Son fils de trois ans verrouille son iPad pour… 49 ans!


Justement, hier Sydney voulait ouvrir ma tablette à mon insu. Après quelques reprise, intriguée, je regarde ma tablette et l’accès était indisponible pour 1 minute. Ici, l’enfant a essayé tellement de fois que l’iPad du père s’est bloqué pour 49 ans.
Nuage

 

Son fils de trois ans verrouille son iPad pour… 49 ans!

 

Par: Deborah Laurent

La bonne blague qui n’a probablement dû le faire rire…

Les enfants de trois ans sont des petits démons ou en tout cas des aimants à bêtises. Ils touchent tout ce qu’il ne faut pas toucher. Les téléphones et les tablettes parentales font généralement partie de leur convoitise.

Le petit garçon d’Evan Osnos s’est récemment emparé de son iPad et a tenté de le déverrouiller. Il a essayé tant de fois d’y avoir accès qu’il l’a verrouillé pour la période insolite de… 49 ans, soit 26 millions de minutes.

Evan Osnos a partagé l’image de son iPad condamné à l’inactivité pendant un demi-siècle sur Twitter en demandant de l’aide. Certains lui ont suggéré « un voyage dans le temps » ou une « réinitialisation de l’enfant ».

La solution consiste en fait à restaurer l’appareil. Toutes les données sont alors supprimées. C’est ce qu’Evan a fini par faire

.

https://www.7sur7.be/

Parole d’enfant ► Jeu


Quand je vois Mlle jouer un jeu que la vitesse d’action est un atout, je la trouve pas mal bonne. Elle rit quand j’essaie de faire comme elle
Nuage

 

Jeu

 

Grand-maman raconte :

Mlle joué à un jeu sur mon IPad : une course contre un voleur parmi des camions et d’autobus et autres obstacles, le jeu se déroule assez vite et elle est très bonne

Je dit :

– Moi ça m’énerve de jouer à ce genre de jeu

– Arrête de t’énerver sinon, c’est ton cerveau qui s’énerve

Ana-Jézabelle, 4 ans (5 ans) 14 décembre

La tablette efficace contre les problèmes de vision?


On nous met en garde contre les écrans, cependant la tablette possède un atout non-négligeable. En effet pour ceux qui ont des problèmes de vision, il est plus facile de lire sur une tablette que sur tout autre support
Nuage

 

La tablette efficace contre les problèmes de vision?

 

La tablette efficace contre les problèmes de vision?

L’équipe de recherche a sélectionné 100 participants.Photo Fotolia

Aussi efficace qu’un dispositif d’aide visuelle traditionnel, mais moins couteux et moins stigmatisant, une tablette aiderait les personnes souffrant de troubles de la vision ou d’une maladie des yeux à voir mieux, constate une étude de l’Université de Concordia, à Montréal.

Aucune expérience n’était arrivée à de tels résultats jusqu’à présent. La célèbre tablette aurait ainsi de nombreux avantages, dont celui de permettre à des patients souffrant de troubles ou maladies de la vision, de mieux voir et d’améliorer leur lecture.

L’équipe de recherche a sélectionné 100 participants âgés de 24 à 97 ans. Un peu plus de la moitié d’entre eux souffrait de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Cette maladie dégénérative touche la zone centrale de la rétine entrainant une perte progressive de la vision centrale. Elle rend ainsi certaines tâches, comme la lecture, plus difficiles. S’il n’existe pas de traitement capable de restaurer la vue, à ce jour, plusieurs outils d’aide à la vision existent.

Les chercheurs ont soumis les volontaires à un questionnaire et testé leurs capacités visuelles avec l’iPad ainsi que 2 dispositifs de grossissement. Ils ont ensuite comparé les résultats de taux de lecture obtenus par les participants.

Leurs constatations indiquent que la plupart ont eu plus de mal à déchiffrer des textes comportant des petits et moyens caractères. Pour un quart d’entre eux, lire un texte de taille plus large était bien plus facile.

«Il est intéressant de souligner que la technologie utilisée pour effectuer le grossissement importe peu: un iPad marchait aussi bien qu’un dispositif traditionnel comme un système de télévision en circuit fermé», explique Elliott Morrice, étudiant en psychologie à Concordia et co-auteur de cette étude.

L’expérience jouait aussi. Les chercheurs ont constaté que les participants ayant déjà utilisé un iPad lisaient en moyenne 30 mots par minute de plus que ceux s’en servant pour la première fois.

Contrairement aux dispositifs d’aide visuelle, les tablettes tactiles sont moins stigmatisantes et le handicap ou trouble de la vue, moins facilement identifiable, notent aussi les chercheurs.

«Les tablettes offrent les mêmes bénéfices tout en étant socialement acceptables», souligne Aaron Johnson, auteur principal de l’étude.

