Un jeu vidéo amenant le joueur à violer et à tuer des femmes soulève l’indignation


L’an dernier, une plateforme de jeux vidéo avait dû retirer « Active Shooter » – tuerie dans une école. Cette année, cette même plateforme a dû retirer  »Rape Day » – jour de viol, pour cause de plainte et d’une pétition. Il se passe quand dans la tête des concepteurs de vidéo ? Cela a beau être un jeu, mais il véhicule une idéologie sur la violence fait aux femmes. Même si les gens peuvent faire la différence entre la réalité et le jeu, je doute vraiment de l’effet négatif sur les gens.
Nuage

 

Un jeu vidéo amenant le joueur à violer et à tuer des femmes soulève l’indignation

 

MICHAEL KRAUS / EYEEM VIA GETTY IMAGES

Devant la controverse, la plateforme a finalement décidé de ne pas distribuer «Rape Day».

  • Agence France-Presse

La plateforme de jeux vidéos Steam ne distribuera pas « Rape Day », qui permet de se mettre dans la peau d’un violeur, après une levée de boucliers contre ce jeu accusé de faire l’apologie du viol.

Steam, qui devait commencer à distribuer en avril « Rape Day » (littéralement « Jour de Viol ») – dans lequel les joueurs violent et tuent des femmes – a pris cette décision en raison de ses effets possibles « inconnus » et « risqués », a indiqué jeudi l’américain Valve qui détient la plateforme, considérée comme la plus importante du genre.

« Nous respectons le désir des développeurs (de jeux) de s’exprimer, et la mission de Steam est de (les) aider à trouver un public mais ce développeur a choisi un sujet et une façon de l’illustrer qui rendent cette tâche très difficile pour nous », a poursuivi le groupe, qui avait l’an dernier déjà dû retirer un jeu controversé, « Active Shooter », qui mettait en scène une fusillade dans une école.

« Contrôlez les choix d’un tueur et violeur en série qui rôde pendant une apocalypse zombie »: tel était le descriptif du jeu visible sur Steam avant d’être retiré, selon la presse spécialisée.

« Harcelez verbalement, tuez et violez des femmes pour progresser dans l’histoire. C’est un monde dangereux et sans règles. Les zombies aiment manger la chair des humains et les violer avec brutalité mais vous êtes le violeur le plus dangereux de la ville », continuait le texte promotionnel.

La contre-attaque s’organise

Mais la perspective de sa sortie a suscité nombre de réactions outrées sur les réseaux sociaux tandis que plusieurs pétitions pour l’empêcher ont été lancées, l’une d’entre elles rassemblant près de 8 000 signatures sur Change.org.

La députée britannique Hannah Bardell, a qualifié pour sa part ce jeu de « tordu ».

« Le contenu de ce jeu est totalement pervers », a-t-elle dit jeudi dans un communiqué. « Il est temps que le gouvernement britannique regarde de près la façon dont les entreprises technologiques et les plateformes de jeux –Steam en particulier– parviennent à (diffuser) sans problème ce genre de stupidité », a-t-elle poursuivi.

Le développeur du jeu quant à lui, qui se fait appeler Desk Plant, affirme qu’il s’agit d’une comédie noire destinée aux « 4% de la population qui sont des sociopathes » et que les gens sont en mesure de distinguer la fiction de la réalité, selon une Foire aux questions qui apparaissait sur Steam avant d’être retirée.

Il promettait aussi de trouver une autre plateforme de diffusion.

 

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Pour contrer l’Alzheimer, on joue à Super Mario


Ce n’est pas parce que l’on vieillit qu’on ne peut rien contre le vieillissement du cerveau. En effet, plusieurs tests dans différents domaines montrent que le cerveau peut s’adapter et améliorer les fonctions cognitives.
Nuage

 

Pour contrer l’Alzheimer, on joue à Super Mario

 

JEAN-BENOIT LEGAULT
La Presse Canadienne
Montréal

Les personnes âgées qui veulent améliorer leur mémoire et leur attention devraient commencer à jouer à Super Mario.

Il ne reste simplement qu’à les convaincre de s’asseoir devant la console.

« On sait que les activités stimulantes cognitivement ont un effet sur notre cerveau et on a observé qu’on est moins à risque d’Alzheimer si on a une vie qui est stimulante intellectuellement, a expliqué la docteure Sylvie Belleville, la directrice scientifique du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. La mémoire est plus en santé quand on vieillit. »

La docteure Belleville et son équipe ont voulu savoir si les jeux vidéo et la réalité virtuelle pourraient être exploités pour améliorer la qualité de vie des personnes vieillissantes.

