Et si votre ancien smartphone était une mine d’or?


Les Smartphone, les iPhone quand ils ne sont plus utilisé peuvent devenir des sources de pollution considérable. Alors que ce qui les compose pourraient être recyclé, mais de façon sécuritaire, ce qui n’est pas le cas présentement.
Nuage

 

Et si votre ancien smartphone était une mine d’or?

 

Smartphone | HUAWEI P8 via Flickr CC License by

Smartphone | HUAWEI P8 via Flickr CC License by

Repéré par Alix Fieux

Votre Smartphone peut contenir de l’or, de l’argent et du cuivre. Mais aussi bien d’autres substances polluantes qui deviennent un désastre environnemental lorsqu’elles finissent en pleine nature au contact des populations.

Nul besoin de faire incruster un diamant à dix millions d’euros dans la coque de votre téléphone pour faire de votre smartphone un objet de valeur. Aujourd’hui, un article de la BBC nous apprend que chaque smartphone que vous utilisez puis laissez négligemment périr au fond d’un tiroir est en réalité… un trésor.

Vous pourriez en effet être surpris de ce qu’il contient: des métaux précieux comme l’or, de l’argent, du cuivre, du platine et du palladium. Pour un iPhone par exemple, préparez votre balance à haute précision. Selon les estimations de la BBC, vous pourriez y trouver quelques 0,034 grammes d’or, 0,34 grammes d’argent, 15 grammes de palladium et moins d’un millième de gramme de platine. Mais aussi de l’aluminium (25g) et 15 grammes de cuivre. Et ce n’est qu’un début.

Une longue liste de matériaux

Les smartphones contiennent également toute une liste de matériaux naturellement abondants dans les sols de notre planète, mais si difficiles à extraire dès qu’ils deviennent très rares. C’est par exemple le cas de l’yttrium, du lanthane, du terbium ou encore du gadolinium et du praséodyme.

Moins surprenant sinon, on y trouve du plastique et du verre. Ces quantités peuvent paraître dérisoires, mais imaginez le poids que cela représente sur l’ensemble des smartphones dans le monde, soit plus de deux millions d’appareils.

Si l’on suit la recette des composants présents dans un téléphone, cela signifierait qu’un million d’appareils portables peuvent rassembler près de 16 tonnes de cuivre, 350 kg d’argent, 34 kg d’or et 15 kg de palladium. Mieux vaut donc y réfléchir à deux fois avant d’envoyer son iPhone à la décharge…  Et plutôt songer à le recycler, comme l’encourage la Fondation Green Citizens. Le magazine Fortune indique même ce qu’il adviendra de votre Samsung Galaxy Note 7 une fois que vous l’aurez retourné à votre revendeur.

Une catastrophe si on ne recycle pas

Car le problème si vous abandonnez votre téléphone n’importe où, c’est qu’en plus d’être une mine d’or, c’est aussi un nid de substances polluantes. Une fois jeté, votre appareil électrique risque de se retrouver parmi des montagnes de déchets électroniques en Chine, que des travailleurs exploités doivent ouvrir et fouiller à l’aide de produits chimiques dangereux pour en récupérer les moindres composants précieux et réutilisables. C’est par exemple le cas de la petite commune chinoise de Guiyu, récemment abordée par le Time comme le plus grand site de déchets électroniques au monde. Ici, les habitants y subissent des terribles problèmes de pollution qui impactent directement leur santé.

L’idéal serait donc que nous nous contentions de garder le même smartphone aussi longtemps que le permettrait la durée de vie de l’appareil. Pas question de changer de téléphone comme de chemise. Même si ce n’est visiblement pas la tendance…

Consciente de ce désastre environnemental en progression, Veena Sahajwalla, ingénieure à l’Université australienne de Nouvelle-Galle du Sud, pense que le recyclage propre et sécurisé de nos smartphones dans des «micro-usines» pourrait être une solution prometteuse. Créés à des échelles locales, ces ateliers permettraient d’extraire de nos téléphones mobiles les métaux précieux et de détruire ceux indésirables. Le but de l’opération? Réduire le contact humain avec les matériaux dangereux. Ouvert non plus grâce à des composants chimiques mais grâce à un courant haute tension, le téléphone serait ensuite dépecé à l’aide d’un bras robotisé, puis introduit dans un four afin d’en retirer les alliages de métaux précieux.

http://www.slate.fr/

Trucs Express ► Quatre astuces pour sauver votre batterie


Êtes-vous du genre à brancher votre Smartphone ou iPhone avant vous coucher ? Peut-être attendez-vous que la batterie soit vidée ?  Ce ne sont pas de bons gestes pour garder votre batterie plus longtemps
Nuage

 

Quatre astuces pour sauver votre batterie

 

Pour garder votre batterie en bon état plus longtemps, Battery University vous propose quelques bons conseils d’entretien.


