Le Saviez-Vous ► Les éruptions volcaniques qui ont marqué le monde ces dix dernières années


C’est surtout en de 2017 à 2019 qui ont marqué le monde en une décennie. Des violentes éruptions ont perturbé le trafic aérien, ont fait des victimes et des dommages matériels considérables.
Nuage


Les éruptions volcaniques qui ont marqué le monde ces dix dernières années

Après l'éruption du Stromboli, l'île se réveille sous les cendresPhoto publiée sur le compte Twitter de @mariocalabresi montrant l’éruption du Stromboli, le 3 juillet 2019 en Italie© Twitter account of @mariocalabresi/AFP/Mario CALABRESI

Par Juliette de Guyenro –

Le mercredi 4 juillet 2019, le volcan de l’île de Stromboli est entré en éruption. Un randonneur a été tué et des dizaines d’habitants et touristes ont été évacués par la mer. Retour sur les éruptions volcaniques qui ont marqué le monde ces dix dernières années.

L’île de Stromboli, dans l’archipel italien des Eoliennes, a été secouée mercredi 4 juillet par l’entrée en éruption de son volcan. Un randonneur sicilien de 35 ans a été tué et un navire a été envoyé pour évacuer 70 habitants et touristes.

Le volcan de Stromboli est l’un des plus actifs d’Europe. Mercredi, deux explosions ont eu lieu dans la journée, précédées de coulées de lave depuis les différentes bouches actives du volcan. Un panache de fumée de 2 kilomètres de haut a également été observé. Les images impressionnantes de l’éruption ont fait le tour des médias. Depuis 2010, quatre autres volcans ont fait parler d’eux dans le monde entier.

Eyjafjallajökull, le volcan qui a paralysé le trafic aérien mondial

Le 20 mars 2010, le volcan Eyjafjallaljökull, situé dans le sud de l’Islande, entre en éruption. Celle-ci se produit via une fissure de 800 mètres de long situé sur son flanc et par laquelle des jets de lave sont propulsés à 200 mètres de hauteur. Après être redevenu inactif le 13 et 14 avril, une seconde phase plus violente et explosive plonge le trafic aérien dans le chaos. Durant cette deuxième période, le volcan émet un important volume de gaz et de cendres qui se transforme alors en un gigantesque nuage. Atteignant jusqu’à 9000 mètres d’altitude, il perturbe le trafic aérien à l’échelle mondiale pendant un mois. Il s’agit alors de la fermeture aérienne la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale.

Son éruption officiellement est considérée comme terminée à la fin de l’année 2010 mais le volcan situé sous le glacier Eyjafjallajökull devient alors l’un des volcans actifs les plus connus au monde.

Agung, le mont sacré de Bali

En novembre 2017, alors que le Mont Agung gronde depuis quelques jours à Bali, l’alerte maximale est décrétée et 135 000 personnes sont évacuées préventivement. Et pour cause, la dernière éruption du volcan en 1963 avait provoqué la mort de 1600 personnes. Le 25 novembre, son activité s’intensifie et perturbe le trafic aérien pendant 3 jours. Deux jours plus tard, le volcan libère un impressionnant panache de fumée grise et entre en éruption.

Selon l’Institut Physique du Globe de Paris, une incandescence visible au sommet du volcan la nuit permet de suggérer la « présence probable de magma à très faible profondeur ».

Plus tard, les pluies qui surviennent engendrent les première coulées de boues.

Depuis, le niveau d’alerte est maintenu au niveau 4 et le volcan toujours actif est constamment surveillé. En mai 2019, une nouvelle éruption a eu lieu.

Hawaii ravagé par le volcan Kilauea

Le 4 mai 2018, des coulées de lave impressionnante ravagent Big Island, la plus grande île de l’archipel d’Hawaii. Plus de 700 bâtiments sont détruits. Quelques jours plus tard, une explosion propulse des cendres jusqu’à 9000 mètres dans le ciel. Près de 2000 personnes sont évacuées. Il s’agit alors de la plus grosse éruption du volcan en 200 ans.

L’île doit ensuite faire face à des nuages de fumées toxiques dus à la rencontre de l’eau et de la lave, les coulées ayant rejoint la mer. Une pluie de fils de verre est également observée par la suite. Un événement qui s’explique par la production d’une lave basaltique très fluide par le volcan. Sous le vent, celle-ci, très légère, s’étire en longs filaments ressemblant à des cheveux. Ce phénomène est communément appelé « cheveux de Pélé » sur l’île. Pélé est la déesse du feu dans la mythologie hawaïenne. Chassée de Tahiti, elle aurait fait du Kilauea sa demeure.