Des études précédentes avaient décelé des différences au niveau cérébral chez les jeunes qui étaient de grands amateurs de jeux comme Super Mario, Angry Birds ou Call of Duty. Une facette demeurait toutefois nébuleuse : est-ce que ces jeunes développaient ces différences en jouant, ou bien étaient-ils attirés par ces jeux parce qu’ils possédaient déjà ces différences ?

La docteure Belleville a donc recruté des personnes âgées qui ont été divisées aléatoirement en trois groupes : un groupe qui jouait aux jeux vidéo, un groupe qui apprenait le piano par logiciel et un troisième groupe qui ne faisait rien – et c’est là que ça s’est compliqué.

« On a eu beaucoup, beaucoup de mal à intéresser les personnes âgées à Super Mario. Ça a été très difficile. On a perdu plusieurs de nos participants. Ils voulaient tous aller en musique, a dit Mme Belleville. Mais ce n’est pas la technologie, parce que l’enseignement était aussi fait par un logiciel. C’est parce que la musique, ça les intéressait, mais les jeux vidéo, ils n’ont aucun intérêt pour ça ! »

Éventuellement, on a demandé à des personnes âgées de 55 à 75 ans qui ne jouaient pas du tout aux jeux vidéo d’y jouer 30 minutes par jour, cinq jours par semaine, pendant six mois. Super Mario a été choisi, car c’est un jeu qui demande beaucoup d’exploration spatiale, dans lequel les gens se baladent dans différents univers.

Les chercheurs ont constaté une amélioration de la mémoire et de l’attention des personnes âgées qui ont joué à ce jeu. Ils ont aussi mesuré un agrandissement de l’hippocampe – une région du cerveau étroitement impliquée dans la mémoire, la mémoire spatiale et l’exploration spatiale – et une augmentation d’une région du cerveau associée au contrôle et à l’attention visuelle.

L’effet observé chez le groupe de la musique était davantage au niveau auditif.

« J’ai été très surprise, mais j’ai aussi été ravie, parce que ça montre bien la plasticité cérébrale dans le vieillissement, a réagi la docteure Belleville, qui enseigne aussi au département de psychologie de l’Université de Montréal. C’est certain que jouer à ce type de jeu a un effet sur le cerveau, même quand on est plus âgés. Et c’est intéressant parce que ça montre que c’est quand même un effet assez spécifique. On n’a pas un effet global sur tout le cerveau. »

« On pense que […] des activités cognitivement stimulantes […] créent des réseaux, ça façonne notre cerveau, et ça fait en sorte que quand arrive une maladie, ou quand arrive le vieillissement normal, on a plus de réserves pour combattre, on est capable de recruter des régions différentes, a-t-elle ajouté. On a un cerveau plus actif, plus plastique, qui fait en sorte que les changements dans notre cerveau auront moins d’impact sur notre comportement. La maladie d’Alzheimer est peut-être là, mais elle n’a pas autant d’effet. »

La docteure Belleville et son équipe ont également mis à l’essai un jeu plus « sérieux » qui avait été développé spécifiquement pour entraîner le multitâches, une des capacités qui diminue avec l’âge. Le multitâches, rappelle-t-elle, est important puisqu’on l’utilise constamment, par exemple quand on se balade dans la rue en même temps qu’on cherche notre carte de transport en commun.

« On a obtenu des résultats incroyables autant chez les personnes âgées que chez les personnes à risque d’Alzheimer, a dit Mme Belleville. Ils augmentent leur attention divisée, ils sont plus flexibles dans leur capacité à allouer leur attention et ils augmentent l’activation d’une région du lobe frontal impliquée dans le multitâches. »

Les chercheurs ont enfin exploité la puissance de la réalité virtuelle pour mesurer la cognition d’une manière « plus proche de la vraie vie ». Ils ont ainsi créé une boutique dans laquelle le sujet doit faire des achats, ou encore une balade en voiture pendant laquelle il doit donner des instructions au conducteur. Ils ont constaté que c’est un bon reflet des capacités de mémoire, bien plus que les listes de mots aléatoires qu’on demande habituellement aux gens de mémoriser et de régurgiter.

