Le Saviez-Vous ► Krokodil : La drogue qui dévore


 

C’est l’horreur ! Comment peut-on fabriquer des drogues qui font autant de désastres ? Le pire, c’est que c’est une drogue qui n’est pas très chère et qui est donc plus tentante pour les jeunes
Nuage

Krokodil : La drogue qui dévore 

Krokodil, c’est le nom d’une drogue terrible qui aurait vu le jour en Russie et qui aurait tout récemment fait son entrée aux États-Unis. En juillet dernier, un homme traité pour une over-dose à Manchester au New Hampshire, a affirmé s’être injecté ce dérivé de la morphine. Il présentait des plaies et de la putréfaction associées à Krokodil.

Trois fois moins cher que l’héroïne et dix fois plus puissante, Krokodil apparait comme une alternative « économique » pour les jeunes en quête de sensations fortes. Mais les effets secondaires ne pardonnent pas : ce poison s’attaque aux tissus et troue littéralement la peau. On la surnomme d’ailleurs la « drogue zombie », car les ravages qu’elle fait sont dignes des pires films d’horreur.

Drogue krokodil jambes

Les utilisateurs doivent parfois se faire amputer et meurent d’empoisonnement de sang, de méningite ou de pneumonie. La mort frappe parfois après une seule utilisation.

Drogue krokodil pied

http://www.canald.com/

Nouvelle drogue « terrifiante » en Ontario


Une drogue forte fait son entrée au Canada, après avoir visité quelques pays, elle a d’abord frappé aux portes de l’Ontario, mais ne soyons pas surpris qu’elle viendra aussi au Québec. Cette drogue a la particularité de ronger et dévorer l’épiderme de la peau, depuis l’intérieur du corps après injection du produit. Sachant que nos jeunes aiment faire l’essaie des nouveautés, espérons qu’ils feront preuve de jugement
Nuage

 

Nouvelle drogue « terrifiante » en Ontario

 

L’une des drogues les plus dangereuses jamais synthétisées, connue sous le nom de Krokodil en Russie, a fait son entrée au Canada, selon des travailleurs sociaux du sud de l’Ontario.

Selon la GRC, l’effet recherché se rapproche de celui de l’héroïne, mais les effets secondaires sont encore plus dévastateurs. La peau de la zone où les toxicomanes s’injectent la drogue prend l’allure d’écailles de reptile, d’où le nom Krokodil .

Répandu en Russie, le Krokodil est fabriqué à partir de codéine, ce qui en fait une solution de rechange peu coûteuse aux opiacés.

En Ontario

La travailleuse sociale ontarienne Karen Burton est « terrifiée » à l’idée que leKrokodil a fait son entrée au pays. Selon elle, rien ne se compare à cette drogue, qui a la réputation de réduire à 2 ou 3 ans l’espérance de vie de ceux qui la consomment.

Pour l’instant, sa consommation se limite à un nombre restreint d’individus, selon Nick Scrivo, du comité du SIDA de London.

Des toxicomanes lui ont confié qu’ils utilisaient cette drogue en dernier recours, lorsqu’ils sont incapables de se procurer de l’héroïne ou le médicament antidouleur OxyContin, maintenant banni en Ontario.

Selon le Toronto Star , les cliniques de désintoxication à l’OxyContin débordent dans la Ville Reine. Plusieurs spécialistes craignent que les toxicomanes se tournent vers des drogues plus dures.

http://actualites.ca.msn.com