(CCM) —Nous détestons tous ce moment où notre téléphone vibre pour nous dire que la batterie est bientôt déchargée. Saleté de batterie ! Et bien, c’est peut-être un peu de notre faute, car il est possible que nous ayons eu tout faux sur la manière de bien charger notre téléphone. C’est ce que pense
Battery University (lien en anglais), un site pour apprendre à mieux entretenir ses batteries publié par la marque Cadex. D’après le site, les batteries lithium-ion sont soumises au stress comme les êtres humains. Et les traiter avec un peu plus de douceur permettrait de les garder plus longtemps en vie. Heureusement, il existe quelques bonnes pratiques pour leur rendre la vie plus facile.

Ne la laissez pas branchée quand elle est rechargée

Lorsque vous faites un exercice intense, vous vous relaxez pour soulager vos muscles. Maintenant imaginez qu’après l’effort, vous continuiez pendant plusieurs heures d’affilée. Voilà, c’est exactement ce qu’il se passe quand vous laissez votre téléphone charger toute la nuit. D’après le site Battery University, laissez votre appareil mobile branché après que la batterie soit rechargée peut l’endommager au bout d’un certain temps. Quand la batterie est pleine et reste branchée, elle passe en mode « charge de maintien ». Cela garde la batterie sous tension et toujours à 100%, mais finit par endommager les conducteurs à la longue. Il est bien meilleur pour la durée de vie de la batterie de débrancher l’appareil une fois chargé.

Évitez même de la charger à 100%

En fait, le site Battery University conseille même de ne pas charger complètement votre appareil, du moins si cela n’est pas indispensable.

Ainsi qu’ils le soulignent, « les batteries lithium-ion n’ont pas besoin d’être entièrement chargées, et cela n’est pas souhaitable de le faire. En réalité, c’est même mieux de ne pas faire une charge complète car la tension élevée stresse la batterie et l’use sur le long terme ».

Cela peut paraitre absurde, surtout s’il ne vous reste plus que quelques minutes de jus, mais cela évite de sursolliciter les composants chimiques en appliquant un temps de charge trop long.

Chargez la plus souvent mais moins longtemps

Plutôt qu’une très longue période de charge lorsqu’elle est vide, Battery University suggère decharger la batterie plusieurs fois par jour. Selon le site, le scénario idéal est de la recharger dès qu’elle a perdu 10% de charge, mais ce n’est pas très pratique, surtout en mobilité. Donc chargez-là dès que vous le pouvez, brancher et débrancher la batterie plusieurs fois par jour ne pose aucun problème. Non seulement cela maintient le bon état de la batterie, mais garde votre niveau de charge stable et vous permet d’utiliser plus longtemps des applications et fonctions gourmandes en énergie comme la localisation GPS.

Gardez là au frais

Vous l’avez sans doute remarqué, les smartphones détestent la chaleur. Par exemple, les utilisateurs d’iPhone ayant eu la mauvaise idée de laisser leur appareil en plein soleil voient apparaître un message leur indiquant que la batterie est en surchauffe. Les smartphones n’aimant pas vraiment les crèmes solaires, mettez-les à l’ombre ou couvrez-les pour éviter à la batterie de prendre une vilaine insolation.

————————————————————————

En prime

Si votre batterie débloque, faites un cycle complet

Il existe un seul cas où il est nécessaire de faire une décharge et une charge complète de la batterie: si l’indicateur de celle-ci se met à dire n’importe quoi. Cela a certainement dû vous arriver: il vous reste 30% de batterie, mais en 15 minutes, le téléphone s’éteint.

Cela peut vouloir dire que la jauge est mal calibrée. Pour la réparer, il suffit donc de procéder à un cycle complet de décharge/charge. Si cela ne résout pas le problème, vérifiez également dans vos applications si l’une d’elles ne consomme pas plus d’autonomie que de raison.

