Poudre pour bébé et cancer: J&J condamné à verser 4,7 milliards


Si vraiment Johnson & Johnson est vraiment coupable d’avoir omis d’inscrire l’amiante dans la composition du talc et que cela aurait causé le cancer des ovaires, alors sûrement beaucoup de recours en justice vont suivre.
Nuage

 

Poudre pour bébé et cancer: J&J condamné à verser 4,7 milliards

 

Dans un communiqué, J&J s'est dit «profondément déçu... (Photo Lucas Jackson, Archives Reuters)

Dans un communiqué, J&J s’est dit «profondément déçu par le verdict».

PHOTO LUCAS JACKSON, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse

 

Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson (J&J) s’est vu condamner jeudi à verser 4,69 milliards de dommages dans un procès intenté par 22 femmes et leurs familles, qui accusaient un talc vendu par le groupe d’avoir provoqué les cancers dont elles ont été victimes.

Il s’agit d’un nouveau rebondissement dans ce dossier pour lequel plusieurs milliers d’actions en justice ont été intentées contre J&J.

Selon l’avocat représentant les victimes, Mark Lanier, un jury composé de six hommes et six femmes d’un tribunal de St. Louis (Missouri) a décidé de condamner le groupe pharmaceutique après six semaines de procès et huit heures de délibéré. Les dommages se composent de 550 millions en dommages compensateurs et plus de 4,1 milliards de dommages punitifs.

Les plaignantes affirmaient que l’utilisation du talc pour leur toilette intime avait provoqué des cancers des ovaires.

« Depuis plus de 40 ans, Johnson & Johnson a dissimulé les preuves de la présence d’amiante dans ses produits », a accusé M. Lanier dans un communiqué. « Nous espérons que ce verdict attirera l’attention du conseil d’administration de J&J et l’incitera à mieux informer la communauté médicale et le public du lien entre l’amiante, le talc et le cancer des ovaires », a-t-il poursuivi, en demandant au groupe pharmaceutique de retirer les produits concernés du marché.

Dans un communiqué, J&J s’est dit « profondément déçu par le verdict ».

Celui-ci « résulte d’un processus inéquitable qui a vu les plaignants représenter un groupe de 22 femmes dont la plupart n’ont pas de connexion avec le Missouri, mais qui ont été rassemblées dans un seul cas et affirmant toutes qu’elles ont développé un cancer des ovaires », a dit le groupe.

« Le verdict, qui a accordé le même montant de dommages à chacune des plaignantes sans tenir compte de leur cas individuel et des différences juridiques, reflète le fait que les preuves présentées dans cette affaire ne pouvaient tenir face aux préjugés que comporte ce genre d’instruction ».

J&J a réaffirmé que le talc qu’il commercialise ne contient pas d’amiante et ne provoque pas de cancer des ovaires, en faisant part de son intention de recourir « à toutes les procédures d’appel à sa disposition ».

Plusieurs procès se sont déjà tenus pour les mêmes motifs et une cour d’appel de Los Angeles (Californie) avait notamment donné raison en octobre dernier à J&J en rejetant une condamnation de 417 millions de dommages et intérêts, estimant que les arguments de la plaignante étaient insuffisants et vagues.

http://www.lapresse.ca/

Cancer des ovaires: Johnson & Johnson de nouveau condamné


Mauvaises nouvelles pour Johnson & Johnson et sa poudre de talc qui est condamné à indemnisé une femme atteinte du cancer des ovaires dû à l’utilisation de ses produits
Nuage

 

Cancer des ovaires: Johnson & Johnson de nouveau condamné

 

Aux Etats-Unis, un tribunal du Missouri vient de condamner l’entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson à verser plus de 100 millions d’euros (150 millions de dollars canadiens) à une sexagénaire victime d’un cancer des ovaires.

La plaignante pointe du doigt un talc, destiné à la toilette intime, qu’elle dit avoir utilisé pendant de nombreuses années, avant de tomber malade.

Johnson & Johnson a annoncé son intention de faire appel. En un an, l’entreprise a déjà été condamnée à trois reprises pour des motifs identiques, et est visée aujourd’hui par plus de 2000 poursuites judiciaires.

La justice accuse le groupe pharmaceutique de ne pas avoir suffisamment informé ses clients sur les risques de cancers liés à ses produits à base de talc.

http://quebec.huffingtonpost.ca

72 millions $ à la famille d’une femme morte du cancer


C’est une condamnation sévère contre une compagnie telle que Johnson & Johnson. On peut espérer que d’autres suivront envers des compagnies qui savent très bien que leurs produits sont nocifs pour la santé
Nuage

 

72 millions $ à la famille d’une femme morte du cancer

 

72 millions $ à la famille d'une femme morte du cancer

Photo Fotolia

L’entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson a été condamnée par un tribunal du Missouri à verser 72 millions de dollars à la famille d’une femme décédée du cancer après avoir utilisé un de leurs produits.

Pendant 35 ans, Jacqueline Fox a utilisé de la poudre pour bébés de la célèbre marque américaine. Selon sa famille, c’était même un rituel comme celui de se laver les dents.

Cependant, la femme de 62 ans a succombé en octobre dernier à un cancer des ovaires diagnostiqué trois ans plus tôt.

Selon l’avocat de Mme Fox, Jere Beasley, du talc avait été retrouvé par un médecin dans les ovaires de la plaignante. La poudre aurait causé une inflammation qui se serait ensuite transformée en cancer.

Me Beasley, en s’appuyant sur des travaux d’experts, a également soutenu qu’environ 1500 femmes mourraient chaque année «des suites d’un cancer des ovaires lié à l’utilisation de poudre pour bébés».

Pour lui, l’entreprise américaine était au courant des risques depuis les années 1980 et avait choisi de «mentir au public».

De son côté, la porte-parole de Johnson & Johnson a assuré que la compagnie était «certaine que le talc cosmétique est inoffensif», recherches scientifiques à l’appui.

La Société américaine du cancer est plus mesurée dans ses conclusions, expliquant sur son site internet que «certaines études font état d’une petite augmentation du risque, tandis que d’autres ne constatent pas de changement».

Après plus de cinq heures de délibération, le jury réuni au tribunal de St. Louis a décidé de condamner Johnson & Johnson à verser 72 millions de dollars en dommages et intérêts à la famille de Mme Fox, dont 10 millions $ en dommages compensatoires et 62 millions $ en dommages punitifs, un par année de vie de la défunte.

Selon les jurés, l’entreprise n’a pas prévenu les consommateurs des risques encourus à utiliser cette poudre et a tout fait pour cacher la vérité, rapporte le St. Louis Post-Dispatch.

L’avocat de la famille de Mme Fox soutient que c’est la première fois qu’une compagnie est condamnée à payer une telle somme.

Près de 1200 autres femmes ont déposé des plaintes similaires contre Johnson & Johnson aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Le géant pharmaceutique a d’ores et déjà fait appel de ce jugement et publié un communiqué qui soutient que ses poudres pour bébés peuvent être utilisées sans risque.

http://fr.canoe.ca/