Le Saviez-Vous ► 10 faits incroyables sur Donald Trump


Franchement, je ne comprends pas comment ce genre de guignol a pu se rendre à la élection présidentielle et gagner la présidence des États-Unis. C’est connu que Donald Trump a l’art de se mettre les pieds dans les plats, et cela ne date pas d’hier. Dans sa vie d’entrepreneur, ses émissions de télévision, il a fait des remarques vraiment idiotes. Il n’aime pas les femmes, ni les personnes âgées, ni personnes autre que lui.. Aux dernières nouvelles, seulement 24 % croient encore en lui …
Nuage

 

10 faits incroyables sur Donald Trump.

 

Il a essayé de détruire la maison d’une vieille femme à l’aide d’un bulldozer.

En 1994, Donald a décrété que le Trump Plaza Hotel & Casino avait désespérément besoin d’un parking conçu spécifiquement pour les limousines. Une veuve âgée du nom de Vera Coking vivait à l’emplacement envisagé pour accueillir ce parking. Trump a utilisé le droit de préemption pour condamner sa maison, mais finalement l’Institut national pour la justice est intervenu et Donald Trump ne faisait pas le poids.

Il a déclaré que l’école militaire l’avait mieux formé que les soldats.

Les antécédents de Donald Trump avec les soldats américains ne sont pas bons et cette déclaration résume assez bien sa vision de l’armée américaine. Il a confié à son biographe que la période qu’il a passée à l’Académie militaire de New York lui avait apporté

« une formation militaire de meilleure qualité que celle dont disposent beaucoup de types qui rentrent dans l’armée ».

Je suis plutôt convaincu qu’un certain nombre de membres des différents corps de l’armée américaine serait en total désaccord avec cette affirmation stupide.

Il a dit un jour qu’il sortirait avec sa propre fille.

Donald Trump est apparu dans un épisode de l’émission « The View » en 2006 et s’est exprimé ouvertement sur sa fille et si oui ou non elle devait poser pour le magazine Playboy. C’était un peu bizarre de voir Donald dire qu’elle avait « un très beau visage ». Il a ensuite ajouté :

« Si Ivanka n’était pas ma fille, peut-être que je sortirais avec elle ».

Bien sûr, il n’a pas dit directement qu’elle souhaitait sortir avec elle, mais il l’a fortement sous-entendu. Beurk.

Il a créé une épouvantable marque de vodka.

Donald Trump a l’habitude de faire des déclarations incroyablement bavardes sur ses propres produits et c’était aussi le cas au sujet de la vodka Trump. En 2006, il a affirmé que tous les bars du pays serviraient bientôt des « Trump Tonic » et des « Martinis Trump ». Il a également déclaré qu’il rivaliserait avec la vodka française Grey Goose et

« demanderait le même respect et inspirerait la même admiration en tant que marque et patrimoine internationaux de Donald Trump lui-même ».

Elle était imbuvable et a connu un échec cuisant.

Il a créé un jeu de société et c’était le pire jeu jamais créé.

En 1989, le jeu de société Donald Trump a été annoncé. Il existait déjà un jeu d’immobilier à succès, vous avez sans doute entendu parler de lui : le Monopoly. Le fait d’adapter le mode de vie extravagant de Trump, selon lequel vous « payez pour tout ce que vous souhaitez posséder », n’a sans doute pas aidé.

Voici l’horrible publicité qui préfigurait à quel point le jeu allait être mauvais.

Il a passé en revue toutes les participantes du concours Miss USA pour sélectionner celles qui étaient les plus attirantes à son avis.

Donald Trump pensait que les participantes au concours Miss USA devaient se conformer à sa propre vision de la beauté. Selon Carrie Prejean, une ancienne participante, Trump évaluait personnellement le caractère séduisant des femmes. Cela s’appelait apparemment la Règle Trump, et elle a fait pleurer plus d’une femme.

Il a poursuivi Bill Maher en justice pour une plaisanterie.

Lorsque Donald Trump a déclaré qu’il donnerait 5 millions de dollars à un organisme de bienfaisance du choix du président Obama si celui-ci fournissait un certificat de naissance ou des titres de voyage prouvant qu’il était américain, beaucoup de personnes ont réagi.

Bill Maher a plaisanté, disant

 qu’il donnerait 5 millions de dollars à l’organisme de bienfaisance du choix de Trump s’il pouvait fournir un certificat de naissance montrant qu’il n’était pas la « progéniture de sa mère ayant eu une relation sexuelle avant un orang-outan ».

Il a demandé l’exécution de cinq hommes innocents.

