Le Saviez-Vous ► Historique de la Distribution Automatique.


Qui aurait cru que les distributeurs automatiques furent inventés 215 av. J.C pour délivrer de l’eau sacrée. Mais, ce n’est qu’eau 18 ème siècle que les machines distributrices ont pris lentement son essor jusqu’a ce que nous connaissons présentement
Nuage

 

Historique de la Distribution Automatique.

 

Auteur : H.Jacquemin. Projet étudiant tutoré.

vendredi 2 novembre 2007, par Animateurs du site

La première machine connue date de l’Antiquité. Elle fut inventée en 215 avant Jésus-Christ par le mathématicien grec nommé Hero. Ce dispositif était conçu pour délivrer de l’eau sacrificatoire. Il suffisait de placer une pièce de monnaie de 4 drachmes dans une fente pour qu’une balance laisse couler un peu de cette eau sacrée.

(GIF)

Distributeur automatique de Vin

Paris – vers 1892

Il a fallu ensuite attendre le 18ème siècle pour que la première machine brevetée face son apparition au Royaume-Uni. Il s’agissait d’une machine qui distribuait des timbres postes. C’est seulement au 19ème siècle que le concept atteint les Etats-Unis et se développe avec un premier automate distribuant des sucreries.

(GIF)

A paris, est créé vers 1892 un distributeur de vin (Source : ADM).

(GIF)

Distributeur de journaux

Québec – 1921

Le développement de l’industrie de la distribution automatique a vraiment commencé au 20ème siècle. En effet c’est au cours de ce siècle qu’un bon nombre d’industriels de l’agroalimentaire et de fabricants d’automates sont apparus sur le marché. Cependant l’essor de ces nouvelles machines fut interrompu en Europe en raison de la seconde guerre mondiale (cf : Navsa).

(GIF)

Ancien distributeur de boissons

La distribution automatique va toucher des domaines variés : le café, les sodas, les cigarettes, les journaux, …

(GIF)

Source Sélecta

Un autre facteur a largement contribué à l’essor de la distribution automatique : l’apparition de l’électronique. En effet cette nouvelle technologie a révolutionné la fonctionnalité des distributeurs. D’une part en ce qui concerne les systèmes de paiements, mais aussi pour les échanges de données. Aujourd’hui grâce à ces nouvelles techniques les gestionnaires sont au courant en temps réel de l’évolution du niveau de leurs ventes. Cela leur permet donc d’être très réactifs face à une demande qui ne cesse de se développer depuis 10 ans.

C’est cependant avec l’industrie et l’urbanisation que l’on a vu se développer ce type de machines qui répondait à une demande sociale. En effet, le « manger hors-foyers », jusque là perçu en France comme une véritable agression à la tradition française tant sur le plan culinaire que sur le plan social, s’est fortement développé depuis quelques années. Les rythmes de vies, de plus en plus désynchronisés, font que sauter un repas, manger sur le pouce n’est plus marginal. La destruction des temps sociaux actuels, la multiplication des sorties liées aux spectacles ou aux activités sportives font que les consommateurs veulent pouvoir manger à tout moment.

Malgré quelques menaces engendrées par son environnement comme la réduction du temps de travail, le passage à l’euro, le retrait des automates dans les collèges, la distribution automatique a su répondre à ce nouveau mode de vie plutôt « nomadisme » en multipliant la diversité des biens et des services proposés pour se développer encore.

Aujourd’hui les nouvelles générations de machines sont de plus en plus perfectionnées et intelligentes.

(GIF)

Modèle récent de distributeur automatique

Elles sont également présentes dans tous les lieux de vies les plus fréquentés. Désormais ce sont aux produits d’aller vers les consommateurs et non plus aux consommateurs d’aller vers les produits. La tendance est également au light. Les industriels de l’agroalimentaire tentent de développer au sein de la DA des produits diététiques, allégés, bons pour la santé et qui respectent l’environnement. Depuis sa création dans l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui, la distribution automatique a parcouru beaucoup de chemin, a subi énormément des transformations, a connu de nombreuses innovations, et n’a pas fini de nous surprendre.

http://www.distripedie.com

Publicités

Les journaux d’Harry Potter, c’est pour bientôt ?


