37 enfants sacrifiés il y a 500 ans, le cœur arraché


Une triste époque pour des enfants au Pérou qui ont été sacrifiés avec des animaux pour probablement apaiser la colère des dieux. Il semble en effet qu’à cette période El Niño a fait des ravages sur les cultures à cause des pluies ..
Nuage

 

37 enfants sacrifiés il y a 500 ans, le cœur arraché

 

sacrifice

Deux enfants momifiés dans le sable. Crédits : John Verano

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Un peu moins de 140 enfants et 200 animaux ont été victimes de l’un des plus grands sacrifices jamais enregistrés, il y a environ 500 ans. Les raisons d’un tel geste, cependant, restent inconnues. Mais les chercheurs ont une petite idée.

Nous sommes à quelques kilomètres de la ville de Trujillo, sur les côtes nord de l’actuel Pérou. Il y a entre 500 et 550 ans, probablement pour apaiser la colère des dieux, 137 enfants (sûrement plus) et environ 200 animaux – principalement des lamas – étaient sacrifiés, enterrés les uns à côté des autres dans des linceuls de coton, avec la cache thoracique ouverte. Probablement pour atteindre le cœur et l’arracher de la poitrine, suggèrent les chercheurs.

« La nature sacrificielle de ces morts ne fait aucun doute, explique en effet Nicolas Goepfert, chargé de recherche au CNRS et co-auteur de l’étude. Tous ces enfants sont morts sur une période relativement resserrée. Sans doute moins d’un an, et même peut-être à peine quelques jours ».

Gabriel Prieto, professeur assistant d’archéologie à l’Université nationale de Trujillo (Pérou), avait appris l’existence du site sacrificiel en 2011, après qu’un homme l’ait approché alors qu’il travaillait sur le terrain. Les lieux sont ici déserts, très secs, favorisant ainsi la momification naturelle des corps.  Des cheveux, de la peau, et parfois les pelages de certains animaux ont même été retrouvés sous terre.

Une période marquée par de fortes précipitations

Nous sommes à environ deux kilomètres de l’ancienne cité de Chan Chan, capitale de l’empire des Chimús, qui comptait à l’époque 30 000 habitants en moyenne. Les Chimús ont régné sur ces terres pendant environ 500 ans, avant l’arrivée des Incas vers 1470. Des conflits entre les deux populations pourraient-ils expliquer cet ancien sacrifice ? Il y a peu de chances, notent les chercheurs, qui désignent un autre coupable : le climat. Le sacrifice s’est en effet déroulé à une époque où de fortes pluies s’abattaient sur la région, probablement en raison du phénomène El Niño.

Nous savons que la culture Chimú a prospéré en partie à grâce son agriculture intensive. On arrosait à l’époque les cultures et on abreuvait le bétail avec un réseau sophistiqué de canaux hydrauliques. Il est alors possible qu’un événement extrême d’El Niño – qui se produit lorsque les eaux chaudes s’évaporent du Pacifique sud et tombent sous forme de pluie torrentielle – ait provoqué des ravages dans les cultures, inondant les terres environnantes.

Les membres de la société Chimú pensaient alors probablement qu’un sacrifice humain et animal était le seul moyen d’apaiser la “colère des dieux”. Aujourd’hui encore, certains habitants des hauts plateaux péruviens et de la Bolivie opèrent des sacrifices, et retirent toujours les cœurs des lamas sacrifiés, avant de les brûler.

Source

140 cadavres au coeur arraché: découverte du plus grand sacrifice d’enfants de l’Histoire


Heureusement que la science à évoluer sur la connaissance de l’environnement, vers l’an 1400 et 1450, 140 enfants de 5 à 14 ans ainsi que des lamas de 18 mois et moins ont été sacrifier et on en enlever leur coeur. Il semble qu’ils sont mort dans un seul évènement pour calmer la colère des dieux alors que c’était la présence d’El Niño qui était présent
Nuage

 

140 cadavres au coeur arraché: découverte du plus grand sacrifice d’enfants de l’Histoire

 

© Twitter, touchstone pictures.

Par: rédaction
Source: BBC, National Geographic

Les archéologues ont mis au jour au Pérou les restes d’un macabre rituel perpétré il y a au moins 500 ans, dévoile la BBC. Ceux-ci sont composés des corps de plus de 140 enfants de la civilisation précolombienne des Chimu, ce qui en fait sans aucun doute le plus gros sacrifice d’enfants de l’Histoire. Le site était caché sous la terre depuis plus de cinq siècles.

