Ces 6 aliments qui risquent de vous rendre malade


Une intoxication alimentaire n’est vraiment agréable a vivre. Certains aliments seraient, semble-t-il plus susceptibles de nous rendre malade, et même plus qu’avant
Nuage

 

Ces 6 aliments qui risquent de vous rendre malade

 

Bill Marler est avocat aux États-Unis, spécialisé dans les intoxications alimentaires depuis près de 20 ans. La plupart de ses clients ont été intoxiqués par les mêmes aliments ou par les produits de certaines marques. Il a ainsi conseillé de bannir ces six aliments de notre régime alimentaire, car ils s’avéreraient dangereux pour notre santé…

LES HUÎTRES 

Bill Marler déconseille fortement la consommation d’huêtres crues. Il a observé plus de maladies alimentaires liées aux crustacés au cours des cinq dernières années, qu’au cours des deux décennies précédentes. En effet, le réchauffement des eaux provoque une croissance de microbes, que les consommateurs ingèrent en dégustant leurs huîtres crues!

LES FRUITS LAVÉS ET PRÉ-DÉCOUPÉS

L’avocat les fuit comme la peste et vous invite à en faire autant! Il est évident qu’ils sont plus pratiques à  manger et qu’ils ont un bel aspect pourtant, cela veut dire qu’ils ont reçu plus de traitements et sont passés entre les mains de plus de personnes, ce qui signifie qu’il y a un risque de contamination plus élevé, qui ne vaut pas la peine d’être pris… Préférez les fruits frais à préparer vous même!

LES CHOUX CRUS 

Les choux sont des foyers à bactéries, comme la salmonelle et le E. coli, notamment depuis quelques années. 

LES VIANDES ROUGES PAS ASSEZ CUITES

Vous aimez consommer votre viande bleue ou saignante? Et bien c’est une mauvaise idée! L’expert préconise de consommer les viandes à point, c’est à  dire cuite à 160 degrés pour tuer les bactéries comme la salmonelle et le E. coli.

LES OEUFS CRUS

Dans les années 90, les oeufs étaient la cause d’une forte épidémie de salmonellose. D’après Bill Marler, il y a aujourd’hui moins de risque d’attraper une intoxication alimentaire avec les oeufs, mais il faut quand même rester prudent… Mieux vaut donc consommer ses oeufs cuits.

LE LAIT ET LES JUS NON PASTEURISÉS

Des mouvements encouragent aujourd’hui les gens à  consommer les laits et jus «crus», c’est-à-dire non pasteurisés, et c’est en réalité une très mauvaise idée… La pasteurisation est sans danger pour les produits, au contraire… Les boissons non pasteurisées ont un risque plus élevé de contenir des bactéries, virus ou parasites. Il est donc moins dangereux de consommer des produits pasteurisés que crus.

http://fr.canoe.ca/

Cures détox: est-ce qu’elles en valent la peine?


L’alimentation suit une mode, et depuis quelques années, les entreprises prônent les jus santé pour un détox du corps. Le détox est très vendant et c’est tout. Pour le jus même s’ils peuvent être santé, rien ne vaut les fruits et légumes avec leurs fibres
Nuage

 

Cures détox: est-ce qu’elles en valent la peine?

 

Cures détox: est-ce qu'elles en valent la peine?

Crédibles, les bars à jus?Photo Fotolia

À voir l’engouement pour les smoothies, il n’est pas étonnant de voir les bars à jus pousser comme des champignons un peu partout dans la métropole. Coup de marketing ou réelles boissons santé?

Sur tous les sites des adresses du genre, une même offre est affichée: des jus pressés (à froid pour la plupart), cure détox de 3, 5, 10 jours, et consultations en coaching santé. Quoi qu’on en dise, le jus n’est pas la meilleure option pour profiter pleinement des délicieux nutriments des fruits et légumes.

