Néandertal pouvait tuer à distance avec des lances


Encore une fois, l’homme de Neandertal prouve qu’il était beaucoup agile que l’on croyait auparavant. Les scientifiques ont fabriqués des lances similaires a celles qui date de 300 000 ans, utilisés l’homme de Neandertal. Ils ont ainsi démontré qu’ils pouvaient utiliser leur lance à distance pour atteindre leur proie.
Nuage

 

Néandertal pouvait tuer à distance avec des lances

 

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

De nouvelles recherches suggèrent pour la première fois que Néandertal produisait des armes suffisamment avancées pour pouvoir tuer à distance. Les détails de cette étude sont publiés dans Scientific Reports.

Les Néandertaliens ont souvent été dépeints comme des êtres un peu primaires. Ils étaient en revanche beaucoup plus proches d’Homo Sapiens que nous le pensions il y a quelques années. Et non pas seulement parce qu’il y a eu coït entre les deux espèces. Nous savons que Néandertal prenait soin de ses blessés, ou qu’ils n’étaient pas plus violents que les humains modernes, finalement. Mais une autre étiquette collait encore il y a peu à notre ancien cousin : il privilégiait les combats rapprochés, faute de pouvoir faire autrement. Une récente étude suggère pourtant que ce n’était pas le cas. Encore une fois.

Tuer à distance

Il semblerait en effet que l’homme de Néandertal pouvait tuer de loin. C’est du moins ce que proposent des tests effectués avec des reliques d’anciennes lances appartenant à nos cousins. Ces armes en bois (une dizaine au total), ont été retrouvées entre 1994 et 1999 dans une mine de lignite à Schöningen, en Allemagne, avec plusieurs milliers d’os d’animaux. Ces “lances de Schöningen” – comme on les appelle aujourd’hui – sont datées à environ 300 000 ans. Elles représentent ainsi les plus anciennes armes de chasse entièrement préservées de l’Europe du Paléolithique.

Mais ces lances pouvaient-elles réellement permettre de tuer à distance ? C’est la question que ce sont posé des chercheurs de l’University College London (Royaume-Uni). Pour tenter d’y répondre, ils ont embauché six lanceurs de javelot professionnels. Des répliques de ces lances – en bois d’épicéa – ont également été fabriquées à la main, au moyen d’outils en pierre. Deux modèles ont été utilisés, l’un pesant 760 g et l’autre 800 g. Le but était ici de se rapprocher le plus possible des véritables armes utilisées par Néandertal.

Neandertal lance

 

Une réplique des anciennes lances utilisées par Neandertal. Crédits : Annemieke Milks – UCL

20 mètres de distance, maximum

Après plusieurs tests, il ressort alors de cette étude que le poids de ces lances, combiné à la vitesse à laquelle elles pouvaient être projetées, pouvait effectivement permettre de tuer une proie à 20 mètres de distance maximum.

« Cette étude est importante car elle ajoute à un nombre croissant de preuves montrant que les Néandertaliens avaient une connaissance approfondie des technologies, et qu’ils étaient capables de chasser le gros gibier de diverses manières, explique Annemieke Milks, de l’Institut d’archéologie de l’UCL. Nous pensions auparavant qu’ils n’étaient capables que de rencontres rapprochées risquées ».

De son côté, le docteur Matt Pope, co-auteur de l’étude, note l’importance de pouvoir dater cette capacité à pouvoir tuer de loin.

« L’émergence de l’armement – une technologie conçue pour tuer – est un seuil critique mais mal établi dans l’évolution humaine, explique-t-il. Nous avons toujours eu recours à des outils et avons étendu nos capacités par le biais d’innovations techniques. Comprendre quand nous avons développé les capacités de tuer à distance est donc un moment sombre mais important de notre histoire ».

