Le Saviez-Vous ► 8 animaux que vous ne verrez qu’en Australie


 

En Australie, existe des animaux bien particulier qu’on ne voit pas ailleurs, sauf malheureusement dans des zoos ou des gens ont décidé d’avoir un animal exotique chez eux. Tout le monde connait le kangourou, le diable de Tasmanie, ou encore le koala, mais d’autres sont moins bien connu.
Nuage

 

8 animaux que vous ne verrez qu’en Australie

8 ANIMAUX QUE VOUS NE CROISEREZ QU’EN AUSTRALIE!

par Patrick

L’Australie est cette grande île d’Océanie bien connue dans le monde pour sa Grande Barrière de Corail, ses kangourous, son Opéra de Sydney…

Mais savez-vous que, grâce à l’isolement de ce grand territoire depuis plus de 150 millions d’années, l’Australie a développé une faune unique avec des animaux absolument inédits et introuvables dans d’autres pays ? Ainsi, voici 8 animaux que vous ne rencontrerez qu’en Australie !

1. L’ornithorynque

Ce surprenant mammifère à bec de canard, queue de castor, pattes de loutre et qui pond des œufs émerveille tous les touristes par son aspect si original ! Timide et discret, il est réparti sur toute la côte ouest de l’Australie. L’espèce est quasi menacée, il est donc nécessaire de la préserver et de respecter son environnement.

ornithorynque

Crédits : iStock

2. Le kangourou arboricole

Saviez-vous qu’une espèce de kangourou vit dans les arbres ? À l’origine, les macropodidés (famille des marsupiaux) vivaient dans les arbres et ont évolué plus tard sur terre. Il existe cependant encore une espèce plus petite que ses cousines, le kangourou arboricole, qui vit encore dans les arbres de l’Australie ! On peut la rencontrer dans l’extrême nord-est de l’île, dans la région du Queensland.

kangourou arboricole dendrolague

Crédits : Richard Ashurst/Wikipédia

3. Le koala

Avec le kangourou, le koala est le symbole de l’Australie ! Dans le Queensland, on les retrouve dans de nombreux parcs, mais on peut aussi les voir dans la nature, surtout sur la Great Ocean Road dans le Victoria et à Magnetic Island.

koala

Crédits : Jimmy Baikovicius/Free Stock Photos

4. Le quokka

C’est comme un kangourou miniature. Le quokka est complètement inoffensif. Il n’hésite s’ailleurs pas à approcher les humains et irait même jusqu’à vouloir s’amuser avec eux ! Il affiche également un petit rictus, ce qui lui a valu le surnom de l’« animal le plus heureux du monde ». Cet animal vit sur Rottnest Island, à l’ouest de l’Australie. Il faut tout de même faire attention à ce petit marsupial car il est classé vulnérable sur l’échelle d’extinction.

quokka

Crédits : Barney Moss/Flickr

5. Le wombat

Le wombat est le cousin du koala ! Cette petite boule de poil ne vit qu’en Australie et il est assez rare de l’observer en journée, car il passe les siennes à dormir. Lors de randonnées, il est possible de tomber sur ses crottes carrées qui témoignent de sa présence. C’est en Tasmanie qu’il sera le plus probable de le rencontrer.

wombat

Crédits : JJ Harrison/Wikipédia

6. Le kookaburra

Ce martin-chasseur bien propre à l’Australie a la particularité d’avoir un chant proche d’un rire ! On l’appelle l’oiseau rieur et on peut l’entendre partout en Australie dans les zones boisées et à proximité de zones dégagées où il peut chasser.

kookaburra

Crédits : GDW.45/Wikimedia Commons

7. Le casoar à casque

Ce grand animal vit dans le nord-est de l’Australie et compte parmi les espèces d’oiseaux les plus vieilles au monde ! Le casoar n’a presque pas évolué depuis l’époque des dinosaures (il a juste perdu ses ailes). Il est fréquemment observé dans la forêt tropicale de Daintree au nord de Cairns (Daintree National Park). L’espèce est vulnérable, il ne faut pas la déranger.