« Il y a beaucoup de potentialité au niveau thérapeutique, a assuré la docteure Belleville. On développe des programmes que les personnes âgées peuvent utiliser pour prévenir le déclin des fonctions cognitives. Notre espoir est que si on prévient le déclin cognitif, peut-être qu’on pourrait prévenir l’impact de la maladie l’Alzheimer dans la vie des personnes. »

https://www.lapresse.ca/

Les images perturbantes d’un ado de 13 ans accro aux jeux vidéo


C’est pitoyable ! 48 heures sans arrêt pour jouer à un jeu vidéo. Un jeune ado ne va plus à l’école a cause de son addiction. Sa mère tente de le raisonner, mais peine perdue, alors elle tente une nouvelle approche qui fait rire d’autres personnes alentour. Cela ne semble pas le déranger pour autant.
Nuage

 

Les images perturbantes d’un ado de 13 ans accro aux jeux vidéo

VIDÉO Un adolescent de 13 ans accro aux jeux vidéo a été filmé dans un cybercafé aux Philippines. Sur la vidéo perturbante, on peut voir sa mère, Lilybeth Marvel, le nourrir de force tandis qu’il ne quitte pas l’écran des yeux.

L’ado est obsédé par le jeu Rules of Survival. Il ne va plus à l’école et peut passer 48 heures à jouer sans aucune pause, même pas pour aller aux toilettes.

Selon The Mirror, la mère de l’ado accro l’a houspillé pour qu’il arrête les jeux en ligne, sans succès. Elle tente donc une « approche différente ».

« J’essaie de lui faire sentir que, quoi qu’il se passe dans sa vie, je suis sa mère, je l’aime et je prends soin de lui. »

L’année passée, l’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu l’addiction aux jeux vidéo comme un problème de santé mentale.

Un psychologue australien, spécialisé dans les problèmes familiaux, explique à news.com que certains enfants de l’âge de six, sept et même huit ans ont des problèmes d’incontinence parce qu’ils n’écoutent pas leurs fonctions corporelles lorsqu’ils jouent à des jeux vidéo

https://www.7sur7.be/

Des jeux vidéo pour aider les chiens à rester jeunes ?


Je peux comprendre que les chiens jeunes et vieux ont besoin de stimulation pour rester en santé. Cependant, le là  à se servir d’un écran interactif pour y parvenir, me semble un brin paresseux. N’est-ce pas l’exercice extérieur, prendre l’air serait meilleur pour l’animal ?
Nuage

 

Des jeux vidéo pour aider les chiens à rester jeunes ?

 

Crédits : Flickr / jill, jellidonut… whatever

par Yohan Demeure

Une étude autrichienne estime que les jeux vidéo peuvent aider les chiens à rester jeunes. Les jeux vidéo, nouvel élixir de jouvence canin ?

Miley et Tiara, deux colleys à poil court, ont participé à une étude de l’Université de Vienne (Autriche). Ces deux chiens – tout comme plusieurs centaines d’autres âgés de 6 ans et plus – ont été entraînés à utiliser un écran avec le bout de leur truffe. Le but ? Vérifier si la pratique régulière d’une activité sur ordinateur pouvait stimuler les neurones des chiens et ainsi ralentir la dégénérescence habituellement observée avec l’âge.

Le premier test consistait pour les chiens à viser des formes arrondies et carrées avec leur truffe. En cas de succès, les chiens recevaient logiquement une récompense. Les autres tests visaient à apprendre à faire la différence entre une bonne et une mauvaise image, ou encore toucher une cible en mouvement. Il s’avère que même les chiens les plus âgés ont pu se familiariser avec les écrans interactifs et ont suivi l’enseignement des chercheurs.

« On a parfois tendance, avec les vieux chiens, à se dire qu’on va les laisser tranquilles sur le canapé à dormir toute la journée. Ce faisant, on ne leur fait cependant pas du bien. Le cerveau a besoin de plus de stimulation et aussi de problèmes à résoudre », estime l’équipe scientifique.

Les premiers résultats de ces recherches ont été récemment publiés sur le site de l’ACM Digital Library. Selon les chercheurs, l’étude pourrait ouvrir les portes à de nouveaux moyens de gestion du vieillissement des chiens. Les écrans apparaissent comme offrant une multitude de stimuli, ce qui n’est pas vraiment le cas des jouets pour chien qui – disons-le – ne sont pas très sophistiqués.

Seul bémol, ce genre de pratique devient assez compliquée en cas de truffe très humide ! Cependant, les chercheurs rêvent de voir un jour apparaître des tablettes ou écrans spécialement conçus pour les chiens.