On sait que les journaux en papiers vivent des moments difficiles avec l’ère d’Internet. Alors pourquoi pas suivre la technologie interactive, comme les journaux dans Harry Potter. Pour le moment, ce ne sont que des prototypes, peut-être que bientôt, les journaux en papier vont reprendre le terrain perdu, du moins en partie
Nuage

 

Les journaux d’Harry Potter, c’est pour bientôt ?

 

Harry Potter et l'Ordre du Phenix

Harry Potter et l’Ordre du Phenix, 2007.

WARNER BROS. / HEYDAY FILMS / COLLECTION CHRISTOPHEL

Stéphane Desmichelle Rédactrice en chef adjointe, pôle digital Sciences et Avenir

Des chercheurs anglais travaillent sur la création d’un nouveau matériau imprimé avec lequel le lecteur sera capable d’interagir. Et parlent d’une véritable révolution du papier.

Les journaux interactifs, à l’instar du Daily Prophet (ou Gazette du sorcier) des films Harry Potter, pourront-ils voir le jour ? En tout cas le conseil de recherche pour les sciences physiques et de l’ingénieur, Engineering and Physical Sciences Research Council (EPSRC), y croit. Il a même accordé 1,17 million de livres au professeur David Frohlich, du Digital World Research Centre de l’Université anglaise de Surrey pour chercher et développer des matériaux qui permettraient au lecteur d’interagir avec l’imprimé.

« Papier nouvelle génération »

Le projet s’appelle « Papier nouvelle génération« . Objectif : développer une nouvelle sorte de papier contenant des liens Internet « cliquables ». En les touchant, ou en tournant en page, les lecteurs obtiendront des informations supplémentaires qui se déclencheront automatiquement sur les supports digitaux à proximité. Il pourrait s’agir d’articles, de photos, de livres, de vidéos, de sons… Comme les portraits fictifs dans Harry Potter qui, par magie, sont capables d’interagir avec ceux qui les regardent. Enfin, à peu près, car il n’est pas encore question dans ce projet d’activer les liens d’un simple regard. Pour le moment, des capteurs optiques (ou autres) pourraient reconnaître quelle page est ouverte et l’endroit pointé du doigt pour activer le média associé.

Les auteurs décrivent « une nouvelle information hybride qui serait à la fois imprimée et digitale ».

D’un côté sur papier et de l’autre sur un appareil au choix (télé, chaîne audio, smartphone, tablette, ordinateur…), à condition que celui-ci soit bien sûr correctement connecté. C’est en réalité la même idée que celle qui consiste à scanner des QR codes imprimés avec un smartphone. Mais les auteurs défendent leur projet qui, selon eux, va plus loin : le papier sera lui-même un capteur électronique avec des puces intégrées.

Le Pr Frohlich ajoute : « Le papier interactif sera encore un prototype pour quelques temps, mais nous espérons que nos recherches aideront à créer un marché de masse pour cette nouvelle génération de papier au 21e siècle ». Notamment dans le secteur du voyage ou du tourisme. « Les gens lisent déjà un mélange d’informations imprimées et digitales, en utilisant des brochures de voyage, des guides, des applications smartphones… Le papier interactif reliera ces sources, rendant plus facile la navigation entre elles ».

En attendant, d’autres chercheurs de l’Université du Michigan ont présenté un « papier parlant ». Le nouveau film multicouche et fin comme une feuille de papier possède des capacités permettant de l’utiliser comme un haut-parleur ou un microphone pourrait être utilisé pour fabriquer un journal parlant, des enceintes miniaturisées ou encore des revêtements anti-bruit… pas avant plusieurs années.

https://www.sciencesetavenir.fr

e

«Fake news»: des journaux scandinaves renoncent au poisson d’avril


Personnellement, je trouve que c’est une sage décision avec toutes les fausses nouvelles qui circulent sur le net que ce soit en science, santé, politique et qui font boule de neige, il ne faut pas en rajouter à cause du poisson d’avril. Il y a trop de gens qui se font avoir, et propage une fausse nouvelle pendant des mois, voir des années
Nuage

 

«Fake news»: des journaux scandinaves renoncent au poisson d’avril

 

Des journaux suédois et norvégiens ont annoncé qu’ils renonçaient à publier à partir de cette année des poissons d’avril, se refusant à ajouter à la confusion des fausses informations (« fake news »).