LA CENTRIFUGEUSE

La centrifugeuse par exemple, a la vilaine manie d’extraire les précieuses fibres des végétaux, celles qui calment la faim et qui nous permettent d’être rassasiés plus longtemps entre les repas. Nous serions fous de nous en passer, surtout que les fibres contribuent également à réduire les taux de sucres et de cholestérol sanguins, en plus de prévenir certains cancers, comme le cancer colorectal.

LES JUS EN BOUTEILLE

En ce qui trait à la mention de jus crus sur certaines bouteilles, est-ce vraiment nécessaire?

L’alimentation dite vivante, c’est très vendeur par les temps qui courent. Mais soyons francs. Qui fait vraiment du jus à partir de fruits et légumes cuits, mis à part pour un potage? De toute façon, la cuisson aussi a ses avantages. Elle augmente la teneur de certains aliments en antioxydants, comme le bêta-carotène et le lycopène.

SI BON QUE ÇA?

En faisant le plein de fruits et légumes sous forme de jus plutôt qu’entiers, nous consommons d’un trait une importante quantité de sucres (glucides). À coup de près d’un demi-litre à la fois, ça fait pas moins de 60 g de glucides par bouteille de 500 ml, s’il s’agit principalement de fruits.

C’est l’équivalent de 15 cuillères à café de sucre. C’est peut-être du sucre non raffiné provenant des fruits, mais sans les fibres, ça s’absorbe sensiblement aussi vite que le sucre d’une boisson gazeuse.

Dans cette catégorie, il vaut mieux d’opter pour des jus faits dans un mélangeur, afin de conserver les fibres et de miser sur les jus composés principalement de légumes pour réduire notre apport en glucides. Aussi, n’oublions pas que le temps que ça prend à mastiquer des fruits et légumes aide aussi à calmer la faim, contrairement à engloutir un demi-litre de liquide en 4 ou 5 grosses gorgées.

CRÉDIBLES, LES BARS À JUS?

Il faut aussi prendre les  prétentions des bars à jus avec un grain de sel. En effet, l’offre de cours et consultations en santé holistique et autres services sont plus ou moins crédibles.

Rappelez-vous qu’un coach en nutrition n’a pas du tout la même formation qu’un(e) nutritionniste avec un diplôme universitaire et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec.

Adopter de nouvelles habitudes de vie peut comporter certains risques, surtout si on est atteint d’une condition de santé particulière.

Il faut donc considérer ces fameux jus pour ce qu’ils sont. Oui, nous pouvons parfois nous désaltérer avec autre chose que de l’eau, surtout après une bonne séance de sport. Eh oui, ces jus sont délicieux, rafraichissants et plus nutritifs que les laits frappés ou cafés aromatisés des trop nombreuses chaines de restauration rapide.

Mais comme dans toute chose, il ne faut pas en abuser. Et il ne faut pas croire tout ce que racontent les entreprises qui les vendent. Le corps est bien fait, ne le sous-estimez pas et de grâce, prenez-en soin à l’année.

http://fr.canoe.ca/

Le jus n’est pas un fruit


Le jus même ceux qui sont sans ajout de sucre sont plus sucrés que le fruit et n’ont pas la même valeur nutritive qu’une orange par exemple. Un pensez-y bien pour donner de bonnes habitudes aux enfants
Nuage

 

Le jus n’est pas un fruit

 

Au Canada, les enfants de 2 à 8... (Photo Digital/Thinkstock)

Au Canada, les enfants de 2 à 8 ans consomment, en moyenne, 50% plus de jus que le maximum recommandé, selon une étude récemment publiée dans Physiologie appliquée, nutrition et métabolisme.

PHOTO DIGITAL/THINKSTOCK

MARIE ALLARD
La Presse

Dur à croire, mais vrai: un verre de jus de fruit pur à 100% contient autant de calories et de sucre qu’un verre de boisson gazeuse de format équivalent.

«Le jus, c’est du bonbon liquide enrichi d’un peu de vitamines, dit le Dr Yoni Freedhoff, médecin expert en obésité et professeur à l’Université d’Ottawa. Rien de plus.»

