chose ou de se défendre.

13. Être sur la défensive

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-13

C’est bien connu, les gens qui mentent se tiennent automatiquement sur la défensive, tandis que les personnes qui disent la vérité sont offensives.

14. L’articulation

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-14

Pour se défendre, les menteurs articulent bien leurs mots. Par exemple, au lieu de vous dire « c’est pas moi » ils diront « ce n’est pas moi » ou de remplacer « je l’ai pas fait » par « je ne l’ai pas fait ».

15. Utiliser des questions ou faire des répétitions

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-15

Une technique très prisée par les menteurs est de répondre à une question par une autre ou de répéter ce que vous avez dit. Le but est de confondre et de déstabiliser l’interlocuteur.

16. Éviter la première personne du singulier

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-16

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, les menteurs évitent d’utiliser la première personne du singulier dans leur propos. Par conséquent, au lieu de dire « je ne te crois pas » ils optent pour « tu as tort ».

17. Exagérer

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-17

Les menteurs ont tendance à exagérer en racontant les petits détails de leur histoire. D’autre part, dans des situations délicates ils se concentrent sur les détails sans importance.

18. Se protéger

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-18

Lors d’une discussion, les menteurs placent inconsciemment des objets comme des livres, une tasse de café ou leur ordinateur entre eux-mêmes et leurs interlocuteurs pour se protéger.

19. Utiliser des expressions sincères

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-19

Pour commencer leurs phrases, les menteurs ont tendances à utiliser des expressions comme « pour être sincère » ou « pour te dire la vérité ».

20. Une astuce pour détecter le mensonge

20-signes-pour-reconnaitre-un-menteur-20

Pour finir, voici une astuce qui vous aidera à deviner si la personne est en train de vous mentir ou pas. Essayez de changer de conversation subitement, vous remarquerez qu’une personne sincère se sentira confuse, tandis qu’un menteur se sentira soulagé.

Source :santeplusmag.com

http://sain-et-naturel.com/

Comment bien communiquer avec son chien


Le langage de la parole, le langage corporel et l’intonation sont très importants pour communiquer avec son chien. Le langage de bébé est inutile et personnellement, je trouve cela n’a pas sa raison d’être quand on veut communiquer avec les animaux
Nuage

 

Comment bien communiquer avec son chien

 

La communication est la base d’une relation saine, stable et équilibrée avec son chien. Et si les animaux ne parlent pas, ce n’est pas pour autant qu’ils ne communiquent pas… bien au contraire ! 

Communication orale

Il n’est pas nécessaire d’apprendre à parler « chien » pour pouvoir communiquer avec son chien ! Inutile de vous mettre à aboyer ou même de lui parler comme à un bébé.

« Parler chien », c’est avant tout parler « humain ».

D’après une récente étude menée par les chercheurs de l’Université Hungary’s Eötvös Loránd University, les chiens sont tout à fait à même de comprendre ce que nous disons. Si nous savions déjà qu’ils étaient capables d’assimiler un certain nombre de mots – correspondant généralement à des ordres (« assis », « couché », « laisse ») ou à des mots-clés tels que « croquettes », ou « promenade » – cette étude a révélé qu’ils sont également capables de reconnaître nos intonations. Plus précisément, l’hémisphère gauche de leur cerveau reconnaît les mots tandis que l’hémisphère droit s’active selon nos intonations. Exactement comme l’être humain !

Autrement dit, si vous dites à votre chien « c’est bien, bon chienchien » sur un ton énervé, il pourra être assez déboussolé. Pour lui, les mots doivent être accompagnés de la bonne intonation. Dans le cas présent, puisqu’il s’agit de le féliciter, il faudra donc prendre une voix enjouée, voire aigüe, comme celle qu’ont les chiens contents. A contrario, une voix grave est signe de mécontentement, voire de menace.

Langage corporel

Le langage corporel est également très important. On sous-estime son pouvoir, et pourtant… il accompagne réellement nos mots et nos intonations. Il est d’ailleurs indispensable pour pouvoir communiquer avec les chiens sourds !

