5 indices pour repérer un régime dangereux pour la santé


Il n’y a pas de régime miracles, mais beaucoup le prétendent. Malheureusement, à faire rêver de perdre des kilos en un temps plus ou moins court, qui est le plus souvent vrai, risque quand même être très dommageable pour la santé
Nuage

 

5 indices pour repérer un régime dangereux pour la santé

 

« Atkins », « Hollywood », « Mayo »… Pas toujours facile de s’y retrouver au milieu de la jungle des régimes ! Souvent inefficaces pour perdre du poids, certains présentent carrément des risques pour la santé… Comment reconnaître ces régimes dangereux ? On vous donne 5 indices pour les débusquer.

Il est hypocalorique

 « Jour n°1, menu du petit déjeuner n°1 : 50g de pain, 10g de beurre, 1 cuillère à café de confiture… »

Poussée par les conseils avisés de vos proches, vous êtes décidée : pour perdre ces 5 kilos décidément bien accrochés, ce sera un régime hypocalorique.

Sur le papier, le principe de base des régimes hypocaloriques semble tout à fait logique : pour maigrir, il suffit de manger moins. En clair, pour perdre quelques kilos, on réduit les portions et on diminue ainsi le nombre de calories ingérées dans la journée.

Généralement organisés en « phases » qui peuvent durer plusieurs mois (voire plusieurs années), ces « programmes minceur » promettent une perte de poids facile et durable. Ici, pas de risque de déficit alimentaire : on mange de tout. Le problème, ce sont les quantités.

« Pour une femme de taille moyenne (1m65 environ), on considère qu’il faut entre 2000 et 2200 kcal par jour pour que l’organisme fonctionne correctement, explique Eugénie Auvinet, diététicienne et nutritionniste. Or, la plupart des régimes « hypo » restreignent la prise alimentaire à 1400, voire 1200 kcal par jour. »

Mention spéciale pour le régime « Cohen », qui comprend une phase « booster » à 900 kcal par jour…

La suite est facile à imaginer. Puisqu’il n’a pas sa ration quotidienne de nutriments, l’organisme en redemande : il a faim.

« D’abord, cela va se traduire par une très grande fatigue, du fait de l’affaiblissement des muscles, analyse Eugénie Auvinet. Les petits efforts du quotidien deviennent difficiles, et l’irritabilité s’installe. A plus long terme, cette faim permanente peut engendrer des compulsions alimentaires. »

Il se concentre sur un seul aliment

Pour perdre vos cinq petits kilos en trop, vous avez fait votre choix : ce sera le régime « ananas ». Une perte de poids importante, rapide, facile… Le programme est alléchant. En plus, vous raffolez des fruits. Vous en êtes sûre, c’est ce régime là qu’il vous faut !

Mais vous avez tout faux. « Pour bien fonctionner, notre organisme a besoin de différents éléments, explique Eugénie Auvinet, diététicienne et nutritionniste. Un équilibre doit exister entre les macronutriments (les lipides, les glucides et les protéines), les vitamines, les minéraux et les fibres. »

Problème : le principe des régimes « champignon », « ananas » ou encore « Hollywood » (à base de fruits tropicaux) c’est justement de ne consommer qu’un seul aliment – ou presque – en excluant tous les autres. Or, on s’en doute : l’aliment « miracle » qui concentre tous les nutriments essentiels n’a pas encore été inventé… Ainsi, rapidement, l’organisme se retrouve en situation de déficit alimentaire.

« Les conséquences diffèrent suivant le type de déficit que l’on présente, explique Eugénie Auvinet. Par exemple, sur le long terme, le régime « ananas » conduit invariablement à un manque de lipides. »

Un manque de lipides qui se traduit par une très grande fatigue d’abord, puis par des cernes et, enfin, par une peau de plus en plus parcheminée. Le déficit en protéines n’est guère plus réjouissant. Au menu : faiblesse musculaire, fatigue, affaiblissement du système immunitaire, troubles de la cicatrisation… Enfin, se priver de glucides conduit à des malaises, une perte musculaire, des tremblements, des troubles du comportement… La totale !

Il exclut toute une famille d’aliments

On les appelle les régimes « d’exclusion ». Le principe ? Supprimer purement et simplement une famille d’aliments de vos repas. Dans le régime « Atkins », par exemple, ce sont les glucides qui disparaissent : adieu le pain, les fruits, les céréales, les pâtes, le riz… Le régime « Mayo » va encore plus loin et interdit carrément les glucides, les laitages et les lipides.