Les problèmes de baisse de la vue et de basse vision impactent aujourd’hui un canadien sur trois après l’âge de 50 ans et s’accentuent avec le vieillissement de la population. Ils rendent non seulement la vie quotidienne plus difficile, mais favorisent le risque de chute, de fracture ou d’isolement social.

http://fr.canoe.ca/

iPhone: 5 choses qu’Apple sait sur votre vie privée (et partage parfois avec d’autres entreprises)


Lisez-vous les conditions d’utilisation de vos appareils intelligents ? C’est long, et souvent écrit en petits caractères dans un langage souvent ambigu que même des experts ne sont pas capables de les expliquer avec précision
Nuage

 

iPhone: 5 choses qu’Apple sait sur votre vie privée (et partage parfois avec d’autres entreprises)

 

Chaque iPhone, iPad et iPod est vendu avec une documentation aussi longue que dense et indigeste. Son but? Vous informer que l’utilisation de ces gadgets va de pair avec la divulgation d’une tonne d’informations très sensibles.

Pour Apple, il est parfaitement légal d’ingurgiter toutes ces données personnelles puisque vous lui en avez donné l’autorisation. Cela ne vous dit rien? Vous vous en seriez rendu compte si vous n’aviez pas lu les conditions générales d’utilisation de cette manière:

Mais si vous vous êtes plongés dans les conditions générales d’utilisation de l’iOS Apple et sa politique de confidentialité – que vous avez accepté à la première utilisation puis à chaque mise à jour – son langage extrêmement vague concernant les données personnelles ne vous aura pas échappé. Au lieu de préciser tous les scénarios où Apple pourrait garder ces informations, les documents restent flous.

Le HuffPost a soumis à des experts juridiques les conditions générales de l’iOS 8.1 etsa politique de confidentialité pour mieux comprendre ce que chacun abandonne de sa vie privée à Apple.

Voici donc cinq types de données sensibles que vous communiquez à Apple ou à l’un de ses partenaires, juste à travers une utilisation normale de votre iPhone.

1. Tout ce que vous dites à Siri et où vous le lui avez dit

appple vie privee

Quand vous parlez à Siri, ou à l’un des systèmes de dictée de votre iPhone, un prestataire d’Apple peut vous écouter aussi.

Votre iPhone permet à Apple d’utiliser et partager toutes sortes de données « telles que vos noms et pseudonymes, les noms, pseudonymes et relations entre vos contacts et vous-même. »

Les « filiales et agents » qui peuvent mettre la main dessus ne sont pas du tout définis. S’agit-il de sous-traitants? D’après Ryan Calo, professeur à l’université de droit de Washington, cela peut inclure des milliers de personnes.

Cette collecte a bien un but pour Apple. Elle vise à aider Siri à être le plus pertinent dans la compréhension et l’interprétation des questions posées.

2. Certaines informations « non personnelles » très personnelles

apple vie privee

La politique de confidentialité d’Apple divise les informations en deux camps: personnelles et non personnelles. Elle insiste bien sur le fait qu’elle ne communique pas les infos personnelles au service marketing. Mais ces deux catégories ne sont pas définies avec le même luxe de détails.

La définition du caractère « personnel » d’une information est très étroite, elle se limite au nom, adresse, courriel, numéro de téléphone, préférences de contact, et numéro de carte bancaire. Des données ultra-sensibles qu’Apple n’utilise « que » pour l’amélioration de ses produits et de ses publicités.

D’un autre côté, les données « non personnelles » recouvrent un domaine beaucoup plus large qu’Apple peut partager. Cela inclut pourtant des informations telles que le métier, le code postal, l’identifiant unique de l’appareil, l’URL de référence, la localisation de l’appareil…

« Nous pouvons également collecter des informations sur les activités des clients par l’intermédiaire de notre site web, des services iCloud, de l’iTunes Store et à partir de nos autres produits et services », poursuit Apple.

Elles sont « non personnelles » parce qu’elles ne permettent pas, à elles seules, votre identification directe. Malgré tout, il est certainement possible d’extraire de ce fatras de données insignifiantes des dossiers complets sur de véritables personnes – le « qui, quand et où » explique Chip Pitts, de Stanford.

3. Où se trouve votre téléphone (et vous aussi a priori)

apple vie privee

N’importe quel « service » – quelle qu’en soit la définition – qui a recourt à la localisation peut connaître votre position. Puisque nous emmenons notre téléphone intelligent à peu près n’importe où, notre journée entière peut potentiellement être cartographiée. Surtout, ces données peuvent être conservées.

Apple précise malgré tout que ces données de géolocalisation ne sont pas collectées afin de les relier à un individu. Même dans ces conditions, il reste toujours possible d’établir un lien en les combinant avec d’autres données.

Votre localisation est également transmise à chaque achat et utilisation d’une application. On ne voit pas bien en quoi cela est nécessaire, mais si une application est capable de vous localiser, elle a le droit d’envoyer ces données à Apple et à ses partenaires.

4. À quelle vitesse vous vous déplacez

apple vie privee

Toute application qui utilise vos données de géolocalisation peut aussi récupérer « les informations relatives à la vitesse de votre parcours ». À priori, cela intéresse surtout celles qui donnent des informations sur le trafic routier.