La Société canadienne de pédiatrie recommande de limiter à 120 ml la quantité de jus pur qui peut être donnée quotidiennement aux enfants. C’est largement moins que la boîte de 200 ml de jus que vous glissez dans la boîte à lunch de vos enfants – sans compter le jus qu’ils boivent peut-être au déjeuner.

Au Canada, les enfants de 2 à 8 ans consomment, en moyenne, 50% plus de jus que le maximum recommandé, selon une étude récemment publiée dans Physiologie appliquée, nutrition et métabolisme.

Plus frappant encore, le quart des bambins de 2 et 3 ans boivent 2,5 fois le maximum recommandé ou plus, tandis que le quart des adolescents de sexe masculin boivent 2,9 fois le maximum ou plus.

Or, «les boissons sucrées, dont les jus de fruit, contribuent potentiellement à l’obésité, particulièrement chez les enfants, et peuvent contribuer aux caries dentaires», lit-on dans l’étude.

Le jus ne calme pas la faim

Pourquoi diaboliser le jus pur, alors qu’on vante les mérites des fruits et légumes?

Parce qu’une portion de 250 ml de jus d’orange «contient près de deux fois plus de calories et de sucre qu’une orange et près de quatre fois moins de fibres», précise un feuillet publié par l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et Extenso.

En fait, le jus est une source concentrée du sucre présent naturellement dans les fruits. Comme il contient peu de fibres, il ne calme guère l’appétit. Rares sont ceux qui vont peler et manger trois oranges d’affilée, alors qu’il est aisé de boire une quantité équivalente de jus, servi froid dans un grand verre.

Sur son site internet, Tropicana souligne que 250 ml de son jus d’orange procurent deux portions de fruits. Le fabricant, qui appartient à PepsiCo, ajoute que «le Guide alimentaire canadien recommande que les enfants consomment de 4 à 6 portions de fruits et de légumes par jour». Faut-il s’en étonner?

Tropicana oublie d’indiquer que ce même Guide recommande que « les enfants, tout comme les adultes, consomment des légumes et des fruits de préférence aux jus »…

Serviriez-vous de la tarte?

Doit-on donner du jus à un enfant qui n’aime pas les fruits?

«Suggérer que le jus peut remplacer un fruit n’a pas de sens du point de vue de la nutrition, répond le Dr Freedhoff. Serviriez-vous de la tarte aux fruits à votre enfant qui n’aime pas les fruits, comme substitut? Non. Ne leur donnez pas de jus, non plus.»

Sur son blogue Weighty Matters, le Dr Freedhoff a récemment dénoncé le fait que le Club des petits-déjeuners de l’Ontario donne des boîtes de 200 ml de jus MinuteMaid – soit plus que le maximum recommandé par jour – aux enfants.

«Personne ne devrait encourager la consommation quotidienne de jus, surtout pas au nom de la santé», fait-il valoir. À tout le moins, ces clubs devraient limiter les portions à 120 ml, estime le médecin.

«Adultes comme enfants devraient boire la plus petite quantité de jus dont ils ont besoin pour aimer leur vie», conseille le Dr Freedhoff.

Cliquez ici pour consulter Superflus, les jus?, publié par l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et Extenso

Cliquez ici pour lire l’étude qui documente la consommation de jus des Canadiens (en anglais, avec résumé en français)

Orange

62 calories
15 g de glucides
12 g de sucre
2,3 g de fibres

250 ml de jus d’orange 100 % pur

116 calories 26 g de glucides
0,6 g de fibres
23 g de sucre
0,6 g de fibres

250 ml de Coca-Cola

105 calories
27 g de glucides
27 g de sucre
0 g de fibres

Source : Superflus, les jus?, publié par l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et Extenso, et site internet de Coca-Cola.

http://www.lapresse.ca/

Parole d’enfant ► Comment partager une pomme,


C’est intéressant de poser des questions aux enfants, pour voir comment leur logique peuvent être tout à fait déconcertante
Nuage

 

Comment partager une pomme

 

C’est arrivé lorsque j’enseignais les fractions à un élève dans une ONG (Organisation Non Gouvernementale).