Mais pas seulement : tous les chiens, et notamment les chiots, ont besoin d’entendre, mais aussi de voir leurs maîtres qui leur parlent. En effet, lorsque l’on enseigne un ordre à son chien, il faut généralement accompagner le mot-clé à une gestuelle : ainsi, pour apprendre à son chien à s’asseoir, il faut lui dire « Max, assis », en pointant son doigt au-dessus de sa tête et en reculant sa main vers l’arrière. Pour lui apprendre à se coucher, il faut lui dire « Max, couché », en descendant sa main de sa truffe jusqu’au sol.

Mais au-delà des ordres, le langage corporel permet de nouer une vraie relation avec son chien. Cela passe par des témoignages d’amour, des caresses, des gestes doux plutôt que violents ou nerveux. Enfin, les expressions de votre visage sont un repère pour votre chien : grâce à celles-ci, il voit tout de suite dans quel état d’esprit vous vous trouvez. Impossible de mentir à un chien.

 

https://wamiz.com

Débat présidentiel américain: ce que le non verbal de Trump et Clinton révèle


Le langage du corps est un aspect que j’aimerais bien connaître. Je ne crois pas que ce soit une science exacte, qu’il pourrait avoir plusieurs interprétations dépendantes du moment. Par contre, l’analyse de Donald Trump et Hillary Clinton me semble assez près de la vérité
Nuage

 

Débat présidentiel américain: ce que le non verbal de Trump et Clinton révèle

 

Daphnee Hacker-Bousquet

Les mouvements corporels inconscients des candidats à la présidence américaine durant le troisième et dernier débat télévisé, mercredi soir, ont révélé beaucoup sur leur état d’esprit. Tant le républicain Donald Trump que la démocrate Hillary Clinton ont voulu démontrer qu’ils pouvaient tenir les rênes des États-Unis. Qui a été le plus convaincant avec son langage corporel? Nous avons posé la question à l’experte en science comportementale Christine Gagnon.

À peine trois semaines avant l’élection, la tension est de plus en plus palpable entre les deux candidats, qui encore une fois ont refusé de se serrer la main. Dès le premier instant où ils sont apparus à l’écran du dernier débat télévisé, à l’Université du Nevada à Las Vegas, les gestes des deux candidats en révélaient déjà beaucoup: rigidité et agressivité du côté de Trump, air posé et en contrôle du côté de Clinton. C’est du moins l’analyse de la synergologue Christine Gagnon, présidente-fondatrice du cabinet-conseil Christine Gagnon et associée de l’Institut québécois de synergologie.

«Ce débat a confirmé mes observations du non verbal qu’avait les candidats durant les tête-à-tête précédents, explique l’experte au Huffington Post Québec. Hillary Clinton a une gestuelle calme, qui traduit une grande assurance. Pour sa part, Donald Trump a démontré un désir de domination, tout en affichant à la fois, et de façon paradoxale, des gestes d’hésitation et de manque d’intérêt sur certains sujets».

Voici ce qui a retenu son attention dans le non verbal de chacun des candidats:

Trump, dominant, solo et enfantin

https://gyazo.com/757ba1da96329c6e410bfc3218c04451
Un des gestes corporels les plus répétitifs de Donald Trump consiste à brandir sa paume face à l’auditoire. Aux yeux de Christine Gagnon, ce mouvement de la main indique qu’il veut s’afficher comme dominant, mais surtout qu’il veut poser une barrière entre lui et les autres.

«Cette gestuelle traduit de quelqu’un qui veut travailler seul, qui n’est pas forcément ouvert aux idées d’autrui», souligne la spécialiste.

Mme Gagnon poursuit que dès les premières questions, l’énervement du candidat républicain était palpable par la rigidité de son corps, ses gestes saccadés, un ton de voix tonique et l’intense émotion négative sur son visage. Tous des indicateurs démontrant une impulsivité et un manque de contrôle émotif, selon elle. Le tout s’est accentué lorsqu’il a été questionné par le journaliste Chris Wallace sur les récentes allégations d’agression sexuelle qui pèsent contre lui.

https://gyazo.com/bc988e021195d6d736c6b3f591acb5a8

Fait intéressant, Trump s’est appuyé la majorité du temps sur son lutrin, comme lors du premier débat, démontrant un manque d’ancrage et un besoin de support, possiblement pour contrôler tout risque d’emportement, suggère la synergologue. Le candidat a aussi interrompu à plusieurs reprises son adversaire, comme il l’a fait à chaque débat, en plus de faire plusieurs expressions faciales visant à «écraser» les arguments de Clinton.