Dans les faits, il existe au moins un exemple où des données liées à la vitesse ont été détournées dans un but précis. En 2011, les GPS Tom Tom ont dû présenter leurs excuses pour avoir transmis ce type d’informations à la police néerlandaise, qui les a ensuite utilisées pour placer ces radars.

5. Tous vos iMessage, au moins pendant « une période limitée »

apple vie privee

Pour s’assurer que les iMessage sont bien envoyés, Apple les stocke sous forme cryptée pour « une période limitée ». Une minute? Un an? Un siècle? Aucune idée.

Comme pour toutes les données confidentielles, ce stockage pose problème. Les messages peuvent très bien être la cible de pirates, même si leur cryptage en font des cibles difficiles a priori. En revanche, Apple ne garde pas les données de FaceTime. Cela demanderait trop d’espace, et reviendrait trop cher.

BONUS: l’acceptation par défaut d’autres termes et conditions

Les conditions d’utilisation d’Apple iOS, son système d’exploitation, signalent très succinctement qu’en utilisant son logiciel « en connexion avec un Apple ID, ou un autre service Apple, vous acceptez les termes et conditions applicables à ce service. » En clair, vous acceptez les « termes et conditions » d’iTunes rien qu’en le faisant tourner sur votre iPhone.

Mais cela pourrait avoir d’autres conséquences. Télécharger une application avec votre Apple ID peut impliquer une validation automatique des termes et conditions de cette application. Mais il est presque impossible de dire quand et si ce genre de choses arrivent.

Il est bon de noter que si Apple et d’autres entreprises se réservent le droit de rassembler un grand nombre d’informations à notre sujet, il est très difficile de savoir s’ils le font effectivement, ou ce qu’ils en font – si tant est qu’ils en fassent quoi que ce soit.

Le langage employé dans les documents de références et la politique de confidentialité d’Apple est si vague qu’aucun expert en droit n’est capable de l’interpréter avec précision, assure Ryan Calo, professeur à l’université de droit de Washington.

Apple affirme que son activité n’est pas de vendre des données sur ses clients aux publicitaires. Contrairement à Google et Facebook, ses profits viennent de la vente de ses produits. Certaines conditions générales précisent que les données amassées servent à voir ce qui marche et ne marche pas. De plus, Apple semble prendre très au sérieux le cryptage de ces données.

Malgré tout, les revendeurs de données – des entreprises qui collectent, analysent et vendent des études sur les consommateurs- prospèrent grâce aux informations que les détenteurs de téléphones intelligents les laissent récolter. Une fois que vous avez accepté d’en céder une poignée à Apple, vous êtes libre d’allumer votre iPhone, de surfer sur internet, de télécharger des tonnes d’applications marrantes, etc. À chaque fois, ce sont de nouvelles entreprises qui surveillent vos faits et gestes pour leur compte.

« [Les consommateurs utilisent et] parlent à leur téléphone comme si c’était leur meilleur ami, et ils ne réalisent pas que tout cela tombe dans un grand aspirateur à données », explique Chip Pitts, de l’école de droit de Stanford.

Aux États-Unis, ces entreprises peuvent compiler des informations sur la religion, les origines ethniques, les préférences politiques, les noms d’utilisateurs, les revenues, et l’historique médical familial, entre autres choses, d’après une enquête de CBS News investigation en 2014. L’un des acteurs majeurs de cette industrie des données, Acxiom, prétend détenir 1500 informations sur la majorité des Américains adultes.

Pourtant, les consommateurs ne sont pas démunis face aux géants des technologies. La plupart d’entre eux restent très sensibles au mécontentement de leurs clients

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Ce film d’animation sur plusieurs écrans va vous bluffer


Moi, je trouve ces vidéos sur plusieurs supports étonnants. Réussir a tout faire synchroniser, tablettes, téléphones intelligents ensembles pour arriver a ce résultat ? C’est vraiment bien fait
Nuage

 

Ce film d’animation sur plusieurs écrans va vous bluffer

 

 

Impressionnant. Ce film d’animation est composé de plusieurs segments vidéos qui se jouent en même temps, mais sur des supports différents.

Au début de la vidéo, plusieurs personnes ont le doigt sur le bouton play d’une multitude d’iPhones et d’iPads. La vidéo est lancée exactement au même moment sur tous les appareils.

On peut ainsi suivre les aventures des deux personnages en 2D qui sautillent d’écran en écran avec le plus grand naturel. Tout cela au prix de nombreuses tentatives pour atteindre ce degré de synchronisation, à en croire des internautes visiblement bluffés. Mise en ligne le 17 octobre sur Youtube par le site d’achat et de vente d’art Art Fido, la vidéo comptabilise déjà plus de 70.000 vues. Le futur du film d’animation?

Mise à jour: la vidéo originale a été mise en ligne le 17 septembre. Elle fait office de clip pour la chanson Knock knock du groupe Brunettes Shoot Blondes, qui a eu l’idée de cette animation, réalisée par le studio SYT-X-Video

http://www.huffingtonpost.fr/