« Sachant la facilité avec laquelle les fausses nouvelles se répandent, je ne veux pas voir la marque du Smålandsposten entachée par une histoire potentiellement virale et fausse », a écrit dans un éditorial le rédacteur en chef du quotidien suédois Smålandsposten, Magnus Karlsson.

« Nous travaillons comme je l’ai dit sur des informations authentiques. Y compris le 1er avril« , a-t-il ajouté.

Selon l’agence de presse TT, c’est aussi le cas en Suède des journaux du groupe Hallpressen (Jönköpings-Posten, Värnamo Nyheter, etc.), du Västerbottens-Kuriren et de Dalarnas Tidningar.

« On va l’écrire dans l’édition de demain (samedi). On en a parlé au sein de la rédaction, on y a beaucoup réfléchi, et c’est la décision qu’on a prise », a expliqué à l’AFP vendredi le rédacteur en chef du Jönköpings-Posten, Erik Berger.

« On a eu l’impression, voyant le débat et les discussions autour de la crédibilité des médias, s’ajoutant aux fausses infos, qu’on ne veut plus faire ça cette année », a affirmé à TT celui du Västerbottens-Kuriren, Ingvar Näslund.

En Norvège, les plus grands médias nationaux (la radiotélévision publique NRK et les journaux Aftenposten, VG et Dagbladet) ont déjà abandonné cette vieille tradition depuis plusieurs années.

Des quotidiens régionaux vont maintenant suivre, selon la NRK.

« Dans le climat dans lequel nous sommes, avec de fausses nouvelles qui se répandent, ce serait une erreur de notre part, nous qui vivons de notre crédibilité, de donner de fausses infos jusque parce que le calendrier dit qu’on est le 1er avril », a déclaré le rédacteur en chef de Bergens Tidende, Øyulf Hjertenes.

« Je pense que nous devons faire attention avec l’idée de tromper les gens (…) Ce qui est écrit dans Drammens Tidende doit être vrai », a affirmé pour sa part sa consoeur de Drammens Tidende, Kristin Monstad.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Au Japon, l’un des principaux quotidiens peut se transformer en fleur


    Au Japon, le plus vieux journal connu dans ce pays, à fait de son quotidien, un journal complétement écologique, que ce soit l’encre, les feuilles et en plus, il permet de planter des fleurs et des plantes
    Nuage

     

    Au Japon, l’un des principaux quotidiens peut se transformer en fleur

  • Par Mathilde Golla

    FIGARO DEMAIN – Le Mainichi Shimbun est imprimé sur un papier non seulement recyclable mais qui contient des graines. Le journal diffusé à plus de 5,6 millions d’exemplaires par jour sur deux éditions peut ainsi fleurir quand on le plante.

    Mieux que les secondes vies habituellement données aux quotidiens – entre les emballages de poisson ou les épluchures de légumes! – un grand quotidien japonais peut se transformer en fleur. Le Mainichi Shimbun propose en effet une version 100% recyclable. Jusque-là rien d’étonnant sauf que le plus ancien quotidien japonais, édité à plus de 5,6 millions d’exemplaires par jour sur deux éditions très différentes, va beaucoup plus loin.

    Le journal connu pour son sérieux et son engagement en faveur de l’environnement a lancé une version écologique, publiée pour la première fois le «Greenery Day», journée fériée au Japon. Cette édition est ainsi imprimée sur du papier recyclé parsemé de graines de fleurs ou de plantes. Même l’encre est conçue à partir de végétaux et elle agit comme un engrais. Ainsi, il suffit de découper des petites bribes d’un de ces journaux de les humidifier et de les mettre en terre. Après quelques jours, les morceaux d’articles deviendront des boutons de roses, coquelicots, mufliers ou de futures marguerites. Le quotidien peut ainsi se transformer en véritable jardin fleuri!