Photo : © iStock.

http://www.commentcamarche.net/

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Son iPhone 6s prend feu à bord d’un avion en plein vol


Si un endroit qu’on ne veut pas qu’un feu se déclare, c’est bien en avion. Pour éviter que ce soit un iPhone ou un Smartphone surchauffe, n’oublier par de le mettre en mode avion
Nuage

 

Son iPhone 6s prend feu à bord d’un avion en plein vol

 

Lors de l’incident, l’avion se trouvait au-dessus de l’océan Pacifique, à des centaines de kilomètres du premier aéroport.

APPLE La semaine dernière, une Américaine a vu son iPhone 6s prendre feu alors qu’elle se trouvait à bord d’un avion en plein vol. Heureusement, l’équipage est parvenu à maîtriser l’incendie avant que celui-ci ne cause des dommages.

 

« Tout d’un coup, une flamme de vingt centimètres est sortie de mon smartphone. Je l’ai laissé tomber sur le sol, il s’est glissé sous le siège d’un passager, et les flammes ont commencé à grandir, les gens se sont levés. »

Plus de peur que de mal pour les 163 passagers qui se trouvaient à bord de ce vol, qui reliait Washington (Etats-Unis) à Honolulu (Hawaï), jeudi dernier.

Un peu plus d’une heure après le décollage, l’Américaine Anna Crail explique avoir vu son iPhone 6s prendre feu soudainement, alors qu’elle était en train de regarder un film sur son téléphone. Ce dernier aurait commencé par chauffer, avant de littéralement s’enflammer. Par chance, les membres d’équipage sont parvenus à circonscrire rapidement l’incendie en utilisant les extincteurs de secours.

Un précédent en 2014, lors d’un vol entre Tel-Aviv et Prague

Lors de l’incident, l’avion se trouvait au-dessus de l’océan Pacifique, à des centaines de kilomètres du premier aéroport. Autant dire que les conséquences auraient pu être dramatiques. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un iPhone est victime d’un phénomène d’auto-combustion. En août 2014, lors d’un vol entre Tel-Aviv et Prague, un iPhone 5 avait pris feu.

Le fait de rechercher constamment un signal peut effectivement entraîner une surchauffe au niveau de la batterie. Pour éviter que ce genre de mésaventure, assurez-vous que votre smartphone est bien en mode avion. Cela vous évitera une belle frayeur lors de votre prochain départ en vacances.

http://www.metronews.fr/

La calculatrice au volant n’est pas interdite


Je trouve que c’est vraiment charrié. Elle s’est servi du téléphone pendant qu’elle conduisait, peut importe la fonction qu’elle a utilisée, elle était au volant. Si elle l’avait échappé cela aurait été suffisant pour provoquer un accident
Nuage

 

La calculatrice au volant n’est pas interdite

 

Une automobiliste est parvenue à faire annuler la... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Une automobiliste est parvenue à faire annuler la contravention qu’elle avait reçue pour usage d’un cellulaire au volant en plaidant qu’il s’agissait en fait d’une calculatrice.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN
La Presse

Une automobiliste montréalaise mise à l’amende pour avoir tenu une conversation téléphonique alors qu’elle conduisait a réussi à faire annuler sa contravention en convainquant le juge qu’elle tenait en main une simple calculatrice.

Un policier montréalais se trouvait à l’intersection de la rue Fleury et de l’avenue Christophe-Colomb lorsqu’il a observé une automobiliste qui tenait à la main ce qui lui a semblé être un iPhone. L’appareil se trouvait à l’horizontale, près de sa bouche, alors que ses lèvres bougeaient, ce qui a amené l’agent à déduire que la conductrice tenait une conversation sur le haut-parleur de son cellulaire.

La femme, Ngoc Ngo, a reconnu en cour municipale qu’elle était alors en conversation téléphonique, mais elle a assuré qu’elle utilisait le système intégré de son véhicule fonctionnant par Bluetooth. Quant à l’appareil qu’elle tenait en main, c’était une calculatrice et non un téléphone.

L’automobiliste travaille pour une entreprise de confection de vêtements et elle doit fréquemment fournir des prix pour des clients qui l’appellent. C’est pour cette raison qu’elle dit avoir sorti sa calculatrice lorsqu’elle a été arrêtée par le policier.