Sources : MashableTVA Nouvelles

http://sciencepost.fr/

Les jeux vidéo favoriseraient l’apprentissage de la lecture


Il semble que les jeux vidéo d’actions aident à l’apprentissage, la lecture et la mémorisation. Devrait-on délaisser la manière conventionnelle ? Heureusement non ! Cela pourrait par contre développer des jeux éducatifs, c’est donc à suivre
Nuage

 

Les jeux vidéo favoriseraient l’apprentissage de la lecture

 

Les jeux vidéo favoriseraient l’apprentissage de la lecture

Le 2 janvier 2018

Les jeux vidéo ne seraient pas si néfastes. Selon des chercheurs du CNRS, ils développeraient les capacités d’attention des enfants et favoriseraient leur apprentissage de la lecture.

Les effets positifs des jeux vidéo

De nombreuses études ont cherché à montrer que les jeux vidéo avaient des effets négatifs sur les joueurs : addiction, violence, exclusion sociale, troubles du sommeil, surpoids… Pourtant, ces dernières années, ils tendent à être réhabilités car ils auraient aussi des effets positifs. Ils amélioreraient le développement des facultés d’apprentissage, de mémorisation, de raisonnement. Ils permettraient également aux enfants d’évacuer leur agressivité et de retrouver leur confiance en eux.

Dernier effet positif en date : les jeux vidéo favoriseraient l’apprentissage de la lecture. Une étude publiée le 6 novembre 2017 dans la revue Nature Scientific Report, réalisée par des chercheurs du laboratoire de Psychologie et neurocognition du CNRS en collaboration avec des équipes espagnoles, montre que les joueurs de jeux vidéo d’action ont de meilleures performances en lecture.

Les joueurs de jeux vidéos sont plus attentifs que les non-joueurs

Les chercheurs ont comparé les performances en lecture de joueurs de jeux vidéo d’action et de non-joueurs. Les enfants devaient lire des mots inventés qui apparaissaient sous forme de flash à l’écran. Résultats : les joueurs de jeux vidéo lisent correctement un plus grand nombre de mots que les non-joueurs.

La raison se trouve dans un mécanisme commun à la lecture et aux jeux vidéo : l’empan visuo-attentionnel. Il correspond au nombre d’informations visuelles que l’on peut traiter simultanément en un seul regard.

D’après les scientifiques cette expérience montre que les joueurs de jeux vidéo d’action ont des « capacités supérieures d’attention visuelle ».

Ainsi, selon l’étude, « La pratique des jeux vidéo d’action confère donc de meilleures capacités de lecture et de traitement visuel simultané aux joueurs. Ils sont alors capables d’identifier plus de lettres simultanément dans la séquence d’un mot et ainsi de le lire plus efficacement ».

Mais pas question pour les chercheurs de prôner l’utilisation des jeux vidéo !

Leur objectif est plutôt « d’utiliser leurs propriétés pour la création de jeux à visée éducative ».

Une expérimentation est actuellement en cours avec des élèves de l’académie de Grenoble, qui jouent régulièrement avec un jeu vidéo d’action conçu spécialement pour entraîner leur empan visuo-attentionnel. Les résultats sont attendus pour l’été 2018.

Perrine de Robien

https://www.passeportsante.net

Certains jeux vidéo endommageraient le cerveau


Longtemps, on disait que les jeux vidéo sont nocifs, puis les chercheurs ont trouvé des points positifs pour le cerveau. Aujourd’hui, on cible des jeux vidéo qui seraient nocif pour le cerveau et pourraient même amener certaines personnes à des maladies neurologiques et psychologiques
Nuage

 

Certains jeux vidéo endommageraient le cerveau

 

Certains jeux vidéo endommageraient le cerveau

Photo Fotolia

 

Agence QMI

 

Certains types de jeux vidéo, et plus précisément, les jeux de tir à la première personne, endommageraient le cerveau, selon une étude du Centre de recherche en neuropsychologie et cognition de Montréal.

«Notre étude a permis de constater qu’il y avait une atrophie d’une partie du cerveau qui s’appelle l’hippocampe chez 85 % des joueurs, mais ce n’est pas pour tous les jeux», a expliqué en entrevue Véronique Bohbot, chercheuse à l’Institut Douglas et à l’Université McGill.

Les jeux d’action, particulièrement ceux de tir à la première personne, comme «Call of Duty» «Doom», «Quake» et plusieurs autres, vont stimuler une partie du cerveau qu’on appelle les noyaux caudés au détriment de l’hippocampe.

L’hippocampe est une partie du cerveau impliquée dans les déplacements dans l’environnement, la mémoire en générale, et la mémoire des événements.

«Beaucoup d’études ont montré que lorsqu’il y a une atrophie de l’hippocampe, cela est un facteur de risque pour plusieurs maladies neurologiques et psychologiques. On parle de la dépression, la schizophrénie, ou même la maladie d’Alzheimer», a indiqué Mme Bohbot en entrevue à 100 % Nouvelles.