    4,6 millions d’exemplaires écoulés la première fois

    Cette première mondiale a été menée conjointement avec la célèbre agence de communication Dentsu. La première édition biodégradable avait remporté un franc succès puisque 4,6 millions de personnes s’étaient procuré le quotidien, ce qui représente près de 3,6% de la population. Les écoles avaient, en outre, utilisé le quotidien pour dispenser des cours sur l’écologie. Avec cette initiative, le seul journal japonais à avoir reçu le prix Pulitzer souhaite également inciter ses lecteurs à se tourner vers des objets biodégradables et les encourager à donner une seconde vie à leurs objets.

    Si la solution du Mainichi Shimbun est la plus aboutie en termes de recyclage, d’autres initiatives existent. En Chine par exemple, des crayons à papier sont conçus à base de vieux papiers journaux. Par ailleurs, en France, de nombreux objets de décoration sont fabriqués à partir de papier journal. En 1953, Le Figaro était précurseur avec son concours de costumes pour enfants réalisés avec des feuilles du journal. Mais, à l’époque, l’objectif était davantage d’inciter les lecteurs à acheter le journal que de leur donner une conscience écologique!

     

http://www.lefigaro.fr/

Le Saviez-Vous ► Trucs de grand-mère: l’héritage pratique de nos aïeux!


On partage souvent des trucs de grand-mère, mais cela fonctionnent-ils vraiment ? Certains oui mais d’autres le résultats est douteux ou carrément inutile.
Nuage

 

    Trucs de grand-mère: l’héritage pratique de nos aïeux!

    Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus...

MARIE-PIER DUPLESSIS, SOPHIE GRENIER-HÉROUX

Le Soleil

(Québec) Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus tenaces. S’imposent alors les bons vieux trucs de grand-mère! Efficaces, vraiment? Nos journalistes ont testé pour vous quantité  d’astuces développées par nos ancêtres. À vous de juger des résultats de leur initiative!

Ces trucs vous disent quelque chose? Peut-être même que vous les utilisez pour déloger vos taches les plus coriaces? Fonctionnent-ils vraiment?

> Assouplisseur en feuilles

Faire disparaître les résidus de savon sur les portes de douche

Ne disposant pas de porte de douche à la maison, nous avons choisi de faire le test sur la robinetterie. Première tentative : frotter le robinet du bain avec une feuille d’assouplisseur fraîchement sortie de la boîte. Mauvaise idée : cette intervention ne fait qu’ajouter davantage de résidus sur l’acier. Et si on essayait mouillée? La feuille s’imbibe rapidement et s’apparente maintenant à un chiffon gorgé de savon. On frotte, on rince un bon coup et on constate que ça brille! Dernier essai, question de faire le tour de la question comme il se doit : utiliser une feuille d’assouplisseur usagée, tel qu’il est conseillé au départ dans le livre où nous avons déniché le truc. Pas mal, mais pas infaillible non plus. Et on a juste l’impression de frotter en surface, sans désinfecter.

Ramasser les poils de chat

Du poil, on dirait qu’on n’a jamais fini d’en ramasser lorsqu’on a un chat à la maison! Des petites boules volantes se ramassent souvent sous les meubles et en bordure des murs. On s’est donc penché par terre pour passer une feuille d’assouplisseur sur les boiseries et les plinthes, de même que sous les commodes et la table, mais le résultat était loin d’être convaincant. On a essayé aussi sur les vêtements et sur la couette de lit, mais pratiquement aucun «spécimen» indésirable ne s’est accroché à notre feuille. Par contre, on a voulu voir ce qu’il en était avec la poussière… et le meilleur était à venir. Au-dessus des armoires, l’assouplisseur en feuille effectue un travail impeccable!

Nettoyer les aliments collés dans une poêle

À défaut d’avoir fait cramer des aliments au fond d’une casserole (celles dont nous disposons sont toutes antiadhésives, et on l’apprécie), on l’a fait dans un plat de Pyrex qui est allé au four. Des oeufs collés bien comme il faut, le cauchemar de toute personne qui lave la vaisselle à la main! On aurait bien aimé que le truc de l’assouplisseur fonctionne, mais malgré toute une nuit à tremper dans l’eau, on a eu toute la misère du monde à nettoyer le contenant de table. À la défense du produit en feuille, il aura finalement fallu trois tentatives de prétrempage (dont les deux dernières avec du savon à vaisselle) pour redonner au plat une propreté impeccable.