Des masses de squelettes d’enfants à la poitrine ouverte, vraisemblablement pour en extraire le coeur, voilà la découverte historique d’archéologues sur le site de l’ancienne capitale de la civilisation Chimu et de l’actuelle petite ville péruvienne de Trujillo. Les Chimu, à leur apogée, contrôlaient d’après les historiens une langue de terre de près de mille kilomètres le long du Pacifique, de l’actuelle frontière entre le Pérou et l’Équateur jusqu’à Lima. Les Chimu, certes moins connus du public que les Incas, furent pourtant la seconde plus grande civilisation précolombienne avant l’arrivée des conquistadors européens (dès 1532).

Hasard

C’est dans ce contexte, quelques décennies avant que ces mêmes Incas ne les dominent (on situe cette prise de pouvoir inca vers 1475), que les Chimu auraient mis en place ce colossal sacrifice d’enfants à des fins rituelles, une pratique très répandue dans les peuples archaïques et que l’on attribue fréquemment aux Aztèques. Ces derniers avaient en effet pour habitude de sacrifier les prisonniers ennemis, de leur arracher le coeur et d’offrir ceux-ci au Soleil, pour que celui-ci ait la force de se lever chaque matin. Les sacrifices d’enfants sont quant à eux plus rare et d’une grande valeur en raison de l’innocence des victimes. On en a trouvé la trace aux quatre coins du monde.

La découverte de Trujillo, si on en parle aujourd’hui, ne date pourtant pas de 2018. C’est en effet en 2011 déjà que des habitants de la région ont attiré l’attention des chercheurs, très actifs dans cette zone chargée d’histoire et de mystères archéologiques, sur des restes humains. Gabriel Prieto, de l’université de Trujillo, dirigeait alors une équipe internationale sur des fouilles dans la région. Il apprend que des os sont réapparus à la surface dans des dunes non loin de là. Il se lance alors aussitôt dans des travaux d’excavation d’urgence et tombe sur l’inimaginable: un gigantesque site de sacrifice au bas d’une falaise, à 300 mètres de l’océan. Une découverte hors normes qui présage alors une exception archéologique.

Cages thoraciques béantes, sternums sectionnés

Les recherches se sont poursuivies sans relâche et il aura fallu cinq ans pour en arriver à des conclusions sans appel et qui font froid dans le dos: ce sont plus de 140 enfants et 200 jeunes lamas qui ont été sacrifiés lors d’un seul et même événement rituel, et ce entre l’an 1400 et 1450, selon la datation au carbone 14 des éléments textiles et de cordes retrouvés sur les restes humains. Mais ce n’est pas tout. Les squelettes très bien conservés – tant des enfants que des animaux – présentaient tous les mêmes lésions au sternum et leurs cages thoraciques étaient béantes, ce qui laisse penser que leur coeur en a été systématiquement extrait à des fins rituelles d’adoration et d’offrande. Selon les analyses, les gestes ont été portés de manière technique et avec assurance, ce qui étaye la piste de bourreaux très entraînés.

Entre 5 et 14 ans

Les analyses des os donnent également l’âge approximatif des victimes, qui avaient de 5 à 14 ans et ont été enterrées en direction de l’ouest, vers l’océan. Les lamas eux, avaient tous moins de 18 mois et étaient enterrés vers l’est, soit vers les Andes. L’ADN des enfants a établi que filles et garçons ont indifféremment été sacrifiés et qu’ils faisaient pour certains partie de la civilisation Chimu elle-même et pour d’autres de groupes ethniques ralliés au royaume précolombien. Non genré et non ethnique, ce sacrifice n’avait donc pas de fondement politique ou belliqueux.

Non loin du site, des restes humains adultes ont été découverts: un homme et deux femmes. Ceux-ci présentaient des traces de coups à la tête, vraisemblablement portés à l’aide d’un objet contondant. Selon les historiens, tout porte à croire que les trois individus ont joué un rôle prépondérant dans l’offrande et ont ensuite été éliminés sommairement.

Des traces de pieds nus d’enfants, de résistance

L’étude des strates a permis d’établir que le gigantesque sacrifice s’est déroulé en un acte magistral unique car tous les enfants ont été retrouvés dans une seule et même couche de boue asséchée par la suite dans un coin du site. Particulièrement préservée, la couche de boue a révélé des traces de pas d’adultes en sandales, du passage de chiens, de pieds nus d’enfants et de jeunes lamas. Des traces de freinage laissent transparaître la résistance des animaux traînés vers le lieu d’offrande.