casoar

Crédits : bernswaelz/Pixabay

8. Le diable de Tasmanie

Ce petit marsupial très connu notamment grâce au personnage de dessins animés Taz des Looney Tunes vit sur l’île de Tasmanie au sud de l’Australie. Malheureusement, l’espèce subit un cancer de plus en plus fréquent, l’espèce est gravement en danger et il est assez difficile de pouvoir les observer.

diable de tasmanie

Crédits : pen_ash/Pixabay

Source

https://animalaxy.fr//

Mena­cés par la défo­res­ta­tion et la mala­die, les koalas pour­raient bien­tôt dispa­raître


Il n’y a pas juste les chats qui mettent en péril les animaux en Australie, l’homme a une grande responsabilité pour sa part. Les koalas même s’ils sont 80 000 en Australie, il y a eu 8 millions de tués entre 1890 et 1927. Ils ne peuvent plus jouer un rôle dans l’écosystème. En plus de leur habitat détruit, les changements climatiques, sans oublier les maladies, il serait important de les protéger dès maintenant.
Nuage


Mena­cés par la défo­res­ta­tion et la mala­die, les koalas pour­raient bien­tôt dispa­raître

Crédits : David Clode

par  Mathilda Caron

Mena­cés par la défo­res­ta­tion, les mala­dies et le chan­ge­ment clima­tique, les koalas seraient désor­mais une espèce « fonc­tion­nel­le­ment éteinte ».

Dans un rapport publié récem­ment, l’Aus­tra­lia Koala Foun­da­tion (AKF) affirme qu’il n’en reste plus que 80 000 dans toute l’Aus­tra­lie, rappor­tait The Conver­sa­tion le 9 mai dernier. Cela repré­sente 1 % des 8 millions d’in­di­vi­dus tués pour leur four­rure et envoyés au Royaume-Uni entre 1890 et 1927.

L’ex­pres­sion « fonc­tion­nel­le­ment éteint » signi­fie qu’une espèce a telle­ment dimi­nué, qu’elle n’est plus en mesure de jouer un rôle impor­tant dans son écosys­tème. Lorsqu’elle atteint un stade critique, elle ne peut plus produire la géné­ra­tion suivante, entraî­nant sa dispa­ri­tion.

Présents depuis plus de trente millions d’an­nées, les koalas sont un élément clé pour la santé des forêts d’eu­ca­lyp­tus. Ils sont consi­dé­rés comme vulné­rables dans les États du Queens­land, de Nouvelle Galle du Sud et le Terri­toire de la capi­tale. Selon l’AKF, la situa­tion est grave et il faut agir rapi­de­ment

« Il est temps que l’État adopte cette loi de protec­tion des koalas et qu’il y ait un véri­table chan­ge­ment », explique la prési­dente de l’or­ga­ni­sa­tion, Debo­rah Tabart.

Source : Austra­lia Koala Foun­da­tion

https://www.ulyces.co/

Indignation après la découverte d’un koala vissé à un poteau


Un koala, une espèce menacée, a été vissés après un poteau avec des vis industrielles. On ne sait pas si l’animal à été vivant ou mort, lors de l’acte macabre, une chose de sûr, c’est un acte gratuit et insensé
Nuage

 

Indignation après la découverte d’un koala vissé à un poteau

 

Les koalas, marsupiaux emblématiques du vaste pays-continent, sont... (PHOTO AFP)

Les koalas, marsupiaux emblématiques du vaste pays-continent, sont de plus en plus menacés en Australie.

PHOTO AFP

 

Agence France-Presse
Sydney

Un koala mort a été retrouvé vissé à un poteau en Australie, un acte «révoltant» qui a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux.

Koala Rescue Queensland (KRQ), association de défense du marsupial, avait été alertée mercredi du fait qu’un de ces animaux avait grimpé sur un abri à pique-nique dans un parc près de Gympie, dans l’est de l’Australie.