> Coca-Cola

Nettoyer la cuvette de votre toilette

Si le Coke est capable de faire briller un sou noir, pourquoi ne pourrait-il pas en faire autant avec votre cuvette? Contenant de deux litres en main, nous versons environ le quart de la bouteille dans la toilette avant de laisser agir pendant une bonne heure. Puis, on tire la chasse d’eau pour réaliser que le colorant de la boisson gazeuse s’est agrippé aux taches graisseuses de la cuvette plutôt que de les dissoudre… Prise 2 : on ajoute du liquide et on sort la brosse. La cuvette redevient blanche, mais est-ce vraiment dû à l’action de la liqueur douce ou bien au frottement de la brosse? Bonne question. Par ailleurs, l’odeur sucrée du Coca-Cola ne nous apparaît guère agréable dans la salle de bain. Et sans bec verseur, c’est difficile de répandre le produit dans le haut de la cuvette.

> Vinaigre et papier journal

Laver vos vitres

«Pouah, ça pue!» Voilà la réaction de mon conjoint, venu s’enquérir de ce que je faisais sur le balcon par un beau dimanche après-midi. J’y suis peut-être allée trop fort sur le vinaigre. Environ une demi-tasse dans un seau d’eau chaude. Quant au papier journal, j’étais sceptique quant à son efficacité pour nettoyer les fenêtres. Bon, ça ne laisse pas de trace sur la vitre en tant que telle, mais ça tache le contour en plastique! Très mauvaise idée, donc. Par contre, avec un chiffon «normal», l’eau vinaigrée semble bien fonctionner. Même pas besoin d’essuyer les carreaux (à l’extérieur, tout de même), ce qui est tout un avantage! Et comme la poussière s’accumule vite dans Limoilou – ce n’est plus un secret pour personne -, j’en ai profité pour nettoyer mes meubles de patio. Le journal, lui, est retourné dans le bac de récupération.

Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus... - image 5.0

> Bas de nylon

Ramasser la poussière

Avant de disposer de vos bas de nylon troués, pensez à effectuer un petit époussetage express un peu partout dans la maison! Tout comme l’assouplisseur en feuilles, les bas-culottes emprisonnent bien la poussière qui se dépose sur le dessus des armoires dans la cuisine. Fixés au bout d’un manche à balai, ils nous ont permis de recueillir des tas de poils de chat qui s’accumulaient en dessous du réfrigérateur et de la cuisinière. Par contre, on n’a pas vraiment constaté leur efficacité sur les moustiquaires, contrairement à ce qu’on avait lu dans certains ouvrages.

Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus... - image 6.0

> Pomme de terre

Nettoyer avec vos patates

En plus d’être au coeur de l’alimentation depuis des lustres, sachez que la pomme de terre peut aussi vous servir dans vos tâches ménagères! Vos belles boiseries peintes en blanc sont maculées de traces de doigts? Coupez une pomme de terre crue en deux et frottez-la doucement sur les parties sales pour faire disparaître le tout. De la même façon, on peut nettoyer un vieux tableau ou faire briller son argenterie. Certaines personnes utilisent même l’eau dans laquelle le légume a bouilli pour asperger leur allée de cailloux, pour se départir sans effort des mauvaises herbes qui y poussent. Les pelures de pomme de terre peuvent également être utiles si vous cherchez à déplacer un meuble qui se trouve à être très lourd. De larges morceaux sous les pattes suffiront à rendre la tâche beaucoup plus facile.

> Chou

Nettoyer les taches sur un tapis

Ce test est vite devenu une blague au bureau. Comment un chou peut-il nettoyer un tapis? Dans un autre sens, qu’est-ce que le chou n’est pas encore parvenu à régler? Ce légume aux nombreuses propriétés santé avait-il un pouvoir magique pour les tapis? J’ai donc coupé un chou vert en quatre, puis j’ai frotté mon tapis. Lentement, vigoureusement, à l’horizontale, à la verticale, les options étaient nombreuses, mais aucune n’a fonctionné. Le chou se défaisait en minuscules morceaux ou il étendait les taches de sable, par exemple, qui se trouvaient sur le tapis. Qui plus est, le tapis a été rempli de chou. Une dernière tentative avec un chou mouillé n’a pas été plus concluante. Et il a fallu passer le tapis à la laveuse pour enlever les odeurs, ce qui n’est pas très gagnant. Tapis 0, chou 0.

