Le Saviez-Vous ► Vous serez surpris d’apprendre que ces 8 aliments ne sont pas toujours végétaliens


Il y a des végétaliens qui accepte d’inclure le lait, oeuf, poisson alors que d’autres le sont à 100 %. Le problème, c’est que certains aliments contiennent des ingrédients d’animaux qui ne sont peut-être pas inscrits ou que certains ne savent pas, par exemple, que la gélatine et les oméga 3 en contiennent
Nuage

 

Vous serez surpris d’apprendre que ces 8 aliments ne sont pas toujours végétaliens

 

1. Les oursons en jujubes

gummy bears

Un mot: gélatine. C’est l’ingrédient principal de la plupart de vos bonbons gommeux favoris. Et de quoi est faite la gélatine? D’os d’animaux. Alors on vérifie cette liste d’ingrédients la prochaine fois!

2. Les crèmes à café non laitières

coffee creamer

Ces «crèmes» qui ne sont pas faites de produits laitiers ont souvent un ingrédient en commun: le caséinate de sodium… qui provient d’une protéine laitière. C’est gênant.

3. La sauce Worcestershire

worcestershire sauce

Si vous ne le saviez pas déjà, la sauce est faite d’anchois fermentés. Et on la retrouve dans les Bloody Ceasars, alors attention lors de vos soirées arrosées! En passant, les anchois se glissent aussi dans les salades césar, les tapenades d’olives et les pâtes à la puttanesca.

4. Les céréales

mini wheats

Déposez votre bol de Lucky Charms. Les guimauves contiennent de la gélatine, donc les Lucky Charms en contiennent aussi. Mais ce ne sont pas les seuls coupables de l’allée des céréales: les Mini Wheats sont aussi faites de gélatine.

5. Plusieurs types de bières

beer

Certaines bières – et même certains vins – sont clarifiées par des agents composés de produits provenant des animaux. On parle ici de gélatine, de colle de poisson (faite à partir de vessies de poissons) ou de caséine.

6. Le sucre blanc

white sugar

Certaines sortes de sucre blanc sont transformées par du charbon d’os (animal) pour se débarrasser des impuretés. Même si le produit final ne contient pas de produit animal, le sucre y a bel et bien touché.

7. Le jus d’orange avec Oméga-3

orange juice

La liste d’ingrédients du jus Tropicana Heart Healthy avec Oméga-3 indique qu’on y trouve de l’huile de poisson ET de la gélatine de poisson. Pas la manière la plus végétalienne de commencer la journée.

8. Les haricots frits

refried beans

Les haricots frits traditionnels sont faits de lard. La prochaine fois que vous allez dans un restaurant mexicain, il vaudra mieux vérifier avec le chef! Il existe par contre des options végétariennes en épiceries.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

The Huffington Post  |  Par Julie R. Thomson

Du jus d’orange naturel… pas si naturel


Les jus d’orange sont-ils vraiment fraîchement pressés que le contenant laisse prétendre. Surtout quand l’on sais que le jus est pressé ailleurs qu’au pays, et par la suite transporté, entreposé avant d’être mit en bouteilles ou boite et ajouter quelque chose pour redonner l’odeur de l’orange  pour finir sur les tablettes d’épicerie
Nuage

 

Du jus d’orange naturel… pas si naturel

 

On trouve des dizaines de marques de jus d’orange frais sur le marché. Ils ne sont cependant pas aussi frais et aussi naturels que ce que laissent croire leurs emballages. Souvent, on leur a même donné un petit « lifting » pour qu’ils goûtent et sentent plus frais.

Un texte d’Alain Roy de L’épicerie

Les Canadiens dépensent 500 millions de dollars chaque année en jus d’orange. Pour arriver à nous offrir un jus ayant le même goût chaque matin de l’année, l’industrie joue un peu avec la nature.

Aux Industries Lassonde, qui fabriquent la marque Oasis, on s’approvisionne principalement au Brésil. Les oranges sont pressées sur place, le jus est pasteurisé puis transporté par bateau et par camion jusqu’à leurs installations de Rougemont. Le jus y est mis dans des réservoirs stériles en attendant son emballage.

La pasteurisation, l’entreposage et le temps font malheureusement perdre au jus d’orange son goût pétillant et sucré d’agrume. Au moment de mettre en cartons, le jus pressé depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, subit une cure de rajeunissement grâce à l’ajout d’essence d’orange composée entre autres de butanoate d’éthyle.

« Ce sont des arômes qui viennent du fruit, qui sont partie prenante du fruit », précise Solange Doré, vice-présidente en recherche et développement pour la marque Oasis. « On les a perdus, on les récupère et on les remet. Dans le jargon, on appelle ça des « add back ». Ce n’est pas un ajout d’arômes synthétiques, c’est un arôme naturel qu’on remet. »

Le butanoate d’éthyle est récupéré au moment du pressage. On concentre les résidus de pulpe et de pelure pour faire de l’essence d’orange, selon le même procédé breveté que celui utilisé en parfumerie.

Ce « lifting » que l’on fait au jus d’orange en lui remettant du butanoate d’éthyle irrite nos voisins états-uniens. À tel point qu’ils intentent des recours collectifs contre Coca-Cola et Pepsico pour leurs jus respectifs : Tropicana, Simply Orange et Minute Maid.

Des procès qui intéressent François Lebeau, avocat spécialisé en droit de la consommation.

« L’ingrédient ajouté fait partie de l’orange. Si on le rajoute dans les mêmes concentrations que l’orange naturelle, il n’y a pas de péché, c’est correct. Si on en ajoute beaucoup plus par contre, il peut y avoir un problème », nuance-t-il.

« Une telle manipulation pourrait faire que le jus ne puisse pas être considéré comme étant aussi naturel que son emballage le laisse croire alors que c’est précisément pour ça qu’on paye plus cher. » — François Lebeau, avocat spécialisé en droit de la consommation

En collaboration avec l’émission Marketplace de CBC, L’épicerie a fait analyser la teneur en butanoate d’éthyle de sept jus d’orange purs et naturels du commerce. Résultats : les taux sont majoritairement plus élevés que dans notre échantillon de jus fraîchement pressé. Et même jusqu’à 15 fois plus dans le jus Simply Orange de Coca Cola.

Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), « il est permis d’ajouter du butanoate d’éthyle dans le jus d’orange comme arôme, pourvu que le fabricant mentionne sur l’étiquette qu’il s’agit d’un produit aromatisé et que la teneur en butanoate d’éthyle y soit indiquée ».

Or, l’information est absente de tous les emballages, sauf sur celui de jus biologique, qui l’affiche par souci de transparence. Les consommateurs qui veulent voir ces informations sur les contenants devraient déposer une plainte en ce sens à l’ACIA, car jusqu’à preuve du contraire, l’industrie persiste à nous laisser croire que son jus est aussi frais et aussi naturel que fraîchement pressé.

http://quebec.huffingtonpost.ca/