Mais en arrivant sur les lieux, la KRQ a découvert que le koala était mort et avait été vissé à un poteau.

«Ce pauvre koala a été vissé à un poteau avec des vis industrielles», a dit l’association sur Facebook. «Il est décédé mais on ne sait pas s’il l’était au moment où il a été fixé à la structure».

Le président de KRQ Murray Chambers s’est dit révolté.

«On a eu quelques fois des koalas atteints par balles. Ils ont été délibérément renversés en voiture mais c’est la première fois qu’un cinglé visse un koala à un bâtiment», a-t-il dit au groupe de médias ABC.

«Qu’est-ce qui ne va pas dans notre société? Ca fait tout simplement profondément mal au coeur».

Les internautes dénonçaient sur la page Facebook de l’association un «acte révoltant».

«Absolument épouvantable», déclarait Elly Bunting. «J’espère que ces moins que rien seront arrêtés et punis, et pas avec une tape sur la main».

Les koalas, marsupiaux emblématiques du vaste pays-continent, sont de plus en plus menacés en Australie. Ils sont victimes du changement climatique, de la perte de leur habitat, des attaques de chiens, des accidents de voiture, des incendies de forêt et des infections à chlamydiae.

À l’arrivée des premiers colons britanniques en 1788, les koalas étaient plus de 10 millions. Comme ils vivent haut perchés dans les arbres, leur nombre est difficile à évaluer mais ils étaient estimés à 330 000 en 2012.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Quel est l’animal qui dort le plus ? Et celui qui dort le moins ?


J’aurais pensé que le paresseux serait le plus dormeur, mais non … Alors que le moins dormeur je m’en doutais un peu
Nuage

 

Quel est l’animal qui dort le plus ? Et celui qui dort le moins ?

 

Nathalie Mayer
Journaliste

 

    L’être humain passe environ un tiers de sa vie à dormir. Cela peut sembler beaucoup. Pourtant, il est loin de détenir la palme du plus gros dormeur du monde animal.

    Découvrez quels sont les animaux qui dorment le plus et ceux qui ont besoin de très peu de sommeil.

    Tous les animaux ont, à un moment ou à un autre, besoin de repos. Et certains, un peu — beaucoup — plus que d’autres. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser ni le loir, ni la marmotte ni même le paresseux ne sont les animaux qui dorment le plus. Ce dernier ne passe que 60 % de son temps à dormir.

    Les animaux les plus gros dormeurs de la planète

    Parmi les plus gros dormeurs de la planète, on peut citer le koala, la chauve-souris et le tatou géant. Notez que le lion et le tigre passent également pour des animaux qui dorment beaucoup, mais s’ils passent le plus clair de leur temps allongés, ils ne figurent pas au top 3 des animaux dormeurs.

    Les plus grands dormeurs sont donc :

  • Le koala ; il arrive à dormir jusqu’à 22 heures par jour ! Une véritable performance. Le reste du temps, il mange exclusivement des feuilles d’eucalyptus. Un régime alimentaire qui suffit à son métabolisme mais qui lui apporte peu d’énergie et demande de longues heures de digestion.

  • La chauve-souris ; elle n’ouvre l’œil que quatre petites heures par jour… ou plutôt par nuit, puisqu’elle en profite alors pour chasser les insectes nocturnes dont elle se nourrit.

  • Le tatou géant ;  il ne se repose pas moins de 18 heures par jour. Tout comme l’opossum et le python.

Pour comparaison, sachez que le bébé humain a besoin de quelque 16 heures de sommeil par jour, le chat domestique entre 12 et 16 heures et le chien entre 12 et 14 heures.

 

Avec seulement deux heures de sommeil par jour, la girafe est l’animal qui dort le moins. © Sponchia, Pixabay, CC0 Public Domain

Avec seulement deux heures de sommeil par jour, la girafe est l’animal qui dort le moins. © Sponchia, Pixabay, CC0 Public Domain

Les animaux qui dorment le moins

À l’autre extrémité du classement, on trouve des animaux qui dorment incroyablement peu comme l’éléphant et le cheval et, surtout, la girafe.