La promesse ? Une perte de poids ultra rapide et spectaculaire : moins 4 kilos par semaine, en moyenne ! Voilà qui fait rêver. Sauf que les régimes d’exclusion (« Atkins », « Scarsdale », « Mayo », « Miami », « Paléolithique »…) présentent un véritable risque pour votre santé.

« Si vous suivez ces régimes pendant une courte période, c’est-à-dire moins d’une semaine, et que vous ne cherchez pas à perdre plus de 5 kilos, le risque est minime, tempère tout de même Eugénie Auvinet. Par contre, sur le long terme, de vrais problèmes de santé apparaissent : on commence à être en déficit de certains vitamines et minéraux. »

Or, les vitamines et les minéraux sont comparables à des « petites clés » qui interviennent dans la plupart des processus de notre organisme : en clair, on a besoin d’eux pour digérer, pour respirer, pour assimiler… Pour vivre, en fait !

Organisé sur 14 jours, le régime Scarsdale interdit quasiment tous les laitages. Mauvaise idée : deux semaines sans laitages, c’est la garantie de voir diminuer peu à peu son taux de vitamine B (essentielle au fonctionnement des cellules, à la fabrication des globules rouges, à la bonne marche du système nerveux…), de vitamine A (qui joue un rôle très important pour la vision) et de vitamine C (notamment impliquée dans le système immunitaire). Est-ce que votre bikini taille S en vaut vraiment la peine ?

Il est très rapide

Cet été, vous avez réservé vos vacances aux Maldives. A vous les plages de sable blanc, les cocotiers, et… le bikini ! Sauf qu’avec les cinq kilos que vous avez pris cet hiver, impossible d’enfiler ce dernier. Trop tard pour prendre rendez-vous avec un diététicien : le décollage est prévu pour la semaine prochaine. Tant pis, vous optez pour un régime « express »…

Régimes « Tahiti », « Natman » … Tous nous font miroiter le même rêve : perdre 2, 3, voire 4 kilos en moins d’une semaine, top chrono. Une illusion, bien sûr, qui peut tout de même avoir des répercussions bien réelles sur la santé…

« En moyenne, chez une femme non ménopausée et sans problèmes hormonaux, il faut un mois pour perdre 5 kilos de graisse, explique Eugénie Auvinet. Si les régimes « express » ne sont pas dangereux à proprement parler sur le court terme, ils ne permettent pas de perdre de la graisse, mais plutôt de l’eau et… du muscle. »

En effet : en quelques jours seulement, l’organisme n’a pas le temps d’aller puiser son énergie dans nos réserves de gras… et ce sont nos muscles qui trinquent.

« Par ailleurs, le plus souvent, ces régimes ne comportent pas de phase de stabilisation parce que celles-ci durent en moyenne plusieurs semaines, ajoute la spécialiste. Du coup, les kilos reviennent en force assez rapidement. Cet effet yo-yo peut avoir un impact très négatif sur notre moral et notre estime de nous-même. »

Au final, au prix d’une diète sévère, vous avez bien perdu vos quatre kilos en quatre jours (ne vous réjouissez pas trop vite : ils seront de retour avant la fin du mois), mais vous êtes d’une humeur massacrante et le moindre effort vous vide de votre énergie… Bonjour les vacances !

Il est (trop) riche en protéines

Viande rouge, viande blanche, œufs, poisson, surimi, jambon… Pour perdre un peu de poids avant l’épreuve du maillot, vous avez tout misé sur un régime hyperprotéiné. L’idée ? Maigrir sur le long terme et sans faim, en privilégiant les protéines au détriment des glucides et des lipides.

C’est dans cette catégorie que se classe les régimes « Fricker » et « Thonon », mais aussi toute une kyrielle de régimes à base de substituts alimentaires hyperprotéinés. La perte de poids se fait sur plusieurs mois, avec une solide phase de stabilisation à la fin.

Sauf qu’une alimentation trop riche en protéines risque de vous faire plus de mal que de bien.

 « Sur le court terme, on observe d’abord un phénomène classique de déficit en vitamines et minéraux, analyse Eugénie Auvinet, diététicienne et nutritionniste. Le premier élément qui vient à manquer à l’organisme est la vitamine C : la fatigue apparaît, le teint devient terne et, surtout, le système immunitaire est affaibli. »

Les choses se corsent sur le long terme. Au bout de quelques semaines, l’excès de protéines se fait sentir au niveau des reins, dont le rôle est justement de filtrer ces grosses molécules : sur sollicités, ils perdent en efficacité et peinent à éliminer les déchets de l’organisme. Par ailleurs, les régimes hyperprotéinés étant peu généreux en fibres, des troubles intestinaux ne tardent pas à apparaître et, parmi eux, la constipation.