Les empreintes de pas intactes permettent aussi de révéler le déroulement du sacrifice. Deux groupes d’enfants et de lamas distincts auraient été amenés simultanément, l’un depuis le nord et l’autre depuis le sud, jusqu’au centre de la falaise où leur sort funeste les attendait.

El Niño, ou la colère des dieux

Ce qui a naturellement particulièrement intéressé les scientifiques est la raison de ce sacrifice humain colossal. Là encore, la couche de boue découverte lors des fouilles lève le mystère, relate le National Geographic. Cette énorme quantité de boue traduit des pluies battantes qui ont dû s’abattre sur la région dans les semaines qui ont précédé le rituel. On devine aujourd’hui que cela devait être dû à un phénomène naturel s’apparentant à El Niño et celui-ci avait vraisemblablement provoqué tant une hausse de la température de la mer, et donc une chute drastique de la pêche, que des inondations et glissements de terrain, et donc fait payer aux Chimu un lourd tribut dans leurs cultures et infrastructures agricoles.

Face à de telles déconvenues climatiques, les Chimu auraient commencé à sacrifier des adultes, comme de coutume, pour plaire aux divinités. Mais devant leur échec, ils auraient eu recours à de plus lourdes offrandes, à savoir le sacrifice d’enfants: les peuples devaient en effet offrir ce qui leur était le plus cher afin d’obtenir des faveurs surnaturelles de la part des divinités toutes puissantes. 

« Partie émergée de l’iceberg »

Selon Prieto, qui a fait la découverte de sa vie d’archéologue, ce site unique pourrait en fait n’être « que la face émergée de l’iceberg. On est en droit de se demander si la région ne renferme pas d’autres secrets encore intacts ».

En attendant, sa découverte est inégalée: il a mis au jour le plus grand sacrifice d’enfants que le monde ait connu. Ses conclusions seront consignées dans un rapport complet qui sera ensuite publié par National Geographic.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/

Le Saviez-Vous ► Des animaux hybrides


Les animaux hybrides ne sont pas toujours créés par l’homme, s’il le fait, c’est souvent dans un but lucratif. Généralement, chez les animaux hybrides, les femelles sont fécondes, alors que les mâles sont souvent stériles
Nuage

 

Des animaux hybrides

 

1. Le zébrâne (hybride du zèbre et de l’âne).

C’est le résultat du croisement entre un zèbre et un âne, alors que certains y voient une relation digne de la belle et la bête, le résultat est à vous couper le souffle ! Cet être rare court majestueusement dans les déserts de l’Afrique subsaharienne dans lesquels il vit.

2. Le chien-loup (hybride du loup gris et du chien).

Voici le résultat de l’accouplement entre un chien et un loup gris, et il est grandiose ! Voici quelques super-créatures que l’on dirait tout droit sorties d’une bande dessinée Marvel ! Les chiens-loups sortent généralement la nuit pour se nourrir…

3. Le requin à pointes noires (hybride du requin à pointes noires australien et du requin à pointes noires commun).

Il est très courant près des côtes de la Floride. En fait, la plupart des attaques de requins qui s’y déroulent proviennent de ce requin qui est particulièrement agressif. Il s’agit du seul hybride de requin connu et son apparence est vraiment cool, si vous voulez notre avis !

4. Le coyloup (hybride du coyote et du loup).

Le coyloup a une incroyable fourrure grise qu’il tire de ses parents prédateurs ! Il est très rare et on estime sa population à quelques centaines au monde ! Il s’agit d’un grand prédateur et se nourrissent de petits mammifères.

5. Le bengal (hybride du chat-léopard et du chat domestique).

Accouplez un chat domestique avec un chat-léopard du Bengale et vous obtiendrez une boule de poils câline à l’allure très exotique ! Il devient de plus en plus populaire comme animal domestique du fait de son étonnante fourrure et de sa nature enjouée !

6. Le grolar (hybride de l’ours polaire et du grizzli).

L’habitat de l’ours polaire est de plus en plus compromis du fait des effets du réchauffement climatique. La part élevée d’ours polaires mourants les a poussés à s’accoupler avec des grizzlis, et voici l’étonnant résultat ! Regardez juste cette incroyable fourrure !

7. Le cama (hybride du chameau et du lama).

Ce n’est probablement pas l’animal le plus beau, mais regardez ces dents ! Cette créature semble tout droit sortie d’un film de Walt Disney, mais nous vous assurons qu’elle est totalement réelle ! Voici le terrible résultat de l’accouplement d’un chameau et d’un lama.