L’éléphant et le cheval ne dorment que quelque deux à trois heures par jour. Mais la palme de l’animal qui dort le moins revient à la girafe qui dort en moyenne deux heures par jour. Elle peut même se contenter d’une petite demi-heure de sommeil et de quelques minutes de sommeil profond par jour. Autre particularité de ces animaux : ils dorment généralement debout et n’ont besoin de s’allonger que pour entrer en sommeil paradoxal.

http://www.futura-sciences.com

Le koala australien vit des heures bien sombres


Les koalas avec l’urbanisation, les changements climatiques et autres aléas ont fait augmenter en épidémie maladie transmisse sexuellement dont la souche serait peut-être issue des bêtes qui ont été amenées il y a plus de 200 ans. Un avenir qui n’est pas reluisant pour les koala
Nuage

 

Le koala australien vit des heures bien sombres

 

Le koala australien vit des heures bien sombres

Photo Fotolia

Une odeur écoeurante et doucereuse flotte dans l’air au moment où Sherwood Robyn, koala femelle de 12 ans, est conduite dans une petite salle d’examination du premier hôpital australien pour ces marsupiaux emblématiques de l’île-continent.

À première vue, l’animal semble en bonne santé. Mais l’examen révèle des «fesses humides», signe clair d’une infection à chlamydiae susceptible de provoquer la cécité, la stérilité et la mort.

Il n’existe pas de traitement contre cette infection sexuellement transmissible qui ravage les populations.

Robyn, retrouvée rue Sherwood dans la localité côtière de Port-Macquarie, – d’où son nom qui fait allusion à Robin des bois – présente tous les symptômes d’un stade avancé de la maladie. Il est vraisemblable qu’elle succombera à une mort douloureuse d’ici quelques mois.

Les épidémies récentes d’infections à chlamydiae sont favorisées par le développement humain qui empiète sur le territoire des koalas, explique Cheyne Flanagan, directrice de l’Hôpital des koalas de Port Macquarie:

«Les animaux sont sous pression, ils sont forcés de vivre plus près les uns des autres, ce qui augmente les interactions entre individus» et portent, les risques de contamination.

La concurrence pour le territoire et la nourriture augmente le stress, ce qui porte atteinte au système immunitaire des marsupiaux et les rend plus vulnérables à la maladie.

PRESSIONS URBAINES

Le pronostic pour Robyn est à l’image des perspectives funestes des populations de koalas de la côte orientale de l’Australie, qui sont en outre victimes d’attaques de chiens ou du changement climatique quand ils ne sont pas renversés par des voitures.

À l’arrivée des premiers colons britanniques en 1788, les koalas étaient plus de 10 millions. Comme ils vivent haut perchés dans les arbres, leur nombre est difficile à évaluer mais le Comité scientifique des espèces menacées n’en dénombrait plus que 188 000 en 2010.

Dans certaines parties du Queensland, ils ont de fait disparu, selon une récente étude universitaire. Dans cet État, comme en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Territoire de la capitale australienne, ils sont classés espèce «vulnérable».

«Je ne suis pas optimiste du tout» quant à leurs chances à long terme, dit à l’AFP Damien Higgins, directeur du pôle santé des koalas à l’Université de Sydney. «Les pressions persistent. Le développement se poursuit. Tant que les gens voudront vivre là où il y a des koalas (…) et exploiter la mine là où il y a des koalas, il y aura des problèmes».

Les koalas australiens sont confrontés depuis longtemps aux infections à chlamydiae – différentes de celles qui touchent les hommes.

Selon les dernières études, ces infections ont pu provenir de souches présentes dans le bétail arrivé il y a deux siècles en Australie avec les colons européens. Mais l’impact et la prévalence sont exacerbés par le stress dû au développement.