En 1989, Trump a acheté des pages entières de publicité dans quatre journaux importants de New York pour demander le retour de la peine de mort. Trump souhaitait que l’État punisse cinq hommes déclarés coupables d’avoir violé un jogger de Central Park. Il s’est avéré que les cinq hommes étaient innocents. Il a ensuite considéré que l’accord reçu par les hommes après plus d’une décennie d’emprisonnement injustifié était une « honte ».

Il considérait que Mike Tyson ne devait pas être incarcéré pour viol.

Le boxeur Mike Tyson a été condamné en 1992 pour le viol de Desiree Washington qui avait 18 ans. Donald Trump a déclaré que, plutôt que d’aller en prison, Tyson aurait dû pouvoir payer « des millions et des millions de dollars » à la victime. Trump s’est justifié en annonçant que

« de nombreuses personnes tireraient davantage de sa proposition plutôt que d’envoyer un homme en prison, pratiquement sans argent, car à la fin de sa peine il n’en aura plus… »

Il voulait reformer Party Girls grâce à la télé-réalité.

En 2007, Donald Trump a essayé de concevoir une émission de télé-réalité avec la chaîne Fox appelée « Lady or a Tramp » (« Dame ou trainée »).

De grosses fêtardes devaient être envoyées dans une école de charme pour apprendre « les moindres détails de compétences telles que la composition florale et la broderie ».

Il a déclaré que l’émission serait comme une version réelle de « My Fair Lady ».

https://bridoz.com

Elle crée un jeu pour apprendre le tableau périodique à ses enfants


Il suffit d’un peu d’imagination pour faire aimer une matière difficile a apprendre pour les enfants. Cette maman à eue une idée ingénieuse qui j’espère si le jeu soit un jour commercialisé, elle pourra en tirer les bénéfices.  Mais le jeu est facile a fabriquer  à la maison
Nuage

 

Elle crée un jeu pour apprendre le tableau périodique à ses enfants

 

tableau periodique

 

Cette maman américaine a eu une idée brillante pour faire apprendre le tableau périodique à ses enfants : le transformer en un véritable jeu de société.

C’est en jouant à la bataille navale que l’idée est venue à Karyn Tripp, une mère de quatre enfants qui a choisi la scolarisation à domicile.

«Je faisais étudier la chimie à mes enfants et nous avons essayé de penser à une façon amusante de mémoriser les éléments», explique la mère au Huffington Post américain.

Elle a donc repris le principe du jeu.

tableau periodique

Karyn, qui est également blogueuse, a partagé son astuce sur son site « Teach Beside Me ». Pour fabriquer le jeu, elle a imprimé quatre copies du tableau périodique, puis référencé les cases de 1 à 18 horizontalement et de A à I verticalement. Ensuite, elle a plastifié les feuilles pour qu’elles soient réutilisables avant de coller les tableaux à l’intérieur de deux dossiers différents. Puis il a suffi de fixer les dossiers dos à dos, en formant un L, à l’aide d’un trombone, pour avoir la structure du jeu.

Pour jouer, les règles sont les mêmes que celles de la bataille navale. L’enfant doit marquer ses navires sur sa grille. Puis, lors du jeu, s’il manque la cible chez son adversaire, il doit inscrire un « X » sur la case. Et s’il touche la cible, il l’entoure.

Les enfants de Karyn ont adoré le jeu, l’un d’eux a même placardé « une affiche des éléments sur un mur de sa chambre ».

http://quebec.huffingtonpost.ca/

CORRUPTION ET COLLUSION Un jeu suscite la controverse


Un jeu de société pour les plus de 12 ans ou le but est de corrompre pour avoir plus de contrats. Une situation bien connue dans la réalité, mais en faire un jeu ?? Est-ce moralement acceptable ? Personnellement, je trouve cela absurde !!!
Nuage

 

CORRUPTION ET COLLUSION 1Un jeu suscite la controverse

PHOTO FOTOLIA

Distribuer des enveloppes brunes et gonfler des contrats de bon cœur? C’est possible, grâce à un nouveau jeu de société, basé exclusivement sur les scandales québécois de corruption et de collusion.

Arrivé sur les tablettes des commerçants juste à temps pour Noël, le concept ne fait toutefois pas l’unanimité.

Intitulé «Passe-moi un contrat», le but du jeu est simple: mener ses adversaires en bateau, se débarrasser de son enveloppe brune et obtenir le plus de contrats possible.

Édité par la compagnie Ludik Québec, le jeu de stratégie est destiné aux personnes de 12 ans et plus et jusqu’à 50 peuvent y prendre part.