Malgré ses explications, le procureur de la Ville de Montréal a estimé que l’amende devait être maintenue. Selon lui, l’objectif de la loi est d’« éviter toute distraction » au volant. Ainsi, même si elle ne tenait pas son téléphone dans ses mains, mais plutôt une simple calculatrice, elle faisait usage de la fonction téléphonique de son appareil alors qu’elle se trouvait au volant.

JURISPRUDENCE DIVISÉE 

Dans son jugement rendu la semaine dernière, le juge Michel Lalande souligne que la jurisprudence est divisée sur l’interprétation de l’interdiction du cellulaire au volant. Certains magistrats ont retenu que l’appareil n’avait pas besoin d’être en main pour être illégal tandis que d’autres ont estimé qu’il s’agissait d’une condition essentielle. Le juge a retenu cette dernière interprétation, jugeant que quatre éléments essentiels devaient être réunis pour constituer une infraction : conduire un véhicule, avoir un appareil en main, que ledit appareil soit muni d’une fonction téléphonique et que l’on fasse usage de cette fonction téléphonique.

Ainsi, en révisant le témoignage du policier, le juge conclut que la version de l’automobiliste à la calculatrice est plausible.

« Puisqu’il n’est donc pas prouvé hors de tout doute raisonnable que la défenderesse tenait en main un appareil muni d’une fonction téléphonique alors qu’elle en faisait usage, elle doit être acquittée », a tranché le juge Michel Lalande.

http://www.lapresse.ca/

Téléphone: 5 erreurs à éviter pour soigner votre batterie


Des conseils pour les IPhone, mais je crois que cela équivaut aussi pour tous les téléphones intelligents
Nuage

 

Téléphone: 5 erreurs à éviter pour soigner votre batterie

 

André Boily

 

S’il y a une composante qui décourage les gens lorsqu’ils utilisent leur téléphone intelligent, c’est bien son autonomie.

Et contrairement à la génération de téléphones mobiles qui ne servaient qu’à parler, nous consultons nos téléphones intelligents pour une foule de choses – Facebook, messagerie, web, photo, vidéo, etc. – pas étonnant donc que les batteries soient mises à rude épreuve et que de mauvaises habitudes vont dégrader encore plus leur rendement.

Grâce aux conseils suivants, évitez ces erreurs communes que vous pourriez faire subir aux batteries.

S’il y a une règle générale à appliquer aux batteries des téléphones intelligents, c’est d’éviter les extrêmes en toutes choses. Et parlant de règles, celles-ci s’appliquent à tout appareil fonctionnant à batterie: téléphones intelligents, tablettes, baladeurs.

Et à plus forte raison, aux appareils dotés d’une batterie non amovible.

ÉVITER LES TEMPÉRATURES EXTRÊMES

Le tableau de bord surchauffé au soleil, le sable brûlant de la plage ou le froid dès sous zéro Celsius sont autant de facteurs thermiques qui dégradent les capacités chimiques de votre batterie. Votre téléphone intelligent possède une zone de «confort» comprise entre 0 et 35 °C selon Apple. Évitez-lui donc les froids et chaleurs au-delà de ces températures.

Vous aurez sans doute remarqué qu’en approchant de l’épuisement, votre iPhone dure plus longtemps s’il est légèrement réchauffé. Soyez douillet avec lui!

Vider complètement la batterie

S’il est parfois utile de réinitialiser la batterie de son téléphone intelligent jusqu’à l’épuisement complet, épargnez-lui quand même les décharges complètes trop fréquentes. Une décharge à 0% d’une à deux fois par mois suffit à calibrer votre batterie lithium.

MAINTENIR LA CHARGE À 100 %

Comme pour l’avertissement précédent, charger à l’extrême la batterie est tout aussi néfaste pour son rendement.

Évitez-lui ces mauvaises habitudes:

• maintenir son téléphone constamment chargé

• laisser son téléphone sur la charge toute la nuit

• recharger constamment à 100%

Les experts dans le domaine suggèrent de recharger la batterie de son téléphone intelligent dans la fourchette de 30 à 80 %. Inutile d’aller au-delà ou en dessous, même que de courtes recharges pendant la journée vont garder en forme la batterie.

Forcer votre batterie aux extrêmes lui cause du stress qui réduit sa durée de vie.