LA «MORT À PETIT FEU»

L’Hôpital des koalas a ouvert ses portes à Port Macquarie en 1973. Mais l’établissement constate depuis quelques années un changement notable de «clientèle». D’après Mme Flanagan, les marsupiaux sont désormais plus âgés et leur nombre a considérablement baissé, ce qui fait penser que les populations se meurent.

Les terres sont rasées pour céder la place à l’urbanisation et les jeunes koalas doivent parcourir des distances plus grandes avant de pouvoir s’établir, ce qui les rend vulnérables à la circulation automobile et aux chiens errants.

«C’est la mort à petit feu», dit Mme Flanagan.

La question des koalas «n’est pas facile à gérer dans des zones où il y a beaucoup de croissance», reconnaît le maire de la localité Peter Besseling. «Les gens veulent habiter près des côtes et nous devons chercher des moyens de protéger le koala à long terme».

L’idée de délocaliser les marsupiaux des zones où ils sont plus nombreux vers les zones où ils sont menacés n’est pas considérée comme viable.

Alors les chercheurs, comme ceux de l’Université de Sydney qui collaborent depuis des décennies avec l’Hôpital des koalas, tentent d’améliorer leurs chances en étudiant les maladies qui les frappent.

Et ils essaient de limiter les dommages: «une fois que le développement est là, il s’agit de tenter d’en réduire l’impact», dit M. Higgins. «Il s’agit de tenter de les maintenir en aussi bonne santé que possible, c’est en quelque sorte un pansement».

http://fr.canoe.ca/

Une épidémie de chlamydia est train de décimer les koalas australiens


L’euthanasie pour enrayer une maladie transmise sexuellement ne serait pas envisageable pour l’être humain. Bon, on ne peut pas enseigner l’importance des protections lors d’une relation aux koalas, mais espérons que le vaccin arrivera assez vite pour eux
Nuage

 

Une épidémie de chlamydia est train de décimer les koalas australiens

 

Un kola australien I GREG WOOD / AFP

Un koala australien I GREG WOOD / AFP

Repéré par Claire Levenson

Plusieurs spécialistes réclament l’euthanasie des animaux infectés.

En Australie, près de la moitié des koalas sont atteints de chlamydia, une maladie sexuellement transmissible qui a des effets particulièrement sévères sur le marsupial: certains perdent la vue, deviennent infertiles ou meurent.

Pour sauver l’animal, qui a été ajouté à la liste des espèces menacées en 2012, des scientifiques australiens proposent une solution radicale: tuer les koalas infectés pour sauver les autres.

Ainsi, David Wilson, un spécialiste des maladies infectieuses au Burnet Institute de Melbourne expliquait à la BBC:

«Leur population est en déclin. Une façon de la faire augmenter, c’est paradoxalement d’en tuer une partie. Ils se transmettent la chlamydia et un grand nombre d’entre eux ne peuvent guérir.»

Dans le Journal of Wildlife Diseases, Wilson précisait le potentiel de ce genre de mesure:

«Si les koalas stériles et très malades sont euthanasiés et les autres koalas infectés sont capturés et traités avec des antiobiotiques, l’infection de chlamydia pourrait être éliminée et une augmentation de population pourrait avoir lieu après quatre ans.»

Le syndrome de la «queue sale»

Une autre raison avancée pour défendre la solution de l’euthanasie est que les chlamydias peuvent déclencher chez certains koalas un syndrome douloureux dit de la «queue sale»,ainsi résumé par Wilson:

«Les voies urinaires sont enflammées et se dilatent considérablement; c’est incroyablement douloureux. Ils ont des décharges, et de nombreux koalas meurent.»

Au début des années 2000, une technique d’euthanasie a été mise en œuvre pour tenter de sauver les diables de Tasmanie, atteints d’un cancer du visage contagieux. Cette mesure n’a pas été efficace, mais selon David Wilson, c’est parce qu’elle a mal été mise en oeuvre.