Décrit comme un jeu «hilarant» et vendu dans les grands magasins en ville, «Passe-moi un contrat» n’a toutefois pas séduit les personnes interrogées.

«Ça n’a pas d’allure, c’est à cause de gens malhonnêtes que le Québec n’a pas bonne presse à l’international, a partagé Nathalie Laplante en faisant ses emplettes de Noël. Ce n’est pas en vendant des jeux de société comme ceux-là qu’on fait avancer le débat ou qu’on redore notre image. C’est vraiment décevant.»

«Si ce devait être une blague, désolée, mais je ne ris pas», a mentionné pour sa part Julie Deguise.

Une porte-parole de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) a pouffé de rire lorsque notre journaliste lui a expliqué le but du jeu.

«Ça n’a pas l’air bien sérieux cette affaire-là», a-t-elle dit, en riant.

L’OIQ n’a toutefois pas voulu faire de commentaires.

«Vous m’apprenez l’existence du jeu, on va se renseigner avant», a dit la porte-parole.

Banaliser la corruption

L’éditeur de «Passe-moi un contrat», Ludik Québec, se défend d’avoir créé un jeu controversé. L’objectif était surtout de s’inspirer des sujets chauds de l’actualité et de banaliser la corruption.

«On a voulu faire un clin d’œil à ce qui se passait au Québec avec la corruption. C’est vraiment pour rire, pour désamorcer la situation. C’est un jeu de blagues, si on veut, a réagi Andrée-Anne C. Tétreault, porte-parole de Ludik Québec. On est étonné de voir que des gens dénoncent le jeu.»

Selon Mathieu Bock-Côté, chroniqueur et chargé de cours au Département de sociologie à l’UQAM, il ne s’agit pas là d’un scandale, mais d’un exemple de la régression éthique de notre société.

«Nous vivons dans une société où la moindre occasion d’affaires est saisie et il suffit qu’une réalité soit médiatisée pour qu’elle devienne une  »occasion d’affaires », a-t-il déploré. Il n’y a plus d’interdits moraux, seulement des interdits légaux.»

M. Bock-Côté voit tout de même du positif avec «Passe-moi un contrat». Avec la commission Charbonneau et les scandales à n’en plus finir, il est bien de vouloir banaliser la corruption.

«Pour plusieurs, elle représente non plus d’abord une pathologie à combattre, mais une fatalité inévitable, avec laquelle il faut non seulement composer, mais dont on doit finalement rire et s’amuser, a-t-il ajouté. On peut y voir un émoussement des vertus civiques.»

http://www.journaldequebec.com

Une loi de la vie humaine…


Il est vrai qu’on a tendance a manipuler ou a être manipulé sans peut-être s’en rendre compte Ou encore on veut plein de chose .. mais nous ne travaillons peut-être pas assez sur nos relation avec les être humains
Nuage

 

Une loi de la vie humaine…

 

John Powell a dit :  » Il existe une loi de la vie humaine presque aussi certaine que la loi de la gravité. Pour vivre pleinement, nous devons apprendre à utiliser les choses et à aimer les gens, plutôt que d’aimer les choses et utiliser les gens.«

La vérité contenue dans cette phrase est évidente….

Mais dans la vie de tous les jours qu’en est-il vraiment ?

Nous pouvons observer que nous agissons les uns sur les autres à différents niveaux… Nous nous servons aussi parfois des autres pour obtenir ce que nous voulons de temps en temps…. Pour ce faire, on peut utiliser par exemple l’argent ou le pouvoir que l’on détient, un sourire aussi….. pour influencer l’autre pour qu’il accède à notre demande. Nous l’avons tous fait au moins une fois dans notre vie, consciemment ou non.  Il ne faut pas se mentir…..

Nous représentons tous un pion dans un gigantesque jeu de société…. nous sommes à la fois acteurs et spectateurs, manipulateurs et manipulés, mais rarement neutres néanmoins… Nos paroles, nos comportements reflètent nos valeurs profondes…..Dans ce jeu « social », nous en acceptons les principales règles…. Bien sûr, comme dans tous les jeux, il y a des tricheurs, des mauvais joueurs, des mauvais perdants et parfois même des gens qui ne comprennent pas les règles du jeu…..

L’essentiel consiste à prendre conscience que notre ligne de conduite doit être axée prioritairement sur  » l’humain » ….

Parfois….. je me dis qu’il est plus facile d’aimer les choses que les gens…..


Mais plus souvent… je me dis que cela vaut le coup d’aimer les gens… plus que les choses… même si parfois certaines personnes m’ont décue,  celles qui disaient m’apprécier et m’aimer….

Christine R.