MODÉRER L’UTILISATION DES ÉTUIS À BATTERIE

Il existe sur le marché des étuis à batterie qui permettent de prolonger l’autonomie de votre téléphone intelligent. Pratiques, ils ont la fâcheuse tendance à emprisonner la chaleur lorsqu’on recharge à la fois le téléphone et l’étui. Rechargez-les séparément. Et comme pour le premier avertissement, évitez de recharger dans un milieu trop chaud.

La même prévoyance s’applique aux étuis trop épais qui emprisonnent la chaleur pendant la recharge. Un simple toucher pendant celle-ci suffit pour s’en rendre compte.

UTILISER UN MAUVAIS CÂBLE DE RECHARGE

On trouve sur le marché des câbles de recharge assez bon marché, pratiques pour répartir au chalet, à la voiture, à la maison et au travail des câbles au lieu d’en transporter un chaque jour avec soi.

Prenez-en un de bonne qualité, certains câbles USB peuvent endommager la batterie en la surchargeant.

QUELLE CHARGE POUR ENTREPOSER SON TÉLÉPHONE

Si vous êtes de ceux qui entreposent un second téléphone intelligent au cas où le principal tombait à l’eau, se cassait ou était volé, sachez qu’il est préférable de maintenir l’appareil de rechange sous une charge moyenne autour de 50 %.

Selon Apple, laisser un iPhone complètement déchargé pendant longtemps peut pousser la batterie dans un état de décharge profond qui va considérablement réduire ses capacités futures une fois remis en marche.

http://fr.canoe.ca/

Comment le téléphone portable a tué le téléphone


Il est vrai que les téléphones intelligents ont changé la façon de communiquer et de son utilisation.
Nuage

 

Comment le téléphone portable a tué le téléphone

 

<a href="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Barack_Obama_on_phone_with_Benjamin_Netanyahu_2009-06-08.jpg">President Barack Obama talks with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu</a> / The Official White House Photostream via Wikimedia <a href="https://creativecommons.org/licenses/publicdomain/">License by</a>

President Barack Obama talks with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu / The Official White House Photostream via Wikimedia License by

Repéré par Vincent Manilève

Nous sommes scotchés à nos téléphones portables, mais nous ne les utilisons plus comme des téléphones.

Depuis l’avènement des smartphones, jamais le téléphone portable n’a aussi mal porté son nom. Les coups de téléphones sont de plus en plus rares, explique The Atlantic, et encore plus chez les jeunes, qui préfèrent les textos et les application de messagerie. Comme nous vous l’expliquions il y a quelques années déjà, une étude TNS Sofres sur les adolescents et l’usage du téléphone mobile rapportait que

ces derniers étaient «près des deux tiers en 2009 à textoter tous les jours, mais seulement 39% à appeler tous les jours.» 

«Quand on leur demande, explique The Atlantic, les gens qui n’aiment pas les appels téléphoniques disent qu’ils sont présomptueux et intrusifs, surtout avec les méthodes alternatives de contact dont on dispose et qui ne demandent pas l’attention exclusive de quelqu’un.»

Après plusieurs études sur le sujet, certains chercheurs ont évoqué des raisons sociales et psychologiques, tel que l’inconfort face à un interlocuteur, pour expliquer ce phénomène. Mais ce n’est pas le seul facteur à prendre en compte. Toute l’histoire de la technologie des téléphones était destinée à amener ce rejet des appels.

Par exemple, depuis que le téléphone fonctionne sans fil, nous dépendons d’un réseau cellulaire qui peut être sujet à des problèmes (le fameux appel impossible à passer lorsque vous tombez en panne sur une route de montagne). Une instabilité qui renforce la méfiance des utilisateurs à l’égard des appels téléphoniques, et qui est même devenue une caractéristique intrinsèque des téléphones. On sait qu’un appel peut et va avoir rendre la conversation difficile. Les textos et les messages envoyés via Internet peuvent aussi connaître des problèmes d’envoi, mais il est beaucoup plus facile de les renvoyer que de tenter un nouvel appel vocal.

L’environnement dans lequel se déroulent ces appels a aussi changé. Avant, on s’appelait depuis un salon, une chambre, ou un bureau, ce qui garantissait une certaine intimité. Désormais, un appel peut surgir à n’importe quel moment, dans la rue, dans le train, ou au cinéma, ce qui peut être un frein supplémentaire aux échanges vocaux directs.