8. Le wholphin (hybride du grand dauphin et de la fausse orque).

Cette extraordinaire créature marine est si rare que de nombreuses personnes ne l’ont, et ne la verront, jamais en personne. Le wholphin est le résultat unique d’un accouplement de différents cétacés et c’est un être extrêmement intelligent, parmi les plus intelligentes créatures marines.

9. Motty (hybride de l’éléphant d’Afrique et l’éléphant d’Asie).

Cet éléphant s’appelle Motty et c’est actuellement le seul hybride connu entre les éléphants d’Afrique et d’Asie ! Il est aujourd’hui très âgé et reste unique, car il est bien plus adaptable en matière d’habitat que les éléphants non métissés !

10. Le tigron (hybride du tigre et du lion).

Les tigrons sont le résultat de l’accouplement entre des lionnes et des tigres. Ils sont extrêmement forts, rapides et disposent d’excellentes capacités athlétiques ! Cerise sur le gâteau, ils sont particulièrement rusés.

11. Le beefalo (hybride de bison et de vache domestique).

Faisant suite à une rencontre que personne n’attendait, cette créature est le petit d’un bison et d’une vache domestique, et le résultat est plutôt décevant ! Le beefalo a constamment l’air confus et/ou triste !

12. Le chabin (hybride de la chèvre et du mouton).

Les éleveurs adorent leur bétail. Parmi ce dernier, les chèvres et les moutons génèrent la majorité des profits, donc une créature hybride entre ces deux espèces doit constituer un rêve pour un éleveur ! On estime que cet hybride est bien plus intelligent que ses deux parents.

13. Le zébrule (hybride du zèbre et du cheval).

Les zèbres adorent s’accoupler avec d’autres espèces ! Voici un autre hybride impliquant le zèbre, cette fois-ci avec un cheval ! C’est une créature très paisible que l’on peut trouvé en Afrique du Sud, et il est particulièrement friand du climat chaud !

14. Le jaglion (hybride du jaguar et du lion).

Le jaglion est le résultat de l’accouplement d’un jaguar et d’un lion. Il est incroyablement fort et on pense qu’il a l’un des corps les plus puissants du règne animal ! Il s’agit d’un prédateur dangereux et il utilise sa force pour harceler sa proie !

15. Le ligre (hybride du lion et du tigre).

Le ligre est le résultat de l’accouplement d’un lion et d’une tigresse. Cela crée un super félin qui est plus imposant que les deux espèces dont il est issu et qui dispose d’une attitude plus furtive. Le ligre est connu pour briser la nuque de sa proie en un seul coup de mâchoire !

16. Le cochonglier (hybride du sanglier et du cochon domestique).

Ce super cochon est le résultat de l’accouplement d’un sanglier et d’un cochon domestique et il s’agit d’une version moins grossière que les deux espèces dont il est issu ! Il dispose d’une intelligence et de capacités physiques accrues, et est un excellent prédateur.

17. Le dzo (hybride de la vache et du yak).

Une bien étrange combinaison si vous voulez notre avis ! C’est le résultat de l’accouplement d’une vache et d’un yak, et on la croise souvent en Mongolie et au Tibet. Cette créature est prisée dans ces deux pays, car elle produit plus de lait et de viande qu’une vache ordinaire. Ce qui peut s’avérer utile…

18. Le léopon (hybride du léopard et du lion).

Cette magnifique créature est le résultat de l’accouplement d’un léopard et d’un lion ! Il est extrêmement rare et est une merveille de la jungle ! Cette créature hybride est une sorte de super félin, il est extrêmement fort, rapide et est un excellent prédateur ! Faites attention…

19. L’australian kelpie (hybride du dingo et du chien de berger).

Ces chiens sont comme résultant de l’hybridation des dingos avec des chiens de berger anglais. Ils sont excellents pour rassembler le bétail à l’aide de très peu d’indications, et sont donc souvent utilisés comme chiens de ferme.

20. L’hybride du pinson des arbres et du pinson du Nord.

Cet hybride est souvent utilisé comme oiseaux domestiques, en particulier au Royaume-Uni. Il est sage et bien élevé, et présente une longue durée de vie.

21. Le cichlidé Blood Parrot (hybride de l’amphilophus citrinellus et du cichlidé à tête rouge).

Le premier blood parrot a été découvert en 1986 et il est connu pour ses nombreuses malformations physiques ! Cette créature connaît des difficultés à manger et respirer du fait de ses muscles de la gorge étroits, et sa bouche ne peut pas se fermer complètement !