En résumé, on évite les hyperprotéinés au long cours sans avis médical et, surtout, on fuit les régimes à base de sachets

http://www.topsante.com

Perdez 2kg en buvant 1 l de plus d’eau chaque jour


Je ne crois pas au régime miracle pour perdre du poids, si ce n’est qu’une alimentation équilibré et de l’exercice … Cependant, cette étude est plausible, mais par contre, ce n’est pas une découverte, cela fait longtemps qu’on dit que l’eau est un atout précieux
Nuage

 

Perdez 2kg en buvant 1 l de plus d’eau chaque jour

 

Top Photo group

Bonne nouvelle pour celles qui veulent perdre des kilos : l’eau va devenir votre meilleure amie !

Oubliez les pilules et les régimes miracles ! Selon une méta-analyse de 11 études menée par le Pr Brenda Davy, de l’Université de technologie de Virginie, l’eau est un véritable booster de régime. Et ses qualités se résument en quelques points :

-L’eau est un coupe-faim naturel qui nous permet d’être rassasiées plus rapidement et d’avaler moins de calories au cours des repas.

-L’eau a un effet »détox » naturel car elle fait fonctionner les reins et nous permet d’évacuer les déchets.

-L’eau a un effet immédiat sur la thermogénèse. Autrement dit, boire de l’eau pousse notre corps à brûler plus de calories.

En faisant une revue de toutes les études publiées sur le sujet, le Pr Davy s’est aperçu que, dans plusieurs groupes, les femmes qui buvaient au moins un grand verre d’eau avant de passer à table perdaient deux kilos de plus que celles qui buvaient uniquement  en mangeant.

Elle recommande donc aux femmes qui souhaitent s’affiner avant d’aller sur la plage, de boire un litre de plus que les 1,5 l recommandés quotidiennement.

« Un litre, cela peut sembler énorme. Mais pour nombre de jeunes femmes, il suffit de remplacer les canettes quotidiennes de soda light par de l’eau. Ni vu ni connu, elle perdront du poids en augmentant la thermogénèse ».

http://www.topsante.com

Parole d’enfant ► Au voleur


Mais qui a bien pu commettre un vol … Bien sur pour un enfant, perdre quelque chose c’est qu’il y forcément eu un vol …
Nuage

 

Au voleur

 

 

« Un matin en me levant, je m’écrie: « Oula! J’ai perdu 2 kilos ! »
Ma petite fille, Léna, me répond catastrophée: « Je te promets Papi que c’est pas moi qui les ai pris!! » »

Léna 5 ans

Le saviez-vous ► Les vaches produisent davantage de lait dans un environnement fortement éclairé.


Dans les pays comme le nôtre, les vaches sont souvent dans les étables en hiver, et reçoivent donc moins de lumière ce qui a un impact sur la production du lait .. En fait, ils ont besoin tout comme l’être humain de lumière pour être plus productive
Nuage

 

Les vaches produisent davantage de lait dans un environnement fortement éclairé.
 

Comme l’humain, les vaches souffrent du manque de lumière. Exposées à un fort éclairage, les vaches peuvent produire jusqu’à deux kilos de lait de plus par jour.
 
Tout est hormonal.
 
La lumière pénètre par la rétine de l’oeil, déclenche un influx nerveux à la base du cerveau dans la glande hypophyse. Une réaction en chaîne commence: la sécrétion de l’hormone mélatonine diminue; le foie reçoit le message d’augmenter la protéine de croissance, appelée IGF-1.
 
Et c’est précisément l’IGF-1 qui stimule la production de lait.

http://www.radio-canada.ca

Brûleurs de graisses, ne tombez pas dans le panneau!


Les recettes miracles peuvent marcher mais a très court terme et trop souvent elles peuvent entrainer des problèmes beaucoup plus grave et ce n’est certes pas le but fixé. Il n’y a rien dans ces régimes qu’on essaie de nous vendre a coups de grandes publicités qui remplacera l’activité physique avec une alimentation équilibrée. Tant qu’on a pas compris que l’un ne va pas sans l’autre, on ne peut pas espérer perdre le surplus de poids
Nuage

 

Brûleurs de graisses, ne tombez pas dans le panneau!

Brûleurs de graisses, ne tombez pas dans le panneau!

Après les semaines plus ou moins pantagruéliques de la fin de l’année dernière, grande est la tentation d’éliminer très vite les kilos engrangés. Et de céder à la tentation des propositions de produits et d’aliments dits « brûle-graisse ». Certains sont dangereux, d’autres non. Tous relèvent de l’illusion.

Comment brûle-t-on ses graisses?