En effet, Trump fait très souvent des mimiques faciales enfantines, imitant de façon déformée les expressions de sa rivale, ce qui traduit son désir de la discréditer constamment.

«Ce comportement peut mener à une réflexion sur sa capacité à écouter sans jugement et avec respect», indique Mme Gagnon.

Clinton, posée et en contrôle, mais sans vitalité

https://gyazo.com/2d8da1747398a6201e3c89e1a9665fce

L’avance dans les sondages de la candidate démocrate a dû aider cette dernière a affiché un air confiant et serein tout au long des 90 minutes du débat. Hillary Clinton est directive, mais travaille en équipe, remarque Christine Gagnon.

«C’est par sa position des mains qu’on peut le voir: les mains droites avec le bout des doigts vers l’avant», dit-elle.

Les doigts rassemblés ainsi en bourse et une paume de main dirigée vers le bas traduisent de sa connaissance des arguments et de son assurance à les partager.

Contrairement à Trump qui crée une division entre lui et les autres par la paume de main face à l’extérieur, Clinton a tendance à prendre ses deux mains et à les lever en même temps, de chaque côté du corps, un geste de précision et de rassemblement, qui veut dire en quelque sorte «nous avançons ensemble», analyse la synergologue.

De plus, Clinton a montré très souvent durant le débat son axe rotatif gauche, qui signifie le désir du contact avec l’autre. Ce qu’elle dit est validé par son gestuel.

https://gyazo.com/870ed46f04424f6faed2a2ac3f68365d

Malgré sa performance qu’elle juge positive dans l’ensemble, Christine Gagnon estime que Clinton aurait pu avoir plus de vitalité. À son avis, la gestuelle de la secrétaire d’État manquait d’amplitude, car elle gardait ses bras très près de son corps.

«Cela nous indique un désir d’action immédiat, mais sans intensité, ça manque de dynamisme et c’est du coup un peu moins convaincant», dit-elle. Selon l’experte, elle a clairement été conseillée afin de contrôler au maximum ses gestes, mais le résultat fait en sorte qu’elle manquait de vivacité gestuelle et surtout, «d’énergie du combattant déterminé à gagner».

Pour des analyses plus poussées

La synergologue Christine Gagnon et son équipe ont décortiqué en détail le non verbal des deux candidats à la présidence Hillary Clinton et Donald Trump et ce, à chacun des trois débats présidentiels. Visitez leur blogue ici.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Garder un secret, impossible selon la science


Savez-vous garder un secret, si lourd soit-il ? Certains le pourront, mais la majorité aurait beaucoup de difficultés à le garder pour soi, et le langage du corps serait souvent le premier a trahir avant la parole surtout devant certaines situations
Nuage

 

Garder un secret, impossible selon la science

 

Garder un secret, impossible selon la science

© iStock

 

On essaie, mais il serait finalement impossible de garder un secret. Selon plusieurs études, il occuperait une place trop importante dans notre cerveau et notre langage corporel finirait tôt ou tard par nous trahir.

N’allez pas trop vite en jurant que vous serez une tombe lorsqu’ on vous confie un secret. Selon plusieurs études scientifiques, bien qu’on ne soit pas tous égaux face au secret, on ne pourrait de toute façon pas le garder. Trop lourd, trop pesant, notre corps nous trahit le premier, apprend-on sur le Huffington Post.

Pourquoi est-ce difficile ?

Parce que ça perturbe, évidemment. Des chercheurs américains se sont intéressés en 2013 au corps des personnes cachant un secret. Ils ont publié leurs conclusions dans le Journal of Experimental Psychology. Le sujets devaient cacher leur orientation sexuelle pendant un court entretien et ne devaient pas prononcer de mots précis tout en effectuant des tâches variées. Les chercheurs ont alors constaté que les participants avaient du mal à se concentrer, qu’ils étaient plus facilement agressifs et qu’ils présentaient moins d’endurance physique. Notre corps finirait donc par nous trahir…

Parce que les secrets occupent une place trop importante dans notre cerveau et demandent à notre conscience de se focaliser sur eux.