22. Le lépjag (hybride du léopard et du jaguar).

Cette étonnante créature est le résultat de l’accouplement d’un léopard et d’un jaguar ! Ce super-félin est extrêmement puissant, plus que ses parents, et est particulièrement doué pour attraper des prédateurs !

23. Le mulard (hybride du canard domestique et du canard colvert).

Le mulard est un canard qui a connu une rapide évolution au cours des années ! Cette espèce hybride est le meilleur canard de chasse, et on a remarqué que ses dents devenaient de plus en plus effilées avec le temps, alors prenez garde…

http://bridoz.com

Le Saviez-Vous ► Cette jeune femme à barbe détient l’un des records les plus fous du livre Guinness des records 2017


Le livre de Records Guinness est sorti il y a quelques jours. Certains des records sont sérieux, d’autres naturels ou encore inutiles, voir stupides
Nuage

 

Cette jeune femme à barbe détient l’un des records les plus fous du livre Guinness des records 2017

 

« N’ayez jamais peur de qui vous êtes vraiment supposés être. Vous êtes absolument magnifiques tels que vous êtes« , écrivait Harnaam Kaur en juillet 2015.

Si certains n’ont pas entendu son message de tolérance, ça ne devrait plus être le cas bien longtemps. La jeune Anglaise à barbe, atteinte d’un déséquilibre hormonal, a désormais son nom dans le livre Guinness des records, dont le dernier est sorti le 8 septembre dernier.

À 24 ans, Harnaam Kaur, également mannequin, a décroché le record de la plus jeune femme à barbe du monde.

« J’espère que ceux qui verront mon record pourront en tirer du positif, de l’inspiration et réaliser que, qui que tu sois et quelle que soit ton apparence, tu es officiellement extraordinaire! », a-t-elle écrit jeudi.

Harnaam Kaur n’est pas la seule à détenir un record hors norme dans le nouveau Guinness des records. Comme tous les ans, les exploits insolites et souvent inutiles se côtoient dans les pages de ce livre désormais culte.

Bernd Schmidt a par exemple battu le record du monde de la plus grande bouche, la sienne mesurant près de 9 centimètres. Cet Allemand peut ainsi engloutir un double cheeseburger en une bouchée.

livre guinness des records 2017

À 67 ans, Charlotte Guttenberg est la senior la plus tatouée du monde. Environ 91,5% de la surface de son corps sont couverts de tatouages.

livre guinness des records 2017

Maxwell Day, un jeune Britannique vivant à Londres, peut quant à lui tourner ses pieds à 157 degrés.

livre guinness des records 2017

L’Italien Dimitri Panciera possède deux records du monde grâce à son métier de glacier. Il possède la plus grande cuillère à glace du monde (près d’1,83 mètre de longueur), et a aussi réussi à empiler un nombre record de boules de glace sur un seul cône: 121.

livre guinness des records 2017

livre guinness des records 2017

Lizzy of Alva, qui vit en Floride, est la chienne la plus grande du monde. Lorsqu’elle a été mesurée pour le Guinness Book des records, à 7 ans, elle mesurait presque un mètre de haut.

livre guinness des records 2017

Le record de Caspa dépasse encore les limites de l’insolite. Ce lama, qu vit avec sa propriétaire en Grande-Bretagne, détient désormais le record du saut d’obstacle le plus haut jamais réalisé par un lama. Il a sauté à plus de 91 centimètres de haut.

livre guinness des records 2017

Dans la même veine, l’Autrichien Josef Tödtling possède un record très spécial: celui de la plus longue distance parcourue en étant à la fois traîné par un cheval et en feu. L’homme a parcouru 500 mètres ainsi en juin 2015. Fascinant.

livre guinness des records 2017

Le record du monde de la plus grande collection d’articles « hamburgers » revient à l’Allemand Harry Sper, qui aime se faire appeler « Hamburger Harry ». Il possède 3724 articles « hamburgers ».

livre guinness des records 2017

Quelques stars font aussi leur apparition dans le classement 2017 des records du monde. Justin Bieber réunit ainsi huit records du monde (dont celui de l’album le plus écouté sur Spotify en une semaine et celui du plus grand nombre de followers sur Twitter), et Game of Thrones empoche ceux de la série la plus piratée et celle qui a reçu le plus d’Emmy Awards en une saison.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Lamas gardes du corps, souris agents de sécurité… Au boulot, les animaux!


Les animaux sont doués et parmi eux, ils peuvent rendre service à l’homme dans divers domaines
Nuage

Lamas gardes du corps, souris agents de sécurité… Au boulot, les animaux!