Les chercheurs sont également en train de séquencer le génome des koalas, ce qui pourrait améliorer le vaccin anti-chlamydia actuellement en train d’être testé sur les marsupiaux australiens. Selon les estimations des scientifiques, un vaccin utilisable devrait être prêt dans trois ans.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► 20 faits divers


Des faits dans divers pigés dans divers domaines, juste pour le plaisir de savoir, d’augmenter un brin nos connaissances
Nuage

 

20 faits divers

 

1. Le papier bulle a été inventé à la base… pour être un nouveau type de papier peint. Vous imaginez le délire ? Surtout pour ceux qui sont atteints d’envie compulsive de faire péter toutes les bulles ?

@ Country 93.3

2. Moins de 1% de l’Antarctique est propice au développement de la végétation à cause… de la glace !

@ The Daily Galaxy

3. Si les nombreuses tentatives scientifiques pour débusquer le monstre du Loch Ness ont échoué, sachez que plus de 100 000 balles de golf ont été retrouvées grâce aux différentes expéditions menées ces dernières années.

@ NBC News

4. Les empreintes digitales des koalas sont très similaires aux nôtres. Aussi, même les experts scientifiques formés pourraient les confondre sur les scènes de crime.

@ Koala Land

5. Sphénopalatine Ganglioneuralgia (à vos souhaits !). C’est le nom scientifique qu’on donne au «gel de cerveau», cette sensation qui nous monte à la tête quand on mange une glace très froide !

@ SodaHead / wow-really

6. Les bébés ne détectent pas le goût salé dans les aliments avant leurs 4 mois.

@ CNN

7. Les statues de l’Île de Pâques ont un corps… et des organes !

@ Atlantean Gardens

8. En Chine, pour que les nouveaux soldats s’entraînent à garder haut leur menton, de petites aiguilles sont placées sur leur col.

@ Daily Mail

9. En 1999, les fondateurs de Google étaient disposés à vendre leur société à Excite pour moins d’un million de dollars US (soit 860 000 euros de l’époque). Heureusement pour eux, ils ne l’ont pas fait !

@ Wikimedia Commons

10. La boisson «Kool-Aid», très connue aux États-Unis, a été fabriquée à base d’un liquide concentré de fruits appelé le «Smack», en 1927.

@ Liz Moody

11. L’échidné et l’ornithorynque sont les seuls mammifères à ne pas avoir de nombril… parce qu’ils pondent des œufs !

@ Wikimedia Commons

12. Le Qatar est le seul pays au monde commençant par la lettre «q» et l’Iraq, le seul pays terminant par cette même lettre.

@ bridgat

13. Il n’existe qu’un seul panneau «Stop» dans tout Paris. Il est situé « sur le domaine public, juste à la sortie d’une entreprise de matériaux de construction située quai Saint-Exupéry », dans le XVIe arrondissement, selon la préfecture de Police.

@ The Local

14. Pour dissuader les télévendeurs de l’appeler, un homme a fait changer son nom et s’appelle maintenant : Tim Pppppppppprice.

@ I Love Useless Knowledge

15. Votre sang fait le tour de votre corps plus de 1 000 fois par jour !

@ Brookdale

16. Pour faire cuire un œuf sur le trottoir, il faudrait que le sol atteigne les 70°C.

@ wonderopolis

17. Presque 10% des os d’un chat se trouvent… dans sa queue !

@ pleated-jeans | weibo / Snoopy

18. Si la Terre faisait la taille d’un grain de sable, le Soleil serait égal à une orange !

@ The Telegraph / Doug Taylor / Alamy

19. Notre Monsieur Propre national s’appelle Mr Clean aux Etats-Unis, Don Limpio en Espagne et même… Maestro Limpio au Mexique !

@ Estrella de la tarde

20. Comment font les chiens de prairie, une race de rongeurs, pour se dire «bonjour» ? Ils s’embrassent, tout naturellement !

@ Amusing Time

http://www.demotivateur.fr/