Je lui ai demandé: « comment sers-tu 3 pommes à 4 personnes », en m’attendant à ce qu’il me réponde 3/4 de pommes par personne.

Après une brève pause, l’enfant a répondu: « je ferais du jus de pomme et en servirais un verre à chacun. »

Même si ça n’était pas la réponse que j’attendais, j’étais impressionnée.

http://www.out-the-box.fr/

Le Saviez-vous ►Top 6 des trucs horribles qu’on mange sans le savoir, les pires secrets de la bouffe industrielle


  • Ce n’est pas la première fois que je mets un billet du même genre, car il a déjà été question de poil, bois, etc. mais encore quelques nouveautés pas très ragoutantes … On jalouse un peu la cuisine des grands-parents ou tout était fait maison
    Nuage

  •  

  • Top 6 des trucs horribles qu’on mange sans le savoir, les pires secrets de la bouffe industrielle

  • Et si c’était vrai qu’on bouffe « que de la merde » et que le moindre aliment entouré de plastique est artificiellement conservé avec des saloperies, non seulement chimiques, mais provenant des parties les plus dégueulasses des animaux les plus dégueulasses (oui à ce point).
  • D’après ce qu’on a pu en lire, c’est un peu vrai, et on a presque envie de se mettre aux pommes vertes. Parce que souvent on mange…

     

    1. De la glande anale de castor

      757px-Castoreum_01

      Crédits photo (creative commons) : H. Zell

      Et on ne parle pas de cette soirée arrosée où vous avez joué à action ou vérité et que vous ne vouliez pas passer pour « un mec qu’est pas cap », mais bien d’un additif bien crado qu’on retrouve dans les sucreries. La prochaine fois que vous mangez un bonbon, pensez au scientifique qui a broyé une glande anale de castor pour en extraire une huile odorante afin d’en badigeonner votre sucrerie, vous verrez, c’est plus efficace qu’un régime. Si vous voulez repérer les aliments qui en contiennent, cherchez « castoréum » -c’est écrit en petit-petit sur l’étiquette (en même temps ils n’allaient pas mettre huile de fion de castor… ça aurait fait un peu brut).

      2 Des insectes

      cochenille

      Crédits photo (creative commons) : indiabirds

  • Les M&M’s rouges sont vos préférés ? Vous adorez Timon et Pumbaa ? Rendez-vous à l’évidence mon vieux vous raffolez des insectes, ou en tout cas de l’acide carminique E120. Présent dans les sucreries type Malabar et M&M’s, cette petite saloperie provient en fait de cochenilles et d’autres petites bestioles. Pour faire simple, il n’est pas rare qu’on mange de la bouillie d’insectes. Vraiment peu rare d’ailleurs, puisqu’on en retrouve aussi dans certains yaourts, les chips, la charcuterie, le tarama, et même… le dentifrice. Oui, même quand on essaie de faire un truc sain, on se fait avoir: si ça c’est pas vicieux…

  •  

  • 3. Du poil de porc ou de canard. Voire du cheveux

  • 800px-Sow_with_piglet

    Crédits photo (creative commons) : Scott Bauer, USDA

  • Cystéine » dit comme ça le mot est plutôt joli, on aurait tort de s’en méfier. Et pourtant si vous le voyez sur une étiquette de pain ou de bagel ou d’un aliment du genre, vous aurez vite fait envie de recracher ce que vous avez dans la bouche. Car la cystéine est un acide aminé obtenu à partir de poils d’animaux ou de cheveux. Vous vouliez du pain qui ne durcit pas au bout d’un jour ET ne pas bouffer de poils… Restez sérieux on ne peut pas tout avoir dans la vie.

     

  • 4. Du bois..

  • bois

    Crédits photo (creative commons) : Jos.

  • En minuscule fragments certes mais du bois quand même. La « cellulose » est utilisée pour donner aux aliments un aspect plus crémeux. Donc si un yaourt onctueux, c’est un yaourt qui envoie du bois… en vrai. On en trouve aussi dans le gruyère puisqu’il sert à ce que les bouts de fromages ne s’agglutinent pas entre eux. Un problème capital donc.