 

Un lama de garde | Alasdair McLellan via Wikimedia CC License by

Un lama de garde | Alasdair McLellan via Wikimedia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Et ils occupent bien souvent des jobs potentiellement très importants.

Après les robots, va-t-on accuser les animaux de voler le travail des humains? Car si on se penche un peu sur la question, on s’aperçoit vite que certaines espèces animales accomplissent de vrais métiers, parfois rémunérés pour leur maître.

Par exemple, pour prendre un animal au hasard, le chat. La plus célèbre d’entre eux, devenue star du web en raison de son air colérique, s’appelle Grumpy Cat. Et bien grâce à sa popularité, elle et son maître ont pu engranger plus de 100 millions de dollars en contrats commerciaux pour l’année 2014. Un métier de rêve donc.

Nitama, le chef de gare japonais

Mais comme l’explique aujourd’hui CNN, d’autres chats à travers le monde, moins connus, sont également entrés dans le monde du travail. On peut ainsi citer le chat Olly, la mascotte de l’aéroport de Manchester, décédée l’été dernier, ou Nitama, un chat nommé chef de gare à la station Kishi en août dernier.

Bien sûr, les chats ne sont pas les seuls à bénéficier de leurs entrées dans le monde du travail. Leur fonction peut aussi s’avérer déterminante pour la sécurité des humains.

Chèvre, «l’outil alternatif»

L’aéroport de Portland a par exemple décidé de se soucier de l’environnement en abandonnant les tondeuses à gazon et en employant des chèvres pour prendre soin de ses espaces verts.

«Les chèvres sont un outil alternatif viable pour les zones où le temps n’est pas un problème, où les machines ne sont pas une option, où la végétation est épaisse et profonde et/où la sécurité des travailleurs peut être un problème», explique à CNN la porte-parole de l’aéroport Kama Simonds.

Le même aéroport a employé des lamas pour jouer aux gardes du corps et protéger les chèvres contre un danger bien réel, les coyotes.

Toujours dans les aéroports, mais avec une mission encore plus importante: la firme de sécurité israélienne Tamar a développé un système de détections des explosifs… à l’aide de souris entraînées pour les détecter. L’entreprise les équipe de capteurs et suit les variations de leurs battements de cœur pour trouver d’éventuels bagages suspects. Récemment, la mort de Diesel lors de l’assaut de Saint-Denis a aussi rappelé le rôle joué par les chiens là aussi plutôt en complément.

Enfin, on peut citer, dans le domaine de la santé et de la prévention, le rôle des abeilles dans la lutte contre la drogue.

 CNN raconte, en citant une étude allemande, que les insectes volants pouvaient être entraînés pour «fuir l’odeur dégagée par les stupéfiants. L’avantage dans l’utilisation des abeilles par rapport aux chiens est qu’elles sont plus faciles à entraîner et serait plus rentables». 

http://www.slate.fr/

Etats-Unis : course-poursuite entre la police et… deux lamas


Un autre sujet qui a fait fureur depuis 2 jours Deux lamas qui voulaient connaitre la liberté, ont été après une longue poursuite dans les rues de Phoenix aux États-Unis. Le lama a été attrapé à la bonne manière des cow-boys américains
Nuage

 

Etats-Unis : course-poursuite entre la police et… deux lamas

 

Les deux lamas ont donné du fil à retordre aux policiers / Capture d’écran Fox 10

D’habitude, les courses poursuites filmées aux Etats-Unis se font entre plusieurs voitures de police pourchassant un autre véhicule, slalomant à vive allure entre les autres voitures, le tout filmé par des caméras depuis des hélicoptères qui retransmettent en direct à la télévision. Mais pas cette fois. La course-poursuite qui s’est déroulée à Phoenix, en Arizona, opposait les forces de l’ordre à deux lamas.

Les deux fugueurs s’étaient échappés de la remorque d’un camion qui les transportait vers un centre de rééducation où des patients sont traités grâce à une thérapie animale. Ils se sont alors retrouvés dans les rues de Sun City, dans la banlieue de Phoenix, où une dizaine de policiers tentaient de mettre fin à leur échappée. Ils ont donné du fil à retordre aux policiers, qui ont finalement réussi à les rattraper, le lama blanc capturé au lasso, et le noir, coincé dans un cul-de-sac, s’est rendu sans difficultés.