Ce gras, souvent maudit quand il est mal placé et en trop, est composé de lipides gentiment et bien logés dans des cellules appelées adipocytes.

Les lipides fournissent parfois de l’énergie en se transformant en glucose qui est quasiment le seul carburant de toutes nos cellules.

Pour que cette transformation se fasse, il faut qu’il n’y ait plus de glucose de réserve. Or, on en a entre 300 et 500 g, sous forme de glycogène stocké dans le foie et les muscles. Ce qui fait entre 1.200 et 2.000 calories (1 g de glucose = 4 calories). De quoi tenir un bon moment, presque une journée entière, avant que les lipides ne se mettent en branle pour fournir de l’énergie.

Sauf si vous dépensez plus de calories. Et le seul moyen pour cela, c’est d’avoir une activité physique qui vous en fait évacuer plus que vous n’en absorbez. Autrement dit, en vous bougeant et en faisant du sport.

C’est la seule et unique façon de brûler vos graisses. Aucun produit, aucun aliment ne peut se substituer à l’activité physique.

Les pilules « brûle-graisse »

Toutes promettent de vous faire fondre miraculeusement de plusieurs kilos en une ou deux semaines. En prenant soin néanmoins, par mesure de précaution, de recommander en même temps une alimentation équilibrée.

Elles contiennent différents ingrédients, genre caféine, guarana, spiruline, chrome, L-carnitine, censés activer le métabolisme et ainsi à éliminer plus vite vos graisses. Il y a aussi des fibres, comme le chitosan extrait de la carapace des crustacés, qui capteraient les graisses dans le tube digestif.

Il y a également des baies exotiques, donc miraculeuses, du style açai (de l’Amazonie). Certes, elles sont riches en antioxydants mais on voit mal le rapport avec le gras!

Dans ces produits « brûle-graisse », celui qui semble faire fureur actuellement est à base de phentéphine qui combine méthylhexanéamine, caféine, DHEA et carnitine-L. Or, la méthylhexanéamine est classée dans les substances dopantes car proche de l’éphédrine et des amphétamines qui sont catastrophiques pour le cœur et le système nerveux. Tout comme la caféine à des doses élevées (500 mg environ) qui est également présente dans nombre de ces pilules « brûle-graisse ».

Consommez-les si vous voulez mettre votre santé en danger!

Caféine et thé vert

La caféine, stimulant du système nerveux, active aussi, mais très légèrement, votre thermogenèse, c’est-à-dire votre production de chaleur. Cette thermogenèse est un des axes de recherche dans le domaine de l’obésité. Mais, pour le moment, rien de probant n’a été découvert.

Ce qui n’empêche pas que la caféine fait partie des substances censées faire fondre la graisse comme une glace au soleil. Alors que 200 mg (1 à 2 tasses de café) mobilisent environ une vingtaine de calories….

Le thé, vert ou non, contient de la théine (20 à 45 mg pour 250 ml) qui n’est rien d’autre que de la caféine. Il est aussi riche en toutes sortes d’antioxydants, ce qui lui a donné une aura de produit miracle à tout faire.

Il y a aussi beaucoup de caféine dans les boissons énergisantes (70 à 200 mg pour 25 cl) et dans celles à base de cola (35 à 45 mg par canette).

Si l’on songe aux milliards de litres de café, de thé et de toutes ces boissons absorbés et à l’augmentation de l’obésité, le bon sens semble démontrer que la caféine ne fait pas maigrir spontanément. Mais elle stimule la diurèse: malheureusement, quand on fait pipi, on élimine de l’eau, pas de la graisse.

On sait qu’au-delà de 500 mg par jour, la caféine a des effets nocifs sur les systèmes nerveux et cardiovasculaires.

Inutile, donc de vous gaver de café, de thé ou de gélules contenant de la caféine, vous ne maigrirez pas mais vous dormirez mal.

Ananas et citron

Le mythe de l’ananas qui s’attaque aux graisses avec son arme fatale, l’enzyme broméline tient toujours la route. Mais comme cet enzyme se trouve maintenant dans la tige, qu’il est quand même difficile d’avaler, le voilà dans des gélules de poudre de tige d’ananas à 12 /15 € les 120 dont il faut consommer 4 à 6 par jour. Ca n’est pas vraiment dangereux, c’est stupide.

Mangez de l’ananas en dessert, les recettes pour l’accommoder ne manquent pas.

C’est un excellent fruit, riche en fibres, bienvenu en hiver.

Quant au citron, il est lui aussi censé vous faire maigrir, vous détoxifier et, après cette période festive, voilà le régime citron qui revient en piste.