« Quand un individu s’entretient avec un autre en sachant pertinemment qu’il y a des éléments qu’il doit impérativement garder pour lui, ses pensées sont contaminées les informations secrètes qu’il convient de maintenir à l’écart. Plus on s’efforce de ne pas penser à quelque chose, plus on l’a en tête » explique le psychiatre Jean-Paul Mialet, sur le site Atlantico, en commentant les résultats d’une étude de 2007 parue dans The American Journal of Psychology.

Garder un lourd secret peut être risqué

Dépression, solitude, remords, nausées, maux de dos, problèmes relationnels, notre corps est mis à rude épreuve. Garder un lourd secret peut être risqué. En 2009, une étude s’est intéressée à 300 ados et à leur rapport aux secrets. Les conclusions du professeur Tom Frijins, publiées dans l’International Journal of Behavioral Development, sont inquiétantes :

« le contrôle permanent de nos sentiments et de nos pensées est épuisant pour le corps et pour l’esprit ».

Six mois après ce constat, les adolescents allaient bien mieux s’ils s’étaient confiés, l’état des autres avait empiré.

En 1989, James Pennebraker, un psychologue de l’Université du Texas a interrogé 33 survivants de camps de concentration, sur des souvenirs qu’ils n’avaient jamais partagés, pendant que l’on surveillait leur rythme cardiaque. Quatorze mois plus tard, le chercheur a repris contact avec les survivants pour faire un bilan de santé. Les participants étaient tous en meilleure condition physique.

Mais les recherches soulignent également que nous ne sommes pas tous égaux face aux secrets. Quand certains mettront un terme à la confidence par fatigue ou remords, d’autres vivront avec et finiront même par se le cacher à eux-mêmes.

http://www.topsante.com

Le Saviez-vous ► Les 10 gestes qui vous trahissent


Les mots véhiculent des idées, des opinions, bref, de tout et de rien. Cependant, les mots ne donnent pas toujours la note juste de nos pensées, alors que le langage de notre corps est beaucoup plus bavard sur nos émotions, nos convictions, et même notre entêtement voir même nos préjugés
Nuage

 

Les 10 gestes qui vous trahissent

 

Savez-vous que 20% seulement de la communication passe par les mots ? Le reste du temps, c’est notre corps qui parle pour nous. Gestes, mouvements, attitudes, regards : apprenez à décrypter vos gestes… et ceux des autres.

Vous téléphonez…

Attraper son téléphone portable et le porter à son oreille: voilà deux gestes quotidiens, presque ‘automatiques’, qui en disent long sur vous.

Téléphone au creux de l’oreille droite: il témoigne de votre capacité à écouter l’autre. Disponible pour les amis, ouvert(e) aux rencontres, votre côté extraverti peut aussi cacher des talents de manipulateur

Téléphone à l’oreille gauche: vous êtes plus introverti(e), plus centré(e) sur vous-même. Si vous téléphonez indifféremment d’un côté ou de l’autre, vous passez d’une attitude à l’autre en fonction de votre humeur, mais aussi de votre interlocuteur. L’introverti ‘se communique’ alors que l’extraverti ‘communique avec’.

Vous croisez les bras…

Bras gauche sur le droit? Ou bras droit sur le gauche? Essayez, vous verrez que c’est toujours le même qui, chez vous, prend l’ascendant!

Bras gauche au-dessus: vous avec une attitude défensive… Réfléchi, observateur, voire méfiant, vous savez préserver votre espace vital, votre famille, et défendre vos valeurs et vos idées. Votre confiance en vous dépend de l’estime des autres.

Bras droit au-dessus: vous êtes d’un naturel plutôt offensif, impulsif, fonceur, partant pour toutes les bonnes causes et/ou les nouveautés, vous ne finissez pas toujours ce que vous entreprenez… Vous avez besoin d’avoir confiance en vous pour emporter l’estime des autres

Vous croisez les jambes…

Si vous êtes un homme, croiser la jambe droite sur la gauche montre votre aisance, la position inverse trahit votre émoi: vous ne maîtrisez plus la situation.

Pour les femmes droitières, croiser la jambe gauche sur la droite montre une personne sans angoisse particulière, mais que la jambe droite recouvre la jambe gauche et tout est dit de l’opposition ou du stress!