Les gens qui ont un hippocampe plus petit sont plus à risque d’avoir un diagnostic de maladie d’Alzheimer, notamment.

«En plus, les patients qui ont la maladie d’Alzheimer ont de plus gros noyaux caudés, cette même structure observée chez les gens qui jouent à des jeux de tir à la première personne», a ajouté la chercheuse.

Les individus observés pour cette recherche jouaient en moyenne 1 heure par jour, alors que plusieurs joueurs dépassent largement cette durée.

«Il y a des gens qui jouent jusqu’à 5 à 6 heures par jour. Les gens qui sont accros vont jouer plus de 10 heures», a précisé Mme Bohbot.

«Si le joueur a un risque génétique, ou un risque qui dépend de l’environnement (jouer à des jeux de tir à la première personne) va vraiment augmenter les risques de maladies», a ajouté la chercheuse.

D’autres types de jeux vidéo sont toutefois bénéfiques pour la santé. Les jeux de plateforme comme «Super Mario Bro 64» vont stimuler l’hippocampe.

Les chercheurs recommandent de limiter l’utilisation de jeux de tir à la première personne à 3 heures par semaine.

«Le reste du temps si on joue à des jeux de logique, de plateforme, des jeux qui vont solliciter la mémoire spatiale sont favorables à l’hippocampe», a ajouté Mme Bohbot.

La recherche a été publiée dans la revue «Molecular Psychiatry».

http://fr.canoe.ca/

À 9 ans, il postule pour être «Gardien de la Galaxie», et la Nasa lui répond


Pour un enfant écrire à la NASA, cela doit être quelque chose de très important et plus quand la NASA prend le temps de répondre à un enfant de 9 ans. La NASA cherche des gens qui serait capable de protéger la terre, contre des contaminations de d’autres planètes et vise vers ça. Bref, comme les hommes en noirs des films de science-fiction avec Will Smith et Tommy Lee Jones
Nuage

 

À 9 ans, il postule pour être «Gardien de la Galaxie», et la Nasa lui répond

 

Peut-être que Jack deviendra vraiment un «Gardien de la Galaxie» d’ici une dizaine d’années… (illustration)./ Pexels

Jack, un petit garçon de neuf ans, passionné par l’univers et les extra-terrestres,  a décidé de postuler à une offre d’emploi de la Nasa, qui chercherait un «Gardien de la Galaxie» pour protéger la Terre. Touchée par la lettre de Jack, la Nasa lui a répondu…

Il y en a qui rêvent d’être soldats, astronautes, archéologues ou chasseurs de monstres, mais peu de petits garçons font tout pour aller au bout de leur rêve. Toutefois, ce n’est pas le cas de Jack, neuf ans, qui a décidé de postuler à une offre d’emploi de la Nasa. Le petit garçon en classe de CM1 a vu cette offre qui, selon lui, correspondait parfaitement à ses compétences : la Nasa cherche quelqu’un afin de protéger la Terre d’une possible contamination extraterrestre. Et ça tombe bien, Jack serait un «Gardien de la Galaxie». En effet, même s’il n’a que neuf ans, il a des arguments en poche : il connaît tous les films d’aliens et c’est un pro des jeux vidéo.

La NASA accepte sa candidature… à une condition

Inutile de préciser que cette candidature a dû surprendre la Nasa. Mais la réponse de l’agence ne s’est pas fait attendre pour autant. En effet, le directeur du Département des Sciences Planétaires lui a répondu en personne.

Voici sa réponse :

«Cher Jack,

J’ai entendu que tu étais un « Gardien de la Galaxie » et que tu souhaitais devenir un officier de protection planétaire. C’est génial ! Notre poste d’officier de protection planétaire est vraiment cool et constitue un travail très important. Il s’agit de protéger la Terre des minuscules microbes quand nous ramenons des échantillons de la Lune, des astéroïdes ou de Mars. Il s’agit également de protéger les autres planètes et lunes de nos germes pour explorer le système solaire de manière responsable.

Nous sommes toujours à la recherche de futurs brillants scientifiques et ingénieurs pour nous aider, donc j’espère que tu vas beaucoup étudier et être bon à l’école. Nous espérons te voir ici, à la Nasa, un de ces jours !

Cordialement,

James L. Green, directeur du Département des Sciences Planétaires»

Si Jack travaille bien à l’école il pourrait donc devenir un véritable «Gardien de la Galaxie» d’ici quelques années. En tout cas, la recommandation de la Nasa a dû enchanter les parents de Jack.

http://www.ladepeche.fr/