> Farine

Redonner de l’éclat à l’acier inoxydable

De la farine pour faire briller un évier d’acier inoxydable? On doutait du pouvoir dégraissant du blé sur les cernes de gras… On a commencé par en mettre un peu, dans un coin, et à frotter à main nue. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque, après quelques coups, on voyait déjà le potentiel! On a donc ajouté de la farine, l’équivalent d’une demi-tasse, et nous y sommes allés joyeusement. La farine colle sur la paroi et le geste de la main vient faire le reste. Résultat : après cinq minutes de frottage, l’évier brillait! On a rincé le tout, éberlués. À noter qu’il est préférable de frotter l’évier lorsque celui-ci est entièrement sec, car la pâte que forment la farine et les gouttelettes d’eau récure moins bien que la farine sèche. On peut aussi polir l’évier avec un linge sec et du bicarbonate de soude pour une finition de pro!

> Jus d’orange

Nettoyer et enlever les taches de rouille dans un lave-vaisselle

La «recette» disait d’utiliser un sachet de boisson à l’orange. Je me suis gardé une petite gêne et j’ai opté pour du jus, moins collant dans mon esprit. J’avais très hâte d’essayer ce truc, puisque les anciens locataires avaient laissé un vieux lave-vaisselle qui présentait quelques taches de rouille. Allais-je enfin en venir à bout? Le rêve! J’ai donc versé du jus d’orange dans le récipient utilisé pour le savon et activé un cycle express de nettoyage. Au final, le lave-vaisselle était étincelant, mais encore rouillé. Par ailleurs, ma crainte de voir l’intérieur de l’appareil collant était vaine. Tout était propre et sentait l’orange.

Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus... - image 10.0

> Sauce Worcestershire

Rendre brillantes les casseroles de cuivre

Ne possédant pas de casseroles en cuivre, je suis partie à la chasse aux derniers sous noirs, voués à une extinction certaine. J’ai plongé la moitié de mon trésor dans un petit bol de sauce (environ deux cuillères à thé), tandis que j’ai frotté l’autre moitié de ma fortune avec mes mains et quelques gouttes de sauce Worcestershire. Les premiers sous n’ont pas changé au premier coup d’oeil, mais une fois frottés, ils sont devenus encore plus brillants que les sous que j’avais astiqués sans attendre. Bref, la sauce-au-nom-imprononçable et le cuivre, c’est gagnant! Sophie Grenier-Héroux

Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus... - image 11.0

> Sel

Éliminer les taches de graisse dans le four

Ça tombait bien, voilà deux jours que je procrastinais à nettoyer une tache de graisse dans le fond de mon four. Je l’ai couverte de sel fin et j’ai laissé agir quelques minutes. Rien n’avait l’air d’avoir changé .J’ai commencé à frotter avec un doigt. Bingo! J’ai pris un linge, sec d’abord, et j’ai récuré la section de mon four, rajoutant du sel au besoin. J’ai ensuite mouillé mon linge puis j’ai frotté à nouveau, toujours avec le sel. Tout le gras avait décollé. J’ai ensuite simplement rincé avec de l’eau claire.

Même les meilleurs détergents ne viennent pas à bout des taches les plus... - image 12.0

> Citron

Un excellent allié

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas cuisiner avec le citron, il est sans contredit un excellent allié lorsque vient le temps de nettoyer la maison. Si son action est bien connue pour faire briller l’argenterie, son utilisation ne se limite pas qu’à astiquer les bijoux et les robinets. On peut mélanger une quantité égale de jus de citron et de bicarbonate de soude pour former une pâte qu’on déposera entre les carreaux de la salle de bain pour se débarrasser de la saleté et des moisissures – suffit de laisser agir quelques minutes avant de frotter le tout avec une brosse à dents et rincer. On peut également se servir des propriétés odorantes du fruit pour embaumer la maison : des pelures de citron dans un four encore chaud chasseront les mauvaises odeurs de votre cuisine, du poisson à l’ail en passant par le brûlé. Certains utilisent aussi le citron directement au lave-vaisselle ou au micro-ondes. Dans le premier cas, un demi-citron dans la cuve aidera à prévenir les indésirables taches blanches sur vos verres, alors que dans le deuxième, quelques gouttes de citron dans une tasse d’eau bouillante permettront de désinfecter votre appareil. Faire chauffer deux minutes, essuyer la vapeur avec un chiffon, et le tour est joué!