Si vous posez votre cheville sur la cuisse, jambe en équerre, vous montrez votre immaturité : comme un ado, vous niez votre nervosité. Pire encore, vous la cachez derrière une fausse désinvolture, rédhibitoire dans un contexte professionnel!

Vous croisez les chevilles…

Jambes tendues devant vous, croisez les chevilles: vous voilà en pleine séance de détente! Pour peu que vous nouiez les doigts derrière la nuque, c’est l’ambiance relax! Si vous croisez vos chevilles sous votre chaise, la signification est contraire…

Cheville droite sur cheville gauche: vous vous coupez de vos émotions, un peu trop sur vos gardes peut-être.

Cheville gauche sur cheville droite: vous êtes ‘psychoflexible’, prêt(e) à vous adapter à toutes les situations en faisant confiance

Vous entremêlez vos doigts…

Examen, réunion importante… Dans toutes les situations où vous devez argumenter et maîtriser votre stress, vos deux mains s’accrochent et vos doigts s’entrecroisent, témoignant de l’alliance du cerveau droit et cerveau gauche pour faire face.

Le pouce droit recouvre le gauche: vous fonctionnez en mode ‘cognitif’, vous ne vous fiez qu’à vos connaissances dûment validées par la science ou l’expérience.

Le pouce gauche recouvre le droit: vous êtes en mode affectif, vous vous laissez volontiers guider par votre sixième sens!

Vous joignez les mains…

Devant cette position dite ‘du jésuite’ (coudes posés sur la table, mains jointes à hauteur du nez), votre interlocuteur devrait se méfier. Même si vous acquiescez à ses dires, vous n’en pensez pas un traître mot et n’avez qu’une envie: le convertir par tous les moyens à vos vues.

Vos index et majeurs sont levés et joints devant vos lèvres: attention, vous affûtez vos arguments, prêt(e) à porter l’estocade à votre contradicteur!

Seuls vos index sont joints devant vos lèvres: vous voilà à court d’arguments… ou, en cas d’approche amoureuse prêt(e) à craquer pour votre vis-à-vis!

Vous baissez les yeux…

Baisser les yeux revient à adopter une position de soumission, souvent exigée dans l’enfance par certains adultes dominateurs. Mais c’est une position à double tranchant chez les adultes: certes, dans un contexte de séduction, le regard de geisha faussement pudique et soumis peut faire craquer le macho qui sommeille chez votre cher et tendre, mais il peut également vous faire passer pour une personne peu fiable, voire même pour une fieffée menteuse. A manier donc avec précaution!

Vous appuyez votre menton sur vos mains…

Coudes posés sur la table, votre menton repose sur vos deux mains posées à plat sur vos joues et vous regardez la personne en face de vous: pas de doute, vous lui voulez du bien. Même chose si votre menton repose sur votre paume droite, main repliée contre votre joue: extraverti(e), vous avez envie de séduire votre vis-à-vis, et si votre main droite agrippe votre épaule gauche, vous lui exprimez votre tendresse. En revanche, si votre menton est appuyé sur votre main gauche, vous vous montrez plus intéressé(e) par votre propre personne.

Vous vous mordillez les lèvres…

Signe de malaise et d’anxiété, le fait de se mordre les lèvres trahit votre surmenage si vous mordillez votre lèvre supérieure, ou votre peur de voir les choses vous échapper si vous avez plutôt tendance à vous attaquer à la lèvre inférieure.

De même, si vous vous acharnez sur l’intérieur de vos joues, il est temps de lever le pied ou de vous mettre à la relaxation: vous êtes trop anxieux!

Vous tendez la main…

Le fait de ponctuer votre discours en tendant une main ouverte vers votre interlocuteur témoigne de votre bienveillance à son égard. Vous avez peut-être envie de le convaincre, mais sans imposer votre point de vue, en ouvrant un dialogue authentique.

Si, en revanche, vous tendez la main vers lui mais que vos doigts restent collés les uns aux autres, vous lui montrez ainsi que rien ne vous fera changer d’avis, que vous êtes bardé(e) de certitudes, voire de préjugés. Travaillez votre souplesse!

par Lucie Pehlivanian, journaliste santé

http://sante.planet.fr/