Les réseaux sociaux emballés par cette histoire

 

Cette histoire a immédiatement enflammé les réseaux sociaux avec les hashtags #whitellama (lama blanc), #llama et #teamllama (l’équipe lama). Google Play a même créé dans la foulée le jeu « Llama Run » (La course du lama) et a tweeté « on vous met au défi de capturer ces lamas au lasso ». Disney a tweeté une photo du lama Kuzco, en titrant « Llama drama » (La tragédie du lama). Les Arizona Cardinals, équipe de football américain, a joué la carte de l’humour en annonçant sur Twitter voulant embaucher les deux coureurs « Chaque lama gagnera une tonne de foin par saison ».

Ces deux lamas ont autant fait rire que les internautes que Serge le lama, subtilisé par des jeunes éméchés, qui l’avaient ensuite emmené dans le Tramway à Bordeaux en octobre 2013.

 

http://www.ladepeche.fr/

Les inconnus de l’Atacama


– 300 à 1000 ans avant notre ère des tombes ont ressurgit pour être découverte à notre époque au Pérou. Des squelettes sont tellement bien conservés depuis des millénaires que même des tissus sont encore présents ainsi des ornements des élites.
Nuage

Les inconnus de l’Atacama

 

Un défunt de la culture Tambo, au nord de l'Atacama. Des roseaux sont fixés aux oreilles.

Les roseaux fixés aux oreilles de ce défunt de la culture de la rivière Tambo, au nord de l’Atacama, dépassaient à l’origine de sa tombe. Servaient-ils à communiquer avec les vivants ?

Projet Tambo, Université de Wroclaw

Une culture précolombienne inconnue a été découverte dans le delta de la rivière Tambo au Nord-Est de l’Atacama

L’une des tombes en forme de puit aménagé à l’aide de galets. On note les jolies poteries colorées qui faisaient partie du matériel funéraire.

Projet Tambo, Université de Wroclaw

Les marges des déserts sont le berceau de cultures. Un phénomène illustré une fois de plus par la découverte d’une culture inconnue dans le delta de la rivière Tambo, au Nord du désert de l’Atacama, au Pérou. Plus de 150 tombes datant du VIIe siècle au IVe siècle avant notre ère ont été découvertes par les archéologues polonais, péruviens et colombiens du projet européen Tambo, dirigé par Józef Szykulski, de l’Université de Wroclaw. Elles témoignent d’une culture qui a précédé dans la région celle de Tihuanaco (- 300 à 1000).

L’une des momies retrouvées accompagnée d’un arc (en haut).

Projet Tambo, Université de Wroclaw

Ces tombes et le matériel funéraire qu’elles renfermaient sont intacts, car rien ne signalait leur présence à la surface de la zone où elle se trouvent. L’aridité extrême qui règne dans l’Atacama a préservé une large part des matières organiques. Ainsi, certains des corps étaient encore enveloppés de nattes, de linceuls de coton ou encore dans de filets de pêche, ce qui montre au passage que la pêche faisait partie des activités de subsistance de la population locale. D’épaisses coiffes en laine de camélidé auraient eu la fonction de casques.

Cette interprétation guerrière est confortée par la présence dans certaines tombes masculines de massues se terminant par des masses de pierre ou de cuivre. Selon J. Szykulski, il s’agirait d’objets de prestige attestant de la présence de l’élite dans la nécropole. Plusieurs défunts ont aussi été retrouvés accompagnés d’arcs et de carquois remplis de flèches à pointes d’obsidienne (un verre volcanique). C’est d’autant plus remarquable que les témoignages d’arcs sont très rares au Pérou. Autre détail intéressant : le squelette d’un jeune lama atteste que l’introduction dans la région de ce camélidé domestique est plus précoce que ce que l’on pensait. Or, outre les habituelles poteries, le mobilier funéraire contient des instruments de tissage richement décorés, ce qui signale l’importance sociale de la laine et de son exploitation. Par ailleurs, les défunts étaient accompagnés de nombreux bijoux, parmi lesquels des objets de cuivre et de tumbaga, un alliage d’or et de cuivre largement utilisé par les cultures précolombiennes.

Pour J. Szykulski, des différences de statut sont clairement observables entre les défunts. Cette nécropole est manifestement celle d’une société d’agriculteurs hiérarchisée et dirigée par une élite. Or, dans le Sud du Pérou, aux limites orientales du désert de l’Atacama, le ruissellement des pluies estivales tombant sur les Andes crée des oasis. Comme dans la vallée du Nil au néolithique, l’augmentation de l’aridité de l’Atacama au cours des siècles avant notre ère a amené les habitants d’un désert autrefois verdoyant à se concentrer dans les oasis. La compétition pour les ressources augmentant, des élites ont émergé, qui ont organisé la vie sociale par des systèmes militaires (pour se défendre des concurrents) et religieux (pour maintenir la cohésion des groupes). L’importance de cette organisation sociale est visible dans la présence d’armes de prestige et d’offrandes pour l’au-delà.