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Le chat qui avait écrit dans un journal scientifique


C’est spécial, une histoire réelle qui fait sourire ! Ce chat aurait participé à un journal scientifique. Malgré la découverte de la supercherie, sa renommée a continué à grandir
Nuage

 

Le chat qui avait écrit dans un journal scientifique

 

Hiding behind his words | PSEUDO via Flickr CC License by

Hiding behind his words | PSEUDO via Flickr CC License by

Elise Costa

En 1975, un visiteur se rend au département de physique de l’Université du Michigan. Il tient à rencontrer les deux auteurs d’un article qui a particulièrement retenu son attention. Seulement, c’est impossible. Si le premier auteur est en déplacement, il s’avère que le second est en réalité un chat. Retour sur la carrière du fameux F.D.C. Willard.

Jack H. Hetherington est un homme respecté et respectable. Il est chercheur en physique et mathématiques à l’Université du Michigan. En septembre 1975, il écrit un papier sur le comportement des atomes à basses températures intitulé «Two-, Three- and Four Exchange Effects in bbc 3He». 3He est le petit nom de l’Hélium 3, qui serait apparu peu après le Big Bang. Jack H. Hetherington compte bien envoyer cet article à la tout aussi respectée et respectable revue Physical Review Letters.

Mais d’abord, il fait ce que tout auteur fait avant de soumettre un texte à publication: il le fait relire. Y a-t-il des incohérences, des erreurs, dans ses recherches ? Bien lui en a pris. Son collègue, avec son regard neuf, remarque que quelque chose ne colle pas. Jack H. Hetherington a écrit tout son papier à la première personne du pluriel:

«Nous prenons seulement en considération trois niveaux d’échange…» ; «Nous notons que la température T donnée détermine e2… ».

Or, lui explique le collègue, le périodique n’accepte de publier des papiers contenant le «nous» qu’à condition d’être effectivement cosignés par plusieurs auteurs.

Qui est F.D.C. Willard?

 

En 1975, Microsoft vient à peine d’être crée. Pour écrire un papier formel, il faut se mettre devant sa machine à écrire et taper les touches qui viendront une à une déposer l’encre sur le papier. Autrement dit en cas de syntaxe qui laisse à désirer ou de fautes d’orthographes, il n’y a pas mille solutions: l’auteur doit tout retaper. Le papier d’Hetherington ne fait que trois pages mais c’est l’apanage des génies que de mettre leur intelligence au service de leur flemme. Au lieu de tout reprendre, le scientifique trouve une parade. Un co-auteur qu’il connaît très bien et qui l’a aidé à sa façon: son chat siamois Chester. Il ne peut pas apposer le simple nom de «Chester» à côté du sien, alors il décide d’écrire «F.D.C. Willard». Soit Felis Domesticus Chester, fils de Willard (Felis Domesticus étant l’autre nom du chat domestique).

L’article passe et le jour où le visiteur arrive à l’Université du Michigan pour féliciter les auteurs, la supercherie est publiquement dévoilée. Les éditeurs du «Physical Review Letters» ne sont pas très jouasses à l’idée de s’être fait berner, mais il se trouve que le papier d’Hetherington est vraiment bon. Et puis Hetherington n’est pas dupe. Il sait aussi que si ses recherches sont intéressantes, elles marqueront d’autant plus les esprits qu’elles auront été réalisées par un chat.

L’homme pousse le vice jusqu’à réimprimer son papier avec cette fois la signature de Chester (soit deux-trois empreintes de coussinets). Le doyen en physique de l’Université du Michigan, Truman Woodruff, envoie même une lettre à Jack H. Hetherington l’invitant à convaincre F.D.C. Willard –alias Chester– de rejoindre leur équipe en tant que professeur honoraire.

