Russie : Un infirme accusé de couper l’appétit


A lire ce qui a été rapporter en Russie, on voit qu’il y a beaucoup de tabou a travers le monde envers les personnes ayant un handicap. C’est une humiliation de se faire refuser des accès publics juste parce qu’une personne est différente de la  »normalité » Normalité dans le fond c’est quoi !!!
Nuage

 
 
Russie : Un infirme accusé de couper l’appétit

 

Russie - Un infirme accusé de couper l'appétit

© Shutterstock

Un Russe en fauteuil roulant a été interdit d’entrer dans un restaurant d’Ekaterinbourg, dans l’Oural, car sa présence aurait «coupé l’appétit» des autres clients, a rapporté vendredi le journal populaire Komsomolskaïa Pravda.

Alexandre Mokine avait réservé une table fin avril dans un restaurant d’Ekaterinbourg pour célébrer ses 27 ans avec des amis, selon le quotidien.

À son arrivée, la responsable du restaurant lui a interdit de s’installer:

« »Comment pouvez-vous vous imaginer dans notre établissement dans un tel accoutrement? Vous allez troubler nos clients, leur couper l’appétit », m’a-t-elle dit», raconte le jeune homme.

M. Mokine, qui s’était déjà vu interdire d’entrer dans un autre restaurant d’Ekaterinbourg l’année dernière, a annoncé qu’il allait porter plainte contre l’établissement.

La direction du restaurant a pour sa part indiqué que l’employée en question avait été limogée, selon le journal.

Les infirmes rejetés partout

 

«Infirme est chez nous un synonyme de « misère », « manque d’argent », « marginalité »», regrette le quotidien.

Fin avril, un autre journal populaire russe, Argumenty i Fakty, avait rapporté qu’un groupe d’enfants handicapés avait été interdit d’entrée dans un Aquarium de Moscou pour éviter de déranger le public. L’établissement s’était excusé après que cette histoire soit sortie dans la presse.

Selon le ministère de la Santé, la Russie compte 13,2 millions de personnes handicapées, soit 9,5% de la population du pays.

En 2009, le président russe Dmitri Medvedev, qui est depuis devenu Premier ministre, avait dénoncé leur traitement dans le pays, relevant que les invalides n’avaient pas accès à une «éducation normale», aux moyens de transports et aux lieux de détente et de loisirs.

http://fr.canoe.ca