Source

https://sciencepost.fr/

Des artéfacts de l’âge du Bronze découverts en Écosse


De grands terrains qui devraient accueillir des terrains de football, a été fouillée par des archéologues au cas, il y aurait des découvertes intéressantes. Heureusement, car de belles trouvailles d’une lance et d’une épée ornée de bijoux ont fait surface en Écosse. Ces armes malgré les étuis en bois et en peaux ont été très bien conservés ce qui va permettre de connaitre un peu plus la vie dans cette région
Nuage

 

Des artéfacts de l’âge du Bronze découverts en Écosse

 

Des

Une épée datant de l’âge de Bronze a été découverte en Écosse.Photo Gentside

Un fer de lance décoré d’or, une épée en bronze multimillénaire, c’est un véritable trésor qu’ont trouvé des archéologues lors d’une fouille menée en Écosse.

C’est dans la ville de Carnoustie, plus précisément, sur un site de construction que la trouvaille décrite comme la «découverte d’une vie» a été faite.

Les armes datant de l’âge de Bronze ont été révélées alors que les spécialistes menaient une évaluation archéologique sur ce site devant accueillir des terrains de football. L’extrémité de lance en bronze décorée d’or se trouvait aux côtés de l’épée ainsi que de son fourreau dans une sorte de fosse. D’après les chercheurs, tous les objets seraient âgés d’au moins 3000 ans

«Il est très rare de récupérer de tels artéfacts lors d’une fouille archéologique aujourd’hui, qui peut en révéler beaucoup sur le contexte dans lequel ils ont été enterrés», a expliqué Alan Hunter Blair qui dirige les fouilles pour la société GUARD Archeology.

Si l’âge des artéfacts semble remarquable, c’est surtout leur état qui s’avère exceptionnel. 

DES MATÉRIAUX ORGANIQUES TOUJOURS PRÉSENTS 

La lance comme l’épée sont en effet particulièrement bien conservées. Ainsi, la première montre encore ses ornements dorés qui auraient, selon les scientifiques, été ajoutés par la suite.

«La décoration en or a probablement été ajoutée à la lance pour la mettre en valeur à la fois à travers la rareté du matériau et son impact visuel», a expliqué à  la BBC, Alan Hunter Blair.

«Les premiers mythes celtiques mettent souvent en évidence la réflectivité et l’éclat des armes héroïques», a-t-il ajouté.

Néanmoins, jusqu’ici seuls quelques fers de lance en bronze décorés d’or ont été mis au jour en Grande-Bretagne et en Irlande, parmi lesquels, des armes trouvées en 1963 à la ferme de Pyotdykes à  l’ouest de Dundee.

Si les artéfacts sont «extrêmement rares», c’est aussi grâce à  la présence de restes organiques, un fourreau de bois et de cuir et une peau de fourrure découverts autour du fer de lance et de l’épée.

«Les matériaux organiques comme des fourreaux de bois survivent rarement donc cela souligne combien cette découverte est extraordinaire», a commenté l’archéologue Beth Spence qui a entrepris des analyses en laboratoire.

MIEUX COMPRENDRE LE MODE DE VIE DE L’ÉPOQUE

L’excavation a également révélé la plus grande salle néolithique jamais trouvée jusqu’à présent en Écosse, datant d’environ 4000 ans avant notre ère

 Donald Morrison, coordinateur des communautés du conseil d’Angus a déclaré à  la BBC: «Il est clair que Carnoustie était autant un nid d’activité au Néolithique que maintenant».

Pour le moment, on ignore si les artéfacts proviennent d’une colonie qui a perduré du Néolithique à  l’âge de Bronze ou s’il s’agit de plusieurs colonies qui se sont succédé à  travers les âges. Toutefois, cette trouvaille va permettre de mieux comprendre le mode de vie et les combats de cette époque dans cette région.

«Les découvertes effectuées sur des terrains destinés au développement sportif nous ont donné un aperçu fascinant de nos ancêtres et je me réjouis d’en apprendre davantage sur notre préhistoire locale», a conclu le responsable.

http://fr.canoe.ca/