     

  • 5. Du sable

  • sable

    Crédits photo (creative commons) : Urban

  • Le sable est utilisé dans les plats industriels, sous l’appellation « dioxyde de silicium ». Comme pour le bois, il a une action « antiagglomérat », c’est-à-dire qu’il empêche les plats d’être tout collés. Cet additif est notamment très utilisé dans les chili con carne vendus en boite. On se demande pourquoi ils se donnent tout ce mal. Quand on achète du chili en boite c’est juste que c’est la fin du mois, pas qu’on a super envie d’en manger et qu’on risque d’être déçu s’il est tout collé. Il faut leur dire aux mecs : « on le mange parce qu’on a rien d’autre, donc allez y mollo sur le sable ».

     

  • 6. Des « flavor pack » (oui nous non plus on savait pas ce que c’était mais c’est expliqué en dessous)

  • orange

    Crédits photo (creative commons) : Tropicana

  • Les jus de fruits vendus comme 100% naturels proviennent la plupart du temps de fruits vieux d’une bonne année qu’on laissé dans des cuves sans air afin qu’ils soient conservés. Le problème étant qu’au bout d’un an, ils ont plus le goût de vieux slips que de fruits, et c’est là qu’on vient y ajouter des petits additifs appelés « flavor pack ».

  • Ces « flavor pack » sont en fait produit par les laboratoires qui fabriquent artificiellement les parfums et ne sont pas considérés comme des « ingrédients »… Et donc on ne prend pas la peine de le préciser et de les faire apparaître sur la boite. Vous vous êtes déjà demandé comment un produit entièrement constitué de fruits frais pouvait toujours avoir le même goût ? Ben voilà, maintenant vous savez.

     

  • Bonus : Pas de crabe (du tout)

  • surimi

    Crédits photo (creative commons) : Frrrrred

  • « Miam miam le bon poisson, c’est important les protéines, pour devenir comme papa ! ». Vous mangerez beaucoup de choses en ingérant du surimi, mais ne pensez pas manger du crabe. Le mot « surimi » provient du japonais et signifie « poisson haché ». Ce qui décrit bien le produit : des chutes de poisson (n’importe lequel) reconstituées et du colorant orange. Ni plus, ni moins. Alors oui, ça passe avec de la mayonnaise, mais on devrait ça du pudding

  • http://www.topito.com

Risque de dépression et boissons gazeuses


Est-ce que les boissons gazeuses ou autre breuvages peut mener a une dépression ? Peut-être que certains ingrédients ont un effet sur la santé mentale d,une personne mais il faut probablement que d’autres facteurs extérieurs puissent aussi être présent ..
Nuage

 

Risque de dépression et boissons gazeuses

 

Pointées du doigt pour leurs effets néfastes sur la santé physique, les boissons gazeuses auraient aussi des conséquences graves sur la santé mentale. En effet, selon une récente étude américaine, une consommation régulière de sodas ou de jus de fruits concentrés augmenterait de façon significative le risque de dépression. Et ce serait pire pour les formules allégées.

L’étude, qui analysait l’impact des boissons gazeuses, du thé, du café et des jus de fruits concentrés (aux saveurs artificielles) sur la santé mentale, a été menée par le Dr Honglei Chen, du National Institutes of Health aux États-Unis. D’après le chercheur, la corrélation entre le risque de dépression et une consommation régulière de boissons gazeuses (même allégées) et jus de fruits est sans équivoque. 

Pour arriver à ces conclusions, lui et son équipe ont recueilli les données de consommation de 263 925 personnes âgées de 50 à 71 ans, entre 1995 et 1996. Dix ans plus tard, on leur a demandé s’ils avaient souffert de dépression depuis le début des années 2000.