Utilisez le citron largement pour assaisonner vos légumes, vos salades, vos poissons et même vos viandes. Il est riche en vitamine C.

Ces deux fruits vous feront le plus grand bien mais ne comptez pas sur eux pour maigrir. Ils n’en ont pas le pouvoir comme d’ailleurs tous les autres aliments.

Poivron et piment

Lorsqu’on consomme du poivron ou du piment, ça chauffe et ça pique. C’est l’effet de la capsaïcine. Selon certaines études, cette molécule aurait le pouvoir d’augmenter (un peu) le métabolisme de base, donc la dépense calorique. Elle aurait aussi un effet sur la satiété qu’elle augmenterait également et ainsi on mangerait moins, donc on maigrirait.

Les fabricants de gélules se sont engouffrés dans ce créneau et ont mis sur le marché des produits contenant non seulement cette capsaïcine mais aussi de la caféine et d’autres molécules plus ou moins recommandables. Et ils vous promettent de brûler chaque jour 278 calories en plus. On appréciera la précision fantaisiste du chiffre!

Si vous l’aimez, mettez du piment dans votre alimentation, vous ne risquez rien mais n’espérez pas pour autant fondre dans les jours qui suivent.

Quant au poivron, ça n’est pas la saison. Vous aurez tout loisir d’en mariner et de les consommer en entrée l’été prochain. Il est riche en fibres, en antioxydants et en vitamine C.

Alors, on fait quoi?

On mange de la soupe tous les soirs, ce qui est la meilleure façon de consommer beaucoup de légumes sans gras. Et les légumes, ça apporte peu de calories, mais beaucoup de fibres, de vitamines et de sels minéraux.

La soupe de légumes, bien épaisse et mixée, ne fait pas maigrir mais elle y contribue en rassasiant, en déclenchant le processus de la satiété, donc on mange moins ensuite. Différentes études l’ont montré.

Alors, qu’est-ce qui vous empêcherait d’en prendre aussi au déjeuner ? Avec une tranche de viande froide, un yaourt et un fruit, une bonne soupe peut s’emporter facilement et remplacer le repas trop gras de la cantine et/ou le McDo ou le sandwich.

Avec des légumes nature surgelés, un autocuiseur et un mixeur plongeant, une soupe se cuisine en 15 minutes. De plus, c’est vraiment un mets de saison.

Et on se bouge! Cela demande bien sûr plus d’efforts, mais c’est indispensable.

Article publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 06/01/2012 – 14:18

Sources : eufic.org/article/fr/nutrition/aliments-fonctionnels/artid/Cafeine-sante/;
nature.com/ijo/journal/v29/n9/abs/0802999a.html;
Doucet E, Tremblay A. Eur J Clin Nutr 1997 December;51(12):846-55;
Lejeune MP, Kovacs EM, Westerterp-Plantenga MS. Br J Nutr 2003 September;90(3):651-9;
Westerterp-Plantenga MS, Int J Obes (Lond) 2005 June;29(6):682;
Yoshioka M, St-Pierre S, et al. Br J Nutr 1999 August;82(2):115-23;
Rolls BJ., Bell EA., Thowart ML., AM J Clin Nutr. 1999 Oct ; 70(4) : 448-55;
Flood JE., Rolls BJ. Appetite. 2007 Apr 14;
Mattes R. Physiol Behav. 2005 Jan 17 ; 83(5) : 739-47. Epub 2004 Nov 11.

http://www.e-sante.be/

Perdre du poids à tout prix .


Il n’y a pas 56 solutions pour perdre du poids, bien manger et faire de l’exercices, l’un ne vas pas sans l’autre .. Des recettes miracles, ne peuvent qu’aggraver leur santé et les résultats seront peut être spectaculaire mais probablement pas a long terme ..
Nuage

Perdre du poids à tout prix .

Perdre du poids à tout prixpar Dominique Forget

Quatre Québécois sur dix font des efforts pour perdre des kilos ou maintenir leur poids, révèle une enquête de l’Institut de la statistique du Québec.


Parmi eux, 36 % ont eu recours à une méthode draconienne pour atteindre leur objectif au cours des six mois précédant la collecte de données.

Les répondants avaient suivi un régime sévère ou un programme d’amaigrissement commercial, ou encore eu recours à des méthodes telles que ne pas manger pendant toute une journée, prendre des laxatifs ou se faire vomir. Ces méthodes étaient surtout populaires chez les femmes.

L’équipe de recherche considère ces approches comme étant potentiellement dangereuses pour la santé et rappelle l’importance de miser sur l’activité physique ainsi que sur la consommation de fruits et légumes pour le maintien d’un poids santé.

http://www.lactualite.com