Plus étonnant, plusieurs défunts ont été retrouvés avec une sorte de coiffe comportant deux roseaux fixés aux oreilles. À l’origine, les roseaux dépassaient sans doute du sol. Les archéologues y voient une sorte de système de communication entre le défunt et le monde extérieur. Comme si le groupe utilisant la nécropole avait voulu se réserver la possibilité de continuer à demander conseils aux grands hommes enterrés !

Pour en savoir plus

Le site du projet Tambo, mené par des archéologues de l’Université de Wroclaw.

Bernhard Eitel, Les marges de désert, berceau des civilisations, Pour la Science N°375, janvier 2009.

L’auteur

Francois Savatier est journaliste à Pour la Science.

http://www.pourlascience.fr

Le saviez-vous ► Le mythe du crachat de lama est-il véridique ?


Ceux qui ont lu Tintin et le Temple du Soleil se souviennent des recommandations de Zorrino lors de la rencontre entre le lama et le capitaine Haddock … Sur l’image de la BD on voit bien le lama pas content … mais crache t’il autant ??? En tout cas, mieux vaut être doux avec l’animal
Nuage

 

Le mythe du crachat de lama est-il véridique ?

 

Quand lama pas content, lui toujours faire comme ça

Par bjpascal

 

Le crachat du lama, mythe ou réalité ?


Si le lama se met à cracher c’est seulement pour se défendre. C’est en effet sa seule défense contre d’éventuels prédateurs ou agaceurs. Selon son agacement, le lama crache différemment : si vous l’énervez seulement “un petit peu”, vous risquez de recevoir une brume de salive que le lama vous enverra avec sa langue. Si en revanche vous osez le mettre vraiment en colère, vous aurez la joie d’obtenir un jus verdâtre composé de salive, de liquide gastrique et de boulettes d’aliments prédigérés. Ce liquide est particulièrement nauséabond et fait de belles taches sur les vêtements. Avis aux amateurs…

Mais au fait à quelle famille d’animaux le lama appartient-il ?

Le lama – ou devrait-on plutôt dire lama blanc – est un camélidé domestique d’Amérique du sud. Il a trois cousins qui font partie de la branche sud-américaine des camélidés : l’alpaga, le guanaco et la vigogne. D’une manière générale pour désigner ces quatre cousins on utilise à tort le terme « lama ».

Le vrai lama est un animal qui rumine – mais il n’est pas classé dans la famille des ruminants. C’est un mammifère dont la période de gestation est de 349 jours : le lama a ainsi un petit tous les ans.

Il mesure en moyenne un mètre quatre-vingt dix et pèse cent quinze kilogrammes. Sur des voyages d’une journée il peut transporter des charges allant jusqu’à quatre-vingt dix kilogrammes, mais sur des voyages plus longs il ne pourra transporter qu’une soixantaine de kilogrammes.

http://omnilogie.fr

La Bolivie irradiante et volcanique


Un voyage virtuel dans un pays ou vous allez être dans un total dépaysement, par les volcans, les étendues de sels, de borax. Des sites naturels qui malgré l’austérité démontre un charme incontestable
Nuage

 

La Bolivie irradiante et volcanique

 

Enclavée entre la cordillère des Andes et l’Altiplano, la Bolivie accueille quelques uns des plus beaux sites naturels du monde. Lunaires et volcaniques, les paysages n’en sont pas moins colorés et lumineux.

Une zone marécageuse située dans le parc de Sajama.

© Alice Aubert

La parole aux lamas

© Alice Aubert

Le plus haut sommet de Bolivie, le volcan Nevado Sajama

© Alice Aubert

Twin peaks en Bolivie

© Alice Aubert

Dans le champs de fumerolles

© Alice Aubert

Iles de borax

© Alice Aubert

Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel du monde

© Alice Aubert

Des tonalités aquatiques

© Alice Aubert

Le Volcan Tunupa se mire depuis ses 5 432 mètres d’altitude dans les étangs du salar d’Uyuni

© Alice Aubert

Le désert de Siloli

© Alice Aubert

Les nuances de couleurs

© Alice Aubert

Petit matin glacial

© Alice Aubert

Lama curieux

http://www.linternaute.com