Anak Krakatoa, l’enfant terrible d’Indonésie

Le 22 décembre 2018, le volcan Anak Krakatoa entre en éruption et provoque un tsunami dans la soirée. Le bilan s’élève à 430 morts et plus de 20 000 personnes sont déplacées. Quelques jours plus tard, des explosions de cendres et des jets de pierres émergent du volcan. Ce n’est qu’après 6 jours d’activité ininterrompue que celle-ci décroit.

Anak Krakatoa – signifiant « enfant du Krakatoa » – a été formé par l’éruption du volcan Krakatoa qui a provoqué en 1883 la mort de plus de 30 000 personnes. Né sous l’eau, le cratère d’Anak Krakatoa a émergé en 1928. Depuis, le volcan grossit à chaque éruption, tous les deux ou trois ans. Sa dernière éruption a eu lieu en juin 2019

.

https://www.geo.fr

Attention, prière de ne pas rôtir de la guimauve sur le volcan d’Hawaï


Sur Twitter, une personne a demandé une question tellement stupide. Est-ce qu’il était sérieux ou simplement pour niaiser. Même sans avoir jamais vu un volcan en éruption comme présentement à Hawaï, c’est inimaginable d’aller cuire des guimauves sur la larve
Nuage

 

Attention, prière de ne pas rôtir de la guimauve sur le volcan d’Hawaï

© afp.Attention, prière de ne pas rôtir de la guimauve sur le volcan d’Hawaï

 

Cela ne viendrait pas forcément à l’idée de chacun, mais deux précautions valent mieux qu’une et le gouvernement américain a cru bon de le rappeler: faire rôtir de la guimauve sur la lave volcanique n’est pas une bonne idée.

Faire cuire des « marshmallows » sur de grands feux de camp fait partie des activités estivales préférées des Américains, et un internaute a demandé – à moitié sérieusement – à l’agence des services fédéraux géologiques (USGS) sur Twitter:

 « Est-ce qu’on peut en toute sécurité faire rôtir de la guimauve sur des fentes volcaniques? Si on a un bâton suffisamment long, bien sûr. Ou est ce que le résultat serait empoisonné ? »

« Hum… Nous allons devoir répondre que non, on ne peut pas le faire. (…) Si les fentes diffusent du dioxyde ou du sulfure d’hydrogène (les guimauves) auraient mauvais goût. Et si on ajoute de l’acide sulfurique au sucre, le résultat est assez spectaculaire », a répondu l’USGS, préférant prévenir que guérir.

Le volcan Kilauea de l’île d’Hawaï est en éruption depuis début mai et déverse lentement de la lave sur l’île et dans l’océan Pacifique, bloquant des routes et forçant l’évacuation d’environ 2.000 personnes. Selon Janet Snyder, porte-parole du comté de Hawaï jointe par l’AFP, déjà 71 maisons ont été détruites.

L’éruption dégage aussi des panaches de fumée et des vapeurs toxiques et irritantes. Ces émanations potentiellement dangereuses ont atteint les îles Marshall et le territoire américain de Guam, ont averti les autorités.

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-vous ► Le potentiel meurtrier du volcan actif Kilauea (Hawaii)


Serions-nous capable de vivre près de volcan qui brûle depuis plusieurs années ? A Hawaii, un volcan ne cesse de jeter son fiel dans la mer qui attire avec raison nombre de visiteurs. Sauf qu’il pourra bien avoir quelques saut d’humeur. Une humeur dévastatrice
Nuage

Le potentiel meurtrier du volcan actif Kilauea (Hawaii)

 

© Toshi Sasaki, Images Bank/Getty Images

© Toshi Sasaki, Images Bank/Getty Images

Le Kilauea, l’un des volcans les plus actifs du monde, crache des rivières de lave quasiment sans discontinuer depuis 1983. Chaque année, 2 millions de person nes visitent le parc national des volcans d’Hawaii pour assister au spectacle. Pourtant, d’après les scientifiques qui étudient les dépôts des éruptions précédentes, ces coulées photogéniques sont trompeuses.

Ils pensent désormais qu’au cours de son histoire, le volcan a passé plus de temps à exploser dangereusement qu’à suinter tranquillement. Les insulaires connaissent le potentiel meurtrier du Kilauea depuis longtemps. En 1790, année de la dernière grosse éruption, des cendres brûlantes ont tué au moins quatre-vingts guerriers en route pour livrer une bataille.

Selon les recherches récentes, ce type d’événement violent caractérise environ 60 % des phases du volcan sur les 2500 dernières années. Les scientifiques de l’Hawaiian Volcano Observatory ne peuvent pas prédire le début du prochain épisode explosif, mais ils continuent à surveiller le volcan de près pour guetter le moindre changement d’humeur.

A. R. Williams

http://www.nationalgeographic.fr/