Ils ont constaté que les personnes buvant quatre portions de soda par jour au minimum avaient 30 % de plus de risque de vivre une dépression que celles qui n’en consomment pas. Ce taux serait de 31 % pour les participants ne buvant que des boissons gazeuses light et de 38 % pour celles qui ne boivent que des boissons aux fruits.

Par ailleurs, selon le docteur Honglei Chen, il vaut mieux délaisser les boissons sucrées et les remplacer par du café non sucré. Pourquoi? Il aurait constaté que la consommation de quatre tasses de café par jour réduirait de 10% les risques de dépression.

Il faut cependant nuancer l’étude qui incrimine ces boissons: le lien établi par les chercheurs se base sur des statistiques et ne tient pas compte d’autres facteurs pouvant mener à la dépression.

http://lafouinecuisine.ca

Les boissons énergisantes changent enfin de statut


Me semble que si la loi obligeait toutes compagnie d’alimentation a inscrire les ingrédients, la valeur nutritive, et autre substances que contient un aliment on sauverait du temps et probablement de l’argent.
Nuage

 

Les boissons énergisantes

 

changent enfin de statut

 

Photo: Shutterstock

Par Lise Bergeron

Santé Canada va faire le ménage qui s’imposait: boissons énergisantes, eau vitaminée et jus de fruits enrichis seront désormais considérés des aliments, et non plus des produits de santé naturels.

 

Un millier de produits de santé naturels passeront dans la catégorie des aliments d’ici la fin de 2012, dont les boissons énergisantes, l’eau vitaminée, les jus de fruits enrichis, les poudres à mélanger pour boissons nutraceutiques ainsi que des yogourts et des barres énergétiques qui affichent des allégations santé. Les fabricants devront en reformuler le contenu et l’étiquetage, ou les retirer du marché.

«C’est une très bonne décision, qui était vraiment nécessaire, commente le pharmacien et expert-conseil en produits de santé naturels, Jean-Yves Dionne. Le fait d’avoir un numéro de produit naturel sur une boisson énergisante donnait une impression erronée de sécurité et d’approbation par Santé Canada.»

Vol d’identité

En faisant approuver leurs boissons ou aliments dans la catégorie des produits de santé naturels, les fabricants se soustrayaient de facto à l’obligation d’y inscrire certaines informations.

Ainsi, Pepsico aurait profité du statut de produit de santé naturel de son eau vitaminée Aquafina Plus pour faire passer en douce la présence de stévia (un édulcorant de source naturel), rapporte le site Foodnavigator-usa.com. Or, le stévia n’est pas encore autorisé comme édulcorant dans les produits alimentaires au Canada.

Les fabricants de boissons énergisantes, pour leur part, n’étaient pas tenus d’inscrire la teneur en caféine ni la présence de blé (gluten) ou de soya dans leurs mélanges.

 Or, «afficher la teneur en caféine est d’autant plus nécessaire que plusieurs entreprises cachent encore sa présence sous le nom de la plante d’origine, comme le guarana ou le maté. Difficile pour le consommateur de savoir à quoi s’en tenir», ajoute Jean-Yves Dionne.

En changeant de catégorie, tous les produits visés devront afficher la liste des ingrédients qu’ils contiennent et un tableau des valeurs nutritives. Ils devront aussi déclarer la présence d’allergènes ou de substances souvent mal tolérées, comme le gluten et les sulfites, sur leur étiquette.

Ladécision du ministère fédéral touche environ 2 % des quelque 50 000 produits encadrés par les règlements sur les produits naturels, soit à peu près un millier.

http://www.protegez-vous.ca

Truc express ► Pour rénover un meuble en osier


Ca vaut la peine d’essayer de nettoyer un meuble en osier pour lui redonner un air de jeunesse
Nuage



Pour rénover un meuble en osier


Devenu gris, votre salon de jardin en osier retrouvera sa couleur si vous nettoyez avec de l’eau froide mélangée à du jus de citron ou à de l’eau oxygénée, à raison de 4 à 5 cuillérées à café par litre d’eau

La semaine/Trucs et astuces/Séverine Galus/ juin 2011