Auteur à part entière

 

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Cinq ans plus tard, en 1980, le nom de F.D.C. Willard se retrouve pourtant dans une revue française. Dans le numéro 114 de «La Recherche», il est cité en tant qu’auteur d’un nouveau papier sur l’Hélium-3 («L’hélium-3 solide: un antiferromagnétique nucléaire»). L’animal a pris du gallon. Il n’est plus co-auteur, mais auteur à part entière. Comment le chat, alors âgé de douze ans, a-t-il pu remettre le couvert?

Derrière l’article se trouve bien sûr Hetherington. Sauf qu’alors, il n’est plus vraiment le seul à l’écrire. Ils sont plusieurs chercheurs français et américains à avoir rédigé le papier. Le problème, c’est qu’à la date butoir ils ne sont pas parvenus à un terrain d’entente. Qu’arriverait-il si les points mis en exergue venaient à être faux? La réputation d’Untel ou Untelle pourrait être mise en jeu! Afin de mettre tout le monde d’accord, Hetherington a proposé de signer sous le nom de F.D.C. Willard. Car qui pourrait en vouloir à un chat de s’être trompé?

Chester le siamois s’est éteint peu de temps après sa dernière publication. Les éditions APS reconnurent, lors du poisson d’avril 2014,

 qu’«aucun chat depuis Schrödinger n’avait eu une telle opportunité en physique».

Il a aujourd’hui sa propre page wikipédia.

Elise Costa

http://www.slate.fr/

Dans dix ans, le Canada n’aura probablement plus de quotidiens


Avec l’ère d’internet, les journaux en papier ont pris toute une descente que leur survie n’est qu’une question d’année. Alors qu’en 2017 aux Etats-Unis, 2029 en France, les journaux de papier seront chose du passé, c’est vers 2025 au Québec
Nuage

 

Dans dix ans, le Canada n’aura probablement plus de quotidiens

 

La une de quotidiens canadiens en octobre 2014 (REUTERS/Mark Blinch)

La une de quotidiens canadiens en octobre 2014 (REUTERS/Mark Blinch)

Repéré par Claire Levenson

Leur circulation a déjà drastiquement baissé en quelques années.

Un analyste des médias canadiens vient de publier ses prédictions pour 2025, et il ne voit pas beaucoup d’avenir pour les quotidiens papier du pays, rapporte le site Poynter.

«En 2025, il est probable qu’il y aura peu ou aucun quotidien papier au Canada», écrit Ken Goldstein dans son rapport.

Le choc de la fin des petites annonces

Si le déclin continue à un rythme similaire, le ratio ménages / circulation sera de 5 à 10% dans dix ans, ce qui rendrait impossible la survie économique de la plupart des quotidiens d’intérêt général.

La baisse des revenus publicitaires, notamment liée à la quasi disparition des petites annonces dans les journaux, est aussi en cause, mais certains facteurs sont particuliers à la situation canadienne.

Le fait que le pays soit si vaste pose un problème: certains quotidiens régionaux desservent des population restreintes. L’autre aspect qui fragmente encore un peu plus le lectorat est la division du pays entre francophones et anglophones.

«Un petit nombre de médias traditionnels pourraient s’en sortir en devenant des sites d’information nationaux ou internationaux, mais que deviendra le journalisme local?», demande le rapport.

À la recherche de nouveaux modèles

Au Québec en 2014, le quotidien de Montréal La Presse a annoncé la fin de sa version papier à une date encore inconnue, et depuis plusieurs années le National Post suspend ses numéros du lundi pendant l’été. Plusieurs quotidiens régionaux tentent de survivre au déclin en expérimentant des modèles économiques nouveaux. Le Toronto Star a mis en place un paywall, avant de s’en débarasser après un an, et le Winnipeg Free Press est en train d’essayer un système de micropaiments à 20 centimes d’euro l’article.

Le rapport de Ken Goldstein conclut en disant qu’alors que le gouvernement canadien finance la télévision publique et l’accès au haut-débit, il serait peut-être temps que le journalisme local fasse aussi partie des priorités.

http://www.slate.fr/