Paradoxalement, la possibilité d’appels omniprésents a donc provoqué leur disparition progressive. 

http://www.slate.fr/

Comment un développeur avait réussi à vendre 1.000 dollars une application qui ne servait à rien


Ceux qui ont des téléphones intelligents savent qu’il y a une multitude d’applications, parfois gratuites et d’autres pas du tout. Un Allemand a du bien s’amuser à faire deux applications payantes qui au bout du compte, étaient toutes deux totalement inutiles. Le hic, c’est que des gens se sont quand même fait prendre malgré la description de l’application
Nuage

 

Comment un développeur avait réussi à vendre 1.000 dollars une application qui ne servait à rien

<a href="https://www.flickr.com/photos/sketch22/1127556671/" target="_blank">iPhone Dead</a> Nathan Borror via Flickr CC <a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr" target="_blank">License by</a>

iPhone Dead Nathan Borror via Flickr CC License by

Repéré par Grégor Brandy

En 2008, un développeur allemand nommé Armin Heinrich a eu l’idée d’offrir aux utilisateurs de première génération d’iPhone une application dans laquelle il n’y aurait rien, et ce, contre la modique somme de 999,99 dollars (799,99 euros, précise Wikipédia). Priceonomics est revenu ce 23 juillet sur cette histoire assez incroyable et explique que l’application –sobrement intitulée

«I Am Rich» («Je Suis Riche»)–«n’était rien de plus qu’un orbe rouge brillant».

Dans la description, il était d’ailleurs bien précisé que ceci «est une œuvre d’art avec aucune fonction cachée», et que l’icône rouge servait juste «à toujours vous rappeler (et aux autres autour de vous) que vous étiez en mesure de vous l’offrir».

Pour être tout à fait honnête, il y avait aussi un «mantra secret» qui apparaissait lorsque l’on appuyait sur le petit bouton (i) et qui devait «vous aider à rester riche, en bonne santé et prospère».

On pouvait y lire:

«JE SUIS RICHE

JE LE MÉRIT (SIC)

JE SUIS BON, EN BONNE SANTÉ

ET PROSPÈRE.»

A l’époque Gizmodo avait indiqué que «huit abrutis avaient bel et bien acheté l’application».

L’un d’entre eux avait alors laissé cet avis:

«CECI N’EST PAS UNE BLAGUE… N’ACHETEZ PAS CETTE APP ET S’IL-VOUS-PLAÎT APPLE, SUPPRIMEZ-LA DE L’APP STORE… APPLE DOIT, DOIT ET DOIT VÉRIFIER CES FAUSSES APPS ET CES ARNAQUES ABSURDES.»

La compagnie américaine avait également finalement retiré l’application de son App Store. Entre temps, Armin Heinrich avait réussi à toucher 5.600 dollars (5.100 euros) tandis qu’Apple qui collectait 30% des revenus totaux récupérait la somme de 2.400 dollars (2.190 euros). Apple avait finalement remboursé au moins deux personnes pour cet achat avait-il indiqué au Los Angeles Times.

Mais le développeur ne s’était pas arrêté là. Priceonomics raconte qu’il a lancé une seconde version de son application, l’année suivante. Intitulée «I Am Rich LE», elle est toujours disponible sur l’App Store et contient quelques fonctionnalités,

«à cause des politiques d’Apple qui font qu’une application doit avoir une sorte de « contenu définissable »», précise Priceonomics. 

Si vous vous lisez la description, vous pourrez voir que l’application contient une calculatrice, un système inhérent d’aide, et le fameux mantra «sans faute d’orthographe». Le tout pour un centième du prix de départ (9,99 dollars).

Mais comme à chaque fois, il y a des déçus. Il y a bien sûr ceux qui ont réalisé après l’achat que ce n’était pas une blague et qu’ils venaient bien de payer 10 dollars pour quelque chose de complètement inutile, comme cet utilisateur français qui trouve que

«pour 7 euros, c’est une belle arnaque, cette calculette».

Et il y a aussi ceux qui regrettent carrément la présence de la calculatrice:

«Est-ce que tu faire que l’app ne fasse absolument rien, s’il-te-plaît. Comme la première. Ou faire en sorte que l’application me laisse le choix d’ouvrir la calculatrice? Je veux que ce soit mon choix que de l’ouvrir. Donc s’il-te-plaît arrange-toi pour le faire.»

Pas sûr qu’il soit entendu. La première version datant de décembre 2009 n’a jamais été mise à jour.

http://www.slate.fr/